Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

J'y suis revenu

Avatar de Interaction
  • Messages : 5
  • Inscrit : 02 Mars 2018
  Lien vers ce message 07 Mars 2018, 17:08
Bonjour à tous,

Je me présente un peu: J'ai 38 ans et je dirais un peu plus de 20 ans de dépendance à l'alcool.

Je vais, pour commencer, vous faire part de mon parcours avec le baclofène.
J'ai commencé à en prendre en novembre 2016, pas longtemps, puis j'ai arrêté. À cause d'un psychiatre.
Mais quand je regarde dans le rétro, je vois qu'en 15 mois, je n'ai réussi à être sobre que 2 fois.
Première fois, arrêt total pendant la semaine, au début de mon traiteemnt au baclo, .
Seconde fois, pendant 24h, à cause de/grâce à une nuit en GAV. Mésaventure liée, vous vous en doutez, à une consommation excessive et inappropriée d'alcool.
Épisode un peu surréaliste, car finalement, le gendarme qui m'a auditionné a été le seul, en plus d'un an, à vraiment m'écouter parler de ma maladie et à m'offrir un soutien moral.

Voici ce qui s'est passé entre novembre 2015 et février 2018 quand je recommencé à prendre du baclo.

En décembre 2015, peu de temps après avoir commencé à prendre du baclo, je rencontre un psychiatre que m'avait conseillé mon médecin traitant. Un type génial, mais réfractaire au baclo.
Un bon médicament selon lui mais pas du tout adapté au traitement de l'alcoolisme, selon lui. Il faut que j'arrête cette merde et que je lui fasse entièrement confiance.
Il me dit que le baclofène a du succès parce qu'il est porté par une bande d'idéologues, qui cherchent à en faire la promotion en dépit de tout bon sens. Il me montre, pour appuyer son propos, une invitation à un colloque où le voyage, l'hôtel et les repas seraient pris en charge par les organisateurs. En gros on lui donnera de l'argent pour qu'il n'ait pas à avancer quoi que ce soit s'il accepte de se déplacer. Il me dit qu'il n'a jamais vu ça, qu'on essaie de lui forcer la main. Je ne lui fait pas remarquer à ce moment que la molécule baclo est dans le domaine public.

Au final, je l'écoute, j'arrête le baclo pour un anti-dépresseur (parce que si je bois, c'est parce que je suis dépressif, bien entendu) appelé Brintellix.
Petit détail: 15 balles par boîte ne sont pas remboursés, 2 boîtes par mois.
Alors c'est vrai je me sens mieux, plus énergique. Question conso je passe tout doucement de 2 litres de bière forte le weekend (sobre la semaine) à 1 litre (1,5 litre souvent) par jour, tous les jours. Ma conso a donc plus que quadruplé en arrêtant le baclo...
Je le fais remarquer à mon psy, et là, le drame: Il me prescrit du Selincro. Molécule que j'avais déjà testé sans succès mais je ne lui dis pas, je veux bien accorder une 2nde chance à ce truc.
Petit détail: 15 balles par boîte ne ont pas remboursés. 2 boîtes par mois sont prévues (prévues mais pas consommées, vous verrez pourquoi).
On en est donc à 60 balles par mois, en plus de la picole à acheter (parce que bien sûr je bois encore trop).

Premier jour de mon nouveau traitement: je suis à 20mg de Brintellix et je prends mon premier cachet de Selincro, le soir, 1h avant mon craving. Je me sens rapidement vaseux, faible, je me couche très tôt cette nuit là.
Le lendemain, ce p*ta*n de cachet fait encore effet et j'ai l'impression d'avoir fait une intox alimentaire aux moules pas fraîches. Ah ça pour ne pas boire, je ne bois pas. Tout ce dont j'ai envie c'est de m'allonger, de me rouler en boule et de trembloter sous une couette. Même une gorgée d'eau, ça ne passe pas, et j'ai dû aller bosser dans cet état.
J'en parle au psy, il me dit de passer à un demi-cachet, je le prends juste avant de dormir pour atténuer les effets indésirables, mais c'est pareil, je me sens hyper mal pendant 20h environ.
Comme je suis incapable de m'occuper de mes enfants quand j'ai pris cette m*rde infâme, je suis contraint d'arrêter.
Pourtant je me suis forcé (ça coûte un bras quand même, je voulais les finir) mais j'ai fini par jeter tous les cachets de Selincro qu'il me restait, dans une poubelle sur une aire d'autoroute, pour être sûr de ne pas être tenté d'en reprendre, tellement ça me faisait mal.
Petit détail: le Brintellix et le Selincro (qui coûtent une blinde) proviennent du même labo...

Un soir de février, je tombe sur une émission, sur France 2 je crois. Un téléfilm, suivi d'un débat. Le thème est l'alcoolisme au féminin. Dans le débat intervient un addicto qui soutient que le baclo est un super médoc, qu'il ne comprend pas que certains s'acharnent à le combattre. Je vais donc revoir mon médecin traitant le lendemain. C'est lui qui m'avait fait découvrir le baclofène en 2016. C'est un confrère à lui qui lui avit conseillé cette molécule. Mon doc est très ouvert, c'est ma chance. Pour le remercier à l'époque (et aussi pour pour l'éduquer faut dire) je lui avais offert le bouquin d'Ameisen.
Je lui dit que le psychiatre qu'il m'a conseillé est un type génial, que j'adorais discuter avec lui mais qu'il ne touche pas une bille en addicto.
Je lui redemande donc du baclo. Je lui dit que j'ai fait un peu le tour de tout ce qui est disponible sur le marché (AD, benzodiazépines, acomprosate, sevrage sauvage..)et que c'était le baclo qui avait le mieux fonctionné. Et j'ai la bonne surprise de voir, en discutant un peu avec lui, qu'il a lu le livre "Le dernier verre" et qu'il pense beaucoup de bien de cette molécule.
Finalement cela fait un mois que je reprends du baclo. Je suis à 50mg là et je commence à avoir des grandes satisfactions:
- Pas de verre avant 18h quand je ne bosse pas (au lieu de 11h).
- Quand j'ai plus envie de boire, je vide ma canette (alors que c'était le bien le plus précieux à mes yeux auparavant).
- Des analyses sanguines (bilan hépatique) normales. Et ça c'est vachement bien.
- Hier, j'ai regardé un match de foot entier uniquement accompagné de bières sans alcool (mais j'avais bu une pinte en début de soirée). Même si devant PSG-Real, j'aurais préféré être bourré. On ne peut pas gagner sur tous les tableaux.

Voilà, je voulais vous faire part de mon expérience. Mon prochain objectif est de passer 24h sans boire un seul verre mais j'ai peur en fait de me retrouver à plus de 80mg est d'être bloqué par la RTU. On verra bien.

Merci de m'avoir lu, ça m'aide beaucoup de pouvoir partager avec d'autres mes petits succès.

À très bientôt.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33714
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 07 Mars 2018, 22:37

Il me dit que le baclofène a du succès parce qu'il est porté par une bande d'idéologues, qui cherchent à en faire la promotion en dépit de tout bon sens. Il me montre, pour appuyer son propos, une invitation à un colloque où le voyage, l'hôtel et les repas seraient pris en charge par les organisateurs. En gros on lui donnera de l'argent pour qu'il n'ait pas à avancer quoi que ce soit s'il accepte de se déplacer.


Concernant ton psy, je ne sais pas s'il est génial, mais c'est un menteur
Ce qu'il t'a dit concernant une invitation à un colloque ne peut pas concerner le baclofène
Ethypharm n'invite personne, sans intérêt tant qu'il n'y a pas d'AMM et puis c'est un petit labo sans gros budget.
Et les pros baclos n'ont pas les moyens de faire ce genre de chose. Ni l'envie d'ailleurs, question d'éthique
De toute façon, les colloques se passent tous à Paris sur un jour, donc pas de voyage ni d'hôtel

Son invitation est celle de Lundbeck, bien connu pour ce genre de pratique
Ils ont arrosé largement les addictos pour placer le Selincro et sans doute les psychiatres pour leur AD ...

Un bon traitement pas adapté à l'alcoolisme ??? A quoi il sert alors ?
Et puis le coup de vous buvez parce que vous êtes déprimé !
Il faudrait qu'il suive d'urgence une formation de rattrapage le pépère, il a 10 ans de retard ...

Tu as perdu du temps mais au final, tu as tout pour réussir, à commencer par un médecin à l'écoute qui croit au baclo
Ne t'inquiète pas trop des 80mg/j de la nouvelle RTU
Les médecins ne sont pas obligés de suivre, la prescription hors AMM n'est pas interdite

Sinon, 50mg/j et déjà de bons résultats, c'est super
Je suppose que tu sais qu'il faut placer les prises avant le craving pour plus d'efficacité
Un peu de lecture au cas où https://www.baclofene.org/fich...osQuestions.pdf
https://www.baclofene.org/wp-c...nd_patients.pdf

Bref, bienvenue ...
Message édité 2 fois, dernière édition par Sylvie, 07 Mars 2018, 22:40  

Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de jm84
  • Age : 64 ans
  • Messages : 516
  • Inscrit : 28 Juillet 2017
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 9:16
Bonjour à toi et bienvenue sur le forum.

Tout d'abord, je te félicite et te tire mon chapeau sur ta présentation. C'est rare un post aussi précis et structuré!

Dire que Sylvie a raison d'avoir répondu en réaction aux inepties que tu nous a livré est un pléonasme!
Lors de ta 1ère expérience du baclo tu étais monté à combien?

Content pour toi en tout cas, c'est chouette de s'emparer de cette maladie aussi jeune

Au plaisir de te lire


Indifférent depuis janvier 2014 à 240 mg/j. Aujourd'hui, à 160 mg/j. . Adhérez, ce n'est vraiment pas cher, c'est facile à faire...et c'est un acte nécessaire, responsable!
 
Avatar de jm84
  • Age : 64 ans
  • Messages : 516
  • Inscrit : 28 Juillet 2017
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 9:19
Au fait, ton fil est classé dans la rubrique compulsion alimentaire. Tu ne parles que d'alcool non?


Indifférent depuis janvier 2014 à 240 mg/j. Aujourd'hui, à 160 mg/j. . Adhérez, ce n'est vraiment pas cher, c'est facile à faire...et c'est un acte nécessaire, responsable!
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33714
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 11:01
Je n'avais pas fait attention, je viens de déplacer ce fil au bon endroit


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Interaction
  • Messages : 5
  • Inscrit : 02 Mars 2018
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 11:29
Ah oui jm84, effectivement c'est une erreur, ce fil ne concerne que l'alcool. Mais je ne sais pas comment le déplacer.

Pour répondre à ta question, j'étais monté progressivement jusqu'à 50mg la première fois.
La grosse différence avec maintenant c'est, qu'à l'époque, j'avais arrêté de boire dès le début du traitement.
C'était dur j'avais beaucoup de pensées liées à la picole au début. Puis à 50mg, je suis arrivé à un niveau sérénité satisfaisant.
Je descendais volontairement à 30mg le weekend pour m'autoriser 2 cannettes de 50cl (bière forte) le vendredi soir et 2 autres le samedi soir, sinon je m'endormais aux premières gorgées.
D'ailleurs, je ne sais pas si d'autres personnes utilisent cette pratique qui consiste à baisser la dose en cas de consommation prévue ? Je ne sais pas si c'est recommandé d'ailleurs.

En février 2018, quand j'ai recommencé le traitement, j'étais retombé bien bas, j'étais à 4 ou 5 canettes de 50cl de bière forte par soir, plus 2 verres de vin en mangeant.
Actuellement, à 60mg je bois une canette de 50cl plus un verre de vin. Premiers cachets (2) à 12h, 20mg à 14h puis 20mg à 16h pour un craving à 17h15.

Ce qui me cause le plus de souci maintenant ce sont les habitudes de vie. Même si je suis plus serain, même si je ne sens presque plus cette envie viscérale de boire, cette pulsion.
Les habitudes subsistent. Je me retrouve donc à ouvrir des canettes que je n'ai pas envie de boire. Ou à boire une bière sans que cela ne m'apporte de satisfaction.

PS Merci Sylvie pour la doc, cela a l'air super bien fait, je m'en vais lire ça de ce pas.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33714
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 11:46
En effet, certains font cela, diminuer le baclofène pour pouvoir boire

En tout cas, c'est cool si à 60mg/j tu as ce résultat
Tu n'auras probablement pas besoin de plus de 80mg/j

Cool aussi, tes prises sont bien placées
A la limite, tu pourrais faire 10 à 12h, 20 à 14h et 30 à 16h, mais bon ...

Les habitudes vont disparaitre au fil du temps
Ton cerveau va finir par comprendre que l'alcool ne lui apporte plus de réconfort


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de jm84
  • Age : 64 ans
  • Messages : 516
  • Inscrit : 28 Juillet 2017
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 11:49
Ok,merci pour ces précisions Interaction. Sylvie et d'autres experts viendront t'aider sur tes heures de prises adaptées comme elle le fait pour tout le monde. En revanche, je ne pense pas que cela soit une bonne idée de modifier ta posologie en fonction de ce que tu bois. Tu es encore sur de faibles doses, ton envie de boire disparaitra en augmentant et en allant au-delà de 50.

Bienvenue au club des habitudes de vie! En ce qui me concerne, j'ai remplacé mes verres d'alcool par autant d'eau à boire. J'étais à 6 litres de vin/ jours, il m'a fallu 6l d'eau/j pendant 1 an au moins. On efface pas des années d'habitude d'un coup de baguette magique...

Ta consommation de bière et de vin est de 1 à 3 litres par jour, réfléchis-y...et trouve le bon produit de substitution pour garder de besoin de liquide.

Et surtout, sois patient, le bout du chemin est proche pour toi car tu as fait l'essentiel du chemin, celui de te soigner


Indifférent depuis janvier 2014 à 240 mg/j. Aujourd'hui, à 160 mg/j. . Adhérez, ce n'est vraiment pas cher, c'est facile à faire...et c'est un acte nécessaire, responsable!
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7294
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 11:56
Pour vaincre les habitudes, je suis moi aussi passée par des boissons de substitution.
Et j'ai gagné.

Édit : certains ici conseillent le Bloody Mary sans alcool.
Bien épicé, il simule le côté un peu piquant de l'alcool.
Mais c'est à chacun de voir selon ses goûts...
Message édité 1 fois, dernière édition par Florence..., 08 Mars 2018, 12:09  

Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 60 ans
  • Messages : 10037
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 08 Mars 2018, 12:43
Bonjour et bienvenue !

Tu as déjà eu pas mal de réponses, mais je t'invite à lire ceci : Comment prendre le baclofène ?, relativement court.

Reviens-nous avec tes questions.

À te lire,
Pascal


17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
https://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3964
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 11 Mars 2018, 17:46
Pour reprendre JM, super présentation.
Ton psy, il a été charmé par la visiteuse médicale et peut-être un colloque à Amsterdam ou ailleurs.

Laisse tomber le reste, le baclo fonctionne.
Et sur ce site tu as de bons conseils.


Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Avatar de Interaction
  • Messages : 5
  • Inscrit : 02 Mars 2018
  Lien vers ce message 23 Mars 2018, 15:43
Salut à tous,

Voici mon point d'étape après quelques semaines de silence.

Tout d'abord, je suis toujours à 60mg. Et j'ai toujours pas réussi à passer 24h sans boire: mon objectif.

Pour ce qui est de diminuer la dose le weekend, mon corps m'a apporté la réponse: il n'aime pas ça.
Quand je réajuste (ré-augmente) la dose le lundi, je me tape un bon coup de barre derrière les oreilles. D'ailleurs mon ennemi c'est vraiment la fatigue, je sens que je pourrai complètement supprimer l'envie en augmentant un tout petit peu la dose, mais le baclo me fatigue trop.
C'est à peine si je peux dépasser les 23h au coucher, pour un réveil à 7h15 chaque matin, un peu engourdi d'ailleurs.
Mais ce qui est paradoxal, c'est qu'il y a un an, ma montée a été très progressive (0,5g/jour pendant 3 jours, 1g/jour pendant 3 jours...) alors que cette fois j'ai commencé à presque 30g/jour dès le début et que je suis moins fatigué que lors de ma 1ère expérience.
Il y a 1 an, je m'arrêtai carrément sur le bord de la route en rentrant du boulot pour me passer de l'eau sur le visage.
Là ce qui m'embête c'est de ne pas pouvoir profiter de ma soirée.

Anecdote amusante ce weekend, j'étais descendu à 40mg, j'avais bu l'après-midi, 3 bières. Puis plus rien et je suis parti en soirée. Sur place, 2 bières à l'apéro. Puis à un moment, je porte un verre à ma bouche, et là, stop, mon corps me dit stop, pas une goutte de plus. Donc j'arrête, sous peine de m'écrouler ou de m'affaler sur un lit et je bois de l'eau.

Et puis ça finit par aller beaucoup mieux, et là j'assiste à une petite dispute entre deux femmes qui ont toutes deux trop bu. Une gentille dispute pleine de pleurs, de bafouillages et de perte d'équilibre, mais une dispute qui met mal à l'aise tout le monde.
Et soudain je me dis, c'est moche d'être ivre, mais je me dis aussi c'est moche d'être sobre et d'assister à ça.
Je me rends alors compte qu'une partie de moi-même a peur de guérir. J'ai un peu peur de la sobriété et de la clairvoyance qui va avec.
Il va falloir que je change sacrément mon mode de vie. L'alcool m'a permis de ne rien entreprendre et d'être aveugle à ce qui m'entoure et, dans le même temps, de me satisfaire de cette situation. J'ai décidé de reprendre le sport pour commencer. C'est à peine si je marche 500m dans la journée en ce moment.

Pour ce qui est la fatigue, je vais tenter autre chose, je vous dirai. J'ai remarqué lors de mes sevrages sauvages que j'étais très tendu et que je ne pouvais plus dormir.
je vais donc prendre les 2/3 tiers de ma dose quotidienne (40mg) avant mon craving et le reste une heure avant l'heure à laquelle je compte me coucher.
Je vais être davantage tendu, c'est sûr, mais je réussirai à me coucher un peu plus tard, on verra ce que cela donne.

À bientôt.
Message édité 1 fois, dernière édition par Interaction, 23 Mars 2018, 15:46  
 
Avatar de jm84
  • Age : 64 ans
  • Messages : 516
  • Inscrit : 28 Juillet 2017
  Lien vers ce message 24 Mars 2018, 7:53
dit donc tu es complètement freelance sur tes prises de médicaments! A mon avis, tu ne pourras pas en profiter tant que tu jouera au yoyo. Réveilles-toi mon pote. Le baclofen est un médicament. Il exige un protocole, précis et adapté et une posologie différenciée selon les individus.

Prendre ce médicament comme tu sembles le faire, c'est un peu comme si tu criais "venez les effets indésirables, vous ne me faites pas peur!"

Question: ton médecin prescripteur te suit dans ces prises? Si c'est le cas, change vite de mec, c'est un killer!


Indifférent depuis janvier 2014 à 240 mg/j. Aujourd'hui, à 160 mg/j. . Adhérez, ce n'est vraiment pas cher, c'est facile à faire...et c'est un acte nécessaire, responsable!
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3964
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 24 Mars 2018, 8:07
dit donc tu es complètement freelance sur tes prises de médicaments! A mon avis, tu ne pourras pas en profiter tant que tu jouera au yoyo. Réveilles-toi mon pote. Le baclofen est un médicament. Il exige un protocole, précis et adapté et une posologie différenciée selon les individus.

Prendre ce médicament comme tu sembles le faire, c'est un peu comme si tu criais "venez les effets indésirables, vous ne me faites pas peur!"

Question: ton médecin prescripteur te suit dans ces prises? Si c'est le cas, change vite de mec, c'est un killer!


Tout est dit !

Faut un pilulier ! Et des conseils (ICI).


Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 60 ans
  • Messages : 10037
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 24 Mars 2018, 8:49
Bonjour Interaction,

Tu trouveras des conseils, pour ne pas dire des directives là : Comment prendre le baclofène ?

En bref,
1) tu dois être régulier, sinon risques accrus d'effets indésirables et mauvaise efficacité.
2) Fais ta prise 1 heure avant ton craving, ou mieux, avant tes premières pensées.
3) Éventuellement 10 mg au coucher. Regarde ce fil et cette enquête : Le baclofène fait-il dormir ?

À te lire,
Pascal


17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
https://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Avatar de Interaction
  • Messages : 5
  • Inscrit : 02 Mars 2018
  Lien vers ce message 25 Mars 2018, 15:33
Voilà comment je prends mes comprimés:

Mon craving se situe précisément à 17h15, quand je sors du boulot. Je prends donc 20mg à 12h15, 20 à 14h15 et 20 à 16h15.
Ma question est de savoir comment faire pour être moins shooté car le baclo me shoote c'est clair, pas besoin de consulter un sondage ou de lire la liste des EI, d'ailleurs y'a un logo "vigilance au volant niveau 2" sur la boîte.
C'est quand même triste que le seul médoc efficace est un effet sédatif. Je cherche une solution parce c'est soit tenter une nouvelle stratégie soit abandonner le baclofèn et donc reprendre la picole...
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7294
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 25 Mars 2018, 15:53
Non pas une solution mais peut-être une petite aide...
Si tu peux te le permettre, lors des gros coups de barre, ne pas lutter contre mais céder à la fatigue en faisant une micro-sieste, ou seulement décrocher de ce que tu fais en fermant les yeux et en te vidant la tête pendant 5 ou 10 minutes.
Dans ce cas, prévoir bien sûr une alarme pour ne pas prolonger cet état.
Ça peut peut-être suffire à te remettre d’aplomb au moins pendant un temps.

A l'inverse, si tu es en train de regarder un film à la télé et que tu piques du nez alors que tu voudrais continuer à visionner ton film, tu te lèves et tu t'actives un peu, ça te permettra de "te rafraîchir" un peu.


Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33714
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 25 Mars 2018, 17:14
Ce que tu peux peut être faire, c'est 2 prises à 14h15 et 16h15 20 et 30
Ca te donne le même pic à 17h15 mais t'évitera la somnolence entre 12h et 15h ...

Après si ton pb se situe après 17h, ça va revenir au même ou être pire

En fait, tu parles d'être shooté, mais quand exactement ?


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Haddock76
  • Age : 39 ans
  • Messages : 592
  • Inscrit : 15 Juillet 2016
  Lien vers ce message 25 Mars 2018, 21:01
Bonjour Interaction,

je viens de découvrir ton fil, on a le même âge!

Concernant les EI et la somnolence, normalement, ça passe avec le temps! Je suis en plein dedans moi-même! Je prends 220 mg en 3 prises! Aujourd’hui, j’ai fait 3 prises de 120 / 70 et 30 à 11 / 14 / 17 (normalement je commence plus tôt mais avec le changement d’heure et un resto hier soir, j’ai décalé mes prises de 2 heures)!

Avec une telle quantité, pas vraiment d’EI la journée mais le soir, vers 21h, je m’effondre littéralement de fatigue (j’ai été obligé de remonter récemment suite à une rechute)! Mon souci en ce moment, je travaille en 3*8 et quand je suis de nuit, je ne peux pas me permettre de m’effondrer! Mais le jeu en vaut la chandelle, tu peux me croire! Sois patient! Je sais que mes EI vont s’estomper! Les tiens s’estomperont également

Bonne soirée à toi!

Haddock.


Début du traitement le 23 août 2016! Indifférent au mois d’octobre 2016 à 170 mg/j, j’ai commencé à entreprendre ma baisse en juillet 2017 sous la pression de la nouvelle RTU. Après une baisse compliquée, j’ai senti à 110 mg/j que ma consommation dérapait et en remontant, j’ai lâché prise. Après une remontée trop rapide, je me suis senti à nouveau libéré à 230 mg/j le 8 mars 2018 mais je suis sans doute monté trop haut et les EI restent. Je baisse donc raisonnablement pour tenter de modérer les EI.
 
Avatar de Interaction
  • Messages : 5
  • Inscrit : 02 Mars 2018
  Lien vers ce message 26 Mars 2018, 15:18
Merci haddock76 pour ton message encourageant, je vais m'accrocher, cette somnolence est pénible à vivre mais c'est surmontable, clairement.

J'ai bien étudié les effets ce jour est le pic de somnolence arrive pile 1 heure après la prise. Pas la première qui est même agréable et apaisante mais la deuxième vers 14h.
J'ai les paupières lourdes et je me sens flagada pendant 30 à 40 mn environ. Je me suis aussi aperçu que le fait de marcher simplement, ça me remontait déjà bien d'aplomb.

Merci Florence, je crois que ton idée reste la meilleure. Quand je bossais à 2h30 de chez moi (à Paris), je faisais systématiquement le sieste le midi, j'avais même amené une chaise longue au boulot. Et j'avais même, je trouve ça drôle, converti une bonne partie de mes collègues à ce moment de relaxation, on baissait les stores et on verrouillait la porte à ce moment là.

Depuis le 1er janvier, j'occupe un nouveau poste en banlieue où les esprits sont moins ouverts à cette pratique (la sieste) mais tant pis, je vais ressortir ma chaise longue du garage et je vais l'amener.

Le fait est que l'un de mes enfants, ma fille, est atteinte d'un handicap mental et qu'elle demande beaucoup, beaucoup d'énergie. Le matin et en fin de journée, c'est ma femme qui s'occupe des petits et je peux vous dire que, seule, elle en chie des ronds de carottes. Il est donc tout à fait normal, quand je rentre le soir, que je prenne le relais.
Et c'est ce que je fais, les jeux, le bain, le repas, les pyjamas, les histoires, le coucher... Voilà pourquoi la soirée c'est sacré, c'est mon seul moment de répit, c'est vital pour moi.

Je me suis rendu compte aussi que si je pouvais ne pas boire, c'est-à-dire rien du tout, je serais beaucoup moins fatigué en soirée.
Je comptais rajouter 10mg aujourd'hui à ma dernière prise pour tenter de ne rien boire du tout. Mais je viens d'apprendre que ma femme rentrerait tard ce soir et que j'allais devoir gérer tout vraiment seul. Du coup, pas vraiment le courage de tenter ça ce soir. Je vais avoir besoin de ma bière en sortant du boulot.

Point positif, depuis 10 jours environ, j'ai appris à apprécier les bières légères ( 4 à 5°). Une ou deux par soir.
Au début de mon traitement je ne buvais que des bières à 8 ou 9°.
Maintenant cela ne me viendrait plus à l'idée, c'était devenu beaucoup trop violent, plus aucun plaisir, l'ivresse devenait tout de suite assommante.

Bon demain, je me le promets, je remonte de 10mg et j'essaie l’abstinence sur 24H.
Message édité 2 fois, dernière édition par Interaction, 26 Mars 2018, 15:23  
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7294
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 26 Mars 2018, 15:38
Bon demain, je me le promets, je remonte de 10mg et j'essaie l’abstinence sur 24H.

Je pense que ça paie de se fixer des objectifs pas trop ambitieux comme celui-là de façon à collectionner les réussites, plutôt que de viser trop haut et de se ramasser à chaque fois, ce qui est très mauvais pour l'estime de soi déjà bien mise à mal par l'alcool.
Et puis des fois, on a de bonnes surprises. On vise 24 heures, ou bien on vise tel conso moindre et on s'aperçoit que finalement, ce n'est pas si pénible que ça et on décide alors de faire encore mieux dans la foulée.
Et en cas d'échec, essayer de ne pas culpabiliser.
On fera mieux la prochaine fois...


Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 60 ans
  • Messages : 10037
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 28 Mars 2018, 14:19
Bonjour,

J'aurais voulu savoir si tu as fait directement trois prises, car c'est surtout celle avant ton craving qui compte.

D'ailleurs Sylvie te propose deux prises. Tant qu'à faire, tu peux après aussi essayer progressivement en une seule, mais il faut aussi le supporter.

Bonne continuation,
Pascal


17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
https://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33714
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 28 Mars 2018, 23:23


J'ai bien étudié les effets ce jour est le pic de somnolence arrive pile 1 heure après la prise. Pas la première qui est même agréable et apaisante mais la deuxième vers 14h.


Alors passer à 2 prises, ce n'est pas le bon plan
Dans ce cas, tu peux peut être tenter 4 prises 10h15, 12h15, 14h15 et 16h15
Et augmenter désormais sur 10h15, ça devrait être plus supportable

Tu as déjà un résultat, c'est chouette !
Avec un peu de patience, tu vas y arriver
Message édité 2 fois, dernière édition par Sylvie, 28 Mars 2018, 23:43  

Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene