Résultats de la recherche (849 résultats)

Didi
28 Octobre 2015, 16:19
Bonjour tout le monde,

merci sissi pour ton MP :-)
Je passe en coup de vent, je ne comprends plus trop ce qui se passe sur le forum, je ne connais plus, ni ne reconnais plus les gens... ça fait un bail :-) !
Presque à 1 an d'arrêt complet du baclo et du prozac... pour avoir notre 2eme enfant.
Et bien toujours pas de bébé en route, et le temps file... Des fois ça me déprime :-)

J'avance sur plein d'autre chose, je viens de finir mon 1er livre illustré pour enfant, il vient d'être envoyé à pas mal d'éditeur jeunesse, alors je croise les doigts.
J'ai fait du ménage dans ma vie professionnelle et relationnelle (pas toujours en douceur, hélas...) Je fais 10.000 trucs et formations... J'apprends et je continue d'évoluer, le ttt sous baclo m'a ouvert plein de portes, en fait ...

Je suis toujours suivie par Zermati. 1 fois par mois, ça me fait du bien, ça me rassure.

Avec mon recule, car j'en ai 360mg en 9 mois + stabilisation 1 an + descente en lenteur... + 1 an sans baclo
Je peux dire que le baclo aide à se débarrasser des crises de boulimie et aussi après à pouvoir contrôler son alimentation, il permet alors de mettre en place plein de "régime" alimentaire qu'on ne peut faire sans son aide : régime bio, régime sans gluten, régime équilibré, ce que vous voulez, peu importe... c'est dans notre tête. On sent qu'on peut décider de se faire du bien et y arriver. Sous baclo, je n'ai pas mangé d'oeuf, ni lait de vache et parfois sans gluten pendant 1 an... J'ai mis en place du contrôle. Le contrôle de ma nourriture, grâce au baclo... Pour des raisons d'intolérances alimentaires en ce qui me concernait... Et j'ai perdu du poids !
Aujourd'hui sans baclo, au bout d'un an c'est moins évident... mais pas impossible. Là, encore je parle de mon expérience, nous somme tous unique...
J'ai repris du poids, mais ça c'est logique quand on passe de la restriction associée à un régime sous contrôle (là je ne m'en rendais pas compte avec le ttt), à la vraie vie si vous me permettez... Mais pas de crises... oui, des envies de manger du sucré, etc... Alors je dois finir de me rééduquer, oui j'ai le droit le manger, oui je vais peut-être regrossir.... Qui sait.
Bref pas facile tout ça, mais rien de perdu !
Par contre en remangeant normalement après avoir soigné mes intolérances, j'ai enfin retrouvé de beaux cheveux et mes ongles aussi... Mais repris du poids aussi... ah !

Et puis vous savez quand on sort de ce traitement pour soigner sa maladie, qu'on est allé au bout du truc, que l'on a vu et connu les effets secondaires (je les ai tous eu les ES)... Bon bah on est plus fort !
Alors Ok, les émotions, c'est parfois la merde, ok des fois l'assiette de pâtes est un peu lourde à digérer... Aujourd'hui je vis sans médicament pour avoir un enfant. J'espère que ça marchera !!

Je vous souhaite à tous une belle réussite dans cette aventure qui est la votre !
Soignez vous bien !

bye bye
 
Didi
19 Janvier 2015, 12:25
Bonjour Milla,

ton message m'a fait super plaisir :)
merci, je ne me sens pas super intelligente... mais merci quand même.

Je dirais juste que l'aventure du baclofène ma donné vraiment envie de travailler, dans tous les sens du termes en fait... Un travail sur moi, et même aussi spirituellement parlant.
Je me sens un peu plus éveillée à la vie, à ma vie... Et ça, même, si c'est pas facile tous les jours... des fois, ça roule pas tout doux, ni tout seul...

Je suis quand même une emmerdeuse, et mon mari est assez sympa... de me supporter :)
Bref, ces derniers temps, je peux m'énerver assez facilement, avec pas mal de contariétés...
Je sens bien bien, que le baclo et même le Prozac, ne sont plus là pour me servie de béquilles...

J'écris ces lignes en souriant,
et je remercie encore le forum de me permettre de m'exprimer !!!

bises à toutes et tous :)

Edith
 
Didi
14 Janvier 2015, 11:03
Bonjour Claude,

faut pas s'inquiéter pour le prozac, j'en ai eu besoin sous baclo.
Il y a peu je l'ai arrêté en douceur...

Il m'a beaucoup aidé, et m'a permis de me reprendre en main, et de bien faire mon travail de fond.
Oui, je n'ai pas attendu qu'il fasse le travail pour moi, il a été une bonne béquille pour me permettre de le faire,
et surtout de souffler dans cette période "gris/noire" des ES du au baclo...

Aujourd'hui, je n'en ai plus besoin... Tout va bien :)
Je te souhaite tout ça aussi !

Edith


PS : attention, pour moi quand j'ai commencé le Prozac, ça a mis au moins 30-40 jours avant de sentir un mieux...
 
Didi
12 Janvier 2015, 11:31
Bonjour à tous,
et merci pour ces échanges :)

Pour ma part, car je ne peux que parler de mon cas :)
Mon corps a appris à se réguler, et j'ai appris à lui faire confiance... Pendant les vacances de noel, j'ai bien profité, sincèrement, avec joie, amour et humour et sans prise de tête de tous les moments à table :)
Ce week end aussi, (j'ai mangé de l'entrée, du plat, du fromage, et 2 fois d'une délicieuse galette au chocolat...) mon corps se régule de lui même :) et pas de prise de poids !!! Et oui... Merci à tous mes exos avec mon doc... et merci à cette nouvelle vie, sans ma béquille chimique, dont j'arrive à profiter de chaque instant sans me prendre la tête avec la bouffe...

Je discutais avec ma belle soeur hier midi, et on se disait que parmi les meilleurs moments de la journée, les repas étaient une fête pour nous... Ma belle soeur est mince, adore manger, et à perdu les kilos de sa grossesse (9kg, je crois) en 9 mois sans faire de régime, ni faire attention spécialement... soit, autant de temps qu'elle a mis pour les prendre, c'est trop mignon...

Merci à ma nouvelle vie, sans prise de tête... et pourtant je suis encore ronde ! Je m'habille en 48, mais je pète le feu et je suis joyeuse et finalement, tellement légère ;)

Et pour moi, c'est sûr et certain, régimes, privations, calculs alimentaires (calories, vitamines, etc...) ont été bannis de ma vie !

à bientôt
je vous embrasse tous

Edith
 
Didi
09 Janvier 2015, 10:34
C'est rigolo ce que tu dis Claire :)

parce que ce que tu appelles "mécaniques", dans mon poste ce que j'appelle "exercices" parce que je ne sais pas comment appeler ça sinon, :)
bref ces exercices sont basés exclusivement sur ce que tu écris dans ton post : "ressentis, les reconnaître, ...lenteur...goûter...."
ou alors j'ai pas compris ton post, et dans ce cas je te prie de m'excuser ;)

En fait, mon post, avait pour but de dire que même si mes hormones et neurotransmetteurs sont défectueux (ça je n'en sais rien car je ne suis pas docteur en biochimie sur l'être humain...) et qu'ils ont provoqué ma maladie ; aujourd'hui, je ne le suis plus, malade :) et voilà comment ça a marché chez moi.
Et parce que j'aime partagé :) et que je voudrais que tout ceux et celles qui souffrent de cette maladie peuvent trouver des solutions... et bien je témoigne :)

bizz :)
 
Didi
09 Janvier 2015, 9:06
Coucou,

je lisais le fil de Sissi et un lien qu'a posté Believe.

Citation
Il y parlent de l'hormone de la satieté, qui elle aussi est un probleme majeur dans notre maladie, c'est ce qui nous empeche de pouvoir s'areter de manger quand on a plus faim. Le dernier medecin qui s'exprime dans la video souligne bien (extrait de la video) ".....il faut agir sur l'alimentation , la renutrition ou directement la flore" Ca me semble si clair.....

Par contre , un autre probleme chez nous , et le plus important à mes yeux, ce sont les obsession , le debut des pulsions qui ne sont pas liées à la faim , et la on est bien dans l'addiction. Donc je pense que les 2 sont indissociables.

Mais s'ils arrivent à trouver une solution pour pouvoir arreter de manger lors d'une crise, c'est deja enorme. Moi ça m'aiderai bien, car mes portions sont toujours un peu trop grandes, et m'empechent de finir ma perte de poids.


Sur le le 1er et le 2eme point, j'y ai travaillé sous baclo avec la méthode de mon Doc.
Il y a des exercices à faire qui sont très malins, c'est une vrai discipline par contre, mais nous sommes disciplinées, nous, les boulimiques, quoiqu'en pense les autres.
Aujourd'hui, sans baclo, je reconnais la satiété et les envies de manger...
Là aussi, c'est un travail, mais j'ai appris à la faire ; attention sous baclo, rares sont les envies de manger... sans baclo, elles sont plus nombreuses.
Et bien, je réponds à ses envies, elles ne me font plus peur :
1.je ne dis pas NON à cette envie
2.je n'essaie pas de m'occuper la tête à faire autre chose pour ne plus y penser
3.après y avoir répondu, je ne culpabilise pas.
Ces 3 clefs ne fonctionnent pas du jour au lendemain, une fois encore il faut être disciplinée, essayer de se faire confiance et s'aimer très fort... Sans baclo, une fois encore, il n'y a pas d'évidence ! C'est grâce au soutien de mon mari, de mes amis, de ma soignante Reiki et de mon docteur que j'ai pu y arriver. Eux, ont toujours eu foi en moi (ce qui n'étais pas forcément mon cas).

Le baclo m'a permis de commencer le travail.
Là, je peaufine mon travail, sans lui.
ça me fait penser à un entrainement de sportif (comme Sissi qui marche tous les jours, chapeau d'ailleurs !)

Sinon, toutes le personnes "normales" ont des envies de manger, elles y répondent... Mon mari le premier.
Et bien maintenant, moi aussi...

Après il faut savoir que manger du chocolat en regardant la télé ou en faisant autre chose sur l'ordi, ça arrive à tout le monde de finir la tablette sans s'en rendre compte, là encore il y a de la méthode à mettre en place et surtout ne pas culpabiliser.
Sincèrement, depuis la baisse de baclo (j'étais encore sous baclo) il m'est arrivé de manger ma tablette complète de chocolat devant un film à la télé, un pur moment de bonheur (attention, ce n'était pas une crise, je l'ai mangé en 1h30, en faisant bien fondre le chocolat sous la langue comme j'aime)... Là encore, mon doc m'a expliqué qu'il ne faut pas cumuler les plaisirs (ici bon film
 
Didi
09 Janvier 2015, 8:44
Hello les filles,
j'ai envie de parler de ce que vous dites sur la satiété et les envies de manger,
mais comme je ne veux pas t'embêter sur ton fil ma Sissi je vais le faire sur le mien,

bisous
 
Didi
07 Janvier 2015, 9:55
Merci les filles :)

Je vous tiens au courant de la suite de mes aventures à Zéro baclo...

à bientôt !
 
Didi
07 Janvier 2015, 9:54
Je t'adooooore ma sissi :)
C'est vrai que je commence un peu à te connaître ;)

bises et continue à prendre bien soin de toi !
 
Didi
05 Janvier 2015, 13:23
Suite à un post chez ma copine, je souhaite éclairer 2-3 trucs.
En période de descente, j'ai connu de brefs épisodes de retombée dans la clope, ou dans de l'alcool (2-3 verres au moment des repas).
D'après mon doc, je devais me méfier des molécules addictives de ces produits, ce qui n'est pas le cas de pour la nourriture (mais ce n'est que son avis de médecin spécialiste des TCA)...
Aujourd'hui à zéro baclo tout va bien
... plus de cigarettes ou seulement pour mon anniversaire... et le vin seulement en dégustation et en me faisant plaisir...

J'ai parfois des envies de manger, sans avoir faim, ou quand je suis stressée... on appelle ça des envies émotionnelles. Comme tout le monde en a (cf mon doc).
ET bah, je me la mange, ma fraise tagada, ou mon chocolat, ou mon gâteau pâtissier, mais je le déguste... Et si j'ai encore envie et bah j'y retourne... et je le/la déguste encore... je vous assure que ça s'arrête très vite...
J'aime manger, c'est comme ça :) J'aurai aimé enfant qu'on me le dise :) " tu aimes ce que tu manges ?" "Alors mange le bien !" "Vas y, tu en as le droit !!!". Après il aurait fallu m'apprendre à vivre avec mes émotions (parce que je ne savais pas le faire), et puis une bonne dose d'estime de soi :) Et voilà j'aurais été la didi que je suis aujourd'hui.


Promis à la moindre crise je poste ici !!! Mais si je pense avoir quelques amies bienveillantes sur le forum, elles ne me le souhaiteront pas...

ainsi j'espère bien que mon histoire ne reflète aucune hypocrisie possible :)

je vous embrasse
 
Didi
05 Janvier 2015, 13:08
Désolée Sissi,
je ne pensais pas te froisser en écrivant chez toi, je pensais t'écrire comme tu écris parfois sur mon fil, je lis toujours tes intervenions avec bienveillance car tu es enthousiaste et bienveillante, bien que depuis le temps qu'on se connaissent toutes les deux :) nos avis ne soient pas les même, mais j'ai toujours respecter le fil des autres, alors je peux retirer mon post si tu le voulais.

Il est difficile de mettre des intonations par écrit :), c'est pourquoi je mets beaucoup de smileys à la fin de mes phrases.

Quant à moi, je suis dans une période très délicate de l'après baclo, "sans baclo", avec tout le travail que je peux mettre en place pour m'y aider et pouvoir accueillir un nouvel enfant dans ma famille.
J'espère bien n'être pas hypocrite si je rechute comme tu l'as écris, :) , et je souhaite tout écrire, ici, sur ce forum qui m'a tant aidé, même si je doute, ou si je perd pieds, ou si je m'écroule, etc... Parce que le témoignage des guéris, après baclo me manquait quand j'étais en traitement.

Merci d'avoir été là ma copine, :)
tu vas me manquer,

je t'embrasse
 
Didi
05 Janvier 2015, 11:34
Coucou Claude,

j'ai beaucoup aimé tes derniers posts !
Je me retrouve bien dans ce que tu écris, c'est très clair justement avec un bonne analyse :) ... bref je rejoints assez souvent ton avis.

Voilà, je tenais à te l'écrire, et puis aussi à te souhaiter une très bonne année !!!

bises et à bientôt :)
 
Didi
05 Janvier 2015, 11:30
Bonjour Sissi,

tu m'excuseras d'intervenir sur ton post,
surtout dis moi si tu veux que je poste ça chez moi,
y a pas de souci :)

Pour ma part, je suis à bientôt 5 ans de travail en thérapie comportementale avec mon doc Z. dont 2,5 années avec baclo :)
Mon doc et son travail psy en thérapie comportemental m'a appris à détecter, voir et donc vivre avec mes émotions. Pas à les gérer (à mon avis, une émotion ne se gère pas, elle se vit). J'ai donc appris à ressentir physiquement quand une émotion arrivait et quelle sensation physique y était associée... Tu vas dire : "pfouah n'importe quoi". Bah non, 5 ans... à apprendre d'accepter de ressentir...
Tout ça, je te le dis avec beaucoup d'humilité en espérant que tu y vois toute la subtilité de ce travail...

Je t'embrasse bien fort ma Sissi, ne te prends pas la tête. Tu es une personne entière. Tu prends tout à coeur, tu es sensible, et c'est pour ça aussi que tu es une si belle artiste :)
Et puis je te souhaite une très bonne année

à bientôt
 
Didi
05 Janvier 2015, 11:12
Coucou Sissi :)
coucou Manue, wouaouh quel parcours aussi !!! Bravo pour ton seuil :)

Et bien j'en suis à 28 kg de perdus, bien que je suis sûre que pendant ces vacances de Noël, ça a remonté...
Comme les autres, un peu partout, en France :)

Mais bon, je me suis fait tellement plaisir à manger toutes ces bonnes choses préparées avec amour... Que zut, tant pis j'ai décidé de lâcher prise, je suis tellement heureuse en mangeant !
Je disais encore hier à mon mari que cuisiner et manger étaient surement parmi les meilleurs moments de ma journée, et que ça me rendait tellement heureuse ...
Alors, même si je reprends du poids, bah zut ! tant pis, je suis heureuse comme ça, en mangeant bien, bon et beau, dans le plaisir, le partage etc... ça fait parti de moi.

plein de bises à tous :)
 
Didi
02 Janvier 2015, 12:59
Merci Sissi pour ton analyse :)
Je pense que c'est pas parce que l'on se sent bien, qu'on ne ressent pas du tout d'émotion : l'ennui, la joie... et comme on ne sait pas quoi en faire, (une émotion, même positive, O secours...) on mange...
ça explique pourquoi tu mangeais même quand tout allait bien... Toutes émotions ou stress quotidien ("je vais arriver en retard chez le dentiste", "il avance pas l'autre devant", "j'ai bien filé le goûter au petit?", "ma voiture fait un drôle de bruit", etc...) sont des stress quotidien, pourtant ma vie est belle :)

Voici un autre article (complet) expliquant le rôle du stress sur la prise de poids :
(pour ma part, ça me parle, car stressée et mangeant peu, la balance peut monter... Alors que en vacances, avec de bons repas, moins de stress (attention, j'en ai toujours), elle descend facilement, je dégonfle aussi pas mal (volume, pas seulement poids)... Mais ça c'est mon expérience :) Nous sommes tous différents, avec une histoire différente. Seules les émotions sont notre point commun...



"Le surpoids n’est pas une fatalité

En comprendre les causes permet d’enrayer ce phénomène

Ce n’est pas un hasard si l’on se retrouve en surpoids, pas plus qu’un manque de chance : le surpoids a une véritable raison d’être. Il est dans une large majorité des cas réversible, y compris lorsqu’il est transmis génétiquement.

régimeSuivre un régime apporte une solution palliative de courte durée, dont les résultats sont la reprise de poids inéluctable dans 95 % des cas, des perturbations somatiques et des bouleversements physiologiques du comportement alimentaire (dont effet yo-yo et compulsions alimentaires). Cela provoque également, et c’est moins connu, des transformations osseuses et musculaires qui peuvent être irréversibles.

Comprendre les causes profondes de la prise de poids permet de l’enrayer de façon efficiente et durable.
Pourquoi la surcharge pondérale ?

Albert Einstein disait : « Nous ne pouvons résoudre un problème en agissant à l’endroit où il s’est déclaré. » Pour perdre du poids durablement, il en est de même : agir sur la restriction alimentaire ne règle pas le problème, cela aurait même tendance à l’aggraver. La surcharge pondérale trouve ses origines dans les mécanismes universels de défense innés de l’être vivant. Notre intelligence s’est développée à travers les âges pour nous permettre d’accéder à plus de confort, mais il n’en reste pas moins que notre cerveau gère prioritairement notre survie.

régimeLorsque nous n’étions que des hommes primitifs, notre instinct de conservation ne se limitait qu’à nous protéger des problèmes d’ordres physiologique et physique. Avec le développement du néocortex, les perceptions de danger sont également devenues psychologiques. Notre cerveau – contrairement à celui des animaux – nous permet d’avoir la conscience de nous-mêmes. Et c’est ici, précisément, que le problème du surpoids prend sa source. Que ce soit en réponse à des menaces physiologiques, physiques ou psychologiques, notre mécanisme interne de protection agit par anticipation pour évincer tout risque de mort. Il opère de façon à se préserver de tout risque de souffrance. Ainsi, nous sommes « câblés » pour trouver des solutions immédiates d’évitements expérientiels afin de se préserver de tout danger.

Mécanisme de défense

Ce comportement, s’il s’avère totalement adapté lorsque nous sommes face à des situations de dangers réels, devient nuisible lorsqu’il vient en réponse à des dangers imaginaires produits par les pensées ou par le vécu de souffrances installées. Dans le cas des personnes en surpoids, la vie est appréhendée à travers un filtre de dangerosité où les événements sont vécus comme inquiétants, angoissants, culpabilisants, etc. Tous ces ressentis émotionnels négatifs induits par nos pensées provoquent des tensions internes (stress) interprétées par le cerveau comme des états d’alertes susceptibles de dégénérer en situations de péril. L’individu déclenche alors son système d’alarme inné afin de tenter de se retrouver de nouveau en sécurité. La solution gagnante inconsciente de la personne en surpoids va être d’ingérer des aliments gras et sucrés, préférentiellement.
régimeCette réaction instinctive ne se contrôle pas avec la volonté, car il est très difficile de lutter contre l’instinct de survie.

Des études ont montré qu’une souris stressée soumise à un régime hypercalorique prendra deux fois plus de poids qu’une souris non stressée soumise au même régime. Notre comportement face au danger est comparable à celui de l’animal. En effet, la nourriture répond à plusieurs de nos besoins : outre celui de nous apporter l’énergie nécessaire pour faire fonctionner nos organes et nous permettre d’agir, elle comble également certains de nos besoins en réconfort, car – même si cela engendre d’autres émotions négatives – manger apaise instantanément.




Le stress a donc une raison d’être

L’animal – non doté d’un cerveau intelligent – déclenche ce mécanisme dans les situations qu’il juge inquiétantes pour le maintien de sa survie. Le danger de mort, pour lui, ne peut être que physique, et sa réponse inconsciente est de se préparer à une attaque éventuelle. Deux processus se mettent alors en œuvre : d’une part, le besoin instinctif d’augmenter son ingestion alimentaire pour se constituer des réserves en cas de combat (besoin accru en énergie), et d’autre part, gonfler pour se montrer plus imposant face à l’ennemi afin de tenter de le faire fuir.

Les personnes en surpoids procèdent inconsciemment exactement de la même manière. On comprend mieux alors que réduire les apports caloriques de certaines catégories d’aliments par le biais d’un régime alimentaire contribue à accentuer le phénomène de sensation de dangerosité. Supprimer des aliments dits « caloriques » entraîne un double traumatisme pour l’individu, la peur de manquer de nourriture (traumatisme physiologique) et un sentiment d’insécurité (traumatisme psychologique), dont les conséquences sont l’aggravation du ressenti de stress et donc, un besoin accru de manger.

De ce fait, sortir de la spirale infernale de la prise de poids ou réduire un poids stable mais trop élevé implique nécessairement d’agir conjointement sur deux axes. D’une part, il est nécessaire de (ré)apprendre à répondre à nos besoins physiologiques (manger quand on a faim et s’arrêter lorsqu’on n’a plus faim, et dans cet espace-temps, manger ce qui nous fait envie) pour cesser de mettre le corps en état de stress. Lorsque nous respectons cette règle de régulation, il nous est impossible de prendre du poids, car nous répondons à notre « vraie faim ».
régimeLes pièges de la "fausse faim"

Mais, à elle seule, la (re)mise en route de ce système de contrôle inné n’est pas suffisante pour perdre du poids. Il est indispensable, en parallèle, d’apprendre à repérer la « fausse faim » qui, elle, répond pour les personnes en surpoids à la nécessité de combler des besoins de réconfort émotionnel accrus. Pour ce faire, encore faut-il avoir pris conscience qu’à l’origine de toute ingestion alimentaire (hors besoins physiologiques), il y a un vécu négatif et une tentative d’évitement de celui-ci.

Pour les personnes en surpoids, les ressentis émotionnels sont confondus avec une envie de manger. Un travail comportemental s’avère alors indispensable pour permettre à la personne en proie à des sentiments psychologiques douloureux ou anxiogènes de dissocier le besoin vital de se nourrir de celui de comportements d’évitements expérientiels, et ce afin d’apprendre à apporter des réponses adaptées à chacun de ces deux types de ressentis.

Distinguer "vraie faim" et "fausse faim"

Apprendre à distinguer l’un de l’autre est le point de départ du travail pour endiguer le problème de la prise de poids. En effet, reconnaître les signaux de la « vraie faim » permet de repérer ceux qui nous sont envoyés pour combler nos ressentis psychologiques interprétés par l’organisme comme des vécus négatifs. Par conséquent, lorsque le besoin en énergie et en nutriments est ressenti, il faut y répondre sans culpabilité par les aliments qui nous font envie. Par contre, pour ce qui est des ressentis émotionnels autres qu’alimentaires, il est nécessaire d’apprendre à apporter une réponse différente que celle de l’ingestion alimentaire, ce qui permettra d’enrayer la prise de poids.

Agir sur les stress

En agissant sur les stress, il est possible de permettre au corps de revenir à la normale. Travailler sur les stress n’implique pas de lutter contre eux ou de tenter de les éviter : il s’agit, bien au contraire, de comprendre leurs raisons d’être pour pouvoir mieux les accepter. Le stress découle directement de nos perceptions et de notre vécu.

Les ressentis émotionnels qui en sont à l’origine provoquent dans l’organisme des sensations très désagréables dont il faut par tous moyens, nous l’avons vu plus haut, se débarrasser le plus rapidement possible. Étouffer les ressentis en s’anesthésiant avec de la nourriture est la solution gagnante qu’a trouvée le cerveau des personnes en surpoids, pour lutter contre les vécus psychologiques douloureux. Bien que cette dernière apporte un soulagement, il est de courte durée et de nouvelles prises sont inéluctables, car le problème de fond demeure.

L’image de soi

régimeSe critiquer, faire passer l’autre avant soi, ne pas savoir dire non, avoir une mauvaise image ou un manque de confiance en soi, mais également le déni des faits réels tels que le décès, la maladie, les séparations, etc., sont autant de situations qui induisent des émotions négatives et que la personne en surpoids tente de récuser à travers la nourriture.

Et pourtant, si les émotions existent, c’est qu’elles ont une raison d’être : ne pas les refouler mais plutôt les accueillir avec bienveillance permet d’être en contact avec notre soi profond. Elles sont le reflet de notre être intérieur et de ce que nous voulons profondément. Elles nous préviennent lorsque nous ne nous respectons pas en tant qu’entité. Apprendre à les écouter, ou plutôt à les ressentir, nous donne des informations sur ce sur les comportements que nous devons corriger pour faire émerger l’être que nous sommes réellement. Notre image de nous-mêmes s’est construite au sein de notre famille et à travers notre lignée. Nous reproduisons à l’âge adulte les schémas hérités génétiquement et acquis durant l’enfance qui nous empêche d’être nous-même.

La "solution nourriture" n’est pas une solution

On comprend mieux que la prise de poids résulte de phénomènes qui se situent bien au-delà de notre comportement face à une assiette de nourriture. Juguler la prise de poids implique de comprendre les mécanismes profonds en jeu. Il est impératif de cesser les attitudes d’évitement de ressentis en apportant une « solution nourriture » pour ne plus gérer ponctuellement le mal-être intérieur.

régimeLa prise de poids est la résultante de plusieurs problématiques concomitantes dont la clé de voûte est d’apprendre à vivre avec les souffrances inévitables qui font partie de la vie, à mieux se connaître et à s’aimer et ce, avec comme fil d’Ariane nos ressentis émotionnels. Il est donc possible de sortir de ces enfermements qui provoquent la prise de poids par un travail comportemental approprié qui s’avère nécessaire dans la majorité des cas pour apprendre à mieux appréhender les stress physiologiques et psychologiques.
Pour sortir concrètement des enfermements comportementaux qui nous poussent à manger, il est nécessaire d’être accompagné avec un professionnel neuro-comportemental spécialisé dans le comportement alimentaire, qui lui, donnera les clés pour en sortir durablement."
 
Didi
02 Janvier 2015, 9:28
Bonjour Tout le monde,

je vous souhaite à tous une très belle année lumineuse et pleine d'amour envers vous même et les autres !

:)

Ici tout va bien, cependant...
j'ai remarqué avec l'arrêt (très très progressive) du baclo et du prozac (sur plusieurs mois aussi), une augmentation de mon appétit.
D'après mon doc, ceci, est très courant lors d'un arrêt de traitement médicamenteux...
Evidemment que je flippe, la boulimie revient-elle ? Vais je reprendre mes kilos, etc...???
Donc, quelques interrogations... bien normales au vu de mon histoire...

Je vous tiens donc au courant, mais rassurez vous, pas de crises !
De la gourmandise, oui, et de la prise de tête, aussi, mais ça il faut vite que je gère, car c'est en se faisant des noeuds au cerveau que justement les crise peuvent revenir...
Vite, vite... une bonne dose de bienveillance pour la Didi !!!

;)

Je vous embrasse bien bien fort en vous souhaitant encore une très très bonne année.

Et en attendant de revenir sur ce super forum, voici un article intéressant écrit par Nathalie Meer - Fondatrice de la Méthode Meer :

"...Vivre la vie comme un combat, ne pas se sentir à la hauteur, avoir peur d’affronter les autres et leurs jugements, ne pas savoir poser ses limites, faire passer les autres avant soi, ne pas reconnaître sa propre valeur, avoir peur de l’avenir, etc. sont autant de circonstances qui vont pousser un individu à se sentir en insécurité face à la vie.

La réponse du corps est de s’armer pour se défendre contre toutes ces agressions. Et il va le faire avec les seuls moyens qu’il connaît : créer des réserves d’énergie et prendre du volume. Les objectifs poursuivis sont prioritairement d’avoir des sources de « carburant » nécessaire pour résister aux difficultés de la vie, et de se présenter comme le plus imposant possible face aux adversaires.

La nourriture est également connue pour ses pouvoirs antalgiques et anesthésiants, alors quoi de mieux que de manger pour ne plus ressentir la vie comme une souffrance ? Nous sommes ici, une fois de plus, dans des comportements instinctifs. Changer ceux-ci implique de changer la façon dont les événements sont interprétés.

Les pensées sont à l’origine des ressentis dont vont découler des comportements. En d’autres termes, changer la perception du monde en général permet de mieux appréhender la vie, et d’agir plutôt que de réagir. Changer les croyances implique un travail sur soi, et les axes pour y parvenir sont multiples, mais ils poursuivent tous le même but, celui de mieux se connaître afin de décrypter les messages du corps envoyés sous forme de ressentis émotionnels.

Accepter et comprendre les tensions internes pour faire cesser les comportements d’évitement en apportant une « solution nourriture » ne gère que ponctuellement le problème. Il n’existe pas de méthode rapide pour sortir de ces types d’enfermement ; la prise de poids est la résultante de plusieurs phénomènes concomitants qui vont trouver leurs origines dans la génétique, l’acquis et le vécu d’une personne. Il ne peut s’agir que d’un travail individuel avec un accompagnement personnalisé, car même si le cerveau a les moyens de se repérer seul, encore faut-il lui dire par où il doit passer pour trouver ses propres solutions ! L’approche comportementale est indispensable pour enrayer les mécanismes de prise de poids, afin de mincir de façon efficace et durable."
 
Didi
04 Décembre 2014, 14:25
Coucou,

c'est un plaisir d'échanger, ici, tous ensemble :fsb2_smile:
Je pense comme Sissi, les parcours sont tellement différents... et pourtant la maladie est la même.

Pour ma part, le seuil ne m'a pas fait changer d'avis sur moi même du jour au lendemain, ni la descente d'ailleurs.
J'avais fait 4-5 ans de psychothérapie, avant tout ça... j'ai apprit sur moi. Mais je n'étais pas guérie.
Puis après, j'ai fait 2 ans de méthode Z. (avant qu'il ne me propose le baclo... ) sa méthode, bien que je la comprenais et l'ai apprise, je n'arrivais à l'appliquer. Seul le baclo m'a permis la "pause des crises"... ce qui a rendu alors le travail possible, sur 1,5 ans encore après...
Quand je dis que ça a été long pour moi, je ne plaisante pas ! Presque 4,5 ans avec Z.

Nous avons tous un terrain différent, et que peut-être, sa méthode aurait pu marcher pour moi sans baclo avant le drame personnel que j'ai vécu il y a 8 ans, et qui m'a fait plonger dans la maladie vitesse grand V (+40kg...).
Mais ça je ne le saurais jamais... En tout cas aujourd'hui, la méthode, sans baclo, ça marche chez Didi !!!
Je croise les doigts, je me surveille, j'aime croire que c'est acquis pour moi... Je n'en sais rien... Et si un autre drame me fait plonger ?
Mais je ne pense pas, car j'ai grandi (je mesure déjà 1M80), mais je vous jure, je me sens comme adulte, ou en tout cas écoutée, par moi-même !!!

Bon je m'égare et je ne sais pas si tout ce que j'écris vous aide,
moi ça m'éclaire souvent, il est génial ce forum :fsb2_yes: ... Et vous êtes géniaux !!!

bises à tous
 
Didi
03 Décembre 2014, 9:40
Merci les copines pour vos réponses,
Toujours Zéro baclo, et Zéro stress Sissi :fsb2_smile:

Une copine un peu perdue m'a envoyé un MP, elle a beaucoup, d'ES, et le pire, évidemment c'est qu'elle ne dort pas beaucoup.
Elle est très inquiète sur son traitement, pour la suite... Elle m'a posé pas mal de questions. Avec son accord, voici ce que je lui ai répondu :

Alors pour répondre à toutes tes questions, sache que tout cela a été un travail très long... J'ai demandé de l'aide et j'en ai reçu. Merci :fsb2_wink:
J'ai fait un gros travail sur moi même, car sache que même si tu souffres énormément en ce moment, cette souffrance te fait grandir, et t'éveille si tu l'accueilles avec bienveillance, là, je te parle latin, surtout en plein shoot de baclo pour toi :fsb2_wink:
Si tu as le courage, trouve ce livre : Bienvenue douleur ! de Pilar Sordo

Ensuite pour te rassurer, enfin j'espère, j'ai passé des soirées pas terribles sous hautes doses de baclo + 1an de nuits pénibles, voir blanches... Des vacances de M... avec des crises d'angoisses terribles, des ES surprenants...

Aujourd'hui, tout va mieux. C'est ce que je retiens.
Mais souffrir m'a fait grandir (j'entends par là aussi, souffrir autrement que en faisant des crises et en m'apitoyant sur moi -même), ça m'a obligé à me bouger le C.. et prendre soin de moi... en quelque sorte, car l'estime de soi qu'on a déjà avant le baclo frise le zéro pointé, alors sous baclo avec les ES, c'est carrément le bonnet d'âne et au fond de la classe, toute seule... Donc pas facile tout ça. Mais parler, demander de l'aide, par tous les moyens (moi je suis aller voir une thérapeute reiki + ma thérapie avec le D Z.). Bref, un travail très long...
Mais aujourd'hui, quel résultat !!! Je suis heureuse, j'ai des hauts et des bas, dans la vie qui n'est pas un fleuve tranquille, mais je me sens privilégiée, car il s'est passé quelque chose, et j'ai travaillé et avancé.

Je te souhaite la même chose.
Et surtout, surtout, sois bienveillant envers toi même, il n'y a que ça qui compte finalement dans la vie, la bienveillance et l'amour envers nous même et qui finit par irradier les autres et nos proches :fsb2_smile:

bises et plein de réussites !!!
... et avec tous les ES de M....


Je voulais ajouter aussi que ma thérapie avec Z. est maintenant suivie par de nombreux médecins et nutritionnistes formés avec sa méthode (qui entre nous n'est que du bon sens et du respect de soi...). Nanie, sur ce forum a été suivie par une personne formée à cette méthode.
Vous pouvez trouver sur le site du G.R.O.S. les coordonnées de ces personnes : http://www.gros.org/praticiens
Pour info, mon doc Z. ne prescrit quasiment plus de baclo... Selon lui, sa méthode, ses exercices ont suffisamment évolués pour arriver à guérir ses patients sans baclo... Sincèrement, je ne sais pas trop quoi en penser, je lui fais confiance, il me suis depuis bientôt 5 ans... Mais c'est quand le baclo a pris le relais, que j'ai enfin pu me concentrer sur moi-même, faire la paix et avancer sur les exercices et sa méthode. Mais bon, je crisais 2-3 fois par jour... j'étais une hyper-hyperphage :fsb2_smile: Un cas assez extrême...

Voilà bises à tous, cette fois je vais bosser !!!
à bientôt :fsb2_smile:
 
Didi
03 Décembre 2014, 9:27
Coucou JU,
pour le sommeil, il faut que tu pennes ton mal en patience, si je puis dire et sans te froisser...
5h avec un somnifère, c'est déjà ça de prit !! C'est génial même !!! 5h

Le réveil toutes les heures, j'ai connu... La fatigue, la dépression, etc...
Ce qui m'a beaucoup aidé, c'est la sieste d'1h dans mon canapé, enveloppée de ma super couverture toute douce... après déjeuner.

On m'a prescrit un somnifère, j'alternais 1 semaine avec, une semaine sans...
C'était dur... car même avec, je ne dormais pas bien... Mais, même 2h00 de plus, c'est ça de gagné !

Par contre, je devais amener mon fils à l'école tous les jours, et travailler de chez moi après, j'étais obligée de me lever à la même heure.
D'ailleurs, très longtemps, même en descente, et encore aujourd'hui, je suis réveillée très tôt le matin... Là, c'est plus cool, car je me couche plus tard...
donc vers 5-6h du mat', sous baclo je me levais pour faire du sport sur ma Wii, ou des exercices de méditations et respiration en pleine conscience... Il m'a fallu beaucoup de courage, et c'était pas gagné tous les jours, aujourd'hui, je t'avoue... je ne fais plus de Wii...

Allez, bon courage, le chemin est difficile, mais tu n'es pas seule, ni la seule à être passée par là !
Et surtout, sois bien, bien fière de toi !!! Rends toi compte de ce que tu es en train d'accomplir pour guérir ! BRAVO

Edith
 
Didi
27 Novembre 2014, 10:19
Bonjour à tous

Et voilà, j'y suis Zéro baclo, depuis 3 jours maintenant...
Tout se passe bien, ça me fait vachement moins peur. Avant, d'y penser, au Zéro Baclo, j'étais angoissée... Là, bizarrement ça va, je n'ai pas peur, c'est assez confortable en fait.
Je me rends compte que comme en descente (qui a duré 1,5 ans) je suis hyper à l'écoute de ce que je ressens... Et c'est ça que m'a apporté la descente lente... Mes questions, celles que je continue e me poser chaque jour, sont là : ça va ? qu'est ce que je ressens ? Que se passe t-il ? Pourquoi j'ai la gorge serrée ? mal au ventre ? Une envie ? Et, bien maintenant avec la thérapie, ces exercices, etc... Il y a un nouveau mécanisme qui se met en place, et il est devenu presque intuitif, donc facile, voir évident, ce qui ne l'était pas du tout avant la descente.

C'est très étrange, parce que avant de le formuler par écrit, ici, sur le forum, je ne m'en rendais pas bien compte.
Alalalalala, merci le forum, et à vous qui me lisez et me répondez !!! MERCI :) Et tout ça, fait parti de mon processus de guérison, j'en suis persuadée !!!

Je conclue aujourd'hui en disant que le baclo a permis l'arrêt de mes compulsions. Il a fait son travail. Merci.
Et que, pendant la stabilisation et la descente, mon esprit n'étant plus accaparé et étouffé par les compulsions et ses incriminations perpétuels qui en découlaient, a enfin pu se mettre au boulot ! Un long travail, mais ça fait du bien en fait de bosser (spirituellement parlant SURTOUT)... Mais ça, c'est mon avis ;)

Voilà pour aujourd'hui, à très bientôt.
Je voulais aussi ajouter que, vous, les femmes et les hommes sous baclofène, crises ou pas, alcool ou pas, etc... Vous pouvez dès à présent être fier de vous ! Vous avez compris que quelque chose clochait, et vous vous êtes pris en main, vous avez fait les démarches pour y arriver, vous allez peut-être avoir des ES... Soyez fier dès à présent de vous, pas besoin d'attendre d'être guéri... Car le chemin du baclofène, pour guérir ou pas, n'est pas une route tranquille, alors croyez moi, vous grandissez déjà !

Plein de bises et de belles pensées à tous !

Edith
 
Didi
17 Novembre 2014, 8:55
coucou pipa

ça faisait longtemps, et je te souhaite toute la réussite possible pour la suite. ça va le faire !!!
Tiens nous au courant, je croise tous les doigts et je pense bien à toi !
 
Didi
06 Novembre 2014, 10:26
Bonjour à tous,

je faisais une recherche pour des idées de buffet/recettes pour fêter mon anniversaire dans 1 mois à la maison,
et sur un joli blog de cuisine, j'ai lu un texte très émouvant sur les troubles du comportement alimentaire.

C'est ici

Il m'a beaucoup touché, car je continue mon travail avec mon doc Z, ma thérapie, et ça avance, je commence vraiment à ne plus diaboliser la nourriture, à manger de tout, du bonbon acidulé aux haricots verts, à me respecter telle que la nature et la vie m'ont faite :fsb2_smile: Je me fais jolie pour moi toute seule ; je retourne dans les magasins acheté une jupette, ect...
Quand une envie de manger, un bonbon, un chocolat, un biscuit, une poignée de cacahuètes...( ces aliments réconfortants qui finissaient en pulsion et en crise, avant ) et bien aujourd'hui, je me les offre avec amour et réconfort, pour un vrai moment de dégustation avec moi même. Je respecte les 3 règles : 1. je ne me dis pas NON / 2. je ne cherche pas une activité pour me détourner de mon ENVIE de manger / 3. je ne culpabilise plus de m'offrir ce VRAI plaisir.
Je veux préciser aussi que ça n'a pas marché du jour au lendemain, j'attaque ma 5ème année de thérapie sur le comportement alimentaire dont 2,5 années sous baclo. Je disais hier en RDV avec mon doc, "le baclo a fait son travail, maintenant je fais le mien". C'est sorti tout seul, c'est tellement vrai.
Je disais aussi, j'ai survécu aux ES de 360mg de baclo, et ça pendant plusieurs mois, je peux tout faire maintenant ! Bref, je suis RAMBO. Même bien plus maintenant, parceque Rambo sous baclo... quand j'y pense ça me fait sourire :fsb2_smile:

J'ai lu aussi un bel exemple de guérison dans un livre qui m'a ouvert les yeux aussi sur le temps de la guérison, et l travail à faire... Cette personne est tombée malade à l'adolescence, et a mis 11 ans à guérir totalement, une EMI a été son déclic pour guérir, mais 11 ans, quel parcours, aujourd'hui c'est une très belle personne, elle soigne les autres maintenant. Je peux vous fournir les références de ce livre. Mais ce n'est pas un livre sur la maladie, c'est un témoignage sur quelqu'un qui trouve son chemin. Il s'appelle " écoute, la vie te parle".

Plein de bises à tous,
je vous envoie un beau souffle de guérison pour tous !
Et je vous souhaite une belle vie, ici et maintenant !

Edith
 
Didi
24 Octobre 2014, 17:44
coucou tout le monde !

Merci Sissi,
c'est une bonne nouvelle ça... ce que dit Gache...
On verra bien...

Je vous tiens au courant quoiqu'il arrive !

Bonne montée, bon seuil, bonne descente, stabilisation...
et surtout une très bonne vie à tous !

bises
 
Didi
24 Octobre 2014, 15:07
Bonjour tout le monde,

un petit coucou pour vous dire que tout va bien.

Je suis à 30mg de baclo... et oui incroyable de 360mg à 30mg...
Je poursuis ma descente en douceur, vraiment en douceur...

Et en parallèle, je continue de travailler, sur mes émotions, les ressentir les accepter, ne plus contrôler, éteindre, étouffer... bref je ne vous apprends rien. Je travaille sur moi en général, y a du boulot :fsb2_beer: C'est pas drôle tous les jours, je vous jure, dès fois c bien, des fois c plus dur. Mais si je regarde le positif : je fais le boulot :fsb2_wink:

Je suis à environ 28kg de perdu, et c cool, me revoilà au poids d'avant ma grossesse, il y a 6 ans.
J'ai fait don de mes vêtements trop grand... Y en avait pardi... ça fait bizarre...

J'apprends à vivre normalement avec la nourriture, c pas évident tous les jours.
Le plus dur, pour moi, est de ne pas avoir peur/culpabiliser quand je dépasse ma faim, ou des fois quand je m'offre un surplus(C-à-d exactement comme toutes le personnes "normales" autour de moi, les mangeurs sains...)
Et dans ce cas, toujours les même questions : "Crise ou pas ?", "vais je reprendre du poids?" ect...

Rien n'est gagné.
Avant, avec le baclo un peu plus haut ,je ne me posais même pas toutes ces questions...
Là, pour moi c super flippant, vais je y arriver ? une vie sans baclo ? une grossesse sans baclo ?
à 30 mg, je ne suis pas loin. Mardi prochain je serais à 20mg.
ça file le tournis hein ?

En tout cas depuis les 30mg, je dors super bien quand même et ça, c cool :)
Voilà pour les nouvelles...
Je reviendrai vous tenir au courant de suite de mon aventure :
- commencé en juillet 2012...
- de mon seuil atteint en mars 2013 à 360 mg,
- de ma descente commencé en juillet 2013
- et enfin de mon arrêt du baclo en décembre 2014...

Wouaouh, ça file le tournis :)
Bonne route à tous, bonne chance

à bientôt
Edith
 
Didi
10 Aout 2014, 8:55
Bonjour,

j'ai fait ma petite enquête grossesse et baclo,
j'ai trouvé plein de choses, des témoignages poignants et plein d'amour...

Voici une conclusion très belle de Titine :
Citation
Bonjour à tous !

Je reviens donner des nouvelles en ce début d'année 2013.
J'ai donné naissance à une magnifique petite puce le 22/12/2012, elle se porte très bien.

Pour rappel, j'étais désespérée car malgré tout mes efforts je n'arrivais pas à arrêter totalement ma consommation. J'ai du me rendre à l'évidence, j'avais arrêté trop tôt le traitement du baclo et il fallait que je prenne une décision. Reprendre le baclo ou continuer à consommer. J'ai repris le baclo pendant mon 5ème mois de grossesse et ce pendant 2 mois exactement, le temps de retrouver l'indifférence. Je suis montée à 120, et je suis redescendue progressivement.

Pendant ma prise de baclo, j'ai envoyé un mail au DR R. Debeaurepaire qui m'a confirmé par retour de mail qu'à ce jour aucunes femmes ayant prit du baclofène à partir du deuxième trimestre n'a eu de pb de malformations infantiles (en tout cas il n'en a pas eu connaissance)


Je suis l'heureuse maman d'une petite puce qui pesait 3,450 kilos pour 49cm à la naissance.

Je souhaitais partager cette expérience avec vous tous, vous avez su me rassurer quand j'en avais le plus besoin :0))

Tous mes voeux pour cette année 2013 :0)



Voilà, je pense écouter Sissi, et contacter le Dr Gache et bien sûr vous tenir au courant.
Je vous embrasse !

Edith
 
Didi
08 Aout 2014, 23:32
Bon anniv toi ?
Bien que se soit toujours de loin, je te suivais ;)

bises
 
Didi
08 Aout 2014, 23:29
Claire :)

tu es au top ! Continue bien ton petit bonhomme de chemin !
bises
 
Didi
08 Aout 2014, 23:23
Coucou Sissi !

et bien moi sur le forum j'ai de nouveau une énorme fenêtre pour écrire + les icônes que je n'avais pas avant !!!! C chouette :fsb2_mad:

Trop gentil ton message,
depuis le temps que je voulais écrire au Dr Gache pour le remercier de ses si gentils conseils !
Là, me voilà avec un but précis pour le faire ! Merci :)

Et bien en fait, pour être honnête, depuis plusieurs mois et plusieurs fois avec les émotions (surtout dans le boulot...) j'ai entendu la petite voix me dire, tiens je mangerai bien un truc...
Mais je me suis entendue répondre, bah t'as pas faim là... attends un peu.
Ou alors je me suis offerte une "dégustation" d'un aliment réconfort pour ça, c à dire un carré de chocolat noir en tête à tête avec moi même, sans mes soucis ou problèmes, ou alors 2-3 bonbons haribo... ou une clope, ect...
Souvent c'était quand même, mais j'ai pas faim, attends qu'est ce qui se passe là ?? et j'enchainais intuitivement sur l'un de mes exos Zermatiens... Je tiens à préciser aussi que avant le seuil de baclo, ce genre d'exos étaient inutiles, vains, même pas mis en application.

J'essaie de garder donc bon espoir :)
ET non ma Sissi je ne me suis pas donné de limite... En fait je pensais même qu'à cette période de l'année, je serais déjà à Zéro bacclo...
Bon je vais à mon rythme, il n'est peut-être pas aussi rapide que je l'espérais, mais je progresse ;)
Je n'oublie pas que le but à atteindre est important, mais que c'est aussi et surtout le chemin pour y parvenir qui compte.

Grâce au baclo, et tout ce qui s'ensuit (insomnies, dépressions, ES de M...) ... Je me suis ouverte, découverte, une véritable "spiritualité", certes le chemin était difficile et le tribu assez lourd, mais sincèrement, quel chemin ! Quelles découvertes !!!
J'ai sincèrement vaincue mes peurs profondes, j'ai renoué avec mon moi profond longtemps bafoué, maltraité, et si aussi rien n'est gagné, si parfois y a des rechutes... Quelles chances extraordinaires j'ai eu de vivre tout ça !!!
Mon Dieu, mille fois merci :) d'être là où je suis. J'ai réellement l'impression d'avoir trouvé une partie des réponses aux questions qui m'ont toujours déboussolées.

Le seul truc, qui me fait parfois froncer les sourcils, c'est : est ce qu'il faut toujours souffrir autant et si longtemps... tomber aussi bas et avoir mal... pour atteindre cette sorte "d'éveil", ce sens de la vie ??
Voilà, ne peut-on pas évoluer en douceur :) ? Pour ma part, l'accouchement de moi même à mis 35 ans, et pas de tout repos ! Et même que des fois c'est pas tout rose encore, et cela me montre que je ne suis pas encore tout a fait assez grande et que je dois travailler et réfléchir...

Excusez ces réflexions nocturnes... ça me change de pouvoir veiller si tard...
Une anecdote : en hivers, avant mon seuilils y'a 2 ans, savez vous que je me suis endormie debout devant ma cheminée (oui le bacclo m'endormait... après ce fut les insomnies...), je me suis écroulée sur moi même et retrouvée sur les fesses totalement hébétée :fsb2_mad:
vous auriez vu la tête de mon mari !!! Aujourd'hui, il est serein, il n'a plus peur pour moi lui non plus !

plein de bises pour cette belle nuit !

Edith
 
Didi
08 Aout 2014, 16:59
Coucou Nanie,

j'espère que tu vas bien ;)
J'aime lire ton dernier post, c'est exactement comme ça que je vois aussi les choses...
Cependant, comme l'envie du 2ème est là... Je dois viser le Zéro baclo... Et là... Bah y a pas de témoignages... d'aides, ect...

Je verrais bien, je croise les doigts, qui sait, avec un peu de chance ;)

bises Nanie,

continue à bien prendre soin de toi !
à bientôt
 
Didi
08 Aout 2014, 16:53
Bonjour

je vois plein de nouvelles guérisons sur le forum et ça fait vraiment du bien de voir ça :)
Je suis trop contente !!!

Là, en vacances dans le SUUUUUUUUd, je suis passé à 60 mg
Et tout va bien ici, même mes nuits deviennent carrément meilleures :) ENFIN !!!

Bref, je continue mon projet pour Zéro baclo d'ici la fin de l'année.
Avec ma thérapie en parallèle sur la bouffe :
- je mange quand j'ai faim, ce que j'ai envie de manger, je m'arrête en trouvant la satiété.
- j'apprends à déguster
- je travaille sur mes émotions, pratique la pleine conscience, ect...
- je travaille aussi sur les pensées parasites
- je lis et relis tous les livres qui m'ont aidé
JE TrAVAILLE vraiment sur moi, dès fois je suis contente je pense vraiment évoluer puis je gratte un peu et je me rends compte, qu'il y a encore vraiment du boulot ! :fsb2_yes:

De + je prends bien soin de moi, je me suis initiée au Reiki, j'ai passé mon niveau 1, et me donne des soins assez souvent.
C'est d'un grand réconfort pour moi :) Mieux qu'un massage !!

Voilà pour les news...
Je ne sais pas ce que ça va donner, sincèrement.

Le baclo m'a rendu mal pendant longtemps, il a bloqué les crises depuis 1,5 ans maintenant. Mais il ne m'a jamais empêché de manger un peu trop à un repas un soir... J'ai perdu mes 15 premiers kilos avec l'arrêt des crises de boulimies. Mais les 10 autres suivants sont partis grâce à ma nouvelle approche avec la nourriture :) L'acceptation de moi :) et mon travail :)
Alors je ne sais pas ce que donnera l'arrêt du baclo... Quoiqu'il en soit, même si c'est un échec, je viendrai tout raconter.

Bon courage à toutes et tous,
plein de bises pour cet été

à bientôt

Edith
 
Didi
03 Juillet 2014, 9:52
Oh ! coucou madame !
Je suis contente j'ai zappé cette super news ;)
Alors dis nous, comment ça va ? Tout continue de rouler pour toi, je te le souhaite !!
Plein de bises et à bientôt ;)
 
Didi
03 Juillet 2014, 8:03
Merci Nanie,
c'est bien de te lire ;) j'espère que tu vas bien et je vois que tu prends les choses en main, et oui, le baclo ne fait pas tout... pour certain du moins ;)

Sissi, je suis tellement triste pour ton amie, j'espère qu'elle va bien quand même?
Elle reste un bel exemple quand je l'ai rencontré, elle m'a bien reboostée et mise en confiance. J'espère vraiment et je croise les doigts pour que cette remontée s'arrête là, embrasse la pour nous tous. C'est une belle personne, et toi aussi bien sûr !!!

Après le baclo réagit vraiment au cas par cas, je ne sais pas ce que ça peut donner, je verrais bien.

Je tiens juste à préciser quelque chose, pour moi manger ces qq gâteaux, ou les 2 bonbons hier soir par exemple, ne s'apparente pas a de la pulsion, plus a une envie, un besoin de se faire plaisir, et ce besoin, je me l'accorde. J'apprends à me l'accorder pour être plus exacte encore ;)
En cela je ressemble de plus en plus au comportement de mes copines, de mon mari, ou même de mon doc qui tous les soirs après lie repas s'offre une parenthèse biscuit chocolaté, des fois 1 des fois 4, cela dépend... Tout est normal, rien est interdit, en fait. Là, ça change tout...

bises à tous
je vous souhaite une belle journée ici et maintenant ;)
 
Didi
02 Juillet 2014, 14:51
Bonjour à tous,

Merci pour vos propositions de titres ça me plaît bien ☺

Après mon RDV hier chez mon docteur,
Je me suis dit que ce serait chouette de passer écrire ce qui se passe un peu chez moi ☺

Toujours 80mg, on va essayer de passer à 60 mg, mais sous 2 mois, pour voir. Parce que mes nuits ne sont pas encore géniales quand même. Je prends quand je suis trop fatiguée, ½ cpm de Zolpidem, 2 nuits de suite. Ça me permet de récupérer un peu.

Comment ça se passe en ce moment :
Je travaille toujours sur mes émotions…
Et je voulais vous raconter un truc qui m’est arrivé lundi, après en avoir débriefé avec mon doc pour être bien sûr et pas vous raconter de bêtises ☺

Donc lundi, j’ai eu une journée particulièrement pénible, et émotionnellement assez lourde… Comme nous en avons tous de temps en temps !
Alors voilà, je rentre vers 18h00 et comme le match commence, on prend tous 1 verre de cidre ou de bière avec quelques tortillas (chips de mais). Ça tombait très bien, j’avais faim ☺
La faim s’estompe un peu et je finis qq tortillas avec du fromage de chèvre… Oui, je sais c bizarre, mais j’aime bien. Les autres mangent leur pizza, l’ambiance est là, ect…
Vers 20h tout le monde part, pour coucher les enfants, y a école le lendemain ☺
Et bien, comme ça, vers 22h, j’ai eu envie de manger des biscuits au sésame et un peu de chocolat noir. Ça m’a fait bizarre, parce que je n’avais pas faim, et que depuis le seuil atteint sous baclo, je ne mange que quand j’ai faim. Mais c’était un véritable plaisir, j’ai dégusté mes petits gâteaux avec amour, tendrement, ça m’a fait beaucoup de bien…
Cependant une question me trottait dans la tête : est-ce normal ? est-ce le début d’un retour aux crises dû à mes seulemnt 80mg de baclo ?
Bien qu’il n’y ai eu aucune crise, je me suis arrêtée après 4 biscuits quand mon envie est passée, je pose tout de même ces questions au doc.

Sa réponse m’a fait plaisir et sourire.
Nous sommes tous des mangeurs émotionnels. Après une journée comme celle-ci, assez difficile, c normal de s’accorder ce moment de réconfort, de répondre à cette envie « saine ». Parce que, justement, si on LUTTE contre cela, si l’on s’empêche de suivre nos envies, si l’on se juge sévèrement (tu veux reprendre tes kilos, prendre des kilos, grosse v…..) bref tous les mots tendres dont on peut s’affubler, si l’on se frustre ou créons des tensions… Et bien c là que l’on commence à créer des troubles du comportement alimentaire et donc à se fabriquer des pulsions et des crises.
Il a conclu par me dire, que mon comportement était celui d’une personne normale, que c’était sain, et même assez rassurant que je fasse ces expériences maintenant.

En parallèle, je continue de travailler à l’aide de la pleine conscience, sur mon ressenti quotidien, physique et émotionnel. Ainsi qu’à reconnaître mes pensées « pop-up polluantes » comme il dit, pour identifier mes pensées automatiques et leur schéma, afin de ne plus me laisser embarquer dans un truc de stress et d’inquiètudes non-stop.
D’après lui J’avance bien, je suis contente ☺ Bien que je me trouve un peu lente…

Je ne sais pas encore si je pourrais me passer un jour de baclo, en tout cas, je mets toutes mes chances de mon côté, dans l’espoir de ne plus avoir besoin de ma béquille chimique, afin de réaliser un projet personnel, qui me tient particulièrement à cœur ☺

De toute façon, réussite ou échec je tiens le forum informé, c’est très important de laisser une trace. Tout cela m’a tellement aidé. J’espère pouvoir aider aussi à mon tour ☺

Je vous souhaite un(e) : Bonne montée / bon seuil / bonne lutte contre les ES / et le plus important bonne vie à tous !!!

Bises à tous

Edith
 
Didi
23 Juin 2014, 15:18
Bonjour Samsung et merci de ton si gentil message, j’aime bien quand je reviens faire mon petit tour sur le forum avoir des lignes si touchantes à lire ☺ Je te souhaite tout plein de réussite sur ton chemin baclo, et surtout… Surtout, n’hésite pas à écrire et échanger sur ce forum, il permet de tenir et de se sentir moins seule, d’être escortée en qq sortes sur la route baclofène.
Dis donc, tu as lu tout mon fil ! Wouaouh ! Respect...
Tu t'es fait une cure de doliprane après ? Parce que y en a du blabla, et du blabla et du reblabla bla...

Mais je tiens à revenir de temps en temps poster, car je trouvais dommage quand au moment où je pédalais dans la semoule, de ne pas pouvoir lire + d'après baclo une fois le seuil atteint et une fois les ES moins forts aussi…
C’est tellement bien de savoir qu’il y a un après. Après toutes ces galères, la vie reprend ☺


2 ans sous baclo cette semaine
80 mg/jour + 2cpm Prozac

J’ai du encore baisser le baclo ce mois ci, les ES étaient revenus la nuit… Je dormais moins bien… Je me demande parfois si je retrouverais mon sommeil d’antan… Je verrai bien, et je vous le dirai !

En 1 an, je suis donc passée de 360mg à 80 mg, quand je remplis mon pilulier, ça me fait sourire maintenant ☺ C si rapide, dire que j’étais à presque 100mg par prise (je fais toujours 4 prises par jour, réparties toutes les 4h00).

Et en 1 année et 3 mois, 25 kilos de moins…
Evidemment, Sans régime et sans me priver… En mangeant de tout, sauf que je suis intolérante, presque allergique aux œufs et lait de vache (fromage, lait, crème… tt ce qui n’est pas fermenté) Bah avec le baclo, c’est cool et plus facile de supprimer tous les aliments à base de ces 2 petits trucs si bons qu’on retrouve partout… Pour une normande c un comble quand même ☺
On ne sait pas si j’étais intolérante dès ma naissance (ce qui pourrait expliquer le début de mon surpoids enfant ?) Ou, si ce sont mes crises et orgies qui ont provoquées cette intolérance, on ne le saura jamais…

Donc, hier soir par exemple, même si on a fait la fête tt le WE, et que j’avais déjeuné de tranchettes de vrai pain de campagne de 2 livres, avec du pâté maison et qq coupettes de champagne (mon pêché mignon), puis un sorbet citron et framboise vers 15h, et bah le soir, je me suis fait un cake à ma façon, à la farine de seigle, huile de noix, arrowcut, sirop agave, tofu soyeux, abricots secs et figues séchées…
Je voulais le soir manger un truc comme ça… La salade ne me tentait pas vraiment…
Donc, j’ai mangé 3 bonnes parts de mon cake encore chaud avec du beurre salé fondu dessus… Pas de complexe, de culpabilité… Je suis même allée reposer le yaourth que j’avais pris avec au cas où, à la fin de ma dégustation, il ne me disait rien…

Ça peut sembler bizarre d’écrire tout ça, mais je veux dire que ces kilos, je les ai perdu en mangeant ce que j’aime, quand j’en avais envie et quand j’ai faim et en m’arrêtant en ayant plus faim, point.
Petite parenthèse aussi, je mange beaucoup de légumes, je cuisine et les prépare avec plaisir, je les mange en me régalant, chacun de mes repas devient une célébration, j’essaie d’y mettre les formes, pas de télé, ni d’ordi, une belle assiette, un beau verre, un tête à tête avec moi même, et le soir pareil… même si je dîne avec mon mari, et avec mon fils quand il n’est pas trop fatigué… sinon le repas devient trop pénible pour moi, pour faire attention à mes sensations alimentaires.
Je ne suis plus aucun dogme alimentaire… J’ai fabriqué le mien, avec du bon sens et ce qui est nouveau aussi : beaucoup d’amour pour Moi !!!

J’aime cet état serein pour se nourrir, dans lequel il n’est plus question de se culpabiliser parce que on a pas manger dans la journée ses 5 fruits et légumes, ou de se récriminer parce que on a manger 2 fois du gâteau dans la même journée, ou alors de se retenir, se contenir, se frustrer, se blesser. Tout est autorisé !
Et même, si je veux un part de tarte au citron meringuée (œufs dedans)… et bien je la sélectionne, je la déguste, prends mon temps… C arrivé 1 fois cette année, c’était un réel plaisir ☺

Je vous souhaite à tous, la même chose !
Mais je tiens à préciser aussi que cela a nécessité un réel travail sur moi, et qu’on a du beaucoup m’y aider, mon doc, le Dr Z notamment, mais aussi mes séances de Reiki… cela ne s’est pas fait en 1, 2 ou 3 ans. Mais en 4 ans…
Et puis 4 ans pour rééduquer tte une vie… finalement, pourquoi pas, comme je le disais dans mon précédent post : le chemin pour y arriver compte aussi beaucoup !

Bonne route à tous alors ☺
Même si je vous la souhaite moins longue que la mienne !!!



Je pense aussi changer le titre de mon fil. Alors si vous avez une idée ☺ J’aimerai trouver un titre plus serein, qui fasse un peu moins, « Allez, on s’accroche, on y va, hop , hop, hop» !!! Et plus : « la lumière est au bout »… dans des termes + bacloféniens bien sur !
Si vous avez une idée… je suis preneuse !

Bises
 
Didi
18 Juin 2014, 15:16
coucou nanie,

ton poste est je trouve très juste et un magnifique témoignage.

On dit en psy que la dépression est un long chemin de solitude...
Cela me fait penser vraiment à la montée du baclo... à nous de prendre notre bâton de pèlerin et se prendre en main. C dur, pas évident... Mais n'est ce pas le chemin de la guérison ?
Donc si on se lance, on se lance vraiment on a tout a découvrir...
Peu importe je pense qu'on monte, qu'on descende, qu'on arrête... Cela ne fait-il pas parti du pèlerinage ? En termes moins connotés, cela ne fait-il pas parti du chemin vers notre volonté de guérir ?
Chaque expériences nous fait avancer, c'est cela que je veux dire.

Je vous embrasse toutes !
Bises
 
Didi
11 Juin 2014, 8:58
Coucou Nanie,
ça a du être très dur de prendre ça sur toi, sans pouvoir échanger... te faire rassurer, ect... Tu protégeais encore les autres ...

L'effet qu'a eu le seuil pour moi, c'est que j'ai eu le choix. Je peux m'empiffrer, mais je décide de ne pas le faire. C'est très subtile...
Le baclo ne fait pas tout, hélas ou pas... On se rééduque par nous même aussi...
Super pour ton magnétiseur ! Tu sais que je viens de passer mon 1er niveau Reiki... mes mains peuvent soigner et transmettre, je suis heureuse de bientôt pouvoir aider et soigner mes proches ;)

bises ma Nanie et promets moi de ne plus t'infliger tant de peines :) On a déjà bien assez à faire pour se trouver nous même sans se mettre des bâtons dans les pieds de notre conscience ;)

Je t'envoie plein de bises et de soleil !!!
 
Didi
22 Mai 2014, 10:00
Bonjour amaranthe

Je te souhaite de réussir et de te retrouver super bien dans tes baskets ! Bref je te souhaite le meilleur ;)

Pour Patricia Darré; sa lecture m'était tout indiquée suite à la perte dans ma famille, et le début de la maladie... Les lumières de l'invisible est son 2eme livre... Le message est beau, un peu différent de son 1er livre. C pour cela que j'ai cité celui là. De plus, il résume assez bien ce que j'ai pu vivre "spirituellement parlant sous baclo en 2013".

Bref sa lecture était pour moi ! Je pense que l'on peut tous trouver qq part de l'aide en lisant. Et donc trouver tous, notre "lumière" ;)

à bientôt
bon courage à tous
 
Didi
16 Mai 2014, 14:19
"Pour toi, Nanie, qui m'a inspiré ces lignes"


Voici un petit bilan à bientôt 2 ans de baclofène et 1 an de guérison :
Je suis à 100mg/jour + 2 prozac
Je dors bien, rien de parfait, mais acceptable ☺
J’ai retrouvé le moral… 1 an après avoir atteint mon seuil
J’ai toujours d’autres ES comme les acouphènes et certaines nevralgies.

Je ne suis plus tellement sur le forum, alors que avant c’était une nécessité ; à croire que lorsque l’on va mieux, ou que l’on a atteint son seuil, on devient moins dépendant également à ce dernier. Nous avons alors notre nouvelle vie à écrire, ailleurs que sur le forum.
Cependant j’y reviens encore, même si j'écris très mal avec bcp de fautes d’orthographes... Je ressens comme un besoin de témoignage, pour dire que l’aventure du baclo n’est qu’un début, le travail continue, ou plutôt qu’il commence.

Notre tête est « désembrumée » de nos crises, notre esprit est « libre », il ne tourne plus autour de ce cercle vicieux : « se remplir pour se vider, se vider la tête ». On ressent alors. On ressent tout ce que l’on ne voulait pas voir avant. Il arrive que des fois le baclo « tue » nos ressentis, nos émotions, nous laisse apathique…
Je pense que finalement c’est un « bien », imaginez vous encaisser d’un seul coup toutes les émotions, tous les sentiments si longtemps étouffer par nos crises… Nous serions alors en orgie émotionnelle ?
Je m’égare ☺

Il y a bien des divergences à droite à gauche sur ce forum, des escarmouches même parfois. Que se soit pour la façon de traiter les ES, d’organiser ses posologies, de cibler les crises, ou de s’imprégner de baclo… Puis sur bien d’autres domaines, l’alimentation, la nutrition, la guérison, la santé, ect… L’essentiel est de trouver son chemin dans tout ça et de respecter le choix des autres, les laisser suivre leur voie pour qu’il trouve leur voix ☺
Ce n’est pas toujours évident.

Pour ma part, il n’y a ni guerre contre une quelconque industrie, contre un régime, ou tel docteur ou pharmacien, vendeur de crème, boulangère… ni même contre ceux et celles qui m’ont fait souffrir pour mon poids (famille, ami, inconnu...).
Aujourd’hui, je sais. Et ça me suffit.

Aujourd’hui je Pardonne. Puis je Souris.

Je peux résumer mon après baclo par ces 4 lettres plein de sens au final : C.A.P.E.
Comprendre
Accepter
Pardonner
Evoluer

Les un an et demi de dépression sous baclo, je ne les regrette pas. Je n’en veux même pas aux ES du baclo ☺ Cela m’a permis d’aller chercher des ressources insoupçonnées au fond de moi, de recevoir de l’aide d’endroits et de personnes inespérés, de renouer avec mon Moi profond, d’étudier, de travailler, d’évoluer et enfin de m’éveiller.

Je me suis littéralement éveillée à ma vie, à 35 ans je me suis trouvée ☺
On dit souvent qu’il faut toucher le fond avant de rebondir, avec le baclo je l’ai percuté à 100 mille à l’heure. En commençant ce traitement, je voulais sincèrement comme Sissi et d’autres sur le forum m’en tirer en 4-5 mois et maigrir vite… Mon terrain, n’y était pas propice, j’ai du prendre un autre chemin que celui ci ☺ Il était dur, aujourd’hui je sors la tête de l’eau, je me retourne et regarde le fond, je n’en reviens pas, je n’en reviens pas de tout ce que j’ai accompli. Et croyez moi, si une Didi peut le faire, nous pouvons tous y arriver. Et je n’ai pas fini, j’ai encore du travail… ça ne s’arrête pas là.

La différence ? La différence c’est que je me sens en Paix.
Attention, j’ai encore des peurs, et l’esprit qui part en sucette. Les émotions qui cafouillent de temps en temps. Mais je m’aide, j’en parle, je trouve des techniques, des moyens, je change ma façon de fonctionner.

La vie ne peut être lisse, perpétuellement heureuse, remplie de bonnes choses. J’ai appris à apprendre de ce qu’elle avait à m’offrir, paix, joie, tristesse, excitation, apathie, deuil, exultation… Tous ces indices son précieux à mon évolution, même si ils sont douloureux.
J’ai trouvé ce qui me préoccupait depuis enfant. Ce vide. Mon chemin, mon côté « divin »… Aujourd’hui, j’ai trouvé tout cela, mais mon travail continue, rien n’est « fini ».
J’ai tant à apprendre encore, ouf ☺

On peut dire que beaucoup m’ont aidé.
Mon enfance solitaire, mon surpoids, chaque rencontres, lieux, moqueries, réflexions, décès, pertes, décisions, maladie, tout cela a été un passage pour m’amener ici, là où je suis aujourd’hui, exactement ici et maintenant. « Je ne regrette rien ».
Et pour la première fois et pour rien au monde, je ne voudrais changer quoique se soit.

J’aimerai dire merci.
Merci, à qui de droit, pour tout cela, pour ce merveilleux cadeau.

Je ne sais pas si cette tartine sera lue jusque là, mais je vous souhaite à tous de trouver la Paix. La sortie de la dépression pour moi à commencer avec ce livre « les lumières de l’invisible » de Patricia Darré. Je vous souhaite à tous de trouver votre « lumière ».

A bientôt
Edith
 
Didi
14 Mai 2014, 10:40
Je repensais à ça aussi l'autre jour.

Parmi les patients de mon doc, très peu on continué le baclo quand il le prescrivait pour des boulimies moindre... il me disait que le rapport ES/crise ne valait pas le coup pour certains patients... Pour d'autres cela marchait très bien, ce sont ceux qui n'ont pas beaucoup d'ES... Tu vois, personne ne freine le baclo, c pas évident c tout, certains préfèrent les crises ou trouver une autre solution dans la thérapie ou autre, que de se taper les ES baclo... et ça marche pour eux aussi :)
Je pense à Caro notamment, pas besoin du baclo pour se soigner... tu devrais essayer de la contacter directement, tu te ferais ton avis avec elle, c une chouette nana ;)

ne ferme pas la porte ;)
 
Didi
13 Mai 2014, 13:17
Bonjour Claire,

je te répond seulement maintenant, sorry !

Tu es tellement dans le vrai dans ce que tu écris ;)
C fou ça, quand le baclo nous permet d'ouvrir les yeux, d'avoir la possibilité de cette prise de recul nécessaire pour comprendre, aviser, et agir ;)

bises
 
Didi
13 Mai 2014, 13:12
c beau ce que tu dis ;)

j'écrivais ce dernier post pendant que tu tapais le tien ;)
 
Didi
13 Mai 2014, 13:09
Sissi par contre je n'ai pas fini de répondre à ton coup de gueule comme tu dis ;)

Caroline (qui a perdu 15 kg en mangeant son pain au choc) cela fait + 2 ans maintenant, et même avec WW ou une nutritionniste, je ne suis restée stable 2 ans après avoir perdu 15 kg, ça c mon expérience ;)
de plus avec ton nouveau mode alimentaire tu changes tes habitudes de te nourrir, avec Z. aussi...
cela fait plus d'un an que je suis guérie, j'ai bientôt perdu 25 kg, je ne me nourris plus de la même façon aussi, je m'alimente pour mon bien, ce qui me fait plaisir ;)

à présent pour répondre à une de tes questions... Z. prescrit le baclo quand c nécessaire, c un médecin gentil et préoccupé sincèrement par l'état et le mal être de ses patientes, sans lui je ne sais pas où je serais ;) C lui qui a insisté pour que je prenne le baclo, je ne voulais pas de médoc... j'étais plus homéopathie, huiles essentielles, manger bio, éviter les pdts pharma... J'ai fait mon chemin, tu vois :) y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...

Je lui ai demandé il y a 2 semaines, comment se faisait-il que cela faisait 3,5 ans que je venais le voir pourquoi ça marche pas ou seulement maintenant, pourquoi, il m'a fallut le baclo et d'autres de ses patientes NON.

Voici sa réponse : vous ne souffrez pas tous de la même boulimie... Il y a plusieurs niveaux... Moi c'était l'extrême... Maintenant continuons les exercices, continuez à avancer !!! Et c ce que je fais...
Mon poids a arrêté de descendre à 20 kg, ça c'était l'effet de l'arrêt des compulsions... maintenant je dirais que comme pour Caroline, avec sa méthode, qui n'est que du bon sens ;) je continu de perdre... et sincèrement, je ne mange pas de pain au chocolat... mais je fais mes gâteaux sans lait et sans oeuf avec du bon chocolat à 70%, et bien si je finis de perdre mes 15 kg restants comme ça je serais la plus heureuse des femmes... rectification... je suis déjà très heureuse là maintenant ;)
`
bisous sissi,
çayé je fais chez moi maintenant ;)
 
Didi
13 Mai 2014, 12:52
coucou les filles,

ma delalunette, c beau ce que tu dis, et je te reconnais bien là, humaniste et chercher le contact avec les autres, continue ne change pas ! :)

Et non Sissi tu n'attire pas mes foudres ;)

Je respecte tes choix, mais je respecte aussi les miens et ceux des autres...
Je l'ai souvent dit sur mon fil, on a tous notre propre chemin à parcourir...

Un moment tu parlais d'un rencontre avec Dieu au sujet de ton nouveau mode d'alimentation... Et bien tant mieux... Sois en heureuse. Certains se cherche un but dans la vie, se sente vide, ect... Tu l'as trouvé et c bien.

Moi je suis convenue d'autres choses ;) Et la vie est merveilleuse...
Grâce à ce que j'ai vécu de terrible auparavant, je dis bien "grâce" et pas "à cause", la perte de ma maman, la chute dans la maladie, ma thérapie avec Z. ma montée et descente en bacclo, les ES... bref, tout cela et tout le travail que j'ai du faire, tt cela m'a ouvert les yeux.
Et aujourd'hui je peux dire que j'ai connu un véritable "éveil"... Pas à la façon du Bouddha :) quoique... Non, un éveil à ma vie, à la vie.

Et aujourd'hui encore ça continue... C merveilleux...

j'arrête de polluer ton fil je vais finir chez moi ;)
bises les copines
 
Didi
13 Mai 2014, 12:39
Hello Nanie,
si tu veux papoter en MP ou autrement, n'hésite pas...
Prends bien soin de toi,

je t'embrasse dans ce terrible moment...
 
Didi
07 Mai 2014, 10:46
Mon doc parle à la 49eme minute...

et voici la suite bises ;)

et voilà où j'en suis moi aussi

je vous embrasse ;)

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,101506261.html
 
Didi
07 Mai 2014, 10:03
Pour ceux et celles que ça intéresse, y avait une émission hier soir sur la 2 où mon docteur Z. et d'autres donnent leur point de vu sur les régimes et explique tout.
C'est très bien fait !!!
Notamment l'explication schématique à la 15éme minutes environ...

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,101506260.html


sissi, j'espère que ça ne t'ennuie pas que je poste tout ça aussi.
Je sais qu'on a pas la même méthode ni le même point de vu. Nous devons tous parcourir notre propre chemin. D'ailleurs c pas le but à atteindre, mais le chemin que l'on prend et les efforts que l'on y met qui compte ;)

Donc Sissi y a 1 an on se rencontrait à Paris, c'était bien cool ;)


bises et à bientôt
 
Didi
07 Mai 2014, 9:57
Bonjour Claire,

Je ne suis pas trop les fils en ce moment... Mais, je ne sais pas si ça t'intéresse, sinon zappe ce post...
il y avait hier soir sur la 2 en 2eme partie de soirée, Régimes, la vérité qui dérange.
Dedans y a mon doc Z. qui parle, et on parle aussi de Caroline, la journaliste qui a perdu 15 kg sans faire de régime, et qui m'a incité à aller voir ce doc.

Voilà je t'embrasse bien fort
à bientôt

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,101506260.html
 
Didi
07 Mai 2014, 9:52
coucou madame,
j'espère que tu vas bien,
tu sais il y a pratiquement 1 an, on se rencontrait sur paris avec sissi. C'est rigolo d'y repenser !!!
plein de bises à bientôt ;)
 
Didi
28 Avril 2014, 8:23
Coucou tout le monde,

j'espère que vous allez bien et que vous vous accrochez dans votre aventure baclo !

Voici un petit bilan de là où j'en suis en descente.

Je suis à 100mg répartis ainsi : 20mg à 8h - 30mg à 11h - 30 mg à 15h et 20mg à 19h.
J'ai toujours fonctionné par imprégnation, et non par ciblage à cause des ES.

Pour les ES, le moral est là, et ça c cool, y a parfois des hauts et des bas, les émotions s'emmèlent, ect... Mais rien de plus normal dans la vie je crois.
Mes nuits sont meilleures, même si j suis réveillée toujours après 2h00 de sommeil, puis toutes les heures, parfois j'ai l'impression de ne pas dormir du tout, mais je n'ai pas l'impression non plus de rester éveillée toute la nuit comme avant.

Ah ! vivement le retour des bonnes nuits ;)
J'ai la possibilité de faire une sieste de 15 à 30 min vers 13h00 ça me fait beaucoup de bien, et m'aide bien pour le moral aussi.

Je dois faire encore un gros travail avec moi même... des fois je me déçois ou me juge, c là que je sais que je m'égare...
Je préfère me dire que tout ce que j'ai vécu jusque là, du pire au meilleur m'a aidé à me construire et à me trouver... m'ai de à m'accepter tel que je suis, à voir et vivre la vie avec mes yeux ouverts, à m'éloigner de mes anciens schémas, et pourquoi pas en créer des nouveaux.

Je ne sais pas si je suis très claire quand j'écris tout cela, encore quelque chose que je devrais travailler pour m'améliorer sinon ;)

Bonne journée à tous

Bises
 
Didi
28 Avril 2014, 8:10
coucou Lillounette

C super bravo, je t'embrasse bien fort ;)
 
Didi
10 Avril 2014, 13:57
Pour ceux et celles qui veulent lire l'article de Caroline (celui du lien le voici)

Pouvez-vous nous rappeler quels sont les objectifs du GROS ?

Gérard Apfeldorfer : Le Groupe de recherche sur l’obésité et le surpoids est une association loi 1901 créée il y a 14 ans. L’objectif au départ était essentiellement de rassembler des professionnels de santé prenant en charge les problèmes d’obésité. Nous avions en commun un ras le bol des régimes, que nous considérions comme toxiques et inefficaces. L’idée était d’expliquer que les problèmes de poids ne relevaient pas que de la pure diététique. A l’origine, nous étions assez marginaux. Petit à petit, les nombreuses études scientifiques qui montraient l’inefficacité à moyen et long terme des régimes et leurs nuisances, à savoir évolution du poids en yoyo ascendant, troubles du comportement alimentaire, perte de l’estime de soi et dépression, ont fini par convaincre le monde de la médecine, ou du moins les spécialistes reconnus. Nous sommes donc aujourd’hui rejoints par la troupe ! L’association a parallèlement évolué en développant des méthodes alternatives de prise en charge de l’obésité et des troubles du comportement alimentaire associés. Désormais, nous avons quelque chose à proposer.

Pouvez-vous résumer la méthode prônée par le GROS ? Avez-vous un moyen de prouver son efficacité ?

Gérard Apfeldorfer : Je crois qu’il faut être très clair, il n’existe pas aujourd’hui de méthode simple garantissant l’amaigrissement durable. Des recherches de tous ordres, génétiques, neurohormonales, sur le microbiote intestinal, par exemple, sont en cours mais on ne peut rien en attendre dans l’immédiat. Il n’existe aucune pilule miracle ! Le corps médical est globalement démuni, alors que la demande d’amaigrissement n’a jamais été aussi forte. Dans ce contexte là, nous avons élaboré une approche qui nous permet d’aider les gens différemment, étant entendu que nous ne pouvons promettre des résultats à tout coup et que la « réussite » de la thérapie nécessite l’implication des patients, l’acceptation d’un travail dans la durée.

Notre méthode repose sur trois axes.

Le premier concerne le comportement alimentaire et l’identification des sensations de faim et de satiété. Celles-ci sont souvent totalement perturbées par les régimes à répétition et la restriction cognitive qu’ils ont entrainé. Autrement dit, à force de se contrôler, les personnes en surpoids ne savent absolument plus si elles ont faim, de quoi elles ont envie et à quel moment elles doivent cesser de manger. S’imposer des règles alimentaires est contraire au fonctionnement physiologique de l’organisme. Différents exercices permettent à nos patients de se mettre à l’écoute de leurs sensations alimentaires, de dédiaboliser tous les aliments, y compris les plus caloriques, de découvrir la sagesse de leur corps, dès lors qu’on l’écoute au lieu de le brutaliser. Souvent, ils confient éprouver un sentiment de libération.

Deuxième axe, celui des émotions. Manger ne répond pas qu’à des besoins physiologiques, mais aide aussi, pour beaucoup, à calmer des émotions, qu’il s’agisse de l’angoisse, de l’ennui, de la colère, etc. Ce volet entre dans le champ de la psychothérapie cognitivo-comportementale. Nous utilisons les outils de la thérapie cognitive et de la pleine conscience, qui sont très efficaces et puissants. L’idée n’est pas de lutter contre les émotions, qui font partie de nous, mais d’apprendre à les accepter sans qu’elles déclenchent des envies de manger.

Enfin, le troisième axe est celui du corps. Les personnes en surpoids ont souvent une perception très négative de leur corps. Il est l’ennemi à abattre, celui qui ne veut pas obéir ou fonctionner comme il le devrait. Cela induit une lutte interne entre son corps et soi. Souvent cela se solde par une volonté inconsciente de ne plus ressentir ce corps, en le laissant le plus immobile possible. Lorsque l’on ne bouge pas on ne « sent » pas son corps. Pour aider à la réconciliation, nous utilisons là aussi des techniques de pleine conscience comme le « body scan », qui consiste à visualiser chaque partie de son corps, pour vivre ce corps de l’intérieur et réellement l’habiter. Puis nous incitons les patients à se remettre en mouvement, pas dans une finalité d’amaigrissement (le sport ne fait pas maigrir, au mieux il permet de stabiliser le poids) mais dans le but d’être « gentil » avec son corps. J’ai pour habitude de comparer cela au chien de compagnie, qui, s’il reste en permanence dans un appartement devient triste. Si vous le sortez au parc, que vous jouez avec lui, lui faites respirer le grand air, il est heureux. Le corps a besoin de cela aussi. Cela peut impliquer un peu d’effort, surtout au début, mais sans vaine souffrance. Le principe étant que les sensations positives l’emportent sur le reste. Cela peut aussi passer par des massages, du yoga, du tai chi, des mises en mouvement très douces.

Est-ce que cette méthode est celle que vous utilisez aussi sur Linecoaching, que vous avez créé avec le docteur Jean-Philippe Zermati ? Avez-vous assez de recul pour évaluer les résultats de cette méthode en ligne ?

Gérard Apfeldorfer : Oui, sur Linecoaching nous reprenons les mêmes principes que ce que nous pratiquons dans nos cabinets. Nous avons lancé une étude conjointement avec deux hôpitaux pour tenter d’analyser les résultats, mais il est encore trop tôt pour les conclusions. Ce que nous remarquons sur Linecoaching, c’est que les personnes qui participent aux échanges sur les forums sont plus impliquées et témoignent d’un vrai mieux être. Qu’il s’agisse de la thérapie en face à face ou sur Linecoaching, encore une fois, cette méthode requiert un engagement du patient, il ne s’agit pas d’une recette où ce dernier est déresponsabilisé.

Est-ce que l’on peut vraiment espérer un accompagnement personnalisé avec une thérapie en ligne ?

Gérard Apfeldorfer : Oui ! Les études sur le sujet montrent que les thérapies en ligne font jeu égal avec les mêmes thérapies avec un professionnel en direct. Les personnes inscrites sur Linecoaching bénéficient du soutien de coachs, par mail ou par téléphone et Jean-Philippe Zermati et moi même organisons régulièrement des chats pour répondre aux questions. Le fait de pouvoir participer à de nombreuses discussions en ligne sur des forums aide également énormément. Sur ces forums, interviennent régulièrement des « anciens » qui ont déjà fait le programme et peuvent apporter du soutien, donner des conseils utiles aux petits nouveaux. L’objectif est de favoriser l’échange et le dialogue, pour lutter contre le sentiment d’isolement que peuvent éprouver les personnes en surpoids.

Le colloque annuel du GROS a pour thème cette année les peurs. De quelles peurs s’agit-il, comment agissent-elles sur le poids et le comportement alimentaire ?

Gérard Apfeldorfer : Nous avons en effet voulu parler des différentes peurs qui interagissent avec nos comportements alimentaires. Elles sont de plus en plus intenses et nombreuses. Il y a la peur de grossir, bien sûr, qui induit en général une prise de poids, parce qu’elle déclenche des mécanismes de restriction qui eux mêmes aboutissent à des compulsions. Il y a la peur de manquer, très présente chez les personnes en surpoids, qui l’anticipent en mangeant alors qu’elles n’ont pas faim. Il y a enfin la peur de mal manger qui pousse à l’orthorexie (obsession du bien manger), bien plus fréquente parmi les personnes qui consultent les nutritionnistes que dans le reste de la population, même s’il s’agit d’une tendance assez généralisée. On a peur de s’empoisonner, de l’effet qu’auront nos choix de nourriture dans vingt ou trente ans sur notre organisme. Manger n’est plus acte réparateur, mais une source d’angoisse.

Est-ce cette peur est justifiée selon vous ?

Gérard Apfeldorfer : Une chose est certaine, il est moins dangereux de s’alimenter aujourd’hui qu’il y a un siècle, où l’on risquait une intoxication assez fréquemment, en raison d’additifs toxiques, de cuissons dangereuses, d’une mauvaise conservation des aliments ou de bactéries aujourd’hui quasiment disparues. Je crois que derrière ce précautionnisme actuel, il y a cette croyance de pouvoir lutter contre le vieillissement, voire la mort, en ne se nourrissant que d’aliments ultra-sains. C’est une quête de jouvence un peu vaine, surtout lorsqu’elle vire à l’obsession, gâche notre présent pour se prémunir du futur.
 
Didi
10 Avril 2014, 9:04
Bonjour juste un petit coucou pour vous donner ce lien, si il intéresse qq'un.
ça résume le travail sur l'alimentation que je fais en ce moment.

bises à tous

http://www.penseesbycaro.fr/20...-gros/
 
Didi
07 Avril 2014, 14:32
pétard t'as réussie en baissant quasiment de 100, c un truc de dingue !

En tout cas tant mieux si ça marche !!!

Ouf ;)

Tiens nous au courant,


bises :)
 
Didi
07 Avril 2014, 14:30
trop la fête ! j'espère que tu nous montreras !!!

bises
 
Didi
07 Avril 2014, 11:37
Bon bah voilà,

comme d'hab, je venais faire un coucou et un petit bilan sur ces 1 an de seuil atteint, et ça fera 1h que je suis sur le blog...

Je suis à 110mg, là j'ai baissé progressivement de10mg ttes les 2 semaines encore beaucoup d'ES, la nuit notamment, mais je vais repassé à 10mg ttes les 3 semaines...

Donc aujourd'hui malgré les ES, même en descente, comme pour Eulalie et PierrO... je suis heureuse, je le dis souvent à mon mari, et je remercie la vie aussi.

Pour autant, le bacclo ne fait pas tt, tt seul comme je l'escomptais au début de traitement.
Pour am part je dois faire un travail à côté, qui ma foi, même si c du travail, est intéressant ;)
Petit à petit ma perception des choses change... C long, Pfffiou que le chemain est long, et si je l'avais su, m'y serais je engagée, pas sûre...
Finalement, c le chemin qui compte et pas la destination.

Je vous encourage tous, de lire ou de voir 'le guerrier pacifiste", dans un moment de Down (bah oui, c pas parce que je suis heureuse, que je peux pas être maussade de temps en temps), bref ce film m'a remonté à bloc !!!!
D'ailleurs il résume assez bien pas mal de choses que je vis en ce moment, ou que je tends vers ...

Voilà encore bien des tartines d'ES, mais finalement même avec ça, je continue d'apprendre et d'avancer.

bises à tous

Edith
 
Didi
07 Avril 2014, 11:28
Coucou Eulalie, et PierrO

Bien vu pour les crises d'angoisse provoqué par la descente.
Je suis dedans aussi...

Alors rassurés vous 2 ;)
Je déconne, c pas drôle, la nuit c pénible, je ne dors toujours que 3h pleine, après je suis réveillée, et mon sommeil est hachuré, coupé par des angoisses débiles qui n'existent pas, ou de rêves affreux...

j'ai même subit le décalage horaire, alors que je suis à 1 an de mon seuil, et à 1/3 de sa dose !!! soit à 21 mois de baclo... et j'ai toujours ce ES de M..... Si vous me permettez...

bref la descente n'est pas évidente non plus, mais échanger entre nous de tout ça me fait un bien fou !

bises à vous 2

Edith
 
Didi
07 Avril 2014, 11:22
Salut Eulalie,
je vais sur ton fil pour te répondre, mais oui j'ai vécu ça moi aussi, et même en descente des fois aussi c pas évident...

bises
 
Didi
07 Avril 2014, 11:21
coucou Sissi,
ne te fache pas hein, je vais aller voir ces vidéos, je ne les ai pas vu encore, mais je suis coquine, quand j'ai vu la tête du mec, j'ai explosé de rire ;)
Allez je vais regarder ça plus tard, bien que je suis convaincue de l'alimentation au cru... suite à ce que j'ai vu sur un reportage aux USA, ils guérissent le diabète en 30 jours... un truc de ouf, comme ça ! De même j'adore le Dr Kousmine, elle en parle un peu dans son livre, vivre jusqu'à 80 ans en très bonne santé... Bien qu'elle trouve cela extrême pour certaines personnes qui ne seraient pas prêts à le faire, bref très contraignant, mais effets sur la santé garantis !

Tu la connais ? Kousmine ? C elle qui a révolutionné la façon de se nourrir et qui a surement de loin influencé ceux dont tu parles souvent ?

Aujourd'hui c Kaplan qui a pris la relève, elle est dans ton coin d'ailleurs.

Ces 2 nanas devraient t'intéresser ;)

bises

Edith
 
Didi
07 Avril 2014, 11:09
coucou Pipa,

le 19 mars j'ai raté ça !!!
C le jour de l'Anniv de mon loulou aussi ;)

Pour ce qui est du grignotage, ce ne sont pas des crises, manger un bonbec ou 6 ou 10 ce ne sont pas des crises... C la vrai vie juste... Mon mari, le soir, finit sa tablette de chocolat praliné, quand il y en a à la maison, une fois fini, il dit "bon bah, ça c fait...", je te jure qu'il n'est pas boulimique !!! Souvent quand je me fais peur à manger plus, ou à finir un dessert... que je suis un peu en panique... Il me repete, ce n'est pas une crise... Tu es normale !
Mon doc me dit la même chose, du coup ç a me pousse à finir ma thérapie avec lui sur le comportement alimentaire...
Comme je l'ai écrit à Alive, je n'ai plus de crises, mais je travaille à côté sur tout le reste, mes émotions, notamment !

Bises ma copines,
prends bien soin de toi !

Edith
 
Didi
07 Avril 2014, 10:59
Coucou

très sympa la nouvelle coupe de cheveux ! Et la nouvelle photo ;)
Wouaouh, tu es toute rajeunie, non pas que tu faisais plus âgée avant, hein ;) !!!

Le lait je n'en bois plus depuis aout dernier, idem pour les fromages de vache, crème, ect... J'ai essayé de passer fiston 5 ans aussi au lait de soja ou autre chose... rien n'y fait...
il en prend une tasse à Kfé le matin... Beaucoup moins qu'avant...

sinon, moi je complète beaucoup pour le calcium et le magnésium avec de l'eau plate (contrex) et pétillante, qui sont d'excellente sources de calcium aussi, et du magné sium dans du chocolat noir, en moyenne 2 carrés par jour. Depuis le début du baclo, je dois vachement prendre de magnésium... c bizarre.

bises

Edith
 




forum baclofene