Résultats de la recherche (75 résultats)

Jam
06 Novembre 2018, 21:37
Merci tchoupi et Sylvie.

Comme promis la suite...
Toujours un grand apaisement dans ma vie, le sentiment d'être moi. Même si "moi" n'est pas aussi parfaite que je le voudrais, je fais le deuil de mon image idéale et je me rapproche de ma véritable personne.
Quasiment plus d'angoisses.
Plus d'accès dépressifs.

Côté crises, j'en ai fait 2 en deux semaines je crois (avant minimum quotidiennes). Mais pas énormes et surtout, un genre de dégoût m'a contrainte à abandonner rapidement.
Je pense que si je montais plus, peut être, je pourrai les éliminer.
Seul hic, je commence un nouveau boulot mercredi prochain. Pas question de m'endormir en plein milieu de l'aprem... mais honnêtement je ne ressens pas le craving, je crois que c'est un mélange d'habitude et d'envie de me faire plaisir, d'être dans ma bulle. Je crois qu' elles vont s'espacer et partir d'elles mêmes.
Enfin on verra, je vous tiens au courant.
Pour le moment je ne m'estime pas forcément guérie, mais libérée en tous cas de toutes mes obsessions.
 
Jam
27 Octobre 2018, 21:45
C'est effectivement mon ressenti pour le moment.

Je suis toujours à 40mg et je pense que je vais m'arrêter là.
Je n'ai plus de pulsion de type craving.

Si je fais encore des crises ? Oui, mais... ce sont des crises de compulsion quand je me frustre sur les repas en m'interdisant ce que j'aime. Je me rabats alors deux heures après sur un paquet de gâteaux. Comme tout le monde...

Je crois que ce qui m'a bloquée la première fois m'apparait clairement aujourd'hui. Le Baclofène ne fait pas subitement disparaitre la faim, on ne devient pas insensible à toutes les tentations même si l'attrait est différent. C'est très dur pour une boulimique d'accepter de reprendre d'un plat même si elle a encore faim, de se faire un bon goûter sans culpabiliser.

J'ai donc décidé de lâcher prise et de manger ce que mon corps voudra manger. Bonne nouvelle, arrivée à la moitié du paquet de gâteau je suis dégoutée. Il suffit parfois de se faire confiance mais quand on s'est coupé tout ce temps de ses sensations alimentaires c'est un véritable défi.

Bref, je pense que monter encore en cherchant à ne plus ressentir la faim serait une tentative vaine. Je ne sais pas si c'est une victoire ou un abandon mais je me sens vivante, plus que jamais ces 10 dernières années. Des projets plein la tête et des angoisses qui disparaissent rapidement.

Je reviendrai dans quelques jours refaire un point sur mon état.
 
Jam
25 Octobre 2018, 11:50
Finalement aujourd'hui j'ai pris 20mg au réveil, 10mg à 11h et je prendrai encore 10mg vers 15h ou 16h.

Je voudrais passer à 3 prises journalières, c'est trop compliqué à gérer sinon avec les alarmes, surtout que je vais bosser en crèche bientôt donc impossible de garder un téléphone ou une montre sur soi. Dans les rushs le temps passe vite et on peut facilement louper l'heure de la prise... Les pauses ne sont pas régulières, parfois repas à 11h30 parfois à 14h...

De plus, je supporte moins bien les prises du soir alors je vais essayer de charger plutôt le matin comme je n'ai pas de craving vraiment distinct.
 
Jam
24 Octobre 2018, 13:39
Je pense que c'est la première ou la deuxième option, mon organisme est saturé par la crise et ne ressent plus l'effet du baclo sur le reste de la journée. En fait les idées noires, angoisses etc.. reprennent après la crise et s'estompent de nouveau le lendemain quand j'ai éliminé la crise.

Je commence à avoir le nez bouché, pb de respiration la nuit, gorge sèche etc.. mais ça je m'y attendais donc ça va.

Toujours des nausées, moins de coups de fatigue (mais la méditation en yoga est horrible, je m'endors systématiquement).
 
Jam
22 Octobre 2018, 17:20
Merci Catherine, en effet tu as raison mais à priori, crises = craving = il faut augmenter encore.
Bon j'étais pas mal niveau EI ajd donc j'ai pris un 4ème cp à 18h. Ce qui fait :
7h30 11h 15h 18h
Je remarque que quand je fais une crise le baclo agit moins bien. Ou j'en ressens moins l'effet.
 
Jam
22 Octobre 2018, 12:33
Merci Manue Velvet, l'estomac va beaucoup mieux depuis que je ne vomis (presque) plus. Espérons que cela dure.


Quelques nouvelles depuis la dernière fois :

- je suis toujours à 30mg par jour, trois prises à 7h30/11h/15h. Il m'arrive (souvent) de louper une prise parce que je suis avec une amie, en train de travailler, de dormir etc... donc pas très régulier mais globalement je respecte quand même. Hier matin j'ai juste ouvert les yeux, pris mon comprimé et je me suis recouchée. Réveil 2h plus tard avec le comprimé encore à moitié intact dans la bouche... sans commentaire !

- je prends tous mes comprimés en sublingual. Plus pratique car je suis souvent en déplacement, plus discret, et psychologiquement le fait que ça agisse rapidement m'aide aussi. Je peux me le permettre pour le moment vu ma dose.

- je n'ai pas augmenté car je me sens plutôt bien, que j'ai des EI bien présents donc j'attends que ça se tasse, et que je suis en train de rechercher du boulot donc pas évident d'être une loque quand on bosse avec des bébés.

- niveau crises, présentes mais beaucoup moins. Craving apparaît de temps en temps, pas systématiquement, plutôt le soir ou en milieu de matinée. Ou carrément au réveil avant ma prise de 7h30.

- niveau émotionnel, exactement comme ce que disait le Pr Ameisen dans son livre. Plus d'angoisses, le sentiment d'être moi, de pouvoir faire ce que je veux de ma vie... vraiment c'est ça le plus gros changement, mon copain me dit qu'il m'a jamais vue comme ça et qu'il est super content pour moi. Donc effectivement, je monte pas car malgré les quelques compulsions je savoure mon nouvel état d'esprit. Je vais quand même ajouter un cp demain, je sais pas du tout quand par contre...
 
Jam
14 Octobre 2018, 12:36
Exactement Morgane, c'est étrange que ça agisse à un dosage aussi bas cette fois mais je pense que c'est aussi lié à mon état psychologique. La dernière fois j'étais au plus bas, alors que maintenant ca va plutôt bien, il ne reste que les crises qui dénotent.
Merci Sylvie, j'ai donc pris à 11h30 ma deuxième prise et j'augmente demain avec une prise à 15h30.
Le craving du soir sera peut être plus dur à éradiquer cela dit. Hier soir crise, ce matin j'ai plein de restes mais j'ai juste pris un repas normal vers midi.
Pas envie de plus (alors que franchement normalement c'est inévitable si j'ai des restes). Je commence même à faire des projets professionnels et à voir l'avenir sous un meilleur angle.
 
Jam
13 Octobre 2018, 21:34
Oui Morgane, pour le moment c'est idéal mais je me méfie, peut-être que tout cela est induit et que je vais déchanter les prochains jours.
On ne sait jamais, même quand j'ai eu des fameux déclics au cours de ma maladie et que je pensais que ça y est, la guérison était avérée définitivement, le craving revenait en douce, petit à petit. D'abord un dessert en plus, puis un goûter qui s'éternise, et puis les pulsions qui réapparaissent...

En effet pas d'EI particulier, je les remarque sans doute plus parce que je les ai déjà eus lors de ma première tentative, donc je les connais. Sinon je ne ferai pas forcément le lien, surtout à ce dosage.

Ah oui je pourrais avancer celle de 12h30 effectivement, je vais attendre l'avis de Sylvie. Mais dans l'idée ce serait quelque chose comme 7h30/11h30/15h30.
Dois-je avancer mon horaire et augmenter le jour suivant ou faire les 2 en même temps ?

Merci pour ton soutien !
 
Jam
13 Octobre 2018, 21:29
Bonjour à toi,

Et bienvenue sur le forum. La BV est un véritable supplice que l'on croit s'infliger, alors qu'il est certainement fortement lié à un dérèglement de notre organisme.
J'espère que tu vas rapidement pouvoir commencer le traitement, et avec ta motivation, tu as de bonnes chances de réussite.
Même si tous les parcours ne se ressemblent pas, et certains TCA ont apparemment eu beaucoup de mal à trouver leur seuil...
Mais restons positifs car il y a aussi eu de très belles guérisons sur le forum.

Amitiés.
 
Jam
13 Octobre 2018, 21:25
Bon courage Melissa pour ton parcours, tu as déjà vécu des épreuves insupportables mais tu as certainement aussi acquis une force profonde qui t'a permis d'y survivre.
J'espère que le baclofène t'apportera un peu de sérénité et te permettra de mieux profiter de la vie, et des journées surtout !
 
Jam
13 Octobre 2018, 21:20
Exactement Morgane, je suis maintenant indifférente la moitié de la journée, mais le soir le craving réapparaît vers 16/17h.

Mes deux prises sont donc : 7h30 10mg / 12h30 10mg

Je compte monter demain, mais je me tâte un peu sur l'heure.
18h30 représenterait un bon équilibre sur la journée mais mon craving arrive avant, je devrais donc plutôt prendre ma troisième prise vers 16h ?


EI : nausées ++, somnolence + (j'ai réussi à tenir jusqu'à 1h du matin en soirée sans problème), euphorie et sensation d'être bourrée (je parle librement, j'agis sans penser au regard des autres, quitte à être un peu gênante même...), quelques soucis de respiration notamment à la piscine ce matin où je me suis légèrement étouffée 2 ou 3 fois, coups de chaleurs ++ surtout en faisant la queue dans les magasins c'est dur de rester debout.
Libido ++, mais sécheresse des muqueuses ++ également... pas grave on s'adapte.
En bref j'ai l'impression d'être enceinte et bourrée (comme après une bonne grosse crise mais sans le ventre tendu à exploser).

Le baclofène "produit" la même sensation qu'une prise d'alcool ou de nourriture au niveau neurologique ?
 
Jam
11 Octobre 2018, 13:27
3ème jour de Baclofène, j'augmente aujourd'hui à 20mg en ajoutant un comprimé à 12h30.
Donc ça fait : 7h30 10 / 12h30 10

J'ai remarqué que le début de journée se passe très très bien avec une sensation d'indifférence (j'ai été indifférente avec le baclofène il y a 2 ans, et plusieurs fois depuis dans des phases "faciles" de ma vie donc je peux vraiment identifier cette sensation : même si je me forçais, je ne pourrais pas faire de crise, la nourriture me dégoûte presque, en tous cas les trucs que je mange pendant mes crises) mais je sens que vers la fin de matinée ça va moins bien d'où ce rajout.

Je commence à avoir des bouffées de chaleur, comme pour le traitement en 2015 donc ça va sans doute durer toute la montée. Ça m'arrange presque, moi qui suis une grande frileuse. Mon copain est venu hier et me trouve plus sereine, effectivement j'ai retrouvé la patience qui me faisait défaut ces derniers temps surtout avec mes enfants, et ça c'est très positif.

Même si ça ne marchait pas cette fois, je peux au moins dire que à faible dosage le baclofène m'apporte bien plus que les quelques anxio/antidépresseurs que j'ai testés et très vite abandonnés.
 
Jam
09 Octobre 2018, 11:53
T'inquiète pas Morgane, tous les avis sont intéressants il n'y a pas de vérité ultime, seulement des relatives.
Merci pour l'info pour le sublingual on va garder ça pour les urgences.

J'ai pris 10mg à 7h30, et malgré un réveil depuis 5h30 (petit chaton adopté récemment qui fait le fou) je suis assez en forme. J'ai dépassé l'heure de natation sans problème, à ce sujet j'ai toujours froid et là je n'avais aucun frisson en sortant de l'eau.
Je crois que le Baclofène augmente ma température, c'est possible ? Ou alors ma circulation est meilleure ? Ou bien l'hypoglycémie a été retardée ? Car je n'avais pas faim avant midi contrairement à d'habitude.

Je précise que je prends rarement des médicaments, donc en général ils font effet assez vite.

Environ 1h après le comprimé de ce matin je me suis sentie détendue comme après une bonne séance de yoga et ca continue pour le moment. Ou simple effet placebo, mais c'est appréciable ce répit dans la pensée et dans le tonus musculaire. J'ai l'impression de récupérer cette énergie gaspillée par mon corps toujours en tension.
 
Jam
08 Octobre 2018, 19:58
Merci Morgane pour ton avis précieux.
Peut être que psychologiquement prendre le comprimé dès le matin comme le préconise Sylvie m'aidera à mieux démarrer la journée, je vais tenter au réveil.
Parce que effectivement ayant eu une crise aujourd'hui et fatigue ++ à cause d'une petite nuit, je sens le climat idéal pour un craving de bon matin demain.
Bon je vais croiser les doigts pour mon estomac. Il y a quelques semaines j'ai du faire venir le médecin un dimanche soir car j'avais des douleurs terribles, et crainte d'un nouvel ulcère.
Il y a aussi le problème des vomissements, je ne me souviens plus, on peut prendre le baclo en sublingual non ? Car vomissements plusieurs fois par jour = difficile de savoir si le comprimé pris 30 min avant est passé ou pas...
 
Jam
08 Octobre 2018, 18:23
Bonjour à tous,

@Therena : merci pour ce soutien ! Je lis régulièrement les fils personnels des alcoolos-dépendants et des TCA et j'y puise tour à tour confort ou inquiétude, quoiqu'il en soit tous dans la même galère, autant s'aider.

@Sylvie : il pensait surtout que je pouvais retrouver mon palier rapidement, comme si ce serait théoriquement le même après tout ce temps. Ce dont je doute quelque peu mais qui sait... Concernant le craving, très difficile à repérer mais je vais expliquer un peu ma situation plus loin.

@Morgane : merci de cet accueil, je vais en dire plus car ma situation a aussi pas mal changé.


Actuellement je vis seule avec mes deux filles (6 et 8 ans) depuis juillet dans une ville nouvelle. Je suis au chômage mais je travaille comme indépendante ponctuellement de chez moi (je peux donc organiser mes journées et c'est un avantage pour le traitement). J'ai de temps en temps un week-end ou une semaine sans mes filles que je passe avec mon copain, chez qui je n'ai pas de crise et quasiment pas de craving.
Pour le reste, je peux me lever le matin avec une envie de tout dévaliser (souvent quand j'ai peu dormi ou que j'ai fait des crises tard) mais sans doute que les crises viennent plutôt en fin de journée, vers 16h-17h. Le retour des filles de l'école, la fatigue de la journée, un certain désœuvrement, la peur de la nuit qui arrive (je dors bien mais j'ai des crises d'angoisse handicapantes, notamment le soir).
Mes cravings arrivent aussi quand je relâche la pression et que je sais que je peux criser (ex, quand je ne vais pas voir mon copain le lendemain, que je n'ai rien de prévu, que je peux me permettre d'être malade car je suis toujours malade jusqu'à 24h après).
Côté psy, j'ai été diagnostiquée "surdouée" -plutôt handicapée sociale, je trouve- quand j'étais gosse, borderline par mon dernier psy, anxio-dépressive par mon médecin traitant. Mais. Quand je n'ai pas de crises (ce qui peut arriver comme cet été, 1 mois sans crise) je suis laaaargement moins déprimée et stressée.
D'où mon fort intérêt pour ce médicament et mon désintéressement progressif des thérapies où je n'avance qu'à pas minuscules... quand j'avance.

Venons-en donc à la répartition : je vais commencer demain, à votre avis je prends le premier comprimé au réveil ou j'attends le craving histoire de savoir quand ça bloque ? Le matin j'ai piscine (je fais pas mal de sport, tous les matins et certains aprems) donc en général ca va, je mange bien le midi, c'est vers 15h avec le retour de la faim que ca va se compliquer.

Encore un grand merci à tous, cette communauté est une réelle force pour ce traitement libérateur pour certains, mais franchement pas évident à gérer.

Ah oui j'oubliais : à cause de la boulimie et des angoisses, j'ai fait deux ulcères l'an dernier, gastrite quasi chronique, et troubles digestifs plus ou moins importants. Le baclofène a-t-il un impact à ce niveau ? (je sais que les AI par ex empirent considérablement l'état de mon estomac)
 
Jam
08 Octobre 2018, 14:36
Voilà je reviens de chez le doc, il m'a prescrit sans hésiter la molécule du fait de ma précédente expérience.
Par contre il m'a dit de commencer à 50 mg par jour, il m'a même demandé si je voulais commencer à 120mg (soit mon seuil lors de ma précédente tentative). Pour le moment je n'ai rien pris j'ai mes 10 boîtes de baclo en main et j'attendais vos avis.
Bien sûr longue discussion à la pharmacie comme il m'a prescrit 120mg, je suis hors AMM donc la pharmacienne m'a posé plein de questions, est allée voir sa collègue etc... heureusement que je ne suis plus aussi sensible et que j'assume (du côté corps médical) mon problème. Sinon bonjour l'embarras...
 
Jam
06 Octobre 2018, 19:27
Très bien merci, j'espère en convaincre l'un ou l'autre. C'était déjà compliqué avec la "pro-TCA" qui me suivait donc ca promet !
J'ai continué à monter après les seuils car je ne voulais pas manger normalement, je voulais ne plus rien manger. Le côté anorexique, que j'ai travaillé en thérapie. Maintenant j'accepte beaucoup mieux mon corps.
Merci pour le lien, j'ai lu cet article un peu avant de penser à reprendre la molécule, ça a influencé ma prise de décision.
 
Jam
06 Octobre 2018, 18:48
Merci Renée pour ce témoignage, c'est inspirant et motivant. Bon courage pour la suite des épreuves!
 
Jam
06 Octobre 2018, 18:45
Bonjour à tous,

Je suis une ancienne du Baclofène (voir mon ancien sujet) et je souhaite aujourd'hui reprendre le traitement.

Est ce que Sissi s'occupe toujours des contacts TCA ? J'aurais besoin d'aide pour trouver un prescripteur sur Mulhouse car j'ai déménagé entre temps (avant j'étais suivie sur Strasbourg).

Je vois qu'en 3 ans il n'y a pas eu beaucoup de progrès pour les TCA, pourtant j'avais eu le sentiment que le craving disparaissait bien avec le Baclo. A voir pour cette nouvelle tentative.

Pour info j'étais montée à 200mg avec des EI assez forts mais supportables. Indifférence possible vers 120 puis 180mg, mais pas prête psyhologiquement à guérir.
 
Jam
27 Février 2015, 20:23
Ca m'aurait intéressé comme je l'ai dit au début du fil mais je me retire, ayant arrêté l'aventure Baclo pour l'instant.
J'espère que ça sera profitable pour vous tous ;)
 
Jam
21 Février 2015, 20:21
Merci bamala pour ton message empreint de gentillesse et de sincérité.
On me dit souvent que je suis très mature pour mon âge, mon psychiatre lui dit que je suis très abîmée pour mon âge.
L'un va avec l'autre je suppose.
En tous cas tous ces messages me réchauffent le coeur et même si je n'ai pas le temps de vous écrire personnellement à chacun, merci.

J'ai eu une petite pensée pour le forum aujourd'hui, à la sortie de mon supermarché il y avait des personnes qui faisaient remplir des questionnaires sur l'alcoolisme et récoltaient des dons. Ils étaient très gentils et ouverts à la discussion, anciens alcooliques pour la plupart. Je n'ai pas eu lte temps de parler avec eux du Baclofène mais j'y retournerai.
 
Jam
21 Février 2015, 14:46
Merci beaucoup Swity je vais me renseigner.
 
Jam
20 Février 2015, 21:13
Merci Soleil au dessus des nuages pour tes interventions. J'espère de tout coeur que ton parcours te mènera à bon port.

Merci encore sissi pour ta présence et tes remarques pertinentes sur le forum des TCA.

Merci Sylvie pour tes réponses éclairées et ton soutien.

Merci à tous ceux qui ont lu et sont intervenus ou pas sur mon fil.

Je descends de 10mg tous les 2 jours sur conseil de ma prescriptrice. J'en suis à 140mg.
Ca fait du bien de pouvoir à nouveau respirer, chanter (ma voix avait complètement mué je ne me reconnaissais plus), de ne pas m'endormir debout en plein milieu d'aprem. Psychologiquement, je me sens aussi mieux quand je prépare mon pilulier et que je redescends, parce que passé les 15 comprimés, ça me faisait mal au coeur d'imaginer toute cette substance chimique dans mon corps. Moi qui ne prends même pas de paracétamol quand j'ai mal au crâne, j'ai du revoir mes principes pour ce traitement !

Du coup le sommeil redevient aléatoire, dommage. En même temps je dors moins du coup, et je suis tout aussi en forme. Mais moi qui tombait comme une masse en 5min, je me surprends à tourner une heure dans mon lit avant de m'endormir.

Je reviendrai poster au cours de ma descente, si jamais mon témoignage peut aider ou éclairer quelqu'un.

Ah oui, et les crises : RAS. Toujours autant, voire plus.
 
Jam
14 Février 2015, 14:34
Exact, je n'ai pas abandonné à cause des EI puisque je n'en avais pas beaucoup (à certains seuils ils revenaient, puis disparaissaient en continuant à monter).
Et au contraire, je supportais bien ces effets de planer, comparables à ceux ressentis après une grosse crise ou des vomissements. Cela m'étonne que tu dises, sissi, que la fatigue n'est pas connue par les TCA car entre les crises en elle-même et la fatigue induite par le manque de sommeil, c'est tout le contraire.
En plus, le baclofène permettait de dormir confortablement, et l'augmentation rapide était nécessaire pour moi sous peine de tout abandonner.

Donc, mon avis sur la question, c'est que dans les cas de boulimie vomitive ou boulimie-anorexique, la composante psychologique est beaucoup plus importante que dans l'alcoolisme ou l'hyperphagie.
Ce avec quoi mon psy et mon médecin sont en accord.
Dans mon cas, le déclic s'est fait dans la mesure où mon psychiatre m'a dit "je vous connais depuis avant le baclofène, et pour moi, vous n'allez pas mieux, c'est même pire". En fait, j'avais tellement investi psychologiquement ce traitement pour échapper à mes problèmes qu'ils sont revenus en bloc.
Là où tu avais raison, sissi, c'est qu'il ne faut pas y venir trop tôt et pour ma part c'était trop tôt.
Il faut avant ce traitement avoir résolu le plus gros des ses soucis psy.
Si dans quelques années, ma psychothérapie porte ses fruits et que le craving reste, je reviendrai sans doute vers les traitements médicamenteux -baclofène, ou autre s'ils trouvent mieux d'ici là pour la boulimie.

Pour conclure, je pense que mon premier seuil était le bon (vers 120mg) mais que je n'étais pas prête à manger normalement tout simplement. A voir si je resterai éventuellement à ce seuil à la redescente ou pas... En tous cas, il ne me reste plus d'autre solution que la psychothérapie désormais.
 
Jam
12 Février 2015, 20:44
Merci Manue pour ta réponse ;)

J'arrête là l'aventure Baclo : je commence à redescendre depuis hier.
Plus d'explications ultérieurement.
 
Jam
08 Février 2015, 12:39
Oui sissi, j'ai une répartition très... répartie, et je l'étalerais encore plus si possible. C'est moi qui l'ai faite selon mes ressentis, en fait je ne supporte pas les prises de plus de 4 comprimés, je me sens extrêmement mal. Et puis psychologiquement, j'ai besoin d'avoir souvent ce petit soutien que représente la prise. Vraiment pour moi c'est l'idéal.
Pour mes heures habituelles de pulsions, je n'en ai pas. ça va, ça vient...

Bon, deux questions.

1ère question, retour des vomissements pour moi (crises plus nombreuses, donc plus de prise de poids, donc plus de stratégies compensatoires), du coup j'avais lu qu'on pouvait prendre les comprimés en sublingual, ce que je fais. C'est bon ?
Je veux dire, ça a bien le même effet ? Ils fondent vite pour moi, 3 en 10 min, du coup ça me parait presque trop simple, j'ai peur que ça n'ait pas le même effet.

2ème question, je suis en stage actuellement auprès d'enfants.
Sur recommandation de mon médecin traitant (pour éviter le jugement hâtif des collègues), je n'ai pas parlé de mon traitement. Pas d'obligation légale, parait-il.
Sauf que ma chef m'a vu le prendre, et m'a convoquée pour me signaler que si je ne lui disais pas ce que je prenais, je ne pourrai plus rien faire d'autre que de l'observation.
Je lui ai donc expliqué, mais je me suis sentie mal d'avoir à le faire, et je me sens toujours mal d'ailleurs maintenant qu'elle le sait.
Elle m'a dit que du coup, c'était bon, ça n'avait pas d'incidence et que je pouvais continuer mon stage.
Sauf que, ma mère vient de me dire que dans le code civil, cela s'appelle du chantage et qu'elle n'a pas l'autorisation de me priver d'une partie de mes compétences si je ne lui dis pas, car seul un médecin du travail est habilité à poser cette question.
Qu'en pensez-vous ?
Le mal est fait maintenant, mais j'aimerais quand même savoir si au fond j'ai eu tort ou raison d'agir comme mon médecin me l'a recommandé, et si j'aurais pu refuser de dire ce que je prenais.
 
Jam
06 Février 2015, 22:38
Bonjour Onlyouandme !

Bienvenue sur le forum.
Ta maladie est à ce que j'ai compris toute récente, c'est donc très positif pour toi de t'y confronter dès main tenant.
N'hésite pas à m'envoyer un message en privé si tu veux discuter, ce sera avec plaisir.

Bon courage pour ta bacloroute, au plaisir d'avoir de tes nouvelles rapidement sur la suite :)
 
Jam
06 Février 2015, 22:34
Bonsoir bamala, et bienvenue,

Ravie que tu aies trouvé un docteur pour te prescrire !
Tiens nous au courant pour la suite.
Te voilà lancée :)
 
Jam
06 Février 2015, 22:31
J'ai eu un rendez-vous avec une remplaçante de ma baclodoc, qui elle m'augmente sans problème. Du coup je continue à la voir pour l'instant.

Nouvelle fausse joie à 180mg : quelques jours sans crises, l'impression que tout va bien, que les besoins de crises sont partis, et les problèmes avec. Puis ça revient.

Niveau ES, je déguste niveau fatigue, je m'endors entre 13h et 16h que ce soit en cours (plein de blancs dans mes notes, c'est perturbant) ou en stage (je me rends compte que j'ai des absences quand les choses ont changé en quelques secondes sans que je sache comment). Ca devient compliqué à gérer.

Nuits avec sommeil profond, beaucoup de rêves (mais j'en ai toujours beaucoup fait), réveils fréquents mais aucun problème pour me rendormir. Prise nocturne vers 4h car sinon je trempe mes draps (de sueur !!!).
Nuits de 9h mais sensation de ne pas avoir assez dormi (de pair avec un retour de la déprime je crois).
Rhume et toux présents depuis quasi le début de traitement mais là ça devient aussi hardcore : voix éraillée, respiration difficile en position couchée.
Une oreille complètement bouchée depuis quelques jours, la moitié droite du cerveau anesthésiée, dans le brouillard.
Décharges électriques dans les doigts, nausées dès que je suis à jeun.
Plus de libido, ça fait deux semaines que je n'ai pas vu mon copain et j'essaie de retarder le moment où l'on se verra au max.
Ras-le-bol général.
Mais je tiens toujours le coup.
 
Jam
06 Février 2015, 21:52
Bonsoir à toi l'ami,

Par rapport à la moyenne d'âge ici, tu en viens au Baclo plutôt jeune, par rapport à ton parcours en revanche on peut dire que tu y viens tard... mais tu y viens, heureusement.

J'ai hâte de lire la suite de tes aventures qui vont mener, j'en suis sûre, à la victoire, non sans aventure mais à vaincre sans péril...

La bise :)
 
Jam
28 Janvier 2015, 20:36
Okay merci Sissi pour la réponse, j'espère ne pas en arriver là mais j'ai le sentiment que je n'aurai bientôt plus trop le choix...
J'ai tellement peur de devoir arrêter le traitement en plein milieu :(
 
Jam
28 Janvier 2015, 20:31
Ce serait avec grand plaisir que je viendrai, si mon emploi du temps et mon budget le permettent, si les TCA sont admises, et s'il y a une gare pas loin... :)
 
Jam
27 Janvier 2015, 18:41
Et sinon une question, est-ce que c'est envisageable de se faire suivre pour le baclo à distance ?
Comme il y a des doc sur Paris qui suivent pour les TCA même à des hauts dosages, je m'étais dit que si je pouvais y aller une fois et ensuite être suivie par tel ou par mail ça pourrait le faire, en plus de mon suivi psy chez moi.
 
Jam
27 Janvier 2015, 18:06
Elle m'a envoyé balader quand je lui ai parlé du resab, du style "ça fait longtemps que je connais".
 
Jam
27 Janvier 2015, 15:14
Bonjour Claire,

Après mise au point, elle "accepte" de monter encore jusqu'à 210mg s'il le faut... Mais surtout pas, ça non, jusqu'à 300mg !
Je ne monte pas doucement, c'est vrai, mais en fait mes ES s'atténuent au bout de 3 jours et j'ai déjà essayé de faire des paliers plus longs, mais je craque beaucoup plus au niveau des crises parce que j'ai l'impression de ne pas avancer. Bref, j'ai besoin d'aller à ce rythme de +10 tous les 3 jours, qui me convient bien. Surtout que les ES ne sont pas handicapants pour l'instant.
Je m'en suis rendue compte parce que j'ai refait des crises, tout simplement...
 
Jam
25 Janvier 2015, 12:23
Bonjour,

Comme toi, j'ai eu des périodes d'accalmie deux fois, à 120mg et à 150mg.
Ca donne en effet un aperçu de la guérison, mais c'est déstabilisant.
Chez moi ça a coïncidé avec l'augmentation des ES : à 120 et 150, gros ES, alors qu'à 130 et 160 plus rien.
 
Jam
18 Janvier 2015, 10:36
C'était une belle fausse joie : pas d'indifférence à 120mg !
Je continue, mais ma baclodoc ne veut pas monter à plus que 180mg, elle m'a dit que ça voudrait dire que le médicament n'a pas d'effet sur moi.
Donc, je vais devoir trouver quelqu'un d'autre.
Je détaillerai plus une autre fois, j'ai repris les cours depuis le 5 donc très peu de temps libre.
 
Jam
29 Décembre 2014, 15:52
Bonjour Soleil,

Merci de ton passage sur mon fil.
Je pense que tu es bien partie, ton début de parcours ressemble un peu au mien.
Ma docteur me prescrivait des doses inférieures à celle que je prenais (augmentation de 1cp tous les 4 jours voire plus, alors que j'augmentais tous les 3 jours) donc je suis venue plus tôt en consultation ou je suis allée chez sa collègue entre temps en expliquant que j'avais augmenté plus rapidement, ou j'ai réussi à réutiliser ma première ordonnance trois fois ce qui m'a permis de mettre quelques boîtes de côté pour pallier au manque -mais ça a marché seulement parce que c'était "non remboursable" donc dans la mesure où je payais les boîtes, la pharmacie s'en fichait pas mal.
Le mieux serait bien sûr que ton docteur te prescrive ce qu'il te faut pour augmenter vite.
Parle lui de ta souffrance, de la difficulté que c'est de patienter, du fait que tu n'as aucun effet secondaire néfaste, que tu peux te permettre d'aller plus vite, bref vends-toi. Même quand on est timide, comme moi, confrontée à la possibilité de guérir, on est prête à tout.
J'étais même prête à me faire passer pour alcoolique pour qu'on arrête de me dire "vous avez le temps, votre vie n'est pas en danger", mais bien sûr les docteurs n'étaient pas là après mes crises pour me ramasser en pleurs dans un coin de ma chambre, les bras entaillés. Oui, c'est aussi une question de survie pour certaines TCA.
Bref, je ne te conseille bien sûr pas de méthodes extrêmes, mais si besoin est, fais toi entendre.

Bon courage pour la suite de ton parcours, je sens que tu vas t'en sortir et même plutôt rapidement.
 
Jam
29 Décembre 2014, 13:50
Bonjour à tous,

Je reviens ici poster la suite de mes aventures avec le Baclofène.

J'ai donc augmenté ma poso de 10mg tous les trois jours depuis la dernière fois. Pour les fêtes j'ai eu le droit à une gastro carabinée et une laryngite d'enfer (donc je ne suis pas remise et toujours sous cortisone), j'avais vraiment l'impression que moi d'ordinaire si résistante, je lâchais tout.
Aucun ES jusqu'à 110mg.
Après avoir dépassé la barre des 100mg, je me suis rendue compte que punaise, ça faisait beaucoup de comprimés. Et j'ai aussi accepté l'idée que j'allais devoir monter haut, moi qui m'attendais à être guérie à 70-80mg, comme mes débuts prometteurs le laissaient penser.
Des crises toujours, nombreuses, et l'apparition à 120mg d'ES assez soudains et violents : décharges dans les doigts qui me font lâcher ce que je tiens, acouphènes désagréables, nausées et gros vertiges avec risque de chute dès que je ne mange pas assez, nuits courtes et agitées...
C'est là que je me dis, merde, si c'est déjà comme ça et que je dois aller jusqu'à 300mg je ne tiendrai pas.
Et si je ne guéris pas avec le Baclofène, ma vie est finie.
Je préfère mourir tout de suite que ne jamais guérir.
Gros gros coup de blues, et gastro qui s'ajoute à tout ça, le jackpot !

En même temps une petite voix me dit, ça y est, le Baclo fait effet.
Je n'avais aucun ES et là j'en ai en pagaille, peut-être que ça va marcher.
Au quatrième jour à 120mg, jour où je devais augmenter à 130mg mais compte tenu des ES j'avais décidé d'attendre un jour de plus, je me réveille avec une sensation bizarre.
Je me dis, ça y est c'est fini.
La boulimie est partie.
La sensation qu'une partie de moi, tourmentée mais familière, s'est fait la malle. Plus aucune envie de compulsions alimentaires, de me faire du mal, de rejeter tout en bloc, mais l'envie d'avancer et je commence aussi à douter de tout même de mon couple.
Dans mon entrain, j'ai envie de tout refaire à zéro et j'ai eu cette sensation bizarre de ne plus rien ressentir pour mon compagnon, comme s'il faisait immanquablement partie de ma vie d'avant et que je devais l'effacer. Des témoignages à ce propos ?
Depuis, les choses se rétablissent peu à peu entre lui et moi.

Pour ce qui est du craving : des doutes, à cause de la faim. Je me restreins par peur, par habitude, et j'ai faim alors j'ai peur de manger. Puis je grignote, je m'arrête. Un beignet par ci, un reste de repas concocté par mon chéri par là. Il est même surpris de me voir en reprendre, moi qui ne mange rien devant lui habituellement ! Mais je sais que je dois changer ça si je veux parvenir à conserver notre relation au sein de ma nouvelle vie, car si je me restreins les envies de manger -pas de criser- apparaissent, irrépressibles. J'attends de faire le test ultime : un sachet de M&M's. Mais je sens que le fond du sachet traînera longtemps dans mes placards. J'ai voulu en prendre un ce matin à la gare et la machine a recraché mes pièces. Frustrée, j'ai couru vers l'épicerie hors de prix du coin dévaliser le rayon biscuits ? Non. J'ai pris mon bouquin et me suis installée dans le train en lisant. Une fois rentrée, je n'ai pas mangé, et je vais aller me concocter un petit reste de truite fumée-pain noir-chèvre chaud car mon estomac crie au scandale.
Alors oui je pense encore à la bouffe parce que j'ai faim, souvent.
Mais comme à tant d'autres choses.
Et je suis heureuse de garder cette attirance pour les bonnes choses.
Même que mon beignet au chocolat m'a dégoûtée ce matin, avec son goût ultra sucré et visqueux. Je n'en prendrai plus.

Bref, je me sens guérie.
Mais je patiente encore un peu.
Dois-je monter à 130mg malgré tout, pour mettre fin au doute ?
J'ai peur que cela inverse le processus.

Et un grand grand merci pour le soutien des membres du forum.
 
Jam
08 Décembre 2014, 10:22
Okay Bene merci pour les explications. Je comprends mieux.

Sissi, je t'envoie un mp.
 
Jam
06 Décembre 2014, 18:56
Merci Miriam :)

Petite question suite à mon rdv baclo de jeudi : la médecin me demande une recommandation de mon généraliste traitant sinon ce sera hors parcours de soin, donc je paierai 70% de la consultation. Or mon généraliste n'est pas d'accord avec le traitement donc ne veut pas me recommander.
Que puis-je faire ?
Parce que payer les boîtes de Baclo c'est une chose, mais je paie aussi 10euros de train exprès pour aller en consult, alors si je dois encore payer la consultation...

Une solution serait bien sûr que je change de médecin traitant mais c'est compliqué pour moi et surtout, mon médecin traitant me suit ainsi que mes filles depuis des années, donc je lui fais confiance.
 
Jam
02 Décembre 2014, 13:16
Merci Sissi pour tes lumières :)

Pareil que toi Believe ! Mon psy ne me croyait pas, il arrêtait pas de me demander, mais vous n'avez vraiment rien pris, pas même un peu d'alcool ? D'ailleurs j'ignorais que l'alcool faisait dilater les pupilles.

Bon, j'étais à mon rdv baclo hier et je me suis plantée dans les horaires, donc je ne vois la doc que jeudi.
Pour couronner le tout, mon psy a annulé le rdv d'aujourd'hui et je le vois que la semaine prochaine.

Je viens de passer à 60mg aujourd'hui, j'avais monté à 50 il y a trois jours et bizarrement les ES ont quasiment tous disparus donc je continue.
Et puis retour des crises hier soir (comme d'hab quand je rentre d'un week-end chez mon chéri même si là j'ai pu retarder la crise de plusieurs heures), et j'ai tendance à moins ressentir l'effet du Baclofène après les crises, donc à augmenter.
J'en profite tant que je suis tranquille à la maison et que je peux me le permettre, mais pour l'instant je me sens très bien.

Je relis sans cesse des passages du bouquin d'Ameisen et son protocole m'attire plus que le protocole "lent" pour plusieurs raisons :
-j'ai des journées tranquilles donc le temps de me reposer si besoin,
-je suis finalement peu patiente, surtout quand les crises reviennent,
-je voudrais avancer au max dans le traitement avant ma rentrée en janvier,
-je suis assez résistante à l'effet somnolence (le sport réduit beaucoup les vertiges et ça ne me dérange pas puisque je ne prends presque pas la voiture),
-je sens trois jours après la montée que la somnolence disparaît et que l'effet de la nouvelle répartition est effectif, donc je sens aussi à ce moment les périodes de "blanc" et les moments où il serait judicieux de rajouter une prise,
-je préférerais payer rapidement beaucoup de boîtes pour moins longtemps, que pas beaucoup de boîtes pendant longtemps,
-je n'aime pas me sentir inactive dans le traitement, donc quand ça va mais que je sens encore du craving, je ressens le besoin d'agir et d'augmenter,
-les ES (que je ne ressens que les 2 premiers jours après la montée) m'évitent les crises.

Bref, je ne fais pas +15mg mais +10mg pour l'instant tous les trois jours, j'espère juste que ma doc voudra bien me suivre sinon ça craint. Je ne me vois vraiment pas faire des paliers de une semaine sans aucun ES avec des cravings. Bien sûr, si ES plus intenses il y a je reverrai ma politique.

Prochain topo jeudi pour mon rdv avec la doc et ma pesée mensuelle (haha).
 
Jam
27 Novembre 2014, 15:29
Je suis à 40mg depuis 3 jours, donc je devrais monter demain mais j'hésite encore car je commence à être naze après 18h... Et puis même si ma doc m'a dit de monter tous les 4 jours, ça fait un peu rapide.
En même temps j'adore être K-O...

J'ai vu mon psy, je rentre à l'instant. Il parait qu'il y a du boulot pour réparer ma petite tête. Mais il était surpris parce que j'ai les pupilles très dilatées : quelqu'un a eu ça avec le Baclo ?

Je retiens ta piste pour la dopamine, en effet il se peut que la raison de mes ptits soucis soit tout simplement physiologique, ou en partie. A voir !

Mais j'ai toujours été violente dans mon rapport avec moi, il suffit de voir mes avants-bras... C'est quelque chose que je voudrais vraiment régler, parce que c'est insupportable de vivre pour se faire du mal :|
 
Jam
27 Novembre 2014, 9:12
Velvet, je vois ce que tu veux dire concernant le fait d'être sympa avec soi, j'y travaille mais c'est une partie vraiment délicate à améliorer pour moi.

Sissi, moi je n'ai pas ce problème de trouver autre chose à faire : j'adore jouer du piano, de la grat, je dessine, je chante, j'écris, je compose, je lis, je regarde des séries, je fais du sport, j'adore me promener ou juste ne rien faire en écoutant de la musique, bref je n'ai pas ce "vide" dont certaines guéries parlent.
Je comprends tout à fait ton idée de liberté que propose le Baclofène, d'ailleurs je ressens cette hésitation lorsque pas de craving : je mange ou pas ?
Je n'ai aucun mal à ne pas manger dans ces cas là, mais ça c'est parce qu'à la base j'ai déjà des périodes d'indifférence.
Je me force à faire des crises (4 en deux semaines, c'est pas la mort) plus pour me faire de mal que du bien pour le coup. Je pense que c'est un point que je dois travailler en psy, ça tombe bien j'ai rdv aujourd'hui.
 
Jam
26 Novembre 2014, 14:44
Bonjour Elfe !

Bravo pour tes beaux débuts, et bon courage pour la suite.
Je ne peux pas trop te répondre comme je n'ai pas l'expérience adéquate, mais à la fois augmenter de 5mg tous les 5 jours ne semble pas trop rapide, à la fois si tu n'as pas d'ES c'est que ton rythme de croisière te convient donc ce n'est peut être pas utile de tout chambouler...
Bref, à voir les avis des anciennes !
 
Jam
26 Novembre 2014, 14:18
Merci Lili belle ! :fsb2_smile:

Sissi : je suis presque obligée de me forcer pour criser (en fait oui, je me force !) parce que l'envie est rarement là....
Et je suis dépitée parce que le "soulagement" de la crise n'est pas celui auquel j'avais le droit avant.
Et pour les kgs, malheureusement ou pas, je ne suis pas du genre à les laisser s'installer, même depuis que je ne vomis plus je n'ai jamais varié à plus de 3kgs de mon poids actuel.
Tu vas rire mais je n'ai pas de balance !
Je connais plutôt bien mon corps donc dès que je sens que j'ai abusé, je me mets en restriction totale + sport à gogo... jusqu'à la prochaine crise.
 
Jam
25 Novembre 2014, 20:23
Mon homme ne me comprendra jamais, jamais.... Le pauvre !

Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 126 fois (Baclodélire.jpg ; 104.4 KO)
Baclodélire
 
Jam
25 Novembre 2014, 20:21
Merci Flocerise de ton passage ! Et (re)lance toi, y a que le premier pas qui coûte ;)

Merci Claire ! Etant plutôt critique avec moi-même, je ne peux pas dire que j'apprécie ce que je dessine mais cela me permet d'évacuer les tensions, et si cela permet à d'autres de sourire, tant mieux.
Comme disait je sais pas qui, une image vaut mille mots !



Ma liste pour le Père Nowel :

Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 124 fois (Baclowish.jpg ; 69.70 KO)
Baclowish
 
Jam
25 Novembre 2014, 11:50
Merci Velvet !
L'envie de grattouiller la feuille m'a prit hier soir... une sorte de complément de thérapie pour garder le moral :)
 
Jam
24 Novembre 2014, 21:46
Un dernier et au lit !
Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 138 fois (baclallo.jpg ; 83.47 KO)
baclallo
 
Jam
24 Novembre 2014, 21:45
Je floode mon propre sujet, ça fait de mal à personne ?

Un repas de famille après une crise, c'est toujours délicat à gérer...
Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 105 fois (baclorepas.jpg ; 80.86 KO)
baclorepas
 
Jam
24 Novembre 2014, 21:43
Effets secondaires tripant !
Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 127 fois (bclopapillon.jpg ; 66.84 KO)
bclopapillon
 
Jam
24 Novembre 2014, 21:36
Le Baclofène, ciment du couple.... ou pas.

Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 127 fois (Baclocouple.jpg ; 108.6 KO)
Baclocouple
 
Jam
23 Novembre 2014, 20:40
Je me permets de taper l'incruste car je trouve le sujet particulièrement intéressant.

En fait, je me suis posée la même question dernièrement : et tous ces gens, ne gagneraient-ils pas à prendre du Baclo ?
Par tous ces gens, j'entends tous ceux que je croise dans mon entourage, le père de mes filles qui mange parfois le triple de ce que je mange en une crise (il n'est pas en surpoids pourtant) et est accro aux jeux vidéos, mon ex qui ne lâche jamais sa e-clope et sa bière et a dernièrement eu un accident de voiture à 30km/h (!!) sous l'emprise de l'alcool ou qui "oublie" de chercher ses gamins à l'école, ma mère qui fait des minis-crises de boulimie sur le chocolat et les gâteaux, mon compagnon qui fume ses X joints + bières de la journée, tous mes potes qui boivent et fument un peu, beaucoup, et mangent un peu, beaucoup, et jouent aux jeux vidéos ou s'abrutissent devant la télé à longueur de journée, mon père qui se cache pour grignoter entre les repas ou avaler une gorgée de vin, la nounou de mes filles en surpoids depuis toujours qui fait figure de "bonne vivante" et enchaîne les régimes, et ça ne s'arrête jamais cette liste.

Alors bien sûr, difficile de trouver la limite non ?
Mais je suis d'avis que le Baclo reste une solution ultime, et qu'il faut passer avant cela par la voie psy et autres aides. Voire avoir envie de changer, puisque beaucoup vivent bien avec, ou font semblant.
On a envie de sauver tout le monde lorsqu'on trouve une solution à ses problèmes, c'est légitime après tout mais il y a aussi d'autres voies pour s'en sortir (même si elles nous paraissent impossible), et là je pense tout bêtement à mon amie atteinte d'un cancer généralisé qui s'en remet à Dieu. La foi, c'est son chemin. Pas grand chose à voir avec le Baclo pour le coup, mais là où je veux en venir, c'est que ceux qui peuvent et veulent guérir avec le Baclofène y viennent naturellement (comme moi) parce qu'ils cherchent et trouvent cette solution.

N'oublions pas que le Baclofène, même en étant à priori sans danger, reste un composé chimique étranger au corps, et sa prise n'est pas sans conséquence.
Pour ceux dont les crises sont minimes, et qui ont appris à vivre avec, ou en ont fait une force, pas besoin de médicament.
Il y a celles qui se font refaire les seins après une ablation et celles qui décident d'assumer.
Il y a ceux qui décident d'assumer les effets des crises sur leur vie, et ceux qui veulent vivre sans.

Tout ceci n'étant que mon opinion du moment, en constante remise en question et élaboration grâce aux lectures que je fais à ce sujet (et en grande partie ici, merci le forum !).
 
Jam
23 Novembre 2014, 20:21
Merci sissi, j'y crois :) Heureusement qu'il y a les témoignages des guéries pour motiver.

Believe, pareil que toi, une fois j'ai payé par avance pour une formation (un truc genre pour enseigner la Zumba) et j'ai laissé tomber en plein milieu en me disant que même si j'arrivais au bout, personne ne voudrait jamais prendre de cours avec moi, ça aller foirer, ou j'allais me retrouver face à des personnes meilleures que moi, etc...

Je suis pas du tout fan de choucroute, enfin si j'aime bien le chou mais tout le reste je jette : et dire que je suis alsacienne et qu'ici en pleine saison, il n'y a que ça à la carte des restos...
 
Jam
23 Novembre 2014, 17:01
T'en fais pas ça me dérange pas que t'exposes tes repas ici :p moi ça m'intéresse !
Je te comprends teeeeellement bien à ce sujet. Vivement que j'arrête de gâcher tous mes "efforts" -qui sont faits avec plaisir- par des crises catastrophiques niveau malbouffe.
Par contre cuisiner 2 repas, je pourrai pas ! Dans le temps mon mec se faisait lui-même sa m***e et l'odeur de friture des 2kg de nuggets me donnait envie de m'enfermer dans les toilettes (même là ça sentait meilleur haha :fsb2_godgrace: )
 
Jam
23 Novembre 2014, 13:16
C'est sûr que le Baclo, payé ou non, marche pareil. Heureusement tiens !
Mais en effet si je ne le payais pas, j'aurais tendance à vouloir accélérer la machine -puisque à ce niveau j'en ai, pour l'instant, un peu rien à foutre de mon corps et de ce qu'il endure. Là pour le coup j'ai pas envie de me planter et de devoir recommencer et payer des boîtes de Baclo ad vitam aeternam.
Ton homme, j'en ai connu un comme ça aussi, et j'ai eu beau batailler pendant trois ans, rien n'y a fait ! Il continuait à s'envoyer des sandwichs beurre-mayo-saucisson-fromage. Beurk.
 
Jam
23 Novembre 2014, 12:17
Je ne manquerai pas d'aller voir de plus près son histoire !
Mais moi je trouve ça pertinent l'idée qu'en payant on s'investit plus.
Un de mes ex a vu un an une psy en CMP, et il s'amusait avec elle dans une espèce de bras de fer incessant. Quand il a été "viré" du CMP, il a du payer une psy... et s'est beaucoup plus investi.
Ca doit bien sûr dépendre de chacun, au niveau caractère, histoire, etc...
 
Jam
23 Novembre 2014, 12:10
Ta réponse est pleine de sens, je vais essayer de m'aligner à cette philosophie :)
 
Jam
22 Novembre 2014, 22:18
Je ne pense pas... J'ai des moments de bad mais assez courts dans le temps.

Je n'ai jamais trop su qui de la boulimie ou de la dépression était arrivée en premier.
Si mon état dépressif est du à mes crises, alors ça ira mieux en guérissant. Si c'est le contraire, n'ayant plus les crises pour aller un peu mieux, je crains effectivement de tomber bien bas.

Cette crainte étant renforcée par le fait que j'ai été brièvement hospitalisée en juillet, au plus mal psychologiquement, et je ne faisais plus de crises -j'étais tellement mal que je n'y arrivais plus en fait.

Mais quoiqu'il en soit je suis suivie par un psychiatre pour cela, donc je vais essayer d'être honnête avec lui et de ne pas refuser de voir que ça ne va pas juste pour pouvoir continuer à bénéficier de l'effet anorexigène du Baclo.
 




forum baclofene