Nouveau sujet RĂ©pondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Hello

Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 10 Janvier 2017, 18:36
Bonjour Sylvie, Yves et le forum et tous mes vœux pour 2017,
Je reviens vers vous afin de vos donner des nouvelles de mon traitement au bout de 4 ans et demi.
Petit rappel des faits :
2012, 51 ans, 140 kg et 30 ans d’alcoolisme.
Je buvais une bouteille de rhum blanc par soir, 2 le dimanche.
Une phrase de ma fille et une interview du dr Ameisen m’ont donné le déclic et je me suis inscrit sur le forum en février 2012.
Mia a fini par me trouver un prescripteur, pas simple du tout à cette période…
J’ai commencé le traitement par 10 mg par jour pendant 3 jours puis augmentation de 10 mg.
Le schéma classique.
J’ai augmenté tous les 3 jours de 10 mg «ES » ou pas.
Une ou deux fois, j’ai prolongé un palier à 5 jours, mais après j’ai augmenté.
En général, je me suis aperçu qu’un « es » chassait l’autre.
Vers les 90 je me suis tourné vers Yves et on a chassé le craving.
Comme je buvais à partir de 19 h, le plan a été simple.
14h30, 16h, 17h30
En moins de 2 mois, à 170 mg, plus aucune envie de boire, indifférent, libéré…
Efficace le plan de Yves, merci mec.
Après comme tout le monde, il a fallu que je fasse mon kéké, que j’entame une descente…
J’ai failli tout perdre, heureusement que j’étais au tel avec Mia, qui au détour d’une phrase, c’est rendu compte que j’avais un craving en préparation.
Je suis remonté illico de 90 à 150 avec 40 mg en sublingual.
Depuis j’ai stabilisé à 120 mg jour.
Niveau « es » j’ai eu ma dose, fourmillements pieds et mains, décharges électriques, hallucinations, rêves psychédéliques, endormissements, insomnies, constipation, nausées, scotomes scintillants, acouphènes, douleurs musculaires et articulaires, gonflements des membres, anorgasmie, perte énorme de poids (60 kg en 5 mois)…
Quand je picolais, je n’avais aucune douleur mais à partir de 2010 de gros problèmes de marche.
Dès que j’ai commencé à moins boire, les « es » sont arrivés.
L’alcool était moins présent pour masquer, dissimuler, atténuer les problèmes.
En 2013 on m’a diagnostiqué une sclérose en plaques.
L’alcool, je reprends les termes de mon neuro, est un formidable carburant. Il booste le cerveau autant qu’il le détruit…
J’ai discuté des fameux « es » du baclofène avec plusieurs neuro chirurgiens, et tous m’ont dit dis la même chose, le baclofène génère peu d’es, sinon on le saurait…
Mais dans le cas d’un sevrage addictionel, il agirait plutôt comme un révélateur en diminuant l’apport en alcool.
Pour moi, l’explication me convient car l’alcool masquait les symptômes de la sep.
Attention, je ne dis pas que tout le monde a une maladie neurologique mais avec tout ce qu’on a ingurgité comme alcool, il y a forcément quelques dégâts, plus ou moins perceptible, au niveau neurologique…
Pendant l’année qui a suivi mon indifférence, je n’ai eu ni l’envie, ni le besoin de boire un verre d’alcool. Psychologiquement j’ai fait une espèce de rejet.
Même aujourd’hui, je reste méfiant vis-à-vis de l’alcool, je n’oublie pas d’où je viens.
Il y a 2 ans, je regardais une émission où ils parlaient d’un cocktail.
Je prend mon portable, je tape le nom du cocktail sur gogol, je lis la recette et je me met Ă  penser que je fais un craving.
Le lendemain matin, j’ai appelé mon prescripteur, qui est psychiatre, pour lui faire part de mon inquiétude.
Cela l’a beaucoup fait rire et lui a fait dire que si cela avait été une recette de cuisine, cela ne m’aurai pas inquiété.
En quatre ans, j’ai eu pas de coups durs qui, il y a quelques années, m’aurait fait picoler.
Un divorce, mais là pour le coup, ça aurait été de joie, la mort accidentelle du premier chaton que j’avais pris après avoir quitté le domicile conjugale, une grosse déception sentimentale et enfin le décès de mon père en mai dernier mais à aucun moment je n’ai eu de pensée pour la bouteille.
J’ai chez moi de l’alcool, de la bière, du rhum blanc, du vin mais je n’y touche jamais seul.
Lorsque je prends l’apéro, je me sers ma boisson fétiche, un planteur que je ne finis pas les ¾ du temps.
Depuis 3 ans, ne supportant plus la morphine et ces dérivés, mon neuro m’a conseillé le cannabis.
Même en étant un consommateur quotidien, je n’ai aucune addiction à ce produit.
Je ne me mets pas à en chercher partout quand je n’en ai plus, idem lors de séjours à l’hopital.
Le baclo a vraiment changé ma vie et même si je dois gober mes 120 mg quotidien, je ne suis pas prêt de l’arrêter, ni même de le diminuer.
Ce qui m’a fait écrire ce post, ce sont des écrits que j’ai pu lire sur le net, où il semblerait que le baclo soit critiqué car si le malade l’arrête, il replonge…
Alors je réponds à ces crétins, j’assume mes propos, on parle bien de maladie ?
Au même titre que le diabète ou une autre maladie connue ?
Dans ce cas les médocs pour le diabète sont de la merde car si le malade ne les prend pas, il meure…
Je suis conscient que j’ai fait un énorme raccourci mais, pour moi, il est évident que si j’arrête le baclo, je replonge et d’ailleurs toutes les personnes que j’ai vu arrêter le baclo, ont replongé dans les 6 mois.
Après, on va m’en citer 3 ou 4 qui ne boivent toujours pas malgré un baclo zero, mais combien ce sont ramassé et ne viennent pas le dire…
Tout ça pour vous dire que le baclo tient dans le temps.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 31300
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 10 Janvier 2017, 19:29
Bonjour André

Contente d'avoir de tes nouvelles et de voir que tu vas bien.
Il y a juste un truc qui me chagrine, rien de grave mais je ne suis pas d'accord avec l'absence d'EI pour le baclo
Certes l'arrêt de l'alcool peut révéler des douleurs qui n'ont rien à voir avec des EI du baclo mais je suis persuadée que les EI existent aussi en tant que tels
Pas pour tous et pas avec la m^me intensité mais ...

Sinon, d'accord avec toi, ils nous font ch... ceux qui tordent du nez en disant qu'on doit garder un traitement Ă  vie
Et alors ?


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 11 Janvier 2017, 2:56
Le sevrage alcoolique est par lui même une source non négligeable de complications neurologique.
Si tu te rappelles en octobre ou novembre 2012, il y avait eu sur le forum un vent de panique suite à une rupture de stock car pour ce couvrir ils avaient allongé de façon conséquente la liste des effets indésirables.
Cela avait duré 3 semaines.
Regardes quand j'ai eu des fourmillements dans les mains,on m'a dit que c'Ă©tait un es du baclo.
Faux, c'est un problème neurologique.
La preuve, quand je prend un verre,ils disparaissent.
Idem pour la sensation de froid permanente...
 
Avatar de cocci
  • Age : 59 ans
  • Messages : 1515
  • Inscrit : 27 Mars 2012
  Lien vers ce message 02 FĂ©vrier 2017, 22:57
Oufnet cocci pour André ZX12R, vieux souvenirs mon ami fofo des années 2012.

Inscrite en mars 2012, début baclo en juin grâce à l'entraide du fofo pour me procurer baclo.

Libération à 190 en septembre 2012 sous la houlette de Yves. Obligation de diminuer illico à 150 pour travail car EI trop pénalisants et quelques mois après chute.

Tentatives désespérées et folles pour retrouver la délivrance, montées trop rapides jusqu'à + de 300 = échecs.

Dernière apparition sur fofo en juin 2015 pour annoncer une reprise plus sereine et raisonnable. Plusieurs essais sans résultat.

Oui André, baclo est un médicament qui permet de juguler la maladie alcool. Avec l'expérience, le recul et le vécu oui la descente est dangereuse
et débouche pour un grand nombre sur l'échec. Diminuer un peu, mais très lentement, après une stabilisation d'un an minimum, jusqu'à atteindre un
confort de vie acceptable sans alcool ni ES. Ceux qui tentent le zéro aujourd'hui avec réussite sont restés pendant des années avec le traitement.

Oui l'alcoolisme est une maladie tout comme la tension, le diabète... Le baclo en "examen" sous haute surveillance est vilipendé car
si on l'arrête c'est l'échec, où est le problème ? prendre quelques comprimés ou se tuer avec l'alcool ?

Quand je vois tous ceux qui comme moi ont postés sur le site des "guéris". J'en connais beaucoup qui en voulant descendre trop vite ou trop tôt
sont retombés dans l'alcool. Pas facile de remonter la pente avec baclo car il faut monter beaucoup plus haut à chaque fois et ce n'est pas gagné.

Nous sommes si fougueux, impatients lorsqu'on se lance dans l'aventure baclo alors que la rigueur et la patience sont le fondement du succès.
Surtout, surtout, le but atteint, rester cool zen sans tenter de se débarrasser de baclo illico. Il est là, il est bénéfique, vivons avec sans
se triturer les méninges.

Je me réserve pour te pondre un autre pavé sur les ES.

Au passage Coucou Sylvie, que de très bons souvenirs avec toi.
Message Ă©ditĂ© 1 fois, dernière Ă©dition par cocci, 02 FĂ©vrier 2017, 23:44  

" Enlève le mot fatalité de ton dictionnaire, et tu verras que changera le monde." Franck Dunand
Il n’y a pas de fatalité pour celui qui veut bien oser.
 
Avatar de loulou33
  • Age : 57 ans
  • Messages : 6464
  • Inscrit : 04 Juillet 2012
  Lien vers ce message 02 FĂ©vrier 2017, 23:04
Yes


Ni tout a fait la mĂŞme
Ni tout a fait une autre
 
Avatar de loulou33
  • Age : 57 ans
  • Messages : 6464
  • Inscrit : 04 Juillet 2012
  Lien vers ce message 02 FĂ©vrier 2017, 23:06
ON EST OUF

ON EST NET?


Ni tout a fait la mĂŞme
Ni tout a fait une autre
 
Avatar de Lee Vair
  • Age : 52 ans
  • Messages : 5674
  • Inscrit : 12 DĂ©cembre 2012
  Lien vers ce message 02 FĂ©vrier 2017, 23:47
Contente de te recroiser ange de l'enfer ;)


Avoir la conscience de sa cage, c'est avoir la lime pour les barreaux. Reiz17

Indifférente à 280mg en mai 2013. Novembre 2017, 100mg.
 
Avatar de Jéjé
  • Age : 43 ans
  • Messages : 2214
  • Inscrit : 31 Octobre 2016
  Lien vers ce message 04 FĂ©vrier 2017, 2:10
Beaux témoignages d'expériences partagées, merci.

Je sais oĂą je vais..
 
Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 05 FĂ©vrier 2017, 20:18
@Lee content aussi de te lire enchanteresse des mots, maux... :fsb2_wink:

@jéjé j'ai parcouru ton fil et quand tu écris : je sais où je vais...
ça me laisse dubitatif...

Moi même, après presque 5 ans de gobage de baclo, je ne sais pas ou j'irai si j'entamais une descente.
J'ai passé 2 ans sur ce forum et j'ai fais beaucoup de soutien par téléphone et toute les personnes qui ont tenté une descente, se sont ramassées.
Le pire dans tout ça, c'est qu'elles avaient eu tellement de problèmes pour atteindre l'indifférence, qu'elles ont laissé tombé.
Mais surtout, elles se gardent bien, pour la grande majorité, de venir raconter ce qui leur est arrivé.

Après une si longue absence, j'ai pris énormément de recul et quand je parcoure le forum, je m'aperçois qu'il y a quelques témoignages de personnes qui continuent à gober du baclo et pour qui tout ce passe bien.
Quelques, mais vraiment peu, témoignages de personnes qui ont rechuté après une descente.
Mais aucun, j'ai peut être mal cherché, de personne qui ne prenne plus de baclo...

Pour ceux qui me diront que malgré 3 mois indifférence sans alcool (parce que pour moi l'indifférence avec un ou deux verres résiduels, ce n'est pas de l'indifférence), ils ont toujours des "es", je leur conseillerai de ne pas descendre et d'aller consulter un neurologue...

Je prend mon exemple personnel, c'est celui que je connais le mieux, 120 mg de baclo par jour.
10h 30, 13h 30, 16h 30, 19h 30

Quand je me réveille j'ai la totale, crampes aux pieds, mollets et doigts.
fourmillements doigts, mains, pieds, jambes, visage.
Une demie heure après avoir pris ma première dose, plus aucun problème.
Je suis tranquille jusqu'Ă  21h, heure Ă  laquelle tout revient petit Ă  petit.

Autre point important, si je prend l'apéro un midi, ces putains d'"es" reviennent en force.
J'Ă©vite autant que possible, d'associer baclo et alcool, mĂŞme pour un verre.
Lorsque je sais que je vais boire un verre le soir, soit je décale mes prises de 2 h, soit je cumule les 2 dernières, soit je zappe celle de 19h.
Donc j'en déduit qu'alcool + baclo = problèmes

Je sais c'est contraignant mais je pense qu'une personne avec une autre maladie, a aussi son lot de contraintes.
C'est une maladie avec un besoin de traitement alors pourquoi tout foutre en l'air avec une descente...
 
Avatar de Jéjé
  • Age : 43 ans
  • Messages : 2214
  • Inscrit : 31 Octobre 2016
  Lien vers ce message 06 FĂ©vrier 2017, 3:34
Alors je suis bien d'accord.
C'est exactement le genre de témoignage aussi que j'attendais.
Même si j'ai conscience qu'il faudrait beaucoup plus de témoignages de retour des anciens guéris pour pouvoir y faire un rapport clair sur un nombre conséquent de malades.
C'est pour ça quaujourdhui je n'ai pas forcément envie de reprendre un verre parce que je pense qu'il va m'être d'autant plus difficile se faisant de baisser mon dosage de baclo sans risquer une rechute à problème.
J'aurais souhaiter le faire, je verrai cela plus tard.
C'est bien que tu puisses rester connecté et apporter aussi un avis avec des éléments clair sur tes prises et tes EI.
Il est Ă©vident que cela peu effrayer certain, mais comme le disait coluche, un homme averti en vaux 2.
Bis
 
Avatar de Jéjé
  • Age : 43 ans
  • Messages : 2214
  • Inscrit : 31 Octobre 2016
  Lien vers ce message 06 FĂ©vrier 2017, 3:51
Sur le fil de "billard", créé hier, 3 interventions sont intéressantes à lire.
Jack,colibris et Sylvie.
J'ai conscience que tu as donné de ton temps sur le forum et que tu n'éprouves moins le besoin d'y passer du temps.
A te lire
JĂ©rĂ´me
 
Avatar de cocci
  • Age : 59 ans
  • Messages : 1515
  • Inscrit : 27 Mars 2012
  Lien vers ce message 06 FĂ©vrier 2017, 21:15
Hello André,

Moi je me suis ramassée et j'ai témoigné. Mais il est normal, comme JéJé, que le forum attende des témoignages des réussites
et non pas d'échecs. C'est normal,j'étais dans ce cas lorsque je me suis lancée comme une furieuse sur ce forum, quelle épopée et
quel élan de solidarité pour me permettre de démarrer l'aventure. 1 personne sur 2, il ne pouvait être autrement que je sois dans
la bonne moitié. C'est logique et nécessaire car la positive attitude est un atout de réussite.

Ne pas faire partie de la bonne moitié est terrible, mais en avoir fait partie et tomber l'est d'autant plus. Espoir, volonté
bataille pour la réussite oui, c'est primordial, mais il faut se préparer, accepter que peut être ce ne sera pas le cas.

A ma première tentative, les ES je les ai eu à 200%. J'augmentais trop, trop vite et buvais du matin jusqu'au soir. Alcool
+ baclo = détonnant.

Je n'ai jamais été indifférente, à mon grand regret, toujours un ou deux verres. Mais durant cette période de quelques mois
plus d'ES, un bien ĂŞtre total.

Après la chute,lorsque j'ai réitéré, j'ai augmenté tous les 5 jours, uniquement de 2, toujours alcool malheureusement mais beaucoup moins d'ES.

Personne ne réagit de la même manière face aux traitements.

J'ai également une maladie neurologique musculaire et ne peut pas prendre baclo après 18h car autrement j'ai des impatiences, des
crampes terribles la nuit, même durant ma période de rémission. Les mystères de la natures.... inexplicables.


" Enlève le mot fatalité de ton dictionnaire, et tu verras que changera le monde." Franck Dunand
Il n’y a pas de fatalité pour celui qui veut bien oser.
 
Avatar de Manue
  • Age : 47 ans
  • Messages : 25320
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 06 FĂ©vrier 2017, 21:30
André
Désolée pour la SEP, vraiment, du coup le baclo en est un traitement je crois

Merci à toi et à Cocci d'être revenus témoigner, on manque de recul, il y a des personnes à zéro baclo qui reviennent de temps en temps pour témoigner, et tout va bien pour elles, Catherine, Hcat, BB

Chacun a sa dose de confort

Je ne sais pas de quelle partie je fais, des 50%, un coup oui, un coup non, quelque part, ça me rassure de lire des témoignages de situations plus ambigues




Nous sommes si fougueux, impatients lorsqu'on se lance dans l'aventure baclo alors que la rigueur et la patience sont le fondement du succès.
Surtout, surtout, le but atteint, rester cool zen sans tenter de se débarrasser de baclo illico. Il est là, il est bénéfique, vivons avec sans se triturer les méninges.


ça, je l'ai copié dans les p'tits bijoux, car ça vaut tout l'or du monde


De Mark Twain

“Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.”

“On ne se débarrasse pas d’une habitude en la flanquant par la fenêtre ; il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche.”
 
Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 20 FĂ©vrier 2017, 17:21
Bonsoir,
J'ai lu les 3 témoignages dont Jéjé à fait référence et j'abonde dans leur sens au niveau de la prudence mais pas à l'idée de la descente.
Faire comme Sylvie n'est pas à la portée de tout le monde.
Etre Ă  20 mg et augmenter selon son ressenti et les risques, exige une parfaite connaissance et maitrise de soi...
Si c’était si simple, pourquoi autant de personnes rechutent ?

Pour la recherche du zéro baclo , je me pose des questions...
Quel est le but recherché par ceux qui le tente?
Surtout ceux qui le tentent après seulement quelques mois d’inférence…
Faire parti du club fermé des zéro baclo, ne plus avoir de contraintes de prises?
Ou tout simplement, visent ils, inconsciemment, la rechute...
Vous savez, c'est comme ceux qui arrivé à l’indifférence, veulent se "tester"...

Velvet parlait du baclo comme traitement de la sep.
Il n'existe aucun traitement pour guérir cette cochonnerie.
Le baclo sert uniquement pour réduire les douleurs du aux crampes, contractures, etc.
Les traitements qui existent sont des traitements de fonds qui servent uniquement à limiter, atténuer les poussées.
Ceci avec des ES pas piqué des hannetons.
Quand à l'efficacité, elle est toute relative.
En gros cela fonctionne seulement pour 15 % de ceux qui les utilisent, on est loin des résultats obtenue avec le baclo...
Après mettre piqué quotidiennement pendant un an et demi, j’ai fait une poussée donc j’ai arrêté.

Etant un ancien pilote de courses moto, le risque ne me fait pas peur Ă  condition qu'il soit dans ma limite acceptable, soit 30 %.
Je pense que le risque d’une rechute après une descente, même en ayant gardé la dose pendant 6 mois, est supérieur à 30 %.
Pour ceux qui sont arrivé à l’indifférence mais qui continuent à avoir des « es », je leur conseillerai de ne pas descendre et d’aller voir un neurologue.
A titre indicatif, savez vous combien de neurones on crame Ă  chaque biture ?
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 59 ans
  • Messages : 9192
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 20 FĂ©vrier 2017, 18:28
Bonsoir Ă  toutes et tous,

Bah, c'est du AndréZX12R, Il a une idée bien arrêtée et n'est pas ouvert à une discussion contradictoire.

Quand il a décidé de quitter le forum après l'avoir vilipendé et honni, il a exigé de Sylvie d'effacer toute trace de lui. Pas seulement son fil mais tous ses messages.

Si j'ai bon souvenir, Sylvie a eu peur de voir le serveur se planter. Il a quand même été HS quelques heures, le temps de remanier tous les messages.

Quand je vois déjà le temps que ça prend à la suppression d'un message sur mon fil et qui n'est pas le gros, je ne crois pas qu'une telle demande serait encore acceptée pas Sylvie.


André, dans sa méchanceté gratuite, a souhaité que je sois amputé, alors n'attendez pas un pardon de ma part.




17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
http://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Avatar de Florence...
  • Age : 55 ans
  • Messages : 6511
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 20 FĂ©vrier 2017, 20:04
André, puisque tu es allé voir un neurologue, il ne t'a pas parlé de polynévrite alcoolique ?
J'ai lu assez rapidement ton témoignage mais d'après ce que tu décris, tu es en plein dedans et je ne t'ai vu parler de cette neuropathie engendrée par l'alcool à aucun moment.

MĂŞme chose pour Cocci, mais c'est moins flagrant.

Perso, pendant plusieurs mois j'ai attribué au Baclo les douleurs de ma polynévrite, ce qui m'a fait perdre un temps fou dans le traitement de mon alcoolisme.
Heureusement, Manue, ici présente, m'a aiguillée vers cette maladie et il semblerait bien que j'ai rattrapé le coup (au moins partiellement) de justesse.

En tout cas, si toi André et toi Cocci êtes atteints de cette neuropathie, je ne peux que vous conseiller de réagir au plus vite.


Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry
Que fais-tu là ? Je bois. Pourquoi bois-tu ? Pour oublier. Pour oublier quoi ? Pour oublier que j’ai honte. Honte de quoi ? Honte de boire !
Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans condition et la retire sans sommation.

 
Avatar de cocci
  • Age : 59 ans
  • Messages : 1515
  • Inscrit : 27 Mars 2012
  Lien vers ce message 20 FĂ©vrier 2017, 23:32
Flocerise tu rejoins finalement ce que dit André. Il y a les ES logiques liés à baclo, comme les miens
montées trop rapides trop fortes avec alcool à gogo. Et ceux qui le sont moins. Si doutes voir un
neurologue.

C'est bien de se poser les bonnes questions et ne pas tout imputer Ă  baclo.

Pour moi pas de soucis, je suis suivie depuis presque 30 ans par un neurologue. Syndrome de
Guillain Barré à 30 ans. Une chance inouïe d'avoir survécu sans trop de séquelles.
Atrophie musculaire est le cadeau pour ma survie. Le mauvais usage de baclo a accentué les ES.

Depuis mon échec lorsque je témoigne c'est pour dire de ne surtout pas faire comme moi.


" Enlève le mot fatalité de ton dictionnaire, et tu verras que changera le monde." Franck Dunand
Il n’y a pas de fatalité pour celui qui veut bien oser.
 
Avatar de Lee Vair
  • Age : 52 ans
  • Messages : 5674
  • Inscrit : 12 DĂ©cembre 2012
  Lien vers ce message 21 FĂ©vrier 2017, 18:32
VoilĂ , voilĂ , voilĂ , Lol. Quand on vous dit les nouveaux qu'il n'y a pas tellement de jugements sur ce forum :fsb2_wink:


Avoir la conscience de sa cage, c'est avoir la lime pour les barreaux. Reiz17

Indifférente à 280mg en mai 2013. Novembre 2017, 100mg.
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 59 ans
  • Messages : 9192
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 22 FĂ©vrier 2017, 7:36
Bien vu Lee Vair !

Mais celui-là est honni ou honoré.

Et moi itou, au passage ;)


17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
http://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Avatar de Florence...
  • Age : 55 ans
  • Messages : 6511
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 22 FĂ©vrier 2017, 7:46
Et honolulu aussi, puisque c'est tellement intéressant tout ça qu'on vient le lire plutôt deux fois qu'une...

:fsb2_sorry: :fsb2_godgrace: :fsb2_arrow:

Mais tout ça encore, c'est de l'onomastique parce que c'est en mastiquant bien vos propos à toi PASCAL et à toi ANDRÉ, qu'on apprend à connaître la vraie nature de vos noms.

Oups ! ("Onomataupée"), me voilà encore prise en flagrant délit... de délire.
Mais tant pis, je ne me dédirai pas ! Il faudra que j'assume.
Et de votre côté, si ça ne vous plaît pas, vous n'aurez qu'à me dé-lire...
Message Ă©ditĂ© 1 fois, dernière Ă©dition par Florence..., 22 FĂ©vrier 2017, 7:59  

Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry
Que fais-tu là ? Je bois. Pourquoi bois-tu ? Pour oublier. Pour oublier quoi ? Pour oublier que j’ai honte. Honte de quoi ? Honte de boire !
Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans condition et la retire sans sommation.

 
Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 23 FĂ©vrier 2017, 15:17
Flocerise
Bien sur que la piste de la polynévrite alcoolique à été envisagée par mon médecin traitant et le neurologue qu'il m'avait envoyé consulter.
Et bien sur c'est celle qu'ils ont retenu.
J'ai meme eu droit au fameux test de dépistage pour la sep.
Il c'est révélé négatif, comme pour 80 % des gens qui ont la sep...
J'ai totalement arrêté de boire en mai 2012 et en novembre une amie infirmière qui connaissait mon état, m'a conseillé d'allez voir un autre neurologue.
Cet autre neurologue m'a fait passer scanner et irm pour Ă©tablir un bilan neurologique.
Le diagnostique est tombé, 21 plaques au cerveau, grosse atteinte au cervelet, il a eu le choix entre un lupus et une sclérose en plaques.
Etant donné qu'en 2010 j'avais perdu la marche, qu'en 2000 j'avais perdu la vue sur l'oeil gauche, qui était revenue à grand coup de corticoides, qu'en 90 j'avais perdu la sensibilité sur 2 doigts de la main gauche, il a été évident que c'était une sep.


Albéric...
Le roi de la descente sans parachute...
4 montées et 4 fois la meme descente casse gueule.
A ce niveau ce n'est plus de l'obstination, c'est de la connerie ou alors cela rejoint ce que je disais plus haut, inconsciemment tu veux re picoler!
Tu veux reparler du passé?
Qui a courtoisement prévenue la maréchaussée avant mon arrivé à Bruxelles en 2014...
Tu as aussi ruiné et rendu oppressant un endroit convivial que pouvait etre le tchat...
Mais tu vois, après 3 ans d'absence, j'ai pris du recul et tout ce que tu peux penser, je m'en bat les c....... (le premier qui trouve a gagné une boite de baclo)
Episode clos.


Oui la polynévrite est a considérer, avec tout ce que l'on c'est envoyé dans le cornet, il y a forcément des dégâts.
C'est pour ça que je conseille aux gens qui ont toujours des "es" malgré une indifférence établie, de ne pas entamer une descente en espérant que les "es" s'en aillent, mais d'aller voir un neurologue.
 
Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 26 Mars 2017, 18:07
Pas faux André il ne faut pas que cela soit une obsession.
Mais pour beaucoup (dont moi) la dose d'indifférence peut être difficile voire impossible à maintenir, il faut donc bien pouvoir baisser et pour le faire avec un minimum de risque, s'assurer d'avoir une indifférence solide.


Je répond ici pour ne pas polluer le fil de Misstick.

Enfin une réponse à la question que je posais.
Les "es" du baclo qui persiste après l'indifférence.
Prissans alcool le baclo ne déclenche pas d'es, sauf en cas de problèmes sous jacent.

Je prend mon cas personnel.
Vendredi matin je me lève et comme d'hab, crampes sous le pied,gros orteil qui se lève et les autres doigts qui se recroquevillent vers le bas, sensations de brûlures sur les mollets tout en aillant l'impression que du liquide coule sur une cuisse.
Le tout alternativement, un côté après l'autre tout en ayant l'impression que mes pieds sont enserrés dans un étau.
Mes mains sont engourdies avec une grosse perte de sensibilité plus prononcée aux extrémités.
J'avale mes 3 premiers baclo à 10h et les douleurs s'atténuent assez pour être supportable vers les 11h30.
Je retrouve une marche acceptable après la 2ème prise de 13h.
3ème prise à 16h et dernière à 19h.
Les douleurs et les gros problèmes de marche commencent à revenir vers les 22h...

Alors ce que je conseillerai, c'est d'en parler Ă  ton prescripteur ou d'aller voir un neurologue.
 
Avatar de cocci
  • Age : 59 ans
  • Messages : 1515
  • Inscrit : 27 Mars 2012
  Lien vers ce message 02 Avril 2017, 16:10
André les ES que tu affrontes sont liés à la SEP et soulagés un peu par baclo.
Par contre si tu bois un verre d'alcool ils sont démultipliés.

Toutes mes expériences baclo se sont déroulées avec alcool à profusion et
les ES Ă©taient monstrueux.

Lorsque j'ai demandé à mon coatch Yves de m'aider à réussir dans un temps très
court j'ai vécu l'enfer ES car incapable de diminuer l'alcool. Et pourtant
lorsque j'ai réussi à atteindre, non pas l'indifférence, mais une conso modérée
(1 verre par jour) plus d'ES malgré le dosage important baclo.

Malheureusement il a fallu que je diminue illico pour mon travail et l'embellie
n'a durée que quelques mois

J'ai tenté plusieurs fois de réitérer soit sauvagement trop vite trop fort, soit
doucement raisonnablement mais les ES étaient omniprésents car toujours alcool
Ă  gogo.

Personne ne réagit de la même façon à aucuns traitements. Mais je pense que la
majorité de ceux qui ont souffert des ES durant le traitement baclo et pour qui
les ES ont disparu dès que l'alcool s'est volatilisé sont les plus nombreux

Si les ES persistent malgré la réussite c'est qu'il y a un autre problème


" Enlève le mot fatalité de ton dictionnaire, et tu verras que changera le monde." Franck Dunand
Il n’y a pas de fatalité pour celui qui veut bien oser.
 
Avatar de Manue
  • Age : 47 ans
  • Messages : 25320
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 02 Avril 2017, 16:20
André
Juste à titre d'expérience, mon ex collègue vivait à Nantes et souffre d'une SEP
Elle avait remarqué que lorsqu'elle venait en vacances dans le sud, la chaleur, le soleil (vit D naturelle), lui faisaient du bien, moins de douleurs
Elle a fini par déménager par ici avec une nette amélioration des symptômes
Manue


De Mark Twain

“Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.”

“On ne se débarrasse pas d’une habitude en la flanquant par la fenêtre ; il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche.”
 
Avatar de André56000
  • Messages : 41
  • Inscrit : 08 Janvier 2017
  Lien vers ce message 27 Avril 2017, 23:28
Bonsoir Manue,
Je connais les bienfait du soleil sur la sep.
Je m'étais installé en Bretagne pour etre à coté de mes parents et pouvoir m'occuper d'eux.
A 9 mois d'écart, ils sont parti vers d'autres contrées...
Alors dès que la succession est réglée, je vend mon pavillon et je part m'installer en Nouvelle Calédonie.

Pour les "es" du baclo, je laisse tomber.
j'ai donné mon avis, il dérange ou fait peur.
Mais la peur n'évite pas le danger, alors faire l'autruche, je l'ai fait, mais à un moment il a bien fallu que j'affronte la réalité en allant voir un médecin.
pensez y avant d'entamer une descente casse gueule...
 
Hors ligne BB FĂ©minin
Avatar de BB
  • Messages : 6259
  • Inscrit : 31 Janvier 2013
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 16:04
Bonjour André,

Je pense que nous sommes plus nombreux qu'il y parait à être guéris tout en ayant interrompu le baclo. Ici et ailleurs.
Pas de mal à ça. D'ailleurs mon médecin, fin connaisseur, y tenait.
Lorsque la conscience nous fait comprendre que le médicament a fait son travail il devient inutile.
Puis au bout de quelques années la page commence à se tourner... tout en restant solidaire.

Je m'inquiète donc surtout maintenant pour ceux qui sont en cours de traitement, guéris comme toi ou pas, obligés de descendre à 80mg.
Partagée par la colère et la tristesse, le dégoùt; j'attends un revirement de situation.

Au cas oĂą donc:

pétition

Bonne journée à toi et tous! ( :fsb2_wink: Mamanue! / merci Lee pour la zic )
Message Ă©ditĂ© 1 fois, dernière Ă©dition par BB, 12 Aout 2017, 16:08  

- TOUT EST POSSIBLE -
Guérie à 340mg le 12/09/2013---19/07/14: 0 baclo...13/10/14 arrêt du tabac par hypnose.
Surpoids après guérison. Rechute début octobre / guérison à 120mg le 28 octobre.
 
RĂ©pondre Remonter en haut de la page




forum baclofene