Résultats de la recherche (5805 résultats)

Florence...
Hier, 13:54
Si les sueurs ne se calment pas, tu peux essayer ce que te disait Sylvie : le Ditropan (un demi comprimé tous les soirs).
C'est un médicament prescrit à l'origine pour les problèmes urinaires mais pour moi, ça a été radical.
J'en ai pris pendant quelques temps puis j'ai stoppé.
Au bout d'un moment, les sueurs sont réapparues, j'en ai repris puis j'ai arrêté à nouveau et au bout d'un moment, le problème a été définitivement réglé.
Mais il faut que tu en parles à ton médecin parce que le Ditropan n'est délivré que sur prescription.
Je n'ai pas noté d'effets indésirables avec ce médoc.
 
Florence...
Hier, 13:20
Quant à la discrétion, il y a aussi cette astuce (plus contraignante) :
J'imagine que certain on du déjà y penser, mais voici mon idée du jour:
Pour éviter de sortir le pilulier et s'entendre dire "tiens, t'es sous trithérapie?"
Pour éviter de sortir sa boite estampillée Baclozen "tiens, toi aussi t'es alcoolo?"
Pour éviter de sortir sa boite de cachou subterfuge "tiens, tu m'en file un?"
Pour éviter de sortir sa plaquette et s'enquiller 10 cachets avec le bruit de l'opercule (plop) "tiens, t'y va pas un peu fort là?"
Pour éviter de sortir ses baclos de la poche a 1500m d'altitude "tiens, merde il m'en manque un!"

Parce que une grosse pilule ça passe quelquefois beaucoup mieux... :fsb2_wink:

Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 144 fois (Baclo gélule.jpg ; 166.6 KO)
Baclo gélule
 
Florence...
Hier, 13:14
J'ai testé pas mal de piluliers avant d'en trouver un vraiment adéquat.
La plupart du temps, pour la journée, ils ont 3 ou 4 compartiments et avec le baclo on est souvent obligé de faire plus de 4 prises.
J'en ai trouvé un vraiment super à 7 compartiments.
Il est conçu pour préparer les médocs pour la semaine, ce qui est inutile car nos dosages évoluent dans la semaine et on ne peut pas le prévoir à l'avance (selon EI ou non), en revanche il est parfait pour les préparer quotidiennement.
Je l'ai acheté en pharmacie mais tu peux te le procurer également ici par exemple.
Ensuite, tu peux le personnaliser si tu veux.
Voilà ce que j'ai fait pour le mien avec du vernis colle et une serviette de table en papier :
pilulier
 
Florence...
11 Janvier 2019, 11:52
A certains dosages (je suis montée jusqu'à 300 mg), j'ai été très sujette aux endormissements brutaux d'autant plus que je devais prendre, parallèlement au baclo, un autre médoc encore plus sédatif.
Mais je suis parvenue à gérer le truc sans prendre de risques.
En fait, j'ai appris, en m'observant, à repérer les signes avant-coureurs de ces somnolences et il y en avait toujours (qui peuvent varier selon les individus).
Alors dès que je sentais le risque venir, je stoppais toute activité pendant environ 5 minutes, je fermais les yeux, je me détendais, et très vite, j'étais à nouveau opérationnelle.
Je crois que ce qu'il faut éviter, c'est de lutter contre ces somnolences.
C'est là qu'on prend des risques.
Mais si l'on y cède un court laps de temps, on est très vite "réparé".
Du coup, la seule chose que je m'interdisais, c'était l'autoroute, qui ne permet pas de stopper rapidement lorsqu'on en ressent le besoin.

Par ailleurs, ce n'est pas parce que tu vas être somnolente à un certain dosage que tu le seras plus à un dosage plus élevé.
Dosages et effets secondaires ne sont pas proportionnels.
Le corps s'habitue à la molécule et une grande partie des effets secondaires disparaît spontanément si l'on n'augmente pas trop rapidement.
Si l'on conseille d'augmenter de 10 mg tous les 3 jours parce que c'est ce qui convient à la majorité des personnes, rien ne nous y oblige.
En cas d'EI trop gênants, on peut augmenter de 10 mg tous les 7 ou 10 jours ou augmenter seulement de 5 en 5 et le traitement aboutit quand même.
C'est juste moins rapide.
Se lancer dans le traitement, ce n'est pas se jeter dans le vide sans parachute.
A tout moment, on peut ralentir, stagner, diminuer, voire stopper.
Dans ce dernier cas, il faut juste le faire progressivement et non pas arrêter du jour au lendemain.

Édit : et comme pour Théo, le baclo m'a permis d'arrêter les anxiolytiques et les somnifères que je prenais depuis des années.
J'ai lu quelque part que Théo comparait le baclo à un couteau suisse.
C'est exactement ça pour moi aussi.
 
Florence...
10 Janvier 2019, 15:20
Tu n'as pas à me remercier Manue, mais si tu y tiens...
Je mets ton merci de côté et je m'en servirai si un jour je le mérite vraiment :fsb2_wink: .

Et concernant ta petite anecdote, je crois que la plupart du temps, le jardinage, c'est avant tout une question de bon sens.
 
Florence...
09 Janvier 2019, 1:40
"Que serais je sans toi Flo?"
Ce que tu étais avant de me connaître avec 4 ans de plus Lee, à savoir une graaande Dame ! :fsb2_godgrace:
Ah ! La blague de mon frangin...
Je ne m'en lasse pas ! :fsb2_wink:

"C'est l'histoire de ma vie, louper les bonnes occas."
Et comme par hasard, c'est ma spécialité aussi...
 
Florence...
08 Janvier 2019, 13:42
Tuyautage...

Lee, si je serais toi, j'arrêterais d'avoir un cancer et j'irais boxer des gendarmes.
Ça remplirait plus vite ta cagnotte Leetchi.
En plus, par les temps qui courent, des gendarmes, c'est pas ça qui manque.
Y en a à tous les coins de rues...
:fsb2_godgrace:

Mais bon, tu fais bien qu'est-ce que tu veux hein !
 
Florence...
07 Janvier 2019, 13:33
Oui Gégé, "c'est chiant la tristesse".
C'est comme un brouillard qui imprègne tout, même ce qu'il y a de beau, de bon, de bien...

"Plus d'alcoolisme, plus de tabac, bravo à toi, un bon chemin de parcouru pour ta santé"
C'est vrai Manue, même si pour le tabac, ça n'a pas changé grand chose de visible, hormis ma toux de bronchiteuse chronique.
J'ai d'ailleurs été très déçue sur ce plan-là.
On m'avait promis un goût et un odorat plus aiguisés, il n'en est rien.
Moins d'essoufflement, c'est pas flagrant.
Il faut dire aussi que je ne me donne pas beaucoup d'occasions de m'essouffler et que mon emphysème, même s'il ne s'aggrave plus, est irréversible.
Le changement, c'est surtout de savoir que je ne joue pas ma vie à la roulette russe avec mes clopes.

En revanche, pour ce qui est de l'alcool, c'est vraiment un changement palpable et je crois que me débarrasser de cette addiction était une condition sine qua non pour avoir une vie meilleure dans tous les domaines.
L'alcool m'interdisait toute amélioration de mon état, tant sur le plan physique que mental (relationnel etc).

C'est très exactement réciproque Lee !
C'est pas nouveau, mais c'est toujours aussi fort, ce sentiment de gémellité.
Un petit coup d’œil dans le rétroviseur ?
Je me suis amusée à rechercher nos deux premiers posts, chez l'une et chez l'autre.
Notre histoire a donc commencé comme ça :
A mon tour de découvrir ton fil empreint de sensibilité et de lucidité. Je te suis désormais.

Bonjour Lee !
J'aimerais bien aller lire ce que tu écris. Je sais que tu as mis un lien, pour ça, sur ton fil, mais je ne parviens pas à le retrouver. Tu peux me le remettre, stp ?
Bonne journée !
Flo
 
Florence...
06 Janvier 2019, 16:21
Non non Marie-Pierre, tu as bien fait !
J'avais ça sur le cœur et tu m'as permis de l'exprimer.
C'était quelque chose qu'il me fallait faire et c'est fait.
C'est très bien comme ça.
 
Florence...
06 Janvier 2019, 16:07
Alors non, les liens ne sont pas rompus, ils sont juste suspendus et c'est entièrement de mon fait.
De leur côté, ces amis le regrettent autant que moi ; les proches avec lesquels je maintiens des contacts et qui les connaissent me le disent.
Mais voilà, je ne peux pas renouer parce que je ne suis pas disponible dans ma tête, je suis là sans être là, comme je le suis avec mes proches.
Je ne parviens pas à les écouter sans décrocher toutes les 3 minutes, de même que je ne parviens pas à lire, à regarder des films, à...
Dans ces conditions, être en compagnie m'épuise et sur le plan de l'empathie ("sèche" :fsb2_wink: ), je fonctionne à 2% de mes capacités, ce qui est encore plus frustrant que d'être seule.

"Le monde fleurit par ceux qui cèdent à la tentation" - Julien Gracq.
Je suis bien d'accord avec ça, mais je n'ai pas suffisamment d'énergie pour assumer ce qui découlerait logiquement ensuite de cette initiative de ma part.

Bref voilà !
J'avais besoin de parler de ce problème-là parce qu'il concerne aussi les personnes que je rencontre ici, virtuellement ou non, mais je n'ai pas non plus envie d'épiloguer sur la question car c'est trop douloureux.
Il n'y a de toute façon que moi qui puisse y faire quelque chose, même si ça m'est impossible dans l'état actuel des choses.

En passant, un petit coucou à Déborah qui me lit peut-être puisque je lui ai donné la clé de ce lieu...
 
Florence...
06 Janvier 2019, 13:09
Merci Janine !

Je ne vais pas répondre avec mes mots, ceux de Déborah sont si beaux.
C'est pas nouveau, mais c'est intemporel.
Fermez les yeux, ouvrez vos oreilles, et laissez vous bercer...
Je nous souhaite...
Révoeulution 2015
Voeux 2016

:fsb2_smile: Flo,

Merci pour le cadeau;

ces trois liens, pour Moussette; et pour nous autres également, si j' ai compris.
Aussi joli, aussi bien dit . . .
[...]
Surtout dans la partie "Je nous souhaite . . ." : avec tant de poésie, elle rend compte de la complexité, de la diversité, des complémentarités, qui peuvent nous habiter; et dont la compréhension nous aiderait à nous "équilibrer" et à nous faire espérer.

Veux-tu dire qui est "Déborah" ? Auteure et / ou lectrice de ces textes ? Il est possible que tout le monde ici, ne le sache pas; en tout cas, moi pas.
[...]

Alors oui bien sûr Marie-Pierre, tu as bien compris.
Ces trois liens (que je me suis permis de remettre dans ce post tellement j'ai envie qu'ils ne passent pas inaperçus) sont adressés à tous ceux qui passent par là et qui sont susceptibles d'apprécier, sans aucune restriction.

Et oui, Déborah est l'auteure et la lectrice de ces textes.
Alors Déborah, c'est qui ?
C'est la première personne inconnue qui s'est intéressée, à ma grande surprise, à ce que j'écrivais sur le blog que j'ai entretenu entre 2005 et 2012, et que je destinais à mes proches, bien qu'il soit en accès libre.
Une belle rencontre virtuelle au départ, puis "réelle" ensuite et un de mes regrets actuels qui résume une partie de ma présente amertume.

Je profite de l'occasion pour vous expliquer quelque chose qui me mine un peu chaque jour...

Déborah, comme tous "mes fidèles" de ce blog (ils sont finalement devenus nombreux et très assidus), ne savait pas que j'étais alcoolique.
Nous sommes toujours restées en contact mais nos échanges se sont réduits à peau de chagrin principalement à cause de mon alcoolisme qui a fait que je me suis isolée de tous (même de mes plus chers amis).
Approchant du bout du tunnel grâce au baclo, j'ai dévoilé à tous mon alcoolisme et pas une seule personne ne m'a tourné le dos.
J'allais donc reprendre contact avec le monde extérieur quand il m'est tombé dessus une série de tuiles qui m'ont reconduite dans mon isolement.
Il ne passe pas un jour sans que je pense avec amertume à ces amis que j'ai à nouveau écartés de ma route.
Mais je suis désormais et jusqu'à nouvel ordre, incapable de les rencontrer tant j'ai la tête ailleurs, tant je peine à suivre une discussion, tant je ne me sens pas réellement moi-même avec cette tristesse intérieure qui m'accapare.

Il en va de même pour ici, sur le forum.
J'évite les nouvelles personnes que je "risque" d'apprécier car je ne suis pas capable d'entretenir une relation amicale assidue.
J'ai déjà bien du mal à être présente aux côtés de celles qui sont déjà là (comme toi par exemple) que je me refuse à élargir mon cercle d'affinités malgré la tentation.
C'est un gros problème pour moi qui engendre pas mal de culpabilité (malgré votre indulgence) et de frustration.
Voilà, c'est dit...

[...]maintenant que j'ai la liste du matériel, la liste pour fabriquer son liquide, me reste à trouver le goût qui me convient car le mélange de mon fils (fruit des bois et autre chose me laisse perplexe…).[...]

Trouver le goût qui convient, ça n'est effectivement pas une mince affaire et c'est pourtant la condition sine qua non.
J'étais comme toi, très sceptique sur tous les goûts autres que le tabac.
Dans un premier temps, j'ai donc cherché ce qui était le plus approchant.
Au bout d'un certain temps, j'ai à peu près trouvé.
Mais pas de bol, à force de vapoter toujours le même liquide, j'ai fini par ne plus lui trouver aucun goût.
Cette agueusie est fréquente chez les vapoteurs.
Mon vendeur m'a alors proposé un liquide très très mentholé à vapoter quelques temps en me disant qu'il remettrait le compteur à zéro.
C'est ce qui s'est produit.
Malheureusement, ça n'a pas duré et à nouveau l'agueusie est revenue.
J'ai donc cherché des liquides radicalement différents en m'écartant enfin du goût tabac que je cherchais, sans jamais vraiment le trouver, et je vapote actuellement deux liquides plutôt fruités différents (j'ai 2 e-clopes pour que ce soit plus pratique) : un dans la journée et un dans la soirée.
Sans cela, je retombe inévitablement dans l'agueusie.
Et vraiment, je trouve très bons ces liquides qui me rebutaient au départ.
L'inconvénient, c'est que vu que je les trouve bons, il n'est pas question pour moi que j'arrête de vapoter.
Mais bon... J'ai arrêté de picoler et de fumer, c'est déjà pas mal.
 
Florence...
05 Janvier 2019, 1:43
Heureux zanniversaire Fifi !
Peut-être une occasion pour nous donner de tes nouvelles ?
 
Florence...
05 Janvier 2019, 1:13
Ton problème, c'est peut-être la dipsomanie (clique sur le mot en gras pour avoir sa définition précise).
Il s'agit d'un alcoolisme épisodique qui fait alterner des périodes de sobriété et des périodes de grosses cuites.
Le baclofène résout aussi ce problème-là.
 
Florence...
04 Janvier 2019, 19:04
Merci Janine !

Je ne vais pas répondre avec mes mots, ceux de Déborah sont si beaux.
C'est pas nouveau, mais c'est intemporel.
Fermez les yeux, ouvrez vos oreilles, et laissez vous bercer...
Je nous souhaite...
Révoeulution 2015
Voeux 2016
 
Florence...
04 Janvier 2019, 9:51
 
Florence...
03 Janvier 2019, 14:04
Merci Gégé !
A toi aussi et à toute ta famille.
Tu crois qu'on y arrivera un jour à pouvoir dire tout simplement que ça va bien (sans mentir) ?
Ça m'est déjà arrivé pourtant.
Mais il m'a fallu attendre 52 ans pour atteindre ça et c'est reparti comme c'est venu...

Arf Loulou ! T'es arrivée trop tard.
Mais merci pour tes mots (pas vu le merdier).
D'ailleurs, c'était vraisemblablement une idée stérile que j'ai eue ce 31 décembre.
C'était peut-être aussi un peu prétentieux que d'espérer pouvoir apporter à d'autres quelque chose que je ne possède pas moi-même.
Mais c'est pas grave, ça n'a nui à personne.

Alors à l'occasion de cette St Sylvestre, j'ai donc fait tout ce qui m'était interdit (ou déconseillé) et j'ai trouvé ça plutôt agréable.
J'ai mangé des cochonneries mauvaises pour ma santé et mon portefeuille.
J'ai bu de l'alcool, quelque chose comme 3 pastis en apéro, sans me restreindre, mais pour le repas je n'ai pas eu envie d'autre chose que de la bière sans alcool.

Et puis... j'ai fumé une clope !
Je m'étais autorisée 2 clopes en 2018.
Une pendant l'année, et une pour le nouvel an.
Celle de l'année, je l'ai pas fumée parce que sur 364 jours, je n'ai pas trouvé le jour propice pour le faire.
La deuxième, qui du coup serait devenue la première, j'ai beaucoup tergiversé avant de la fumer.
Soit je la fumais avant minuit et j'attaquais 2019 sans tabac, soit je la fumais après minuit et j'avais le plaisir de me dire que je n'avais pas fumé de tout 2018.
J'ai choisi cette dernière option.
J'étais curieuse de savoir ce que ça allait me faire...
Maintenant, je sais !
Je l'ai trouvée un peu amère mais c'était peut-être dû au fait que je l'avais tubée depuis très longtemps (et conservée dans une boîte en métal).
Pas mauvaise, mais pas aussi bonne qu'avant, c'est sûr.
Il m'en restait des achetées toutes faites mais sur la fin de ma tabagie, je ne les aimais plus trop.
Je trouvais que depuis qu'on mettait je sais pas quoi dedans pour qu'elles s'éteignent si on les laisse se consumer seules, c'était nettement moins bon.
Donc globalement, j'ai été déçue du goût mais j'ai bien aimé quand même la sensation dans la poitrine, le cœur qui s'emballe un peu, comme lors des premières clopes.
Par ailleurs, je ne suis pas du tout débarrassée de mon addiction à la nicotine.
Je vapote encore du 18 ou du 16 mg.

Ma conclusion, c'est que le jeu n'en vaut vraiment pas la chandelle.
Quitte à mourir, autant mourir en se faisant vraiment plaisir...
 
Florence...
02 Janvier 2019, 12:46
Et en attendant, si tu veux toi-même faire des recherches sur le fil de BB :
déprime, dépression, pas de bol, ras le bol / GUERISON!!!!!
 
Florence...
02 Janvier 2019, 12:40
Les anciens se souviennent peut-être de Mustang...
Bonsoir à tous,

Mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année :)
Merci Sylvie de m’avoir aidée à retrouver mon fil !
Merci Flo pour ton message, je me souviens de toi et t’espère en forme.

4,5 années depuis mon indifférence, toujours à zéro baclo, je me pose la question de savoir comment évoluent d’autres « Soignés descendus à zéro baclo » sur le moyen terme.

Je précise que je ne consomme plus du tout d’alcool depuis quasiment mon indifférence pour mettre toutes les chances de mon côté et que je ne le vis pas comme une punition.

Depuis mon traitement et mon fil ici en parallèle, j’ai eu un enfant, me suis séparée du papa, me suis arrêtée de fumer (1 paquet/jour).
J’estime avoir fait un énorme travail sur moi-même en quelques années qui me permet de mener une vie stable et équilibrée.

Malgré tout, la vie n’est pas toujours juste et des événements de ma vie sentimentale me minent et m’affaibLissent.
J’ai récemment pensé, lors de moments douloureux, à trouver une échappatoire, une compensation de type récompense. Genre le sucre calmant du chocolat, l’étourdissement de la cigarette, l’ ivresse d’un verre. Une sensation. Comme si je cherchais une béquille.

C’est furtif, géré mentalement mais c’est arrivé et ça me gêne.
Ce n’est pas un craving mais plutôt comme si je cherchais une solution qui soulage.
Je dis « géré » parce que ma tête sait que ça ne me soulagera pas. Je n’oublie pas d’où je viens.

Je suis donc inquiète. Parce que j’ai déjà, depuis ma « rémission », été psychologiquement mal sans me sentir faible...
Ces quelques récentes pensées sont plutôt tournées vers la cigarette, pas vraiment vers l’alcool. Mais quand même, mieux vaut être trop prudent hein...

J’ai remis la main sur ma « boîte de baclo de secours « que j’avais gardé pour le « on ne sait jamais... » : date limite consommation 09/15 😂

Bref, Sylvie, les anciens, que penser de tout ça ?
Comment évoluent les autres ?

Merci

Mustang
 
Florence...
02 Janvier 2019, 11:11
Merci Mustang.

Peut-être pourrais-tu discuter de cela avec BB à qui il est déjà arrivé de rechuter à 0 baclo et qui a repris du baclo pour l'arrêter à nouveau.
Je me demande même si elle n'a pas fait ça plusieurs fois.
Elle n'est pas très présente en ce moment mais nous rend visite de temps en temps.
Tu peux lui envoyer un mail ou un MP, je suis certaine qu'elle voudra bien partager son expérience avec toi.
 
Florence...
02 Janvier 2019, 0:44
Merci Mustang pour ces nouvelles !
Je dois avouer que si j'espérais que tu repasses par là, je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi rapidement.

Dis-moi, est-ce que je peux me permettre de copier ton post pour le publier sur ce fil que j'ai créé récemment :
Que sont-ils devenus ?
Ou alors préfères-tu le faire toi-même ?
Ou pas du tout ?
C'est comme tu veux...
 
Florence...
31 Décembre 2018, 13:44
Je reviendrai plus tard sur ce fameux rituel apéro dont nous sommes nombreux à peiner à nous débarrasser.
En attendant, je voudrais vous faire part de la petite idée qui m'est venue au réveil ce matin...

Je ne fais rien de particulier ce soir, si ce n'est manger des entorses à mon régime imposé à cause de ma polynévrite, histoire de lui faire un pied de nez x) .
C'est un choix délibéré de ma part de ne participer à aucun réveillon depuis quelques années et je n'en souffre aucunement.

Je sais que nous sommes nombreux ici dans ce cas et que c'est malgré tout pour certains un difficile moment à passer.
Aussi, je propose à qui le souhaite de l'accueillir sur mon fil, dans la soirée, et de me rendre disponible pour bavarder un peu.
Une espèce de tchat au ralenti en quelque sorte.
Pas vraiment un tchat parce que personnellement, autant j'aime clavarder à deux sur un tchat, autant je déteste ça avec plus de deux personnes.
Je ne sais pas du tout si mon idée est viable, ou si ça intéressera certains mais peu importe, on verra bien.

Si je pense pouvoir être entièrement disponible (mais pas toute la nuit non plus), je me réserve tout de même une petite zone d'incertitude.
On ne sait jamais...
Afin de me sentir libre, j'ai pris l'habitude de toujours prévoir un éventuel imprévu :fsb2_wink: .

Par ailleurs, j'ai eu cette semaine un trop-plein de compagnie.
Du coup, j'ai fait une sorte de micro burn out et j'ai pas mal de MP ou mails en retard auxquels je répondrai après avoir soufflé un peu.
Je sais votre indulgence et je vous en remercie.
 
Florence...
29 Décembre 2018, 20:04
Un petit coup de nostalgie quand j'ai vu ton nom dans la liste des anniversaires du jour.
Alors heureux anniversaire Mustang !
J'ai vu que tu t'étais connectée y a pas si longtemps que ça (septembre 2018), alors si l'envie te prend de venir refaire un petit tour par ici, sache que je ne t'ai pas oubliée et qu'avoir de tes nouvelles me ferait grand plaisir.
(Je m'appelais Flocerise à l'époque)
 
Florence...
29 Décembre 2018, 12:48
J'oubliais...

Même si je suis désormais capable de me passer d'apéro au quotidien, il subsiste chez moi un petit résidu d'alcoolisme.
J'aimerais d'ailleurs bien savoir si c'est vraiment un résidu ou si quelqu'un qui n'a jamais été alcoolique ressent la même chose que moi.

En fait, lorsque c'est un repas de fête ou juste un repas entre amis, en gros un repas qui sort un peu de l'ordinaire, s'il n'y a pas d'apéro, pour moi, ce repas ne pourra pas être complètement réussi.
Je ressentirai alors un manque.
L'apéro pour moi, c'est un peu au repas ce qu'est l'emballage au cadeau que l'on reçoit ; la promesse du plaisir que l'on découvrira à l'intérieur.

Alors est-ce dû à mon passé d'alcoolique ?
Je ne sais pas...
 
Florence...
29 Décembre 2018, 12:25
Peut-être une bonne idée que ce fil, mais probablement aussi un peu utopique, malheureusement.
Mais sait-on jamais...

J'ai eu des nouvelles de Drinette, bien après son dernier passage ici mais ça fait quand même un bon bout de temps.
Ces nouvelles n'étaient pas particulièrement bonnes malheureusement.
Ne me sentant pas capable de lui apporter quoi que ce soit à moi seule, j'ai essayé de la faire revenir dialoguer ici, mais en vain.
 
Florence...
29 Décembre 2018, 12:16
[...]La manière avec laquelle tu décris ce que tu as gagné d'une indépendance qui te paraissait inenvisageable peut être une merveille pour ceux qui sont un poil démuni dans l'après alcool.[...]

Oui Lee, et c'est surtout ça que j'aimerais que l'on retienne de mon post.
Ce que je raconte après, et notamment pour répondre à la question de Manue, ça n'a rien à voir avec l'alcool ou avec cette liberté retrouvée.
Je le destinais surtout aux personnes qui me connaissent bien et qui savent qu'un tel voyage ne m'a pas été facile du fait de ma "sauvagerie".

[...]Y'a encore des choses qui se passent et y'a encore des trucs desquels s’émerveiller dés années après.[...]

Oui encore, mais là, je crois que c'est plus une tournure d'esprit qu'une question d'âge ou de sobriété.
S'émerveiller, ça s'apprend.
Je ne sais pas comment, mais je crois vraiment que ça s'apprend.
A tout âge d'ailleurs.

Merci Lucie.
Le problème d'accès à mon fil était probablement dû à un dernier post publié puis supprimé.
 
Florence...
28 Décembre 2018, 20:24
Ben oui Gégé.
T'en es un aussi toi je crois.
 
Florence...
28 Décembre 2018, 19:53
[...]Tes batavia m'ont fait rire.[...]

C'était fait pour ça Morgane.
Enfin, je n'avais pas prémédité le truc mais c'est parce que ça m'a fait rire quand j'ai découvert que mes salades ressemblaient à des sapins de Noël que j'ai partagé le truc en espérant que ça vous fasse rire aussi.

Un grand cru ;) ce post et toute l'humaine qui va avec.

Je ne suis pas convaincue pour le "grand cru".
"L'humaine", j'essaie de l'être ("mes 5 H" : Humanité, Humilité, Honnêteté, Humour et Humidité :fsb2_wink: ... Merdalors ! J'en ai perdu un en route :fsb2_sorry: Mais rien que ça, c'est déjà un programme très ambitieux).

[...]j aimerai bien repasser un peu de temps avec toi et ta maman devant un petit repas a la maison[...]

Ou plutôt chez moi Janine, si Gégé veut bien te suivre.
Je suis un tout petit peu plus "présentable" en ce moment alors si ça continue comme ça, ça devrait pouvoir se faire.

[...]Comment as-tu vécu ce voyage, en plus de ce que tu as décrit sur l'apéro ?

Ah Manue... Ca, c'est une autre paire de manches.
J'en avais parlé dans un premier temps quand j'ai écrit mon post et j'ai effacé avant de valider.
J'ai préféré ne pas mélanger le bon et le pas bon.

Parce que bien sûr j'étais super contente de revoir Vincent et de le voir dans le décor qu'il s'est choisi et que j'ai beaucoup apprécié (une vieille bâtisse splendide dans les montagnes de l'Ariège).
Parce que bien sûr j'aime beaucoup ma mère et Marie avec lesquelles je suis partie.
Mais malgré tout ça, ça a été très éprouvant.
Le trajet d'abord, à cause du stress que j'éprouve lors des parcours en voiture lorsque je ne conduis pas.
Et là, il n'était pas question que je conduise pendant 900 km.
Le baclo a guéri cela pendant un bon moment mais je n'en prends plus assez pour qu'il me fasse cet effet.
Bref, j'ai été tendue pendant une bonne partie des trajets (2 jours) : mâchoire crispée, spasmophilie etc.
En fait, ne pas conduire me fatigue plus que conduire.

Et puis mis à part ces trajets, j'ai trouvé très éprouvant d'être en compagnie si longtemps, même si j'étais en bonne compagnie.
Dès le soir du premier jour là-bas, j'avais l'impression d'étouffer.
Pourtant, j'étais libre de faire ce que je veux et de m'isoler.
Mais m'isoler dans de telles circonstances, ça équivaut pour moi à rejeter les autres.
Si j'allais là-bas, ce n'était pas pour leur tourner le dos.
Alors j'ai tenu mais ça n'a pas été simple car si mon corps était bien là-bas, dans ma tête, je ne pouvais pas m'empêcher de m'évader.
Du coup, j'ai souvent fait mine de suivre les discussions et souvent répondu des choses bidon, passe-partout, pour faire acte de présence.
Et ça, ça ne colle pas du tout avec cette fameuse honnêteté à laquelle je tiens tant.

Et puis le dernier point difficile, c'est que pour ma mère qui a 86 ans, ce voyage comportait quand même pas mal d'inconfort (fatigue, changement dans ses habitudes etc).
Or, je la connais tellement que j'entends ce qu'elle pense.
Donc je me tracassais à la moindre source d'inconfort.
Elle me semble devenue si fragile...
D'un côté, je crois que mes enfants n'ont pas conscience de cette fragilité, et d'un autre côté, je pense que de j'ai tendance à trop la ménager et à la surprotéger.
Pas facile de trouver un juste milieu.
Du coup, j'étais sans cesse aux aguets et vraiment pas sereine.

Bref, je suis contente d'être allée là-bas, mais contente aussi d'en être revenue.
Mais ça, ça tient surtout à ma nature solitairosauvage, mi-ours, mi-sanglier...
 
Florence...
28 Décembre 2018, 18:38
Si je prends de la hauteur pour avoir une vue d'ensemble de mon vécu, je pense que je peux constater que mon addiction à l'alcool (qui n'est pas ma seule addiction) correspond à un vide sur le plan affectif et sexuel.
Je n'ai effectivement beaucoup bu que lors de mes périodes de célibat et de manque sur le plan sexuel (soit quasiment toute ma vie d'adulte :fsb2_cry: ).
Je crois aussi que je ne serais pas devenue alcoolique si j'avais été comblée de ce côté-là, si j'avais trouvé un équilibre...
Est-ce pour cela que l'on peut établir une relation de cause à effet entre les deux ?
Pas forcément.

J'ai bu dans un premier temps pour me désinhiber et donc faire des rencontres.
J'étais maladivement timide.
Dans un deuxième temps, j'ai utilisé l'alcool en tant qu'anxiolytique, face aux problèmes qu'ont engendré ma séparation, les difficultés à élever seule mes trois enfants ainsi que ma non-satisfaction sur le plan professionnel.
Mais j'aurais pu tout aussi bien me tourner vers la médecine, comme je l'ai fait par la suite en plus de l'alcool puisque le pli était pris et que la dépendance était installée.

Bref, je pense que, plus qu'un vide affectif et une activité sexuelle réduite quasiment à néant, ce sont les emmerdes, quelles qu'elles soient, que j'ai accumulées qui m'ont poussée vers l'alcool.

Actuellement, c'est toujours pas brillant sur le plan affectif et sexuel (c'est d'ailleurs désormais quasiment mon unique souci) mais comme le baclo a remis les pendules à l'heure, ça ne provoque pas chez moi d'envie de picoler, même si j'ai un long passé d'alcoolique.

Et coucou Mamanou que je n'oublie pas, même si ça ne se voit pas...
 
Florence...
28 Décembre 2018, 17:56
Merci pour les nouvelles ici et ailleurs, Ghis.

En 2019, que la force soit aussi avec toi qui en as terriblement bavé cette année.
 
Florence...
27 Décembre 2018, 19:19
C'est quelque chose que je n'aurais jamais cru possible il y a quelques mois et ça ne m'était pas arrivé depuis des années.
Le simple fait de l'envisager m'occasionnait un stress terrible.
J'avais fait une croix sur ce genre de projet.

Si dès le début de mon traitement j'ai su que le baclo finirait par me rendre ma liberté perdue depuis si longtemps, par rapport à l'alcool, je demeurais incapable d'imaginer à quoi ressemblerait ma vie sans lui.
Il me semblait que, si je pouvais un jour m'en passer sans en souffrir, ce serait tout de même forcément sur un fond de regrets.
Comme si l'alcool, en plus de faire partie de ma vie en tant que compagnon, était devenu également une partie de mon être, un morceau de moi-même sans lequel je ne pourrais pleinement exister.

Dimanche dernier, je suis partie loin de chez moi pour 4 jours, rendre visite à mon fils.
Avant, un tel voyage m'aurait été complètement inenvisageable, quand bien même je n'aurais pas vu mon fils depuis plus d'un an comme c'était le cas ici.
Avant, la perspective de devoir me passer d'apéro un seul repas me faisait refuser toute invitation, même venant de la part des personnes qui me sont les plus chères.
Alors pour 4 jours j'aurais... Non ! Même pas !
J'aurais rien du tout, parce que ça n'aurait assurément pas pu se faire, même pas en rêve.
Ça n'aurait même pas pu être un éventualité, un embryon de projet.
Je m'étais résignée...

Là, ça ne m'a posé aucun problème.
La cerise sur le gâteau, c'est que j'ai quand même bu l'apéro le soir de mon arrivée, pour arroser nos retrouvailles, puis le soir du réveillon.
Apéro plaisir, sans excès ni restriction, et je l'apprécie désormais bien plus qu'avant.

Si je ne parle de cela que maintenant alors que ça fait déjà plusieurs mois que je suis libérée, c'est que ma sortie de l'alcool a été si progressive qu'avant aujourd'hui, je n'avais pas vraiment pris conscience de cette libération.
Jusqu'alors elle demeurait théorique.
Je viens de passer à la pratique.
En fait, si j'imagine ma dépendance à l'alcool comme une chaîne retenant un chien attaché à sa niche, jusqu'alors, malgré l'absence d'entrave à ma liberté, je n'avais pas osé m'aventurer en dehors de cette zone dont il m'était auparavant impossible de m'éloigner.
Je mesure vraiment là ma liberté retrouvée et perdue depuis si longtemps...
 
Florence...
19 Décembre 2018, 1:17
Merci pour cette précision jm.

Hey, Flo c'est juste notifié dans le texte !

Ben non Loulou, on ne pouvait pas savoir si le "et" voulait dire "ensuite", ou si c'était juste un complément d'information sans indication de situation dans le temps.

Sinon, je n'adressais pas vraiment ce fil à d'éventuels anciens qui passeraient par ici, mais plutôt à des membres actifs restés en contact avec ces anciens.
Mais effectivement, ce serait vraiment bien que ces anciens donnent des nouvelles d'eux-mêmes mais je ne vois pas bien comment ils pourraient avoir connaissance de ce fil s'ils ne viennent plus ici.
Et quand bien même ils se connecteraient de temps en temps, ce serait vraiment un coup de bol s'ils découvraient ce fil.

[...]Comme la règle fixée ici est de ne pas donner d' information sur les personnes concernées, sans leur accord; et que je ne l' ai pas consultée à ce sujet, je ne "répercute" rien, de ce que je sais.[...]

"La règle fixée", Marie-Pierre, elle est discutable et elle peut aussi être souple.
Par exemple, je pense qu'il n'y a aucun inconvénient à dire qu'untel va bien désormais sans entrer dans les détails.
Si j'ai tenu à cette précision, c'est parce que certains, ayant tourné la page ou, au contraire, étant à nouveau dans les difficultés peuvent vouloir se faire oublier et que la moindre des choses est de respecter ce désir.
 
Florence...
18 Décembre 2018, 12:06
[...]J'ai des nouvelles de 2 anciennes baclonautes qui ont toutes deux rechuté et ont arrêté le traitement.[...]

Elles ont rechuté puis arrêté le traitement ou bien elles ont arrêté le traitement puis ont rechuté ?
 
Florence...
16 Décembre 2018, 17:39
Je sais Pascal mais peu importe.
J'ai parmi mes contacts des personnes qui n'ont pas posté depuis très longtemps aussi, ça ne les empêche pas d'exister et de me donner de leurs nouvelles.
 
Florence...
16 Décembre 2018, 16:53
Je fais ça aussi Martha, comme beaucoup de ceux qui ont la chance d'avoir un jardin.
Là, c'était juste une plaisanterie.

Je viens de créer un nouveau fil qui intéressera peut-être certains d'entre vous.
Au moins Manue et Franck en tout cas...
C'est ICI
 
Florence...
16 Décembre 2018, 16:48
J'ouvre le bal...

Quelqu'un a-t-il des nouvelles de Nicoco ?
 
Florence...
16 Décembre 2018, 16:47
Ça fait désormais plus de 4 ans que je hante ce forum.
Je tiens à rassurer ceux qui ne me connaissent pas, si je suis encore là, avec plus ou moins d'assiduité, c'est parce que je me sens bien parmi vous.
De problèmes d'alcools, je n'en ai plus.

J'ai vu passer pas mal de monde ici et souvent, au gré de mes lectures de vos fils, je repense à tel ou telle membre que j'ai apprécié(e) et qui ne fréquente plus ce lieu pour des raisons aussi diverses que légitimes.
J'avoue éprouver un petit pincement au cœur chaque fois que ça m'arrive.

Cependant, je sais par expérience que ce n'est pas parce qu'un membre cesse de fréquenter le forum qu'il ne donne pas de ses nouvelles à certains d'entre nous avec lesquels il s'est lié.
En effet, de solides liens d'amitiés peuvent se nouer ici, beaucoup plus sûrement qu'entre deux "amis" facebookés.

Bref, l'objectif de ce fil est de permettre à ceux qui le désirent d'avoir des nouvelles, quand c'est possible, de ceux qu'ils ont appréciés et qui ne sont plus là, par l'intermédiaire des membres présents restés en contact avec eux.

Il va sans dire (mais je le dis quand même pour bien enfoncer le clou) que les nouvelles ainsi rapportées ne devront l'être qu'avec l'accord de la personne concernée.

Ça fait longtemps que l'idée de ce fil me trotte dans la tête mais je n'osais pas la concrétiser à cause de l'irrégularité de ma présence ici.
Finalement, je me suis décidée en pensant qu'une fois lancé, contrairement à certains fils que j'ai créés et qui nécessitent un certain "entretien" de ma part, celui-ci roulera tout seul.
Pour en avoir discuté avec certains d'entre vous, je sais que ce fil trouvera de l'écho.
 
Florence...
16 Décembre 2018, 13:37
Bonjour Lily,

Je sais bien qu'avec le baclo, on ne peut pas faire de généralités mais voilà ce qui m'est arrivé...

J'ai toujours été très anxieuse.
Avant le baclo, je prenais des somnifères et des anxiolytiques (et antérieurement encore, un AD).
Le baclo a rendu tout cela complètement superflu.
Je dors comme jamais je n'ai dormi et je suis beaucoup moins anxieuse.
Un exemple très concret : passagère dans une voiture, j'étais toujours crispée, je me cramponnais aux accoudoirs, j'appuyais sur une pédale de frein imaginaire au moindre imprévu sur la route etc.
Bref, dans la mesure du possible, je conduisais moi-même.
Depuis le baclo, plus rien de tout ça.
Je suis montée à 300 mg et je suis actuellement redescendue à 80 mg.
Je dors toujours très bien mais l'anxiété a refait surface, dans une moindre mesure.
Par ailleurs, ayant pas mal de soucis depuis un bon moment, je me suis aperçue que ça allait moins bien lorsque je prenais tout mon baclo le soir.
Je crois aussi qu'il me fait office d'AD, bien que ce soit moins flagrant que pour le reste.

Bref, peut-être que je pourrais descendre en-dessous de 80 sur le plan de l'alcool mais je n'essaie même pas car je veux garder le bénéfice du baclo sur le plan du sommeil et de l'anxiété et 80 me semble un bon compromis (plus aucun EI).

Conclusion : ce que tu nous décris ne me surprend pas du tout et si j'étais à ta place, oui, j'essaierais de remonter un peu.
Tu ne prends pas de risques en faisant cela et si tu constates que ce n'est pas mieux, tu pourras toujours redescendre.

Bon dimanche à toi aussi !
 
Florence...
13 Décembre 2018, 13:02
Sans pouvoir y mettre des mots, une explication, je suis tout à fait de l'avis de Gégé [...]

Ah ben si tu t'y mets aussi Manue, je vais peut-être finir par vous croire.
Merci en tout cas !
Ce que j'aime bien dans l'avis de Gégé, c'est que vu qu'il me connaît "pour de vrai", ça me permet de penser que je ne vous trompe pas.
Parce que même si je m'efforce d'être la plus authentique possible ici, je n'écarte pas le fait que je pourrais vous leurrer sans le faire exprès.
Donc plus ce que je suis ici, sur le forum, ressemble à ce que je suis IRL (j'ai toujours autant horreur de cet acronyme et de ce qu'il signifie littéralement mais je ne connais rien qui puisse le remplacer), plus ça me satisfait.

Merci Sylvie !

Désolée Marie-Pierre, j'ai tendance à m'emballer un peu dès qu'on me parle de "dons" et c'est vrai que tu avais bien pris la précaution de préciser ce que tu entendais pas là.
Et oui, je préfère "doigté" à "don" parce que le doigté, ça se travaille.
C'est un peu comme tous ce qui se rapporte à l’hérédité. Moins j'en mets dans ma vie, mieux je me porte.
Je ne nie quand même pas que l'hérédité joue un rôle certain dans pas mal de choses (et notamment dans l'alcoolisme) mais je ne lui accorde que la place la plus minime possible.
Je trouve effectivement qu'elle est souvent un mauvais alibi et conduit parfois à la résignation.
Combien de fois ai-je entendu mes parents d'élèves dire, à propos d'une difficulté de leur enfant, "Ah ben oui mais que voulez-vous, son père (ou sa mère selon le parent qui s'exprime) est comme ça alors...".
Par ailleurs, il y a souvent confusion entre hérédité et éducation.
Lorsqu'un enfant a le même "défaut" ou la même qualité que son parent, beaucoup y voient une cause héréditaire alors que l'enfant ne fait que reproduire ce qu'il voit chez lui au quotidien.
Mais je m'égare...

Je précise aussi que je plaisantais en parlant de doigté pour mes salades.
Ce sont juste des batavias dorées que j'ai négligées parce qu'elles n'étaient pas tendres.
Elles ont tout simplement "monté"...
 
Florence...
12 Décembre 2018, 17:56
Tu ne pouvais pas me faire de meilleur compliment Gégé, qu'en me disant que tu me reconnaissais bien dans cette légèreté qui me fait si cruellement défaut depuis longtemps.
Et ça, même si c'est ici une légèreté qui ne vole pas bien haut.

Comment j'ai fait, Yann ?
Le doigté !
Tout est dans le doigté :fsb2_wink: !

Je ne pense pas que cette main verte (que je n'ai pas toujours) soit un don Marie-Pierre.
En règle générale, je n'aime pas ces histoires de dons.
Croire aux dons, c'est se dire que quoi qu'on fasse, ça ne changera rien.
Y a rien de mieux pour nous empêcher de faire et si l'on ne fait rien, forcément on ne réussit rien.
 
Florence...
11 Décembre 2018, 12:50
Les temps sont durs, je ne vous fais pas de dessin...
Les sapins sont de plus en plus chers au fil des années, alors cette année, pour faire des économies, j'ai décidé de faire pousser... des salades de Noël !
Et je ne vous en raconte pas, des salades.
Voyez plutôt :
salades de Noël

Avec quelques feuilles de poireau en guise de guirlandes et quelques radis en guise de boules, ce sera parfait !
 
Florence...
08 Décembre 2018, 12:50
60 minutes
Avant ou après les poules ?
Édouard
21 décembre 2018
De quoi faire rougir les tomates un 21 décembre
 
Florence...
07 Décembre 2018, 16:02
Oui Fakir, c'est d'ailleurs parce que je revenais de chez Lee que j'ai eu l'idée d'écrire ce post.
Je le sais depuis bien longtemps mais je n'avais jamais eu l'idée d'écrire ça noir sur blanc pour en informer un max de membres.
Tu as trouvé la parade, il y a d'autres possibilités encore, mais pour quelqu'un qui ne connaît pas bien le forum, ça peut être rédhibitoire.
Alors autant que ce soit su.
 
Florence...
07 Décembre 2018, 15:39
Merci Séverine, Théo, Marie-Pierre et Loulou de votre passage.
Le fait que je n'aie pas répondu n'est pas un manque d'intérêt de ma part, c'est juste que je n'ai rien d'intéressant à dire à mon sujet actuellement.

Je profite de ce temps mort pour attirer votre attention sur une petite défaillance technique du forum...
Si pour une raison quelconque on décide de supprimer le post que l'on vient d'écrire sur un fil (donc lorsqu'on est le dernier à intervenir quelque part et que finalement on se ravise et on efface notre post), ça plante ledit fil et lorsque quelqu'un veut y accéder ensuite, il se retrouve avec une fenêtre indiquant "Le sujet n'existe pas".
On peut toujours en retrouver l'accès par un chemin détourné mais c'est plus compliqué.

Bref, pour éviter cela, si toutefois vous décidez d'effacer votre post, pensez à le remplacer par un autre post, ça évitera le plantage.
Si vous n'avez vraiment rien à dire, écrivez n'importe quoi (une seule lettre suffira, ou même peut-être un post vide) pour éviter le plantage.
Et faites circuler l'info si vous en avez l'occasion.
Merci !
 
Florence...
07 Décembre 2018, 14:53
Opération déplantage de fil.
Je repasse bientôt...
 
Florence...
06 Décembre 2018, 10:09
UP
 
Florence...
05 Décembre 2018, 11:48
Oui, moi aussi Marie-Pierre, je me souviens d'une Lirielle comme tu la décris.
Elle a d'ailleurs été un de mes premiers soutiens ici.
Et moi aussi j'espère qu'elle va bien.
 
Florence...
27 Novembre 2018, 1:59
Merci Manège !
J'allais me coucher, comme souvent, en ayant le sentiment de n'avoir rien fait de la journée et tu viens me dire le contraire.
Même si je ne comprends pas trop ce qui mérite tant d'éloges, je prends.
J'ai appris ça ici d'ailleurs, à prendre ce qu'on me donne.

[...]il en a du pouvoir ce CON ! (l'alcool) :fsb2_fou06
Je vais m'le faire !!! :fsb2_fling01 [/b]
Basta ! Dehors ! Dégage de ma vie ! pffff :fsb2_shocked:

Ça à mon avis, c'est un très bon début de parcours !


[b][...]sans le savoir, tu participes grandement à une vie encore meilleure d'une petite fille.
J'espère te la présenter bientôt :fsb2_yes:

Tu pourrais m'expliquer ?
 
Florence...
26 Novembre 2018, 15:40
D'ailleurs, il y a quelques mois, j'ai pensé à quelque chose qui m'a fait extrêmement bizarre...

J'ai pris conscience que mes 3 enfants, qui ont actuellement 27, 29 et 30 ans, ne m'ont quasiment jamais connue non alcoolique.
Juste un peu lorsqu'ils étaient tout petits (mais ils n'en ont que peu de souvenirs), et depuis fin janvier 2014 (date à laquelle j'ai commencé mon traitement baclo et à partir de laquelle je n'ai plus jamais repris de cuite).
Manque de bol, c'est aussi depuis cette date qu'ils ont entrepris leurs longs voyages à l'autre bout du monde et que nous n'avons plus que rarement l'occasion de nous retrouver.

Cela dit, s'ils peuvent partir sereinement et profiter pleinement de leurs voyages, c'est bien parce qu'ils me savent désormais en sécurité vis à vis de l'alcool.
D'ailleurs, se seraient-ils permis de partir en me laissant aux prises avec ce terrible alcool destructeur ?
Peut-être, mais certainement pas sans culpabilité et sans stress.

En somme, en me libérant moi-même, je les ai libérés aussi de ces liens invisibles qui nous ont TOUS LES QUATRE entravés pendant 20 ans...

Édit : ce qui me fait drôle aussi, et je viens seulement de m'en rendre compte à l'instant, c'est qu'indépendante comme je l'ai toujours été, jamais je n'aurais supporté ces entraves (ne pas pouvoir sortir quand je le veux, me résoudre à l'enfermement et la solitude, me priver pour pouvoir payer mon alcool etc), cette soumission, de la part d'un conjoint.
Je l'aurais quitté.
Pourtant, j'ai subi tout cela sans broncher venant de l'alcool...
 
Florence...
26 Novembre 2018, 1:41
[...]J'apporte ici mon épaule à la roue, pour répondre à Flo ainsi que tous les autres qui croient avoir échoué.[...]

Je ne comprends pas Lucie.
Où vois-tu sur ce fil des personnes qui croient avoir échoué ?
 
Florence...
26 Novembre 2018, 1:34
Je fais ce que je peux Sevtitlun mais souvent je peux peu.
Une chose est certaine, c'est que je n'ai pas du tout l'intention de vous fausser compagnie.
Le forum n'est pas pour moi un espace de transition, j'ai décidé depuis bien longtemps d'y poser mes valises et il fait désormais partie de mon décor.
Mais je n'ai pas toujours l'énergie suffisante pour y intervenir et n'ai pas non plus toujours quelque chose de constructif à apporter.
 
Florence...
25 Novembre 2018, 21:50
Petite précision...

Ce dont je parle dans mon précédent post est issu en partie de mon vécu et en partie de ce que j'ai observé sur le forum et que je n'ai pas personnellement vécu.

Par ailleurs, les soucis contre lesquels je me bats actuellement n'ont strictement rien à voir avec mon passé d'alcoolique, pas plus qu'avec ma vie désormais sans alcool.
 
Florence...
25 Novembre 2018, 17:29
Tout comme Phil, je ne vise pas le 0 baclo car ce traitement ne m'a pas sortie seulement de l'alcoolisme.
J'ai pris pendant une dizaine d'années des AD, des somnifères et des anxiolytiques et je ne prends plus rien de tout ça car ce serait désormais superflu.
Malheureusement, mes 80 mg actuels ne suffisent plus pour être vraiment détendue mais j'ai opté pour un compromis afin d'éviter les EI du baclo dont je n'ai plus aucune trace.

Quant à cela : "on redevient simplement qui on a toujours été", pour moi, ce n'est pas si simple.
Parce que qui étais-je avant ?
Qui étais-je avant d'être alcoolo-dépendante (avant 93) et encore avant lorsque non dépendante, j'abusais déjà très souvent de l'alcool (dès l'âge de 14 ans) ?
Je ne peux plus être celle-là et de toute façon, ce ne serait pas souhaitable.
Surtout qu'à cette époque, je n'en étais qu'au B-A BA de la construction de ma personnalité.
Le problème, il peut se situer là aussi pour la plupart d'entre nous, à savoir que nous ne nous connaissons pas sans alcool et nous avons bâti toute notre vie autour de cet alcool, d'où une certaine déroute lorsque nous devons faire sans.
J'en vois beaucoup sur le forum qui, par exemple, ne s'y retrouvent plus avec leurs anciennes relations.
On est beaucoup plus exigeant à l'égard des autres lorsque l'alcool cesse de nous voiler le regard je crois.
J'en ai même vu certains qui, très sensibles au baclo et pris au dépourvu par l'arrêt de l'alcool au bout des quelques petites semaines, rechutaient parce qu'ils ne s'étaient pas préparés à cette sobriété et au changement qu'elle allait entraîner.
En ce sens, j'ai eu la chance d'avoir un parcours très long et d'avoir ainsi eu beaucoup de temps pour réfléchir à tout ça.

Alors oui, la vie après l'alcool est un sujet qui mérite vraiment qu'on s'y attarde.
 
Florence...
23 Novembre 2018, 18:11
Je ne trouve que des avantages à la vie sans alcool (mais j'y reviendrai une autre fois) mis à part cette histoire de vide justement.
Le vide me pose un problème, mais pas parce que je ne sais pas le remplir, mais justement parce que je n'en dispose plus.
J'utilisais l'alcool pour me créer du vide et ce vide me manque désormais.
L'alcool m'a empêché de faire tant de choses pendant tant d'années que je n'ai que l'embarras du choix pour occuper mon temps aujourd'hui.
Mais il se trouve que je n'ai jamais su m'ennuyer et que j'ai toujours regardé avec des yeux ronds les personnes qui se plaignent de le faire.
Ça me dépasse.
Ça ne veut pas dire pour autant que je suis toujours en train de faire quelque chose, parce que je n'en ai pas toujours envie.
Mais c'est vraiment une question d'envie et non pas une question d'ennui.

Du coup, pour répondre à ta question, Fakir, je dirais que pour remplir son vide, il suffit de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur, de relever tout ce que l'alcool nous a empêché de faire et de se mettre à la tâche.
Je parle ici des choses que nous aimions (et aimons toujours) et dont l'alcool nous a privés bien sûr.
Je sais pas, c'est peut-être simpliste comme réponse...
 
Florence...
17 Novembre 2018, 2:21
Je ne disais pas ça pour que tu déplaces tes posts Martha.
C'était juste pour informer ceux qui passent par là et que la cuisine intéresse que le forum nous offre également des ressources dans ce domaine-là.
 
Florence...
16 Novembre 2018, 19:03
Désolée pour mes réponses très très tardives.
J'avance vraiment à tâtons en ce moment...

Non Gégé, tu n'as pas échoué.
Regarde comment tu étais avant le baclo concernant l'alcool et regarde-toi maintenant.
Je ne t'ai jamais vu alcoolisé à chaque fois que je suis venue chez toi ou l'inverse, même lorsque je suis venue sans prévenir.
Cela aurait-il été possible avant ?
Sans compter qu'autant je crois que tu fais du bien aux membres du forum, autant les membres du forum te font du bien.
Je dis pas tous hein, bien entendu !
On ne peut pas aimer tout le monde,tout le monde ne peut pas nous aimer et c'est très bien ainsi.
Et toutes ces personnes que tu aimes côtoyer ici et qui t'aiment, tu ne les connaissais pas avant.
Bref, j'appelle pas ça un échec moi.

Théo (moi aussi contente de pouvoir te lire à nouveau), Sevtitlun, Fakir, Loulou, Manue, oui, notre liberté face à l'alcool a, ou va, beaucoup changer notre vie, dans les moindres détails.
Des choses qui semblent parfois sans grande importance mais qui nous empoisonnent la vie quotidiennement à petites doses.
Un de ces quatre (je préfère ne pas trop m'avancer dans les promesses ce pourquoi j'aime beaucoup cette expression), il faudra que je liste toutes ces petites choses qui font la vie plus légère après le départ de l'alcool.
Perso, je ne trouve qu'un seul inconvénient à cette sobriété sans contrainte, c'est celui de n'avoir rien trouvé d'autre pour m'empêcher de penser.

J'avais déjà les résultats de mes analyses et j'avais revu mon médecin lorsque j'ai posté la dernière fois Manue.
Donc pas terrible, mais rien de catastrophique non plus.
Cholestérol et triglycérides en trop, mais ce n'est pas ma priorité.
Glycémie à la limite supérieure de la normale donc vigilance accrue de ce côté-là à cause de ma polynévrite et de mon grand êge.
Je dois refaire des analyses dans 3 mois mais j'ai l'intention d'en refaire avant parce que si je m'aperçois que je suis revenue dans une situation acceptable, j'ai pas envie de faire des efforts pour rien, il me suffira juste de m'y maintenir.
Je ne suis pas du tout une puriste concernant la santé et l'alimentation et je n'ai pas envie de me priver pour gagner quelques jours de vie (de privation) supplémentaires.
 
Florence...
14 Novembre 2018, 2:11
Le jour où la décision de l'ANSM a été annoncée, j'ai reçu un mail de baclohelp qui contenait ce lien :
Mise à jour sur la pétition

A noter la signature :
Thomas MAËS-MARTIN

Collectif BALOHELP
BACLOHELP.ORG
C'est ballot quand même ! :fsb2_godgrace:
 
Florence...
14 Novembre 2018, 1:56
On a ici un fil dédié à la cuisine, pour ceux que ça intéresse :
Echangeons nos recettes de cuisine
 
Florence...
11 Novembre 2018, 2:36
Où que tu sois et quoi que tu vives, HEUREUX ANNIVERSAIRE Éclaircie !
 
Florence...
09 Novembre 2018, 18:09
Merci Manue, pour la réparation !

Alors à propos de ma polynévrite et de ce que ça entraîne...
J'ai revu mon médecin hier et j'en suis juste partie avec un peu de lecture pour me guider dans le choix de mon alimentation mais pas de nouveau traitement.
Je dois donc être vigilante mais c'est pas non plus la cata.
Ça va quand même me faire tout drôle parce que question alimentation, je n'ai jamais eu de règles et je mangeais de tout sans me restreindre.
Et là en fait, il va falloir que je supprime tout ce que je mange habituellement, à savoir des cochonneries en tout genre.
Ça me fait suer parce que déjà que j'ai plus d'appétit depuis longtemps, ça ne va pas arranger les choses.
Mais bon...

Et oui Loulou, je connais le Lyrika.
J'ai commencé à en prendre au mois de juin 2015 et ça a été le début de "ma descente aux enfers", ma première tuile avant une longue série.
Je ne l'ai pas du tout supporté.
Les EI du baclo à côté de ça, je trouvais que c'était du pipi de chat bien que j'aie dégusté pas mal aussi avec le baclo.

Sinon, je devais aller chez le médecin aujourd'hui et sa secrétaire m'a appelée en fin de matinée hier pour me demander si je pouvais venir plutôt en début d'aprém (hier).
J'ai accepté et en y allant, j'ai pensé à un truc...
C'est le genre de choses qu'il ne m'aurait pas du tout été possible de faire avant le baclo parce que bien sûr, je n'aurais pas pu prendre ma voiture avec l'alcool que j'avais dans le sang une grande partie de la journée.
Il me fallait tout calculer à l'avance (alors que j'ai horreur des calculs et de suivre un emploi du temps).
Aucune place à l'imprévu et pire encore puisque je redoutais tous les imprévus qui risquaient de compromettre mes possibilités d'alcoolisation.
Enfin... je vous dis ça mais je pense que la plupart d'entre vous connaît le problème sur le bout des doigts.
N'empêche, quelle libération !
Vous verrez bientôt Sevtitlun, Fakir, et tous ceux ou celles qui commencez le baclo.
Si si ! :fsb2_yes:
 
Florence...
09 Novembre 2018, 12:14
Martine à la ferme, Martine aux sports d'hiver...
Quelle tristesse que ces albums "bien pensants" dont on nous abreuvait quand nous étions enfants !
Ah si seulement on avait pu nous donner à lire un utopique Lee en cure thermale.
Là au moins, on se serait bien marré.
Et d'ailleurs, je ne te surprendrai probablement pas si je t'avouais que je préfèrerais presque moi-même faire un séjour en prison que dans ce genre d'établissement.
Lee et Flo en cure thermale, ça pourrait être pas mal non plus...
 




forum baclofene