Résultats de la recherche (5891 résultats)

Florence...
Aujourd'hui, 13:30
Hélas Riquinita, les addictologues ne sont pas ceux qui prescrivent le plus le baclofène.
Question de conflit d'intérêts.
Évidemment, un alcoolique guéri ne revient plus en consultation, ne va (ou ne retourne) plus en cure, bref ne remplit donc plus les poches des professionnels de l'alcoolisme.
Que seraient les addictologues sans alcooliques ?
 
Florence...
Aujourd'hui, 13:20
C'est pas gagné mais c'est pas perdu non plus AMJ.
Je remarque un truc dans ton post...
Je n'ai pas relu tout ton fil mais je crois que c'est la première fois que tu parles de "se battre" à la troisième personne ("il va maintenant se battre").
Jusqu'alors, tes posts me donnaient l'impression que tu étais la seule à combattre l'alcoolisme de ton fils et là, d'après ce que tu dis, ton fils semble être décidé à se prendre en main et ça, c'est une très très bonne chose.
C'est même essentiel.
Alors peut-être que ce refus est un mal pour un bien.
Des médecins qui acceptent de prescrire au-delà de 80 mg, il en existe.
Il peut également consulter un autre médecin que son médecin traitant.
Le problème dans ce cas-là, c'est pour le remboursement qui est moindre (30% au lieu de 70% d'après ce que j'ai lu).
Et puis il y a aussi le souci de la distance.
Accepterait-il (et aurait-il les moyens) d'aller voir un médecin assez éloigné de votre domicile ?
Bref, parfois, la colère (ici, celle d'être privé injustement d'un accès à des soins) peut être un bon moteur.
Battez-vous ! Ça vaut le coup !
 
Florence...
Hier, 10:00
Être là c'est bien joli mais ce n'est pas suffisant.
Je me sens chaque fois bien impuissante...
 
Florence...
Hier, 9:49
Vraiment super pour Rodrigue, Janine !
Quel plaisir de lire ça !!!
 
Florence...
24 Mars 2019, 19:53
[...] Flo, j'avais trouvé en toi ma grande sœur, je crois que j'ai trouvé mon grand-frère !!

Dans "la vraie réalité" :fsb2_wink: , je n'ai qu'un frère et qu'une sœur.
Mais ici, j'ai eu de nombreuses demandes en fraternité et en sororité.
J'ai même une jumelle (Lee).
On s'est toutes les deux délibérément choisies.
Mais le nombre ne rend pas la chose anodine ou futile.
Je suis chaque fois touchée par ce genre de propos.
Merci Séverine !


[...] Petit clin d’œil à Florence qui trouve toujours les mots justes en si peu de phrases

Je m'y efforce AMJ, mais je rate malheureusement souvent la cible.


[...] Oui, en fait, j'ai exactement le double de l'âge de ton fils... (soupir). Merci Florence, d'avoir la délicatesse de dire que vieillir n'a pas que des désavantages... Tu as raison ! (D'ailleurs je m'en persuade tous les jours... :fsb2_smile: )

.

Je ne sais pas si c'est de la délicatesse.
Si je dis ça, c'est que je pense que ma réflexion sur mon propre alcoolisme (20 ans à essayer vainement de m'en sortir quand même !) m'a aidée à sauter le pas vers une vie plus sobre.
Pas certaine que j'aurais lâché la bouteille de cette façon à 30 ans.
A 30 ans, sans être dans le déni, je pense que je ne voyais pas l'impérativité de la chose.
C'est peut-être ce qui arrive au fils d'AMJ.
Peut-être ne mesure-t-il pas encore combien l'alcool a pris les commandes de sa vie, pensant que dans un autre contexte (sans problèmes sentimentaux ou professionnels), il pourrait s'en libérer aisément.
Malheureusement, c'est souvent un leurre.
C'est ce que l'alcool, ce faux ami, ce traître, nous chuchote à l'oreille pour nous garder sous sa coupe.
 
Florence...
24 Mars 2019, 19:05
Up !
 
Florence...
24 Mars 2019, 13:55
Bonjour Florence,

Il rentre mercredi et reste 3 semaines soit au moins jusqu'au 17 Avril.

j'espère des résultats après c'est aussi comment combler ce vide.


Si ton fils peut augmenter selon le protocole que l'on conseille ici, ça devrait être tout bon.
De plus, ça va te permettre de souffler un peu car tant qu'il sera là-bas, tu n'auras pas à te tracasser de savoir s'il boit ou non.
Il va aussi avoir tout le loisir de réfléchir à ce vide qu'il va lui falloir combler ensuite et pourra en discuter là-bas avec l'équipe soignante et avec d'autres curistes.

PS : évite d'écrire sur le fil en double de celui-ci sinon les autres membres ne sauront plus sur quel fil poster.
 
Florence...
24 Mars 2019, 13:47
Merci Riquinita.

Il y a un petit problème...
En voulant me répondre, tu as ouvert un nouveau fil que tu as intitulé "ESPOIR A NOUVEAU" comme le précédent.
Je vais donc copier ton post sur ce précédent fil et Sylvie pourra fermer celui-là si elle passe par là.
En fait, je pense qu'au lieu de cliquer sur "Répondre", tu as cliqué sur "Nouveau".
Mais c'est pas grave hein !
Il faut parfois un peu de temps pour se familiariser avec le forum.
 
Florence...
24 Mars 2019, 8:11
Bonjour Riquinita.

Combien de temps part-il, sans la prolongation ?
Et comment le vit-il ?
Pas trop d'appréhension ?
 
Florence...
23 Mars 2019, 17:03
Bien sûr Esteban, mais encore ?
 
Florence...
23 Mars 2019, 14:38
Tes réflexions me semblent très justes à tous les points de vue Bartleby et je crois qu'elles peuvent être utiles.

Si toi et le fils d'AMJ avez de nombreux points communs, vous avez une grande différence concernant votre âge.
La jeunesse est un atout pour lui autant que la maturité en est un pour toi.
Je pense donc que vos échanges, par l'intermédiaire d'AMJ (pour l'instant), peuvent être très riches et bénéfiques.
 
Florence...
22 Mars 2019, 21:43
Je confirme pour la fatigue due au baclo.

Rencontrer l'indifférence à un tout petit dosage, oui, c'est possible.
Je connais quelqu'un sur le forum qui l'a rencontrée à... 30 mg !!!
Elle n'en prend plus depuis longtemps et mène une vie tout à fait normale désormais, avec même quelques soirées arrosées de temps en temps.
Tu peux la trouver ici : Fil de HCat. Depuis janvier 2014 zéro Baclo
 
Florence...
22 Mars 2019, 21:21
Ça doit être parce que quelqu'un a écrit un post puis l'a supprimé Sèverine.
Quand on efface un post qu'on vient d'écrire avant que quelqu'un ait répondu, c'est ce qui se passe (à tous les coups ?).
Mais tu n'es pas obligée de te farcir toutes les pages pour te retrouver à la fin d'un fil.
Il te suffit de cliquer sur "Répondre" au bas de n'importe quelle page et hop, tu accèdes aux derniers posts.
Ensuite, libre à toi de répondre ou pas.

Et puisque l'on parle de ça, un autre truc qu'on ne sait pas forcément utiliser...
Lorsqu'on veut accéder à la page d'un fil qui est éloignée de celle que l'on est en train de consulter, il faut cliquer (en bas ou en haut de la page) sur la case (qui est un peu bleutée) du numéro de cette même page.
Là, il y a une petite fenêtre qui s'ouvre, tu inscris le numéro de la page sur laquelle tu veux aller et tu cliques sur "Go !" et c'est parti !

Édit : j'ai oublié de vous dire hier...
J'avais demandé à la pharmacie dans laquelle je prends mon baclo d'en avoir toujours au moins 8 boîtes en stock puisque c'est ma dose depuis de longs mois maintenant et pour encore un bout de temps peut-être.
Quand je suis allée chercher mon baclo hier, il n'en avaient plus suffisamment.
J'ai donc réitéré ma demande.
L'employée de la pharmacie m'a répondu que quelqu'un avait dû en avoir besoin ce jour et qu'ils en délivraient beaucoup depuis un moment.
J'en conclus que le baclo est plus prescrit qu'avant, ce qui est une bonne chose :fsb2_smile: .
Mais comme cette pharmacie refuse de dépasser la limitation à 80 mg, ça risque d'être pire que du temps ou la RTU n'était même pas encore passée car les patients et leurs médecins vont essayer, puis constater inévitablement, dans la majorité des cas, que ça ne fonctionne pas.
Du coup, le baclo va passer pour un médoc très peu efficace, ce qui est une très très mauvaise chose :fsb2_cry: ...
 
Florence...
22 Mars 2019, 14:53
Il y a BB je crois.
Elle avait fait une rechute, repris du baclo, puis arrêté à nouveau.
Je ne sais pas trop où elle en est depuis.
Je sais qu'il y en a d'autres mais je n'ai plus les pseudos en tête.
Il se passe aussi que ceux-là finissent (légitimement) par ne plus venir sur le forum.

Ah oui et puis il y a assurément HCat aussi.
HCat qui a été guérie à... 30 mg !
Ça fait plusieurs années qu'elle ne prend plus de baclo et elle boit dans les occasions conviviales jusqu'à être parfois un peu "pompette".

Je sais quand même qu'en règle générale, concernant ceux qui fréquentent encore le forum, ceux qui continuent à consommer de temps en temps préfèrent garder une dose de confort qui est très variable selon les individus.
 
Florence...
22 Mars 2019, 13:34
Je ne serais cependant pas aussi catégorique que toi.
Un verre par jour n'entraîne pas systématiquement une rechute ou une escalade de la consommation mais c'est un risque dont il faut être conscient.
J'en connais ici qui consomment un peu tous les jours depuis des années et chez qui ça ne pose aucun problème mais parallèlement, ils maintiennent une dose de baclo dite "de confort" (c'est à dire suffisamment pour se protéger de potentielles envies et suffisamment basse pour éviter les EI).

Quoi qu'il en soit, c'est au patient de décider de la conduite qu'il désire adopter.
 
Florence...
22 Mars 2019, 12:09
Mes proches ne comprennent pas bien que je n'aie pas besoin de les voir souvent mais c'est ainsi.
Mais il vaut mieux que ce soit comme ça parce qu'avec mes baroudeurs d'enfants, je serais bien malheureuse si je devais ne me réjouir que lorsqu'ils sont à mes côtés.

C'est un peu comme pour la mer (et je sais que tu es comme ça aussi Manue), je ne me vois pas habiter loin de la côte et alors que je vis tout près, je n'y vais pas souvent.

Un truc aussi qui a le don de m'exaspérer...
Ma sœur m'a toujours reproché de ne pas venir la voir assez souvent.
En fait, à chaque fois que j'allais la voir, c'était pour m'entendre dire que je ne venais pas la voir.
Je lui en avais parlé mais elle ne pouvait pas s'empêcher de me faire systématiquement la remarque.
Du coup, j'y suis allée de moins en moins.
Maintenant, le problème est réglé parce qu'il y a eu un gros clash entre nous pour d'autres raisons et les ponts sont définitivement coupés entre nous.

"On est pas tombées sur la recette du siècle mais la partager en atténue l’âpreté." :fsb2_yes: !
 
Florence...
22 Mars 2019, 11:36
Je suis d'accord avec Sylvie, c'est toi qui as raison.
Si tu veux diminuer le baclo, il me semble que c'est plus raisonnable de ne pas boire d'alcool tous les jours, de même, si tu veux l'arrêter complètement, je crois qu'il vaut mieux ne plus boire du tout ou très occasionnellement.

Mon expérience :
J'ai dû monter à 300 mg et j'avais de forts EI tout au long de ma montée et une partie de ma descente.
Actuellement, je suis à 80 mg et je ne subis plus aucun EI.
Je garde cette dose pour l'instant, non pas parce que je crains de rechuter mais parce que j'ai la chance que le baclo ait sur moi un effet somnifère et anxiolytique alors que j'ai toujours été (avant le baclo) insomniaque et très anxieuse.
Je continue à consommer de l'alcool, sans réserve lors des occasions conviviales (mais ma consommation se limite alors sans que j'aie d'efforts à fournir) et je m'autorise un apéro seule par semaine parce que j'en aime vraiment le goût. Mais là aussi ça reste dans des proportions raisonnables sans que je doive me fliquer.
En dehors de cela, je ne consomme plus du tout.

"même à 10 mg/jour je pense qu'il y a des ES, je me trompe ?"
Je ne pense pas qu'il y ait de réponse à cette question.
A la montée, j'avais déjà beaucoup d'EI à 80 mg alors qu'à 80 actuellement, je n'en ai plus aucun.
Donc ça dépend non seulement des individus mais encore du contexte dans lequel la personne se trouve.
 
Florence...
21 Mars 2019, 13:35
Je n'ai jamais eu ce problème et depuis que je suis inscrite sur le forum, c'est la première fois que j'entends parler de ça.
 
Florence...
20 Mars 2019, 12:58
[...]Encourager, soutenir, espérer que pour cette personne cela fonctionnera sans doute mais pour beaucoup, 80 mg c'est comme faire céder un mal de tête violent avec un suppo de paracétamol bébé.
[...]tous ceux du forum ou qui le lisent et auxquels je ne répond rien, je vous envoie une amitié bien pâlichonne mais aussi réelle que l'est le soleil même caché.

Je ne vois vraiment pas pourquoi je me casserais la tête à chercher des mots pour ça puisque c'est si bien dit quand c'est toi qui le dis.

Pensées spéciales pour ton immuno aujourd'hui...
 
Florence...
20 Mars 2019, 12:51
Ah Lee ! Tu peux pas savoir ce que ça me soulage que tu sois passée par là pour me dire ça parce que tu es bien sûr concernée au premier chef avec quelques autres.
Cela dit, ce n'est quand même pas une surprise hein !
Mais te l'entendre dire me rassure.
Et je reconnais que ça peut paraître paradoxal d'être plus capable d'échanger avec des personnes que l'on connaît peu qu'avec des personnes que l'on connaît mieux.
 
Florence...
19 Mars 2019, 18:45
Je vais tâcher de te retrouver ça Karo.
Mais ça risque de prendre un peu de temps...
 
Florence...
19 Mars 2019, 18:33
[...]Penses-tu qu'il serait possible de fournir à ton fils d'évaluer sa consommation d'alcool ? Il n'a pas besoin de le dire à son entourage, juste pour qu'il sache lui. [...]

A cette fin, il existe un questionnaire qui permet de nous rendre compte objectivement du degré de notre dépendance à l'alcool.
Il est ici : Questionnaire AUDIT dépendance à l'alcool
 
Florence...
19 Mars 2019, 18:21
J'ai des reliques de ce champ de mine quelque part sur mon PC si tu veux (et si je le retrouve), Karo.
Comme il t'est arrivé d'effacer des posts (voire un fil entier il me semble) et qu'il t'est arrivé aussi de le regretter, j'avais copié tout un pan de ton fil, que je trouvais pourtant très intéressant, au cas où.
Effectivement, tu l'avais ensuite effacé mais tu n'as pas semblé le regretter alors je ne t'en ai pas reparlé.

Sinon oui, nos échanges se sont faits plus rares parce que je n'avais plus rien à t'apporter, que de mon côté j'ai été trop préoccupée pour être présente et que j'ai manqué d'énergie pour poster.
 
Florence...
19 Mars 2019, 18:10
Oui Gégé, puisque tu ne peux plus prendre de baclo, je pense que tu as raison d'essayer.
Mais bon, question effets secondaires, d'après ce que j'ai lu aussi, ça peut être tout l'un ou tout l'autre.
Espérons que tu feras partie de ceux qui n'en ont pas.
 
Florence...
19 Mars 2019, 18:03
Moi aussi je suis contente pour toi Karo !
Ne serait-ce que parce que j'avais misé sur toi :fsb2_wink: .
 
Florence...
19 Mars 2019, 13:39
Super Riquinita !

Ce que je ne comprends pas, c'est qu'en fait, tu avais un fil (guérison avec le baclofène, sur lequel j'avais déjà posté d'ailleurs) alors que quand on cliquait sur ton pseudo, ça n'apparaissait pas.
Du coup maintenant tu en as deux mais si tu le souhaites, Sylvie va pouvoir les réunir.
 
Florence...
19 Mars 2019, 13:24
[...]Et oui, tout à fait, aider les autres ce n'est pas la même chose qu'écrire sur son propre fil, quand on n'a pas envie de parler de soi, eh bien on ne le fait pas, il y a des moments comme ça, et c'est une liberté que l'on a ici[...]

C'est exactement ça Manue !
Et mon problème maintenant, c'est que je suis plus présente ici et là mais beaucoup moins pour ceux qui me sont très proches (comme toi) et que du coup, je m'en veux pour ça désormais.
Mais c'est qu'avec les très proches, on parle forcément de soi.
En fait avant, je m'interdisais d'intervenir tant que je n'avais pas d'abord répondu à mes mails ou MP plus intimes.
Mais je me suis aperçue qu'en faisant cela, je n'échangeais pas plus avec mes proches puisque c'était le fait de parler de moi au présent qui me bloquait.
Du coup, je me privais de tout alors que si je ne peux pas parler de mes problèmes intimes et qui ne concernent en rien l'alcool ou le baclo, je suis tout à fait capable de parler de mon expérience avec le baclo et que ça me fait énormément de bien de me rendre utile en partageant cette expérience.
J'espère aussi que ce bien va me permettre de revenir auprès de ceux avec lesquels j'ai le plus d'affinités.

[...] Avant, on disait "augmente", maintenant on ne peut plus guère le dire alors que c'est la seule chose qui fonctionne à la fin [...]

Ça c'est certain, on hésite à conseiller quelque chose que la personne ne sera pas en mesure de faire à cause de la limitation à 80 mg.
C'est comme si on conseillait à quelqu'un qui habite à Strasbourg de prendre un bain de mer tous les matins...

Tout à fait d'accord avec le reste de ton post également.
 
Florence...
19 Mars 2019, 12:42
Cela ne t'empêche pas de poster sur les autres fils quand l'occasion se présente hein, Riquinita.
 
Florence...
19 Mars 2019, 12:14
Le problème, Bartleby, c'est que Riquinita n'a pas ouvert de fil.
Et comme tu le dis, PascAlbéric risque de ne pas voir son post, de même que j'ai failli ne pas voir celui qu'elle m'a adressé sur ton fil.

Donc Riquinita, ce serait plus facile pour tout le monde si tu ouvrais un fil de discussion et ça te permettrait aussi d'être certaine de voir toutes les réponses que l'on te fait.
Pour ça, tu n'as qu'à cliquer "Nouveau" en haut à gauche et choisir un titre de fil.

Je confirme le fait que certaines personnes voient leur consommation d'alcool augmenter en début de traitement, même si ce n'est pas la majorité.
De même, l'indifférence peut survenir progressivement ou débarquer du jour au lendemain sans crier gare.
 
Florence...
19 Mars 2019, 11:31
Ben voilà ! Pour dire que c'est une question de volonté, il faut n'avoir rien compris à l'alcoolisme, même si c'est vrai que ton alcoolisme est assez particulier parce que tu peux te passer de boire lorsque tu n'es pas seul, du moins pour l'instant.
Ma réaction a peut-être été trop rapide concernant ton psy.
Il peut être très bien dans certains domaines, mais pas concernant l'alcoolisme.
Un certain nombre de personnes ici ont déjà pris de l'Espéral.
J'espère qu'ils pourront venir t'en parler.
Il y a au moins Las.
Il ne vient plus très souvent ici mais passe de temps en temps.
Si tu veux lire son fil, c'est ici : lasvegasP : Journal de bord.
 
Florence...
19 Mars 2019, 11:01
Oh la la ! Oui Greg, tu as raison d'avoir peur.
L'Espéral est une saloperie qui te rend très malade à l'absorption de la moindre goutte d'alcool.
C'est même potentiellement mortel avec de l'alcool.
Ça n'est d'ailleurs plus beaucoup prescrit.
Ton psy a donc choisi la manière forte et brutale de te contraindre à ne plus boire d'alcool.
Mon avis : ne prends pas ce médicament et change de psy.
Un médecin qui prescrit ça n'a forcément rien compris à l'alcoolisme et ne pourra t'être d'aucun soutien.
Tu es vraiment mal tombé.
 
Florence...
18 Mars 2019, 19:03
Bonjour Florence,

Merci à nouveau de ta réponse ce matin je suis passée à la clinique pour donner le formulaire de préadmission, et oui il peut amener son traitement le baclofène.
Donc, je garde un espoir il va rentrer dans 8, 10 jours .
Je te tiens au courant

Alors là, c'est vraiment génial !
Et ton espoir est tout à fait légitime.
Sais-tu s'ils acceptent de dépasser les 80 mg dans cette clinique ?
(Je croise encore les doigts pour que ce soit le cas)
Combien de temps part-il ?
 
Florence...
18 Mars 2019, 18:57
Riquinita, je vais te répondre sur mon fil, là où nous avions entamé cette discussion, pour éviter de squatter le fil de Bartlebly et pour que ce soit plus cohérent.
 
Florence...
17 Mars 2019, 23:42
Pour éviter les oublis, il y a un moyen très simple : un pilulier que l'on prépare tous les jours pour le lendemain en veillant à le faire à un moment où l'on est pas trop alcoolisé pour éviter les erreurs.
A côté de ça, on met une alarme sur notre téléphone pour chaque prise.
C'est un pli à prendre qui paraît fastidieux au départ mais qui permet d'être plus tranquille et de toujours savoir où l'on en est.
Du coup, ça fait un tracas de moins.

Ce serait vraiment super s'il pouvait continuer son traitement à la clinique, ça multiplie les chances de réussite.
N'hésite pas à insister, avec l'appui de son addictologue, s'ils sont réticents.
C'est hyper important.
Je croise les doigts pour vous...
 
Florence...
17 Mars 2019, 23:33
"il n'a pas le déclic"
Le baclofène permet de nous libérer de la dépendance, mais il ne lui apportera pas le déclic sous la forme d'une révélation.
Il faudrait qu'il trouve quelque chose qui lui tienne à cœur et qui lui redonne envie d'envisager l'avenir, de faire des projets.
Tu peux peut-être l'aider à trouver cette chose et l'encourager dans cette voie.

Pour la répartition, je ne suis pas spécialiste mais je pense que sa dernière prise de 22 heures ne lui sert pas à grand chose.
Étant donné ce que tu as dit de sa consommation dans ton post précédent, je dirais plutôt qu'il devrait prendre 30 mg à 8 heures et 30 à 17 heures mais je préfère que tu attendes que d'autres donnent leur avis car je ne suis pas sûre de moi dans ce domaine.

Sinon tu sais, tu n'auras peut-être pas besoin de te battre pour qu'il ne retouche plus du tout à l'alcool car un bon nombre de ceux qui sont libérés grâce au baclo prennent la décision eux-mêmes, et sans regrets, de ne plus boire du tout d'alcool.
Il y a des pourcentages qui ont été établis à ce sujet mais je ne les connais pas (je pourrais te les trouver si tu veux).
Je sais juste que c'est très courant.
De toute façon, on n'en est pas là pour l'instant et c'est inutile que tu te tracasses à l'avance pour ça.

Courage AMJ !
 
Florence...
17 Mars 2019, 10:20
Je crois que mes 3 enfants étaient pour beaucoup dans ma motivation, Riquinita.
Peut-être peux-tu "jouer" là-dessus pour aider ton fils à retrouver la sienne ?

Les cures traditionnelles effectivement, sont rarement efficaces.
En revanche une cure sous baclo peut être la solution.
Nombreux sont ceux ici qui ont associé cure et baclo et qui s'en sont sorti.
Si c'est l'addictologue qui prescrit le baclo à ton fils qui l'envoie faire une cure, ne peut-il pas demander à ce qu'il conserve son traitement pendant son séjour dans l'établissement ?
Ton fils peut aussi peut-être exiger de continuer son traitement, dire "OK, je pars en cure, mais à condition de continuer à prendre du baclo".
Si la clinique de la Brière n'accepte pas, il faudrait qu'il soit orienté vers une autre.
Tentez le coup, vous n'avez rien à perdre.

Moi aussi Gégé, j'espère ne jamais te voir ivre, mais si ça devait arriver, je ne te jugerais pas pour autant.
Je sais trop ce que c'est.

Nic, il y a la famille dans laquelle on est né, celle qu'on nous impose, et il y a la famille qu'on choisit.
Je suis beaucoup plus proche de certaines personnes ici que de certains membres de ma famille.
 
Florence...
17 Mars 2019, 1:27
C'est curieux Gégé mais comme je te connais "en vrai" et que je ne t'ai jamais vu ivre, je n'arrive pas à me l'imaginer.
D'ailleurs, ça me fait la même chose pour la plupart de ceux qui sont ici et que je connais virtuellement depuis longtemps.
Lee, Manue, HCat, Marie-Pierre, Yann et tant d'autres, je sais qu'ils ont été (ou sont) alcooliques mais je ne parviens pas à les voir comme ça.
Ça me paraît impossible.

Sinon, je me demande si ma réapparition un peu plus régulière ces derniers temps n'est pas due aussi à un nouvel épisode hypomaniaque (plus modéré que les autres fois).
C'est bizarre car je ne prends plus de fortes doses de baclo (toujours 80 mg).
Je ne m'en plains pas si ça reste modéré, au contraire.
 
Florence...
17 Mars 2019, 1:00
C'est vrai AMJ que de mon côté j'avais une très très forte motivation (notamment grâce à mes 3 enfants) et que, d'après ce que tu nous racontes, ça semble manquer à ton fils.
Je ne parle pas de volonté, mais bien de motivation.
Je ne sais pas grand chose de lui, si ce n'est qu'il vient de rencontrer des difficultés sentimentales et professionnelles, mais toi qui le connais bien, tu peux peut-être trouver ce qui pourrait lui donner envie d'arrêter d'abuser de l'alcool en discutant avec lui (lorsqu'il est à jeun).
Il faut vraiment qu'il trouve cette motivation car on ne peut guérir un alcoolique contre son gré.

Il y a quelque chose qui m'avait moi-même motivée, c'était de me dire que si je continuais comme ça, si j'allais vraiment trop loin dans l'alcoolisme, un jour arriverait où je serais obligée de ne plus boire une seule goutte d'alcool, parce qu'on ne connaissait pas encore le baclofène à ce moment-là.
Alors rien que pour pouvoir continuer à en boire un peu, "raisonnablement", je voulais revenir à une consommation plus modérée.
Ça peut être une motivation aussi...
 
Florence...
15 Mars 2019, 13:48
Insiste plus sur ce qu'il a à gagner en cessant de boire que sur ce qu'il a perdu ou va perdre en continuant, AMJ.
Ça semble être une toute petite nuance mais je crois qu'elle est importante.

Au bout de 3 jours ?
J'étais à 20 mg je crois.
Mais attention hein ! Je buvez encore beaucoup trop.
Mais disons que j'ai senti à ce moment-là que quelque chose se passait.
Et puis aussi, à partir de là, je n'ai plus eu de black out.
Plus jamais !
Mon dernier, c'était la veille de ma première prise de baclo.
Sentant probablement que l'alcool ne ferait bientôt plus partie de ma vie, j'avais pris une bonne cuite ce jour-là.
Une façon pour moi de lui dire adieu peut-être...
(Les black out sont des trous de mémoire qui font qu'on ne se rappelle plus du tout ce qu'on a fait la veille sous l'emprise de l'alcool. C'est vraiment quelque chose d'horrible. Et vers la fin, j'en avais quasiment tous les jours)
 
Florence...
15 Mars 2019, 12:46
"Le chien qui se mord la queue", c'est vraiment le problème avec l'alcool.
C'est un cercle vicieux.
Le problème aussi, c'est que l'alcool est un traître car il nous soulage effectivement sur le coup mais nous détruit sur le long terme.
Il ne fait que nous donner l'illusion d'aller mieux, par moments.
Les médecins s'accordent à le dire, l'alcool est un anxiolytique très efficace.
C'est d'ailleurs souvent pour ça que nous buvons au départ.
Malheureusement, c'est le pire des anxiolytiques sur le plan des effets secondaires puisqu'à la longue il est potentiellement mortel et qu'avant ça, il détruit tout sur son passage.
Bref, ce cercle vicieux, il nous faut trouver le moyen de l'inverser.
Pour ça, il nous faut reconnaître que l'alcool est un faux ami et ça, ça nécessite un recul que nous ne possédons pas forcément car embrumés dans les vapeurs de l'alcool.
C'est là que le rôle de l'entourage peut être essentiel, par ce recul dont l'alcoolique ne dispose plus et qu'il peut lui apporter.
L'avantage, c'est que dès que nous sommes parvenus à faire tourner la roue dans l'autre sens, ne serait-ce qu'un tout petit peu, c'est un cercle vertueux qui s'enclenche et les améliorations s'enchaînent elles aussi.
Un petit mieux entraîne un mieux un peu plus grand et ainsi de suite.
Bref, c'est vraiment au début que c'est compliqué.

Perso, j'ai eu la chance de ressentir les effets du baclo dès le troisième jour du traitement.
Alors même si ça a été très long ensuite pour diverses raisons, j'ai pu inverser très tôt ce satané cercle vicieux.
Tu verras, comme pour moi, dès que ton fils sentira vraiment les bénéfices d'une moindre consommation, les choses s'amélioreront d'elles-mêmes.
Mais peut-être n'est-il pas encore persuadé de ces bénéfices.
Pour cela tu peux l'aider, non pas en lui montrant ce qu'il risque de perdre en continuant à boire, mais en mettant en évidence ce qu'il gagnera assurément en cessant de boire.
 
Florence...
15 Mars 2019, 7:31
Oui, alcool et antidépresseurs ne font pas bon ménage.
Perso, avant que j'aie avoué mon alcoolisme à mon médecin, celui-ci m'avait prescrit des antidépresseurs et ça avait été la catastrophe : mouvements non contrôlés, hallucinations visuelles horribles etc...

Le médecin de ton fils refuse d'augmenter plus vite que de 5 en 5 mg ?
 
Florence...
15 Mars 2019, 2:15
C'est vrai que la caricature de l'alcoolique, dans les bandes dessinées par exemple, c'est le gros nez rouge et le "Hips !" du hoquet.
Perso, au cours de ma longue carrière d'alcoolo, je n'ai eu ni l'un, ni l'autre.
Enfin le hoquet de temps en temps comme tout un chacun ou quand je bois quelque chose de très froid (et pas forcément de l'alcool).

Je pense comme Cuillère que retrouver une activité professionnelle ne peut être que bénéfique pour ton fils et probablement pour toi aussi parce que ça te permettra de souffler un peu.
 
Florence...
15 Mars 2019, 2:03
Je me rends compte après coup que mon post peut lui-même être culpabilisant.
Or, ce n'était pas du tout mon objectif.
D'ailleurs, je serais bien mal placée pour donner des leçons à qui que ce soit...
En fait, j'ai écrit ce post pour faire écho à ce que je lis depuis pas mal de temps déjà un peu partout à propos de la mollesse du forum, mais aussi je crois pour me mettre au pied du mur et me pousser moi-même à me mettre à l'ouvrage avec un peu plus de régularité.
J'ai tout à y gagner puisque j'aime ça et que ça me fait du bien.
Même mon psy m'y encourage à chaque séance.
Par ailleurs, je fais partie des privilégiés qui ne manquent pas de temps.
Alors j'ai plus qu'à...

J'ai quand même trouvé une idée susceptible de réveiller un peu ce forum qui dort : il faudrait cloner Sylvie ! :fsb2_wink:
 
Florence...
14 Mars 2019, 0:51
60 mg, c'est vraiment une très faible dose AMJ.
Il me semble que la moyenne pour atteindre la dose seuil, celle de l'indifférence à l'alcool, était aux alentours de 180 mg il y a quelques temps.
Elle est peut-être un peu moindre maintenant que l'on sait que moins l'on boit pendant le traitement, moins la dose efficace est élevée.

Et je retiens de ton post que ton fils n'a pas consommé pendant 2 soirs, ce qui est très encourageant.

Bonne chance à lui pour son futur boulot !
 
Florence...
14 Mars 2019, 0:38
Il ne s'agit pas non plus de poster pour poster Séverine, mais c'est vrai que moi la première, il m'arrive de connaître les réponses à certaines questions posées par un nouvel arrivant et de ne pas me donner la peine de répondre en pensant que quelqu'un va passer par là et le faire à ma place.
Or si tout le monde fait comme ça...
C'est ce qu'on appelle l'effet du témoin, comportement qui m'a été révélé ici-même il n'y a pas très longtemps.
Après, oui, des affinités se crée forcément au fil du temps et je crois qu'il faut se laisser porter par elles sans rien forcer.
 
Florence...
13 Mars 2019, 19:17
Je lis, de fil en fil, le regret des "anciens", dont je fais partie, quant au manque de dynamisme actuel du forum.
J'aimerais croire que cette baisse de fréquentation (ou de participation) est dû à un moindre nombre d'alcooliques en France.
Hélas ! Je crains fort que ce ne soit pas le cas.

Je vais oser quelques chiffres (une fois n'est pas coutume) pour illustrer ce triste constat.

Quand je me suis inscrite sur ce forum, en avril 2014, alors que je le lisais depuis quelques mois déjà avec autant d'intérêt que d'assiduité, j'avais été frappée du fait de la présence de membres à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit.
Il y a quelques jours, le dernier post a été publié aux alentours de 19 heures et l'activité du forum n'a pas repris avant 10 heures le lendemain matin et c'est désormais monnaie courante.

En 2014, la colonne de la page d'accueil réservée aux "Derniers messages" ne suffisait pas pour couvrir toute une journée.
Aujourd'hui, 13 jours (!) tiennent dans ce petit espace.

En 2014, j'avais dans mes mails entre 30 et 100 notifications pas jour concernant mes suivis de fils.
L'autre jour, je n'en ai eu que 4 (alors que j'en suis plus)...

En 2014, les "anciens" se battaient presque pour accueillir en premier les "nouveaux".
Maintenant, certains "nouveaux" poirotent parfois toute une journée dans le hall d'entrée avant que quelqu'un ne les remarque.

En 2014, lorsque je me trouvais confrontée à un problème, qu'il soit d'ordre technique (utilisation du forum), ou qu'il s'agisse d'effets secondaires, de répartition ou de dosage, je posais la question sur mon fil et la plupart du temps, un quart d'heure plus tard, j'obtenais des réponses.

En 2014, la rubrique d'actualités du baclo sur la page d'accueil se renouvelait sans cesse.

C'est d'autant plus dommage qu'étant donné le manque de formation de le plupart des médecins dans la prescription du baclo, le forum est un outil quasiment incontournable.
Perso, je pense que je ne m'en serais jamais sortie sans le forum.


Cela dit, je jette un œil depuis un moment sur le nombre de vues de certains fils et force m'est de constater que si le forum est moins dynamique, il demeure toujours très lu, ce qui est tout de même une bonne chose.
On peut donc supposer qu'il "agit" et que certaines personnes en tirent encore un enseignement bien que nous ne puissions vérifier son impact.

Par ailleurs, les conseils qui sont prodigués ici s'appuient sur une solide expérience.

En 2014, on ne savait pas tout ce que l'on sait désormais sur les effets indésirables du baclo, ce qui les provoque, comment les atténuer voire les anéantir.

En 2014, on ne savait pas que le baclo était beaucoup plus efficace lorsqu'on réduisait au maximum notre consommation d'alcool, de même qu'on ne savait pas qu'une moindre consommation d'alcool permettait d'obtenir un seuil à plus faible dosage.

En 2014, on jonglait entre le ciblage du craving et l'imprégnation, sans trop savoir lequel était le plus profitable.

En 2014, on ne savait pas non plus que l'ANSM allait nous mettre des bâtons dans les roues en limitant nos doses à 80 mg :fsb2_devil: .
Je crois que cette décision prise en juillet 2017 est en partie responsable de ce manque de dynamisme actuel du forum.
On s'est pourtant battus, mais cette mesure nous a miné le moral.

Ça, c'était pour le constat.
Mais un constat, ça sert à rien si on n'en fait rien.
Alors que faire ???
Je me creuse la tête depuis un bon moment déjà pour trouver un moyen de redynamiser le forum, sachant que j'ai moi-même perdu une grande partie de mon dynamisme d'antan, et ce pour des raisons personnelles qui n'ont rien à voir avec le forum ou l'alcool.
Pourtant, je brûle d'envie de remonter à nouveau mes manches car je sais pertinemment que ça me fait du bien.
J'ai toujours dit que je me sentais bien ici et je n'en démords pas.
Alors ce post pour vous dire que je vais essayer de me bouger à nouveau, tellement ce constat me désole, et pour encourager d'autres anciens comme moi à en faire autant et à refuser le fatalisme...

Merci Loulou pour tes pensées !
 
Florence...
12 Mars 2019, 17:12
Oui Drinette, c'est vraiment très bien ces 3 jours sans alcool !
Et dis-moi, la toute grande photo, c'est toi quand tu étais ado ?
 
Florence...
12 Mars 2019, 16:55
Depuis 5 ans que je hante le forum j'ai vu passer bon nombre de membres.
Je suis de nombreux fils sans forcément me manifester ; je n'ai pas toujours quelque chose à apporter en plus de ce que les autres apportent déjà.
De temps en temps, et de façon beaucoup plus intuitive que raisonnée, je repère des membres pour lesquels je suis certaine que l'alcool vit chez eux ses derniers jours.
Tu fais partie de ceux-là Bartleby !
Bon, je reconnais qu'au stade où tu en es, c'est gros comme une maison.
Mais dès le début j'ai senti que c'était bien parti pour toi.
Je ne peux que te souhaiter de continuer ainsi.
 
Florence...
12 Mars 2019, 16:22
Ça va Greg ?
 
Florence...
12 Mars 2019, 13:35
[...] je me bats contre le vent tous les espoirs misés sur le baclofene m’echappent Car mon fils ne met aucune volonté [...]


Bonjour AMJ.

Je voudrais revenir sur cette histoire d'absence de volonté car c'est le propre de l'addiction quelle qu'elle soit, d'anéantir cette volonté.
A partir du moment ou l'on est addict, donc dépendant d'une substance, comme ici ton fils avec l'alcool, notre volonté ne peut plus intervenir car l'alcool nous l'a confisquée.
Donc, demander à ton fils d'avoir la volonté de ne plus boire c'est lui demander de se battre avec une arme qu'il n'a plus.
Et c'est là que le baclofène va intervenir, lorsqu'il aura atteint sa dose seuil.
Le baclofène ne le forcera pas à arrêter de boire mais il va lui redonner cette volonté.
Il va le remettre aux commandes de sa personne, lui permettre de reprendre la direction de sa vie.
Encore faut-il qu'il sache vers quoi se diriger...

Parfois l'alcoolisme nous tombe dessus sans raisons bien précises ; suite à l'habitude de prendre des pots avec les copains pour un oui ou pour un non ou à cause d'un terrain héréditaire propice par exemple.
Il me semble que ce n'est pas le cas de ton fils.
Pour ton fils, il y a eu sa rupture, dont il n'est toujours pas remis, puis sa perte d'emploi.
Malheureusement, stopper l'alcool ne résoudra ni ses problèmes sentimentaux ni ses problèmes professionnels et j'imagine que ça lui fait peur de se retrouver face à ses souffrances sans alcool pour les noyer.
Tout ça pour dire qu'outre un traitement pour cesser de boire, il serait peut-être bon qu'il envisage un suivi psychologique qui lui redonnera des motivations, non seulement pour ne plus boire, mais encore tout simplement pour vivre ainsi que des perspectives d'avenir.
Dans le même ordre d'idées, ton soutien et celui de ton mari me semblent très important, même si c'est compliqué et douloureux pour vous aussi, je n'en doute pas.
Le traitement de sa maladie est une chose mais je crois qu'il va de paire avec un accompagnement de tout son entourage, médical, familial et amical.

Peut-être que la lecture de Le dernier verre d'Olivier Ameisen (il est présenté sur la page d'accueil), à qui nous devons la découverte du baclofène dans l'indication de l'alcoolisme, pourrait vous apporter quelque chose, à toi et ton mari et à ton fils.
Ton fils parce qu'il s'y retrouvera, qu'il se sentira compris, et toi et ton mari parce que ça vous permettra de comprendre ce qui peut se passer dans la tête d'un alcoolique.
J'avoue que j'ai pleuré en dévorant ce bouquin d'une traite tant c'était pour moi un message d'espoir.

Ne baissez pas les bras et ayez confiance.
Ce combat contre l'alcool que vous menez ensemble finira par resserrer vos liens comme jamais.
Je n'ai jamais été si proche de ma mère que depuis que je lui ai avoué (très tardivement) mon alcoolisme et qu'elle s'est rangée à mes côtés pour m'accompagner dans mon traitement.
Il en va de même pour mes enfants.
 
Florence...
09 Mars 2019, 15:29
Oui AMJ, le respect des heures de prises est important.
La plupart d'entre nous a un pilulier que l'on prépare la veille et pour ne pas zapper les prises, on met des alarmes sur nos téléphones.
Ça paraît très contraignant au départ mais on s'y habitue vite.
Et surtout, le jeu en vaut la chandelle.
 
Florence...
08 Mars 2019, 13:48
Tu cliques sur l'avatar de Sylvie, puis "Contacter" (par messagerie privée).
 
Florence...
08 Mars 2019, 12:59
[...]Malgré le passage à 10, pas de grosse différence d’EI [...]

Bonjour Bartleby.

L'augmentation de la dose n'implique pas forcément une recrudescence des EI.
Ceux-ci ne sont pas proportionnels à la dose de baclo.
Fort heureusement d'ailleurs, sinon ce serait insupportable pour ceux qui doivent monter à un fort dosage.
Si l'on doit parfois temporiser un peu à cause d'EI trop violents, très souvent ils disparaissent spontanément au fil des augmentations.

Par ailleurs, je pense que la meilleure façon de combattre les EI commence par ne pas trop les craindre, ni trop les guetter.
A trop les anticiper, on peut parfois les provoquer...
 
Florence...
05 Mars 2019, 18:43
Alors si je garde ces 80 mg de baclo, ce n'est pas parce que je crains de rechuter mais parce que j'ai la chance que le baclo ait sur moi un effet anxiolytique et somnifère sans en avoir les inconvénients (principalement l'accoutumance qui oblige à augmenter les doses pour obtenir un même effet).
Si tout allait bien par ailleurs dans ma vie, je crois que je diminuerais encore un peu, juste histoire de prendre le moins de médicaments possible.
Cela dit, ces 80 mg ne me provoquent plus aucun effet indésirable donc je ne me précipite pas non plus pour diminuer.

Quant à la polynévrite, hélas non, elle m'a laissé des séquelles qui sont vraisemblablement irréversibles.
L'arrêt de l'alcool a stoppé sa progression mais n'a pas tout réparé.
Lorsqu'on pense alcoolisme, on pense tout de suite à cirrhose ou cancer, mais ce ne sont pas les seules maladies qui découlent de la surconsommation d'alcool.
La polynévrite alcoolique est une neuropathie traître qui ne prévient pas, qui peut survenir même après l'arrêt de l'alcool et qui, lorsque l'on continue malgré tout à boire, peut déboucher sur la démence alcoolique.
Et ça, c'est complètement irréversible.
Mais rassurez-vous AMJ et Riquinita, vos fils n'ont pas assez de galon ( :fsb2_wink: ) dans leur alcoolisme pour pouvoir y prétendre.
Elle ne survient qu'après un alcoolisme ancien et sévère.
Vous pouvez malgré tout évoquer ce problème avec eux car cela fait une raison de plus pour avoir envie de stopper les excès.
Perso, je ne connaissais absolument pas cette maladie avant qu'elle me tombe dessus.
 
Florence...
05 Mars 2019, 16:33
Non Riquinita, je n'ai jamais fait de cure.
Je suis devenue dépendante en 1993.
J'ai gardé ça pour moi et j'ai lutté seule dans un premier temps.
Je me suis ensuite fait aider par mon généraliste et un psy.
On m'a prescrit alors de l'Aotal, des antidépresseurs, des somnifères et des anxiolytiques.
En 2013, j'ai aussi été suivie pendant 2 mois en centre d'addictologie mais c'était pire que tout.
Tout cela n'a rien changé.
J'ai bu jusqu'à une bouteille de pastis sec tous les 2 jours (plus du cidre pour accompagner les repas mais en quantité modérée).

Il m'a fallu monter jusqu'à 300 mg de baclo par jour et j'ai mis plus de 2 ans à aboutir à mes fins.
MAIS
mon parcours est atypique.
En effet, j'ai dû baisser le baclo (alors que mon seuil n'était pas atteint) à cause de ce que je pensais être des effets indésirables du baclo or il n'en était rien.
Les douleurs que je ressentais étaient en fait les symptômes d'une polynévrite alcoolique qui s'est déclarée alors que ma consommation avait beaucoup diminué.
Quand le diagnostic a été établi, j'ai repris ma montée mais ça m'a fait perdre beaucoup de temps.
Par ailleurs, à partir de juin 2015, il m'est tombé dessus un tas de tuiles (problèmes gynécologiques, familiaux, sentimentaux, financiers, déménagement etc), ce qui a énormément freiné ma progression.
Bref, il ne faut pas se baser sur mon parcours qui n'est pas représentatif de ce qui se passe le plus souvent.
Il faut plutôt retenir que malgré de très mauvaises conditions pour me soigner, j'ai réussi alors que j'aurais eu 100 fois l'occasion de replonger.

J'ajoute que je suis désormais à 80 mg de baclo.
Je pourrais descendre plus mais il se trouve que le baclo me permet de bien dormir (j'ai été insomniaque quasiment toute ma vie) et me rend moins anxieuse alors je préfère garder cette dose tout le temps que mes problèmes personnels ne seront pas résolus.
Je ne bois plus que dans les occasions conviviales sans me restreindre, mais ça ne va jamais bien loin.

Désolée AMJ de squatter ton fil...
 
Florence...
05 Mars 2019, 14:27
Riquinita
C'est certain que l'alcool et les antidépresseurs ne font pas bon ménage.
À l'époque où j'étais encore alcoolique et où je n'avais pas encore osé en parler à mon médecin, j'avais fait plusieurs essais d'antidépresseurs dont certains m'avaient fait des effets insupportables (hallucinations visuelles morbides, gestes incontrôlés etc).

Ça tombe bien que tu sois là Riquinita car je crois que vous allez pouvoir partager pas mal de choses, toi et AMJ.
Vous êtes toutes les deux dans une situation un peu similaire avec vos fils.
 
Florence...
05 Mars 2019, 13:52
Le problème avec ce traitement, c'est justement qu'on ne peut pas savoir à l'avance quelle dose sera efficace.
Ça ne dépend ni du sexe, ni du poids, ni de l'âge, ni de l'ancienneté ni de la gravité de l'alcoolisme.
L'indifférence à l'alcool peut arriver progressivement comme elle peut se produire du jour au lendemain.
Dans certains cas même (mais ce n'est pas la majorité), il peut y avoir une augmentation de la consommation d'alcool au départ.

L'augmentation classique, c'est 10 mg tous les 3 jours.
Mais il se peut que l'on soit obligé d'augmenter plus lentement à cause des effets indésirables.
Perso, j'augmentais de 10 tous les 7 jours.
En aucun cas, il ne faut augmenter plus rapidement que 10 tous les 3 jours.

Aucune question n'est idiote.
Le forum est là pour répondre à toutes les interrogations.
 
Florence...
05 Mars 2019, 13:44
Je me souviens bien de toi Nico.
Je m'appelais Flocerise à l'époque.
Ta réussite m'avait subjuguée et c'est grâce à des personnes comme toi que j'ai trouvé la force de mener à bien mon traitement moi aussi.
Alors à mon tour de venir t'encourager dans ta nouvelle tentative.
 
Florence...
05 Mars 2019, 13:34
"en rentrant de travail à 17h il était un peu ivre je lui ai demandé s’il avait consommé il me jure encore et encore que non"
Cet entêtement à soutenir qu'on n'a pas trop bu alors que ce n'est pas le cas, c'est quelque chose qui est très difficile à comprendre pour les non alcooliques.
Combien de fois l'ai-je fait devant mes enfants !
Et à ces moments-là, je le pensais sincèrement.
Ce n'est qu'après, lorsque l'alcool avait cessé de faire son effet, que je réalisais qu'effectivement, j'avais dépassé une fois de plus les bornes.
Mais c'est quelque chose qui est différent du mensonge.
C'est une culpabilité qui est si lourde à porter qu'on se persuade du contraire jusqu'à nier l'évidence.

En règle générale, je pense que s'il est bon de discuter avec la personne alcoolique de son problème d'alcool, il est inutile de le faire lorsque cette personne a bu.
Quand on a bu, on est dans un fonctionnement qui échappe à toute logique.
Bref, essaie de faire preuve d'indulgence dans ces moments-là, même si c'est très difficile parce que tu souffres de voir souffrir ton fils et profite des moments où il est à jeun pour discuter avec lui et lui montrer que tu es avec lui, et non contre lui, dans son combat contre l'alcool.
Je sais, c'est facile à dire...
 
Florence...
03 Mars 2019, 19:07
"c’est quelqu’un qui a peur de tout un faible comme il dit"
Alors déjà, si tu pouvais lui enlever cette idée de la tête, AMJ, ce serait vraiment bien !
Mais c'est compliqué parce que c'est l'idée que la plupart des personnes a des alcooliques et même nous, alcooliques, on y croit.
Pourtant, c'est totalement faux !
Il n'y a aucune faiblesse dans le fait d'être alcoolique.
C'est juste que c'est l'alcool qui nous a volé les armes qui nous servaient à nous battre.
A partir de là, volonté ou pas, ça ne change rien.
En revanche, ce qui change tout, c'est l'envie de s'en sortir et cette envie, rares sont ceux qui ne l'ont pas.
D'après ce que tu nous dis de ton fils, cette envie est bien présente chez lui mais le problème, c'est qu'il n'y croit plus.
Or pour ça, tu peux l'aider.
Tu peux l'aider à y croire à nouveau, forte de ce que tu lis ici.
Perso, j'ai été alcoolo-dépendante pendant environ 20 ans et je m'en suis sortie en prenant du baclo et en venant ici, sur ce forum.
Je n'ai pas spécialement fait preuve de volonté pendant mon traitement.
Je l'ai juste suivi avec beaucoup de rigueur et d'application.

Et je confirme aussi pour la prise du baclo.
S'il se prend très régulièrement, les heures de prise sont déterminées en fonction du craving et varient donc d'une personne à une autre.
Mais ici, il trouvera tout ce qu'il faut pour l'aider à déterminer ces heures.

Je confirme également pour le sommeil.
Lorsque je buvais il me fallait faire la sieste (quand cela était possible) car l'alcool assomme.
C'est d'ailleurs pour ça aussi que j'en buvais, pour m'assommer et éviter de penser à mes soucis.
 




forum baclofene