Hello Pascal Albéric !

J'ai lu ton livre et sa nouvelle mouture qui, je trouve, n'évolue pas assez vite.

Je crois que tu te sous-estime : le passage littéraire de l'escalier, des couleurs, des odeurs est remarquable. Du Proust. Sans les phrases compliquées, alambiquées de Proust. Mais le juste rappel de ce que tous nos sens peuvent engendrer sur un plan affectif, émotionnel. Cela m'a réveillé des souvenirs.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas : https://cambier.eu/alberic/de-la-vodka-au-baclofene/

Ceci dit, tu as dû « chier » pour arriver à l'indifférence, et je vois que ce n'est pas encore fini..

Et tu te fais rare. Où es-tu ? à te lire,
Pollux