Résultats de la recherche (22 résultats)

Volvic
26 Juin 2019, 18:32
Merci beaucoup pour ce partage Sylvie, c’est un document très intéressant !

On manque encore de publications et de documents sur le traitement des TCA avec le baclofene : cette thèse est la bienvenue pour contribuer à combler ce vide :fsb2_smile:
 
Volvic
25 Juin 2019, 12:39
Bonjour Saby,

Pour les ES, moi aussi ils me faisaient très peur. J'ai comme toi un travail dans un bureau.

Ma façon de réduire les risques a été de toujours faire les hausses progressivement (jamais moins de 3 jours entre deux augmentations), de les faire lentement (augmentations par 10mg, et à partir du moment où les ES ont été plus forts, augmentations par 5mg), et surtout d'être toujours très ponctuelle (j'ai toujours pris mon traitement à l'heure prévue, et en cas de changement d'horaires, je me suis imposé d'attendre 3 jours avec la nouvelle répartition avant de tirer la moindre conclusion).

Je n'ai jamais eu à arrêter de travailler à cause du baclofène. Et si mes collègues ont surement pu voir que je prenais des médicaments (je n'en parle pas, mais je ne cache pas forcément les comprimés pour autant), je pense qu'aucun n'a jamais pu soupçonner le moindre ES.

L'ES qui me terrorisait était le risque de s'endormir au volant, et finalement je n'ai jamais eu d'ES qui s'en approchait.

La seule chose notable, c'est que j'avais eu une hausse qui m'avait un peu secouée une fois : j'avais donc baissé la dose avant de reprendre par palier de +5mg tous les 5 jours, et c'est passé sans problème.

Bon courage à toi pour la suite :fsb2_smile:
 
Volvic
02 Avril 2019, 15:54
Bonjour Paracelse,

Comment on évolué les choses depuis ton dernier passage sur ton fil ?
 
Volvic
31 Mars 2019, 21:17
Merci Phil pour cette réponse rapide :fsb2_smile:
C'est effectivement l'impression qui me semblait la plus logique. :fsb2_yes:
 
Volvic
31 Mars 2019, 10:46
Bonjour Phil,

Sur les conseils de Sylvie, je viens partager une question suite à une expérience un peu surprenante.

Pour situer le contexte, je pense qu'avec le baclo, je fais des bradycardies nocturnes. Parfois je me réveille la nuit avec l'impression que mon coeur s'est arrêté, mais comme le cardiologue m'a dit qu'il n'y avait pas de souci, je me contente de me rendormir et j'essaye de ne pas m'y attarder.
Je fais aussi des apnées centrales par périodes. J'ai l'impression que le traitement suractive un peu mon nerf vague.


Alors voici la petite histoire, comme raconté sur mon fil :

Lors d'un réveil (j'en ai régulièrement mais ce n'est pas gênant), je ne sais pas pourquoi, j'ai ressenti une petite gêne au cou à droite. J'ai alors juste passé ma main en appuyant un peu, sur mon cou, à droite, du haut vers le bas. Une seule fois. Et là, j'ai commencé à partir d'un coup (je n'ai pas d'autre mot), comme quand on perd connaissance. Et puis assez rapidement, les choses sont redevenues normales. C'était surprenant et rapide, je n'ai même pas eu le temps d'avoir peur.


Au début, je me suis dit que j'avais, par mon geste, "chassé" le sang de ma carotide et que mon cerveau avait manqué d'oxygène d'un coup à cause de ma bradycardie nocturne. (Je ne sais pas si le sang monte au cerveau uniquement par la droite ?)

Mais en y repensant, je me dis que ce geste a peut-être simplement stimulé mon nerf vague qui n'en avait déjà pas besoin, ce qui a enclenché le début d'un malaise vagal qui s'est vite estompé. (Je ne sais pas si le nerf vague passe par là ?)


Qu'en penses-tu ?
 
Volvic
20 Mars 2019, 16:17
Bonjour Fofo,

Alors, qu'a donné ce rendez-vous ?
 
Volvic
28 Janvier 2019, 21:19
La "volonté" ne permet pas toujours de sortir d'une addiction qui vient directement de réactions presque primitives que le cerveau peut avoir. En revanche, sa volonté, son envie de s'en sortir, pourront être des atouts pour la réussite d'un traitement au baclofène.

Le baclofène ne provoque pas de dépendance, si ça peut la rassurer. Avant de tenter le baclo, je n'avais jamais tenté aucun traitement médicamenteux par rapport à l'hyperphagie, je n'avais jamais pris d'antidépresseurs ni quoi que ce soit qui joue sur la chimie du cerveau. J'étais plutôt "anti" par rapport à ce type de médicament. Et j'avais pourtant traversé une phase très forte de dépression.

Si j'ai osé me lancer avec le baclo, c'est notamment pour cette absence de dépendance. Le médicament en tant que tel ne me faisait pas peur, les effets secondaires, si. Pour moi, la conclusion a été que ça valait le coup de se lancer, et que de toutes façons si les effets secondaires devaient être trop insupportables, alors j'arrêterais. Rien ne forcera ta fille à continuer si ça ne va pas, alors pourquoi ne pas essayer ?

J'espère que tu réussiras à recueillir des témoignages pour qu'elle puisse avancer dans sa réflexion.
 
Volvic
29 Décembre 2018, 20:15
Mon espoir disparaît peu à peu...

Tu n'es qu'au tout début du traitement, laisse toi le temps, 20mg est un dosage qui est encore extrêmement faible :fsb2_smile:
 
Volvic
06 Décembre 2018, 11:32
Bonjour Caroline,

Sans vouloir forcément m'exprimer sur ton cas, ce que tu décris me fait beaucoup penser à une fois où je m'étais trompée, et au lieu de faire une augmentation de 10mg, j'avais fait une augmentation de 20mg (de mémoire, ça m'avait fait passer de 70mg à 90mg). J'étais très cotonneuse et j'avais comme l'impression d'être ivre. Sachant que je ne bois pas d'alcool, c'est un peu curieux de dire ça, je n'ai jamais été ivre, mais ça me donnait vraiment cette sensation : tête qui tourne, cotonneuse, un peu engourdie, comme si j'allais tomber dans les pommes dans un sens. Je ne sais pas si c'est ce que tu as eu, mais ta description m'y a fait penser.

De façon générale, et même si tu t'es toujours débrouillée sans jusque là, je te conseille vraiment d'utiliser un pilulier. Personnellement ça m'aide beaucoup, je pense que si je n'en avais pas, je me serais trompée énormément de fois. Ca permet d'éviter tout doute sur ta quantité journalière.

J'espère que tu as pu finir ta nuit sans encombres et que tu t'es sentie mieux au réveil.
 
Volvic
30 Novembre 2018, 14:40
Bonjour Naturalice, et bienvenue :fsb2_yes:

J'espère que le baclofène aura de bons résultats sur toi. C'est super d'avoir réussi à trouver un prescripteur. Est-ce que l'idée vient de toi ou de ton psychiatre ? Parfois, certains peuvent avoir plus de difficultés quand leur prescripteur est peu expérimenté. N'hésite surtout pas à partager tes questions sur le forum, tu y trouveras souvent une réponse pertinente :fsb2_smile:

Par rapport à ton insomnie, dans l'absolu oui, les troubles du sommeil sont un effet courant du baclofène. Après, mon avis personnel est aussi que beaucoup de personnes sont sensibles à l'effet placebo ou à l'effet nocebo.

Parfois, dès le premier comprimé (voire demi-comprimé), certaines personnes ressentent la fin de leur craving, ce qui peut sembler miraculeux ! Mais après quelques jours, cet effet disparait et elles doivent continuer la hausse. Pour moi, c'est une manifestation de l'effet placebo : les personnes sont tellement heureuses de tester une molécule qui peut leur apporter enfin le soulagement tant attendu que leur cerveau les dupe pendant quelques jours.

A l'inverse, dans ce que tu décris, il est possible qu'il y ait eu un peu d'effet nocebo : peut-être savais tu déjà que le baclofène entraine souvent des troubles du sommeil, le tout additionné au fait que tu sais que tu réagis vite fortement à certaines molécules qui t'inquiète à juste titre, et peut-être ajouté aussi à la pression ou aux espoirs que tu peux mettre dans la molécule : tout ça peut avoir entrainé un petit effet nocebo en début de traitement. J'espère que c'est le cas et que tout cela va se normaliser pour toi.

N'hésite pas aussi à expliquer quand se situe ton craving. Parfois, adapter les horaires de prise peut permettre d'atténuer les ES. Ici, une prise le soir à 18h est peut-être un peu trop tardive, et pourrait aussi expliquer une éventuelle insomnie. Je ne suis pas la spécialiste des horaires de prise, mais d'autres pourront surement t'aider à ce sujet.

Bref, comme tu le vois, il y a plusieurs pistes pour expliquer ce souci de début de traitement, et il y a également des pistes pour essayer d'améliorer ça. Pour ma part, les ES vont et viennent par période, donc j'espère pour toi que ce sera pareil et que si tu as des impacts sur ton sommeil, ils seront aussi limités que possible. De façon générale, es-tu une personne qui a des troubles du sommeil ?


Quoi qu'il en soit, bienvenue et au plaisir d'avoir de tes nouvelles dans la suite de ton traitement :fsb2_yeah:
 
Volvic
04 Novembre 2018, 17:23
Dans la mesure où je n'ai plus de compulsions grâce au baclofène depuis 4 mois très exactement, je me permets de remplir le questionnaire.

1) Réussite ou échec ?
Réussite

2) A quelle quantité de baclofène étiez-vous ?
120mg

3) Au bout de combien de temps de traitement ?
Un peu mois de 8 semaines

4) Comment cette quantité est-elle répartie sur la journée ?
40mg à 7h30
40mg à 11h
40mg à 15h30

5) Quelle(s) étai(en)t votre (vos) heure(s) de compulsion ?
En semaine, surtout le soir, où je pouvais manger toute la soirée.
Le week-end, ça pouvait être toute la journée.
Je n'ai jamais eu de compulsion nocturne.

6) Votre quantité de baclofène à ce jour ?
Toujours la même dose de 120mg : je préfère reste à cette posologie le temps que mon poids se stabilise, et je tenterai ensuite une descente progressive.

7) ES (effets secondaires):
- A = aucun,
- M = moyens, c'est à dire à peu près les mêmes qu'en cas de bonne biture : vertiges, troubles divers, nausées, vomis,... voire un peu plus forts puisque les effets de l'alcool se cumulent avec ceux du baclo. Quelques ES nouveaux (sudation, insomnie...) gênants mais pas handicapants.
- F = forts, autres ES forts jamais connus avant ( précisez lesquels SVP ) handicapants ayant entrainés un arrêt de travail (ou le souhait d'en avoir un) et/ou une obligation de ralentir voire de diminuer les prises de baclofène.
- I = insupportables, pour celles/ceux qui arrêtent avant la guérison.


Moyens (ES du baclo mais pas gênants) :
- Légers vertiges, hypotension orthostatique systématique si je passe de la position allongée à debout
- Micro-faiblesses musculaires dans les mains
- Sueurs nocturnes
- Réveils la nuit (mais je me rendors relativement facilement)
- Diminution de mon besoin global de sommeil
- Maux de tête fréquents
- Hausse des triglycérides mais pas dramatique du tout
- Parfois des coups de barre, mais jamais impérieux
- Dyspnée (impossibilité d'inspirer à fond, sensation de manque d'air)
- Douleurs articulaires (légères)
- Toux sèche
- Anorgasmie
- Misophonie (je ne supporte plus mes collègues qui font des "clic-clic" avec leur stylo, qui tapent du pied, qui jouent avec leur cuillère dans leur tasse à café, etc.)
- Légers gonflements (paupières chaque matin (mais pas assez pour que ça choque les gens), un jour un oedeme à la cheville)
- Eczéma du visage (paupières, coins de la bouche, joues, ...) mais relativement limité
- Blépharome aux deux yeux, mais discret
- Difficultés à trouver mes mots, exceptionnellement, épisodes de bégaiement ou impossibilité totale de trouver un mot
- Difficultés de mémoire à court terme (j'oublie ce que je voulais dire/faire quelques secondes plus tôt)
- Qu'on soit clairs : j'ai l'impression que j'ai perdu plusieurs poins de QI. J'espère que ça reviendra à la normale quand je baisserai les doses. J'espère ne pas avoir l'air hautaine/prétentieuse, mais j'ai la chance d'être quelqu'un d'intelligent. Donc cette "baisse d'intelligence" ne me pose pas problème au quotidien et les gens ne s'en rendent pas compte, mais personnellement je vois bien la différence et j'espère que ce sera réversible.

Forts (EI très gênants) :
- Apnée du sommeil (apparue dès 70-80mg)
- Bruxisme très très fort la nuit : j'ai investi dans une gouttière (400€) pour protéger mes dents et vu son état, elle est plus que nécessaire. Je me réveille tous les matins avec un trismus (blocage qui m'empêche d'ouvrir la machoire de plus de 2 cm).
- Episodes de bradycardie nocturne très forte, très effrayants

Bonnes surprises du baclo :
- Disparition totale de mon mal des transports (très fort et handicapant jusque là) par période
- Facilité à arrêter de craquer mes doigts alors que jusque là je n'avais jamais réussi à tenir plus de... 10 minutes.

Je précise que je n'ai jamais eu d'arrêt de travail lié au baclo.

8) A l'occasion de votre traitement, avez-vous diminué un autre traitement (benzo par exemple), si "oui", lequel/lesquels, de combien ?
Je n'ai jamais eu d'autre traitement en parallèle.

9) Avez vous en complément suivi une thérapie psy ? Si oui, laquelle ?
Non mais j'en avais suivies avant le baclo, qui m'avaient toutes aidées à leur façon mais n'avaient pas suffit à régler mes problèmes de compulsion : psychiatre, TCC, EMDR.

10) Quelle était la fréquence de vos compulsions ?
Variable : je pouvais passer 2 semaines sans compulsions au maximum (mais tout en y pensant tout le temps), tout comme je pouvais en faire tous les jours pendant deux semaines.

11) De quelles natures étaient elles ? (plutôt sucre, salé, gras, ou peu importe) ?
Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse ! Ca pouvait être un peu de tout en fonction de la période, ou de ce qu'il y avait dans mes placards.

12) Etiez vous boulimique ?
Hyperphagique, ce qui est parfois appelé boulimie non vomitive.
 
Volvic
28 Octobre 2018, 10:21
Bonjour Nomade,

En France, le PTSD s'appelle syndrome de stress post traumatique. L'EMDR fonctionne très bien contre le PTSD, il me semble même que c'est quelque chose qui a été développé à l'origine aux USA, si je ne dis pas de bêtises, donc ça devrait être possible pour toi de trouver un praticien.

L'EMDR est une sorte d'hypnose, n'hésite pas à regarder sur Wikipedia. Ca n'est pas médicamenteux.
 
Volvic
26 Octobre 2018, 9:15
Bonjour,

Je viens de tomber sur ce topic un peu par hasard. Il apparait que ce sujet est récurrent :

- Le problème de l'assurance emprunteur est effectivement quelque chose qui m'avait freinée quand j'ai commencé le baclofène. Je me suis finalement lancée quand même. Sachant que je n'ai pas encore concrétisé d'achat donc de mon coté les choses sont encore à venir.
- Je sais que lulus avait aussi posé la question, nous en avions discuté par MP.
- Goodlife avait aussi évoqué le sujet
- Enfin, il me semble qu'Haddock en avait parlé, mais je ne retrouve pas son message. Mais de mémoire, il disait qu'il n'avait rien déclaré à l'assurance.

Ce qui est dommage c'est que nous n'avons pas eu de nouvelles de lulus et Goodlife pour nous dire ce que ça avait donné de leur coté.


Si on ment à l'assurance, il faut bien garder à l'esprit que si jamais il doit y avoir un sinistre en rapport avec le baclofène (ou que eux décident de relier au baclofène...), l'assurance fera le maximum pour se défausser. Et on ne peut pas leur en vouloir : si on ment au moment de la souscription, alors l'assurance ne connait pas vraiment les risques et ne peut pas tarifer correctement l'assurance, donc il est normal qu'elle se retourne contre l'assuré.

Therena dit : "Je ne compte pas me suicider et si j'ai un accident personne ne pourra prouver que je prenais un traitement depuis longtemps."
Tout ceci est bien optimiste. Si vous êtes remboursés par la sécurité sociale pour vos boites, alors il y en a la trace. Et même si on prend des gens comme moi qui payent tout de leur poche, une "fuite" est très vite arrivée.


Exemple dont j'espère qu'il ne se réalisera jamais : admettons que je mente à mon assurance sans déclarer le baclofène. Si un automobiliste ivre/drogué me rentre dedans alors que je marche au bord de la route parce qu'il plane complètement et que nous avons un accident grave, il ne serait pas surprenant que samu et police se déplacent sur les lieux. Quand bien même je ne serais pas en tort, ils feront des prises de sang pour l'alcool et les stupéfiants à tout le monde, c'est certain, mais surtout ils pourraient avoir envie de jeter un oeil dans mes affaires personnelles ne serait-ce que pour contacter mes proches et connaitre mon identité.

Mes affaires dans lesquelles se trouve un pilulier... tiens tiens, pourquoi donc un pilulier ? Et hop, le baclofène arrive dans l'histoire et l'assurance s'en servira pour ne pas me couvrir ou ne me couvrir que partiellement, même si je suis un légume et que je n'étais pas en tort. Qui sait, j'ai peut-être eu un trouble de l'équilibre qui m'a fait tomber devant la voiture de l'automobiliste en fait. Les assurances couvrent les gens qui respectent les contrats. Quand il y a "triche", elles vont tout faire pour ne pas les couvrir, ce qui se comprend.


Cet exemple n'en est qu'un parmi d'autres. Quand un sinistre coute cher, l'assureur n'hésite pas à s'offrir une petite enquête qui peut vite rapporter gros.

Par rapport à un emprunt de 30k€, donc un montant relativement modeste, il est possible qu'il n'y ait pas d'enquête en cas de sinistre effectivement, cependant contrairement à Sylvie je pense que l'assurance emprunteur sera quand même requise. Elle sécurise la banque et c'est l'emprunteur qui la paie, donc en générale elle est demandée systématiquement. Il me semble que c'est plutôt pour les crédits à la consommation qu'on peut y échapper (et encore, elle est souvent très fortement suggérée par la banque).


A titre personnel, je suis célibataire, donc que l'assurance refuse de me couvrir en cas de décès, honnêtement ça m'indiffère : ils n'ont qu'à se servir sur le bien immobilier et je m'en fiche de ne rien laisser à ma famille. Mais là où ça fait beaucoup plus peur, c'est pour tout ce qui est incapacité / invalidité. Il suffit d'un accident de voiture pour être parfois lourdement touché physiquement. Or, si l'assurance peut aller chercher le baclofène pour dire que le traitement peut être en lien avec le sinistre et pour se défausser, ça peut faire vraiment très mal en termes d'indemnisation... Pareil pour un accident de la vie privé, s'ils découvrent le baclofène, ils peuvent tout à fait attaquer en disant que l'accident a eu lieu à cause de l'aspect myorelaxant du baclofène. Bref, je suis peut être parano, mais ça me semble très risqué de mentir à l'assurance.


Bon, ceci étant dit, moi même je ne sais pas comment je ferai. Au début, je voulais attendre d'acheter pour me lancer dans le baclofène après. Mais comme ça n'allait pas du tout de mon coté pour les TCA, j'ai quand même décidé de tenter le baclo. Je suis partie du principe que si ça ne fonctionnait pas, j'arrêterais et je n'en parlerai pas à ma future assurance (car l'assurance demande parfois quels traitements on a eu pendant plus de 21 jours dans les années précédant le crédit). Et je me suis dit que si jamais ça fonctionnait, je le déclarerais à l'assurance, et tant pis pour moi si jamais ça doit me couter plus cher en termes d'assurance. Je préfère payer plus et avoir la sécurité d'esprit d'être bien couverte. J'espère que ça n'empêchera pas de trouver une assurance... comme pour ma part je n'ai jamais fumé, jamais bu et que je n'ai aucun autre facteur de risque, d'ailleurs malgré les TCA, j'ai un IMC dans les normes, bref, je croise les doigts pour que ça ne m'empêche pas totalement de trouver une assurance. Il faut dire que l'usage du baclofène pour les TCA est encore très confidentiel.

Mais il est vrai que ces derniers temps, je m'interroge énormément à ce sujet. J'hésite de plus en plus à ne pas le déclarer à l'assurance. Je réfléchis aussi à une option qui serait de chercher de mon coté une assurance (sans rien déclarer, pour que ça me fasse une solution de repli en quelque sorte), et demander à un courtier de m'en trouver une de son coté en déclarant le baclofène (mais j'ai alors peur qu'en donnant mon nom, je me fasse blacklister des assurances).


Bref, voilà quelques éléments de réflexion si cela peut vous aider. En tout cas, si jamais nous pouvions avoir d'autres retours d'expérience, ce serait très intéressant.
 
Volvic
25 Septembre 2018, 15:16
Pour ma part, mes ordonnances sont divisées en 80mg pour limiter les problèmes de délivrance. Par choix personnel, je paye tout de ma poche.

En revanche, j'ai été très surprise la dernière fois que je suis allée chercher 80mg. Le mec en face (qui n'était pas pharmacien) a commencé à me dire qu'il devait aller chercher le seuil pour les remboursements de la sécu parce qu'il y avait eu des changements ou je ne sais quoi. J'ai coupé court en lui disant que je payais et que je voulais juste une feuille de soin. Mais c'est bien la première fois que j'entendais parler d'un souci à 80mg.
 
Volvic
25 Aout 2018, 18:45
Je ne comprends pas ces chercheurs, et encore moins les financeurs de ces études. Que veulent-ils démontrer?
Comme tu le dis JMV, mais avec mes mots, je m’assois sur le risque zéro et sur les chercheurs qui ne cherchent rien!


Bien évidemment, pour une personne alcolo-dépendante, revenir à une consommation "à faible risque selon l'OMS" est une grande victoire. Et quand on a connu l'alcoolo-dépendance, c'est une réussite indiscutable.

En revanche, oui ces études sont nécessaires, parce que depuis toujours, le lobby des alcooliers essaye de faire croire qu'une consommation faible est bonne à la santé, que certains alcools seraient meilleurs que d'autres, etc. Ils font énormément de communication là dessus, et ça passe notamment par le financement d'études qui vont dans leur sens. Beaucoup de personnes pensent en toute bonne foi que "un verre de vin rouge par jour est bon à la santé" parce que c'est parfois martelé.

Alors quand des scientifiques ont assez de fonds pour pouvoir faire des études qui ne vont pas dans le sens des alcooliers, personnellement je trouve que c'est une bonne chose.
 
Volvic
09 Aout 2018, 0:12
Malheureusement les pharmacies ont le droit de refuser la délivrance apparemment. Tu ne peux rien faire pour les forcer à te délivrer tes boites.

Moi, dans ce cas, je récupère l'ordonnance et je tente une autre pharmacie... On arrive à en trouver qui acceptent de délivrer plus, mais ce n'est pas forcément simple :(
 
Volvic
16 Juillet 2018, 7:50
Bonjour,

Intéressant à savoir. Pour info, j'ai fait des tests génétiques il y a quelques années, et pour ce gène il apparait que je suis C/G.
J'avais eu quelques vertiges au début au traitement (mais légers) et à ce jour je n'en ai plus aucun.

Dans la mesure où j'observe un net changement dans mon comportement alimentaire à 120mg (ce qui me semble "raisonnable"), je n'ose imaginer ce que ce serait si j'étais C/C !
En tout cas, il ne faut pas que ça décourage les gens qui ne sont pas C/C (même s'il y a peu de moyens de connaitre facilement son génotype) : ça n'empêche pas le baclofène de fonctionner.
 
Volvic
09 Juillet 2018, 16:45
Je trouve ça également dommage d'en venir aux insultes en place publique.

Les théories du complot et l'agressivité de certains lors des auditions de l'ANSM étaient absolument déplorables, et n'ont pu donner qu'une très mauvaise image à l'ANSM.

Heureusement, j'ai trouvé qu'il y avait lors des auditions énormément de bienveillance, et que la commission de l'ANSM a su ignorer les personnes inutilement agressives. Ils ont même donné une conclusion suite à ces auditions qui était, somme toute, aussi positive qu'elle pouvait l'être au vu de la situation actuelle.


J'aurais préféré que l'association OA réussisse à passer outre elle aussi et se contente d'ignorer les propos stupides de Baclohelp. Ca ne pourra que les desservir d'être aussi insultants dans leur réponse et de montrer ainsi publiquement les mésententes qui existent.

Baclohelp ne mérite que le mépris pour ce genre de propos. Leur répondre, c'est leur donner du grain à moudre.

J'espère que l'association OA retirera ce message une fois qu'elle pourra y repenser à tête reposée.
 
Volvic
06 Juillet 2018, 13:38
Bonjour Fan62,

Tu trouveras plusieurs témoignages de personnes qui utilisent le baclofène pour soigner leurs TCA sur le forum. Nous sommes plusieurs à avoir débuté le traitement ces derniers mois : n'hésite pas à aller lire les différents fils à ce sujet, ça pourra peut-être t'aider.

Bon courage pour la suite, n'hésite pas à nous tenir au courant de l'avancée de ton traitement :fsb2_smile:
 
Volvic
03 Juillet 2018, 22:05
Un grand merci Sylvie pour la découverte de Sci-Hub que je ne connaissais pas et qui rejoint tout de suite la liste de mes favoris !

Et merci à toi Suratan pour la réalisation de ces vidéos, qui nous permettent de suivre les débats même sans avoir vu le direct.
 
Volvic
03 Juillet 2018, 20:38
Manue Velvet, pour la publication, tu peux tenter éventuellement ce site : https://www.researchgate.net/publication/324817781_Efficacy_tolerability_and_safety_of_low_dose_and_high_dose_baclofen_in_the_treatment_of_alcohol_dependence_A_systematic_review_and_meta-analysis

Si tu cliques sur "request full text", ça contacte les auteurs de l'article.

Je l'ai déjà tenté pour des articles, et parfois ça fonctionne : l'auteur communique l'article et tu le reçois par mail. En revanche, ça ne fonctionne pas à tous les coups et ça peut prendre du temps. Mais ça ne coute rien d'essayer.
 
Volvic
24 Juin 2018, 20:16
Bonjour,

Comme proposé par Baclofun, voici mon témoignage concernant l'EMDR.

Pour ma part, j'ai eu recours à l'EMDR il y a maintenant quelques années.
C'était avec un psychiatre, donc j'ai eu la chance que ce soit pris en charge par la sécurité sociale.

Dans mon cas, il s'agissait principalement de souvenirs de mon enfance qui me posaient problèmes, ainsi que de problèmes que j'avais rencontrés vers la fin de mon adolescence. Je n'ai jamais entendu dire que l'EMDR était plus adaptée aux problèmes récents, donc je suis assez surprise d'avoir pu le lire ici, d'autant plus venant de professionnels de santé. Dans mon cas, ça a vraiment bien fonctionné en tout cas, alors que les souvenirs en question n'étaient pas récents.


Mon problème principal était le fait qu'en me remémorant certains souvenirs, je revivais exactement la même émotion qu'au moment où ça m'était arrivé. C'était donc très difficile à vivre au quotidien. Grâce à l'EMDR, la charge émotionnelle de ces souvenirs a disparu. C'est à dire que les souvenirs sont tout simplement retournés à leur place de souvenirs.

En y repensant aujourd'hui, je suis capable de dire exactement ce que j'ai ressenti à ces moments, mais je ne revis plus ces émotions. Ca m'a vraiment aidée à passer à autre chose et à retrouver plus de paix au quotidien. Quelques années s'étant écoulées, je réalise que ça m'a aussi aidée à oublier certains souvenirs négatifs. Les souvenirs négatifs, eux, ne sont plus aussi intrusifs qu'ils l'étaient à l'époque. Je n'y repense plus de façon "incontrôlée" et du coup ça ne me gêne plus au quotidien comme avant.


Au final, mon expérience avec l'EMDR a été très positive, je vous souhaite d'y trouver la même efficacité que moi :fsb2_yes:
 



forum baclofene