Résultats de la recherche (151 résultats)

Gavroche
10 Juin 2021, 20:42
Super !
 
Gavroche
10 Juin 2021, 8:13
Bonjour,

J'aurais une question : quand viendra le moment de diminuer les comprimés, pourrais-je maintenir le même sommeil de 7h ?
J'aime beaucoup le fait d'avoir de longues journées grâce à ça.
 
Gavroche
09 Juin 2021, 12:26
Bon courage Malex, tu es entre de bonnes mains.
 
Gavroche
08 Juin 2021, 21:11
Merci Kor et Sylvie !
 
Gavroche
06 Juin 2021, 20:14
Bonsoir les amis,


Le baclo marche toujours très bien sur moi et j'ai un bon sommeil (l'endormissement est efficace, toujours avant 23h)

J'ai mûri depuis mars dernier un arrêt du tabac. Gros fumeur, j'avais souvent le souffle coupé et si je veux reprendre le sport, ce serait plus simple à pleins poumons. Je vous cache pas que dépenser autant d'argent par mois pour ce poison m'a aidé à prendre la décision...

Aujourd'hui ça va faire 8 jours sans clopes. Souffle retrouvé, je n'empeste plus, mes vêtements non plus, je tousse quasiment plus, ma voix est moins enrouée...

Le manque de la clope matinale a été le plus dur, mais c'est passé au bout de 3 jours grâce aux pastilles Nicopass.

J'ai remplacé l'habitude de fumer après les repas par la vape (e-cigarette Vaporesso) et ça passe plutôt bien.

Plus on arrête tôt plus c'est facile dit-on... j'ai derrière moi 8 ans de tabac à 26 ans.

Courage et soutien à ceux qui essaient ou qui veulent essayer d'arrêter !
 
Gavroche
14 Mai 2021, 7:34
J'ai vérifié que je dormais vers 23h max (donc avant minuit) avec réveil à 7h17 aujourd'hui. Soit 8h de sommeil !

Sachant que je dors avec l'alcool depuis des années...

Je pense avoir trouvé la bonne formule
 
Gavroche
13 Mai 2021, 11:05
Mes nuits courtes étaient hachées en fait, c’était ça le soucis. Et dans la journée il m’arrive d’avoir des trous de mémoire bénins sur ce que j’ai oublié de prendre ou de faire (des choses bêtes) mais je mets ça sur le compte de mon côté désorganisé et dispersé.. surtout dans les moments de stress...

Oui la non conso est un bienfait pour desintoxiquer le cerveau et reapprendre à vivre sans la dépendance liée à l’habitude de consommation...
A la base l’alcool n’est pas dans ma culture d’origine et il m’a fait beaucoup de mal. Je n’en veux plus...
 
Gavroche
13 Mai 2021, 8:23
Bonjour talis,

J'ai toujours l'effet bénéfique du baclo qui me libère de l'envie d'alcool mais j'avais des insomnies ces dernières semaines comblées avec des micro-siestes. L'endormissement ne me pose jamais de problème, c'est la durée du sommeil qui est en cause.

Je prends 3 baclocur 40mg et 5 baclofene 10mg (dont 2 le matin).

Hier j'ai testé de prendre les 3 comprimés de 10mg normalement adossés aux prises de baclocur en les prenant à 19h.

Résultat j'ai dormi 7h :)

Je pense rester là dessus si ça me permet de mieux dormir.

Et je suis toujours abstinent par choix.
 
Gavroche
30 Avril 2021, 22:01
Bonne nouvelle, l'essentiel c'est que ça marche pour lui.

Bon week-end
 
Gavroche
29 Avril 2021, 20:37
bah Gavoche, tu ne connais pas la liste des médecins pour savoir les mieux placés pour soigner, c'est clair et nette[/b][/i]


Tu as raison, je ne connais que celui vers lequel m'a dirigé Sylvie en 2015.

Il n'a pas pu me suivre dans le cadre d'une prise en charge globale (ce dont j'avais besoin) car ce n'était tout simplement pas un psy.

Évidemment que la liste aide quand on n'a pas de toubib prescripteur dans un patelin paumé. Mais ce n'était pas l'objet de mon post ("savoir les mieux placés pour soigner").

Je me suis juste contenté de nuancer ton propos affirmé selon lequel généralistes de la liste > addictos. :fsb2_wink:
 
Gavroche
29 Avril 2021, 20:13
Bonsoir Grand Bonheur,

Comme précisé au début de mon précédent post, je m'adressais à Karine. :fsb2_wink:

Le métier d'addicto, c'est d'aider et accompagner son patient. Il n'a aucun intérêt à l'enfoncer. Vu la complexité du problème de la dépendance et de ce qu'il engendre, de la difficulté à établir une relation de confiance entre la personne prise en charge et l'addictologue, il faut vraiment faire le choix de s'orienter vers ce métier à l'issue des études de médecine par vocation.

Donc la critique est facile mais l'art est difficile...

Si l'idée est de promouvoir et défendre l'usage du Baclofene comme traitement thérapeutique contre les addictions en général, l'alcool en particulier, ce n'est pas en se mettant à dos toute une profession envers laquelle s'adresse la prescription de ce médicament, qu'on parviendra à obtenir gain de cause.

Dire que certains "préfèrent les cures ou prescrire de la merde" est irrespectueux.

Voire faux : Quand un alcoolique est en danger car risque le delirium tremens, la cure n'est pas seulement préférable, elle est indispensable dans un premier temps, celui de l'urgence.
 
Gavroche
29 Avril 2021, 18:55
Karine,

Ton comportement n'aide vraiment pas à défendre la cause de l'association...

J'ai commencé le baclo avec un généraliste de la fameuse liste, ça n'a pas suffit. C'est une combinaison d'aides (dont celle d'un addicto du CSAPA) qui m'a permis de m'en sortir.

Le dénigrement systématique des addictos et de ce qu'ils peuvent prescrire en fonction des cas particuliers auxquels ils sont confrontés n'est ni intelligent ni utile à la cause censée nous animer tous (et je parle en tant qu'adhérent de l'association).

C'est l'image de l'asso qui est en jeu.

Et je pense que le baclo ne fait pas tout, il y a tout un contexte psycho-social à prendre en compte pour chaque dépendant.

Le Baclo aide à supprimer le craving mais ce n'est qu'un pansement. Libérateur, certes, mais il faut bien traiter les causes de la dépendance (qui ne vient pas de nulle part) et assurer un changement de mode de vie pérenne. Si l'idée est seulement de continuer à pouvoir "boire" avec la possibilité de s'arrêter quand on veut, ça règle pas le problème. C'est peut-être ce qui explique nombre de rechutes après des années d'"indifférence".

Un peu moins d'orgueil, un peu plus de mesure, de bienveillance et on pourra progresser ensemble. :fsb2_wink:
 
Gavroche
27 Avril 2021, 12:42
Bon courage Coucoune, ton fils fait bien de demander à nouveau du Baclofene.
Peut-être un accompagnement psychologique aussi ?
 
Gavroche
27 Avril 2021, 6:48
Bonjour,

C'est pourtant vieux et bien connu ha !Attention le SELINCRO arrive... mais vous n'étiez pas encore là...


J'étais là en 2019.

Je répondais factuellement à :

Bonsoir Coucoune, non, le Selincro n'est généralement pas efficace, un placebo..


En expliquant dans mon dernier commentaire que le Selincro ne pouvait pas être considéré comme un placebo dans la mesure où il contient un principe actif.

Un placebo ce serait un type en blouse blanche qui ferait croire à un alcoolodépendant qu'une pastille Valda suffirait à le libérer de l'alcool et que cette personne en soit convaincue. Or le Selincro agit dans certains récepteurs du cerveau, il produit un effet dans sa biochimie.

L'efficacité supérieure du Baclofene > Selincro, ça ne faisait aucun doute pour personne ici dans cette conversation...
 
Gavroche
26 Avril 2021, 22:43
Bonsoir Coucoune, non, le Selincro n'est généralement pas efficace, un placebo..


un placebo c'est un "médicament" sans principe actif dont l'effet, quand il y en a, n'est que psychologique et non biologique chez le patient auquel il est administré.
Le selincro a un principe actif car il agit sur certains récepteurs du cerveau en tant qu'antagoniste des opiacés.
 
Gavroche
22 Avril 2021, 16:55
Merci beaucoup Yann, c'est très gentil de ta part.

Je t'envoie plein d'ondes positives <3
 
Gavroche
22 Avril 2021, 16:30
Bonjour !

Cet après-midi, j'avais rendez-vous au CSAPA avec ma tante pour l'associer à ma démarche de soin et d'accompagnement par mon éducateur et mon psy.
J'avais beaucoup d'appréhension mais au final, ça s'est très bien passé ! Je sentais qu'elle était fière de moi. On lui a expliqué la démarche que j'ai initiée etc., que ça devait venir de moi.

Il faut aussi que je lui explique pour le baclo (son fonctionnement, mode d'action etc.) et pas mal d'autres choses à se dire avant la rencontre avec mes parents cet été. Mais cette première étape a déjà été franchie. Elle m'encourage encore plus à avancer :fsb2_smile:

Dans mon cas cet accompagnement en + du Baclofene est indispensable et je pense que seul le baclo ne peut pas être la solution miracle même si le traitement fait 80% du rétablissement. Il est selon moi aussi important d'être suivi pour traiter les causes de la dépendance, mieux la comprendre pour s'en prémunir et mieux vivre sa reconstruction (estime de soi, mode de vie etc... les 20% restant). Chaque cas est bien sûr différent.
 
Gavroche
20 Avril 2021, 9:36
Bravo Isabelle tu es sur le bon chemin !

Comme D-Day je me reconnais en ton témoignage même si j'ai eu l'indifférence après avoir été abstinent. Quand je me suis testé pour confirmer cette indifférence, je n'avais plus cette pulsion de vouloir continuer et le lendemain aucun craving non plus. Mais il faut être patient, persévérant et accompagner l'effet bénéfique du baclo avec un changement de mode de vie en commençant par traiter les mauvaises habitudes comme le dit bien Kor.
 
Gavroche
18 Avril 2021, 16:40
Coucou

Ça me fait 1 mois d'indifférence maintenant avec une abstinence consentie. Je vais aussi dans des groupes de parole et chez mon psy chaque semaine parce que ça m'aide.

Je comprends mieux maintenant ce que je recherchais dans l'alcool.

Merci de votre soutien
 
Gavroche
15 Avril 2021, 7:45
https://sun9-72.userapi.com/impg/Nk6d-1FAml1oKngKAcgS3KgNoPILFmxy3IAGqQ/OhD0jaD5OBw.jpg?size=695x629&quality=96&sign=ca6575423c89f6b2a74d32b507c4e11d&type=album
 
Gavroche
12 Avril 2021, 18:46
Je ne suis pas médecin mais je pense que le mieux pour toi est de progressivement sortir de ces médicaments pour envisager de traiter ton alcoolisme avec uniquement du baclofene, ça va aussi t'aider à être moins anxieux. Tes traitements me paraissent lourds et les prolonger dans la durée n'est pas sans conséquences à long terme.

Pour m'être libéré de ma dépendance à l'alcool il y a bientôt un mois, je peux te garantir qu'il est possible de vivre sans, de vivre mieux.

Je te donne ce conseil si tu veux aller mieux. :)
 
Gavroche
12 Avril 2021, 16:50
Bonjour Van,

Je ne crois pas que les effets que tu décris soient dans la liste des effets indésirables reconnus du Baclofene, personne n'a jamais évoqué le risque que tu as vécu et qui me paraît dangereux.
C'est surtout le mélange avec d'autres médocs qui t'a été préjudiciable, je pense.

Où en es-tu de ta consommation d'alcool ?

Bon courage
 
Gavroche
10 Avril 2021, 15:22
J'ai été abstinent le 10 mars mais l'indifférence est arrivée le 18 mars à 150mg avec l'aide de Kor qui m'a suivi et continue de me suivre. :)

Je suis à 170mg actuellement, 20mg de + pour éviter certains effets secondaires constatés et décrits plus haut.
 
Gavroche
07 Avril 2021, 20:07
Bonsoir Thally,

Prends bien tes prises aux bonnes heures et tu vas y arriver, ça marche ! :fsb2_wink:
 
Gavroche
06 Avril 2021, 18:31
J'ai rajouté ces 20mg et ça va beaucoup mieux depuis. Sommeil ok, plus de tremblements.

Je confirme ma guérison, l'alcool n'est plus du tout une obsession pour moi... je me suis testé avec de la bière, au final j'ai pas terminé ce que j'ai acheté et aucun craving compulsif pour en consommer plus ni manque le lendemain. Assez stupéfait parce que quand on est dedans on ne s'imagine pas ce que c'est quand on en sort grâce au traitement. C'est tellement libérateur...

Je m'imagine à la terrasse d'un restau en bord de mer, un bon cocktail de jus me ferait plus plaisir que de l'alcool.

Je me sens bête d'avoir perdu autant de temps faute de discipline mais mieux vaut tard que jamais comme on dit.

J'apprends à me reconstruire une vie sans alcool, c'est tout un mode de vie à revoir me concernant.
 
Gavroche
01 Avril 2021, 15:41
J'ai vu l'émission, rien de nouveau pour les pubs déguisées sur les réseaux sociaux.

Ricard rend ses employés alcooliques... ça, ça m'a bien surpris.

Les études bidons sur le verre de vin bon pour la santé, ça rappelle les études bidons de l'industrie du tabac aux États-Unis.
 
Gavroche
31 Mars 2021, 10:56
Oui, le baclo agit même sur mon humeur j'ai remarqué.
 
Gavroche
31 Mars 2021, 10:44
J'ai fait ça ce matin avec 10mg et les tremblement se sont bien atténués au bout d'une heure et demi.

J'hésite à retirer ces 10mg d'une prise ultérieure... je fais quoi ?
 
Gavroche
30 Mars 2021, 21:17
Comment ça peut être l'alcool au bout de 20 jours sans toucher une goutte ? Je m'interroge...

C'est le corps qui parle, secoué par cette rupture après 8 ans d'alcoolisme chronique ?

Pour ceux qui ont connu l'indifférence, vous avez connu ça aussi longtemps après arrêt ?
 
Gavroche
30 Mars 2021, 14:46
Bonjour !

Je vais bien, toujours indifférent et abstinent par choix depuis 20 jours.

Par contre j'ai encore ces tremblements des doigts, quelqu'un aurait une explication ? Sylvie ?
 
Gavroche
30 Mars 2021, 10:01
:fsb2_like
 
Gavroche
28 Mars 2021, 19:14
Oui 18 jours aujourd'hui ! :fsb2_smile:

Je me sens bien même si je dors peu. Plus de fatigue ni de déprime.

Par contre j'ai quelques tremblements au niveau des doigts...

Ça peut pas être l'alcool. Quand je suis contraint de m'abstenir quelques jours avant de prendre du baclo (en famille etc.), les tremblements cessent au bout de 48h.

Je prends 40mg de Baclocur + 10mg de zentiva à chaque heure de prise.
 
Gavroche
27 Mars 2021, 11:18
Toujours abstinent, plus de déprime matinale mais sérieux problème avec mon sommeil... j'ai dormi de 23h à 3h30 du matin

Pas vraiment fatigué ce matin. Je me suis occupé à l'aube en faisant le ménage.
 
Gavroche
26 Mars 2021, 16:26
Bravo Isilwen !

150mg c'est la moyenne pour obtenir l'indifférence, ça a aussi été ma dose seuil.
 
Gavroche
26 Mars 2021, 10:58
Je dois actualiser mes prises sur ce fil :

12h, 14h30, 17h et une de 10mg avant de dormir.

Je dors très peu avec réveils dans la nuit.

Pour le comprimé du réveil, aujourd'hui j'ai moins de déprime mais sensation de fatigue à cause du manque de sommeil... donc je pense tenir jusqu'à midi. Il faut que le corps s'habitue et ça prend du temps donc je préfère ça au fait de bousculer mes prises. À voir dans les jours qui viennent mais c'est déjà bon signe que j'aie moins de déprime.
Avec la déprime se rajoute de petits tremblements sur les doigts à l'approche de la prise de midi, c'est le sevrage du baclo.
 
Gavroche
25 Mars 2021, 22:25
effectivement, peut être travailler sur la culpabilité ressentie.
elle doit s'effacer compte tenu de ton état d'esprit actuel et ton envie claire de sortir de là et de ta prise de conscience que ça va mieux sans consommer.


Oui, je travaille ça avec un psy.

25/03/2021 : Indifférent.

Toujours pareil sur l'humeur... en soirée ça va, en matinée déprime.

Avec mes soucis de sommeil et la somnolence à partir de la 2e prise, ce sont les seuls effets secondaires du baclo que je ressens.
 
Gavroche
25 Mars 2021, 12:20
Quand je suis abstinent par contrainte je n'ai pas tout ça et mon rythme physio se rétablit bien, donc je pense que ce sont les EI du Baclo. Fatigue, sommeil court et déprime au niveau de l'humeur. Manque de concentration et trous de mémoire selon le moment de la journée.
 
Gavroche
25 Mars 2021, 11:37
Malgré tout je sais que boire ne ferait qu'aggraver le problème. Je disais juste mon ressenti : je n'ai pas de craving mais l'idée de boire m'a traversé l'esprit pour soulager ma conscience qui n'est pas tranquille.

Et comme je refuse que l'alcool soit une solution, je subis cette déprime.

Il se pourrait que ce soit un effet indésirable du Baclofene... ma culpabilité aide pas non plus. Ma déprime intervient au réveil après des nuits courtes.
Le soir par contre ça va mieux.

Je vois le psy à 17h
 
Gavroche
25 Mars 2021, 11:00
Comme je buvais seul de honte je ne fréquentais plus personne à force de m'isoler...

Les émotions c'est ce qui me met en danger. Quand tout va bien, quand tout va mal.

Là le craving a été supprimé par le Baclofene mais je continue un suivi psy. Quand tout va mal, on peut être amené à vouloir boire pour oublier et ça, je ne pense pas que le Baclo puisse y faire quelque chose. En fait je ressens de la déprime et une humeur changeante (la journée déprime le soir ça va mieux), je dors mal.
 
Gavroche
24 Mars 2021, 12:45
Je pense que c'est l'habitude de boire le soir qui s'est tellement ancrée au bout des 8 années que sans avoir de craving, j'ai une forme de frustration de la récompense qui manque.
J'ai monté de 10mg vers 19h ça m'a détendu pour le reste de la soirée.

En fait ce que je faisais d'habitude avec l'alcool le soir (parler au téléphone, écouter de la musique, regarder films et séries etc.) n'a plus la même saveur que sans. D'où le désintérêt et la frustration.
 
Gavroche
23 Mars 2021, 20:27
23/03/2021 : Indifférent à l'alcool. Par contre petite frustration : je savoure moins certaines activités que quand je buvais... perte d'intérêt pour beaucoup de choses... ça reviendra...
 
Gavroche
22 Mars 2021, 21:25
Merci Lointain, merci Karine.

22/03/2021 : Indifférent à l'alcool.
 
Gavroche
22 Mars 2021, 10:35
Je suis d'accord. J'ai besoin de retrouver mes facultés cognitives au max ainsi que de me rétablir physiquement.
 
Gavroche
22 Mars 2021, 9:56
Merci Sylvie

En me relisant sur ce fil je comprends mieux que mes tentatives précédentes (août/octobre 2020) ont échoué à cause de ma consommation qui s'est prolongée.
Je pense que je ne dois plus tenter le Diable maintenant que je sais ne plus avoir besoin d'alcool pour finir mes journées.

re-Boire seul signifierait une rechute à coup sûr.

C'est tout un changement de mode de vie que je dois accomplir en réalité pour m'en sortir.
 
Gavroche
21 Mars 2021, 19:54
21/03/2021 : Indifférent à l'alcool. Aucune pulsion.
 
Gavroche
21 Mars 2021, 16:53
Coucou Julie,

En pharmacie ils ne tiennent plus compte de la limite à 80mg, l'ANSM semble avoir exécuté la décision du Tribunal administratif de Cergy.

Tant mieux si le baclofene te convient mais je trouve plus confortable de prendre moins de comprimés pour la même dose.
 
Gavroche
21 Mars 2021, 16:22
Bonjour Morgane,

J'ai commencé le Baclocur hier, la seule différence c'est que tu peux prendre en un seul comprimé 20mg ou 40mg et + de zentiva au lieu de devoir multiplier les comprimés de Baclofene.
Sinon c'est la même substance active, même molécule.
 
Gavroche
20 Mars 2021, 19:11
Tous les soirs pendant 1 mois je vais poster un compte-rendu de mon indifférence / abstinence consentie librement.

20/03/2021 : indifférent à l'alcool.

(désolé pour le triple-post)
 
Gavroche
20 Mars 2021, 15:04
1)Réussite
2) 150mg
3) Au bout de combien de temps de traitement ? => Difficile à dire. 7 mois depuis traitement août 2020 montée irrégulière et pas à heures fixes jusqu'au 18/03/2021 : En 3 jours.
4) Comment cette quantité est-elle répartie sur la journée ? 13h, 15h, 17h puis 12h, 14h30, 17h
5) Quelle(s) étai(en)t votre (vos) heure(s) de craving ? à partir de 19h/20h
6) Votre quantité de baclo à ce jour ? 150mg
7) ES (effets secondaires) :
S = supportables

8)À l'occasion de votre traitement, avez-vous diminué un autre traitement (benzo par exemple), si "oui", lequel/lesquels, de combien ?
theralene, valium (une prise le soir)
 
Gavroche
20 Mars 2021, 14:08
J'ai récupéré des boîtes de Baclocur à la pharmacie. Ça me fait 2 comprimés à chaque prise (un de 40 mg et un de 10mg zentiva)

J'ai oublié de dire que j'étais à 150mg 13h, 15h, 17h

Je n'ose pas changer les heures pour simplifier avec 4 comprimés de baclocur (120mg) + 3 comprimés de zentiva à la dernière prise.
 
Gavroche
20 Mars 2021, 13:57
Oui bien sûr, maintenant que je suis guéri je veux aller de l'avant. Le problème c'est mon entourage.
 
Gavroche
20 Mars 2021, 12:11
Je suis content de cette victoire aussi mais le retour à la réalité est dur. J'aurais aimé guérir plus tôt...
En en rediscutant avec le CSAPA, l'épisode en psychiatrie a été terrible pour moi et je me suis noyé dans l'alcool pour ne plus y repenser. C'est ce qui m'a aidé à arrêter le lourd traitement d'ailleurs.

J'ai 26 ans, peu d'expérience pro, même si j'ai le diplôme ça va être difficile. L'alcoolisme chronique n'est pas "une maladie" qui justifie un blanc de plusieurs années pour les employeurs.
Et il y a la famille... ils me verront bien changé mais ne me pardonneront pas mon comportement.

Tout ça me pousse à choisir l'abstinence sans contrainte, parce que je suis en colère contre ce que m'a fait le produit.

J'ai l'impression de sortir d'un long cauchemar pour rien, j'aurais pu m'en épargner. Comment expliquer aux autres avec les mots sans parler d'alcool ?

J'essaierai de faire de mon mieux pour réparer mes torts. Le psy va aider...

Mon espoir : arriver à rebondir sans traîner trop longtemps le boulet de ces dernières années
 
Gavroche
19 Mars 2021, 20:15
Bonsoir les ami(e)s !

Trois mois sans nouvelles, difficile à me l'expliquer...

J'avais lu vos messages mais à cette période je ne croyais plus du tout au Baclofene, j'ai flippé de recommencer le cercle vicieux de 2016 avec retour à l'hosto.
Les cauchemars étaient liés à l'alcool, pas au baclo. Ou alors au mélange des deux, je sais pas...

D'habitude j'étais sur 4 Amsterdam vertes à 11.6° mais j'en trouvais plus près de là où j'habite maintenant. Donc j'ai pas mal changé et mélangé les alcools (porto etc.), ça explique sans doute pourquoi ça a dégénéré avec les cauchemars.

Mercredi 10, j'ai eu une sorte de déclic-coup de fouet mental. Marre de tourner en rond et de pas m'en sortir malgré mes multiples tentatives en ce sens.
Je me suis imposé l'abstinence, repris contact avec les AA dans un état d'effondrement psychique total et de désespoir profond. C'était dur les premiers jours, d'autant plus que je ne dormais plus correctement (coucher à 5h, réveil 10h). Pensées et paroles confuses, incohérentes, bref panique totale.

Je connais l'espoir Baclofene depuis 2014, j'ai commencé à me soigner rentrée 2015 en cumulant boulot 35h/semaine + les cours (pas idéal comme cadre). Ça m'avait permis de limiter ma conso le soir à 2 bières, je pouvais me réveiller pour 9h et boire à partir de 21h. Je prenais pas le baclo à heures fixes... je comptais mal... j'oubliais mes prises.

Puis est arrivée la psychiatrie septembre 2016 et plus aucun baclo jusqu'en août 2020. Peur que mon état confusionnel se reproduise (il était dû à une grosse déprime + insomnie + arrêt brutal de traitement + burnout, j'ai en qques sorte décompensé une année chargée terminée par un échec et un été où j'avais + rien à faire).

Décembre 2019, j'ai cherché de l'aide auprès d'un CSAPA parce que la situation ne pouvait plus continuer, elle était intenable et m'était insupportable. J'ai bien avancé avec l'équipe du Csapa (éducateur, psy, doc) depuis mais le suivi a été irrégulier avant de s'améliorer à partir de mai 2020 à la sortie du confinement.

Sauf que je continuais à boire et j'étais pas assez rigoureux avec le Baclo. Je voulais monter vite à 200mg au lieu de faire ça progressivement, je manquais des jours etc.

Donc zéro discipline. Je suis seul et isolé depuis des années, aucun contact quasiment sauf la famille de façon erratique. C'est difficile.

Depuis mercredi 10 mars, je n'ai bu aucune goutte d'alcool. Ce lundi, j'ai envoyé un mp à Kor...je bénis ce jour !

Je l'avais rencontré chez Sylvie cet automne mais nous n'avions malheureusement pas échangé nos numéros.

Lundi donc, on s'appelle, après m'avoir posé des questions sur ma situation, il me fixe un programme clair et précis. Je m'y tiens rigoureusement avec la persévérance de celui qui ne veut pas abandonner le combat commencé il y a déjà plusieurs années.

Mercredi 18 mars 2021 peu après le couvre-feu, j'ai enfin découvert et ressenti l'indifférence. La vraie. La pure.
C'était en faisant mes courses et en rentrant chez moi.

Je ne bois plus depuis le 10 et pendant une semaine je m'étais imposé l'abstinence avec l'aide des AA. Depuis deux jours je ne ressens tout simplement ni l'envie ni le besoin de boire et j'ai librement choisi l'abstinence avec cette fois l'aide du Baclofene et de Kor qui m'a généreusement suivi en donnant de son temps par téléphone. Ses conseils m'ont été précieux pour affronter avec détermination le chemin vers l'indifférence.

En trois jours, j'ai vu mon état s'améliorer nettement. J'étais sous valium et théralène, je dormais mal et mes pensées étaient incohérentes. J'étais paniqué et dispersé.

Mardi j'allais mieux, mon envie/besoin d'alcool a baissé à 4/10. Mercredi soir à 0/10.

Je sais que pour stabiliser cet acquis et maintenir mon indifférence, je dois éviter de toucher à l'alcool même pour me tester pour encore un bon bout de temps. L'abstinence m'a aidé à obtenir l'indifférence et à respecter mes prises à heure fixe. Ça a été pour moi la clé du succès.

À vrai dire je ne réfléchis même plus à la question de savoir si un jour je vais en reconsommer ou non, je n'en ai tout simplement plus besoin pour vivre. Ce n'est plus une obsession.

Le retour à la réalité est difficile parce que je fais face aux conséquences de ce que j'ai fui pendant des années avec plus de lucidité. Aujourd'hui et dans les jours qui arrivent, je vais encore + prendre conscience des dégâts causés, ça fait mal. Mais bizarrement, sous baclo, j'arrive à gérer mes émotions.

Aujourd'hui par exemple, malgré la gravité des problèmes à gérer dont j'ai pris conscience, il y a comme "un blocage" émotionnel qui me permet de tenir la tête haute. Je ne ressens pas le besoin d'aller fuir ou masquer ça avec de l'alcool. Je ressens bien la tristesse et l'effroi mais je n'ai pas de boule au ventre ni d'attaque de panique.

Je vais devoir d'une manière ou d'une autre payer les conséquences de ma maladie (vous vous rendez compte de la phrase?)

J'en veux beaucoup à l'addictologie institutionnelle de ne pas changer de paradigme en ne mettant pas le Baclofene au centre des traitements au lieu de le prescrire comme dernier recours. Le calcul bénéfice-risques est largement en sa faveur comparé aux benzos etc. Les cachets de la psychiatrie ne m'ont jamais aidé à m'en sortir comme le fait le Baclofene. J'ai retrouvé un sommeil authentique en 2 jours sans avoir du mal à arrêter le valium et le théralène.

Une cure d'une semaine bien encadré dans un hôpital dédié avec une prise en charge adaptée qui favoriserait le baclo m'aurait aidé à m'en sortir bien plus tôt sans perdre toutes ces années de galère.

Ce n'est pas faute de volonté mais la plupart de mes tentatives avec des médecins se sont soldées par des échecs avant de rencontrer mon toubib du CSAPA. J'y ai aussi ma part de responsabilité, c'est évident. Mais il serait aussi temps que les professionnels s'interrogent et se remettent en question. Peu de médecins connaissent le Baclo et son fonctionnement assez subtil alors que tous devraient le connaître pour sauver d'innombrables vies brisées sans compter les dégâts collatéraux et le déficit causé à la Sécu.

Pourquoi la recherche met autant de temps, est freinée ? Pourquoi ce cover-up maintenu toutes ces années depuis qu'Omeisen et la première génération de patients ont fait un lobbying ? Malgré la reconnaissance de la molécule pour traiter l'addiction, pourquoi a t-il fallu attendre début mars 2021 et l'arrêt du Tribunal administratif de Cergy-Pontoise pour faire sauter la limite de 80mg?

On rame avec le Baclofene avec des avancées à petits pas alors que tout le monde sait très bien comment ça va se finir : une victoire posthume incontestable de la découverte d'Ameisen avec une franche mise en avant du traitement. D'ici-là ce n'est que du TEMPS PERDU et des vies qu'on aurait pu sauver !

Je sais que j'en ai fini avec ce combat contre l'alcool même si ça ne fait que 2 jours. Je continuerai à donner de mes nouvelles pour le confirmer.

Si je parvenais à guérir, je me suis fait secrètement le serment d'adhérer à l'association et de m'y engager activement. Début avril je verserai ma première cotisation. Le temps de bien rétablir ma situation matérielle, familiale et estudiantine.

Merci à Sylvie, à Kor et à tous les autres. Et surtout merci au Dr Ameisen (à quand le Nobel?)...
 
Gavroche
17 Mars 2021, 12:42
Merci pour tes partages !
 
Gavroche
10 Décembre 2020, 18:20
Oui depuis une dizaine de jours je sais pas...

Ça me l'avait fait aussi lors de ma précédente tentative sous Baclo en 2015-2016.
En sortant de psychiatrie j'avais arrêté le baclo et même en étant alcoolisé sans les cachets spy les années suivantes je n'ai jamais eu de retour de ce genre de cauchemards.

Mes nuits sont très courtes aussi 2 à 4h.
 
Gavroche
10 Décembre 2020, 10:33
Bonjour,

Voilà plusieurs nuits que je vis des cauchemars terribles dans la nuit, c'est apparement un effet secondaire du Baclofene de ce que j'ai pu lire.

Du coup ayant arrêté de boire, j'envisage de diminuer progressivement mes comprimés.

Comment faire correctement cette baisse ?

Faut-il nécessairement diminuer tous les mois de quelques comprimés pour ne pas risquer une baisse trop rapide ?

Merci d'avance
 
Gavroche
19 Novembre 2020, 8:56
Il y a eu une très nette régression des conditions d'accès au baclofène :fsb2_omg:

en 2017, l'ANSM a sorti une étude bidon qui disait en substance que le baclofène à haute dose entrainait des décès
Dans le document, très controversé, la dose dangereuse était de 180mg/j
Mais ils ont limité la RTU à 80mg/j et foutu la trouille aux médecins et pharmaciens

Ce qui fait qu'à l'heure actuelle, quand on a la chance de trouver un médecin qui accepte le hors AMM, il faut aussi et surtout convaincre le pharmacien de délivrer :fsb2_cold:
Ou ruser avec plusieurs ordonnances et pharmacies ...


Je confirme.

Il est encore plus difficile de se faire prescrire à haute doses qu'il y a cinq ans par exemple.

Même le médecin vers lequel m'a dirigé Sylvie a des scrupules...
Et l'addictologue qui me suit au CSAPA m'encourage à rester à la même dose sans augmenter...

Par contre, et c'est paradoxal, j'ai trouvé une pharmacienne qui comprend ma situation et s'arrange pour faire facturer plusieurs fois à des dates différentes afin que la Sécu ne dérembourse pas.
 
Gavroche
15 Novembre 2020, 14:37
Merci Kor
 
Gavroche
15 Novembre 2020, 0:55
Il s''avère que je vis moins bien ce reconfinement que prévu...

La solitude me pèse et je suis agacé par les mesures prises... (remplir une attestation pour sortir, éviter le contact social) sans compter les perspectives que le contexte actuel rendent sombres...

Pendant des années l'alcool a été mon seul compagnon, j'ai négligé mes amis qui ont tous fait leur vie de leur côté et maintenant que je les sollicite pour reprendre contact je vois bien qu'ils sont passés à autre chose...
 
Gavroche
31 Octobre 2020, 11:45
L'un des avantages du confinement c'est que ça m'évite de retomber dans de mauvaises habitudes.
 




forum baclofene