Résultats de la recherche (16 résultats)

Au bout du bout
07 Mai 2017, 19:32
RoseD,
J'aimerais trouver les mots pour t'apporter du réconfort,
Toi qui sait quoi dire dans bien des circonstances.
Tu retrouveras surement de l'intensité dans tes émotions en baissant le baclo, bien sur je pense à des émotions positives.
Tout en restant protégé.
Je te souhaite beaucoup de bonheur,
Misstik
 
Au bout du bout
14 Avril 2017, 8:49
Salut,
En effet je n ai pas remonté tout ton fil mais cela sent très, très bon...
Pour ta situation professionnelle, c'est formidable que tu tiennes le cap au travail même si ta collègue te pense un peu étrange parfois, cela ne met pas en danger ton poste c'est cela le principal niveau professionnel.
Car pour le reste, ta délivrance et l'indifférence qui toc à ta porte c'est formidable.Bravo Caroline
 
Au bout du bout
08 Avril 2017, 22:04
Rose,
Une grosse pensée pour toi ce soir,
On est la si tu as besoin de parler,
Je ne sais pas de quoi il s'agit mais des grosses conneries, je connais bien alors..
Avec toi sincèrement,
 
Au bout du bout
01 Avril 2017, 6:16
Cachou,
Horrible ta nuit mais ne lâche pas.
Moi à mon prescripteur à 60 mg jour : j ai de terribles somnolence, docteur ca va fonctionner ce traitement ?
Mon doc : clairement oui, suivez scrupuleusement votre ordonnance et distancez un peu entre les augmentations si besoin. C'est le seul traitement qui existe pour soigner votre maladie. Il n'y en a pas d'autres le baclofene va vous guérir de votre l'alcoolisme.
Merci docteur !
Courage les EI sont temporaires, l'alcoolisme est définitif. Courage, reste avec nous.
 
Au bout du bout
25 Mars 2017, 23:48
Merci pour la rectification Sylvie !
 
Au bout du bout
25 Mars 2017, 23:37
Salut, bienvenue à toi dans notre aventure baclofene. Nous sommes la si tu as besoin de conseils. Pour les coordonnées d'un prescripteur tu peux écrire à Sylvie en message privé. Mais tes tu renseigné auprès de ton médecin traitant? A bientôt
 
Au bout du bout
20 Mars 2017, 17:57
Bonjour Cla94
Tes nouvelles sont encourageantes ça fait plaisir, tu commences très bien, voila ce que je pense :)
C'est vrai que les EI sont parfois difficile à conjuguer avec e activité pro. Je ne travaille pas avant le 2 mai et j'avoue que cela tombe à point nommé car je suis calquée ! J'ai eu nausées et vomissements mais ca a disparu. En revanche j ai grosse grosse fatigue a partir de midi et jusqu'à 16 ou 17 heures. Mes prises sont le matin car mon craving est au réveil ! Classe quoi ;) je bois de la vodka donc alcool fort en plus ! J'ai commencé la vodka mélangé à jus de fruit car j'avais lu que cet alcool ne marquait pas trop l haleine ... l'idée étant de le dissimuler à mes proches.... sauf que dans la mesure ou quand je commence à boire je ne sais pas m'arrêter inutile de te dire à quel point avant même de passer le pas de la porte j étais déjà grillée, cramée !
Courage
 
Au bout du bout
20 Mars 2017, 14:39
Bonne nouvelle pour tes EI et tu as raison d espérer cela va fonctionner ! Bravo de continuer avec nous,
PascalAlberic ton message de mise en route est bien rédigé, efficace, clair... merci !
 
Au bout du bout
18 Mars 2017, 16:07
Rose,
J'espère que tu as bon moral globalement,

Un test pinard, comme un espoir quand même de pouvoir légèrement m'enivrer.
Le deuil de l'ivresse qui est fait, mais le regret qui reste là dans ces moments-là de ne pas pouvoir.


Moi dans ces moments la je lis ce que j'écris le lendemain de certaines grosses cuites ou je me suis ridiculisée, j'ai meme certaines videos de moi dans un état... comment dire ... ultra minable so pathétique ! et perso ça me calme les envies de douces ivresses (ça fait bien longtemps que je n'ai plus su m'arreter à la petite anesthésie et que je suis passée aux gros dossiers!)!

Bien à toi Madame Rose, bises bises
 
Au bout du bout
18 Mars 2017, 15:37
Jack,

C'est vrai que le montage des propos compte pour beaucoup, l'intervention du Pr Jaury est courte probablement condensée.
Si tu peux nous donner ton avis apres avoir vu le replay du passage ça m'interesse.
Son intervention succédant aux résultats de l'enquete présentée (indiquant 57 % de réussite contre 37 % pour un placebo) ne traduit pas la réalité de l'efficacité du baclofène pour nous alcoolo dépendant.
Bien consciente qu'il n'est pas question de parler de "miracle", le terme "soutien" (je crois que c'est celui employé) ne me parait pas plus adapté.
Pour Jacques qui prenait son 1.5 litres de sky par jour, et qui aujourd'hui indique qu'il ne peut plus tremper ses levres dans un verre de vin... c'est quand meme plus de l'ordre du miracle que d'une simple aide non ?
 
Au bout du bout
18 Mars 2017, 14:51
Parfaitement Lolo je partage ton avis sur l'intervention à minima prudente au JT de la 1.
Restons positifs, visiblement le groupe TF1 a décidé d'en parler et c'est bonne chose,
J'ai été heureuse de me reveiller ce matin, sans gueule de bois et avec une courte intervention sur LCI qualifiant le baclofène de traitement aux résultats spectaculaires ! waou c'est fait du bien à entendre.
 
Au bout du bout
18 Mars 2017, 14:38
Pareil pour moi, je partage complètement ces angoisses. Ceci dit elles sont exacerbées au début mais plus on avance sans alcool plus elles s atténuent.
Quand on arrête de s'arracher la tête à 3 grammes et que cela a duré durant si longtemps on place notre ambition trop haute. Ne sois pas trop exigeant avec toi. Dans les moments de peur, sois certain que tu regagneras confiance en toi. Tu mets en balance XXX années d'alcoolisme (notamment) à outrance avec quelques jours d'une démarche salutaire d'arrêt et de reprise de contrôle de ta vie. La peur est plus que légitime, justifiée et normale... Courage
 
Au bout du bout
17 Mars 2017, 12:55
Je suis deçue à la lecture des études car je les trouve rarement très encourageantes,
Je comprends (au regard de mon faible niveau d'infos) l'enjeu financier de ne pas encourager la prescription du baclofène, du coup je prefère me dire que dans la mesure ou nous faisons parler les chiffres un peu comme on veut, c'est rarement en faveur de notre traitement.
Et meme les études qui se veulent objectives, ne nous fournissent pas des résultats spécialement probants. C'est toujours du 50 % de réussite maximum et dans des circonstances tres particulières. Avec en balance l'effet du placebo qui n'est jamais si éloigné de l'effet du baclo... Moi j'ai envie de croire que nous sommes manipulés et je me fis aux témoignages de guérisons objectifs + qu'aux statistiques souvent pourries !
 
Au bout du bout
17 Mars 2017, 12:15
Alex, tu n'es pas seul, nous sommes tous concernés sur ce forum,
Chacun à son histoire, grosse et lourde... ce qui est sur c'est que les EI génèrent du découragement à un moment du traitement. C'est un dénominateur commun à chaque parcours ou presque, j'ai l'impression.
Toutes les guérisons ont été jonchées de moments de doute et découragement, mais au bout la délivrance vaut le coup.
Accorches toi, meme si aujouurd'hui tu es au bout, demain sera un jour meilleur, reste avec nous. Tu as le droit de ressentir tous ces sentiments mais regardes tu as déjà bien avancé, tu es en à 5 semaines, et peut etre que tu y es presque. Et meme si ce n'est pas pour demain, tu vas y arriver.
L'alcool est un puissant anxiolitique donc tu t'es "soigné" en buvant, moi j'ai fait comme toi, du coup je suis obligée d'accompagner mon arret d'alcool d'un traitement c'est pas l'idéal mais c'est temporaire et c'est moins destructeur que de boire, nul doute.
Tu peux peut etre demander à ton medecin traitant de quoi calmer tes angoisses et le temps de passer ce moment difficile.
Et laisses toi aller à ta tristesse cela n'est pas interdit c'est parfois salutaire mais tu n'es pas seul, et l'alcool c'est la solitude donc ce n'est pas la solution.
Courage,ça va aller
 
Au bout du bout
15 Mars 2017, 8:30
Enchantée Jazzy,

Il me semble que la principale question réside dans ta détermination a arreter de boire. J'ai de mon coté commencer le baclo, puis me suis arretée a 240 mg souhaitant avoir un enfant. J'étais alors abstinente mais pas indifférente. Mon abstinence a perduré 20 mois : grossesse et premiers mois de vie de mon bébé. Puis crac' un jour, une pulsion, je passe par le supermarché et la bouteille est revenue, bien sur, je ne me suis pas arretée à 3 verres..
Rétrospectivement, j'ai pris conscience que lorsque j'ai commencé mon traitement en 2013, mon envie de sortir complétement l'alcool de ma vie n'était pas assez ferme. C'était un discours que je tenais mais pas une envie réellement profonde.
Certains d'entre nous font le choix de continuer à boire raisonnablement, par gout (non par recherche de l'ivresse)une fois indifférent. Mais cela n'est possible qu'une fois la guérison obtenue...
Le baclofène ne peut nous sauver la vie que si notre détermination à vivre sans boire est plus forte que tout. L'idée est la suivante: pourquoi ne pas reprendre le contrôle de ton traitement avec des montées progressives, conseillée que tu serais par les experts en repartition que tu trouves sur ce bienveillant forum mais en stoppant tes consos complétement ?

Je me dis que peut etre tu n'as plus la motivation apres toutes ses années car l'alcool te brume encore trop l'esprit et ne te permet pas de trouver ton seuil de délivrance en pleine possession de tes moyens ?

Et le baclofène, meme a "haute" dose pendant plusieurs années, peut il etre plus nocif que les comas dans lesquels nous nous plongeons tous les soirs en s'endormant completement ivres ? assurément non. Simplement cela fait moins peur car on sait que picoler met beaucoup de temps à pour nous tuer (en tout cas physiquement car psychologiquement c'est une autre histoire).

Bonne continuation et bon courage à toi de tout cœur,

Misstik
 
Au bout du bout
13 Mars 2017, 13:38
Enchantée de te connaitre,
Je démarre moi aussi le traitement depuis une semaine,
J'ai un mari qui veut que je m'en sorte et un bébé pour qui j ai toute la motivation de changer et me guérir,
 



forum baclofene