Résultats de la recherche (5789 résultats)

Florence...
11 Novembre 2018, 2:36
Où que tu sois et quoi que tu vives, HEUREUX ANNIVERSAIRE Éclaircie !
 
Florence...
09 Novembre 2018, 18:09
Merci Manue, pour la réparation !

Alors à propos de ma polynévrite et de ce que ça entraîne...
J'ai revu mon médecin hier et j'en suis juste partie avec un peu de lecture pour me guider dans le choix de mon alimentation mais pas de nouveau traitement.
Je dois donc être vigilante mais c'est pas non plus la cata.
Ça va quand même me faire tout drôle parce que question alimentation, je n'ai jamais eu de règles et je mangeais de tout sans me restreindre.
Et là en fait, il va falloir que je supprime tout ce que je mange habituellement, à savoir des cochonneries en tout genre.
Ça me fait suer parce que déjà que j'ai plus d'appétit depuis longtemps, ça ne va pas arranger les choses.
Mais bon...

Et oui Loulou, je connais le Lyrika.
J'ai commencé à en prendre au mois de juin 2015 et ça a été le début de "ma descente aux enfers", ma première tuile avant une longue série.
Je ne l'ai pas du tout supporté.
Les EI du baclo à côté de ça, je trouvais que c'était du pipi de chat bien que j'aie dégusté pas mal aussi avec le baclo.

Sinon, je devais aller chez le médecin aujourd'hui et sa secrétaire m'a appelée en fin de matinée hier pour me demander si je pouvais venir plutôt en début d'aprém (hier).
J'ai accepté et en y allant, j'ai pensé à un truc...
C'est le genre de choses qu'il ne m'aurait pas du tout été possible de faire avant le baclo parce que bien sûr, je n'aurais pas pu prendre ma voiture avec l'alcool que j'avais dans le sang une grande partie de la journée.
Il me fallait tout calculer à l'avance (alors que j'ai horreur des calculs et de suivre un emploi du temps).
Aucune place à l'imprévu et pire encore puisque je redoutais tous les imprévus qui risquaient de compromettre mes possibilités d'alcoolisation.
Enfin... je vous dis ça mais je pense que la plupart d'entre vous connaît le problème sur le bout des doigts.
N'empêche, quelle libération !
Vous verrez bientôt Sevtitlun, Fakir, et tous ceux ou celles qui commencez le baclo.
Si si ! :fsb2_yes:
 
Florence...
09 Novembre 2018, 12:14
Martine à la ferme, Martine aux sports d'hiver...
Quelle tristesse que ces albums "bien pensants" dont on nous abreuvait quand nous étions enfants !
Ah si seulement on avait pu nous donner à lire un utopique Lee en cure thermale.
Là au moins, on se serait bien marré.
Et d'ailleurs, je ne te surprendrai probablement pas si je t'avouais que je préfèrerais presque moi-même faire un séjour en prison que dans ce genre d'établissement.
Lee et Flo en cure thermale, ça pourrait être pas mal non plus...
 
Florence...
07 Novembre 2018, 14:23
Et pour ceux que ça intéresse : empathie mouillée et empathie sèche

(J'ai choisi cet article un peu au pif mais si vous avez envie de creuser le sujet, vous trouverez bien de quoi vous rassasier par vous-même sur le net)

Et un grand merci à Moussette pour ce tuyau !
 
Florence...
07 Novembre 2018, 14:13
J'ai toujours dit que j'étais lente et longue à la répartie, mais là, je crois que je bats mon record.
Je ne peux pas m'empêcher de yoyoter en ce moment.
Pas du chapeau (enfin j'espère), pas avec le baclo puisque je suis stabilisée à 80 depuis longtemps déjà, mais sur le forum.
Je réapparais puis disparais sans cesse mais ce n'est pas de gaieté de cœur.
Bref, puisque vos posts n'ont pas dépassé la DLC, je vais commencer par essayer de vous répondre.

Un bel exemple d'empathie "mouillée" (cf Moussette)[...]

Oui Lee mais curieusement, mon empathie est sèche lorsque je me trouve face à la personne qui souffre.
Je ne plonge pas avec elle, je reste bien sur le bord pour essayer de la hisser sur le rivage.
Mais dès lors que je me retrouve seule, elle prend l'eau...


[...]que d éloge a mon sujet
je n en mérite pas tant
je n ai aucun mérite a faire les choses je n ai jamais appris a les faire
ce sont mes vie antérieurs qui me guident[...]

D'où que vienne ton savoir Gégé, le mérite est là et il te revient entièrement.
Beaucoup ont des connaissances mais ne savent pas les utiliser et toi tu sais.
Tu sais transformer ton savoir en savoir faire et c'est ça qui est important et intelligent.

[...](Gégé fait tout tout bien)
j ai compris ce matin a quoi tu faisais allusion
je pense que c est suite a ce que t a dit Moussette
ce jour ou les pompiers sont venus me chercher après une sieste crapuleuse bien mouvementée[...]

Ah non non ! Je ne pensais pas du tout à cette anecdote rigolote (à raconter parce qu'à vivre, ça doit être une toute autre histoire).

T'inquiète Marie-Pierre.
Je préfère voir ce genre de post ici que sur le fil des nouveaux arrivants car pour ma part, je n'en prends pas ombrage.
C'est juste que ça rime pas à grand chose et que ça n'apporte rien.


[...]
C'est Raymond Devos je crois qui disait "si après 60 ans vous vous réveillez un matin sans avoir mal quelque part c'est que vous êtes mort"?![...]

J'aime beaucoup Devos, Fakir.
Les humoristes qui ont le talent de faire rire sans que ce soit aux dépens de qui que ce soit se comptent sur les doigts d'une main.
Devos était de ceux-là.

Alors sinon, concernant cette nouvelle attaque de ma polynévrite...

Ça fait des mois déjà que je ressens par intermittence une brûlure entre le pouce et l'index de ma main droite, comme si je venais de sortir un plat du four sans manique (mais en moins intense quand même).
Par ailleurs, un jour, j'ai ressenti une gêne (pas douloureuse) comme si j'avais un caillou collé sous la semelle de ma chaussure.
J'ai regardé sous ma semelle et il n'y avait rien.
Je me suis dit que ça devait être sous ma semelle mais à l'intérieur de ma chaussure.
Je l'ai donc enlevée pour me débarrasser de ce truc et c'est là que je me suis rendu compte qu'en posant mon pied nu par terre, je ressentais encore cette gêne.
C'était donc dans mon pied qu'il y avait quelque chose.
J'ai bien regardé, mais la plante de mon pied n'avait strictement rien d'anormal.
Depuis, je ressens cette gêne dès lors que je suis debout.

Tout ça (pied et main) ne m'a pas beaucoup tracassée mais par curiosité, j'en ai quand même parlé à mon MG lors de ma dernière visite.
Et c'est là que j'ai appris que c'était encore une vilaine farce de ma polynévrite.

En fait, comme mes nerfs sont abîmés, ils envoient des signaux qui n'ont pas de raison d'être à mon cerveau.
Le problème, c'est que ne buvant quasiment plus d'alcool, cette polynévrite ne devrait plus progresser.
Mais c'est sans compter une glycémie trop élevée.
Mon MG m'a expliqué qu'une hyperglycémie renforçait les neuropathies.
Donc étant déjà atteinte de neuropathie, le taux maximal "autorisé" doit être bien inférieur à celui de la normale, ce qui n'est pas mon cas.
Je revois donc mon MG vendredi pour décider d'un plan d'attaque.

De toute façon, il m'a bien expliqué que les nerfs ne se régénèrent pas, que je ne dois attendre d'amélioration que par le fait que mon cerveau va s'habituer à la douleur et en faire légèrement de moins en moins de cas au fil des années.

Mais attention hein ! Quand je parle de douleur, c'est pas non plus quelque chose qui fait mal à hurler.
J'aurais juste envie le soir, puisque c'est souvent là que c'est le plus fort, de pouvoir enlever mes pieds comme on enlève ses chaussures, pour pouvoir souffler un peu.
Mais je me suis acheté un appareil de massage et dès que j'ai les pieds dessus, la douleur s'envole.
Reste que je ne peux pas passer mon temps sur ce truc.
 
Florence...
03 Novembre 2018, 20:28
Je vois que tu fais montre de poésie et de romantisme ce soir, Édouard.
Tu m'avais bien caché ces talents en venant chez moi.
 
Florence...
03 Novembre 2018, 19:50
Dois-je comprendre que je ne fais pas partie du monde Gégé, puisque tu ne me fuis pas ?
 
Florence...
03 Novembre 2018, 11:35
Avant de poursuivre, je voudrais revenir sur quelque chose qui me tient à cœur : ce qui me lie à Lee (entre autres).

Je fumais depuis 40 ans (de 20 à 30 clopes selon les périodes) quand Lee s'est chopé ce sale crabe qui s'est introduit dans ses poumons, tel le nénuphar dans ceux de la Chloé de Vian.
J'avais auparavant fait maintes tentatives d'arrêt avortées.
J'avais vu également maintes personnes, dont des proches, me quitter définitivement, à cause de ces satanées tueuses insidieuses.
Bien sûr, ça m'avait fait maintes fois peur.
Mais la peur n'est pas un bon moteur et n'est jamais parvenue à me détourner de la compagnie de ces criminelles au goût de reviens-y.
Et voilà que je me lie à Lee et là, il s'est passé quelque chose...

Tout à coup, je me suis vue fumer de son propre point de vue.
J'ai senti dans ma chair sa colère refoulée, sa muette révolte et sa peine de me voir ainsi flirter avec la mort, elle qui s'en était approchée de si près qu'elle en avait senti l'haleine.
Je n'ai plus supporté de lui infliger cela.
Comment continuer à jouer avec le feu devant Lee qui s'y était brûlée ?
Ce serait frôler l'indécence...

Merci Lee à qui je dois mon arrêt du tabac sans violence, voire, qui sait, la vie !

Puissiez-vous trouver à travers mon expérience, la motivation qui vous a toujours manqué jusqu'alors pour éviter de partir en fumée.
Puissiez-vous trouver votre Lee...
 
Florence...
03 Novembre 2018, 1:21
Je ne peux (forcément) qu'abonder dans ton sens Lee.
Une telle réciprocité est rare.
Et en plus elle dure, bien que nos vécus soient totalement différents.
Tu fais partie des raisons pour lesquelles je ne regrette pas d'avoir été alcoolique, Lee.

bonsoir les gens
je suis content j ai vu sœurette cette après midi
bon weekend
Gégé

Figurez-vous que de mon côté, j'ai vu Gégé cette après midi.
C'est dingue quand même !
Quelle coïncidence !
Et moi aussi j'étais contente de le voir, et non seulement de le voir (et de voir une partie de sa grande famille) mais de le surprendre plein d'entrain en pleine séance de bricolage.
Gégé, c'est le génie du bricolage.
Il sait tout faire et le fait bien !
(Dommage que Janine soit passée avant moi :fsb2_godgrace: )

J'avais commencé à te répondre hier soir Sevtitlun.
J'étais à fond dedans.
Et puis ma lointaine fille a débarqué sur WhatsApp, puis ma mère au téléphone et il ne m'en a pas fallu plus pour briser mon élan.
Mais c'est en cours dans un des fichiers de mon PC.

[...]Désolée pour cette polynévrite qui n'est pas complètement partie [...]

Tu ne crois pas si bien dire Manue.
Visite chez mon MG cet aprèm : non seulement ma polynévrite n'est pas partie, mais elle s'intensifie avec un risque de diabète.
J'y reviendrai un de ces quatre.
Les humains sont comme les maisons.
Quand t'as fini de retaper la façade, c'est ta toiture qui prend l'eau.
Quand t'as réparé ta toiture, c'est le mur du pignon qui se lézarde.
Quand...
 
Florence...
02 Novembre 2018, 10:52
On dirait qu'il sourit ton petit chat.
En rêvant de souris peut-être...
 
Florence...
31 Octobre 2018, 18:57
Merci Gégé, pour ton infatigable indulgence.
Ça ne m'étonne pas de toi.

Eh oui Sevtilun, mon post s'adressait aussi à toi bien sûr.
Et à tant d'autres que je préfère ne même pas y penser.
C'est vrai que je suis pas mal sollicitée en coulisses mais il y a aussi que je me laisse déborder pour un rien.
Aussi que j'aime pas faire les choses par-dessus la jambe et que du coup souvent je fais pas pour pas mal faire, ce qui n'est pas forcément un bon plan.
Aussi que je ne suis pas toujours très courageuse.
Aussi que mes batteries sont à plat.
Le comble, c'est que le fait de vous écrire est un de mes moyens de recharger ces batteries.
C'est comme sur les voitures en somme : rouler recharge la batterie, mais au départ, il faut bien trouver un minimum de jus pour qu'elle permette au moteur de démarrer.

C'est tout à fait ça Toi73.
Mais on peut interpréter ce dessin de deux façons.
Soit je suis le petit bonhomme et la tête en même temps (être deux j'ai l'habitude) et si je tiens le bon fil comme tu dis, je vais vers du meilleur, soit dans le sens inverse, je ne suis que la tête et le petit bonhomme c'est ce qui se passe autour de moi et qui m'embrouille les pensées.
En poussant cette image un peu plus loin, je dirais qu'avant, l'alcool me permettait de mettre un bon coup de gourdin au petit bonhomme.
Ça ne démêlait pas mes pensées mais ça stoppait momentanément le flux entrant.
Ma difficulté avec le sans alcool, elle est là : pas de répit hormis dans le sommeil.

Quoi qu'il en soit, merci pour vos encouragements.
 
Florence...
31 Octobre 2018, 1:19
Tu as raison Pascal !
D'ailleurs, quand j'ai créé ce fil, mon intention était de faire régulièrement une synthèse des infos collectées ici en y intégrant celles que je collecte au fil de ma lecture des différents fils.
Malheureusement, j'ai eu fort à faire ailleurs et n'ai par conséquent pas pu mener ma tâche à bien.
Je le regrette beaucoup et j'espère encore pouvoir le faire un de ces quatre.
Mais si j'y parviens un jour, ça ne prendra probablement pas la forme d'un tableau ou de statistiques dont je suis peu friande.
 
Florence...
31 Octobre 2018, 1:13
Vus de l'extérieur, tous le silences se ressemblent.
Mais vécus de l'intérieur, ils peuvent être différents et avoir de multiples causes.

D'ordinaire, je me tais lorsque je suis au fond du trou.
J'y étais il n'y a pas si longtemps, et j'y retourne encore de temps en temps.
Mais mon silence actuel n'est pas un silence de fond du trou, même si je suis encore bien loin d'en être sortie.

Mon silence actuel est plutôt dû à un afflux d'informations et de pensées que je ne parviens ni à maîtriser, ni à gérer (comprendre : c'est le bordel dans ma tête :fsb2_godgrace: )
Du coup, il m'est difficile de communiquer malgré mon désir de le faire.

Ça fait que je promets aux uns et aux autres qui m'interpellent que je leur répondrai un peu plus tard, à tête reposée, et je le pense très sincèrement lorsque je leur dis.
Et puis le temps passe et les pensées s'accumulent, alors ma tête ne se repose pas et je m'en veux de ne pas tenir mes promesses.

Alors à tous ceux qui attendent mes réponses, je présente mes plus plates excuses.
Et sachez que je ne vous oublie pas...
 
Florence...
30 Octobre 2018, 11:20
Indépendamment du clivage pour/contre le baclo, il y a quelque chose d'incohérent qui m'a frappée dans les propos de Reynaud hier soir, vers le début de son intervention...
Il reconnaît que le baclo est efficace dans certains cas et souhaite que lorsque qu'il ne fonctionne pas, on sache proposer autre chose (cure, Selincro etc) et d'un autre côté, il souhaite que le baclo ne soit pas prescrit en première intention.
Je trouve que ça ne tient pas debout.
L'articulation de son discours est complètement illogique...
 
Florence...
29 Octobre 2018, 23:37
Moi aussi j'ai changé de pseudo...
 
Florence...
27 Octobre 2018, 15:19
Non non Nic.
Je ne suis pas abstinente et je me sens très concernée par le post de Fakir.
Je vais d'ailleurs y réfléchir un peu afin de pouvoir y répondre de façon pertinente.
 
Florence...
24 Octobre 2018, 19:39
Et il y a quelqu'un de très très bien et que j'apprécie beaucoup qui a pondu cette si belle phrase :
"La claque de percevoir que l'on est pas unique dans la tourmente et que l'immensité de notre dérive n'est qu'une parcelle d'une souffrance plus vaste."

Si vous voulez en savoir plus, c'est par ici.
 
Florence...
24 Octobre 2018, 13:11
Oui, mais il faut quand même préciser qu'une fois qu'on a atteint la dose efficace, celle de l'indifférence à l'alcool, on ne reste pas à cette dose.
On y reste quelques temps et puis on redescend tranquillement jusqu'à obtenir ce qu'on appelle "une dose de confort", à savoir une quantité de baclo qui continue à nous protéger sans générer d'effets indésirables.
Et là encore, cette dose est propre à chacun.
Mais certaines personnes arrêtent également complètement sans que ça pose de problèmes.

Disons qu'après, c'est une question de choix personnel.
 
Florence...
23 Octobre 2018, 13:31
C'est quand même assez curieux qu'en même temps que de limiter à 80 mg, on se mette à fabriquer des comprimés de 40 mg, sachant que de surcroît le baclo se prescrit en multiples prises.
Je sais bien qu'on est dans l'ère du "en même temps" mais bon...
A tout vouloir faire en même temps, on ne fait souvent rien de bon.
 
Florence...
23 Octobre 2018, 11:14
Et ce "après échec des autres traitements", est-ce erroné de le traduire par "après avoir rempli les poches des addictos, centres de cure et autres labos" ?
Ça, ça me révolte !
Il faut donc commencer par se tromper pour avoir ensuite raison, même quand on sait comment faire pour parvenir directement à la raison ?
 
Florence...
21 Octobre 2018, 17:11
[...]tu n'es pas folle.[...] Tu tiens des propos bien trop sains même quand tu es alcoolisée.[...]

:fsb2_yes:
 
Florence...
20 Octobre 2018, 15:11
Alors si tu as un problème d'addiction à la nourriture et que ce n'est pas juste un problème de poids, c'est différent.
Mais je ne suis pas compétente pour te conseiller dans ce domaine.
Je pense que Sylvie passera par là pour te renseigner.
Si ce n'est pas le cas, car elle ne peut pas être partout, je lui enverrai un petit mot pour lui signaler ta présence et ta demande d'aide.
 
Florence...
20 Octobre 2018, 13:54
Je pense que tu fais fausse route.
Le baclofène permet de sortir des addictions à l'alcool ou à la nourriture mais il n'est en aucun cas un traitement pour aider à maigrir.
 
Florence...
17 Octobre 2018, 20:33
bis1 itou !
 
Florence...
14 Octobre 2018, 17:22
Tout dépend du craving en fait.
Mais je suis très loin d'être une pro en répartition.
 
Florence...
14 Octobre 2018, 17:11
Il me semble qu'il est même préférable de cibler le plus tôt possible non ?
Si l'on supporte des prises assez conséquentes bien sûr.
 
Florence...
12 Octobre 2018, 17:28
Me suis encore pris les pieds dans le tapis...
 
Florence...
12 Octobre 2018, 10:24
Mais de quoi te plains-tu Lee ?
Dis-toi bien que demi-poumon = demi-pneumopathie, forcément.
Et en plus, tu as la chance d'avoir deux canapés.
Franchement, t'exagères !
 
Florence...
10 Octobre 2018, 11:20
Je crois que ce serait bien que, plutôt que de numéroter les items, on en reprenne l'intitulé en faisant un copier coller.
Pour quelqu'un qui ne connaît pas ce fil (et je pense plus particulièrement aux nouveaux pour qui cette lecture peut pourtant être très encourageante), présenté tel qu'il l'est avec les numéros, c'est compliqué de "faire parler" le questionnaire.
Moi-même, j'ai dû me référer à chaque fois au premier post d'Yves pour ne pas m'emmêler les pinceaux et je n'ai jamais vraiment parcouru ce fil en profondeur alors qu'il est très intéressant.

C'est juste une suggestion...
 
Florence...
09 Octobre 2018, 12:58
[...]Mais ça laisse entendre que la mémoire reste longtemps, ça me rassure et ça me fait suer à la fois.[...]

[...]je me rend compte que gérer les pensées des habitudes restent difficiles.[...]

Pour supporter un peu plus aisément ces résidus d'alcoolisme, je crois qu'il est bon de relativiser en pensant que ce sont des années, voire des dizaines d'années, qu'on a souffert de cette dépendance.
Alors que sont ces quelques mois à côté de cela ?
Mais attention, il ne s'agit pas d'une quelconque expiation par laquelle on devrait passer, juste de se souvenir d'où l'on vient.
D'ailleurs à ce propos, je suis persuadée que contrairement à ce qu'il est courant de penser, le fait d'avoir été alcoolique est plus une force qu'une faiblesse pour affronter les années à venir.
Qui est le mieux placé qu'un alcoolique pour connaître les affres de cette dépendance et ne pas vouloir y replonger ?
Et pour en revenir à ces résidus d'alcoolisme dont on peine à se détacher, je suis un peu hors jeu puisque je pense être anormalement patiente.
J'aime attendre ! (quand je suis certaine que mon attente sera comblée à un moment ou à un autre)
Je me demande même parfois si je ne me délecte pas plus de l'attente que du moment où l'évènement attendu se produit enfin, ce qui n'est pas engendrer parfois quelques déceptions...

J'ai ouï dire, Talis, qu'en dehors de la présence de réglisse qui est effectivement un hypertenseur, le pastis sans alcool contient une multitude de cochonneries.
Quant au jus de tomate amélioré pour l'apéro, Manue nous en donne une recette ici.
Il paraît que le côté épicé du truc compense un peu l'absence d'alcool.

Mais où est partie Théréna ?
Elle avait écrit un post ici ou j'ai la berlue ?

Clin d’œil
Pour retrouver la recette de Manue, je suis retournée sur un de mes fils annexes et j'ai remarqué un truc...
Beaucoup d'entre vous connaissent la pétition qui circulait à un moment et dont l'intitulé était : "Le baclofène sauve des vies, sauvons le baclofène".
Et là, je m'aperçois que dans le premier post de ce fil, j'avais écrit : "Le Baclofène nous aide, aidons le Baclofène !"
 
Florence...
08 Octobre 2018, 21:55
Oui.
 
Florence...
08 Octobre 2018, 21:34
Oups ! J'ai oublié de te donner le titre du livre de Chabalier, que j'ai trouvé intéressant même si je ne suis pas du tout d'accord avec les méthodes utilisées dans ce genre d'établissement qu'est la Métaierie.
Il s'agit de "Un dernier pour la route", à ne pas confondre avec celui d'Olivier Ameisen "Le dernier verre" que je te recommande chaudement et qui est quasiment notre bible (sur le forum).
 
Florence...
08 Octobre 2018, 19:12
La Métaierie : c'est là qu'est allé Hervé Chabalier et c'est ce qui l'a sorti de l'alcool.
Tu peux avoir tous les détails sur cet établissement en lisant le bouquin qu'il a écrit, tiré de son expérience.

Mais quand tu auras lu ce livre, ça m'étonnerait fort que tu aies envie d'aller là-bas, d'après ce que je lis de toi, et tu auras bien raison.

Je pense que le critère le plus important pour ton choix, c'est : baclo ou pas baclo ?
C'est à dire qu'il faut t'assurer que l'établissement accepte de prescrire du baclofène sans limitation de dose.
Je crois que tout le reste est presque accessoire.

Mais la Métaierie, oh la la non, surtout pas !
 
Florence...
07 Octobre 2018, 18:02
Et merci à toi de venir nous redonner de tes nouvelles !
Plaisir démultiplié pour nous du fait qu'elles sont très bonnes.
 
Florence...
07 Octobre 2018, 17:39
[...]Encore un bel exemple de réussite qui donne encore plus d'espoir aux nouveaux dont je fais partie[...]

C'était fait pour ça Fakir.
Cela dit, je n'ai rien fait pour enjoliver le truc hein !
Alors si ça peut vous être utile, je vais vous donner un peu de rab...

En fait, le principal frein à ma guérison, c'était ce fameux rituel apéro (exclusivement du pastis sec), dont je ne pouvais pas me détacher.
J'ai ressenti l'effet du baclo dès le 3ème jour de mon traitement et ma consommation a baissé sans aucun effort et de façon spectaculaire dans les premières semaines.
Ma dernière véritable cuite date de la veille de la prise de mon premier comprimé (fin janvier 2014, de même que je n'ai plus eu aucun black out depuis ce jour).
Par ailleurs, dès le début de mon traitement, je n'ai plus bu suffisamment l'alcool pour trouver au fond de mes verres ce que j'y cherchais auparavant, à savoir la déconnexion de mes pensées, l'oubli passager de mes tracas.
Et pourtant, je m'accrochais désespérément à mon doudou alcool.
C'était à tel point que rien que le fait d'envisager devoir me passer une seule fois d'un apéro me provoquait des insomnies, de l'angoisse, et... une furieuse envie de boire, des jours voire des semaines à l'avance !
Du coup, je refusais la plupart des invitations et des sorties sous toutes sortes de prétextes.
Bref, plus d'ivresses, mais toujours les mêmes chaînes que j'ai traînées pendant des mois.

On m'a conseillé de faire une activité qui me plaît au moment fatidique de l'apéro afin de m'en détourner.
Impossible !
Pendant cette activité, je ne pensais qu'à une chose, c'était à picoler.
Je faisais donc tout de travers et ça augmentait ma frustration.

J'ai finalement décidé de remplacer mon pastis par une autre boisson.
J'ai tenté quelque chose d'approchant, le pastis sans alcool, sans succès.
J'ai finalement opté pour une boisson radicalement différente et que j'aimais bien, du jus de pamplemousse rose. Je n'ai alors plus bu ce jus de fruit qu'en apéro et non pas comme avant, pour me désaltérer à n'importe quel moment.
J'ai commencé par remplacer l'apéro du midi, puis celui du soir.
A ce stade-là, il m'était encore impossible de me passer du rituel, quand bien même il n'était plus alcoolisé.
Et puis à la longue, il m'est arrivé d'oublier et ce rituel est devenu une corvée plus qu'autre chose.
J'ai fini par le supprimer, le midi dans un premier temps, et le soir dans un second.

A l'heure actuelle, je ne pense plus du tout à l'apéro le midi mais je dois reconnaître que j'y pense encore le soir, sans que le besoin soit impératif. Je crois que ces pensées finiront d'elles-mêmes par se désagréger au fil du temps.
Par ailleurs, j'ai complètement perdu le réflexe coup dur :fsb2_arrow: alcool et bonne nouvelle :fsb2_arrow: alcool.
Le seul réflexe qui ne soit pas encore complètement éradiqué, c'est celui de l'alcool en tant que récompense.
Lorsque j'ai réussi à accomplir une lourde tâche dans la journée par exemple, je suis très tentée de m'accorder un pastis le soir.
Mais bon, d'une part je sais désormais me remettre à ma place et d'autre part, comme je n'entreprends ni ne réussis pas grand chose depuis pas mal de temps, je n'ai pas à me raisonner bien souvent.
"A quelque chose malheur est bon"...

Je voudrais aussi revenir sur cette "fameuse" polynévrite...
Comme je le disais précédemment, ses principaux symptômes ont été des fourmillements douloureux dans les pieds.
C'est un peu comme si j'avais mis mes pieds dans la neige pendant une demi-heure et que je les réchauffais ensuite sous l'eau chaude.
Vous connaissez sans doute ces sensations pour les mains, ce qu'on appelle l'onglée.
Et sur les jambes, du pied au genou, il s'agit de paresthésie ou d'allodynie.
Le moindre frottement occasionne une brûlure, comme celle d'un coup de soleil.
Alors si vous ressentez de tels symptômes, surtout, n'hésitez pas à consulter car la maladie peut laisser des séquelles irréversibles.
Il s'agit là d'une carence en vitamine B1 à cause de l'alcool mais heureusement, cette polynévrite ne survient que dans le cas d'un alcoolisme ancien et sévère.
Pour ma part, les symptômes ont très nettement régressé cet été et je pensais que cette amélioration allait se poursuivre.
Hélas, je me suis aperçue qu'elle était seulement due au confort que m'apportait le fait de marcher pieds nus ou en sandalettes et les douleurs ont repris dès que j'ai dû me chausser plus chaudement.
Par ailleurs je me suis aussi aperçue que le froid accentuait lui aussi les symptômes.
Du coup, il ne me reste plus qu'à accepter la situation sans broncher.

Désolée pour le pavé.
Et, à l'adresse des "anciens", désolée pour le rabâchage...
 
Florence...
05 Octobre 2018, 13:03
Au diable ta culpabilité Morgane !
Je pense qu'il n'existe pas une seule personne ici ou ailleurs (hors inscrits) qui ait lu l'intégralité de mon fil et ça ne me pose vraiment aucun problème.
 
Florence...
05 Octobre 2018, 12:08
A vrai dire Cuillère, ça a été beaucoup plus gênant que douloureux.
Et comme c'est arrivé à un moment où je subissais une avalanche de tuiles beaucoup moins futiles, c'est vite devenu une petite anecdote.

Sinon, comme mon fil est excessivement long et peu intéressant pour les personnes qui passent par là à la recherche de renseignements sur le traitement, voici un résumé de l'essentiel, concernant strictement le baclo et l'alcool, à leur adresse.
Il s'agit de la copie du post que j'ai publié récemment sur ce fil : Petit questionnaire posologie Baclofène.

Réussite ou échec ? Réussite
À quelle quantité de baclo étiez-vous ? 300 mg au plus fort
Au bout de combien de temps de traitement ? 3 ans environ (mais je suis persuadée que ça aurait pu se faire beaucoup plus rapidement sans problèmes extérieurs à l'alcool et au baclo)
Comment cette quantité est-elle répartie sur la journée ? 6 prises du réveil au coucher (les plus grosses prises à 10h et 17 h et 60 mg au coucher) pour ce qui est de ma répartition à haute dose. Actuellement : 20 mg au réveil et 60 mg au coucher.
Quelle(s) étai(en)t votre (vos) heure(s) de craving ? 11 h et 18 h
Votre quantité de baclo à ce jour ? 80 mg
ES (effets secondaires) : forts et nombreux. Le traitement m'aurait été impossible à suivre en parallèle à une activité professionnelle
À l'occasion de votre traitement, avez-vous diminué un autre traitement (benzo par exemple), si "oui", lequel/lesquels, de combien ?
Dès le début, je me suis passée des anxios et des somnifères que je prenais régulièrement depuis dès années. Ils me sont devenus superflus.
Votre score avec vos réponses avant traitement à ce questionnaire* => 35 (2 actuellement)

J'ajoute que je reste à 80 mg pour l'instant puisque je n'ai plus (ou quasiment plus) d'EI et que je n'ose pas descendre plus à cause des effets bénéfiques du baclo sur mon anxiété et mon sommeil.
Ça ne me dérange pas de devoir rester à cette dose.


*Questionnaire AUDIT dépendance à l'alcool

Je précise qu'un des multiples freins à ma guérison a été la découverte de ma polynévrite alcoolique (dont je ne suis pas du tout débarrassée à l'heure actuelle malheureusement).
En fait, j'ai pris les symptômes de cette polynévrite (fourmillements douloureux dans les pieds et paresthésie principalement) pour des EI du baclo.
J'ai donc baissé mon dosage en baclo à ce moment-là, ce qui n'a servit à rien puisque le baclo n'y était pour rien.
Bref, le temps de cette baisse inutile et de la réaugmentation qui s'en est suivie a considérablement ralenti ma guérison.

Par ailleurs, voici maintenant un petit aperçu de ma consommation résiduelle actuelle et depuis des mois maintenant...

Seule (et je suis seule quasiment tout le temps) ou avec mes enfants mais sans occasion festive, je m'autorise un apéro plaisir par semaine mais pas de façon rituelle (pas à jour fixe, pas de programmation), parce que oui, j'aime encore boire du pastis sec, je dirais même plus qu'avant car je profite désormais vraiment de son goût et n'en ai plus du tout les inconvénients.
Cela dit, je me limite sans effort à 2 UA, plus ne m'intéresse pas.
Le reste du temps, je ne bois plus du tout d'alcool.
En fait, c'est un peu comme avec un plat que l'on apprécie.
Ce n'est pas parce qu'on aime ça qu'on va en manger tous les jours ou à se rendre malade.

Lors des occasions festives, c'est open bar (apéro, vin etc) mais ça se limite spontanément, sans que j'aie à me restreindre.

Édit : pour passer de 300 mg à 80 mg, j'ai baissé de 10 mg tous les mois, sauf au tout début de ma descente car j'ai fait plusieurs virages hypomaniaques qui m'ont contrainte à accélérer un peu ma diminution par mesure de précaution.
 
Florence...
03 Octobre 2018, 18:52
A vrai dire Cuillère, la sérénité n'est pas encore d'actualité pour moi, loin de là.
Mais je continue à la chercher dès que je parviens à trouver un peu d'énergie.
J'ai vu que pour toi aussi c'est pas très cool en ce moment.
Je te souhaite du meilleur et je me doute que ça ne doit pas être simple de jongler avec deux addictions en même temps. Déjà qu'avec une...

Oui tu as raison Franck ! Je suis unique... comme tout le monde !
Quant à cette fameuse nuit torride, je suppose que tu veux parler de celle que j'avais passée en compagnie d'un moustique ?
Tu as une bonne mémoire dis donc !
Et puisque tu évoques le sujet, il me faut bien expliquer un peu de quoi il s'agit pour les membres qui passeraient par là et qui auraient raté cet épisode.
Alors quoi de mieux qu'une petite illustration ?

Mon oeil

Mon oeil2
 
Florence...
02 Octobre 2018, 18:14
Réussite ou échec ? Réussite
À quelle quantité de baclo étiez-vous ? 300 mg au plus fort
Au bout de combien de temps de traitement ? 3 ans environ (mais je suis persuadée que ça aurait pu se faire beaucoup plus rapidement sans problèmes extérieurs à l'alcool et au baclo)
Comment cette quantité est-elle répartie sur la journée ? 6 prises du réveil au coucher (les plus grosses prises à 10h et 17 h et 60 mg au coucher)
Quelle(s) étai(en)t votre (vos) heure(s) de craving ? 11 h et 18 h
Votre quantité de baclo à ce jour ? 80 mg
ES (effets secondaires) : forts et nombreux. Le traitement m'aurait été impossible à suivre en parallèle à une activité professionnelle
À l'occasion de votre traitement, avez-vous diminué un autre traitement (benzo par exemple), si "oui", lequel/lesquels, de combien ?
Dès le début, je me suis passée des anxios et des somnifères que je prenais régulièrement depuis dès années. Ils me sont devenus superflus.
Votre score avec vos réponses avant traitement à ce questionnaire => 35 (2 actuellement)

J'ajoute que je reste à 80 mg pour l'instant puisque je n'ai plus (ou quasiment plus) d'EI et que je n'ose pas descendre plus à cause des effets bénéfiques du baclo sur mon anxiété et mon sommeil.
Ça ne me dérange pas de devoir rester à cette dose.
 
Florence...
02 Octobre 2018, 17:42
Belle photo, c'est beaucoup dire Manue, mais ce qui est important c'est que ma mère a retrouvé à cette occasion un sourire que je ne lui avais pas vu sur le visage depuis longtemps et par conséquent, ça m'a fait du bien aussi.

Sinon, après coup, j'ai trouvé ça un peu idiot de mettre cette photo en avatar.
Dans un post oui, mais en guise d'avatar, ça ne ressemble pas à grand chose.
Du coup, je vais encore changer mais comme je n'ai plus envie de remettre des photos anciennes de moi, qui sont trompeuses dans ce sens où je ne me ressemble plus du tout, et que je ne m'assume pas encore complètement telle que je suis devenue, je vais en choisir une prise ce même jour et sur laquelle je me supporte (probablement parce qu'on ne me voit pas trop), ce qui est très rare.
Ça fera quand même un petit pas de plus...
 
Florence...
29 Septembre 2018, 13:30
"de retour", je sais pas...
J'ai fait tant de fois, et bien involontairement, des come back avortés.
J'y croyais pourtant dur comme fer à chaque fois.

Alors on va dire "de passage", pour l'instant.
Je ne sais pas du tout où me mènent mes pas.
Je marche encore, c'est déjà ça...

Merci pour vos mots.
Merci pour votre présence.
Merci aussi pour vos respectueux silences.
 
Florence...
28 Septembre 2018, 18:48
30 ans nous séparent, 56 ans nous réunissent...
Ma môman a eu 86 ans aujourd'hui.
Comme elle n'aime pas les gâteaux, il a fallu trouver un autre support pour planter les 86 bougies.
Pourquoi pas un pot à fleurs ?
pot au feu
Et voilà ! Mieux qu'un gâteau d'anniversaire, un pot-au-feu d'anniversaire...
 
Florence...
16 Septembre 2018, 18:33
Oui mais... le forum n'aime pas le silence.
J'ai voulu me taire et il m'a répondu qu'il fallait que j'écrive au moins deux lettres.
Comme je ne sais pas lesquelles choisir, en voici un petit assortiment hasardeux, tu choisiras celles qui te conviennent.
 
Florence...
01 Septembre 2018, 10:33
Le Ditropan, médicament prescrit normalement pour les problèmes urinaires, a été hyper efficace pour moi contre les suées nocturnes.
1/2 comprimé tous les soirs, résultats sensibles dès le 3ème jour de traitement.
C'est sur ordonnance, vois avec ton médecin si ça t'intéresse.
 
Florence...
30 Aout 2018, 1:17
Pas seul Gégé...
 
Florence...
25 Aout 2018, 20:36
Gégé, c'est à moi que tu causes ???

Ben non !
Ça peut pas être à moi puisque je te réponds...
:fsb2_mad:
 
Florence...
18 Aout 2018, 7:41
Gégé,
Les personnes qui en parlent et qui ne le font pas, c'est des conneries.
Et je suis bien placée pour le savoir.
Y a pas de règle pour ça.

Janine, Rodrigue, Kelly, Karim, Laureline, et d'autres très proches que tu aimes et qui ont déjà plein de soucis, tu crois que ça va arranger les choses si tu disparais ainsi ?
Et moi aussi !
Moi, je vais culpabiliser à mort si tu fais des conneries.
Je vais me reprocher de n'avoir rien fait contre ce que certains appellent un acte de bravoure et qui n'est pour moi (à quelques exceptions près) qu'un acte de lâcheté.

Moi, Gégé, c'est vivant que je t'aime !
 
Florence...
17 Aout 2018, 9:17
Ça fait belle lurette que je clame partout que je pense qu'on possède "un capital alcool" comme on a "un capital soleil".
Ça équivaut exactement à ce que je viens de lire ci-dessus.
Seulement voilà, est-ce parce qu'on a dilapidé notre capital soleil que l'on doit à tout prix se protéger du moindre rayon, ne sortir que la nuit ou se couvrir le moindre millimètre carré de peau ?
Est-ce parce qu'on a dilapidé notre capital alcool qu'on doit observer une très stricte abstinence ?
Pour moi, la réponse est NON.
 
Florence...
31 Juillet 2018, 23:24
Oui, désolée Gégé.
Je ne parviens à sortir que lorsque j'y suis vraiment contrainte en ce moment.
 
Florence...
31 Juillet 2018, 0:19
Vraiment pas de quoi avoir honte Sol.
Si ça me fait très plaisir de savoir que mes graines vous ont apporté un petit quelque chose, ce n'était pas un devoir pour vous de venir au rapport.

Y avait la même chez mes parents Marie-Pierre, et j'aimais beaucoup jouer avec cet objet.
La machine à penser ? Celle-là fonctionne encore mais n'importe comment.
Elle s'est emballée et je ne parviens plus à la stopper.
Avant, j'avais l'alcool pour ça.
Je ne regrette cependant pas le temps de l'alcool.

Chais pas Loulou.
Paumé.
A côté de son moule.
Pas mieux pour la cerise, il n'en reste plus que le noyau.

Ce que tu as pu "juger sur pièces" Édouard, c'était l'an dernier et ce n'était même pas moi, comme je n'ai cessé de te le dire.
Maintenant c'est moi à nouveau, mais les temps ont changé.
Une année ne fait pas l'autre.

C'est pas une question d'envie Lucie.
 
Florence...
29 Juillet 2018, 1:40
Merci !
Merci à vous pour vos pensées, que vous ayez ou non laissé des traces de votre passage ici.

Je sais pas trop quoi dire en fait.
J'ai cassé ma machine à faire des mots.
Je sais pas si je vais pouvoir la réparer...
 
Florence...
15 Juillet 2018, 20:47
 
Florence...
14 Juillet 2018, 11:51
Et deux !
 
Florence...
13 Juillet 2018, 13:43

Je réagis parce que je trouve que tu n'interviens pas assez ici, mais soit.

Serait-on tenu d'effectuer un certain nombre d'interventions en s'inscrivant sur le forum ?
Devons-nous pointer régulièrement pour attester de notre présence et ainsi bénéficier des conseils des uns et des autres ? :fsb2_wink:
Je plaisante mais sur un fond de sérieux.
Prenons garde à ne pas faire culpabiliser ceux qui ne sont pas aussi assidus que nous.
 
Florence...
10 Juillet 2018, 17:04
Oh la la Pascal !
Mon propos n'était pas de déboulonner Pierre Rabhi que j'approuve plus que je ne le réprouve.
Et d'ailleurs, je ne me sens pas compétente pour juger ce bonhomme que j'aime écouter et dont j'apprécie beaucoup d'idées.
C'était juste un petit bémol, histoire de rappeler que tout n'est jamais tout blanc ou tout noir.
Je n'avais pas l'intention ici de susciter de polémique.
On en a déjà suffisamment ici sur des thèmes moins hors sujets, pas la peine d'en importer en allant farfouiller dans les médias pour en dénicher d'autres.

Édit : donc Théo, je t'encourage à faire fi des aspects peu afriollants du bonhomme pour en découvrir les richesses.
C'est à lui que j'ai emprunté cette expression "sobriété heureuse" qu'il utilise dans le domaine de l'agro-écologie.
Mais fréquents sont les concepts qu'on peut transposer d'un domaine à un autre.
Quand c'est possible, c'est d'ailleurs la plupart du temps une preuve de validité.
 
Florence...
09 Juillet 2018, 1:47
Et Pierre Rabhi n'a pas que des bonnes idées Marie-Pierre.
Par exemple, il est aussi connu pour son homophobie.
Mais bon ! Personne n'est parfait.

C'était juste un constat Pascal.
Pas un reproche.
 
Florence...
08 Juillet 2018, 1:09
Ouf Sylvie ! Ton post me réconforte.
MERCI !
Parce que dans ma tête, je me faisais déjà des films et ça ressemblait à ça...

Supposons que je m'appelle Florence, que je suis alcoolique, que j'ai envie de me sortir de cette dépendance et que j'ai entendu parler du baclofène.
Je vais voir mon médecin et je lui demande de pouvoir bénéficier de ce traitement.
Il me répond que non car il faut que j'essaie d'autres traitements avant.
On part sur l'Aotal par exemple (ça, j'ai déjà fait en vrai).
Forcément, ça ne fait rien.
Enfin si ! Ça me détraque les intestins.
Alors il me propose le Sélincro.
Là, ce ne sont pas seulement mais intestins qui sont détraqués mais je bouffe de l'EI matin, midi et soir.
Une petite cure alors ?
Et c'est parti pour la cure.
Et ça marche !
Youpi ! On va arroser ça !
Et VLAN, rechute !
Bon ! A ce niveau-là, maintenant que les centres de cure et les labos s'en sont mis plein les poches sur mon dos, on consent enfin à me donner du baclo.
J'essaie le baclo, selon le protocole désormais connu de mon médecin.
J'arrive assez vite à 80 mg mais je ne suis pas encore guérie.
Mon médecin me confie donc à un addicto.
Une fois que je suis entre ses bonnes mains, qu'est-ce qu'il se passe ?
Il continue à augmenter ?
Pas sûr puisqu'il n'est pas convaincu du bien fondé de ce traitement.

De toute façon, mon scénario s'arrêtait ici parce qu'à ce stade-là je préférais ne plus penser à tout ça et ne retenir que le fait que j'avais de la chance d'être passée à côté de ce merdier.
Et oui vraiment, j'ai eu beaucoup de chance sur ce plan-là parce que je suis tombée en plein dans la période faste du baclo.
Début du traitement un petit peu avant la première RTU et objectif atteint à 300 mg un peu avant les restrictions de l'ANSM.
Il s'en est vraiment fallu de peu...

Et c'était quoi cette vidéo que tu avais en mémoire Marie-Pierre ?
Tu crois qu'il faudrait que je dise à Pierre Rabhi que je lui ai emprunté son concept de "sobriété heureuse" ?

Oui, j'ai lu ça chez toi Manue.
Moi aussi j'ai eu des déboires avec ma première pharmacie.
A mes débuts du baclo, j'ai dû quitter la quitter pour aller dans une autre pharmacie à 20 bornes de chez moi. Cette première pharmacie se situait dans la même ville que celle où exerçait mon MG.
Mais bon...
Je crois que j'aurais été capable de faire 100 bornes s'il l'avait fallu tellement je tenais à ce traitement.
 
Florence...
05 Juillet 2018, 20:25
Résultat du vote de la commission d'évaluation : je me sens affreusement vivante ce soir...
 
Florence...
05 Juillet 2018, 11:00
Et en attendant la décision de l'ANSM, y aura-t-il une décision de prise pour les patients qui sont en cours de traitement, dont font partie la plupart des membres de notre forum ?
Ou devons-nous rester sous le joug des directives du mois de juillet 2017 ?
 
Florence...
05 Juillet 2018, 1:36
Oui, c'est vrai Marie-Pierre, ça ne manque pas et je crois que ça ne manquera jamais.

Petite précision à l'adresse des personnes qui passent par là par hasard et qui ne me connaissent pas ou peu...
Mon mal être actuel n'est aucunement lié à l'alcool ou à l'absence d'alcool, ni au baclo.
Donc ne prenez pas peur !
Le baclo a fait du bon boulot chez moi, il a rempli sa mission.
J'en prends encore 80 mg.
Je ne sais pas si je vais diminuer ou en rester là car alors que j'étais insomniaque depuis toujours, il m'a permis d'enfin bien dormir.
De même, il exerce un effet bénéfique sur mon anxiété maladive.
Sur ce plan-là d'ailleurs, mon dosage est un peu insuffisant mais il m'a fallu trouver un équilibre de façon à ne plus subir ses EI.
Plus de baclo = moins d'anxiété mais plus d'EI.
A moi de savoir ce que je veux...
 




forum baclofene