Résultats de la recherche (355 résultats)

talis
15 Juillet 2019, 16:05
avec TMM derrière tout ça, j'ai comme un gros doute...



`_
 
talis
15 Juillet 2019, 15:32
Excellent, je connaissais son penchant mais pas cette chanson de bénabar

BENABAR Après, de près



De loin, c'est vrai qu'elle ressemble comme deux gouttes d'eau
A une complice serviable, à ce qu'il te faut
D'abord, elle a l'air docile, toujours au garde-à-vous
Dehors ou à domicile, elle a réponse à tout

Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille

Elle est ton meilleur public, elle approuve, elle adhère
Tu la siffles, elle rapplique, c'est la preuve qu'elle t'adore
Fidèle parmi les fidèles, d'ailleurs si tu le souhaites
Rien ne viendra plus troubler vos fréquents tête-à-tête

Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille... vide
Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille

Mais quand elle est encore pleine de promesses et de rire
De détente, sans peur ni peine, de vacances sans partir
C'est une servante aux p'tits soins que tu peux congédier
Virer du jour au lendemain, mais pourquoi s'en passer ?

Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille

C'est une amie, je te l'accorde, si t'es convaincu
Que la potence et la corde sont les amis des pendus

Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille

Inoffensive, je veux bien, et pas du tout dangereuse
"Inoffensives", dans ce cas, s'applique aux tronçonneuses

Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille

De loin, t'es comme le toutou au bout de sa laisse
Qui est certain que c'est lui qui balade sa maîtresse

Après, de près, quand on se réveille
On voit que ce n'est qu'une bouteille...vide




-
 
talis
12 Juillet 2019, 18:14
j'espère qu'effectivement mon petit cerveau a intégré la non conso et que je vais devenir un bon petit soldat abstinent puis librement indifférent ?

le temps passe plus vite mais avec des journées tellement remplies.

il est clair qu'aucune tâche ne devient désagréable, finalement, même les moins funs du quotidien, voir même la gestion des emmerdes (qui elles, ne s'arrêtent jamais).

c'est vrai que je profite de tout ce temps pour reprendre, je ne peux même pas dire une vie normale, car je trouve ces nouveaux moments de vie tellement agréables limite nouveaux, que j'ai l'impression qu'elle est au dessus de la normale car j'étais en mode survie finalement.

me reste(ra) à savoir où j'en suis exactement...certes, plus dans l'interdiction du tout, j'avoue puisque pas d'envie majeure donc, au moins dans la mise à distance qui s'est faite "naturellement", oui, c'est une certitude.

ma route est encore longue mais rien que de me lever chaque jour, chaque matin sans penser à boire est un put*** de régal...!!!
d'où ça vient, pourquoi, comment, qui quoi qu'est ce...trop de questions, suis déjà épuisé :fsb2_yeah: . une conjonction de bcp de choses, voilà !


.
 
talis
07 Juillet 2019, 19:05
quelques nouvelles.
je me pose un peu plus qu’il y a qq temps mais pas encore assez à mon goût et le pire, c'est que j'en ressens le besoin. mais c'est comme tout, on sait tous que pr avoir moins mal au dos il faut faire des étirements et on ne le fait pas, etc etc
je rentre du Morbihan où j'ai passé 5 jours. j'avais souhaité partir pour couper ma routine. et ça m'a fait du bien. ben oui quoi, lol, même en arrêt maladie, on a le droit d'avoir des vacances, ça aide à aller mieux. ce n'est pas pour rien, qu'on a le droit "aux sorties autorisées" :fsb2_omg:

cela fait donc, 6 semaines (+ 4 sem de cure) sans alcool. et surtoutce qui est le plus appréciable (et c'est peu dire) c'est de ne plus penser alcool, matin petit déj midi soir et nuit...ça, c'est une libération totale, un bien être incommensurable. cela durera, ne durera pas, je m'en fous, je profite.
pas eu de crise d'angoisse ou de craving

A ce jour, encore quelques pensées alcool somme toutes furtives (j'ai eu aussi Deux nuits agrémentées de rêve de conso semaine dernière), assez rarement le midi (sauf les jours où j'invite ou suis invité) et plus régulièrement le soir, vers heure de l'apéro, comme là ou après une bonne après mid. Cela s'estompe très vite et surtout j'oublie après qq minutes. Même si, il est clair que le souvenir du "petit verre" de blanc ou rouge au fond du jardin reste une PENSEE fort agréable...
je peux acheter de l'alcool pour d'autres, ils peuvent en consommer chez moi et en laisser. je ne suis pas attiré, même une bouteille ouverte ne m'attire pas (je ne joue pas avec le feu, je la jette qd même...)

j'ai augmenté, il y a un peu de 2 semaines, après conseils aussi, de 10mg pour la prise de 16h et j'ai repris (enfin) les séances de psychologue. (et toujours suivi infirmière du centre où j'étais)
idem avec le psychiatre de la cure qui me suit depuis ma sortie, qui me trouve sacrément bien et en bonne forme et conscient de la fragilité de tout ça aussi. lorsque je lui ai dit que le baclo pouvait (aussi) être responsable de cela, il m'a dit tout bonnement répondu que "pk pas" et que si il devait me faire une ordo à 120 ou 130, il le ferait sans pb, et ne se contenterait pas (comme l'autre) de me faire diminuer si c'est ce traitement qui me convenait. dc c'est cool

pas de date de fin de non conso. j'avance ainsi.
 
talis
06 Juillet 2019, 11:50
bonjour Laura
si tu as une ordonnance avec une prescription supérieure à 80mg, tu dois être remboursé.
si il y a un pb ce sera entre le médecin et la sécu.
 
talis
17 Juin 2019, 21:39
Effectivement. Faut espérer que les lecteurs prennent la peine de lire les commentaires par contre.
 
talis
13 Juin 2019, 12:26
bonjour
ça va toujours pour l’instant, toujours bien rythmé par mes diverses activités. je ne suis pas du tout un lève-tard, mais je m'impose un réveil à 7h30 maxi pour garder le rythme.
semaine dernière, baisse de régime, ou de forme, donc, je suis resté vigilant
pas d'envie subite de consommation, hormis une fois, mais plutôt des souvenirs revenant devant de l'aquavit chez Ikéa !! mais inon, aucun mal àne pas prendre d el'alcool, même si parfois, un bon verre de vin en fin de journée,serait fort agréable mais en 5 min ça passe

effectivement, j'ai reténté la clinique, puis la gastro entéro, puis la psychiatrie publique avec ses moyens dérisoires, enfin, honteux, même (je vous fait grâce des photos de ma chambre, de la salle de sport (remplie de gravats) et des baignoires entartrées depuis 1970...
donc, effectivement, j'ai fait le privé, le public et la gastro entéro...hmmmmm

Comment vas-tu, là ? Depuis le "retour facile" du centre addicto de ta ville, qui date d' il y a 3 semaines, si je sais compter ?

aucun regret à avoir, je n'ai pas été présent non plus, pour personne comme pr mpi pendant des semaines, délaissant aussi le forum et même sa "simple" lecture.alors ?
la pls est aussi et surtout, un terme de secouriste. lol. ça permet que la personne soit en attente de recevoir des soins, sans risquer pr sa vie.

je revois l'infirmière et le psychiatre de l’hôpital mardi pro. je ne prends plus que AD et anxio, et 120 de baclo (ça aussi, je vais étudier ce volet pour consolider), je voulais d'abord me retrouver un peu chez moi, voir comment ça se passait pr moi avant de réentamer qch

je me reproche pour l'instant surtout de ne pas prendre le temps de réfléchir et de me poser pour "respirer" par exemple

merci bonne journée également et surtout à bientôt
 
talis
10 Juin 2019, 9:44
comme l'écrit Bartleby, pour savoir quelle molécule agit ou non, et pour son bien,il va falloir partir en post cure (et en cure de sevrage médicalisé (surtout) juste avant) et ça, ça va lui demander un investissement personnel et preuve de volonté.

perso, pour les sudations, c'était uniquement un phénomène de manque que d'EI§. A voir pendant l'arrêt de l'alcool
 
talis
09 Juin 2019, 21:24
Bonsoir
je t' ai envoyé un MP il y a qq jours.
dans l'attente de ton retour en espérant pouvoir t'aider et tenter de répondre à qqunes de tes interrogations.
à ta dispo
Talis
 
talis
04 Juin 2019, 13:54
bonjour à tous,
des mois sans poster et peu de passage sur le forum...
bref, des semaines et mois de galère avec, je 'espère un nouvel espoir...

un rapide résumé :
en fait, je suis parti en pseudo cure du 12/02 au 28/03 dans la même clinique qu'au mois d'août 2018, je savais dans les derniers jours que j'allais reboire, je le sentais. le séjour ne s'est pas bien passé dans les derniers jours et rien de proposé à la sortie.
quelques temps après : tentative de sevrage dans un hopital, service gastro entéro
ils m'ont collé dans une chambre avec un mec d'une 60aine d'année, "cirrhosé" et bouyré de laxatif...résultat : commission (petite ou grosse) porte ouverte, donc, j'ai dit stop signé une décharge et suis rentré chez moi...
du coup, j'ai décidé de repartir en centre addicto "pur", dans ma ville au moins pour refaire une vraie coupure (comma août 2018) et addicto, ce que je n'avais jamais essayé
suivi psycho, psychiatre et infirmère. gros sevrage et très bien suivi la 1ère semaine. ensuite, cela, hors exception, ressemble à ce qui est décrit dans le bouquin et dans le film sur O. Ameisen..groupes de paroles, lettre à un proche, ateliers "basiques"
séjour dont je suis sorti le 25 mai.
retour "facile" , très actif en essayant de varier les activités surtout pour ne pas tomber dans l'ennui
j'ai refusé la post cure de deux mois dans la continuité. j'avoue en avoir marre des groupes "gestion émotionnelle", zumba, atelier mémoire et autres...la post cure n'empêche pas l'ennui, ni la conso, je ne me sens pas prêt à revivre cela. pour autant, des potes y sont allés,et cela semble leur avoir servi, mais chacun son protocole et sa route...

content d'être de retour même si je n'ai rien suivi depuis des lustres
 
talis
26 Janvier 2019, 8:23
une aiguille de 95 kilos effectivement, difficile de ne pas me trouver ! lol

craquage hier soir, je m'en doutais, trop d'assurance, trop miraculeux...
"pas grave" (ou presque...) je repars "dans ma" croisade : 0 conso. ça me fera les pieds pour ne pas dire autre chose mais ça ne me fera que du bien
 
talis
25 Janvier 2019, 10:14
pour mieux remonter en ayant eu cette période de jeûne... :fsb2_wink:

hier, psychiatre, matin, qui m'a trouvé mieux que la semaine dernière (tu m'étonnes), et ne m'a égalemant pas jugé sur le fait d'avoir bu 3 verres dans ce contexte précis tout en m'alertant, évidemment, sur la suite. il n'est pas du tout pour l'abstinence totale, et juge qu'il (m') est possible de parvenir à contrôler. à voir mais discours ouvert !
et c'est lui qui me file aussi mes 150, donc, agréable surprise

hier soir, psychologue. et entre la semaine dernière avec mes 4 bouteilles et cette semaine avec quasi rien, et uniquement des pensées sans peu d'envie, c'est très surprenant mais "je prends", peu importe pourquoi comment. j'en ai suffisamment ch...avec ce sevrage pour apprécier ces moments

du coup,comme souvent, en sortant habituellement, du psy, j'achetais une bouteille de pif. ce que j'ai encore fait !
de retour, pas de précipitations, prépa repas, et finalement n'ai bu que 2 verres. c'est pas terrible pour l'achat car ce n'était en rien un moment de partage ou convivialité

ce matin, pensée alcool à 8h pour un réveil à 7h, pas si mal. la bouteille est là. il ne me semble pas en avoir besoin.

j'avance pas à pas. je me cherche encore. mais, même si je trouve ça super, je me méfie...car ça c'est trop vite inversé et je sais que l'alcool est bien plus malin et sournois que moi
 
talis
24 Janvier 2019, 8:23
ah, c'est sur...sauve qui peut pour le boulot. je suis en train de réfléchir à la suite justement pendant cette semaine de repos

hier soir, bon resto prévu de longue date, avec mon amie la plus proche, très au fait de toutes mes pérégrinations baclofène et de maladie, on a pris 3 verres de vin "convenus". donc, pas de craving oui craquage.

je n'avais eu aucune envie de la journée, et je n'avais pas non plus prévu de boire le soir. c'est venu comme ça "naturellement"...ou par habitude ?? (là, je n'ai pas la réponse)

car aucune envie mais aucune envie, voir même pensée ce jour !
c'est venu un peu tôt mais je ne considérais pas cela comme un test du tout

cependant, ce matin, au réveil, ma première pensée n'a pas été de boire. ce n'est en aucun cas une victoire du tout. juste un constat.

l'objectif est toujours de continuer le 0 alcool. ce n'était pas du tout un test
 
talis
23 Janvier 2019, 10:22
merci Sylvie
en tout cas, je tiens bon...
je prends deux anxio le midi au cas où...et surtout plus d'ES du tout, donc, ça attire moins vers le produit pr les calmer...
 
talis
22 Janvier 2019, 12:00
question benzo, ça devrait aller et je revois mon doc cet après midi en plus

peu de risque d'alcootest, de la aprt de mon employeur, jamais vu en 20 ans mais pour autant, je n'en suis pas fier. que ça se sache, ne me dérange plus, j'assume pleinement

pas de conso hier, (encore qq EI de tremblements donc doublement des anxio)
des pensées/envie de 5 min

disons qu'à moitié de sevrage physique, les ES ont disparu. finalement, avoir pris des congés seul ne semblent pas (pour l'instant) avoir été stupide. et j'essaye de me remettre d’aplomb moralement

je ne fais pas le malin, loin de là, mais alors loin de là, juste un bilan de "mi-mandat"...
 
talis
21 Janvier 2019, 13:01
maintenant, ça se sait en tout cas....et je dirais même, ça m'étonne même qu'on ne m'ait jamais rien dit avant depuis tout ce temps

pas de conso hier (mais dur...), moins de pensée à midi mais une volonté forte de tenir ces put** de 5 jours mini de sevrage physique. pas simple seul mais...
 
talis
20 Janvier 2019, 20:50
et un ami vient de m'appeler pour me prévenir que qq'uns au boulot avaient vu ou senti que j'étais alcoolisé...fallait bien que ça arrive quand on s'enfile 2 bouteilles sur place.
 
talis
20 Janvier 2019, 17:12
toujours avec mes 4 bouteilles par jour sauf aujourd’hui...mais c'est dur (manque, suées et incapable d'avaler qch...) de tenir mais une proche amie est avec moi depuis ce matin, et nous ne sommes pas sortis et je n'ai rien chez moi, donc pas le choix

grosse douleur dans le bide qui forcément m'inquiète

des achats compulsifs, des sorties annulées pour cause de tronche de défoncée, des absences au taf car je suis révolté de ce que j'y vois et surtout de mon ennui sans compter le reste, la télé etc.

l'épicerie réouvre à 16h et mon amie va partir...

moi suis complètement à la ramasse, en fait. l'espoir n'est pas là ce jour en tout cas

pour la cure, je ne suis pas prêt. je tente les 5 jours de sevrage physique seuls mais ça va être très dur je pense, suertout que je ne retourne pas au taf cette semaine (ça ne m'aide en rien, de toute façon, j'y bois là bas.). je vois mon médecin demain pour lui demander si il peut me filer un coup de qch pour tenir plus facilement
 
talis
14 Janvier 2019, 16:04
merci du soutien et retours respectifs

je tente un mix de tout ça et reviens poster positivement cette fois, j'espère...
 
talis
14 Janvier 2019, 15:02
je rejoins Théo, de part ma situation professionnelle, pour son avis sur les CESER...c'est la planque des ronfleurs. souvent 2 ans de retard entre un avis et le rapport.
aux frais de la princesse
 
talis
11 Janvier 2019, 11:12
je mettais donné mes semaines de congés pour aller mieux et faire une vraie pause alcool. impossible, et même pire.
j'ai repris les matin, midi, soir, nuit sans parvenir à en changer.

reprise du taf lundi, mais pas retourné mardi, mercredi, pas envie par ennui professionnel, hop, deux jours de congés et picole

donc, toujours dans la panade et même avec une accélération de conso.
vin au goulot, et des pensées permanentes. je me dis toujours pourquoi, pourquoi ce comportement débile mais maladfi, de me lever la nuit pour boire et espérer redormir plutôt que de mettre 10 min de méditation ou cohérence cardiaque !

j'ai repris activement le suivi psy sous hypnose, à voir

faut trouver le bon cocktail entre AD, anxio et baclo...
là, toute la journée, sans parvenir, à garder 1/2 journée de calme ou en me fixant des obj de non conso.

j'avais rechangé ma répart' pour redémarrer à 05h du mat', j'ai oublié pendant une semaine de le faire, et vu que c'est la 1ère fois depuis mon démarrage en avril 2017, que je déconne sur les prises, ça ne peut que m'inquiéter sur la suite.

bref, j'essaye de maintenir la tête hors de la bouteille en tentant de faire encore bonne figure
 
talis
17 Décembre 2018, 10:20
Il aura été long mon week end (!) de 10 jours :fsb2_red: pour mettre autant de temps à vous répondre…et désolé si je ne reprends pas chaque post mais merci

Reprise de l’AD depuis 3 semaines, maintenant. Un peu dur la semaine dernière, car grosse conso en fin de semaine environ 25/30 UA jour.

Reprise du suivi psychologue avec une séance semaine. J’ai juste zappé le psychiatre (alors que c’est lui qui me fait la plus belle ordo à 140 !) et la psycho de l’unité mobile d’alcoologie mais, non, seulement je ne pouvais pas conduire pour y aller mais elle allait me faire la leçon, anti baclo.

Je cherche toujours le déclic. Oui, effectivement, et reprendre le contrôle sur tout ça…je n’y suis pas ou alors, faut vraiment que je fasse un bilan plus poussé

Je ne sais pas si j’ai pu donner de l’espoir mais en tout cas, je sais que c’est faisable et, perso, j’étais bien mieux pendant ces 3 mois et content de refuser un verre finalement que de l’engloutir en 1 gorgée.

J’ai la chance de ‘n’avoir aucun EI même avec une prise à 80 à 07h00. J’ai encore un doute sur la reprise de l’anxio ou pas. Mais peut être pourrait-il calmer mes envies nocturnes dues aux angoisses qui reviennent sans alcool.

J’ai pris ma petite claque devant mon MG et ma psy, qui m’ont chacun bien secoué, et c’était largement justifié mais là, je me repars au combat. mais comme m'a dit aussi ma psy "vous pouvez aussi être fier de vous"
5 jours à tenir avant les congés dans le coin et loin de l’ennui du boulot. J’essaye de garder le moral et surtout de ne pas exploser, sans culpabiliser (ça fait bcp ça....)

et disons que je vais mieux aujourd'hui qu'hier...c'est déjà ça mais j'ai déjà commencer la conso
 
talis
07 Décembre 2018, 10:21
Merci. Merci de vos soutiens respectifs
Je reviens répondre après ce week end à vos messages qui redonne le moral.
Bien à vous
 
talis
05 Décembre 2018, 10:33
la prise de ce 1er verre a semble t il tout redéclenché car j'ai pris une belle claque. j'attendais tellement ce moment que forcément, c'est un peu difficile à accepter mais c'est ainsi.

effectivement, difficile de savoir qui ou quoi est responsable mais j'essaye de (me) comprendre.
comme en plus, je me suis sévèrement fritté avec mon supérieur, la semaine dernière, que mon MG m'a confirmé ne pas dépasser les 80mg, ça sentait bon le pétage de plomb et de retomber dans mes travers.

c'est un peu dur de ne pas se culpabiliser car je pensais vraiment avoir franchi une belle étape mais finalement, non, pas encore mais je vais bosser là dessus.

je laisse passer la tempête, remonte en baclo et je cherche le (bon) curseur sur lequel appuyer.
il y a eu pourtant ce sentiment de détachement mais là, faut que je m'y remette
 
talis
03 Décembre 2018, 12:38
hello
difficile en ce moment
j'avais prévu de me tester mi-nov et au moins, je sais où j'en suis. lol
ce test après 108 jours exactement d'abstinence (volontaire ou non car tellement agréable) m'a surtout montré que je n'ai pas perdu mes habitudes et comportements
et là, j'ai bien replongé
j'ai fait aussi l'erreur de vouloir arrêter AD et anxio dans le même temps et reprendre un peu (à la base) d’alcool, ça fait bcp
on ne sait plus qui est responsable de quoi de ce fait
 
talis
19 Novembre 2018, 15:26
tu sais bien talis qu'on conseille de remplacer l'alcool par de l'eau ou un liquide non alcoolisé


oui, Edith, mais, je parlais plus simplement en rebondissant sur le post de Théo et "son geste de boire" sur celui du fumeur.
on substitue la cigarette par un objet. pour la bouteille, ce peut être plus délicat mais vu que c'est un besoin vital que de boire un liquide, on n'a pas le choix
 
talis
14 Novembre 2018, 7:41
TMMM fait quoi dans la. Vie ?
J'ai trouvé une activité de "santé humaine" depuis 6 ans d'après le Kompass.
En massage, coton etc...

Et la rédaction d'une thèse en. Eco et droit

Il faut encore un appel au peuple ? Il en a Besoin pr quoi maintenant?
 
talis
13 Novembre 2018, 17:36
et kazoo ???

.
 
talis
12 Novembre 2018, 10:12
quand on arrête de fumer, le geste "manque", pourquoi un buveur n'aura pas ce manque également ?

bon, ok, il est plus simple de mettre un cure-dent ou une sucette dans sa bouche pour imiter la clope et de "jouer" avec, je n'imagine pas quelle taille pour remplacer une bouteille ?
 
talis
12 Novembre 2018, 9:44
Bonjour,
et merci de vos retours.

effectivement, Sylvie, je maintiens mes RDV psychiatre pour ça. lors de ma dernière entrevue, l'annonce était déjà tombée mais il a continué à me filer mes 140, sans sourciller, sachant comme écrit précédemment, il pense que le baclo est pour beaucoup dans ma guérison, je ne comprendrais pas si il change d'avis.
mais comme tu dis, avec le baclo on ne sait jamais, comme avec les prescripteurs et addicto.
 
talis
10 Novembre 2018, 8:45
Il en fait même une de 140...mais sans savoir pourl'autre d'où l'intérêt de ne pas avoir de dossier pharmaceutique
 
talis
09 Novembre 2018, 11:38
Quelques nouvelles.
Ça va toujours bien, plutôt très bien même. Le psychiatre a arrêté de me trouver des maladies et a admis que le baclofène était très très certainement aussi responsable de ma guérison rapide, m’a-t-il dit. Il me laisse en plus à 140mg sur son ordonnance.

Ma psy « me met de côté » car elle pense qu’elle ne peut pas m’être d’une grande utilité en ce moment. arrêt de l'AD d'ici une semaine et suppression de l'anxio depuis 3 semaines.

Seul hic, mon MG a descendu sa prescription à 80mg.

Depuis +2 semaines, j’ai quasiment stoppé la prise de bière à 0.00 et finalement cette semaine, aussi le pastis. Pour la bière, c’est parce que c’est super calorique donc j’ai fait attention. Cette conso et le goût ne m’était donc pas du tout indispensable

En m’ennuyant en réunion, j’ai regardé depuis combien de temps je n’avais pas bu un coup. Ça faisait 100 jour ce mercredi (Pensées à Manue qui en faisait son propre constat, il y a qq journées)

Content, fier ? c’est passé super vite en tout cas depuis mi-septembre, c’est pour ça, que ce chiffre m’a sauté aux yeux

Je n’emploie toujours pas le terme « indifférent » non pas par superstition, mais simplement parce qu’il me fait peur. Je pense à l’alcool mais pas à sa consommation donc, c’est un sentiment surprenant. Et je ne lis pas cela dans les commentaires des indifférents
Mais sincèrement, peu m'importe, je ne vais pas faire la fine bouche, jouer sur les mots, car au delà du terme utilisé, je me sens bien, détaché de l’alcool. Objectif rempli de bien être
 
talis
08 Novembre 2018, 10:59
j'ai pu et dû pratiquer l'EMDR il y a quelques années pour un traumatisme d'agression. mouvement oculaire ou par tapping
au fil des séances, il s'est avéré que cela a aussi dévié sur mon enfance et que certains points n'avaient jamais été solutionnés.
il faut tenter une ou deux séances pour aller chercher au fond de soi. si le praticien est bon, c'est possible, même sans connaître véritablement la cause, je pense.

concernant le coût, peut être voir auprès d'un CMP voir d'un hôpital public psychiatrique, car pas mal de psycho y sont maintenant formé
 
talis
08 Novembre 2018, 10:54
salut karo

tu peux me donner l'adresse en MP ? c'est pour une amie qui cherche qch dans le genre. je verrais si je ne l'accompagne pas...

content de te revoir
 
talis
01 Novembre 2018, 23:34
de mon côté, le psychiatre qui me suit depuis ma sortie de séjour fin aout, et que j'ai vu hier matin, n'a pas changé sa prescription : 140 mg, zncore

il m'a dit lors de notre conversation et compte tenu de mon état d'esprit, que le baclofène avait sans doute joué un grand rôle dans ma guérison...
j'essayerais de savoir la prochaine fois, si il en prescrirait de lui même à un nouveau patient.
 
talis
27 Octobre 2018, 21:03
les commentaires "sous" l'article sont catastrophiques également.
j’essayerai de mettre un mot

.
 
talis
24 Octobre 2018, 9:49
as tu trouvé un centre à ta convenance ?
pas eu de retour sur le dernier MP envoyé
 
talis
11 Octobre 2018, 22:21
merci Théo
j'aime beaucoup Rachmaninov :fsb2_yeah: je ne connaissais pas ton lien Fakir
j’écoute la suite demain

.
 
talis
11 Octobre 2018, 16:29
c'est exactement ça, Manue. pour l’instant, je ne suis pas crispé de ne pas consommer ou en voyant d'autres le faire. je me poserais tranquillement une soir et déciderais de prendre un verra. et on verra...je ne mets pas la pression
effectivement, je me sens bien, pas de sautes d'humeur, rien de tout cela.

mes nuits sont correctes même si je me sens qq fois fatigué au réveil (mais la motiv d'aller au taf étant quasi nulle, cela peut s’expliquer)
pas de dépenses excessives, non plus
le seul truc, mais ça, je l'ai déjà écrit, c’est que je ne prends pas le temps de me poser 1/2h, 1h par jour mais parce que je suis vraiment occupé (et pas devant la TV)
 
talis
11 Octobre 2018, 16:01
à ce niveau là, on dépasse la contradiction...et de préciser "deux bouteilles de vin/jour. Mais du bon, j'ai les moyens !" comment dire....bref.

et toi ? tu en es où ?

.
 
talis
11 Octobre 2018, 15:57
ben, Kazoo, t'es où ? nan, je déconne...

nouveau RDV psychiatre hier. donc, je serais toujours un sujet un peu tendance cyclothymique.
pb : je n'ai eu aucune période de baisses d'humeur,aucun passage de tristesse ou de colère. non, rien de cela, je garde juste la pêche et le sourire depuis mon retour à la vie courante

je lui ai dit que j'étais "juste" content de ne plus être esclave de ma bouteille et que je faisais ce que je voulais maintenant, donc, plein de choses. CQFD. mais non, fallait me trouver quelque chose. bref. j'ai chopé une ordo de baclo, et c'est le principal, le reste...

sinon pas de conso, plus de sentiments d'interdit, sensation d'être dans l"éloignement"
une pensée en passant devant un magasin en me disant "tiens avant je m’arrêtais là", et puis c'est tout.
apéro anisé à 0.00 et bière à 0.00 me satisfont.

Hier soir pour les 18 ans de ma nièce après ouverture d'une bouteille de son année de naissance, un pincement réel, frustration rapide et puis s'en va.

je prendrai un verre mais quand ? même moi, je ne le sais pas encore

talis

PS : j'ai fait un +10mg (sur conseils avisés) pour annihiler ma manière compulsive de consommer boisson et/ou aliments



'
 
talis
11 Octobre 2018, 9:32
attention aux mauvaises intentions, Nic.

certains disent ne plus avoir d’intérêt pour l'alcool mais pour les lobbies, si...

.
 
talis
09 Octobre 2018, 14:12
je ne sais pas si il y a plus de cochonneries dans le pastis sans alcool que dans le vin (hors bio et encore... mais vin nature surtout) que j'ai ingurgité.

comparatif vin classique et nature affligeant quand même.

sans parler des résidus de pesticides qui se baladent dans la nature après épandage

et je te rejoins tellement sur notre connaissance de la dépendance après ces années.
 
talis
09 Octobre 2018, 10:53
merci pour ton récit

effectivement certains symptômes (mais pas du tout au même niveau que toi, Florence) subsiste pour moi également comme les fourmillements et sensation de pieds chauds en fin de journée.

le pastis sans alcool (faut faire attention cependant au réglisse qui fait monter la tension) me va bien pour l'instant, même un peu trop, à mon goût,car pas de conso ritualisée. et comme toi, me passer de "lui" ou bière à 0.00 est difficile donc, j'en ai tjs d'avance v(mais sans angoisse ou insomnie au cas où)
le jus de tomate c'est sympa aussi (avec sa recette apéro...) mais ce n'est pas pareil
 
talis
09 Octobre 2018, 9:48
je te donne des infos complémentaires en MP
A tout de suite
 
talis
08 Octobre 2018, 9:12
salut karo,
je suis assez d'accord avec Moi73 sur " On peut aussi provoquer une fracture avec l'alcool en changeant radicalement ses habitudes et me concernant, en recommençant à faire des projets "
que ce soit par un passage en cure (le plus radicale mais efficace me concernant) pour le changement des habitudes et du coup, une baisse de poso.
en effet, en suivant "certains" conseils, suis passé de 290 à 150, avant mon séjour et pas une goutte depuis + 1 mois (+ 1 mois pendant séjour).

pour le coup, c'est clair que mes habitudes ont du inévitablement changé...et depuis mon retour, oui, j'ai une pensée en passant devant certains magasins mais je me dis simplement : tiens, je m’arrêtais là avant ! et voilà, c'est tout ce qu’il se passe dans ma tête

je ne suis pas guéri pour autant et pour l'instant, peut être, mais je vais bien et ça, ça faisait longtemps.
 
talis
01 Octobre 2018, 8:54
Merci Talis pour le complément d'information et ton ressenti :)
Tu as senti qu'il y a eu un avant/après cure alors, toi aussi?


oui, un réel avant/après, apparemment, plus que visible, car le psychiatre rencontré la semaine dernière (nouvelle recru du centre), m'a trouvé très (trop?) optimiste, suspectant un comportement bipolaire ! comme dirait mon MG, faut toujours qu'il trouve quelque chose.
très honnêtement, je n'en suis pas là, je ne suis "juste" plus sous le diktat de l'alcool, et c'est un réel plaisir.
je ne consomme aps, je ne me sens plus dans l'interdit mais plutôt dans le détachement. quelques pensées, pas d'"envies majeures, un verre d'un excellent rouge en tête parfois.

quant à kazoo, à qui je fais plaisir (!!!!!!!!!!!!!!), j'espère que j'aurai une spéciale dédicace dans un super tableau de statistique, inutile.



[quote] Quant à la galère de certains, à ce que j’ai pu lire, il en est qui devraient se poser de sérieuses questions sur leur méthode de traitement et leur objectif.

oui, il y en a qui galère avec la meilleure volonté du monde et l'envie de s'en sortir, traitement ou pas.
j'ai commencé le baclo en avril 2017, pour mémoire, et en sept 2018, je me sens mieux, "seulement", APRES UN SEVRAGE pendant un séjour sous baclo, validé par psychiatre

donc, je ne sais pas qui doit se poser de sérieuses questions, mais j'ai une idée....
 
talis
29 Septembre 2018, 22:49
"jte remercie de ta reponse, je ne connaissais pas ce conflit entre pascal et sylvie et je ne veux pas savoir"
c'est quand même incroyable de ne pas vouloir savoir (et encore mieux : pour comprendre) avant de s'exprimer et de juger ?

"theo, le pharmacien, le forum, jme sers de ca pour me defouler, car je bois, et etre soul sans tituber c est le pire des alcolismes; merci"


donc, si je comprends bien, tu viens te défouler sur le forum sous prétexte que tu bois ? as tu pensé à te défouler autrement pour éviter de venir ici vomir ton fiel ?

je rejoins Théo, merci à manue d'avoir tt dit et à sylvie de faire tant et tant encore, envers et contre tout



.
 
talis
26 Septembre 2018, 17:20
en retour suite au post de Fakir, mon ressenti post-séjour. désolé, un peu long et pas forcément très lisible...

Talis salut, trop heureuse pour toi, tu gères la fougère, lâche rien! merci. je vais tjs bien, sans conso, sans envie réelle. mais tjs trop euphorique

J'ai fait qu'un seul séjour de 7 semaines, et bien que ça ne m'ait pas guérie, c'est une expérience à mon avis essentielle dans le processus:

* Dès l'arrivée, on voit les "cas critiques" shootés, ou qui en sont à leur 10ème séjour... ça fait réfléchir, on se dit "je veux pas finir comme ça"
dans ce centre, je n’avais pas de cas « shootés », ce que j’appréhendais également donc, pas eu cette vision à mon arrivée

* On rencontre plein de gens qui ont le même parcours, en frontal, pas derrière un écran. On voit qu'on est vraiment pas seul dans cette galère. Carrément, et de tout milieu social, professionnel

* On se rend compte que l'addiction et la psychologie sont indissociables.
Dépendance amène la dépression ou dépression amène la dépendance

L'alcoolo-dépendance est certes prédominante dans ces structures, mais on y voit aussi des personnes en burn-out professionnels ou familiaux / des accros au sport (et qui en souffrent atrocement) / des fatigués de la vie, tout simplement...ou des accrocs au sexe aussi !

* Tout simplement, ça permet de comprendre qu'une autre vie est possible, et éloigner le produit toxique pendant le temps de la cure, c'est toujours ça de gagné
Et c’était initialement mon but, sans savoir que je ferais tant de chemin aussi vite, mine de rien (qu’est ce que 4 semaines…le plus dur est d’y rentrer et donc d’accepter cet enfermement)

* Dans mon cas encore, les ateliers, forcez-vous à y aller. C'est très irritant au début de rester assis à écouter une psy n'ayant pas connu notre addiction nous faire la morale (cf "communication non-violente") mais une fois sorti vous avez plus de cartes pour interagir avec le monde extérieur sans péter un câble
voilà, c'est dit. Ce sont les échanges aussi entre patients qui m’ont énormément ouvert les yeux et permis de participer de plus en plus aisément aux discussions. cela donne également plus de billes pour aller mieux, tt simplement, anxiété, angoisse, d'où ça vient, comment la contrecarrer etc etc. même si ce sont des rappels pour certains, dans ce milieu fermé, cela prend un autre sens car on a le temps d'y penser

* La salle de sport sur place, c'est juste génial (sauf pour les addicts au sport, bien évidemment). idem pour les médecins/infirmières: la moindre peur sur sa santé est court-circuitée par une consultation, on perd moins de temps en anxiété stérile
J’ai repris goût au sport grâce aux 5 « pov » machines et à la prof. J’avais arrêté depuis +1.5 ans, alors que j’en faisais 2 à 3 fois par semaine intensivement. un vrai défouloir et cela redonne confiance aussi

* C'est hard mais important d'avoir un rythme: on se lève à telle heure, on mange à telle heure, on a un atelier à telle heure, etc. Ça pose un cadre.
Oui, et il « surveille » aussi cela car cela fait parti intégrale de la thérapie. Car en fait, il surveille tout, au-delà des caméras, les échanges, les personnes, les groupes auxquels vous appartenez, avec qui vous êtres proches, votre intégration sociale, etc etc. ils ne font pas qu'eux donner des pilules, enfin aps tous...

A savoir aussi pour ceux et celles qui seraient tentés:

* Il faut malgré tout un "bon mental" là-bas: on tombe forcément sur des personnes douteuses / pas motivées (si vous saviez le nombre de produits qui "passent" en cure...) voire violentes (la police doit parfois intervenir!). Mais en conséquence, on apprend à dire non et à aller vers des personnes positives.
Oui, il existe clairement des clans, des groupes. Les 4 premiers jours sont dures. Mais permettent aussi, justement, de se faire une idée des personnes auxquelles vous allez confrontés ou celles que vous allez apprécier et j’ai eu cette chance, un super bon groupe

* Pour ne pas se retrouver livré à soi-même à la sortie, prendre rdv très rapidement avec les structures/psys à l'avance pour être suivi immédiatement à l'extérieur
Oui, car en général, ce n’est pas proposé et vous vous retrouvez du jour au lendemain « sur le trottoir » pour rentrer chez vous donc, forte vigilance à avoir. j'ai demandé expressément à avoir un suivi en sortie de cure. et cela a pris tt son sens.

* Tenir bon et ne pas se croire guéri au bout de 2 semaines. Croyez-moi, ceux qui sortent trop vite reviennent aussi très vite.
Dans mon centre il n'y avait pas d'activités les 2 premières semaines, je me demande si c'est pas fait exprès pour tester la motivation des patients... nous, c’était les week ends. Et ça paraissait peut être long, sauf qu’en groupe tout passe. Je me répète mais je n’ai pas passé une seule soirée seule dans ma chambre ou plus d’une heure les jours de week ends.
Ceux qui sont sortis rapidement et trop vite sont revenus ou n’étaient pas là de leur plein gré. Et ce sont parfois, les fortes têtes qui donnent des leçons à tout le monde et ne sont pas malades…(tiens mon c….) ou les personnes qui ne sont pas prêtes


* Dans ma cure, une infirmière rentrait dans ma chambre toutes les 6h. Donc quasi impossible de faire la sieste ou une nuit complète, ce qui est frustrant puisqu'on est là pour se reposer aussi. Mais c'est pour "éviter les suicides" (lol). Nous 4 fois par nuit….


* Ne pas se tester lors des sorties autorisées: perso j'ai bu un demi au resto en milieu de séjour, et je crois que ça a favorisé ma rechute.
Ne pas se tester est primordial, donc, bien « programmer » sa journée et éviter les choses tendancieuses. Et aussi, parce que risque de contrôle en revenant en clinique le soir et aussi, parce que cela n’en vaut pas la peine


Bref, faut fayotter, poser des questions, faire le bon élève (dédicace à Théo!). Savoir d'où on vient, pour quoi on est là, et bosser, être assidu, râler, s'imposer même. Je parle en tant qu'introvertie. En profiter pour voir une assistance sociale, par exemple. Faire des activités qu'on n'aime pas à la base (genre sophrologie ou pétanque. Ouais je sais ça paraît con, mais ça passe par des choses cons la guérison, je crois)
ah effectivement pas con du tout, j’ai fait pareil c’est même vital !réclamer, quémander. Une heure de sport le dimanche, s’incruster en sophro, la psy 3 fois apr semaine et pas 2, redemander de la baignoire sèche, par exemple


Conclusion: la cure, c'est pas une sinécure! C'est un mix de colonie de vacances, de ClubMed, de prison, et d'hopital... Mais ça vaut la peine dans tous les cas.
super conclusion. faut être prêt(e) à franchir la porte, accepter de se livrer (ne plus se juger. nous sommes malades) et « profiter » au maximum de ce qu’il est possible en terme d’accompagnement, de soins ou d’activités.
 
talis
22 Septembre 2018, 22:34
Marie Pierre, Manue aucun problème pour le squat, revenez quand vous voulez.

Fakir, je suis tellement d'accord avec ce que tu racontes sur la cure et notamment ta conclusion car c'est exactement ça.
je complète ton récit très prochainement.
 
talis
21 Septembre 2018, 16:21
un petit débrief...

depuis mon retour de séjour, le 28/11, et ma reprise du boulot semaine dernière (le 12/09), toujours pas de conso.
Très peu d'envies (absolument aucun craving), des pensées oui bien sur, notamment, à l'heure des ex-apéros, mais c'est tout.
j'ai pourtant invité chez moi, j'ai acheté de l'alcool pour d'autres, j'ai été invité, j'ai fait un mariage, etc etc et...rien. même pas une envie en ayant les bouteilles de vin ouvertes chez moi et dans réfrigérateur.

ce que je ne sais pas encore si je suis en mode "je me l'interdis" ou en mode "détachement" ou.............. mais pas de conso, et sans aucune frustration, et j'en fais simplement le constat sans chercher forcément à mettre un mot sur ce que je ressens

l'ennui est revenu rapidement au boulot. mais je compense pour l'instant avec la reprise d'activités extra-pro : activités sportives, et travaux chez des amis et de bons projets pour la fin d'année
mais du coup, je ne prends plus le temps de me "recentrer" quelque peu sur moi même 1/2h ou 1h par jour...et j'ai peur de l'euphorie

je ne me sens pas encore me tester. on verra ça (un peu?) plus tard.

je bois, de la bavaria 0.00 et heineken 0.03 (la plus ressemblante avec les alcoolisés), et du faux ricard à 0.00 et ça, j'adore et surtout celui des marques d'hyper à bas coûts (!)
je me méfie cependant....(appétence).


PS : pour la chambre indiv, effectivement, c'est ma mutuelle qui a pris le relais.une chambre double selon son coloc peut vite annihiler les bienfaits d'une journée et d'un séjour
pensée pour Théo : j'ai entendu hier Rachmaninov concerto pour piano n°2 : 2ème mvt. excellent !


.
 
talis
21 Septembre 2018, 11:02
la seule chose que je peux te dire sur le Brintellix, c'est qu'il ne fait pas grossir, dixit une patiente/amie de la clinique où j’étais et que ça lui faisait le bon effet AD

j'ai vu hier une psychologue de l'Unité mobile d'alcoologie, qui me ré-précisait qu’elle ne pouvait pas dissocier dépendance et dépression. et je le pense aussi

sur la dénomination, oui, je me doute bien, que c'est un terme remis au goût du jour et que le terme "psychiatrique" uniquement continuait à faire peur.
ceci dit, il y a un tri des pathologies à l'entrée zet oeut être un esprit d'ouverture des psychiatres ? sur le baclofène, j'ai eu en tout cas, cette impression

.
 
talis
21 Septembre 2018, 9:30
je viens de regarder le site Clinéa, à priori, même principe, effectivement.
pas de facture pour moi mais je suppose que c'est aussi une question de mutuelle
 
talis
20 Septembre 2018, 8:36
si, si, aucun problème, j'aime bien mais j'avoue mon ignorance dans le domaine..mais j'en écoute régulièrement


pour la cure, Théo, j'y suis rentré malade, j'en sors différent.

.
 
talis
19 Septembre 2018, 15:43
merci à toi pour les félicitations et encouragements !
"rien de gagner mais une belle avancée..." que d'avoir fait ce séjour. je reviendrais ce soir ou demain pour raconter mes derniers jours depuis mon dernier post.

concernant ton questionnement, cela se présente comme maison de santé psychosomatique et psychiatrique dédiée à dépression - anxiété - TCA - addictologie - troubles du sommeil
donc, ils ont une double entrée "dépression-dépendance" ce qui rend (peut être plus) intéressant ce séjour également plutôt qu'un centre addicto pur, selon les cas.

je suis arrivé avec mon ordonnance de MG à 170 mg de baclo. ils ont maintenu mon traitement "tt simplement" mais à 130 car j'étais redescendu à cette dose, juste avant d'y aller et je préférais être honnête (sachant que la prise de pilules est surveillée)

ils n'étaient ni pour ni contre sur le baclo, ils (les psychiatres, les psychologues ne connaissaient rien du tt du médoc) en avaient déjà prescrits uniquement sur demande de patients et sans conviction sur une éventuelle réussite, mais sans non plus y connaitre quoique ce soit et encore moins en suivant quotidiennement l'évolution.

je me renseigne pour le réseau et reviens vers toi
 
talis
13 Septembre 2018, 7:55
je suis passé par une maison de santé, plus sympa que clinique psychiatrique comme terme et donc comme approche : dépression - anxiété - addicto. 4 semaines.
je ne parvenais plus à stopper ma conso et perdais les pédales totalement dans ma vie perso et pro
sorti de là bas, des pensées, pas d'envie furieuse.
 
talis
11 Septembre 2018, 16:52
en ce qui concerne, mon prochain futur 1er verre...je n'ai pas fixé de date mais, ce n'est pas pour tout de suite. je ne dis pas que je n'y pense pas mais pas plus d'envie que cela, donc, on verra au moment voulu et opportun...

je vais effectivement aussi modérer les conso de produit à 0.00 (ou quasi...) pour ne pas retrouver d'appétence au "vrai" .

concernant le suivi post-centre, c'est la plus grosse faille de cette clinique, rien de proposé en sortie. aucune préparation à celle-ci, non plus d'ailleurs.
donc, là, faut se débrouiller. et trouver un psychiatre ou psychologue rapidement n'est pas forcément chose aisée. ça, c'est problématique.
j'ai trouvé un psychiatre pour fin septembre. j’avais déjà une psychologue. peut être en changerais-je, je ne sais pas encore
pas de csapa par chez moi.

pour demain, le boulot, et jours suivant, oui, c'est exactement, ce que je compte faire, programmer des activités et ne pas rentrer systématiquement directement chez moi après le taf mais profiter encore du beau temps et des fins de journées, compris sport...

je reviens d'un déjeuner avec des potes du centre, on a gardé un brin de folie et complicité entre nous, et ça fait du bien (connais pas OVS, manue).

oui, ce séjour m'a été très bénéfique, clairement, mon médecin, revu ce matin, me l'a également confirmé ce matin, en me voyant arrivé ainsi que certains qui ne m'avaient pas vu depuis un petit moment.

vivement demain soir, que je sache comment s'est passée ma journée et que je fasse le bilan en fin de semaine pour adapter mon attitude la semaine prochaine.


.
 
talis
10 Septembre 2018, 15:34
Et voilà enfin la route de la réussite.
Peux-tu déjà dire que tu es indifférent ?
Ou proche de la réussite ?


sans mauvais jeu de mots, je sens surtout une réelle différence pyscho avant/après sevrage/séjour 4 semaines, pas encore indifférence, sinon, je n'aurai peut être pas cette petite pointe de regret, de ne pas (volontairement) prendre un verre pour le moment mais peut être jamais été aussi proche, peut être.
je testerais plus tard un verre et une augmentation de +10 éventuelle


Super !
Après toutes tes galères, ça fait plaisir de voir que tu vas bien

merci SYLVIE. c'est pour ça aussi, que je voulais témoigner sur mon séjour
car c'est vrai que je me sens bien, bien mieux. rien que de savoir que c'est encore possible ressemble à une victoire, sans la crier encore !
mais rien que de se réveiller sans pensée à aller chercher son "xxxxxxxx" est si agréable et jouissif



salut talis :fsb2_mad:
la heineken 00 % est bonne pas la 1664 qui fait 0,4 ...
et pour le jaune je bois le pastouret, et je le trouve bien meilleur que le pacific...
pour le baclo, monte tranquillou de 10 par semaine et ca va le faire...
plein de 3 P...
a+ neness :fsb2_cool: .

pour la heineken, j'ai cru lire quand même 0.04 également
reste la bavaria, 0.00 qui fait vraiment 0 ainsi que la lager 0.00, et la jupiler blonde à 0.00
je ne connaissais pas du tout le pastouret, je vais regarder en hypermarché



.
 
talis
10 Septembre 2018, 8:51
pas de conso, depuis ma sortie.

pas d'envie majeure, et encore moins de craving. des pensées, oui, c'est clair, mais ça passe rapidement. c'est principalement dans certains moments (heure apéro, après efforts pour travaux, ce qui me rappelle quand j'ai arrêté la clope, c'est seulement lors de situations bien précises que seulement me manquait...)
j'ai tenté la bière à 0.00000¨%, pas mal. par contre, le ricard à 0, ce n'est pas bon, et encore moins les twist tourtel et Cie...

je suis passé à 140, sur conseil, pour stabiliser et surement que ça me rassure aussi.

pour l'instant, pas de date pour reprendre un verre, je profite de cet état. et surtout, je profite de ma bonne forme suite à mon séjour en centre.

je reprends le boulot mercredi...ça, ça va être un bon moyen de tester ma prise de recul ou pas devant l'alcool...je valide ça demain avec mon MG.
 
talis
06 Septembre 2018, 21:34
si tu "nous" reviens en forme, permission de réflexions acceptée...
 




forum baclofene