Résultats de la recherche (1031 résultats)

Ebène
27 Aout 2018, 23:00
Coucou Shirley

C'est toujours pour moi un immense plaisir de te lire (surtout quand tu viens me souhaiter un joyeux anniversaire :-); tu es adorable.
Continue à profiter pleinement de la vie.

des gros bisous :fsb2_kiss: :fsb2_kiss:
 
Ebène
27 Aout 2018, 22:47
Coucou Marie Pierre

Pas le temps de tout lire, mais sais-tu que lorsque j'ai vu que tu avais posté sur mon fil la veille j'avais eu une grosse pensée pour toi.
j'espérais de tout coeur que tu avais réussi à déballer tes cartons, gérer la maison de ta maman décédée et surtout réussie à te sortir la tête de l'eau (ou plutôt de l'alcool :fsb2_smile: ).

Je t'embrasse
 
Ebène
27 Aout 2018, 22:26
Bonsoir à tous,

Merci à Néness, Marie-Pierre et Shirley pour leurs gentilles pensées pour mon anniversaire; cela me touche beaucoup :fsb2_yes:
Il y a maintenant 5 ans que j'ai demandé de l'aide sur le forum pour m'aider à affronter ma bataille contre l'alcool aidée par le baclofène
J'ai 'impression que c'était hier et pourtant il s'est passé des tas de choses dans ma vie : séparation, déménagement, changement de job et surtout depuis 2 ans une vie pleine de quiétude dans ma maison du bonheur.

52 ans et chaque jour, je me dis que la vie est belle puisque je la vie pleinement sans être sous l'emprise de l'alcool qui m'enlevait toute objectivité, me donnait des matins difficiles : je ne mettait rien d'important les lundis dans mon calendrier professionnel car incapable de gérer des dossiers compliqués tellement j'avais la tête en vrac et des tremblements dans les membres.

J'ai retrouvé mes enfants, et surtout me suis retrouvée moi-même et j'aime être avec moi, je ne me fuis plus et n'ai plus honte de qui je suis.

Merci, merci à Olivier Ameisen; merci à Sylvie et merci à tous les baclopôtes et amis qui m'ont permis de me sortir de cette addiction qui a pourri 31 ans de ma vie. Mais c'est pas grave, il me reste encore de belles années :fsb2_godgrace:

Je vous embrasse fort :fsb2_kiss: :fsb2_kiss:
 
Ebène
07 Juin 2018, 17:06
Bonjour,

j'ai 51 ans et j'ai bu dès l'âge de 16 ans pendant 30 ans.
Au départ, avec les copains le samedi soir et puis de plus en plus, pendant les WE, les repas entre amis etc... Mes amis, lorsqu’ils ont vieilli, ont arrêté de s’enivrer et moi j'ai continué à boire au quotidien, en cachette dans ma cuisine en préparant les repas. Toujours 2 verres, un caché dans la cuisine l’autre à coté de mon assiette : pas joli tout ça.
J'ai fini à plusieurs reprises dans un caniveau sans être capable de rentrer chez moi.
J’ai réussi à pourrir la vie de mes enfants et de mon mari qui n'a pas supporté mon alcoolisme et l'humiliation que lui procurait la vue de sa femme ivre en public sans parler des scènes incessantes que je lui faisais lorsque j'étais alcoolisée.

En 2013, j'ai rencontré le baclofène et j'ai réussi à sortir de ce calvaire en quelques mois.
Je reconnais que cela n'a pas été une partie de plaisir car j'ai souffert de beaucoup d'ES, mais le jeu en valait la chandelle.
Je suis montée à 200 mg puis redescendue progressivement à 6 mg par jour.
Aujourd'hui, je peux boire un verre entre amis "normalement", tout en sachant qu'au fond de moi, je ne suis pas vraiment "normale vis à vis de l'alcool". Mais qu'importe, je le sais et je le vis bien.
Ce que je sais aussi, c'est que je n'arrêterai pas le baclofène car je suis soignée mais pas guérie, j'ai trop vu de personnes rechuter après l'arrêt du baclofène.
Le baclofène me protège et je n'en demande pas plus, je ne veux pas revivre le craving qui pourrissait chaque heure de ma vie, la boisson à outrance et la perte de tout repère et de dignité lorsque j'étais ivre.
Je me suis reconstruite et je peux même dire que je vis heureuse entourée de mes enfants qui sont fiers de moi et me remercient d'avoir réussi face à l'alcool.
Et moi, je remercie Olivier Ameisen, les médecins prescripteurs et les gens du forum qui j'en suis persuadée, m'ont sauvé la vie.
 
Ebène
18 Mai 2018, 23:29
Coucou Shirley

Désolée, je n'avais pas vu ton message.
Quoi qu'il en soit, rien n'est jamais trop tard.

Ta vie ne fait que commencer puisque tu as réussi à combattre l'alcool, tu as élevé ton fils, tu as su résister à ton ex-mari et à ses propos diffamatoire et humiliant puisqu'il n'a pas réussi à te priver de ta bonne humeur.

CE qui te sauve (et c'est ce que tu écris), tu vis le moment présent : quand on te croise, on ne te voit pas malheureuse.

Par contre, je ne suis pas tout à fait d'accord avec tes amis : le fait de ne manquer de rien n'est pas forcément un gage de bonheur : sans le respect, la considération, il est difficile d'avancer.
Ne laisse pas ton ex mari t'insulter, il n'a pas le droit, personne d'ailleurs!!!

Dans l'attente de te lire, je t'embrasse très fort.
 
Ebène
18 Mai 2018, 23:16
Coucou BB

Juste pour te faire un bisou et te dire que je suis super contente de voir que tu as réussi à te débarrasser de la cigarette : une nouvelle victoire bien méritée.

Félicitation :fsb2_yes:

Bisous :fsb2_kiss:
 
Ebène
18 Mai 2018, 23:04
Coucou Marie-Pierre

Comment vas-tu? Réussis-tu à prendre du repos après tous ces durs moments?

Es-tu retournée dans ton appartement?

Donne-moi de tes nouvelles.

Je t'embrasse très fort

Christine
 
Ebène
18 Mai 2018, 22:56
Coucou Stéphane

Septembre n'est que dans quelques mois et le temps passe vite donc c'est demain, ne perd pas espoir.

Moi aussi professionnellement je réussissais super bien (ils ne savaient pas que j'étais alcoolique et je ne prenais pas trop d'obligations les lundis après les non-stop et les cuites du wekk-end :fsb2_red: )

Ensuite mener sa vie perso, c'est plus difficile car nos proches ne nous jugent pas sur nos compétences et il y a l'affect qui rentre en jeu, et si on ne s'aime pas soi-même, et si on est malade (alcoolique); tout parait difficile et l'est vraiment.
En plus, ils souffrent de nous voir comme cela et voudraient qu'on les aime plus que notre saloperie de bouteille.

A part un autre alcoolique, qui peut vraiment comprendre un craving, ou une ivresse avec tout ce qu'elle comporte : mots méchants dépassant notre pensée, repli sur nous-même; démarche titubante etc... ENFIN TOUT CE QUI NOUS RABAISSE et ne nous montre pas sur notre vrai jour...

Donc tu as vraiment raison de commencer une thérapie pour apprendre à t'aimer, à te pardonner et surtout t'aider à te relever et à te donner envie de te battre pour retrouver la joie de vivre.

Tu le mérites

Bon courage

Donne-nous de tes nouvelles

Bises
 
Ebène
18 Mai 2018, 22:43
Coucou Minod

Ton craving diminue, c'est que le baclofène agit (n'oublions pas que nous sommes malades et que pour nous soigner il va falloir trouver notre posologie)
130 mg ce n'est pas énorme, quand j'ai vu la première fois mon addictologue à l’hôpital, il m'avait dit que la moyenne était à 170 mg.
Il est vrai qu'avec les nouvelles restrictions, ils tentent de nous limiter à 80 mg, ce qui est une ineptie et loin de la réalité, malheureusement.

Donc continue gentiment ta montée, ne lâche rien et tu verras le graal n'est pas loin.

Passe un agréable week-end

Bises
 
Ebène
13 Mai 2018, 14:04
Coucou Minod
Chaque mini victoire est un pas de plus vers la victoire.
Bon courage .
Passe un bon dimanche 😉
Bises 😘
 
Ebène
13 Mai 2018, 0:15
Coucou Minod

Je vois que tu en baves vraiment avec ce craving matinal.
Que fais-tu quand cela te prend : tu cède ou tu résistes?

Quoi qu'il en soit, c'est bien que tu ne lâches rien.

Bon courage pour la suite :fsb2_yes:

Bises
 
Ebène
13 Mai 2018, 0:08
Coucou Marie-Pierre :fsb2_smile:

Je te remercie de ton gentil message sur mon fil, j'essaierai de poster mais il n'y a pas d'urgence car je vais bien.
Par contre en ce qui te concerne, même si tu n'y arrives pas pour l'insant (et ce n'est pas étonnant après tout ce que tu as vécu récemment), tu dois continuer à poster sur ton fil.

Cela montre que tu y crois encore et tu as raison d'y croire : tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.

Et ta vie n'est pas facile et elle le sera encore moins dans les prochains mois; même si tu as moins de problème de logistique (nettoyer et vendre la maison de ta mère), celle_ci vient de décéder et il va te falloir du temps pour faire ton deuil et c'est normal.D'autant plus que tu était fille unique (pour ma part, nous sommes 4 filles et nous nous sommes soutenues lors du décès de nos parents et même encore aujourd'hui).

Alors, sois indulgente et sympa avec toi (comme tu sais le faire pour nous), et prends le temps de vivre ton deuil.

Ne lâche rien et continue à être présente avec nous.

Prends soin de toi.

Je t'embrasse très fort :fsb2_kiss:
 
Ebène
02 Mai 2018, 22:21
Coucou Marie-Pierre
Moi aussi je suis d'accord, tu dois continuer à poster car tant que tu le fais,c'est que malgré tout tu y crois et tu as raison.
Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.
Tu as des montagnes à abattre mais ce ne sont que des montagnes et tu peux y faire face, ça va le faire, il te faut le déclic et il viendra.
Essaye de prendre soin de toi.
Je tembrasse
Christine
 
Ebène
02 Mai 2018, 22:10
toi aussi tu vas t'en sortir, fais confiance en la vie et en toi.
Tout ce que tu veux, tu peux le faire même si tu dois te faire aider.
Bon courage
Bises
 
Ebène
30 Avril 2018, 20:41
Coucou Minod
L'important c'est d'avoir pleinement conscience que tu as des craving, que c'est compliqué et surtout que tu as envie de t'en sortir.
Il ne faut rien lâcher, Sylvie est là pour te guider pour le dosage baclo.
Bon COURAGE
Bises
 
Ebène
28 Avril 2018, 23:06
Bonsoir Grégory

Effectivement ton père n'avance pas comme tu le souhaites, j'aurai tendance à dire que tu as fait ce que tu pouvais.

maintenant la seule chose que vous pouvez faire, c'est rester présents, attentionnés et aimants et surtout ne pas lui en vouloir.
Je reste persuadé que s'il le pouvait, il arrêterait mais a priori il n'y arrive pas.

Je te comprends quand tu écris que tu ne lui fournira pas sa drogue; et il ne te le demande pas donc c'est parfait.

Il a de la chance de vous avoir.
 
Ebène
28 Avril 2018, 22:57
Coucou Marie-Pierre,
Je viens de prendre connaissance du décès de ta maman (j'ai été absente du forum), je te présente toutes mes condoléances.
Maintenant, il va falloir que tu concentres ton énergie sur toi et que tu prennes les tâches une par une.
Surtout ne t'en veux pas de vendre la maison de tes parents, tu ne peux pas vivre dans le passé.

Courage pour aller de l'avant, fais-toi confiance :fsb2_yes:

J'espère que tu as récupéré une voiture.

Je t'embrasse
 
Ebène
28 Avril 2018, 1:01
Coucou Stéphane
Moi aussi je te lis depuis des années et je sais que tu es une belle personne.
Les mots durs de ton fils sont un ultime SOS d'un enfant qui voit son père décliner quotidiennement et qui a souffert et souffre de l'alcoolisme de son père; c'est compliqué et quasi insupportable de constater que son parent préfère une bouteille à sa personne.
Soigne toi et fais confiance à la vie et tu verras, tes enfants reviendront.

J'ai un ami très proche qui avait trouvé l'abstinence avec le baclofène, l'a arrêté et a terriblement rechuté.
Il a fait une cure de désintoxication, est a cessé toute consommation d'alcool.
Depuis un an, il revit avec 0 alcool, sans baclofène et ne regrette rien.
Je reste convaincu que le baclofène soigne mais ne guérit pas totalement, si nous continuons à boire alors pas question de l'arrêter.

Quoi qu'il en soit, garde espoir Stéphane, tu vas réussir car tu le souhaites.

Courage.

Bises
 
Ebène
13 Avril 2018, 22:22
Coucou Dim

Je suis heureuse de voir que tu "bois comme tout le monde" et c'est ce que tu souhaitais.
ça sert à ça le baclofène :fsb2_yes:
Bonne chance pour la suite.
Bises
 
Ebène
20 Mars 2018, 22:50
Coucou Craving

Félicitation, tu as bien avancé, si tu gardes le cap, tu repartira dans une nouvelle vie bien plus fort qu'avant.
Tu verras tout sera possible :fsb2_yes:
Courage
bises :fsb2_kiss:
 
Ebène
11 Mars 2018, 23:12
Coucou Byc
Quelle que soit la façon dont tu es parvenu à cesser de boire, l'important c'est d'avoir atteint ton objectif.
Et comme tu le dis si bien, il faut savoir se faire aider et surtout aller jusqu'au bout de l'aide qui peut durer plusieurs années.
Prends soin de toi
Je t'embrasse très fort 😘
 
Ebène
10 Mars 2018, 1:33
Coucou Marie-Pierre,

Parler sincèrement de sa vie, de ses proches ce n'est pas du déballage mais simplement une réflexion sur ton passé, sur ta vie et surtout un bilan et une conclusion dans laquelle tu dis que tu vas t'en sortir.
Oui tu vas t'en sortir, car ce n'est pas parce que tu n'as pas le choix c'est parce que tu dois le faire : pour toi, pour tes fils.
Il faut que s'arrête une hérédité compliquée, tu mérites le mieux.

Pour l'instant, prends soin de ta maman et de toi, surtout.

Je croise les doigts pour que la maison de ta mère puisse se vendre sans attendre son dernier souffle.

je t'embrasse

Christine
 
Ebène
10 Mars 2018, 1:20
Coucou Grégory

As-tu essayé de laissé de la doc à ton père sur l'alcoolisme, des livres (celui de Olivier) mais aussi celui des témoignages des personnes du forum (regarde sur la page d'accueil):

BACLOFENE LA FIN DE NOTRE ADDICTION
Les alcooliques ne sont plus anonymes

L´alcoolisme a longtemps été considéré comme un fléau incurable ; il est responsable de bien des drames et détruit ceux qui en sont atteints, ainsi que leurs familles. Puis est arrivé le baclofène, un médicament dont le traitement bien conduit, démontre que l´alcoolisme n´est pas un vice, mais une maladie neurobiologique dont on peut désormais guérir.


Peut-être que ça pourrait aider ton père a voir qu'il n'est pas le seul.

Quoi qu'il en soit : courage, ne lâche rien, tu réussiras, j'en suis persuadée.

Bises
 
Ebène
03 Mars 2018, 12:04
Coucou Stéphane
Depuis le doodle mon emploi du temps a changé et je serai au sport d'hiver la dernière semaine de mars. Ravie pour mes vacances mais désolée de ne pas pouvoir partager cette soirée de partage avec vous.
Une autre fois, je l'espère
Bises
 
Ebène
28 Février 2018, 23:52
Coucou Marie-Pierre

Je t'ai lu chez Martha, comment as-tu gérer tes 2 cigarettes?

Pour te motiver, si à chaque carton défait tu te faisais "un cadeau"? Qu'en penses-tu?

Bisous
 
Ebène
24 Février 2018, 1:09
Coucou Shirley
En te lisant je suis triste et j'ai l'impression de me revoir il y a 4 ans.
J'avais arrêté de boire et j'étais triste : je suis allée chez mon addictologue qui m'a dit que c'était le moment d'aller voir un psy et je l'ai écouté.
Grâce à elle, j'ai ouvert les yeux sur ma triste vie (mon mari me trompait et je ne voyait rien, j'ai appris à m'aimer, à apprendre à prendre le temps, à vivre le moment présent). j'ai lu des livres qu m'ont aidé à avancer : "le bonheur est en soi" "la pensée positive", des livres de Gounelle et peu à peu, j'ai réappris à apprécié chaque instant de la journée : à accepter tout ce qui arrive.
La semaine dernière, j'ai terminé un stage sur l'ennéagramme : quelle est ma personalité.
Tu as fait le plus dur Shirley : arrêter de boire.
Ton combat a été plus difficile que la moyenne, mais tu as réussi et c'est magnifiqe.
Maintenant il te reste à réapprendre à vivre sereinement et ça aussi c'est un combat,mais tu vas réussir.
Si je fais fausse route, dis le moi.

Dans l'attente de te lire, je t'embrasse fort. :fsb2_kiss: :fsb2_kiss:
 
Ebène
24 Février 2018, 0:50
Bonsoir Grégory

Je n'ai pas connaissance de ce genre de symptôme mais pour ma part, l'alcool me servais de somnifères et je sombrais comme une masse dans mon lit : sans rêve.
Si ton père n'a plus d'activité physique, ni son somnifère ses nuits sont peut-être plus compliquées.
A-t-il des douleurs?
Si tu a des interrogations, appelle son médecin, il saura te répondre.
Bises
 
Ebène
21 Février 2018, 23:58
Coucou,
Moi aussi je confirme depuis fin 2013, je bois du bon vin "comme tout le monde" et sais m'arrêter.
Si le vin n'est pas excellent, je ne le bois pas.
Je suis soignée grâce au baclofène mais je reste sur mes gardes car je sais que je suis différente : le manque de neurotransmetteur gaba B, c'est moi qui l'ai donc je fais attention et ça marche bien.
Quand j'aurai du temps, j'envisage même de me perfectionner grâce à des cours d'oenologie (une idée que j'ai eu avec ma psy) car je suis passionnée par les différents cépages. :fsb2_yes:

Tiens nous au courant pour ton père.

Bises
 
Ebène
20 Février 2018, 23:50
Bonsoir,
Effectivement boire du bon vin sans avoir envie de reprendre un verre, c'est l'idéal mais ce ne sera pas forcément l'objectif de ton père qui boit du "mauvais vin" au quotidien.
Donc vous verrez bien.
Si ton père parviens à ne plus boire entre les repas en cachette et rester seulement avec 1 ou 2 verres par repas (le "gros rouge" c'est du 11 degré, ce sera peut-être ça votre réussite.
Vous avez déjà gagné : ton père n'est plus dans le déni.

Bon courage pour la suite

Bises
 
Ebène
20 Février 2018, 23:42
Coucou

Bon franchement si tu te réveilles très tôt et que tu es en pleine forme, alors profite de tes journées : il y a plein de choses à faire.
Moi je me lève trop tard les week-end et du coup k=je ne les vois pas passer. :fsb2_cry:
Gros bisous :fsb2_kiss:
 
Ebène
20 Février 2018, 23:38
Coucou Craving

C'est bien de noter ta consommation, pour faire le point.
L'idéal serait de le faire en temps réel et même avant de mettre ton verre à portée de tes lèvres, peut-être arriveras-tu à décaler ton premier verre et les autres surtout si tu t'aperçois que le précédent était récent.

J'espère que ta nouvelle répartition parviendra à vaincre ton craving.
Tiens nous au courant.

courage !!!
 
Ebène
18 Février 2018, 23:56
Coucou Minod

2 craving en 1 semaine, ce n'est rien par rapport aux mois précédents; déplace tes prises comme te le conseille Sylvie te surtout garde confiance.
Car après le craving, il faudra oublier les habitudes :fsb2_yes:
Tu es proche du graal.
Bon courage
!
Bises
 
Ebène
17 Février 2018, 21:37
Coucou Greg

Alors ton père? Ses analyses?
Effectivement, il va vous falloir être très convainquant pour ton père, tout en préservant son âge , son rôle de patriarche, sinon il risque d'être vexé.
Comme le suggère Yves, lui dire que vous avez envie qu'il vive encore longtemps parce que vous l'aimez et surtout ne pas être moraliste.
Bon courage
 
Ebène
15 Février 2018, 22:07
Coucou Shirley

Je te souhaite un très joyeux anniversaire.

Gros bisous :fsb2_kiss: :fsb2_kiss:
 
Ebène
15 Février 2018, 22:02
Coucou Craving

Effectivement les EI sont hyper invalidants : j'ai eu les mêmes que toi (sauf sudation), et je n'étais plus capable de conduire en toute sécurité.
J'avais l'impression d'avoir un cerveau de mollusque à cause du nuage que j'avais dans le cerveau :
Je me disais que c'était le prix à payer : et la preuve ça a marché.
Donc j'ai pris mon mal en patience et c'est ce qu'il te faut faire car tu sais qu'en fin de compte le vainqueur sera toi et ta volonté de vivre.
Sylvie a raison, peux-tu faire un sevrage pour éviter les EI?
Que peux-tu mettre en oeuvre pour donner du sens à tes journées, te trouver une occupation?

Courage..
 
Ebène
15 Février 2018, 21:49
Coucou

Comment va ton père? Supporte-t-il l'hospitalisation?

Bon courage
 
Ebène
13 Février 2018, 23:42
Coucou Craving

Re-bienvenue sur le forum. Je n'ai pas tout lu de ton premier fil mais je vois que tu souffres énormément : l'alcool te pourrit la vie : t'a pris ton frère, la confiance de ton père, ton boulot et maintenant ta vie à petit feu.

Dès le matin, tu te lèves avec un craving et maintenant avec les EI dûs au baclofène : j'avais les mêmes : spames dans les bras, endormissement instantanée à n'importe quel moment de la journée etc...
Pour les diminuer : j'avais pris le baclofène en multipliant les prises jusqu'à 6 par jour (imprégnation).
Pour ma part, je ne pouvais pas m-imaginer une seule journée ans alcool donc j'ai laissé le baclofène faire son boulot mais néanmoins à chaque fois que je prenais un verre je me demandais s'il était nécessaire et indispensable.
Et puis je m'organisais pour faire des activités qui me sortaient de la maison (sport : marche, natation, footing etc...).

Et toi que fais-tu de tes journées, qu'envisages-tu?

Dans l'attente de tes réponses ; je te souhaite bon courage. :fsb2_yes:

A bientôt

PS : trop top ton avatar
 
Ebène
12 Février 2018, 17:47
Coucou Kellys

Même s'il ne veut pas aller plus haut que 80 mg; vas-y quand même tout doucement et tu auras peut-être la chance de trouver l'indifférence avant.

Croisons les doigts.

Bon courage
 
Ebène
10 Février 2018, 23:32
Merci neness pour ton passage, c'est cool .

Je te souhaite la même aventure que moi.

Je te fais de gros bisous :fsb2_kiss:
 
Ebène
10 Février 2018, 23:30
Coucou Kellys

Comment s'est passéE ta première journée?
Tu dis que ton craving est à 19h30, est-ce que cela signifie que tu ne bois rien avant dans la journée?
Sinon, quelle est ta consommation journalière?

Malheureusement, il y a trop de morts décimés par l'alcool autour de toi, mais sache que tu vas casser l'histoire en te soignant.

Bon courage !!!
 
Ebène
10 Février 2018, 19:12
Bonjour Grégory

Effectivement le plus dur dans cette histoire, ce n'est pas la prise de baclofène c'est l'acceptation par ton père de sa maladie.

Il faut dire et je parle pour moi, même si je me savais alcoolique (je ne suis pas folle) j'avais peur de ne plus boire. Ce n'étais pas acceptable; d'où le refus d'accepter d'être alcoolique (je gère....) et l'idée que je me faisais d'arrêter l'alcool c'était l'abstinence : impensable pour moi d'être en manque de ma béquille.

L'approche baclofène; c'est de rassurer la personne sur le fait qu'elle ne sera pas ne manque puisqu'elle pourra continuer à boire et que le traitement fera progressivement le job.

Reste à savoir comment vous allez aborder la question avec votre père : réunion familiale????

L'amour peut tout : il faut y croire.

Je te souhaite beaucoup de courage.
 
Ebène
10 Février 2018, 18:49
Coucou Minod

Quelle merveilleuse nouvelle !!!

Tu vas reprendre ta vie d'avant libérée de l'alcool.
Pour éviter les ES, effectivement il vaut mieux ne pas boire mais comme même un excellent Lalande de Pommerol 2005, tu n'as pas pu le boire, reste sur cette impression et ne tente pas de renouveler l'exploit.

L'important c'est d'avoir supprimer ton craving : donc sans craving : pas d'alcool :fsb2_yes:

Je suis contente pour toi, continue à nous donner de tes nouvelles.

Bises
 
Ebène
10 Février 2018, 0:16
Bonsoir Kellys,

Bienvenue sur le forum et sur la bacloroute qui te permettra soit d'arrêter de boire soit de boire comme tout le monde.

Effectivement tu es dans une famille d'alcoolique et il est vrai que cette hérédité est malheureusement terrible à vivre (mes 2 grands-pères étaient alcooliques, mon cousin germain, une de mes sœurs l'a senti venir et est devenue abstinente à 18 ans).
Mais malgré tout, on s'en sort avec de la volonté, de la rigueur et le baclofène.

Ce qu'il faut absolument c'est y croire et ne rien lâcher : poster sur le forum peut être aussi une aide (on se sent moins seule)

Bon courage pour la suite :fsb2_yes:
 
Ebène
08 Février 2018, 23:11
Coucou,

Evidemment que ça va marcher : c'est une certitude !!
Tiens nous au courant.
Bises
 
Ebène
06 Février 2018, 22:25
Super pour cette nouvelle victoire. :fsb2_sorry:

bisous
 
Ebène
06 Février 2018, 22:23
Coucou

Moi je trouve que c'est plutôt positif que le craving se déplace le soir : tu es plus tranquille dans la journée.
Et puis tu as raison, ça ne sert à rien de te culpabiliser si tu as trop bu parce qu'il ne faut pas que tu oublies que tu es malade et en cours de traitement.
Si ça n'a pas marché hier, ça marchera demain, c'est une certitude.

Bon courage

Bises
 
Ebène
04 Février 2018, 21:36
Coucou Minod

Je suis contente pour toi, le craving se déplace donc tu gagnes un peu plus de sérénité dans la journée (pour les premières heures)
Après effectivement, je suis d'accord avec toi, ménage ton médecin, il a besoin d'être rassuré sur l'efficacité du baclofène et si tu parveins gentiment à le convaincre, il en distribuera à d'autres (comme le mien l'a fait : j'étais sa "Première"

Gros bisous
 
Ebène
04 Février 2018, 21:30
Je vous lis, et franchement Edouard ton avatar est trop beau : ne te néglige pas : prends soin de toi.

Et toi ma belle Shirley, continues lentement ta descente, pas trop vite et surtout n'oublie pas tous les efforts que tu as mis en oeuvre pour arriver où tu es et c'est pourquoi tu (et moi je suis pareil) ne dois rien lâcher pour ne pas y retourner.

Je t'embrasse.
 
Ebène
03 Février 2018, 0:48
Coucou Minod

Pour dormir et cela m'a bien aidé et je continue encore, je prends 1 imovane 3.5 (attention le générique est dosé à 7mg donc je le casse en 2) et 2 théralène.
J'avoue que je voudrai bien les arrêter mais jusqu'à présent je n'ai pas réussi (j'ai eu des douleurs qui m'empêchaient de dormir) et je m'en moque.
il me faut vraiment une nuit de sommeil pour affronter mon emploi quotidien : l'imprtant c'est le résultat.

pour tes craving, je te laisse répondre à Sylvie mais c'est intéressanr que tu fasses le point pour savoir où tu en es.

Courage, bises
 
Ebène
01 Février 2018, 0:17
Coucou

Ta démarche est formidable mais pas simple. Réussir à convaincre ton fils qu'il est alcoolique ne sera pas une mince affaire et si tu peux te faire aider par des proches amis ou famille ou le mieux ses enfants ça serait idéal.
Quel âge ont-ils?

pour ma part, c'est ma fille qui a été la première a m'en parlé et je lui ai promis de tout mettre en oeuvre pour arrêter : à l'époque je ne connaissais pas le baclofène.

Donc si ses enfants lui parle ce serait l'idéal.

Je te souhaite beaucoup de chance.

Amitiés
 
Ebène
01 Février 2018, 0:08
Coucou

Effectivement, les ES ont été terribles pour moi : endormissement, insomnies etc.... J'ai moi aussi dû redescendre et j'ai réparti mes doses jusqu'à 6 dans la journée.
Quelle est ta répartition?
Si tu n'as plus de craving, c'est top! Courage, tu vas trouvé la solution.
 
Ebène
31 Janvier 2018, 23:01
Coucou Shirley

Je te retrouve sur ton fil pour te dire à quel point je suis heureuse de constater que tu as trouvé l'indifférence et que tu redescend gentiment.
Tout comme toi, de ES j'en ai vécu des terribles mais ne regrette rien. Mais rassure toi, ils vont disparaître.
Je croise fort les doigts.

Je t'embrasse fort
 
Ebène
31 Janvier 2018, 20:08
Coucou Karine et Shirley,
Merci beaucoup pour votre message d'amitié.
Aujourd'hui je suis restée chez moi car je me suis fait poser un implant dentaire et je me suis shootée avec du doliprane codéiné donc impossible d'aller travailler.
Quoi qu'il en soit, je viens de relire mon fil et je remercie la vie, et vous.
En fin de compte, j'ai vécu dans ce fil une belle histoire d'amour : l'amour de la vie et l'amour des autres :vous m'avez aidé à m'en sortir et à grandir et je vous en remercierai éternellement.
Je ne souhaite qu'une chose, c'est que chaque ami Baclofène puisse écrire une histoire similaire à la mienne qui se finisse bien.
Je continuerai dans la mesure de mes moyens à aider quelques personnes car cette aide est précieuse.
Je vous embrasse 😚
 
Ebène
31 Janvier 2018, 0:28
Coucou Nathalie,
Tiens nous au courant mais surtout ne lâche rien.
La fatigue diminuera rapidement.
Surtout va à ton rythme dans les augmentations pour te permettre de continuer à travailler avec les ES.
Pour ma part j'avais un travail qui me demandais d'être au top et j'avais des ES terribles, j'ai préféré faire des paliers plus longs (3 semaines) et j'y ai cru jusqu'au bout.
Donc tu vas voir cela va être pareil pour toi.
Bon courage 😶.
Bise
 
Ebène
29 Janvier 2018, 15:37
Bonjour Natalia

Je suis vraiment désolée pour toi de lire que tu es revenu à la case départ parce que ton médecin t'a fait arrêter le baclofène pour du salencro.

Effectivement avec le baclofène, c'est chacun sa dose et nous ne sommes pas tous égaux pour ça ni même pour les ES.
Pour ma part, j'en ai plus que ma dose et je n'ai rien lâché.
La chance que tu as c'est que tu sais que la baclofène marche sur toi car tu as déjà réussi une fois. Ce qu'il te faut, c'est être patiente et y croire.
Pour dormir, je prends du théralène (2) et 1 somnifère et ça marche.

Bon courage pour ta nouvelle bacloroute !!
 
Ebène
29 Janvier 2018, 15:06
Merci les filles pour vos messages sympathiques, je vous embrasse fort :fsb2_smile:
 
Ebène
27 Janvier 2018, 0:50
Bonsoir ou bonjour à ceux qui me liront,

J'ai encore le temps de vous souhaiter à tous, une très belle année 2018.

Qu'est-ce que je deviens ; je continue à revivre depuis qu'en juin 2013 j'ai découvert le baclofène : je suis montée à 240mg et depuis plus d'un an je reste à 80 mg sans avoir envie de descendre.
En résumé, j'ai arrêté plus de 30 années d'alcoolisme en quelques mois grâce au baclofène.

je ne dis pas que je ne bois plus c'est faux, mais je gère ou je bois par plaisir et non plus avec l'envie de m'alcooliser. Je sais m'arrêter.
Je ne bois pas la semaine et le week-end, prends 2 apéritifs le soir mais m'arrête ensuite sans effort.

JE NE ME SAOULE PLUS. Quel plaisir !! je pourrai dire que je bois comme tout le monde mais ce n'est pas vrai : je sais que je suis différente et je dois faire attention!
Mais c'est pas grave : je sais que sans le baclofène aujourd'hui je ne serai peut-être plus ou dans quel état !!!

Quoi qu'il en soit, je revis !!

Où? Dans ma maison du bonheur, avec une de mes filles pour l'instant et mon fils de 15 ans en garde alternée.
Je ne regrette plus mon mari (triste sir qui m'a trahi et humilié), je suis mieux sans lui.
J'ai la chance d'avoir des amis sincères,un nouveau travail qui m'accapare beaucoup mais dans lequel je m'éclate au quotidien et des activités qui me passionnent.
L'avantage, c'est que je fais enfin ce que je veux (quand je n'ai pas mon fils), je suis libre et ça n'a pas de prix.

Je continue de voir ma psy car je suis partie de très loin et je me reconstruit petit à petit..

Je vais prochainement participer à un stage sur l'ennéagramme : outil permettant de mieux me connaître, pour modifier ce que je n'aime pas en moi et surtout pour mieux vivre avec les autres : vaste programme !!

Tous les jours, je me dis que la vie est belle et j'accepte tout ce qui m'arrive et surtout je regarde mon passé sans jugement et mettrai tout en oeuvre pour ne pas refaire les mêmes erreurs.

Peut-être qu'un jour j'arrêterai le baclofène, mais ce n'est pas à l'ordre du jour : j'ai trop peur de rechuter, donc je le garde.

Bises
 
Ebène
21 Janvier 2018, 1:10
Coucou Fripoune,

Je voulais te souhaiter une très belle année 2018.

j'ai lu les dernières pages de ton fil, c'est pourquoi je suis certaine qu'elle sera belle car tu as tout mis en oeuvre pour qu'elle le soit, nouveau boulot, arrêt de l'alcool et de la cigarette.Quel courage !!!

Il ne te reste plus qu'à prendre confiance en toi : et pour cela, cette année tu dois prendre soin de toi : comme tu l'as fait au mois d'août: te câliner, vivre pour toi et surtout ; vivre le moment présent après tu verras : les angoisses disparaîtront.

La vie est belle...

je t'embrasse
 
Ebène
23 Septembre 2017, 23:18
Coucou Fripoune

Je n'avais pas ouvert mon PC depuis avant mon anniversaire et je découvre ton message ce soir.

j'en suis très touchée et comme tu me le demande, je raconterai où j'en suis cette semaine.

Cela me fera du bien et surtout si ça peut aider j'en serai ravie.

quoi qu'il en soit, je t'embrasse fort.
 
Ebène
05 Janvier 2017, 22:05
Coucou ma "famille de coeur" :fsb2_yes:

Je vous souhaite à tous, une belle année 2017 entourée des personnes que vous aimez et surtout soignés de l'alcoolisme, même si je crois qu'on en guérit jamais.
J'écris ça sans aucune colère, mais c'est simplement une conviction quand je vois où nous en sommes tous.
Mais ce n'est pas grave, l'important c'est de le savoir, de se surveiller et de réagir dès que l'on se sent sur une mauvaise pente (comme notre Valérie "Espoir").

Pour ma part, où en suis-je?

Je suis dans ma maison du bonheur et je réapprends à vivre.

Ma maison est magnifique, décorée à mon goût (rose),à mon image comme me le disent mes amis, un vrai cocooning, un havre de paix, je m'y sens bien.
J'ai eu quelques déboires mais à part des frais supplémentaires, rien de bien dramatique.
Les journées sont trop courtes tellement j'ai envie de vivre et que j'aime la vie et les gens. Je n'ai même plus le temps d'aller sur le forum et pourtant je pense fort à vous tous.

Coté coeur : comme je le dis " je fais mon deuil de l'amour de ma vie" et je pense qu'avec le temps j'y arriverai.

Je suis bien avec moi et chaque jour je me dis que j'ai une chance infinie d'avoir rencontré le baclofène, le forum et de ne plus me jeter sur la bouteille tous les soirs en rentrant à la maison.
la semaine, je ne bois pas d'alcool, le vendredi soir et le samedi j'avais hâte de prendre mes 2 apéros (jamais plus et sans rechercher l'ivresse).
Cette année j'ai décidé d'arrêter de prendre l'apéritif seule, je ne sais pas si je vais y parvenir mais je vais essayer, surtout que j'ai repris quelques kilos.

Pour 2017, j'aimerai diminuer le baclo (je sais que j'ai toujours la tête oppressée par le baclo) et surtout arrêter mes somnifères : je prends 1 imovane et 2 théralène tous les soirs sinon c'est insomnie à coup sûr.

Donc comme vous le voyez, j'avance bien et je vais bien.

Encore MERCI à vous tous : Karine, Henriette, Manue, Sylvie, Océan, Rosy, Fripoune, Shirley et les autres, je vous aime.

Continuez comme vous le faîtes et encore une fois tous mes voeux de bonheur et de réussite pour 2017.
 




forum baclofene