Résultats de la recherche (122 résultats)

pharmacien
05 Mai 2020, 2:32
Tu as tout à fait raison. Quand j’ai dit à mon médecin que j'avais peur d’avoir des problèmes, il m'a répondu sur un ton ferme: une prescription ce n'est pas une demande c'est un ordre. Toutefois j'ai été à l’autre pharmacie parce que je suis trop connue près de chez moi et l'autre s’occupe des toxicomanes. Ils ont toujours un gros stock de pilules de toute sorte.


Bonsoir,

Votre médecin a tort et ses propos pourraient même être condamnables devant le conseil de l'ordre. En pharmacie, une ordonnance de médicaments n'est pas un ordre mais une demande que le pharmacien valide ou ne valide pas. En revanche si le pharmacien refuse de délivrer un traitement parfaitement justifié, là oui c'est condamnable aussi.
 
pharmacien
30 Aout 2019, 20:37


Tu es allé sur wikipédia, pubmed ou sur le site d'une fac entre-temps ? ^^
Aucun pharmacien ne partira dans ces considérations d'isoformes ptdr ; ni même la plupart des médecins d'ailleurs, sauf certains psy-experts... ou neuro.


La dernière anecdote de pharmacien; prescription de gouttes de neuroleptiques... notions de mg, mL et gouttes... le tout écrit correctement par le médecin; résultat ? délivrance par le pharmacien titulaire - qui a pris sa calculette - de deux fois la dose de neuroleptique... Même pas capable de faire un produit en croix (pour ma croix (toi en l’occurrence), je te mets un lien).
Et cette pharmacienne n'est qu'un cas parmi tant....

Imaginer que tu prennes les "isoformes" en considération derrière ton comptoir, ce n'est juste pas possible.
Tu es capable, derrière ton comptoir, de savoir si telle benzo+telle autre va donner un sevrage ??
Non. Simplement non. Car même avec internet, il te faudrait des heures de recherches biblio. Recherches qui parfois ne vont même pas aboutir...
Tu te fous donc juste de moi en répondant cela.

Bye bye

Bach - St. Matthew Passion BWV 244 (Karl Richter, 1971)


Absolument pas, ce sont simplement mes souvenirs de cours de pharmacologie en 4ème année. Effectivement, on devait apprendre par coeur les différents isoformes et les affinités des benzodiazépines pour chaque isoforme. Aujourd'hui évidemment, sans remettre le nez dedans, j'ai oublié le détail. Mais j'ai retenu l'essentiel : le récepteur GABA A c'est 5 sous-unités, qui peuvent différer par épissage alternatif, et les benzodiazépines ont une affinité différente en fonction des sous-unités. Ce qui explique notamment pourquoi certaines bzd sont préférentiellement hypnotiques, ou anxiolytiques, ou myorelaxantes.

Et non effectivement, les médecins n'ont pas ce genre de cours dans leur cursus. Ce qui explique pourquoi le pharmacien est un spécialistes des médicaments, et pas le médecin. CQFD.
 
pharmacien
28 Aout 2019, 12:34


Juste un truc, le pro des médocs : la principale CI de mettre différentes benzos ensemble est la compétition qu'ils se font sur les récepteurs; autrement dit, introduire une nouvelle benzo alors que l'on est traité par une autre peut engendre un SEVRAGE brutal.


Tu demandes les clairances et les ALAT avant de donner un médocs ? ptdr - comme dit talis, tu es un Dieu; si les généralistes ne t'avaient pas...; et tu prescrits et assume les analyses de sang alors ?


Non, pas toi Théo, le spécialiste du droit, le ponte des lois.... Tu ignorais qu'analyser les données biologiques d'un patient faisant partie des missions possibles du pharmacien avant de valider un traitement ? Allez, je vais te rafraichir un peu la mémoire.

https://www.legifrance.gouv.fr...ategorieLien=id

"Le pharmacien peut recueillir dans le dossier médical personnel (DMP) mais également auprès du patient et/ou du prescripteur les résultats des analyses biologiques, les états physiopathologiques, les antécédents pathologiques, le diagnostic établi par le médecin chaque fois qu'il le juge nécessaire et notamment dans l'objectif de détecter d'éventuelles contre-indications aux médicaments prescrits."

Sans rancune Théo.

PS : il existe différents isoformes des récepteurs GABA A, et les bzd n'agissent pas toutes sur les mêmes isoformes.
 
pharmacien
14 Aout 2019, 8:02
t'es vraiment trop fort, pharmacien (pas de majuscule..). tu es meilleur qu'un généraliste et tu considères lamentablement qu'un spécialiste est obligatoirement au dessus d'un MG...

petite question : comment parviens tu à juger un prescripteur ? parce que là, tu deviens un Dieu.
tu indiques avoir régulièrement de nouveaux clients...donc, de nouveaux médecins prescripteurs et toi, tu juges leur compétence en addicto ? tu as un pouvoir ? tah, j'ai trouvé...tu passes ta main au dessus d ee l'ordonnance, et tu sens un magnétisme si c'est un bon médecin ou pas. allez, avoue...tu as des supers pouvoirs... le Messmer de la pharmaco !
ben, dis donc.

c'est quoi un spécialiste en addicto sur une ordonnance ? il n'y a que des bons spécialistes et de mauvais MG, à te lire. et tu ne jures que par les sacro-saints psychiatre. tu dois en avoir dans ta famille, rassure moi..

tu as en plus une chambre de parole pour les alcoolo hors AMM. c'est magnifique, tu offres les cocktails ?

tu modifies des prescriptions de médecins, en benzo pour des plantes (j'adore les traitements alternatifs pourtant)...tu es sur que ce n'est pas toi qui devrait faire l'objet d'une AMM ????? limité à 2 ordonnances par jour
ah, tu as oublié de préciser que tu faisais aussi des consultations de psychologue derrière ton comptoir. t'es vraiment the best in the world.

ne me donne surtout pas ton adresse pour venir. mon simple MG et mon pharmacien de ma petite ville sont suffisamment bons. ne t'en déplaise.

et, en fait, ne réponds pas à mes questionnements...ça va me faire perdre du temps.


Déformation complète de mes propos et caricature....

Les meilleurs addictos de mon secteurs sont de "simples" MG comme tu dis... Pour info l'addictologie n'est pas une spécialité médicale en tant que telle, n'importe quel médecin peut se spécialiser en addictologie, y compris un MG. Les addictos de mon coin ont juste comme entête "médecin généraliste" sur leurs ordonnances.

Et du coup oui, quand on voit passer les ordonnances tous les jours, on voit les médecins qui sont expérimentés dans un domaine ou non. Et quand on part sur du hors AMM, quelqu'il soit, il faut quelqu'un d'expérimenté dans le domaine. On n'instaure pas un traitement cardio hors AMM sans l'avis d'un spécialiste en cardiologie. Et comme le pharmacien en bout de chaine a la responsabilité de valider ou non le traitement, ça fait partie des éléments pris en compte.
 
pharmacien
13 Aout 2019, 20:30
perso, j'ai une ordo à 140mg et je n'ai aucun pb avec ma pharmacie habituelle, comme les autres. et en cas d epb, ils appelleraient le médecin plutôt que de questionner le client devant d'autres clients (parce que pour vous, nous sommes des clients, pas des patients...tu sais pour vendre une brosse à dents à 5 euros...)

la prescription de mon MG n'entraine pas de questions complémentaires. quelles seraient elles d'ailleurs ? que poserais tu comme question, toi ?, ça, ça m’intéresse


Alors comme questions complémentaires : les compétences en addictologie du prescripteur (j'adapte mes décisions en fonction de la qualité du prescripteur... Ce n'est pas pareil si j'ai un spécialiste en addicto ou un généraliste classique... Exactement pareil pour les autres traitement d'ailleurs, une association déconseillée sur le plan cardiaque, je n'ai pas la même réaction si la prescription émane d'un spécialiste en cardiologie ou non...). Ensuite quel suivi biologique (enzymes du foie, clairance rénale), fréquence des consultations, antécédents médicaux, etc... Idem pour n'importe quel traitement hors AMM, c'est la base, et les PATIENTS sont très contents qu'on s'assure que leur traitement est adapté. Ça leur donne envie de revenir, même quand c'est pas leur pharmacie habituelle, ils apprécient qu'on prenne le temps de bien s'occuper d'eux. A l'abris du regard des autres patients quand c'est sensible, évidemment.

est ce que tu demandes lors d'une prescription d'un anxio, 3 fois par jour, si c'est suffisant, si c'est trop, si je dors bien, si je ne rêve pas de ma mère, ou de faire un câlin intrusif avec un chat ? (désolé, pas d'acte de barbarie dans mes propos, c'est une image) et pourtant, cela ressort de ta compétence et déontologie.... combien de fois, dans ta carrière, l'as tu fait ?


Bien évidemment ! J'arrive à basculer énormément de prescriptions de benzodiazépines sur des médicaments à base de plantes. La plupart du temps les patients sont ravis également. Parfois non, aujourd'hui j'ai refusé de délivrer une 3ème benzodiazépine différente prescrite à un patient qui en avait déjà 2 et qui n'a même pas consulté un psychiatre pour avoir son avis. Je l'ai invité à avoir une validation par un psychiatre de son traitement, il n'a pas apprécié, mais c'est comme ça. Donc oui, idem pour les benzodiazépines... Idem pour les anti-inflammatoires, etc, etc... Bref, tous les médicaments quoi.
 
pharmacien
13 Aout 2019, 1:32
Coucou Cuillère,

Je suis bien désolé pour toi de ce qui t'es arrivé dans ta pharmacie habituelle.

Comme le relève justement jm84, je crois aussi que la "règle" des 80 mg est plus ou moins appliqué selon les régions, voire aussi les villes.

Après cette prescription/restriction de l'ANSM à 80 mg/j maximum, mes pharmaciennes, dans la pharmacie où je me rends, me délivraient sans souci, en 2 fois, ma prescription à 180 mg.

Désormais, je suis à 160 mg (mais je n'en prends que 60/80 mg, mon M.G est "sourd", mais c'est une autre histoire :fsb2_godgrace: ) et ma pharmacie me délivre aussi en 2 fois mes boites à ce dosage journalier, toujours sans aucun problème.

Est-ce que les pharmaciennes de ma pharmacie ( :fsb2_wink: ), comme Sylvie me l'a suggéré, sur un autre fil, ont l'intelligence de faire passer mes boites en 2 fois pour que cela passe au niveau de la sécu, je n'en sais rien.

Car, avec cette pharmacie, en Normandie, que j'ai été à 230, 180, et maintenant 160 mg/j, on ne m'a jamais posé une question, ni fait la moindre remarque sur mon dosage, ni une remarque quelconque : rien.

On me délivre mon baclo avec le sourire, et pis c'est tout.

J'espère néanmoins que tu pourras trouver une autre pharmacie.

Si je ne me trompe pas, je me souviens que tu avais eu déjà des soucis à trouver une pharmacie par chez toi, il y a longtemps maintenant (c'était à l'époque où le Fil des "aidants" avait été crée ici).

P.s : pour le baclo, M.P envoyé. :fsb2_wink:

Bises.

Yann.


Pour moi, un pharmacien qui se comporte comme ça est en infraction par rapport à ses obligations déontologiques et légales.
Il a une obligation de contrôle/analyse des prescriptions, et ne pas poser de questions sur un traitement hors AMM n'est pas très sérieux (même pour une boite de Doliprane, il y a des questions obligatoires à poser !). Ensuite il y a une obligation et de conseil et d'accompagnement du patient dans son traitement. On ne paye pas un docteur en pharmacie pour "sourire et puis c'est tout" (même si le sourire est une qualité importante pour un poste au contact de patients).
 
pharmacien
07 Juin 2019, 14:50

- une préparatrice en pharma qui a fait les gros yeux quand je lui ai tendu l'ordonnance, et qui est allée alerter la pharmacienne dans l'arrière boutique! j'avais l'impression d'avoir commis un hold-up ! que des gyrophares rouges se mettaient à tournoyer et illuminer l'officine ! qu'une sirène assourdissante perçait les oreilles ! que la grille de sortie s'abaissait ! "on en tient un ! on en un tient ! on a un hérétique parmi nous " !. J'entends la réponse de la pharmacienne sur un ton nerveux :"je vais aller lui dire moi, je vais lui expliquer !!!". Elle sort, me regarde, je fais les gros yeux, sert la mâchoire (j'ai un physique et une tête qui peuvent marquer les esprits quand je fais le mec en colère), me reconnait (client depuis 19 ans)...me donne mes boites et n'ose rien me dire et basta. J'habite une petite ville et je me moque de ce peut penser cette pharmacienne ! rien à fout', c'est de ma vie dont il est question !
- j'en parle à mon médecin ! "si elle refuse au-delà des 80 mg, qu'elle m'appelle, je vais lui expliquer quel est son rôle par rapport à celui du prescripteur".
La messe est dite !


Aie aie aie... Réaction du médecin catastrophique. La meilleure solution pour éviter un refus de délivrance, c'est un médecin gentil, agréable, qui convainc le pharmacien de délivrer en lui fournissant des arguments scientifiques et médicaux. A l'inverse, un médecin méprisant qui "ordonne" une délivrance sans se justifier va donner envie au pharmacien d'activer son droit de véto.

On le voit au quotidien, les médecins qui prescrivent en "dehors des clous" mais argumentent avec bienveillance leurs prescriptions se heurtent à peu de refus de délivrance... Contrairement à ceux qui prennent le pharmacien de haut, qui se prennent une fois sur 2 un refus de délivrance.

La communication entre professionnels est à revoir...
 
pharmacien
16 Février 2019, 0:49
· Vous devez demander l’avis de votre médecin avant de prendre ce médicament :

o Si vous pesez moins de 50 kg,

o Si vous avez une maladie du foie ou une maladie grave des reins,

o Si vous buvez fréquemment de l’alcool ou que vous avez arrêté de boire de l’alcool récemment,...


Ministère des affaires sociale et de la santé Base de données publique des médicaments

Pour les aspects enzymatiques, tu chercheras... avec tes bac+9


Pour le reste, j'en reste là.
Il y a un médecin ici qui donne des conseils médicaux.
Romain, bac+9 (quid), lui, n'a jamais donné de conseils.

Aeternum vale.


Les aspects enzymatiques on les connait bien. Et pas que enzymatiques d'ailleurs car le glutathion n'est pas une enzyme.
On sait qu'une consommation chronique d'alcool est un facteur de risque de toxicité hépatique majoré en cas de consommation chronique d'alcool, on connait les mécanismes. En revanche aucune étude, aucune recommandation sérieuse, n'a jamais conclu à une contre-indication du Paracétamol chez un alcoolique. Les recommandations préconisent une adaptation posologique (2g voir 3g par jour maximum).

Et surtout (et c'est ça le plus important !) les alternatives au Paracétamol ne sont pas dénuées de risques, loin de là (AINS, opiacés).
 
pharmacien
08 Février 2019, 14:34

Doliprane chez un alcoolique c'est max 3 par jour et sur une durée courte. Et Zéro s'il est insuffisant hépatique.

Mais tout ça c'est la base, incroyable que tu te poses la question.


Romain, mon chéri - tu dois être très mignon et je t'aime d'avance - charnellement parlant, je le sens, pour être aussi chiant - mais JAMAIS UN PHARMACIEN OU UN DE SES PRÉPARATEURS NE POSERA CETTE QUESTION.
JAMAIS.

Et 3g/24h de paracétamol chez un alcoolique en sevrage (va relire les biblio, car en sevrage, les enzymes sont HS chez l'alcoolique chronique en sevrage et le paracétamol nique tout à FOND), c'est juste TROP : TOXIQUE.

Alcoolique en sevrage = 0 paracétamol. Compris bac + 9 ?

On est clairs ?


Et pour le reste, tes syndicats, les HDx, les génériques, les honoraires de médicaments spécifiques.... etc... cf SUPRA : ON ATTEND ta réponse !

Ivry Gitlis plays Tchaikovsky Violin Concerto 1st movt - Part 1

Tu vois, lui, il joue faux, mais il joue bien, comme un fou, avec ses tripes.

IL PREND DES RISQUES ! et sa musique prend humanité et sens.
Et toi et ta pratique ?

Tu en prends des risques ?

Toi, tu joues comme un séminariste ! Un scolastiques. Dogmatique et sclérosé.
Castré. De peur d'être "illégal" - non Kantien.

Pauvre de toi.


J'attends avec impatiente ta biblio qui contre-indique le Paracétamol chez un alcoolique en sevrage. Tu peux chercher longtemps, ces recommandations n'existent pas.
 
pharmacien
03 Février 2019, 19:49
Pharmacien,
Romain bac +9,

Quand tu vends du GINKOR FORT, avec HD, penses-tu à préciser les CI : anti-dépresseurs comme les IMAO, anticoagulants, médicaments anti-plaquettes (acide salicylique et autres anti-inflammatoires non stéroïdiens...) ?
Ou un DOLIPRANE avec HD : chez un alcoolique en sevrage - Exemple... Ou une femme atteinte de douleurs abdominales ??
Ou de l’Aspirine avec un ulcère, une varicelle ??

Que non. Que non...


Mais tu plaisantes ou quoi ?

Pas un Aspirine ne sort de chez moi pour un enfant de moins de 16 ans avec un syndrome viral (grippe, varicelle) que ce soit prescrit ou non d'ailleurs.
Pas un AINS chez un ulcéreux.

Doliprane chez un alcoolique c'est max 3 par jour et sur une durée courte. Et Zéro s'il est insuffisant hépatique.

Mais tout ça c'est la base, incroyable que tu te poses la question.
 
pharmacien
26 Janvier 2019, 4:09
Merci Therena cela me rassure. Ma pharmacienne n’est pas opposée bien au contraire. J’avais juste peur que la sécurité sociale m’envoit Un récapitulatif des sommes que je lui devais eu égard à ce texte datant de 2017. Et comme je commence à voir le bout du tunnel avec des EI moindres....

J’etais donc inquiet ! Je veux vraiment me débarrasser de l’alcool et cela commence vraiment à se préciser !

J’en suis heureux !

Mille mercis !!!


Non, de toute façon si jamais la sécu décide des réclamer les sommes des délivrances hors AMM, elle réclamera aux pharmaciens qui sont responsables de ce qu'ils valident à la délivrance (et éventuellement un peu aux médecins).
 
pharmacien
18 Janvier 2019, 15:53
Bonjour, merci sevtitlun.
Bon, hier, j'ai bien retrouvé mon ordonnance que le pharmacien m'a rendu, sans un mot, avec 5 boîtes de Baclofene... Je n'ai pas cherché à comprendre...
Aujourd'hui, je passe à 20 mg, et ce soir soirée :fsb2_cold:


De toute façon en dessous de 80mg/jour, le pharmacien n'a aucune raison de refuser la délivrance (sauf si contre-indication)... Aucun stress à avoir de ce côté là. C'est au dessus de 80mg que ça se complique et que les pharmaciens peuvent dire non.
 
pharmacien
15 Janvier 2019, 1:48
HD2 et HDR ne peuvent être facturés qu'une fois par délivrance (soit ordonnance médicale, soit ordonnance pharmaceutique de conseil).

Et oui mon cher Théo, un pharmacien qui renouvelle une délivrance refait le point à chaque fois avec son patient (absence de nouvelles interactions/contre-indications, tolérance des effets secondaires, observance, etc).
 
pharmacien
14 Janvier 2019, 13:27
Théo, ta haine t'aveugle tellement que tu en racontes n'importe quoi (et tu le sais très bien puisque tu es lié au monde du droit).

Concernant l'administratif, cela repose quasiment exclusivement sur le pharmacien (quand une prescription est non-conforme, hors AMM, la sécu réclame le remboursement au pharmacien). C'est même une revendication des syndicats de pharmaciens : qu'en cas de prescription hors AMM indument facturée à l'assurance maladie, la sanction financière soit partagée à 50/50 entre le prescripteur et le pharmacien. C'est loin d'être le cas aujourd'hui.

Concernant la responsabilité médicale, dans la jurisprudence c'est 70% de responsabilité pour le pharmacien, 30% pour le médecin, en moyenne, avec des variation évidemment (en fonction du contexte).

Bref, vraiment à côté de la plaque sur les responsabilités mon Théo. D'ailleurs aujourd'hui, l'assurance responsabilité professionnelle d'un pharmacien d'officine coûte aussi cher que celle d'un médecin généraliste.
 
pharmacien
14 Janvier 2019, 2:25
Les pharmaciens nous font les poches avec les génériques (ils sont payés pour les promouvoir) :

3.86 euros de médicaments (deux boîtes de génériques).
+
2.04 € en HD2 (de dispensation, deux boîtes, par boîte donc, pour les "conseils")
+
0.51 € en HDR (par ordonnance, pour ... quelque chose...)
+
2.04 € en HDE (médicaments spécifiques, deux boîtes, par boîte donc; là encore... pour quoi ?)

Si vous avez le courage, allez sur le site AMELI destiné aux pharmaciens; c'est clairement l'achat des pharmaciens par la CPAM.

Et évidemment : 0 conseils. Enfin mince, le coup des conseils et vérifications, c'est vraiment se ficher des gens.

Et évidemment, la franchise non remboursée retenue par la CPAM pour terminer.

Va falloir avoir de bonnes mutuelles privées... - privatisation de la santé ? mais non...


Les nouveaux honoraires sont là pour moduler la rémunération du pharmacien en fonction de la complexité de l'acte scientifique. Il y a besoin de plus de contrôles et/ou de conseils chez certaines personnes (âgées, enfants) et pour certains médicaments (psychotropes, antibiotiques).
 
pharmacien
29 Décembre 2018, 1:19
Ces fameux HD n'ont pas permis aux pharmaciens de s'enrichir. Et les nouveaux honoraires non plus.



Il est fort intéressant de savoir que les pharmaciens se lèvent le matin pour avoir l'honneur et le privilège d'aider leur prochain dans le plus profond altruisme.

Personnellement, je prends un traitement assez lourd et aucun ne m'a jamais dit de réduire ou de modérer ma prise d'AD depuis 25 ans ou de Lexomyl pour dormir. Ils se contentent d'inscrire scrupuleusement sur la boîte la posologie journalière, comme si je ne savais pas lire une ordonnance ou que je n'avais pas écouté mon médecin pendant ma consultation.

Très récemment, j'avais du Révia en plus du Baclofène. J'en avais parlé avec mon médecin mais je voulais avoir l'avis de ma pharmacienne par rapport aux effets indésirables de ce nouveau médicament et s'il y avait des précautions à respecter. Sa réponse fut passionnante : commencer par un le soir pendant 4 jours puis passer à deux. Merci c'était écrit sur l'ordonnance. Puis elle me dit que ce médicament est bien toléré et n'engendre que peu d'effets secondaires contrairement au Baclofène. Je rentre donc chez moi et avale gentiment mon premier comprimé. Plus jamais, des nausées et des vomissements toute la soirée et le lendemain toujours dans le même état. Evidemment souffrant de TCA, cela aurait pu me réjouir mais mon but n'est pas d'être malade. Il aurait pu être judicieux de me conseiller de commencer par un demi-comprimé et d'adapter ensuite selon ma tolérance au produit.

Hier je passe à la pharmacie pour récupérer un anti-mycosique pour mes plaques de dermatite séborrhéique sur le visage (commandé car le générique m'avait été déconseillé par ma dermato). D'ailleurs j'avais eu du mal à lui faire comprendre que l'excipient était différent et que pour des peaux atopiques et intolérantes comme la mienne c'était un élément primordial. Je récupère donc mon médicament et elle me propose un crème pour réhydrater ma peau. Je vous passe les détails sur toutes les crèmes hors de prix qu'elle m'a présenté (sur lesquelles il est bien évident que la pharmacie ne prend aucune marge) et je finis par lui expliquer que j'obtiens d'excellents résultats avec l'aloé vera. Me voilà devant un grand flacon de "pur" aloé vera (99%) mais les excipients l'ont mise dans l'embarras (pas si pur et anodin). Elle continue sur une note d'humour en me disant que l'idéal était d'avoir un arbuste dans son jardin. Non je n'ai pas d'aloé vera dans mon jardin mais j'achète des branches pour 2 ou 3 € dans un magasin bio et cela se conserve 15 jours au réfrigérateur. Devant son air étonné et déconfit, je lui ai expliqué que ma fille adolescente avait lu ça sur Instagram et qu'elle m'en avait fait part car l'aloé vera régule très bien les problèmes de séborrhée des adolescents.

Sans autre commentaire.


C'est interessant ton témoignage Therena. Mais moi je constate souvent quelques paradoxes : certaines personnes se plaignent de la compétence de leur pharmacien, mais ils ne changent pas de pharmacie. De la même manière, certains patients veulent des conseils de qualité, mais sont mécontents quand il faut attendre (or si le pharmacien prend son temps avec les patients, il faut patienter plus longtemps)... Toujours de la même manière, certains patients veulent des conseils de qualité mais vont dans la pharmacie la moins chère (or la qualité a un prix).

Si on veut une prise en charge de qualité, des bons conseils, et éviter des accidents, il faut accepter d'aller dans une pharmacie compétente, avec un peu d'attente et des tarifs un peu plus élevés.
 
pharmacien
29 Décembre 2018, 1:13
pharmacien, tu as raison,la responsabilité incombe trop au pharmacien, seule l ordonnance devrait faire loi
ou peut etre 1 attestation du medecin consoliderait sa decision de prescrire


Concrètement, c'est impossible. Tu ne peux pas rendre non-responsable le spécialiste des médicaments (le pharmacien) concernant une décision qui implique un médicament. Et c'est pareil dans tous les pays du monde.
 
pharmacien
28 Décembre 2018, 13:35
Un pharmacien qui prend dans son stock, c'est son problème : ok.
Et un préparateur ???

Et en somme, la vraie question : tu délivres plus de 80 ?


Tout est une question de confiance.
Un préparateur en qui on a confiance, on sait qu'il ne portera pas plainte en cas de problème. Idem pour un ami proche ou un membre de sa propre famille. Alors qu'avec un patient, le risque de plainte est présent (Maintenant, en cas d'accident avec un médicament, l'avocat de la défense assigne systématiquement le pharmacien). Après avec certains patients, un lien de confiance se créé.
 
pharmacien
28 Décembre 2018, 13:31
Les honoraires à la boite sont mal ficelés là dessus je suis d'accord, mais en fait ils ont juste permis de compenser la baisse de prix des médicaments. Ces fameux HD n'ont pas permis aux pharmaciens de s'enrichir. Et les nouveaux honoraires non plus.

En France il y a 200 000 médecins pour 70 000 pharmaciens.

Beaucoup de pharmaciens s'impliquent dans le sevrage aux benzodiazépines, dans l'accompagnement des patients chroniques... Si tu ne fréquentes que des mauvais pharmaciens, c'est ton choix.
 
pharmacien
26 Décembre 2018, 2:36
Je viens de lire une magnifique affiche dans une pharmacie expliquant les HD et ceux pour ordo complexe et même les Honoraires correspondant "aux conditionnements pour 3 mois" : UNE TARTUFFERIE HALLUCINANTE.

Selon l'affiche les HD correspondent à des activités de "conseil, contrôle, etc..." : c'est à hurler oui. Bizarre jamais eu de conseils.
Mais alors, et j'en ai fait des pharmacies : AUCUN CONSEIL.

Et pourtant 8 HD pour 8 boîtes alors que les conseils (inexistants) sont les mêmes que pour UNE boîte... Je devrais une fois faire répéter 8 fois le PREPARATEUR (car oui, le pharmacien "spécialiste du médicament" selon toi (dire que j'ai souvent expliqué le baclo à des pharmaciens...), il n'y en a qu'un bien souvent et des guichets plein plein plein, en demandant accessoirement 10 centimes pour un sachet plastique ("mais vous pouvez le réutiliser", tant qu'à faire, le CA est le CA)) - pour justifier les 8 absences de conseil; on va les réclamer ! pour augmenter la file d'attente; sans respect du secret médical d'ailleurs (non, le secret "pharmaceutique"), vu que le suivant est derrière...
L'ordonnance complexe : justifiée sur l'affiche par "l'élaboration d'un plan de soin" : superbe : jamais vu de plan de soin élaboré, pour qui que ce soit,moi, mes proches. LE NEANT.
Quant au conditionnement pour 3 mois : je pensais que le conditionnement était fait pour faire des économies... ah mais oui, il "consultera" moins le pharmacien avec ses HD.


Les honoraires changent en janvier, tu pourras réactualiser tes connaissances (création d'honoraires spécifiques nourrissons et personnes âges + médicaments nécessitant beaucoup de contrôles ou de conseils de la part du pharmacien : pilule du lendemain, psychotropes, hormones, etc).
 
pharmacien
26 Décembre 2018, 2:33
Il n'est pas question de dire que le pharmacien a les compétences pour faire de l'auto-diagnostic ou de dire que c'est bien qu'il suive un traitement sans médecin.

Là, il était juste question de dire que le pharmacien peut le faire sans problème, et que derrière, en cas de soucis, il va en assumer seul les conséquences sur sa santé (il ne va pas porter plainte contre lui-même...). Certains pharmaciens ont brisé leur vie en tombant dans les psychotropes... Certains médecins aussi d'ailleurs (bien que justement, des pharmaciens refusent d'honorer des auto-prescriptions de psychotropes par des médecins).

Bref, un pharmacien qui prend dans son stock, c'est son problème.
 
pharmacien
24 Décembre 2018, 1:05
Théo toujours un peu à côté de la plaque...

Chacun profite des maigres privilèges que lui accorde son métier. Un ophtalmo qui peut avoir une consultation chez un confrère en 1h quand pour le reste de la population c'est 6 mois, tu cries aussi scandale ? Un salarié EDF avec l'électricité à moitié prix ? Un salarié SCNF avec les trajets de train offerts ?

Donc oui un pharmacien peut prendre les médicaments qu'il veut et il ne va pas te demander ton autorisation avant, désolé. Après s'il arrive une "couille" bah il en assume les conséquences. Comme une ophtalmologue qui va prendre la pilule sans suivi gynécologique.
 
pharmacien
25 Octobre 2018, 11:09
Moi je trouve que cette limite n'est pas une très bonne nouvelle. Du côté des pharmaciens, ceux qui disaient "comme c'est le flou, en attendant l'AMM, on délivre, puis après on se pliera à l'AMM" risquent maintenant d'être très frileux aux dosages importants.
 
pharmacien
27 Septembre 2018, 2:13
Suite à 2 ou 3 plaintes de pharmaciens au conseil de l'ordre des médecins et de l'ordre des pharmaciens concernant des prescriptions de Baclofène, un petit rappel important : il est interdit pour un médecin (même s'il est chef de service d'un grand hôpital parisien) d'insulter un pharmacien par téléphone en cas de désaccord.


Romain, désolée de te prendre à revers, mais ce que tu cites dans le message précédent, ne me semble pas non plus prouvé
Le pharmacien "insulté" (à l'oral) a donné sa version, on n'a pas la version de la partie adverse.
Sait on si le pharmacien s'est comporté correctement avec le médecin ?
Quelles ont été les insultes ? Il a fournit l'enregistrement de la conversation ?

Dans un cas tu cautionnes, puisque c'est un pharmacien qui est pris à partie
De l'autre, tu dis que rien n'est prouvé ...
Excuse moi, mais pour moi, c'est 2 poids, 2 mesures


Je ne cautionne aucune insulte, dans les 2 cas : c'est exactement pareil dans les 2 cas.
Mais dans les 2 situations, en l'absence de preuves, il est impossible de condamner.

Le médecin accusé n'a reçu aucune sanction, ce qui est normal car absence de preuve.

L'ordre des pharmaciens est corporatiste pour défendre les intérêts de la profession, mais pas pour défendre ses brebis galeuses. Si une preuve tangible montre qu'un pharmacien n'a pas respecté le code de déontologie, il est condamné. Mais un seul témoignage sans preuve, ce n'est pas suffisant, c'est impossible de condamner.

Et l'inverse aussi est vrai, la justice ne pourra pas faire condamner un médecin ou un patient sur les simples dire d'un pharmacien qui prétend s'être fait insulter, sans preuve.
 
pharmacien
27 Septembre 2018, 2:00
tout le cursus medecine est regroupé , en 1 seul examen qui s appelle paces, il se decline en nombre de place , numerus clausus, les 200 1ers accedent a medecine, apres dentiste apres kiné etc


Non Nic, tu as très mal compris le fonctionnement de la PACES. Tout n'est pas regroupé en 1 seul examen. Il y a des épreuves communes (par exemple de la biochimie) et des épreuves spécifiques selon la filière (par exemple une épreuve de pharmacologie que ne passent que les candidats en pharmacie, ou une épreuve d'anatomie dentaire que ne passent que les candidats dentistes). A l'issue de la PACES, il y a un classement distinct pour chaque filière en fonction des spécialités que tu as passé. Si tu n'as pas passé les épreuves spécifiques à la filière pharmacie, tu n'es pas dans le classement pharmacie et tu ne peux pas choisir cette filière, même en étant premier.

Donc il n'y a absolument pas un classement avec les 200 premiers qui choisissent médecine, les suivants dentaire, etc... Chacun passe les filières qu'il veut et choisit la filière qu'il veut. Avant de "dégommer", il faut se renseigner un minimum.

Au passage, les "vraies" filières obligatoires de la PACES sont médecine, pharmacie, dentaire, et sage-femme.
Kiné est une filière optionnelle, et il n'est pas obligatoire de passer par la PACES pour être kiné.
 
pharmacien
26 Septembre 2018, 21:27

Les patients sont toujours les dindons de la farce, parce qu'ils se heurtent à 2 professions qui se serrent les coudes entre confrères ...
2 personnes ici se sont fait insultées par des pharmaciens : plaintes à l'ordre classées sans suite, personne n'en n'a parlé


Ce n'est pas normal du tout, mais malheureusement difficile à prouver. Si les insultes sont orales, difficile à démontrer... C'est parole contre parole. Comme une femme qui se fait agresser verbalement sans témoin. Un tribunal ne peut pas condamner quelqu'un sur la simple parole du plaignant. Il faudrait réussir à faire parler les témoins présents s'il y en a.

Quand à l'image d'épicier, elle est en partie méritée par certains comportements. La difficulté du métier de pharmacien pour moi, c'est qu'un acte peut provoquer des critiques du public, mais l'acte exactement inverse peut également provoquer des critiques du public. Ici on critique beaucoup les pharmaciens qui refusent la délivrance de certaines prescriptions. Mais beaucoup de français font le reproche exactement inverse, en s'énervant sur les pharmaciens qui acceptent de délivrer sans corriger certaines prescriptions inadaptées.
 
pharmacien
26 Septembre 2018, 21:16
mais non pas toi, je parlais au pharmacien ( soi disant) les etudes de medecine ,paces, reunissent tous les corps et sont departagées via l
numerus clausus, mon fils s est tapé 2 annees de paces et dieu merci il a ete admis a l imkf kiné a orleans


Nic45, tu es un troll ou quoi ? Tu me demandes ce que c'est la PACES et 10 minutes après tu expliques toi-même la PACES en disant que ton fils l'a passée. Bref, tu sais donc très bien que pour être pharmacien il faut un diplôme d'état de docteur en pharmacie obtenu à l'université. A quel jeu tu joues du coup ?
 
pharmacien
26 Septembre 2018, 19:31
pharmacien, ha d accord, apres le bac t a fais 1 ecole de pharmacie?


https://fr.wikipedia.org/wiki/Études_de_pharmacie_en_France
 
pharmacien
26 Septembre 2018, 18:59
pharmacien, tu as l air bien sympathique, mais c est le medecin qui ecrit et le pharmacien qui tire les tiroirs( concernant la connaissance des medocs)
vous n etes plu des apothicaires


Je ne vois pas du tout le rapport entre écrire, ouvrir des tiroirs, et la connaissance du médicament. Le pharmacien a une formation (un doctorat de pharmacie) dans lequel il étudie beaucoup plus les médicaments que le médecin pendant ses études. C'est un fait incontestable. Et c'est dans tous les pays du monde pareil. Comme un dentiste étudie plus les dents qu'un médecin.
 
pharmacien
26 Septembre 2018, 17:56
comme le rappelle sylvie, le pharmacien a maintenant parole d evangile, il decide ou non de ton traitement, c est insupportable comme decision de la rtu

que seule la decision en revienne au medecin aurait ete plus admissible, en attendant mieux


On ne ne vas pas changer tout le système de santé juste pour un médicament. Et c'est globalement pareil dans tous les pays du monde. La responsabilité d'un traitement médicamenteux est partagée entre un prescripteur clinicien (médecin, dentiste, parfois infirmier de luxe dans certains pays, etc...) et un spécialiste des médicaments (le pharmacien). Ce système vise avant tout à protéger les malades, les compétences des médecins et des pharmaciens étant complémentaires (les médecins ont moins de connaissances sur les médicaments).


Je sais pas si c'est ici qu il faut poster cela mais je me suis fait refuser une ordonnance par le pharmacien en effet dorénavant les ordonnances doivent se suivre... Je m'explique il me restait une ordonnance du mois d'Avril (mon psy me fait des ordonnances pour 3 mois de baclo) ou je pouvais encore prendre une fois dessus. Il me l'a refusée parce que j'avais présenté une ordonnance plus récente la fois d'avant. Apparemment la sécu fait dorénavant la chasse à ce genre de choses...


Il faut voir le contexte, mais cela ne me choque pas particulièrement. Un traitement doit être cohérent, si un patient sort une nouvelle ordonnance, puis repart sur une ancienne, puis repart sur une autre, etc... C'est normal que le pharmacien ne soit pas forcément d'accord. Idem si par exemple le médecin décide de changer un traitement (basculement d'un anti-hypertenseur vers un autre par exemple), c'est normal que le pharmacien ne soit pas d'accord pour délivrer un mois plus tard l'ancien traitement, même si l'ordonnance était encore valable. Idem si par exemple un patient vient avec une ordonnance d'antibiotiques qui date de 40 jours... La pathologie a pu évoluer.

Le pharmacien, ce n'est pas un administratif à qui on tend un bout de papier qui est encore valide ou non valide, comme on tendrait son passeport valide à la douane. Le rôle du pharmacien c'est de s'assurer qu'il y a une pertinence médicale dans le traitement qu'il va délivrer, et d'intervenir s'il sent que ce n'est pas le cas.



Mon propos n'est pas de jeter la pierre sur une profession entière, mais de rétablir la vérité
Les pharmaciens sont des hommes et des femmes comme les autres
Certains sont courageux, altruistes, ouverts, d'autres lâches, tournés vers leur chiffre d'affaire, bornés
Avec bien sur, toutes les nuances entre ces 2 extrêmes


Je suis d'accord. Et c'est pareil dans toutes les professions. Et il faudra faire avec...



Tu deviens humaniste ?


Il n'y a rien de plus valorisant dans la vie que de rendre service, qu'on soit professionnel de santé ou non. C'est toi tout seul qui t'es mis dans la tête que j'étais contre les patients.
 
pharmacien
26 Septembre 2018, 1:10
[quote=niclop,t=1537542804,id=609530]

Lui ? il n'appellera personne. Il est sûr de lui. Et puis, il y a ses préparateurs qu'il a briefés (et qui touchent les HD).


Tu es dans un délire permanent... Jamais une décision n'est prise avant d'avoir appelé le médecin (sauf s'il est injoignable... ce qui est parfois le cas malheureusement).

Et le refus de délivrance pur et simple est vraiment exceptionnel. C'est un peu l'arme nucléaire du pharmacien (presque jamais utilisée mais utile à rappeler).

Dans 99,9% des cas, la discussion médecin/pharmacien se passe bien car les 2 ont un objectif commun : l'intérêt du malade. Les embrouilles sont rares, mais on les retient parce qu'elles sont marquantes, c'est tout.
 
pharmacien
21 Septembre 2018, 16:00
La mention "je dis" sur l'ordonnance n'oblige le pharmacien à rien, qui reste décisionnaire de ce qu'il délivre ou non.

En revanche elle est interessante car elle montre que ce n'est pas une erreur du prescripteur mais une volonté réelle. Sans mention "je dis" quand la posologie parait aberrante le pharmacien va tout de suite penser à une erreur de prescription. Avec la mention "je dis", il sait que ce n'est pas une erreur mais bien volontaire de la part du médecin.
 
pharmacien
20 Aout 2018, 2:20
Non, tu peux obtenir 12 boîtes par mois sur 3 mois.
Seulement, la délivrance ne se fait que pour un mois : soit 12 boîtes par mois, sur 3 mois.
Ton pharmacien ne peut pas donner pour 3 mois pour CE traitement d'un coup (il le pourrait si le conditionnement le permettait : cf. les antihypertenseurs).

Les 0.50 centimes sont, même SI TU ES EN ALD, redevables pour chaque boîte.
Donc, pour tes 3*8 boites, tu paieras 3*8*0.50 euros, sans possibilité d'y échapper, sauf à avoir atteint le plafond de 50 € / an.
Ce qui fait cent boîtes par année.


Oui.


Au passage, lis les HD1 (Honoraires de Dispensation) que le pharmacien touche pour aucun service : 33 % du pris du baclofène est dû à une taxe instaurée par les pharmaciens. (1.02 €/boite)...


Non. Ces honoraires ont simplement été instaurés pour d'une part mieux coller avec la réalité de l'exercice d'une profession libérale (percevoir des honoraires plutôt qu'une marge), et d'autre part pour compenser les baisses de prix de médicaments. L'instauration de ces honoraires s'est faite à périmètre constant pour l'assurance maladie (pas de dépenses supplémentaires, donc pas de revenus supplémentaires pour les pharmaciens). Et cette mutation va continuer à se poursuivre avec dès le 1 janvier 2019, plein de nouveaux honoraires (toujours en baissant la marge en contrepartie).


En résumé : il n'y qu'une chose à dire à ton pharmacien : qu'il doit te donner 12 boites par mois.


Il ne doit rien : il exerce une profession libérale et fait donc ce qu'il veut dans le respect de la loi. Après, le patient a le libre choix de son pharmacien pour trouver celui qui correspond le mieux à ses attentes.
 
pharmacien
31 Juillet 2018, 16:22
Se retrancher derrière ton cursus universitaire scientifique.
Un pharmacien ne peut se substituer, ou contester, une ordonnance prescrite par un médecin.
Du moins pas à ma connaissance.

Si cette affirmation est fausse ? merci d'avance de venir nous éclairer de tes hautes lumières scientifiques et savantes......


Ton affirmation est fausse et tu as toi même cité en dessous l'article de loi qui le prouve : Article R4235-61
"Lorsque l'intérêt de la santé du patient lui paraît l'exiger, le pharmacien doit refuser de dispenser un médicament. Si ce médicament est prescrit sur une ordonnance, le pharmacien doit informer immédiatement le prescripteur de son refus et le mentionner sur l'ordonnance."

Non seulement un pharmacien peut contester une ordonnance, mais c'est même une obligation légale quand il l'estime nécessaire d'un point de vue médical ("le pharmacien doit").



N'as tu aucun scrupule moral, à délivrer le salincro ?
Médicament inefficace et bien plus nocif en term d'EI que la baclofène .

Evidemment bien plus lucratif pour ton officine.


Plus lucratif pour l'industrie pharmaceutique, pas pour le pharmacien d'officine.



Pour ton information, l'Inde à voté une loi, depuis plusieurs années, sur les brevets médicamenteux.
Pour s'affranchir du lobby des laboratoires pharmaceutiques (tes amis).

Ce pays fournit au 1/3 monde des médicaments génériques très bon marché.

Notamment pour le traitement du VIH entre autre.
Cela permet de sauver la vie de millions de personnes.

Tu approuves ?
Ou ta position est de défendre le droit des brevets des laboratoires ?


Je vais t'apporter une réponse de normand : il faut un juste milieu. Effectivement, les brevets freinent l'accès à l'innovation et aux soins. Mais l'absence de brevet décourage la recherche, et donc la découverte de l'innovation.

Et c'est d'ailleurs justement tout le problème de Baclofène : une molécule tombée dans le domaine publique, pas chère, elle n'intéresse pas (ou peu) les labos. Or seules les entreprises privées ont la puissance financière nécessaire pour financer la recherche. D'où le besoin d'un brevet qui encourage l'innovation mais qui ne freine pas trop l'accès aux soins. Difficile numéro d'équilibriste.
 
pharmacien
30 Juillet 2018, 17:55


On va revenir au début : des patients qui ne sont pas délivrés ou remboursés, avec des pharmaciens qui ne contrôlent rien et ont une conduite de boutiquiers, invoquant la "LOI" pour ne pas se comporter en soignants.
Des réformes à venir qui constituent un nivellement par le bas gravissime, en donnant des pouvoirs accrus à des boutiquiers qui n'ont aucune formation à l'empathie durant leur cursus - si tant est que l'on puisse former à l'empathie.
Un pharmacien prescripteur ? tu en jubiles. Moi, cela me fait peur. Me terrorise.


Tout le monde sait que ces décisions sont un cautère pour cacher le scandale des anciens numerus clausus médicaux... et les déserts qui se profilent.


Tu as peur et tu es terrorisé car contrairement à moi, tu n'es pas un scientifique. La science, ce sont les études comparatives. Des milliers d'études récentes, dans tous les pays du monde (européens ou non, y compris en France) ont été réalisées pour comparer la qualité des soins entre un système à "l'ancienne" et un système qui donne des pouvoirs accrus aux pharmaciens dans la décision médicamenteuse. La synthèse de toutes ces études est formule : l'intervention du pharmacien améliore (de manière nette) la qualité des soins. Point.

Ceci s'explique simplement par la différence de formation entre un médecin et un pharmacien, et aussi le fait que le pharmacien est totalement focalisé sur le médicament quand le médecin a plein d'autres choses à gérer. Comme on s'est rendu compte il y a quelques décennies que c'était mieux quand un dentiste formé faisait une extraction dentaire plutôt qu'un médecin généraliste.

Et pas besoin de critiquer le gouvernement actuel : ce sont des réformes engagées depuis plusieurs années, et surtout très avancées dans les pays développés. Aux USA dans les hôpitaux de luxe, il y a des pharmaciens spécialisés dans chaque discipline médicale (par exemple en cancérologie, en cardiologie) qui prescrivent et adaptent les traitements uniquement d'une spécialité, dans un seul service, pour assurer un acte pharmacologique de pointe, au côté des médecins spécialistes des disciplines concernées. Ce n'est pas Jupiter-Macron qui a inventé la pharmacie clinique, elle existait avant qu'il soit né.

Et c'est quelque chose qu'on retrouve essentiellement dans les pays riches, car contrairement à ce que tu peux penser, ce n'est pas un nivellement vers le bas, mais au contraire un luxe. Il faudrait que tu voyages un peu mon cher Théo.
 
pharmacien
29 Juillet 2018, 16:27

Un internat qui va se réaliser où ?? Tu as les textes ? ce sera pour prescrire à la place des médecins ? comme le merveilleux rapport remis à Jupiter ?
Ca promet vu l'empathie autour du baclofène des pharmaciens !!



Les textes sont en discussion, l'internat de pharmacie pour tous est acté, sa forme pas encore actée. Le modèle qui convient le mieux à tout le monde c'est moitié du temps en établissement de santé, moitié du temps en officine. L'objectif est de développer la pharmacie clinique pour recentrer le médecin sur son coeur de métier : le diagnostic et le suivi médical. Et permettre au pharmacien de prendre le relais sur sa spécialité, les médicaments : prescription, adaptation, éducation thérapeutique, etc...


D'où sorts-tu ces 25 % ????


Des stats de l'assurance maladie : les pharmaciens sont la profession qui télétransmet le plus (+ de 90% des actes) suivie de prêt par les biologistes médicaux, les radiologues et les kinésithérapeutes. Les médecins généralistes et dentistes sont très loin derrière.


Arrête avec tes pseudo-contrôles. Un pharmacien lambda, quand il fait quelque chose, c'est de l'obstruction.
Les conseils, contrôles, etc... du vent !
Ou alors, cela se limite au grand verre d'eau ou à prendre avec les repas....
Argent indûment gagné.
Tu vas me sortir l'analyse intellectuelle ? Pratiquée de la même façon par des préparateurs ! Tu as le nievau d'expertise du préparateur ? Et tu contrôles tout ce qu'ils font ?......



C'est à peu près du même niveau caricatural que de dire que le métier de généraliste se limite à diagnostiquer des angines et des rhumes. Bien sûr que oui que les préparateurs exercent sous contrôle strict d'un pharmacien.


Sauf qu'il y a la télétransmission avec les génériques, bien pratique... Je ne comprends pas alors pourquoi un tel acharnement pour nous filer les génériques... Une explication peut-être Romain ???
Des médicaments contenant une substance toxique, made in China pour tous les génériques... (valsartan)



Pour plein de raisons : déjà c'est la loi (les professionnels de santé doivent favoriser, à qualité égal, l'acte le moins coûteux). Ensuite c'est justement grâce aux économies réalisées avec génériques qu'on va pouvoir financer les dernières innovations médicamenteuses très chères, et ça les pharmaciens (ainsi que de nombreux médecins) y sont sensibles. Et puis ça simplifie la vie du pharmacien d'avoir qu'un labo en stock pour une molécule donnée plutôt que plusieurs labos.

Tu peux être rassuré, ce sont les mêmes usines qui produisent les princeps et les génériques. Pour ce fameux Valsartan, 2 usines produisent 99% de la production mondiale : une en Chine, une en Inde (qui fabrique aussi le médicament de marque).

..
Ce sont les vacances, tu devrais te reposer.[/b]

[/quote]

Les vacances ? Pour les fonctionnaires peut-être, pas pour les professions libérales.
 
pharmacien
29 Juillet 2018, 1:21

un jour, il faudra nous dire ce que tu as fait pour atterrir à 9 en pharmacie -


C'est simple : il suffit d'avoir fait l'internat de pharmacie. Soit aujourd'hui environ 1 pharmacien sur 6, ce n'est pas une exception. Et l'internat sera bientôt obligatoire pour tout le monde en pharmacie, comme il y a 20 ans en médecine.

concours de pharmacie avec un numerus clausus à plus de 20%


C'est encore raté mon cher Théo : https://www.letudiant.fr/exame...-pharmacie.html

15,8% de taux de réussite moyen pour le concours pharmacie. Je ne suis pas mathématicien mais je pense que 15,8 est inférieur à 20 non ? Il nous faut un expert pour trancher cette question ?

Les médecins et le tiers payant ? Si le patient paie, le remboursement intervient dans les 2-3 jours


Là-dessus c'est vrai, sauf que le médecin ne risque aucun impayé sur sa consultation lui... Et 25% ne télétransmettent pas, donc c'est feuille de soin papier.


Mais tu as vu combien coûte un traitement à 300 mg (103 euros dont 30,60 pour les HD) par mois pour un désespéré alcoolique, souvent ruiné par l'alcool, à la CMU - relativement à un C à 25 euros, remboursé dans les 3 jours ????


Le système actuel des honoraires de dispensation est effectivement mal foutu : il est décuplé de manière "injuste" quand on délivre beaucoup de boites. Mais inversement, quand on délivre une seule boite d'un traitement qui nécessitent de nombreux contrôles scientifiques (interactions, etc) et beaucoup de conseils, il est "injustement" faible. Bref, il est mal ficelé. C'est en grande partie pour cela qu'à partir du 1er janvier 2019 on bascule à une rémunération à l'acte avec un honoraires fixe par ordonnance traitée, et des majoration en fonction de la difficulté (médicaments complexes, personnes âgées, nourrissons, etc). Ce sera effectivement plus juste et reflétera plus le travail scientifique.


(tiens, on parle du valsartan ? et de vos génériques pour lesquels VOUS êtes payés ?)


Encore une fois, tu parles d'un sujet que tu ne maitrises pas : les pharmaciens ne sont pas payés pour les génériques, ils sont compensés de leurs pertes. Un médicament générique coûte moins cher que son princeps, c'est normal puisque le coût de la recherche n'est pas dans l'équation pour le générique. Mais le pharmacien lui, fait exactement le même boulot que la molécule X soit le princeps ou le générique : il doit effectuer les mêmes contrôles pharmacologiques, faire la même validation, donner les mêmes conseils. Aucune raison pour qu'il gagne moins. Donc cette rémunération sur les génériques ne sert qu'à compenser la différence de prix. Ce n'est pas un gain supplémentaire.
 
pharmacien
29 Juillet 2018, 0:56


Je ne connais pas beaucoup d'autres traitements qui sont délivrés facilement à 3 ou 4 fois la posologie maximale de l'AMM ou de la RTU.

Depuis juillet dernier, c'est vraiment la galère pour avoir plus de 8 boites ...
On ne peut pas vraiment dire que les pharmaciens dans leur ensemble soient très compréhensifs

Ok, ils appliquent le règlement, mais encore une fois, le cout des 1€ par boite pris sans état d’âme me chagrine
On est dans un processus purement mercantile ou on essaie d'aider les patients ?

Et toi Romain, que fais tu en tant que pharmacien ?
Tu acceptes de délivrer plus de 80mg/j ou pas ?
Tu acceptes le tiers payant ou pas ?

Perso, ce qui me gêne le plus, c'est le refus de délivrer plus de 80mg/j, parce que pour le reste, avec la feuille de maladie, la sécu rembourse


Pour mes patients habituels, connus, et fidèles, c'est délivrance+tiers payant. Parce qu'il y a un lien de confiance. Avec les autres non.

Oui malheureusement on est dans un processus avec une part mercantile : mais la responsabilité est partagée, tout de le monde devrait réfléchir aux améliorations possibles.

Les pharmaciens en premier lieu bien évidemment, qui parfois ont oublié leur serment, qui exercent la pharmacie comme un commerce, et qui sur le plan scientifique ne se remettent pas à niveau.

Ensuite les patient eux-mêmes, parce que si ces pharmacies low-cost "style hypermarché" fonctionnant, c'est parce que les patients vont dedans. On est face à un paradoxe important : on a des patients qui déplorent le manque d'humanisme de certains pharmaciens, mais ces mêmes patients désertent leur pharmacie de quartier pour aller dans une pharmacie low-cost dont l'humanisme est le cadet de leurs soucis (pour payer 30 centimes moins cher ou faire 3 minutes de voiture en moins). Je suis persuadé que ceux qui ont gardé un lien de confiance fort avec leur pharmacien depuis de nombreuses années n'ont pas de soucis... Ceux qui ont préféré changer de pharmacie en fonction de là où ils se trouvent par hasard en faisant leurs courses ou du shopping paient les pots cassés quand il faut un réel soutien...

Ensuite il y a évidemment l'ANSM, qui dit que c'est possible de dépasser la RTU, mais qui a elle-même réduit la RTU : c'est pas très courageux.

Enfin il y a aussi un petit peu certains médecins, notamment quelques pontes, qui envoient littéralement "chier" les pharmaciens qui les appellent pour discuter des posologies élevées, alors que la bonne réaction serait le dialogue constructif et les explications. La communication est essentielle.
 
pharmacien
27 Juillet 2018, 12:59

Concernant les autres prescriptions hors AMM, je suppose qu'il n'y a, majoritairement, pas de pb de délivrance ni de tiers payant
Deux poids, 2 mesures donc ...


Au contraire, il y a plus de problèmes avec les autres traitements hors AMM, notamment les posologies importantes. Je ne connais pas beaucoup d'autres traitements qui sont délivrés facilement à 3 ou 4 fois la posologie maximale de l'AMM ou de la RTU. Par exemple, essayez de vous faire délivrer une prescription à 4 Zolpidem par jour. Quasiment aucun pharmacien n'acceptera (et je ne parle même pas du remboursement qui sera systématique refusé, mais simplement de la délivrance).
 
pharmacien
27 Juillet 2018, 1:19
Quand je lis ton post pharmacien, je me dis que en France vous avez un système bizarre.

En Belgique, C'est un système centralisé, les pharmaciens scanne l'ordonnance et la boîte de médoc, et le système va appliquer le remboursement ou non. Et il se passera la même chose dans toutes les pharmacies. Les pharmaciens n'ont pas la main la dessus. Et les prescriptions hors amm seront remboursés comme les autres sauf exception.

Je comprends pas qu'un pharmacien va décider de rembourser ou non.


Je ne connais pas le système belge, mais cela m'étonnerait qu'il n'y aucun contrôle des remboursements. J'ai lu que l'INAMI pouvait réclamer des indus aux pharmaciens et médecins en cas de médicaments prescrits et délivrés hors référentiels.




Il devraient aller au bout d'un serment, qui ne ressemble à pas grand chose soit dit en passant, et assumer, comme le médecin, sa vocation de soignant (ce qu'ils ne sont pas), être un peu plus burnés et moins boutiquiers, les yeux rivés sur leur CA et leur tiroir caisse, à savoir tout mettre en remboursement tiers payant. Surtout pour des malades CMU. Point.


Non, pas du tout. Je n'arrive toujours pas à comprendre dans quelle galaxie tu habites, mais en France, les médecins (contrairement aux pharmaciens) pratiquent peu le tiers payant. Donc l'inverse de ce que tu dis. Et pour les patients CMU, beaucoup de médecins ont désormais un écriteau avec écrit en caractères gras que si la carte vitale à jour et l'attestation ne sont pas présentées le jour de la consultation, la consultation est annulée. Et les médecins ont fait grève pour lutter contre la généralisation du tiers payant. Ce qui est parfaitement compréhensible : les cabinets médicaux sont des entreprises (certes petites) et comme toutes entreprises, ils ne sont pas là pour faire du bénévolat. Ils ont peur des impayés qui pourrait mettre en péril la rentabilité de l'entreprise.

C'est pareil pour les pharmacies (qui sont des entreprises beaucoup plus grosses) : certes, ce n'est pas le rejet de remboursement de Baclofène qui mettrait l'entreprise en péril, mais il faut voir que toute la journée, il y a des prescriptions hors AMM pour toutes les pathologies, mêmes les plus courantes (diabètes avec des associations d'antidiabétiques non recommandées, hypertension artérielle avec des posologies qui dépassent les doses max, etc...). Sans parler de la responsabilité médico-légale engagée, sur laquelle effectivement il faut être un minimum "burné", un chef d'entreprise ne peut pas se permettre d'avoir des milliers d'euros par jour en risque d'impayé, comme une épée de Damoclès au dessus de la tête.

Donc oui, les pharmaciens qui appliquent la loi, c'est compréhensible.
 
pharmacien
24 Juillet 2018, 15:30
C'est à l'ANSM (qui a baissé la posologie maximale de la RTU) qu'il faut se plaindre et non à la sécu.

La sécu applique la loi : elle ne rembourse que ce qui est prescrit dans l'AMM et/ou la RTU. Ce n'est pas un administratif de la sécu qui peut aller à l'encontre d'une recommandation scientifique officielle de l'ANSM. Le seul qui peut accepter de passer outre une AMM/RTU c'est le médecin conseil (et/ou le pharmacien conseil) et il faut faire une demande préalable à la délivrance.

La sécu est dans son bon droit le plus total pour soit refuser de rembourser, soit réclamer des indus au pharmacien, voir même réclamer des indus au médecin (qui a normalement l'obligation légale d'écrire hors AMM/hors RTU).

Dans le monde médical, tout le monde sait que régulièrement, la sécu ferme les yeux sur des remboursements non-légaux et que du jour au lendemain, elle fait pleuvoir les indus et des refus de remboursement. On a eu le cas très récemment pour les bronchondilatateurs inhalés avec un nébuliseur : beaucoup de prescriptions hors AMM, tout le monde fermait les yeux, 90% des traitements délivrés en remboursable. Et il y a 3 mois, d'un seul coup, la sécu a refusé de rembourser, en envoyant même un courrier en disant aux pharmaciens que leur responsabilité serait fortement engagée en cas d'accident du patient, même si le patient paye son traitement. Résultat en 2 semaines, on a du passer de 95% d'acceptation de délivrance de ces prescriptions en pharmacie à 5%.

Malgré les messages acerbes, les pharmacies qui délivrent des posologies hors RTU tout en faisant payer les boites au dessus de la RTU respectent à la fois leur serment (soigner du mieux possible selon les acquis de la science) tout en respectant la loi (traitement hors AMM non remboursable).
 
pharmacien
10 Février 2018, 3:01

Et quand j'achète une boîte d'UPSA 1000, n'est-il pas interdit de facturer ces fameux HD (si, j'ai les textes); et pourtant, tous les CLIENTS les paies.
Idem, pour le paracétamol... car l'HD nécessite une prescription.
Joli coup, d'ailleurs les HD et ordonnances complexes...


Encore une fois, tu te trompes complètement avec ton caca nerveux sur les honoraires de dispensation (HD) du pharmacien. Ces honoraires ont été introduits pour valoriser l'acte intellectuel du pharmacien.

Exemple simple :
- Avant les honoraires de dispensation un médicament A valait 9€ : 4€ de marge pour le laboratoire pharmaceutique, 2€ de marge pour le grossiste-répartiteur, 3€ de marge pour le pharmacien.
- Après la mise en place de ces honoraires, ce même médicament vaut 8€ : 4€ pour le laboratoire, 2€ pour le grossiste, 2€ pour le pharmacien. A cela s'ajoute 1€ d'honoraires pour le pharmacien.

Bilan de l'opération : avant le prix total de la délivrance valait 9€ dont 3€ de marge pour le pharmacien, et maintenant le prix total vaut 9€ dont 2€ de marge pour le pharmacien + 1€ d'honoraires intellectuels.

Pas besoin d'avoir fait l'ENA pour comprendre que c'est pareil non ? Donc si tu pouvais arrêter d'être de mauvaise foi...

Concernant l'honoraire pour la facturation des médicaments délivrés sans ordonnance, c'était négocié avec l'assurance maladie que les pharmaciens pourraient le faire (c'était inclus dans l'équilibre budgétaire des négociations), sauf que le gouvernement avait "oublié" de publier l'arrêté précisant cette possibilité. Des inspecteurs de la répression des fraudes ont commencé à mettre leur nez dedans, pensant pouvoir s'engouffrer dans une brèche. Les pharmaciens ont hurlé au scandale car c'était de la faute du gouvernement. En réaction Madame la ministre (de l'époque) Marisol Touraire a publié ce fameux arrêté, en le rendant rétroactif. Elle s'est même excusée pour ce retard auprès des syndicats de pharmaciens.

Cette polémique est donc résolue depuis longtemps, le gouvernement avait commis une erreur en oubliant d'autoriser les pharmaciens à facturer une prestation négociée, l'erreur a été réparée, fin de la polémique.

Dire que tu vas râler parce qu'un docteur (en pharmacie) te facture sa prestation 1€ d'honoraires, et que dans le même temps, le serrurier va te facturer 300€ d'honoraires pour ouvrir une porte... T'es à côté des réalités et de la valeur des choses...
 
pharmacien
09 Février 2018, 19:43
Alors toutes les CPAM de France ont un problème.
Et si, juste une fois, tu tentais de voir les choses différemment ?


De façon globale ?

Tu crois que la CNAM ne sait pas compter des boîtes ?

Et puis, tu me fatigues.


Et bien justement, le problème, c'est que la CNAM a déjà fait le coup aux pharmaciens pour d'autres molécules. Exemple : Zolpidem. AMM à 1 comprimé par jour. Parfois prescription à 2 par jour. Certains pharmaciens ont refusé la délivrance, d'autres ont accepté mais en faisant payer, et d'autres ont délivré en remboursable.

Et bien la sécu a remboursé. Puis 2 ans après, elle a réclamé aux pharmaciens concernés de rendre l'argent.

Tu n'étais pas au courant de cette histoire, j'imagine.
 
pharmacien
09 Février 2018, 19:35
Vous êtes priés de déverser vos conseils sur votre fil.
Merci de respecter ceux qui n'ont pas la chance de ne pas avoir de déficits neurobiologiques (mais n'ont, eux, aucun trouble de personnalité).

En vous souhaitant de devenir alcoolique ou TCA ou toxico.


Dans ce fil, une question était posé : "est-ce normal que le pharmacien refuse le remboursement au delà de 80mg ?"

Tu as répondu "non, ce n'est pas normal". Etant donné que ta réponse était fausse, j'ai corrigé, pour ne pas induire une personne en erreur. Je comprends que cela te chagrine, mais c'est ainsi.

Bonne soirée.
 
pharmacien
09 Février 2018, 17:25
Bonjour,

Je suis désolé mais je ne suis pas d'accord avec ce qui a été dit sur ce fil concernant le remboursement.

La loi est claire : tout ce qui est hors AMM et hors RTU est en théorie non-remboursable, et l'assurance maladie dispose de 3 ans pour réclamer des indus (c'est à dire que pour une délivrance effectuée aujourd'hui, elle peut payer le pharmacien, puis demander dans 2 ans au pharmacien de rembourser). De plus comme je l'avais dit ailleurs, un CERFA de remboursement remis au patient pour qu'il se fasse rembourser engage également le pharmacien : la sécu peut rembourser le malade puis se retourner ensuite contre le pharmacien.

Je suis surpris qu'un si brillant et émérite docteur en droit tel que Theorbe ignore ces lois élémentaires du code de la sécurité sociale. La fatigue sans doute...

Les associations de défense du Baclofène devraient se rapprocher des 2 syndicats représentatifs des pharmaciens (FSPF et USPO) qui pourront confirmer le problème. La sécu refuse de fournir une attestation aux pharmaciens s'engageant à prendre en charge les hauts dosages de Baclofène : à partir de là, le risque est donc présent. Quand on les appelle, les pharmaciens conseils et médecins conseils de la sécu refusent de s'engager à garantir le remboursement.

Alors ce n'est pas aux malades d'être pris en otage par ce "chantage", on est d'accord. Mais il ne faut pas se tromper de responsable : le responsable ce n'est pas le pharmacien, mais c'est l'état. C'est à l'état de s'engager clairement et sans contestation possible à rembourser tous les pharmaciens, or l'état ne le fait pas.
 
pharmacien
18 Décembre 2017, 4:18


Mais c'est mon pote qui sévit partout ! Mais que ferions-nous sans lui ? Je pense que l'on s'emmerderait à survivre; il nous offre un tel réconfort MORALISATEUR avec des relents KANTIENS - que des envies de suicide me viennent en le lisant.


Non, soyons honnêtes, il est distrayant; c'est le clown. J'espère qu'il boit un peu. Enfin, lui, je lui conseille un bon Bierschnaps. Car s'il nous soûle, il faut qu'il se soûle et pas que de ses interventions de m...e.



"Spécialiste des médicaments" : alors, là, je crève de rire ! C'est à mourir de ridicule quand on voit le niveau des pharmaciens (enfin pas tous évidemment, c'est la courbe de Gauss - et quelque chose me dit que toi, tu es à plus de 2 sigmas à gauche).
Pharmacien = Spécialiste du médicament... comme c'est beau. De la "novlangue". Et il va vacciner ! Oulàlà, mais que c'est compliqué; quelle technicité... Spécialiste du médicament... Spécialiste des Honoraires de Dispensation et des Honoraires pour ordonnance complexe (les pauvres chéris, 5 médicaments et ils doivent réfléchir... ah non, mince, pas réfléchir - le Spécialiste du Médicament regarde sur l'écran de l'ordinateur pour que son logiciel lui dise bien/pas bien/attention ! En tout cas, on va bien se marrer au premier choc anaphylactique en pharmacie...

Le Médecin ? Bah lui, c'est le Spécialiste des ordonnances foireuses, c'est cela, si j'ai bien compris ? Spécialiste de la souffrance humaine oui, plutôt..

Pharmacien = spécialiste de rien du tout. Épicier oui.
Potard.

Il ne peut pas imposer ?
Mais la non assistance à personne à danger tu connais ! Et le pharmacien doit appeler le médecin qui commencera par lui dire ses 4 vérités et ensuite lui dira simplement ceci : "si le patient (version médecin) ou le client (version pharmacien) meurt, ce sera de votre faute".
Un pharmacien qui s'oppose à une prescription qui n'est pas délirante (comme on en voit tant pourtant) est un assassin potentiel.

Le médecin peut prescrire un traitement compassionnel : si je te suis, les pharmaciens non; un pharmacien ne connaît pas le traitement compassionnel.

Le code de déontologie des pharmaciens (articles R.4235-1 à R.4235-77 du code de la santé publique, CSP), définit une partie de leurs devoirs vis-à-vis des patients.

Le pharmacien doit notamment exercer son métier, quel qu’il soit, dans le respect de la vie et de la personne humaine, sans discrimination. Il concourt à la santé publique en contribuant à la lutte contre la toxicomanie (en dispensant deux comprimés de STILNOX par soir sans limite de durée à ses patients clients), les maladies sexuellement transmissibles et le dopage et collabore avec les autorités compétentes en vue de la protection de la santé.

Ainsi, lorsque l’intérêt de la santé du patient lui paraît l’exiger, le pharmacien doit refuser de dispenser un médicament. Si ce médicament est prescrit sur une ordonnance, le pharmacien doit informer le prescripteur de son refus et le mentionner sur l’ordonnance. (que l'on me montre un pharmacien capable d'écrire, sans aller potasser son VIDAL, la raison de son refus - jamais vu - donc, avant tout, vous lui demandez de marquer les motifs de refus sans lui laisser emmener votre ordonnance en coulisses (le souci c'est que son ordinateur lui aura donné la solution, enfin la solution ANSM; pas LA solution); il sera incapable de dire pourquoi il refuse, sauf à ânonner "l'ANSM a dit").

Le pharmacien biologiste peut également refuser d’exécuter un prélèvement ou un examen pour des motifs tirés de l’intérêt du patient ou du caractère illicite de la demande (comme le pharmacien biologiste qui, payé en cash par le patron du BTP, fait réaliser en toute illégalité des analyses d'urines à ses ouvriers débarqués manu militari direct dans son labo (menacés de faute grave s'ils refusent)...... Mais où sont le Code du Travail et le CSP ?).

Bref tu nous les brises.

Oui, tu as ton petit pouvoir de ne pas donner les boîtes; mais ce sera de la "non assistance à personne en danger" et un manquement déontologique. Et combien de boîtes de STILNOX tu as délivrées aux personnes âgées ? Ou des IRS / IRSNA qui désodent les personnes âgées et leur font perdre la boule (surtout pendant la canicule); j'ai d'ailleurs vu un groupe de pharmaciens alerter les autorités sanitaire sur le risque IRS/IRSNA durant la canicule. Car LE Pharmacien est LE SPÉCIALISTE DU MÉDICAMENT.
Mais non, c'est une blague, ils vendaient à prix d'or de l'eau de chez LAROCHE-POSAY en brumisateurs, trompant les familles inquiètes pour leur aînés. Les IRS, les IRSNA, ils ne savent pas que ça désode.......Et ils s'en foutent. Allez mamie, ne diminue pas la dose (tiens, le médecin aurait commis une erreur et le pharmacien n'aurait... rien fait !).

Un pharmacien qui refuse, je lui demande d'écrire les raisons de son refus sur l'ordonnance; je prends la littérature scientifique et je l'attaque.
J'avertis mon médecin, et l'ARS tant qu'à faire. Et une intervention en CRSA ! Et dans les 2 commissions.

Tu saurais ce que je suis dans la vie, tu fermerais ton clapet. Et vite fait.

Comme je l'ai dit : ici, on lutte pour ne pas crever.
Et toi, tu veux nous prouver que le pharmacien est "plus puissant que le médecin" : dixit "le médecin ne peut jamais imposer une délivrance de médicaments au pharmacien". Tu es complexé ? tu veux un peu de TRANXENE (enfin, toi, l'HALDOL me paraît indiqué).
Mais, ici, tout le monde s'en branle de savoir qui a la plus longue : nous on veut du baclo, dénigré par une étude foireuse.

Mais que fiches-tu sur ce site ???
. Tu t'emmerdes à ce point ? Je te conseille une thérapie (version modestie/empathie).

Je le redis : tu mérites de devenir un "sale" alcoolo. Et là, j'ai une insulte qui monte mais, je vais plutôt prier Flo de m’excuser d'écrire tout ceci sur son fil. Mais tu es toujours là à semer ton venin : c'est pas le JO qui a fait médecine.

De l'utilité de l'intervention de "pharmacien"

Pour oublier :

Et toutes mes excuses à Flo. Mais je peux pas le blairer.
3ises


Bonsoir Théo,

Désolé pour le retard.

Honnêtement s'il y a quelqu'un de nous deux qui est condescendant, c'est toi. Tu te permets d'expliquer à un pharmacien comment il doit exercer son métier alors que tu ne l'es pas. Je ne me permettrais jamais de faire la même sur un autre métier (dont le tien).
On sent à travers tous tes messages que tu détestes les pharmaciens (le plus éloquent : celui sur une thèse qui évoque les intoxication volontaires au Baclofène, avec un pharmacien toxicologue comme co-directeur de thèse que tu estimes inapte pour ce poste. Les pharmaciens inaptes à la toxicologie clinique ? Alors explique moi pourquoi 70% des toxicologues sont pharmaciens, et pourquoi tous les centres antipoison de France ont 1 voir 2 pharmaciens dans leur équipe... Là on atteint un sommet de mauvaise foi, mais passons).

Pourquoi une telle haine ? Tu as raté le concours de pharmacie, et tu t'es reconverti avocat (comme de nombreuses personnes, qui après avoir raté le concours médecine/pharmacie, font du droit) ?
Il n'est jamais trop tard : tu peux encore devenir pharmacien en intégrant une passerelle P2/D1, ou en partant faire ton doctorat de pharmacie à l'étranger.

C'est vrai que les gens qui pensent mieux connaitre les médicaments que les pharmaciens, cela arrive, mais souvent ce sont des profs de bio au collège, rarement des spécialistes du droit.

Il y a environ 8000 médicaments qui ont une AMM en France : il est logique que le pharmacien, qui est humain, ne les maitrise pas tous à la perfection. Il est logique qu'un patient qui prend un ou deux médicaments depuis 15 ans et qui s'informe énormément sur ce médicament le connaisse mieux que son pharmacien. Comme il est logique qu'un patient atteint d'une pathologie chronique depuis 15 ans la maitrise mieux que son médecin traitant. On appelle cela les "patients experts", et ils interviennent en fac de médecine et de pharmacie. En revanche contrairement à toi, ils n'ont pas la prétention de dire qu'ils vont expliquer leur métier aux pharmaciens ou médecins.

D'ailleurs personnellement je suis intimement convaincu mieux connaitre que toi la législation (assez complexe) des huiles essentielles (aromathérapie) en France, parce que je me penche sur le dossier au quotidien. Mais je n'aurai pas la prétention de dire que je connais mieux le droit que toi.

Moi je suis 100% pour l'AMM pour le Baclofène, je serai le premier heureux car concerné de près dans mon entourage proche. Mais je pense qu'il faut aussi parfois se mettre de l'autre côté de la barrière. Un papa a porté plainte contre un pharmacien qui lui avait délivré, sur ordonnance d'un médecin, une boite de lait maternisé contaminée. Le tort du pharmacien : ne pas avoir fait les contrôles nécessaires pour s'assurer de l'absence de contamination bactérienne. Et pour le baclofène, les experts psychiatres reconnaissent eux-mêmes que les pharmaciens qui délivrent prennent 50% de la responsabilité en cas de pépin. Donc cela nécessite un dialogue constructif. Quand on ne respecte pas les consignes de l'ANSM, on prend un risque. Il faut former les pharmaciens pour leur montrer que ce risque à prendre est légitime.
 
pharmacien
24 Octobre 2017, 18:38
Suite à 2 ou 3 plaintes de pharmaciens au conseil de l'ordre des médecins et de l'ordre des pharmaciens concernant des prescriptions de Baclofène, un petit rappel important : il est interdit pour un médecin (même s'il est chef de service d'un grand hôpital parisien) d'insulter un pharmacien par téléphone en cas de désaccord. Il est également interdit pour un médecin de faire pression sur un pharmacien pour qu'il délivre un médicament (rupture de l'indépendance professionnelle du pharmacien, qui est seul décisionnaire de ses actes de délivrance). Et enfin, il est interdit pour un médecin/pharmacien/patient de rentrer dans une combine de plusieurs ordonnances différentes, fractionnées, pour le même médicament.

En revanche il est totalement légal pour un médecin de prescrire hors AMM, et légal pour un pharmacien de délivrer hors AMM (contrairement aux ordonnances multiples qui elles sont illégales).
 
pharmacien
24 Octobre 2017, 18:32
Comme disait Nietzsche en parlant des "petites femmes"(désolé, c'est la citation) : pour ton pharmacien, n'oublie pas ton fouet !
Et le coup du "je dis bien", cela ne coûte rien, mais emmerde bien les pharmachiens.
Bravo donc !


Alors la mention "je dis bien" n'emmerde pas du tout les pharmaciens, au contraire, car elle permet au pharmacien de savoir directement que c'est un choix volontaire du médecin et non une erreur de recopiage.

Et si tu es un spécialiste du droit, tu sais bien que quelque soit la mention que met le médecin sur l'ordonnance, la décision finale de délivrance ou non revient au pharmacien, en tant que spécialiste des médicaments. Le médecin ne peut jamais imposer une délivrance de médicaments au pharmacien.
 
pharmacien
18 Septembre 2017, 18:36
Bonsoir,

Il serait intéressant de connaitre la suite de cette histoire de CERFA et ce serait bien d'avoir l'avis d'un spécialiste en droit (avocat par exemple). Parce que pour moi, d'après la communication des syndicats de pharmaciens, remettre un CERFA au patient n'est pas obligatoire.

Merci pour ces très intéressantes explications !

Un pharmacien nous a dit que la sécu devait rembourser parce qu'il n'y avait pas eu de décret de non remboursement
Qu'en penses tu ?


Bonjour Sylvie,

Cette question est trop compliquée pour moi (et à mon avis trop compliquée pour n'importe quel pharmacien), il faudrait demander l'avis d'un avocat spécialisé en droit de la santé si vous en avez la possibilité.

Le droit médical c'est vraiment complexe parce que vous avez d'un côté la responsabilité médicale (décision d'un acte/conseil/délivrance du pharmacien, indépendamment du remboursement... Ce n'est pas parce qu'un pharmacien ou un médecin effectue un acte non-remboursable qu'il ne peut pas être jugé dessus en cas d'accident). D'autre part la responsabilité déontologique (avec le respect du code de déontologie des pharmaciens et du serment de Galien). Et enfin il y a le remboursement par l'assurance maladie. Ce sont 3 choses complètement différentes.

Le pharmacien inspecteur va plutôt s'occuper de la responsabilité médicale (il s'en fiche du remboursement lui), l'ordre des pharmacien va s'occuper de la déontologie, et le service médical de l'assurance maladie va s'occuper du remboursement. Mais normalement le service médical de l'assurance maladie n'a pas le droit de faire ce qu'il veut, il doit respecter les lois.

Pour l'histoire du décret, il faudrait savoir si le service médical de l'assurance maladie a vraiment besoin d'un décret pour refuser le remboursement. C'est une bonne question ça... Car l'ANSM a un rôle de police sanitaire et un rôle exécutif, par délégation du ministre de la santé. Donc je ne sais pas si une décision de l'ANSM n'a pas la même valeur qu'un décret. Quand l'ANSM décide par exemple qu'un médicament doit être retiré du marché car dangereux, pas besoin de décret du ministère de la santé pour que la décision soit effective, donc vraiment c'est une question à poser à un véritable spécialiste : est-ce que la réduction de la RTU par l'ANSM est directement applicable par l'assurance maladie, sans décret, ou non ?

Par contre un petit point important : le service médical de la sécu a 3 ans pour réclamer l'annulation d'un remboursement à un professionnel de santé. Par exemple, la sécu qui a remboursé des délivrance de Baclofène à 300mg/j, peut très bien décider dans 2 ans et demi de demander au pharmacien de tout rembourser s'il s'avère que ces remboursements étaient injustifiés aux yeux du service médical sécu. C'est déjà arrivé à certains pharmaciens pour des antibiotiques, pour des antalgiques, pour des anxiolytiques, pour des anti-épileptiques... Jamais à ma connaissance pour la Baclofène heureusement.
 
pharmacien
18 Septembre 2017, 2:28
Bonsoir,

Il serait intéressant de connaitre la suite de cette histoire de CERFA et ce serait bien d'avoir l'avis d'un spécialiste en droit (avocat par exemple). Parce que pour moi, d'après la communication des syndicats de pharmaciens, remettre un CERFA au patient n'est pas obligatoire.

Je m'explique : en gros le formulaire CERFA engage le professionnel de santé (pharmacien ou autre) qui le remet au patient. Par exemple, si un pharmacien facture un produit/prestation normalement non remboursable et qu'il remet un CERFA de remboursement au patient, l'assurance maladie va rembourser le patient et se retourner contre le pharmacien pour se faire rembourser la "fraude". C'est une mesure pour protéger le patient : à partir du moment où le patient reçoit un CERFA de remboursement, l'assurance maladie considère que le patient compte sur ce remboursement pour vivre et que ça pourrait fortement le pénaliser s'il n'est pas remboursé.

C'est arrivé récemment avec des préparation magistrales sans aucun intérêt thérapeutique : des pharmaciens ont effectué et délivré ces préparations, ils ont donné un CERFA aux patients, et les patients pensaient se faire rembourser ces préparations coûteuses. Pour ne pas pénaliser les patients (qui pensaient que c'était remboursé en toute bonne foi puisque leur pharmacien leur a remis un CERFA), l'assurance maladie a remboursé les malades et s'est retournée contre les pharmaciens qui avaient remis ces CERFA pour des préparations inutiles.

C'est d'ailleurs valable pour tous les professionnels de santé : un médecin généraliste qui remet un CERFA pour une consultation normalement non remboursable, un radiologue qui remet un CERFA pour une radio prescrite par le médecin généraliste mais non-remboursable, etc... La sécu se retourne contre les professionnels de santé et non contre les patients.

C'est plutôt une bonne chose (ça protège les patients) mais du coup, le pharmacien (ou autre professionnel de santé) n'est jamais obligé de remettre un CERFA, au contraire, il doit le faire uniquement quand il estime que c'est une prestation remboursable.

Ce qui est certain, c'est que le pharmacien est obligé de remettre une facture avec le prix des médicaments et le montant de ses honoraires pharmaceutiques, ce qui semble avoir été fait ici.

En revanche la réponse de la sécu disant qu'il fallait renvoyer le CERFA est à mon avis une réponse automatique du personnel administratif de la sécu : sur la facture, ça aurait été un médicament non-remboursable à tarif libre, la sécu aurait renvoyé exactement la même réponse. En revanche une fois le CERFA envoyé à la sécu et le remboursement du malade effectué, le service médical de la sécu (médecin conseil et pharmacien conseil salariés de la sécu) peuvent très bien estimer le remboursement infondé et réclamer au pharmacien l'annulation du remboursement des boites de Baclofène.

La sécu est irrespectueuse envers les malades et les pharmaciens sur ce coup là : il suffirait simplement qu'ils postent un communiqué dans lequel ils s'engagent à rembourser toutes les délivrances jusqu'à 300mg/j. Ils ne l'ont pas fait, et ils ne le feront jamais ce communiqué, parce qu'ils comptent bien essayer de faire passer certaines délivrances comme "non conformes" et réclamer de récupérer le remboursement.

Bon bien évidemment, ceci n'excuse pas l'humiliation, le non-respect du serment de Galien, etc...
 
pharmacien
31 Aout 2017, 4:31
C'est dégeulasse ! Un vrai professionnel se serait renseigné tout de suite. C'est son boulot bordel.
L'histoire des 120mg ça me fait penser à quelque chose que j'avais lu concernant le protocole de la RTU, que le medecin généraliste devait demandé l'avis au dessus de 120mg à un medecin expérimenté en addictologie mais en rien ça concerne ce pharmacien !

Je pense que Sylvie aura des documents concernant ceci, récent mais dans celui là c'est bien indiqué qu'il doit faire la délivrance conformément à la prescription du medecin.

http://www.baclofene.org/wp-co...SM-11082017.pdf

Moi perso quand j'ai eu des fois des soucis de délivrance, je lui disais d'appeler le médecin direct, c'est lui qui décide. C'est vraiment un con en tout cas.

Courage à toi


Nop ! dans une pharmacie ce n'est pas le médecin, mais toujours le pharmacien titulaire (ou le pharmacien adjoint en l'absence du titulaire) qui décide ce qui est délivré ou pas délivré. C'est un des fondements de la médecine : indépendance totale entre médecin et pharmacien et pas de lien de subordination.

En revanche cela n'autorise pas le pharmacien à prendre des décisions débiles et à refuser de délivrer des traitements justifiés.
 
pharmacien
17 Aout 2017, 16:59
Merci pour la lettre aux pharmaciens;je vais l' imprimer car je dois aller chercher une ordonnance de 180/jour le 18/08;ma psy avait prévu les 8o et augmenté la dose. ( je suis à 130).

L' expérience de Lee fait peur;mon pharmacien,pro baclo,est en vacances;j' espère que sa collègue acceptera l' ordonnance.A suivre...


Alors pour info, la lettre aux pharmaciens rappelle qu'ils ne doivent pas arrêter brutalement le traitement chez les patients qui sont à plus de 80mg/j, et leur recommande de délivrer la totalité du traitement en attendant une nouvelle prescription qui réduit la posologie.

En revanche cette lettre ne conseille pas du tout au pharmacien d'accepter une ordonnance qui augmente la posologie de 130mg/j à 180mg/j, au contraire, ça va à l'encontre des recommandations puisque c'est une augmentation.

Pour une augmentation, il faut consulter les pharmaciens qui acceptent de délivrer hors-recommadation, hors-AMM, hors-RTU, comme à l'époque d'avant la RTU en gros.
 
pharmacien
12 Aout 2017, 12:48
J'ai vu sur les réseaux sociaux que certains pharmaciens recevaient une lettre de l'association leur rappelant gentiment les recommandations de l'ordre des pharmacien, à savoir délivrer le traitement des patients qui sont déjà au dessus de 80mg/j (et dont le dosage de 80mg/j a été dépassé AVANT la décision de réduction de la RTU).

Belle initiative, en plus la lettre n'est pas agressive du tout, très bien tournée.

Juste une petite remarque : il serait mieux de débuter la lettre par "docteur" plutôt que par "Madame, Monsieur" (les pharmaciens susceptibles étant vexés que leur titre ne soit pas utilisé comme pour les médecins).
 
pharmacien
05 Aout 2017, 22:42
Bonjour à tous,

Alors concernant la recommandation de l'ordre des pharmaciens de délivrer les haut dosages, elle s'applique pour les malades qui sont déjà actuellement à plus de 80 mg/jour, pour éviter un syndrome de sevrage. C'est même navrant que l'ordre soit obligé de faire un tel rappel, ça devrait être évident pour tous les pharmaciens. Un pharmacien ou un médecin qui laisse un patient avec un syndrome de sevrage s'expose à des poursuites en justice !

En revanche pour les patients qui débutent pour la première fois un traitement supérieur à plus de 80mg/jour, là les recommandations ne s'appliquent pas : c'est à la libre appréciation du pharmacien d'accepter ou non de délivrer.
 
pharmacien
27 Juillet 2017, 0:11
Je précise quand même que le "je dis" du médecin marqué sur l'ordonnance sert seulement à montrer au pharmacien que le médecin ne s'est pas trompé dans la dose qu'il souhaite prescrire, mais cela n'oblige le pharmacien à rien, celui-ci reste maître de ses décisions de délivrance (rappel récent de l'ordre des pharmaciens).

Le dossier pharmaceutique, vous pouvez effectivement demander dans n'importe quelle pharmacie à ce qu'il soit fermé immédiatement (mais attention car en cas de mauvaise interaction avec d'autres médicaments, le pharmacien ne pourra plus les détecter).

Quand aux multiples ordonnances, c'est illégal normalement : le médecin n'a pas le droit de faire plusieurs ordonnance de doses plus faibles (tromperie envers le pharmacien) et le patient n'a pas le droit de présenter plusieurs ordonnances du meme traitement dans plusieurs pharmacies (fraude à la sécu si traitement remboursé).

Je trouve que le meilleur conseil, c'est de se faire prescrire le traitement par un médecin expérimenté (qui ne tiendra pas compte de la restriction de la RTU) et de se le faire délivrer par un pharmacien compréhensif et formé sur le Baclofène (qui acceptera de délivrer). Il y en a quand même beaucoup maintenant, et au moins c'est parfaitement légal et moins angoissant.

Bon courage, ils ne sont pas doués à l'ANSM en ce moment... Entre ça et l'interdiction de la codéine...
 
pharmacien
26 Juillet 2017, 12:59
Alors quelques infos (que beaucoup connaissent déjà je pense) :

- La lettre de réduction de la RTU à 80mg de l'ANSM doit être connue de la plupart des pharmaciens puisqu'elle a été relayée par l'ordre des pharmaciens.

- D'un point de vue légal, le remboursement n'est pas possible au dessus de 80mg. Les pharmaciens qui le font s'exposent à des sanctions des pharmaciens conseils de l'assurance maladie... Quelle va être la tolérance des caisses départementales de l'assurance maladie ? Je n'en sais rien mais en ce moment elle est assez impitoyable avec les pharmacies.

- D'un point de vue délivrance des boites, la RTU ou l'AMM ne sont pas des obligations à respecter : le pharmacien peut librement décider de délivrer ou ne pas délivrer, mais sa responsabilité est engagée quelque soit sa décision (s'il refuse de délivrer et que cela provoque des symptômes de sevrage, s'il accepte de délivrer et qu'il y a un accident : dans tous les cas, le pharmaciens est responsable et doit prendre la bonne décision).
 
pharmacien
05 Juillet 2017, 14:39
Bonjour,

Juste un petit message pour vous informer que la presse professionnelle pharmaceutique inonde les pharmaciens d'articles très négatifs sur le Baclofène, leur demandant une extrême prudence et la réduction des doses.

Cela risque d'avoir rapidement un impact très négatif sur les décisions de délivrance en pharmacie...

Il serait intéressant que vous ripostiez très vite avec des messages rassurants auprès des pharmaciens, pour que la délivrance aux malades soit la moins impactée possible...
 
pharmacien
27 Février 2017, 20:17
Shirley

(Edité)
Je viens de vérifier et en effet, la cérazette n'est pas remboursée, c'est ma pharmacie qui m'a orientée vers optimizette, c'est le générique, Prix : 2,83 € les 3 plaquettes. Remboursable à 65%

Le désogestrel 75 micro grammes est aussi un générique de la cérazette, Prix : 2,83 € (remboursable à 65%)

Donc tu vois, si ton doc est sympa, il te prescrit directement le générique, et tu récupères encore 65% des 2.83 euros :fsb2_mad:

De bien bonnes nouvelles que tu donnes là, super sommeil, 0 craving, ça se réveille bien tout ça :fsb2_yes:


Le pharmacien peut substituer le médicament d'origine (princeps) par le générique sans que le médecin n'ait besoin de refaire une nouvelle prescription (et c'est valable même si seul le générique est remboursé).
 
pharmacien
27 Février 2017, 20:12
Au Canada, comme aux USA, les patients sont beaucoup plus procéduriers qu'en France, donc les pharmaciens sont plus stricts sur le respect des recommandations pour la délivrance des médicaments... Ce qui peut expliquer pourquoi c'est globalement plus difficile de se faire délivrer une prescription de Baclofène dans une pharmacie canadienne que dans une pharmacie française. Et au Canada il n'y a pas la RTU comme en France...
 
pharmacien
19 Aout 2016, 1:42
Au sujet de la pharmacie,
moi aussi j'habite dans une petite ville.
perso je ne vais pas dans celles qui me connaissent, les rumeurs vont vite,
donc évite les pharmacies trop proches de chez toi.

Bonne soirée


Petite précision : les pharmaciens sont soumis au secret médical exactement de la même manière que les médecins !

C'est quand même bien de voir son pharmacien habituel car il connait mieux ses patients. Le pharmacien, ce n'est pas juste un fournisseur de médocs, mais c'est le spécialiste des médicaments : il contrôle, valide, corrige, adapte les prescriptions, il conseille ses patients, il fait le nécessaire pour éviter au maximum les effets secondaires, et il est co-reponsable à 50/50 du traitement prescrit avec le médecin.
 




forum baclofene