Résultats de la recherche (713 résultats)

pierremichel
31 Mars 2016, 17:54
Bonsoir à toi, et respect pour tes efforts.
Voila, il y a un truc, pour les fiestas; c'est de se balader en permanence avec un verre (une flute) plein(e). Plein(e) de champomy bien sur,puisqu'il va y avoir du champagne (il faut avoir prévu une bouteille de Champomy, mais ça c'est la base).
Tu y trempes tes lèvres de temps en temps,
ça fait parfaitement illusion.
Et tu gardes toute ta tête.
En tout cas, ça marche dans les pots d'entreprise.
Bonne soirée,
PierreM.
 
pierremichel
21 Mars 2016, 10:58
Bonjour,
Je crois que, au vu de ce qui est décrit, la notion de "gel des émotions" prends ici tout son sens.
C'est un état difficile, une conséquence du traitement, que certaines personnes ressentent plus, voire beaucoup plus, que d'autres.
Et c'est vrai que s'il venait ici -pour lire, et pour parler -, il s'apercevrait qu'il n'est pas seul dans cette situation.
D'où commencement d'un dialogue intra-couple ?
Courage,
Pierre-M.
 
pierremichel
17 Mars 2016, 21:19
Si c'est vraiment uniquement son problème d'alcool qui a fait se dissoudre votre couple, alors il me paraît logique que la suppression de ce problème vous entraine vers la réconciliation.
Après, il peut y avoir une mésentente autre que ce problème d'alcool et là, c'est à chacun de vous deux de vous remettre en question.
Mais s'il a décidé de se soigner, pour lui et aussi pour restaurer une entente au sein de votre couple, il me semble que ce serait dommage de ne pas l'encourager dans ce sens et d'être intrangisante à son égard.
C'est un immense effort à faire que de décider d'arrêter de boire.

Flo


C'est toi qui a parfaitement raison.
L'arrêt de l'alcoolisation d'une personne , dans un couple, met au sec l'iceberg, dont on ne voyait qu'une petite partie.
Les 9/10 de la problématique émergent.
Le couple va être mis à rude épreuve.
Inutile de se le cacher.
 
pierremichel
12 Mars 2016, 20:12
Mais non.
Au mieux Il va s'être sauvé, s'il s'en rends compte; au pire, il va avoir besoin de ses proches, pour confirmer.
Et alors là.....,
 
pierremichel
17 Février 2016, 23:47
D'ac avec Pierremichel, sauf que à 150mg de seresta depuis 2008, après l'indifférence j'ai éradiqué le séresta en 4mois. Une chose à la fois Las, priorité à la guerre contre l'alcool.


Mais non,

Il faut une globalité dans l'approche.
Il est utopique de monter en puissance en Baclofène dans le but de baisser sa consommation d'alcool, tout en gardant une telle quantité de Séresta, et en croyant que cela va fonctionner.
Connait-tu vraiment les effets du Séresta à haute dose pendant plusieurs années ?
Moi, on m'a sevré sur la fin, de 30 à 0 en six semaines. J'en ai bavé, et pourtant j'étais en milieu protégé.
Il faut être un peu à l'écoute, afin ne pas affirmer que son parcours est une preuve valable envers tous.
 
pierremichel
17 Février 2016, 20:28
Bonsoir,
De mon parcours, j'ai été traité en première cure à plus de 140 mg de Seresta/jours, en 2004.
J'en ai été détruit,
Cela m'a pris 8 ans, pour me sortir de l'addiction à cette merde.
Cela pour dire que ce médoc est une abomination.
Et certainement pas à prescrire pour un alcoolique.
 
pierremichel
17 Février 2016, 19:09
Bonsoir à toutes, à tous,

Je lis un peu ce fil, et les dernières interventions m'interpellent, sur un point particulier de notre parcours de sauvetage par le Baclofène.

Je ne veux bien sur porter préjudice à personne, eu égard au parcours et au ressenti de chacun.

Ce que je voudrais souligner, c'est qu'à un certain dosage de Baclofène, il faudrait pouvoir faire une dissociation dans le craving.
Pour l'alcoolique en attente du résultat espéré, arriver à faire la différence entre un besoin irrépressible de boire, et la sensation, finalement normale, de ressentir un besoin de manger; le corps retrouvant ses signaux normaux.
Faites attention au sens des signaux, prenez le temps - surtout - de vous étudier.

Voila, ce n'est qu'une petite participation.
Mais je peux développer, à la demande.

Très bonne soirée à vous,
Pierre-M.
 
pierremichel
09 Février 2016, 16:42
Bravo,
C'est drôlement encourageant ce que tu nous dis !
Et ne t'inquiète pas plus que ça, continue et tu vas t arriver.
Félicitations ! belle volonté !
 
pierremichel
07 Février 2016, 20:30
Bonsoir, fan de Spirou,

Ma fois, compte tenu du volume de tes prises journalière, mais également de la durée de ton traitement, je pourrai te proposer une chose simple, économique, et facile à réaliser: te tester !.
C'est à dire de voir par toi-même si, en te raisonnant un peu, tu ressent quand même un besoin irrépressible de consommer de l'alcool. C'est ça le test. Repousser l'habitude de prendre un coup, souvent circonstancié d'ailleurs.
Attendre et s'étudier. Et s'aperçevoir que le besoin n'est plus là.
Que tu peut t'en passer. Qu'avec un verre d'eau ou de jus de fruit, c'est bon.
Essaye, que risque-tu ?
Courage, amicalement,
P-M.
 
pierremichel
04 Février 2016, 11:54
Oui,
Et puis, arrivé à un niveau certain, il ne faut pas hésiter à se tester, hein !
 
pierremichel
05 Décembre 2015, 19:09
Bonsoir,
Et merci pour vos participations.
Mais je re-précise:
Mon fil n'a pas vocation du tout a être transformé en cas général et à être interprété à l'aune d'une certaine normativité de bon aloi, légèrement condescendante; moi aussi, j'ai beaucoup lu, et j'ai beaucoup compris; surtout que la solution d'après-baclo est éminemment personnelle. Je ne parle donc ici que de mon expérience, de mon vécu.
Je n'ai de plus de leçons à recevoir de personne quand à mon état psychologique à la sortie de mon alcoolisme lourd.
Ce que je voulais faire passer comme message, c'est que passé l'aide apportée par ce forum, il peut se présenter, indifférence présente, un état de stupeur relatif à la compréhension de sa situation; par extension, de son intérêt à remettre en route un système de vie qui primitivement, a amené des désagréments, traités à l'alcool.
C'est un peu le droit retrouvé à l'erreur; qui peut-être partielle, totale.
Après tout, la lucidité revenue, chacun peut et doit se déterminer: le choix ! (tiens, c'est le titre de mon fil).
Mon fil est pour celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans la perspective d'une nouvelle normativité qui leur pose problème.
Pour dire que si le refus de sa vie passée s'impose, ce besoin viscéral est tout aussi respectable que celui (illusoire des fois) de "raccrocher les wagons".
Et de croire que tout est oublié, de la part des autres; pour moi, ce n'est pas vrai, cette hypocrisie sociale m'a amené à prendre la position que je défends.
Et le but de mon témoignage, c'est de dire: si on pense intimement qu'il faut tout changer dans sa vie, pour sa survie, et bien !, il faut le faire.
S'en donner les moyens; mais le faire !
Après ce que l'on a connu, seule la nécessité de sa survie est à prendre en compte. Par quelque moyens que ce soit.

Ce que je voulais dire.
 
pierremichel
04 Décembre 2015, 21:46
Bonsoir à toutes et à tous,
J'ai pris un peu de temps pour concevoir cette intervention, qui sera d'ailleurs la dernière sur ce fil.

Tour d'abord, je n'ai jamais voulu remettre en cause l'intérêt essentiel de ce site; Il est bien évident que tout un chacun - moi le premier - y a trouvé le soutient dont il avait besoin; pour des tas de raisons. pour démarrer, pour être suivi dans le parcours, tant il est vrai que la molécule ne se laisse pas faire facilement.
Et si de nombreuses personnes ont tant besoin de conseils actuellement dans l'usage du Baclo, je trouve que c'est assez significatif de la banalisation de la prescription, sans implication plus avant de la médecine générale; avec des exceptions, bien sur.

Ensuite, je veux préciser ma pensée; et encore une fois, ce fil n'est pas forcément destiné à être alimenté, il ne voudrai juste qu'être une base de réflexion.

Moi, je pense que l'indifférence à l'alcool n'est pas un but en soi. Cette indifférence ne permet qu'une seule chose: se voir tel(le) que l'on est; elle n'est donc qu'un moyen. D'où mon postulat: avec la prise du Baclo, on a le moyen "technique" de se passer vitalement - le crois t'on - de l'alcool.
Mais de cette indifférence, qu'en fait on ?

Qui posera la problématique de l'inadaptation ?

Passées les diverses et variées solutions proposées - dont ce site - par la société pour résoudre les problèmes des alcooliques,
et le Baclofène fait partie de l'arsenal sociétal, où en arrive le guéri (?) ?

Que lui propose t on ?
De reprendre un petit train-train quotidien, de reprendre une vie de famille ? bref, de se re-couler dans un moule qui déjà à l'origine ne lui convenait pas, source de la problèmatique ? et pour cela, pour l'aider, lui proposer les béquilles du suivi psy ?

Voila, c'était l'essence de mon post: dire à toutes celles et ceux que l'alcool a martyrisé, que peut-être, il y a des fondamentaux à retrouver. Et qu'il ne faut pas se laisser faire par la normativité sociétale.

Moi, je suis unique; toi qui me lit, aussi.

Alors, maintenant que tu vois clair, fais ton choix. De vie. Et il n'y en a qu'une, de vie.
Et personne ne pourra jamais te l'imposer, ta vie.
Le choix.

Merci de m'avoir supporter.
Pierre-Michel.
 
pierremichel
27 Novembre 2015, 20:14
Bonsoir,
Il n'y a pas de question.
Il y a un message, sur lequel on peut porter un avis, si on le souhaite.
Pour l'instant, c'est une réflexion personnelle.
Qui pourrait éclairer ceux et celles qui viennent sur ce site et qui pensent qu'en toute simplicité, prendre du baclofène résoudra tous leurs problèmes d'alcooliques.
Il n'en est bien évidemment rien.
Je regrette que ce site devienne un bon office de posologies adaptées, un lieu où tout un chacun donne un avis (éclairé ?) sur la bobologie de personnes non-concernées par le sens profond de l'existence du site.

Certains se sont exprimés sur mon post; ils en ont compris le sens.
Voila, moi ce que je crains sur ce site, c'est la perte de crédibilité.
Je le dit, le mouvement est en train de se perdre.

Après, on pourra me tomber dessus, même pas mal.
Mais si on veut bien réfléchir,...

Bonne soirée à vous.
 
pierremichel
26 Novembre 2015, 20:33
Bonsoir à toutes et à tous,
Je vois que mon sujet n'inspire quasiment personne (Merci Rosy).
Je m'attendais pourtant à certaines réponses, ne serait-ce que pour porter la précision, la contradiction.
Donc, il n'en n'est rien,
Les guéris (?) ne sont plus concernés, Ceux qui sont dans l'en-cours de la problématique ne lisent pas (où ne se manifestent pas), les nouveaux frissonnent d'angoisse; sans plus.
On ronronne sur ce site, ou l'on vient négligemment demander comment prendre le baclo, afin d'éviter le plus possible les problèmes domestiques.
Le baclo s'embourgeoise.
Alors que le baclo est une arme de guerre.
C'est une guerre, et il y a des dommages collatéraux (comme on dit maintenant pour autre chose).
A ceux qui ont oubliés leurs batailles (souvent à moitié gagnées), à ceux qui croient que prendre des cachets résoudra facilement leurs problèmes, je dis que vous ne prenez pas assez en compte l'aspect destructif de l'alcool, dans vos vies passés, présentes et à venir.
Ici, on est devenu prescripteur de posologies.
Les anciens ne parlent presque plus, et quand ils le font, on ne leurs répond même pas; trop chiants sans doute.
Voila,
C'est ce que je pense, à la lecture journalière du site;
Il faudrait quand-même se rendre compte que la baclofène ne s'est pas banalisé dans l'usage, loin de là.
Je vous remercie.
PierreMichel.
 
pierremichel
23 Novembre 2015, 21:25
Bonsoir à toutes et à tous,

Voila ce que je propose: une réflexion sur la démarche de soins.
Je souhaiterais que ce sujet soit lu et commenté - surtout - par ceux qui sont passés par le traitement Baclofène et qui ont été jusqu'à l'indifférence. Et qui l'assume; Ou non.

Ce grààl est je pense "techniquement" facile à atteindre avec le produit; Sauf cas exceptionnel, tout un chacun atteindra au fur et à mesure de l'augmentation de la prise du Baclo un seuil, par essence unique à chaque personne, et où il pourra se rendre se rendre compte que le "BESOIN DE CONSOMMER" a disparu.

Je passe sur les EI; ils sont réels, très enquiquinants; rien néanmoins en regard des situations que nous avons connues, en qualité d'alcooliques bourrés !

Je reviens maintenant à cet état magique d'indifférent. Tout ceux qui se traitent depuis plusieurs mois au Baclofène l'on connu, le connaisse.
Pour les autres, ce n'est qu'une question de temps; mais il faut s'y préparer.

A cet instant, il devient inutile de se cacher. On devient responsable de sa situation, surtout de son devenir.

Il faut regarder les choses en face.

On ne peut pas faire seul; pour des tas de raisons (Cad on ne veut rien casser de son état social); on peut à ce titre être aidé - si on joue le jeux - par toutes les béquilles sociétales que vous pouvez imaginer.

On peut faire seul; et on se rends compte que la vie qui nous a été imposée ne nous convient pas; pour des tas de raisons.

Et on change sa vie, de fonds en combles.

En tout état de causes, quelque soir la situation, rien n'est possible pour nous alcooliques, si nous ne faisons pas un état des lieux, en toute franchise.

Il n'y a rien de plus facile que de retomber; mais il faut assumer son choix de vie; car à un moment donné, le Baclofène nous donne cette possibilité. Il faut la saisir. Avec toute l'aide que cela nécessitera, la liste est exhaustive.

Mais ne jamais dire: "je n'y arrive pas, je rebois " ! Non, le Baclofène nous redonne l'honnêteté intellectuelle du choix.

Et je pense que ce forum existe et doit exister pour ceux qui veulent s'en sortir.

Voila, je vous remercie de m'avoir lu jusqu'au bout.

Et pour être complet, je suis mois-même un ex-alcoolique.
Avec mes problèmes, mon suivi psy.
Pour m'en sortir, j'ai tout cassé (boulot, famille, tout).
Mais maintenant je vis MA vie !

Bises à toutes, à tous.
 
pierremichel
09 Novembre 2015, 20:19
Rhâaaaaaa ! dis donc !
Ma Bidi sois-même !
Et qui vas bien ! Et qui le dit !
Moi, je suis heureux de te lire.
Et moi, je vais comme toi tu vas !.
Chounette, il faut ouvrir ses chakras;
Tous ceux qui sont là, qui lisent, ont connu ta situation.
Il faut juste y croire, tomber et se relever pour continuer; Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire.
L'aide, ça aide; mais l'effort principal, c'est toi qui le fait.
Et ça marche; et de toutes les façons, on ne deviendra pas des super-humains.
Grosses bises à toi.
Tiens, ça me rassure, tout ça...,
:fsb2_wink:
 
pierremichel
31 Octobre 2015, 23:09
Bonsoir,
Ma foi, je ne poste pas sur ce fil, mais je peut te garantir que même un homo est capable de voir si une femme est bien tournée; ou pas. Pour quelque raison que ce soit.
Sans sexisme, hein...,
 
pierremichel
30 Juin 2015, 17:54
bonsoir,
je crois que là est posé la vrai question de la démarche Baclofène, posée par Bédédora.
a ce niveau de prise, le besoin physique n'est plus là.
pourtant, la "force de l'habitude" va conduire à un comportement de consommation, excessif bien sur; et sans plus aucune motivation, quelle qu'elle soit.
je vais me faire taper dessus, mais je reste persuadé que dans nombres de cas, il FAUT un accompagnement psy.
le Baclo n'empêche pas de boire; il fait juste disparaitre la nécessité physique de boire, il ne règle pas le chaos mental.
dissocier le physique du mental, dans une démarche de guérison de l'addiction à l'alcool, me semble favoriser, au mieux une rechute, au pire un échec. Sauf cas particuliers, bien sur.
je ne m'exprimais plus beaucoup ici, voyez cette intervention comme l'expression d'un parcours personnel, surtout. Mais si cela peut faire réfléchir...
bonne soirée à toutes, à tous.
 
pierremichel
22 Mai 2015, 22:14
dire que j'allai rater ça !
bon anniversaire mon pote !
 
pierremichel
11 Avril 2015, 17:58
ma foi, c'est vrai ce que tu dis,
mais pour quelqu'un qui débute, cela fait beaucoup de notions a intégrer/gérer dans la recherche des sensations "kivonbien"
je crois tout a fait possible de faire évoluer son matériel si on le souhaite mais après avoir trouvé sa zone de confort/plaisir, et pour ça, le "tout fait" me semble plus à conseiller; le passage de l'usage de tabac à celui de l'e-cig demande pas mal de tatonnements, d'essais...
 
pierremichel
11 Avril 2015, 17:28
oui MM,
j'ai essayé ton système; très bien pour faire beaucoup de vape, mais ça ne correspondait pas à mon habitude d'aspirer et à mon besoin - ressenti? - de hit d'ex gros fumeur.
et ça reste un peu technique pour quelqu'un qui veut débuter sans se lancer dans des calculs de résistance et des travaux de petite mécanique.
mais ça peut-être une évolution, si affinités...
 
pierremichel
11 Avril 2015, 16:40
bonjour,
si tu commence la E.cig, et pour ne pas être déçu au point de vouloir abandonner, il te faut:

1)- un vrai magasin avec un vrai vendeur, qui pourra te proposer plusieurs marques.
2)- un budget; rien ne sert d'acheter un système bas de gamme, forcément limité. L'évolution se fait par le haut, par la multiplication des réglages et la qualité des composants, cela à un coût.

comme tu semble fumer pas mal, je penserai à un clearomiseur d'au moins 2 cl, voire 3,4 ou 5 cl, entièrement démontable avec corps en pyrex, entrée d'air réglable, qui supporte une résistance d'au moins 1,8 omhs. Après, il y a les reconstructibles, mais c'est une autre -chère- histoire.

après, il te faut une batterie. Prends tout de suite ce que l'on appelle un mods, sur lequel tu pourra régler la puissance (en watt ou en volt et que tu ne sera pas obligé de recharger trop fréquemment. Un mods qui va au moins à 20 watt est bien pour commencer. Mais il faut voir l'autonomie, quand tu est en extérieur.

en exemple, voici les configurations que j'utilise:

chez moi:
- clearo ASPIRE Nautilus mini (2 ml)
- résistance BVC ASPIRE de 1,8 omh
- mods ELEAF minibox réglable, 2200 mAh, 20 watts.

a l'extérieur:

- clearo ASPIRE Nautilus (5 ml)
- résistance BVC ASPIRE 1,8 omh
- mods ELEAF mega stick réglable, 4400mAh, 50 watts.

pour les e-liquid, bin, il faut gouter! un bon vendeur dans un bon magasin se fera un plaisir de te faire faire des essais. d'ailleurs, un bon vendeur est un passionné, et en général un bon technicien qui connait le matériel.
tu fumes pas mal, prends des flacons avec du 16 mg de nicotine; tu pourra toujours baisser après.

avec ce matériel, mes réglages sont les suivants:

- entrée d'air au maxi pour le clearo,
- puissances entre 10 et 12 Watt, avec un voltage compris entre 4,4 et 4,8 V sur les mods.
- j'utilise du e-liquid gold tiger à 16 mg de nicotine.

et enfin, pour bien vapoter, il faut bien entretenir son système, le nettoyer régulièrement de fond en comble, et ne jamais hésiter à changer la résistance dès que quelque chose te gène à l'aspiration.

voila, et plus de détails si tu le souhaite.
bonne journée à toi, à tous.

N.b: avec un bon mods, tu peut le recharger sur une prise USB de l'ordi, et continuer pendant ce temps-là à vapoter, tout en papotant!
 
pierremichel
25 Février 2015, 23:30
SO a parfaitement défini le cadre d'une nouvelle vie, incluant une consommation maitrisée.
laquelle laisse le champ libre à une foule de nouveautés.
une sorte d'engrenage positif.
 
pierremichel
15 Février 2015, 17:07
bonjour,

citation de Tristan (soigné):

"J'ai eu cette chance de pouvoir me déconnecter totalement du passé en me déracinant dans mes montagnes."

je te rejoint totalement; c'est également ce type de démarche qui m'a sauvé, car dans mon environnement fait d'habitudes, j'étais à 180 mg de baclofène et une bouteille de scotch par jour, sans solution.

en rompant radicalement avec mon passé voila quinze mois, j'ai trouvé, du jour au lendemain, non pas l'abstinence mais la consommation-plaisir ( un verre de rouge le soir, un scotch le Dimanche midi).

la (sur)consommation d'alcool d'habitude est, je crois, la plus difficile à vaincre !, malgré le besoin qui n'est plus là.

en tout état de cause, rompre avec ses habitudes pour se tester, est le meilleur moyen de savoir où l'on en est dans la démarche.
 
pierremichel
17 Décembre 2014, 18:55
bonsoir mon Daniel,
Ma foi, cela fait quelques temps que je ne suis pas venu t'enquiquiner, alors, je répare cet oubli !
quelques info sur moi:
Toujours domicilié chez ma mère, qui est bien solide quand-même, après le décès de papa en Avril. On se soutient mutuellement !
j'occupe les combles aménagés de la maison, et je suis en train de créer une salle d'écoute dans une chambre; rachat de hi-fi vintage, vynils,...
Bricolage de ma Dyane, bricolage dans la maison qu'on a acheté avec mon compagnon, Patrick, et qui est située à 10 mètres de là ou j'habite. Bon, il a encore quelques années à travailler, mais il va peut-être prendre un raccourcis vers la retraite...
Et bien sur, le plus important: consommation maîtrisée, un verre à dents de bière belge le midi, idem en taille - mais de bon rouge - pour le fromage le soir, et voila !
Plus jamais d'alcools forts, d'ailleurs, quand je bois un scotch, j'ai mal à la tête, tu vois la désintoxication !
je suis à 2 cps de baclo/jours, c'est pour dire que j'en prends ! idem pour les somnifères, 1/4 de cp, plus par habitude que par nécessité.
Mon psy que je vois une fois par mois est on ne peut plus satisfait, quasiment fier de moi ? bin moi aussi, c'était aussi quelque part le but recherché: me retrouver une fierté.
Bon, bin voila; ah oui !, les gosses. Et bien, rien depuis le décès de Papa, ils ne sont d'ailleurs pas venu à la cérémonie. Je leur en veux, ils le savent, et ce n'est pas moi qui ferait le premier pas (si un rapprochement reste possible).
Veut-tu me donner de tes nouvelles ?
J'essaye d'intervenir sur le forum de temps en temps, mais j'ai l'impression d'être inaudible, c'est sans doute normal.
Grosses bises, sincèrement,
Pierre-Michel.
 
pierremichel
20 Novembre 2014, 23:36
bonsoir Vanessa,
écoutes, il y a du positif, puisqu'il avait arrêté boire pour récupérer son permis.
j'y suis passé, et les contrôles sont rigoureux.
il avait donc une motivation, aidée en cela par le baclo. c'était un but facile à appréhender.
maintenant, il peut se retrouver confronter à la peur de la réussite, c'est à dire ne plus avoir besoin de boire pour faire sa journée.
pour beaucoup d'entre nous, ça a représenté l'inconnu, une absence de repères familiers; il lui faut se recréer un monde, qui fonctionne sans ses facilités fournies par l'alcool; devant la moindre difficulté ou angoisse, le démon revient au galop.
en fait, il faut qu'il se test en "milieu inconnu"; il faut multiplier (et provoquer) les situations, les évènements, durant lesquels il n'y a pas d'alcool. le choix est large (balades, visites de musées, cinéma...
qu'il se rendre compte qu'il peut vivre plusieurs heures (voire plus) sans boire, à son grand étonnement. répéter l'opération autant de fois qu'il le faut.
et accompagner tout cela de beaucoup de dialogue, de mises en confiance.
je dirai aussi: il faut essayer une aide psy. ça marche bien des fois.
donc, soit sure que s'il agit comme ça, ce n'est pas par plaisir. il a besoin d'aide pour y arriver.
quand au diktat de l'abstinence, ma foi, il vaut mieux ne pas le brandir.
moi, depuis un an et demi, je boit un verre à dent de bonne bière le midi, le même volume de vin rouge le soir, avec le fromage.
et je viens d'une bouteille de scotch par jours.
pour boire peu, il ne faut pas boire avec des raisons de boire.
voila, une très bonne nuit à toi,
courage et patience.
 
pierremichel
20 Novembre 2014, 17:25
bonsoir,
mais, que boit-il ?, et à quel volume ?, par jour.
courage.
 
pierremichel
08 Septembre 2014, 7:24
bonjour Bruce,
je suis très heureux pour toi de cette évolution positive de ta situation, évolution que tu attendait depuis si longtemps.
bravo !,
à te lire.
 
pierremichel
22 Mai 2014, 7:34
très bon anniversaire mon Daniel,
a fêter avec modération !
http://www.baclofene.com/images/smileys/fsb2_oeil.gif
 
pierremichel
27 Avril 2014, 8:00
tu est adorable, mon Daniel
et ça me touche beaucoup.

merci mon compagnon de galère,
on est sortis de l'enfer.

à toutes et tous qui lisez, soyez sur que le baclofène, ça marche !
en croyant en vous, et avec l'aide des amis d'ici.

bises à toi, à vous tous.
 
pierremichel
26 Mars 2014, 13:13
bonjour Mustang,
tu nous dit un peu de tes journées ?
bises,
 
pierremichel
25 Mars 2014, 18:28
bonsoir Mustang,
je n'ai qu'un conseil à te donner, là, tout de suite:
c'est de ne PAS ! prendre le volant; quelqu'en soient les raisons !

puis, dis-nous un peu où tu en est avec le baclo.

à te lire, sincèrement.
bises.
 
pierremichel
17 Mars 2014, 18:49
bonsoir Mira,

l'important dans l'alcoolisme, c'est d'accepter, et de faire accepter, le concept de maladie.
il ne s'agit bien évidemment pas d'une perversion voulue, mais d'un état de faits qui nous rends ultra-sensible aux effets dévastateurs de la consommation d'alcool, que nous ne savons ni ne pouvons réguler. c'est une maladie.
la solution existe, elle s'appelle Baclofène.
nulle honte à ressentir, à demander ce traitement.
ton ressenti face à ce problème majeur est la meilleure approche qui soit.
il te faut demander ce traitement; auprès de ton mèdecin traitant, sinon, ici, Zounette de fournira l'adresse qui va bien.
sache aussi que sur ce site, nous avons tous et toutes été confrontés à l'alcool et à sa problèmatique.
il faut commencer le traitement, et être consciente qu'il te faudra un minimum de volonté pour vaincre; ici, nous sommes là pour t'aider dans ton parcours. sans jugement, et toujours à l'écoute.
et l'aide de tes proches dans cette démarche est, et sera toujours, un plus évident. mais ce n'est pas facile, c'est sur.
vas-y !!!
et surtout, parles-nous.
bises.
 
pierremichel
26 Janvier 2014, 11:09
bonjour Bruce,

désolé pour ce silence, mais j'ai du assimiler une très mauvaise nouvelle concernant la santé de mon père.

je vais te répondre comme précédemment, en te parlant de mon vécu de traitement.

inutile de revenir sur des situations factuelles. Les routines de consommation, de déroulement des journées, des angoisses incontournables liées à son impuissance à changer quoi que ce soit. on le sait, les proches le savent. J'ai connu cela, situation grave. comme pour tant d'autres.

pour s'en sortir, on prends du Baclofène. Encore faut-il le prendre dans un but bien défini et accepté.
et se tenir à une montée en puissance des prises de la molécule.

rien d'autre, mais cette démarche est l'essentiel.

bien sur qu'en parallèle on continue de boire. et que l'on ne vois pas d'améliorations, dans quelques domaines que ce soit. Les ES s'invitent.
les doutes et les peurs sont toujours là.

mais sincèrement, sans augmenter régulièrement le Baclo, il ne se passera rien.
il faut créer un terrain favorable à la prise de conscience, très souvent inattendue, que le besoin a disparu. un beau jour. sans prévenir.
qu'il est alors possible, sans dommages, de changer sa routine.

et si tu relis mes posts plus haut, tu verras qu'à 180 mg/jours, je me tapait allègrement toujours ma bouteille de scotch.
néanmoins, ma dose de Baclo journalière avait créer ce fameux "terrain favorable".

cette prise de conscience de l'indifférence est multi-factorielles, mais propre à chacun. mais encore une fois, elle ne peut se produire qu'à un degrés certain d'imprégnation par le cerveau du produit.

moi, j'ai éprouvé la nécessité d'être aidé dans mes prises de décisions à ce moment. Mes proches (mes parents, eux seuls); mon psy, qui avait tout compris et qui m'a quasiment forcé la main. qui me suit régulièrement encore maintenant.
et l'usage de ce site, dont j'ai pillé sans vergogne les informations et les conseils.
j'ai agit égoïstement, je l'admets. mais c'était vital pour moi.
car seul, je n'aurai jamais réussi.

voila, j'aurai essayé de te donner quelques pistes de réflexion. pas des conseils, ce serait présomptueux de ma part, tant je reste fragile face à l'alcool. Je suis guéri du besoin; structurellement, la menace est toujours là.

alors, j'entretiens ma maitrise.
par le plaisir de boire un quart de verre à dent de bon vin le soir, avec mon morceau de fromage (du Rollot au lait cru, que je recommande particulièrement !).
par le plaisir de la (re) découverte du tir à l'arc: convivialité, satisfaction intense de la disparition des tremblements. Je peux encore être performant.
par le plaisir de pouvoir comparer l'avant et le maintenant.
par le plaisir, enfin et surtout, de voir la désolation quitter le visage de ceux pour qui on reste très important.

c'est à ta portée, sois-en persuadé.
allez ! reprends le combat !
cela vaut vraiment le coups !

à te lire, très amicalement.
 
pierremichel
20 Janvier 2014, 23:11
bonsoir Bruce,
je suis extrèmement désolé, mais je ne peux te répondre longuement
je suis assez malade, une grosse grippe
dès que je vais mieux promis je t ecris.
tiens bon !
amicalement
 
pierremichel
12 Janvier 2014, 20:27
je plussoie tes dires, Daniel.

tableau brossé avec réalisme et exactitude.

et une pensée émue aux chambres d'hôtel que j'ai aussi fréquenté professionnellement.
 
pierremichel
11 Janvier 2014, 11:17
bonjour Bruce,

alors, où en est-tu ?
tu commences à voir des effets positifs ?
à te lire,
amicalement.
 
pierremichel
07 Janvier 2014, 19:53
bonsoir Bruce,

ma foi, si tu a des choses à dire qui te semblent importantes,
ici, ça vaut bien la-bas !
et si en plus, ça peut aider...
moi, je te sens sur la bonne voie.
à te lire,
amicalement.
 
pierremichel
06 Janvier 2014, 18:13
bonsoir Mario,
le 31, un scotch en apéro, un sauternes 2001 avec le fois gras (hihihi!) que j'avais fait,
et eau claire !
alors oui ! apaisé.
et la maitrise, grâce au baclo, bien sur.

et toi aussi, tu a l'ait de bien maitriser ta descente.

mes voeux renouvelés.
 
pierremichel
06 Janvier 2014, 18:04
bonjour Bruce,

ma foi, si j'en crois ton nouvel avatar, ça doit aller pas mal, non ?
à te lire.
avec mon attention.
 
pierremichel
28 Décembre 2013, 9:47
bonjour Bruce,
je vais être absent une semaine,
alors, si tu peut donner un peu de news ?
en tous cas, tiens bon !
mes amitiés, à toi et a ceux qui te sont cher.
 
pierremichel
28 Décembre 2013, 9:42
bonjour,
et merci de ton passage sur mon fil.

à lire de tes nouvelles dans ton aventure de la descente,
et en attendant,
de bonnes fêtes à toi et à tes proches.

amicalement.
 
pierremichel
28 Décembre 2013, 9:39
bonjour mon Daniel,
plein de bonnes choses pour ces fêtes,
et après, d'ailleurs !

pour la liste des célébrités de la Somme, il parait que j'y apparaitrai un jour ! mais quand...

grosses bises, ami.
 
pierremichel
24 Décembre 2013, 14:01
joyeux Noël Bruce,
à toi, et à tous ceux qui te son cher.

and keep serious, as far as you can ! http://www.baclofene.com/images/smileys/fsb2_glasses.gif
 
pierremichel
23 Décembre 2013, 22:58
bonsoir Bruce,
alors ?
comment cela vas t il bien ?
un peu de news ?
à te lire.
 
pierremichel
18 Décembre 2013, 20:25
bonsoir Bruce,
il y a des vérités factuelles.
tu vis la nuit, tu dors le jour....
peu importe.
l'intérêt, c'est de cibler ton démarrage dans le jaja, et y parer.
on va prendre pour acquit l'heure de début des hostilités à 20 h, et une dose actuelle journalière de 60 mg de baclo.
il faudrait donc entamer le processus à 14h: prendre 20 mg
16h: " 20 mg
18h: " 20 mg
avec une amplitude de + ou - une heure.
une fois que tu es calé comme ça, tu augmente de 10 mg tous les 3 jours (c'est la base, mais tu fait à ton rythme), celle de 14h, puis celle de 16h, puis celle de 18h. tu stabilise. et tu recommence le cycle.

tout ça pour arriver à 160/180 par jour. toujours en prenant son temps.

là, démarre les tests du besoin, de la nécessité, de boire, ou pas.
c'est là aussi que se pose l'essentielle notion de la force de l'habitude.
si ça ne marche pas, une solution: continuer à monter.

de toutes les façons, les ES apparaissent, se stabilisent, puis baissent d'intensité. ou disparaissent. ou tu t'y habitue. ou...tu n'en aura que très peu !

bref, l'essayer, c'est l'adopter !

et tu verra que ta promenade avec le chien, bin, elle passera d'1/4 d'heure à une heure. entre autres bénéfices.

voila, ce ne sont pas des conseils, mais des propositions.
très amicalement, à te lire.
je compte sur toi.
 
pierremichel
14 Décembre 2013, 13:36
moi, je suis pragmatique.
et je parle sans dogmatisme de ce que je connais le mieux, c'est à dire de mon expérience.
Bruce m'a demandé, je lui ai répondu.
dans le domaine du traitement par le baclo, chacun y va à sa manière et à son rythme,
mais l'important, c'est de le commencer. et de monter en puissance. se concentrer la dessus.
le reste, bon ou mauvais, viendra alors naturellement.
il est à mon avis inutile de se prendre la tête pour des choses, des faits, des situations, des comportements, que l'on ne peut commercer à envisager qu'à une dose certaine journalière de baclo.
c'est ce que je t'ai dit, mon cher Bruce.
donc, vas-y ! et demande ce dont tu a besoin pour avancer.
amicalement.
 
pierremichel
13 Décembre 2013, 16:40
j'ai eu l'ami Bruce au tel mardi soir,
et il est pas mal en questionnement.
il est en train d'intégrer pas mal de choses.
il faut laisser du temps au temps.
 
pierremichel
12 Décembre 2013, 18:28
bonsoir Bruce,

alors, quoi de neuf depuis mardi soir ?
ça a marché pour ta prescription ?
et comment te portes tu ?

la meilleure soirée à toi.
 
pierremichel
11 Décembre 2013, 12:14
bonjour Sylvie,
te connaissant depuis dix-huit mois,
je pense que tu en a vu d'autres,
et que tu sais quoi penser de ce message.
grosses bises.
 
pierremichel
08 Décembre 2013, 20:23
bonsoir Eric,
un coucou dominical en passant.
bonne soirée à toi.
 
pierremichel
08 Décembre 2013, 16:54
salut Bruce,

tu me connais, un peu.
je ne te connais guère plus.
mais comme je n'ai pas de démarche intrusive, je vais encore te parler de moi.

quand j'ai commencé le baclo, j'étais comment dire, un peu "loin", dans l'alcool, en Avril 2012.
jour après jour, je ne dessoulais plus.
le médical de ma boite avait refusé ma reprise de travail; aucun appel d'amis, relations familiales en vrille. je ne sortais plus qu'une fois par jour pour m'acheter du pain et du paté. et ma bouteille de scotch. appartement dévasté. absence quasi-totale de communication, avec qui que ce soit.

j'ai pris mon baclo pendant plusieurs mois, en montant comme il le fallait, jusqu'à 180 mg par jour.
aucun changement dans ma consommation d'alcool; effets secondaires importants, le reste -voir plus haut- inchangé.
j'étais seul, bourré en permanence, confit (hihihi!) dans mon train-train. mais je prenais mon baclo avec une obstination d'alcoolique !
dans mes -rares- moment de lucidité, je me disais que quand-même, le baclo c'étais pas si bien que ça.
comme dans la pub, avec le chien qui dit: " il comprend rien !".

et en Décembre 2012, quinze jours chez mes parents, à l'occasion de Noël.

après le week-end passé à dessouler gentiment, je
difficile d'aller au troquet du coin sous prétexte d'acheter du tabac, les parents avaient prévu une cartouche !
pas d'alcool dans la baraque (pas fou les vieux !).
et comme je n'avais pas encore retrouvé mon permis...
peur panique du manque !

et là, rien !

j'ai été incrédule, je me guettais ! mais non, pas de besoin impérieux, pas de symptome du manque, à part un tremblement des mains.
et bien sur, en prenant toujours mon baclo.
jours après jour, je me suis progressivement calmé pour m'installer, lentement, dans mon nouvel état de non-dépendant.

le reste de mon parcours, c'est une autre histoire; je veux bien t'en parler, mais ce sera plus tard.

ce que je veux dire avec ce texte, c'est que personne ici ne prends du baclofène pour rien. on a tous cette lueur d'espoir.

pour chacun d'entre nous, le chemin est plus ou moins difficile.
la solitude, c'est la terrible amie de l'alcoolique.
les moments de désespoir, son ordinaire. alors on boit encore plus...pour ne plus avoir peur.

ça a été mon cas.
et dieu sait que j'ai pu délirer, sur ce site, au fond de mon trou.

c'est pour cela que maintenant, j'essaye de ne plus trop conseiller.
nos situations de départ, mêmes si elles sembles très différentes, présentent beaucoup d'analogies dans leurs effets.

ne te prends donc pas la tête avec ta situation.
monte en puissance dans le baclo; pour l'instant, c'est tout ce qui est important.
et si tu fait ça, tu y arriveras.

même moi j'y suis arrivé, c'est dire ! http://www.baclofene.com/images/smileys/fsb2_oeil.gif

très amicalement, je crois en toi.
 
pierremichel
06 Décembre 2013, 9:15
bonjour Bruce,

je note que tu suis une certaine routine de vie.
peut-être pourrais-tu repousser petit à petit ton heure de démarrage du jaja ?, pour laisser plus de place à l'action du baclo dans sa montée.
bon, en tous cas, tu poursuit et c'est le principal.
très amicalement, et à te lire ici.
 
pierremichel
05 Décembre 2013, 23:24
bonsoir Bruce,

alors, où en est tu ?
tu viens nous parler un peu ?
amicalement.
 
pierremichel
27 Novembre 2013, 18:24
bonsoir Eric,

il faut s'accrocher, contre vents et marées.
c'est bateau ce que je te dis,
mais regarde; même moi j'ai réussi, c'est dire !

je comparerai bien notre situation avec une image de sauvetage en mer.
on est sur un navire qui coule, au milieu d'une mer déchainée; plus d'espoir...
et la vedette orange de la SNSM arrive.
et c'est dur de monter à bord; tout l'équipage nous encourage !

et enfin, sauvé, on n'a plus froid sous couverture, réchauffé par un bon grog (oups ! non, un café...).

tiens bon Eric,
tout le monde est là.
sincère attention.
 
pierremichel
27 Novembre 2013, 18:14
bonsoir Stéphane,

on ne s'est pas croisé souvent sur le forum,
mais reçoit un grand merci de ton attention à mon égard.

je ne reste pantois que de ton implication ici, inlassablement.
ça a été, et ça reste, une grande chance pour nous.

je te souhaite une excellente continuation.
toute ma sincère amitié.
 
pierremichel
27 Novembre 2013, 17:52
bonsoir Daniel,

et bien !,
que de chemin parcouru,
depuis mon premier post du 2 Mai 2012 !

tu vois, heureux comme un ex-alcoolo chez ses parents, à la campagne.
ça a été un peu long peut-être, un an et demi.
avec beaucoup de bas, mais au fil du traitement, de plus en plus de hauts.
le sous-marin (en eaux troubles) s'est mué en fier voilier.

et maintenant, la tête en sérénité.
et la paix dans mon corps; il n'a que trop supporté.

je te souhaite la pareille, mon très cher Daniel.
avec reconnaissance.
bises très sincères.
 
pierremichel
26 Novembre 2013, 18:07
bonjour, bonjour,

cela fait quelques temps déjà que je ne vous ai pas enquiquinés,
alors, voici une petite réflexion.

monté à 180mg/jour, j'étais redescendu à 150/jour (ça tombe bien !, c'est le titre du fil...),
puis, j'ai ronronné à 100/jour, en 5 prises égales de 2cps à 7h, 11h, 15h, 19h, 11h, pendant quelques temps, avant mon déménagement de la mi octobre.

installé chez mes parents, je continuais avec cette poso quand je me suis aperçus au bout d'une semaine que physiquement, je ressentais une sensation d'angoisse aux environs de midi, et ce jusqu'à 15h environ.
bizarre, car mentalement, j'étais bien plus au calme.
et je me suis rendu compte que je prenais désormais volontiers une petit kir chaque midi ! et que ça allait mieux !

réfléchissement !
j'ai bien considéré la chose, et j'ai changé (doucement !).

depuis deux semaines, voila ce que je fais:

je suis remonté à 120mg/jour, répartis en 3 prises de 4cps, à 9 h, 12h et 15h.
et ça me va très bien, plus aucune tentation.

tout ceci pour dire que je pense qu'il faut-être à l'écoute de son corps.
les posos qui vont bien dans certaines circonstances, peuvent ne plus adaptées lorsque ces circonstances changent.
et c'est assez sournois.

voila, voila,
je vous souhaitent à toutes et à tous une excellent soirée.
 
pierremichel
23 Novembre 2013, 17:43
bonjour Bruce,

c'est parfait !
tu a commencé, et c'est le principal.
je ne suis pas fan des termes techniques, mais en gros, le baclo va progressivement, dans le cerveau, boucher les entrées du besoin physique de l'alcool.
c'est pour cela qu'il faut observer une montée dans les prises du produit, classiquement de 10mg en 10mg, tous les trois jours; mais c'est à adapter à la nature de chacun, bien sur.
l'important, c'est la régularité; dans l'horaire des prises, dans l'augmentation de chaque prises. on peut faire des pauses, mais surtout, il ne faut pas faire du "yoyo" !
et alors, des ES, tu en aura surement; tout ce qui va t'arriver de bizarre sera surement dù au baclo. mais bon! on n'a rien sans rien. et les ES s'estompent progressivement, de toutes façons. c'est pas marrant, mais c'est supportable dans la grande majorité des cas.

bon, quand tu sera arrivé aux alentours de 150 -180mg/jours, il te faudra faire un point. pas de panique ! juste, tu te teste; tu pense à boire, et bien ! tu va faire un tour ! et si l'envie/besoin est toujours là, bin, il faudra continuer à monter.
mais il y a une notion très importante à considérer: arriver à faire la différence entre le besoin (impérieux ?) et la force de l'habitude !
ce n'est pas facile à déterminer, c'est pour cela que se tester est important.

quand au fait de boire pendant le traitement, ma foi, on est nombreux ici (dont moi) à) l'avoir fait !
te prends pas la tête avec ça, tu n'est pas à quelques semaines près pour baisser et/ou arrêter ta conso.
d'où se tester, à certains paliers, comme dit plus haut.

bon, pour l'instant, c'est tout !

mais, vient régulièrement sur le forum pour parler, du baclo et du reste, ça aide bien !
et merci pour ton MP, t'inquiètes pas, ça va s'arranger.

très cordialement.
 
pierremichel
22 Novembre 2013, 9:14
bonjour Bruce,
alors, où en est tu ?
ça fait bientôt une semaine que tu a commencé "sérieusement".
pas trop d'ES ?
en tous cas, monte régulièrement en puissance, c'est le seul moyen pour que le baclo installe son efficacité.
courage !,
à te lire.
 




forum baclofene