Résultats de la recherche (21 résultats)

Alexis
25 Mai 2018, 21:43
Après deux viols, j'ai commencé à boire, pour oublier. Un verre de vin par jour, puis deux, trois. Et rapidement ça a été deux bouteilles par jour, les bons jours. Bien plus, à l'alcool fort, les mauvais. Une TS, une hospitalisation, mais l'addiction à l'alcool est restée. On m'a fait comprendre que ça ne pouvait plus durer : toujours en retard au boulot (quand je n'étais pas carrément absent toute la journée, à cuver), j'oubliais tout, bref je devenais un déchet.

J'ai décidé de me faire soigner. J'avais entendu parler du Baclofène. Je me suis fait prescrire par un médecin de ville la dose possible à l'époque (80mg je crois), mais devant l'absence d'effet je suis allé à Fernand-Widal pour qu'on puisse augmenter le dosage. Le calvaire a commencé. Je suis tombé sur une adepte du Selincro (j'ai n'appris que plus tard l'existence du site Transparence Santé, recensant les accointances des médecins avec les labos). Elle a TOUT fait pour m'empêcher de passer le cap des 150mg/j et me convaincre de passer au Selincro. Même si, scientifique de métier, j'avais beau essayer de lui démontrer que les études montraient son inefficacité.

Un jour, désespéré, je suis tombé sur ce forum. J'ai contacté Sylvie, qui m'a donné les coordonnées du Professeur Granger. Une semaine après j'avais rendez-vous avec lui. On a augmenté les doses, progressivement bien sûr. Le déclic s'est passé à 300mg. Là, pour la première fois depuis le début de mon addiction, je suis devenu indifférent total à l'alcool ! J'ai retrouvé du jour au lendemain une vie normale, saine, des pensées claires, des gestes précis, bref j'étais enfin redevenu moi-même. Je ne saurais jamais assez remercier Sylvie et le Pr. Granger, qui m'ont *littéralement* sauvé la vie.

Je suis resté presque deux ans à 300mg. Bien entendu j'avais quelques effets secondaires (libido et crises de narcolepsie). Mais j'avais prévenu le Pr. Granger que je m'en foutais. Les crises de narcolepsies se sont réglées à coup de correcteur (Modiodal), et pour la libido aucun soucis : c'est un bien petit prix à payer pour retrouver une vie normale.

Puis on a commencé à baisser. Ça s'est fait seul. Lorsque j'oubliais une dose de Baclofène, je ne voyais pas de différence. Je suis maintenant à 100mg/j, au bout de 3 ans de traitement par Baclofène. On continue à baisser, tranquillement. Je continue à boire du vin (j'adore les bons vins), c'était le deal. Mais maintenant, c'est quand JE le veux, à la dose que JE veux et loin en dessous des normes. C'est moi qui ai repris le dessus sur l'alcool. JE le maîtrise, plus l'inverse. Et quand je fais mes courses, je passe devant le rayon alcool sans la moindre crainte. C'est devenu encore plus insignifiant le rayon lessive. C'est dire…

Par chance, je suis suivi par le Pr. Granger qui prend sur lui de prescrire des doses au dessus de la RTU. Il m'a sauvé la vie, grâce au Baclofène, comme je l'ai dit plus haut. Ce n'est pas une métaphore, c'est littéral : l'alcool est un très bon anxiolytique, mais la descente est catastrophique. Je serais resté à Fernand-Widal, je ne serais probablement plus en mesure en train d'écrire ce témoignage.

Je tiens aussi à remercier Sylvie et ce forum, sans qui je n'aurais jamais rencontré le Pr. Granger. Eux aussi m'ont sauvé la vie.

À ceux qui jugeront de l'efficacité du Baclofène : au vu de tous ces témoignages, au vu de toutes les études qui existent (oui, je les ai lues et analysées : c'est mon métier et le Pr. Granger me les a transmises), que préférez-vous ? Supprimer le Baclofène à cause d'études biaisées (et je peux en parler, scientifiquement, ne serait-ce que d'un point de vue purement statistique) pour un risque virtuel, ou laisser des gens mourir de façon sûre (je pèse mes mots) en ne leur permettant pas l'accès à un médicament enfin efficace ? Que feriez-vous s'il s'agissait de l'un de vos enfants ?

Alexis
 
Alexis
03 Février 2016, 13:18
240mg. Et tout va bien. Quelques tous petits effets secondaires, mais vraiment mineurs (j'ai donc mis A au questionnaire).
 
Alexis
03 Février 2016, 13:07
Re !

Je viens de répondre au questionnaire posologie.
Pour l'autre médecin, si j'ai un peu de temps je lui enverrai un mail, d'accord (mais c'est bien parce que c'est vous :) )

Alexis

PS : revu Granger ce matin, toujours génial… On continue à la même dose, ce qui me va très bien, et on avisera plus tard le moment venu.
 
Alexis
03 Février 2016, 13:03
1) Réussite (pour l'instant)
2) 240mg
3) 7 mois, dont 6 perdus dans un hôpital anti-Baclofène
4) 8 / 8 / 8 (matin, après-midi, soirée)
5) 19h / 22h
6) 240mg
7) A
8) pas de diminution
9) 34
 
Alexis
03 Février 2016, 3:31
Hello à tous !

Quelques nouvelles rapides : depuis le 15 janvier, indifférence totale à l'alcool. Ça ne m'empêche pas de goûter des bons vins lors de bons repas, mais je n'ai plus cette envie de "boire pour boire". Je me sens revivre :)

J'en ai parlé avec mes amis proches dont un avec qui je bosse : tous constatent que je vais beaucoup mieux, que j'ai retrouvé mes capacités intellectuelles d'avant et que c'est super agréable. Ça fait plaisir à entendre - et un peu mal aussi, je n'avais pas conscience d'avoir été une telle loque auparavant. Mais c'est un mal pour un bien !

Bref, la vie est belle, j'envisage l'avenir sereinement. À ceux qui me demandent si ça sera un traitement à vie, je leur réponds que je n'en sais rien. On baissera probablement les doses le moment venu, mais pour l'instant je profite de cette nouvelle vie :)

Encore merci à tous !

Alexis :)

PS : finalement, je ne suis pas allé voir mon ancien médecin. Je préfère témoigner ici de l'efficacité du Baclofène que de perdre mon temps avec une vendue au Sélincro.
 
Alexis
15 Janvier 2016, 18:33
Bonjour à tous,

merci pour vos messages ! :)

J'ai rencontré le professeur G. à Tarnier. Un mec génial... Je lui ai parlé de mes problèmes avec le précédent hôpital, il a tout de suite regardé sur le site de transparence des médecins (https://www.transparence.sante.gouv.fr/ ) et, ô surprise (!), celle qui me suivait s'est fait offrir des voyages et restos par le labo du Sélincro :D

Il m'a confirmé que son attitude était débile. Et il a accepté sans soucis d'augmenter à 240mg. J'y suis depuis quelques jours déjà, et je pense avoir atteint l'indifférence totale. Avec très peu d'EI/ES.

Bref, le bonheur. Encore un énorme merci à vous, et une spéciale dédicace à Sylvie :)

Alexis
 
Alexis
09 Janvier 2016, 16:10
Bonjour à tous,

et tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année :)

Autant 2015 a été bien pourrie, autant 2016 commence très bien. RDV avec le prof G. dans 4 jours. D'ici là, j'ai pris l'initiative d'augmenter (en suivant le protocole habituel) à 220mg. Et là miracle : je suis quasiment à l'indifférence !!! Il reste quelques petites envie par-ci par-là, mais qui ne méritent même plus le nom de "craving" tellement elles sont facilement gérables.

Je peux maintenant me contenter d'un verre de bon vin lors d'un bon repas (par exemple pour les fêtes), et sans aucune frustration. C'est complètement dingue, je me sens renaître, réellement ! Et tout ça pour 3 petits comprimés en plus, que ces enfoirés de FW n'ont jamais voulu me prescrire.

Je vais essayer, après en avoir discuté avec G., de monter à 240mg pour atteindre l'indifférence totale. Mais même si on ne le fait pas, mon objectif est déjà atteint : je peux profiter du goût d'un verre de bon vin, sans avoir besoin d'en rajouter encore et encore ! Et ça dure depuis 3 semaines déjà, sans aucune rechute…

Alors encore une fois (je me répète, je sais), je voudrais tous vous remercier du fond du cœur. Avec une pensée toute spéciale pour Sylvie qui m'a sauvé. Et je pèse mes mots : j'étais à deux doigts de tout laisser tomber. <3

Je sais bien que tout n'est pas fini pour autant, mais j'ai enfin le courage d'affronter le reste.

Bonne et heureuse année à tous, finalement la vie est belle :)
 
Alexis
24 Décembre 2015, 12:15
Hello !

Après une bonne nuit, je me suis un peu calmé :) Merci pour vos message à tous, ça fait du bien !

@Yves : je ne connaissais pas le syndrome de l'imposteur, intéressant !

@Colibiri : oui, j'ai ce qu'il faut pour tenir jusqu'au 22 fev. On a convenu d'un nouveau RDV dans un mois pour renouveler l'ordonnance. Mais comme je n'ai pas atteint l'indifférence (ce qui est rageant, parce que j'ai vu une énorme modification en passant de 160 à 190, donc je sens qu'elle n'est pas loin), vais essayer de ne pas trop re-boire d'ici là.

@Sylvie, la fée du forum : merci pour ton MP, je t'ai répondu.

À bientôt, et encore merci à tous !

Alexis :)
 
Alexis
24 Décembre 2015, 3:10
Bonsoir à tous,

Suite de mes aventures. Grâce à Sylvie, j'ai pu prendre rdv à T., avec le prof B.G. C'est fin février, mais tant pis.

Ce mois-ci, je n'ai pratiquement pas bu parce que celle qui me suit encore m'avait promis que si je réduisais assez ma conso d'alcool on augmenterait les doses cette fois-ci. Donc la première semaine 1 verre, et les semaines d'après 0 verres : je me suis payé une méga infection du ventre, j'ai du prendre du Flagyl, qui a effet Antabuse super fort (oui j'ai testé pour voir, avec une demie-cuillère à café de gin. Je l'ai regretté…)
Bref, sevrage plus ou moins forcé : 1 verre de vin plus une demie-cuillère à café de gin en un mois.

Cet après-midi, j'avais RDV à FW avec la miss en question. Ben, comme vous l'aviez prédit, ça n'a pas loupé. Même pire : "Puisque vous avez réussi à vous sevrer sans qu'on ait augmenté les doses, ce n'est pas la peine de chercher à les augmenter. Il faut juste mettre en place d'autres mécanismes. On peut même voir à les diminuer." [AAAARRRRGGGGHHHHH]

J'ai eu beau lui expliquer que mon sevrage a été plus ou moins forcé, que je peux aussi me sevrer complètement par la volonté (je l'ai déjà fait), mais ça sera une lutte très dure qui ne durera pas longtemps. Donc j'ai *vraiment* besoin du Blacofène, à des doses où j'arriverai enfin à gérer les cravings (faire preuve de volonté ne me fait pas peur, faut juste que ce soit tenable sur le très long terme). Je lui ai récapitulé tous les "autres mécanisme" que j'ai déjà mis en place : prévenir les magasins du quartier de ne jamais me vendre d'alcool, les bars que fréquente de ne jamais me servir plus de quatre verres - tous s'y tiennent, je vois des thérapeutes divers et variés, tous mes amis ont arrêté aussi l'alcool par solidarité ce qui me permet de les voir sans tentations, j'adapte les doses en fonction des jours et des ressentis, etc. Mais pour elle, je n'ai pas encore fait assez d'efforts (rien que d'y penser, j'ai envie de lui foutre une baffe).

Et, parait-il, une étude vient de sortir montrant que le Baclofène pouvait causer des morts. En creusant un peu (je suis scientifique, elle le sait, donc parler stats / risques / écart type / confiance, etc. c'est mon domaine), elle a avoué qu'en fait on ne sait pas si c'est le Blaco qui était en cause ou pas. Mais que le principe de précaution fait qu'il vaut mieux rester à ma dose actuelle (190mg).

Alors j'ai craqué et je lui ai dit que je n'avais de toutes façons plus confiance en elle, qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait, je m'en foutais complètement. Elle m'a demandé si j'envisageais d'aller voir un autre médecin, je lui ai répondu la vérité (j'ai même cité le nom du prof. en question, ce qui à la réflexion était assez stupide de ma part).

Bref :
- vous buvez modérément : c'est trop pour passer le cap des 190mg.
- vous ne buvez plus : vous n'avez pas besoin de Baclofène.

Quand je lui ai sorti ça et que je lui ai demandé si par hasard elle participait à l'étude Alpadir, elle m'a dit que oui. J'ai explosé de rire, en lui disant que maintenant je comprenais mieux ses réticences. Elle l'a mal pris ("mais non non non, tous les participants ne sont pas contre le Blacofène, loin de là ! Moi-même je ne suis pas contre… D'ailleurs il n'y a plus de gens pour ou contre, on a dépassé ce cap, bla bla bla...")

Bon, j'arrête de vous gaver avec mes petites histoire sans intérêt. La morale de l'histoire : si les modos du forum vous dirigent vers une adresse, ne faites pas comme moi, obéissez-leur tout de suite ! Dans mon cas, c'est 7 mois de perdus. J'attends le 22 février avec grande impatience. En espérant ne pas me remettre à picoler d'ici là...

En attendant Joyeux Noël à tous, et encore merci à Sylvie !

Alexis
 
Alexis
02 Décembre 2015, 1:21
Merci énormément !
 
Alexis
02 Décembre 2015, 1:02
Merci de ta réponse Sylvie. J'aurais du t'écouter depuis bien longtemps…
Ça fait une semaine que j'essaye de prendre RDV à Tarnier mais leur standard est saturé. Je persévère quand même. Au pire j'irai sur place.

Pour la cuite de ce soir, vais essayer de pas trop abuser, mais je suis déjà allé acheter de quoi boire. Juste envie d'oublier tout ça.
 
Alexis
02 Décembre 2015, 0:23
Bonsoir à tous,

je suis un peu désespéré. Ça fait maintenant presque 3 mois que je suis à 180mg. Avec une consommation moyenne de 38 verres standards par semaine. À chaque consultation, c'était le même cirque : "le Baclofène est dangereux, on n'a pas assez de recul dessus, je n'ai pas le droit de vous augmenter les doses, le Selincro est beaucoup plus efficace". J'ai du m'énerver et sortir les textes de la RTU pour avoir enfin droit au fameux avis collégial permettant de dépasser les 180mg. Qui a eu lieu cet après-midi. Et c'est là que j'ai appris que mon consommation par semaine est trop élevée et que je dois réduire ma consommation d'alcool avant qu'on puisse augmenter les doses. Prochain RDV dans 3 semaines, où ils verront si je mérite ou non qu'on augmente.

Cette fameuse consommation clef est de 28 verres / semaine selon celle qui me suit, et 35 verres / semaine selon l'autre médecin qui m'a vu. Les deux se réclamant pourtant experts en Baclofène et "référents sur les études" (je cite).

Pourquoi avoir attendu 3 mois avant de me le dire ??? Trois mois de perdus, tout ça parce miss D. est branchée Sélincro et a fait tout ce qu'elle a pu pour me dégoûter du Baclofène. Elle a surtout réussi à me dégoûter des médecins hospitaliers. J'aurais du écouter Sylvie et aller tout de suite à l'hôpital qui m'a été recommandé ici. Mais non, j'ai été trop con et voulu leur faire confiance…

J'avais pourtant énormément progressé. Mais là, j'ai juste envie de me foutre des baffes, d'en foutre encore plus à ces pseudo-médecins aussi, et de me payer une énorme cuite pour oublier.

Message pour les nouveaux : ÉCOUTEZ SYLVIE. Et n'allez surtout pas à FW (Paris 11ème, à côté de la gare du Nord).
 
Alexis
03 Aout 2015, 17:09
Tu proposerais quoi exactement comme répartition ?
 
Alexis
03 Aout 2015, 15:16
Je précise ma réponse : malgré cette répartition, j'ai toujours des cravings irrépressibles. Je me bois une bouteille de rouge par jour, répartie de 18h00 à minuit environ. C'est déjà un progrès par rapport à avant, où je pouvais m'en enquiller deux ou trois dans la même soirée (sans compter les sorties en bar une fois que je n'avais plus rien à avaler). J'espère pouvoir rapidement augmenter les doses, j'en suis manifestement pas encore à la dose clef, même si les effets se font déjà sentir !
 
Alexis
03 Aout 2015, 15:02
Bonjour à tous,

merci pour vos réponses ! Suite à la demande de Karine, je suis donc actuellement à 100mg que je répartis ainsi :
- 30mg au lever (sachant que je me lève vers 13h00, je travaille très tard la nuit)
- 30mg à 17h00, soit une heure avant le premier craving
- 30mg à 21h00, avant le deuxième craving (qui arrive généralement vers 22h00)
- 10mg avant de me coucher pour éviter les suées nocturnes.

Si vous avez une meilleure répartition à proposer, je suis preneur.

Encore merci pour votre aide, avec une mention toute spéciale pour Super-Karine :)

Alexis :)
 
Alexis
01 Aout 2015, 9:53
Bonjour à tous,

merci à Karine pour ses précieux conseils :)
Et oui, bien sûr que je reste sur ce forum. Je ne poste pas très souvent, mais je lis beaucoup.
Ce forum est une aide fabuleuse, merci à tous !
 
Alexis
30 Juillet 2015, 16:52
Bonjour à tous (et bonnes vacances à ceux qui en ont) !

Comme promis un compte-rendu de mon rdv dans un centre d'addicto. Pour rappel, j'avais consulté un médecin en ville qui m'avait prescrit un début de traitement au Baclofène pour un mois, de quoi tenir jusqu'à mon rdv au centre d'addicto. Les résultats ont été super encourageants : ma consommation a beaucoup diminué (et pourtant je ne suis qu'à 100mg/j). Certes j'ai eu des rechutes, me suis pris quelques cuites, mais je sais que ce n'est qu'une question de temps. Et par chance, je n'ai quasiment pas d'EI / ES.

Bref, cet aprem, rdv à l'hosto. Et là (vous m'aviez prévenu pourtant), j'ai assisté à un énorme freinage des 4 fers… "On aurait jamais du vous le prescrire", "c'est hors la loi", "la RTU impose d'avoir auparavant essayé un autre traitement", "je ne veux pas dire de mal de mes confrères, mais c'est n'importe quoi", "c'est un coup à passer devant le conseil de l'Ordre" et j'en passe. Ils m'ont prescrit 15 milliards d'examens à faire, des analyses, un fibroscan et une écho du foie. Comme j'avais déjà entamé le traitement et qu'on ne peut pas l'arrêter net, ils m'ont prescrit de quoi continuer 15j, mais en restant au même dosage. Interdiction formelle d'augmenter tant qu'on n'aura pas les résultats des analyses.

Je comprends que c'est un traitement qui peut avoir des effets lourds, et qu'il est important d'avoir un suivi rapproché. Ça c'est très bien. Mais j'ai eu l'impression qu'ils faisaient tout pour me décourager du Baclofène. D'ailleurs, drôle de hasard, il y avait un gros bouquin "Selincro" posé sur le bureau. Je leur en ai parlé, et je leur ai expliqué avoir lu les études sur le Baclofène, le Selincro - et le reste - et que les résultats du Baclofène étaient sans commune mesure avec le reste. Ils sont entrés en mode "ne pas confondre études statistiques et résultats personnels" (je sais, je suis scientifique, c'est une problématique que je connais très bien), "on n'a aucun recul sur le Baclofène" (j'avoue je me suis tu, j'ai pas eu envie d'entrer dans une bataille sur les années et le manque de recul sur le Selincro).

Bref, j'ai quand même eu une ordonnance pour 15j, au même dosage qu'actuellement et tout plein d'examens à faire. Par acquis de conscience je vais les faire, mais si à la prochaine consultation ils me font encore chier, ce sera "bye bye le centre d'addicto" et message à Karine.

PS : j'avoue, je suis "un peu" énervé…
 
Alexis
17 Juillet 2015, 19:18
Bon la route va être longue je sens. Énorme craving à 19h00. Après avoir tourné en rond dans mon appart pendant une demie-heure et fumé clopes sur clopes, j'ai craqué et suis allé m'acheter une bouteille.
J'en suis qu'à un verre, j'espère avoir la force de ne pas en prendre trop plus.

Vivement la dose clef, je me sens vraiment minable :(
 
Alexis
16 Juillet 2015, 22:51
@Jack : c'est justement pour éviter les ES que j'ai préféré l'imprégnation au début. Pour le sevrage, ma psy m'a filé du Valium pour éviter les problèmes (c'était pas mon premier sevrage...), et ça s'est bien passé.

Sinon j'ai tenté la répartition proposée par Rocky aujourd'hui, et ça fonctionne nickel aussi (en plus de faire moins de prises).

Donc merci à tous :)
 
Alexis
16 Juillet 2015, 1:33
Merci pour vos réponses, ça fait plaisir :)

Mon histoire est relativement banale : une rupture difficile il y a trois ans et j'ai commencé à picoler. Au début je maitrisais. Enfin je croyais. Et puis j'ai subi trois agressions assez violentes (drogué au GHB / benzos, viols, vidage de compte en banque, ...). Et là ma consommation a explosé, c'était ma façon de gérer le stress post-traumatique (quelle bonne idée !). Elle est devenue rapidement incontrôlable. J'ai perdu des amis, mon boulot devenait ingérable. Ça a fini en TS il y a trois mois, et j'ai décidé qu'il fallait que ça s'arrête : l'alcool permet sur le moment d'oublier et de revoir la vie en rose, mais après c'est pire.

Mon but n'est pas d'être abstinent. J'aime le bon vin. Je voudrais juste retrouver le plaisir de boire avec modération sans avoir ce besoin irrépressible de boire toujours plus, jusqu'à tomber raide-mort. Ce qu'a très bien compris le médecin que j'ai vu.

L'hosto qui m'a pris en charge après la TS a une antenne spécialisée addicto à l'alcool, plutôt bonne parait-il. Ils m'ont donc pris RDV là-bas. Mais l'interne qui a pris le RDV a foiré, elle m'a pris RDV avec un addicto à l'héroïne… (c'était en juin dernier). Ils m'ont pris un autre RDV, dans le bon service cette fois, mais avec un mois et demi d'attente. Alors j'ai décidé de commencer le traitement avec un médecin en ville. D'où la demande de conseil à mon pharmacien (que je remercie énormément). Le RDV à l'hosto est le 30 juillet, et je poserai toutes les questions que vous m'avez suggérées. Si ça se passe bien tant mieux, sinon je continuerai avec le médecin que j'ai vu - ou je m'adresserai à Karine :)

Le protocole que m'a donné le médecin est d'augmenter de 10mg tous les 5 jours. Mais comme je n'ai pas d'effets secondaires particuliers (à part des coups de pompe monumentaux l'après-midi et le soir), j'ai augmenté un peu plus vite. J'en suis aujourd'hui à 60mg. Pour l'instant je vise plutôt l'imprégnation, donc des prises réparties toute la journée. Je me suis sevré à la dure, et j'arrive à gérer les cravings pour l'instant. Lorsque ça deviendra trop difficile, je modifierai les horaires des prises pour viser les cravings (18h - 22h). J'avoue que je fais ça un peu au feeling. Donc si vous avez des conseils, je suis preneur ! :) J'aimerais avoir atteint la dose "magique" avant octobre, quand je recommencerai à bosser.

En tous cas merci pour ce forum, pour toutes les infos et les messages d'encouragement, c'est vraiment super ! :)

Au fait, depuis quelques jours (40mg) j'ai moins envie de fumer. J'ai divisé ma conso par presque deux. C'est dans ma tête ou c'est du au Baclo ?
 
Alexis
15 Juillet 2015, 3:10
Bonjour à tous,

un petit nouveau sur ce site... Je viens de commencer mon traitement. Ma généraliste ne voulant pas me prescrire de Baclofène, je suis allé demander à mon pharmacien s'il connaissait des médecins qui acceptaient. Il m'a donné deux adresses, et voilà c'est parti depuis deux semaines environ. C'est une prescription temporaire en attendant un rdv à l'hôpital dans le service spécialisé alcoologie à Fernand-Widal le 30 juillet.

J'ai commencé à la dose usuelle (15mg/j en 3*5), et j'en suis maintenant à 50mg répartis en 5 prises. J'ai augmenté un peu plus vite que prévu, parce que je n'ai pour l'instant aucun effet secondaire, à part quelques coups de pompe (une bonne sieste et ça repart).

J'avoue, j'ai hâte d'arriver à la dose "magique". En attendant je me suis arrêté de boire, "à la dure". J'étais à 2l de vin par jour (les bons jours, et beaucoup plus les mauvais jours).

En tous cas je suis heureux de vous rejoindre ! :fsb2_smile:

À bientôt...
 



forum baclofene