Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Un avenir et des ambitions gâchées

Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 28 Juillet 2016, 21:03
Bonsoir à tous,

Je vais déjà commencer par faire la présentation que j'aurais dû faire il y a un an, lorsque je me suis inscrit sur le forum. Je connaissais déjà le baclofene, mais je n'ai pas tout de suite couru vers ce traitement, à mon grand regret aujourd'hui. Vous comprendrez pourquoi en me lisant.

J'ai 22 ans en septembre. Tout commence à 18 ans. J'ai eu mon bac avec mention dans un lycée français à l'étranger puis je suis venu m'installer dans la ville rose (Toulouse) pour entamer ma première année de droit, tout motivé et plein d'ambitions (le dire me fait mal au cœur aujourd'hui).

Au début, j'allais en cours, je rencontrais ceux qui allaient être mes amis, je profitais de mon temps libre et je découvrais avec jouissance cette vie d'indépendance, de liberté, sans en comprendre la contrepartie : la responsabilité.
Les première soirées arrivèrent très vite, j'étais enthousiaste à l'idée de boire et fumer de façon décomplexée. Pourquoi ? Parce que j'ai eu une éducation où c'était interdit, où les mauvaises fréquentations étaient à proscrire. Je voyais mes camarades du lycée sortir en boîte, moi j'étais devant l'écran à voyager sur internet pour m'imaginer tout ce que je pourrais faire pour profiter de ma liberté une fois "émancipé". Avoir un appart, une copine, des amis, sortir, fumer... boire.
En vous lisant tous, j'ai découvert que nous étions généralement des personnalités angoissées avec peu de confiance en elles, marquées par un quotidien sévère et exigeant. Même si je ne sortais pas, la période lycée s'était beaucoup mieux passé que le collège ou la primaire. En primaire, en bon fils unique, je n'avais qu'un seul "meilleur ami" chaque année car toujours méfiant des groupes et de la brutalité des jeux entre garçons, de l'égo qu'il faut toujours valoriser en montrant les gros bras. Non, je n'étais pas de ce genre-là, moi. Au collège, c'était devenu pire. Je faisais l'objet de brimades et les filles m'évitaient. Le porno était mon seul échappatoire pour satisfaire mes hormones encore naissantes. J'ai en plus une surdité de naissance dans l'oreille gauche, qui me vaut jusqu'à aujourd'hui isolement dans les conversations de groupe ou en soirées.

J'avais - et j'ai - de l'ambition, mais avec pour corollaire un manque de confiance en moi qui parfois s'éteint quand je le surmonte en discutant passionnément d'un sujet qui m'intéresse. Assez paradoxal.

Comment je suis tombé dedans, bêtement.

A la fac, au début, donc, j'allais en cours et assistait en tant qu'acteur à mes première beuveries. Puis je commençais à ne plus aller en cours, à regarder des séries, à boire pour profiter de ces moments de plaisir solitaires. Mes soirées réussies : une pizza, une vodka, un film ou une série. Et là, j'étais au paradis.
Je me rappelle encore qu'il y a 4 ans lors de cette première année, l'ivresse était meilleure que l'ivresse que je finis par ressentir en devenant alcoolique. Je m'étonnais à remarquer un changement... D'ailleurs, il me suffisaIt de boire deux grands verres remplis de vodka sec pour m'endormir. Je n'étais pas encore insomniaque et mon corps était sain. Je buvais tous les 3 jours; le premier jour étant pour décuver, le second pour passer à autre chose, le troisième pour me refaire ce "petit plaisir" personnel. En me relisant, j'ai les larmes et j'ai envie de retourner à cette époque en 2012-2013 pour tout refaire, tout reconstruire...
J'arrivais enfin à la période des partiels et là, grosse tension et gros regrets de ne pas avoir été en cours. Je cherche à récupérer les cours et je les révise à la dernière minute. Premier semestre 9, second semestre 8. Après les résultats du second, je suis traumatisé. Moi, qui n'ais jamais redoublé. Pourtant j'avais à saisir l'opportunité des rattrapages. Mais non. Je panique, je bois. Je révise à la dernière minute, je rate les rattrapages.

Je rentre donc l'été à l'étranger chez mes parents. Aucune inquiétude de mon beau-père ni de ma mère qui connaissent mon potentiel. Du coup, aucune inquiétude moi-même et je finis par accepter ce retard d'une année. L'été suit son cours et je me surprends à fantasmer en regardant des personnages de série boire un trait de whisky. Sur Facebook, je dis à mes amis restés en France que j'ai hâte de refaire des soirées pour picoler, car privé de ça là où je suis. C'était de légers manques, je n'étais pas encore en état de manque "grave". Juste une petite envie de boire un verre après 2 mois...

Année 2013-2014. Ma promo initiale était en L2, j'étais encore en L1. Je fuyais la réalité en cachant ce redoublement, me disant que c'était une honte (j'en ai un sourire amer avec le recul, en comparant à ma situation présente).
J'étais tout heureux d'être dans une chambre universitaire située cette fois ci dans ma fac de droit et non à la fac de science. Le voisinage était très convivial et aller en cours était très aisé, de quoi se motiver facilement.
Cette année est de loin l'année où j'ai le plus bu. Mais aussi l'année où j'ai validé de justesse à 10 de moyenne au premier semestre.
Second semestre, dans l'euphorie de cette bonne nouvelle, je bus comme je n'avais jamais bu auparavant. De janvier à mars je buvais tous les jours jusqu'à boire 2/3 d'une bouteille de whisky le soir et le tiers restant le matin. Résultat des courses, faiblesse, dépression, manque d'énergie. Mes voisins se posaient des questions et mettaient tout sur le compte d'une déprime passagère, de mauvaises nouvelles familiales. Et puis les gens préfèrent éviter ceux qui ont des problèmes... Mars, je pète les plombs, j'appelle mon tonton très cool et très intelligent qui depuis tout jeune chaque été en côte d'Azur me rendait heureux. Je lui confessais une dépression pour finalement lui avouer que j'étais alcoolique.
Vous vous dîtes que c'est allé très vite, oui c'est allé très vite. Lui-même me le dira, le reste de ma famille aussi, puisqu'il les aura alerté également malgré moi. Pourquoi c'est allé si vite? Parce que quand on étudie à la fac, on n'est pas soumis au monde du travail. On peut s'isoler des jours et des semaines en profitant de revenus faibles mais réguliers sans que cela ne suscite le soupçon de qui que ce soit. On peut passer des mois, seul, en voyant des amis ponctuellement, sans qu'ils ne le remarquent bien que j'étais obsédé d'être pris la main dans le sac avec un délire de persécution phénoménal. Je commençais à me cacher, à changer d'épicerie de temps en temps pour ne pas me faire passer pour un alcoolique. C'était idiot. C'était, dans mon esprit, normal.
Je commençais à avoir des cauchemars horribles et réalistes dans lesquels je me projetais dans un train fantôme avec pleins de monstres et de figures atroces. Je volais dans ma chambre dans tous les sens. Sans ces images de peur, j'aurais presque été charmé par ces sensations fortes de projection subites.

Aveu et reconnaissance de mon alcoolisme.

Le jour où j'ai annoncé mon alcoolisme à mon oncle, il m'a dit qu'il avait eu en flash la tête de mon père décédé qui était lui aussi alcoolique. Après lui, j'ai appelé ma cousine qui est venue me voir et a vu l'état de délabrement dans lequel j'étais et ma chambre complètement pourrie car sale et bordélique. Ma tante finit par déranger notre échange en tapant sans cesse contre la porte de ma chambre et celles de mes voisins. Ayant peur que mes voisins soient aussi alertés, nous nous étions convenus avec ma cousine qu'il fallait lui ouvrir la porte.

J'allais découvrir que mon alcoolisme finirait par détruire ma vie familiale. D'abord à partir de disputes incessantes avec mon oncle qui, j'allais l'apprendre, était lui aussi alcoolique.

Hébergé chez ma tante, je finis par obtenir ma première année car j'avais très peu de matières à valider en redoublant et mon cerveau arrivait à limiter les dégâts. J'aurais dû ne pas la valider, cette putain de première année. Histoire que ça me réveille.
Mes parents découvrirent l'été ce qui était arrivé et exigèrent que je reste encore chez ma tante pour ma deuxième année de droit. C'était l'année 2014-2015. Encore à ce moment, tout était possible pour réussir mes étudies avec brio. Ne supportant pas l'échec que signifiait cette perte d'indépendance, je continuais mes habitudes de ne pas aller en cours, de consommer discrètement. Alors que c'était une nouvelle année, que j'avais de formidables chargés de cours à qui je voulais pourtant prouver par tous les moyens qu'ils pouvaient compter sur un bon travail rendu. Je ne le fis pas et ils observèrent que je n'exploitais pas suffisamment mon potentiel. J'ai encore redoublé ma deuxième année de droit, me condamnant à avoir une licence en 5 ans, comme je finis par me le convaincre en prenant sur moi, en prenant de bonnes résolutions dès l'été en contactant avec désespoir Sylvie qui vit également dans la région toulousaine.
Je commençais à comprendre que l'alcool allait détruire mes études, ma vie. Anéantir mes projets, mes ambitions.

Guérison et nouvelles résolutions.

A la rentrée (septembre dernier), je pris un studio (plus grand que les chambres dans lesquelles j'avais passé mes deux première Licence 1) et réussi mon entretien de motivation pour un service civique. Première expérience professionnelle, il le fallait pour essuyer ces 2 échecs dans mon dossier, si je voulais obtenir un excellent Master 2 très sélectif.
Mes deux objectifs étaient alors de reconstruire une vie sociale, de m'épanouir dans mon hobby qui était de cuisiner en découvrant des recettes exotiques, de personnaliser mon studio pour qu'il me ressemble et surtout : de réussir mon année avec mention et service civique en poche.

Sur les conseils de Sylvie, je contactais un médecin toulousain en octobre. Nous avions échangé par message privé sur le forum et elle m'a même donné son numéro. Je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas appelé, je ne m'en souviens pas. Tout comme j'ai oublié la gravité des échecs multiples cette année en m'imaginant que tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Si j'avais arrêté de boire cette année 2015-2016, ma lucidité retrouvée m'aurait astreint à un travail acharné, au lieu de quoi je continuais à picoler mais avec modération compte tenu de mes 35h.
Je finis par détruire mon expérience si passionnante en service civique en multipliant les retards et les maladresses pour finir par échouer lamentablement mon redoublement de 2e année.

D'octobre à mai, j'avais pris mon traitement avec des périodes d'arrêt et d'irrégularité jusqu'à finir par me forcer à monter brusquement, sans tenir compte des effets secondaires car je voulais guérir. Je finis par l'être - indifférent - avec joie. Mais j'ai raté mon année.

J'ai eu une rechute, mais j'avais compris. J'avais compris la gravité de ma situation : faire une licence en 6 ans. Je suis jeune, à 21 ans, me dit mon entourage proche. Mais à la fac, c'est très mal perçu et encore plus par le jury de sélection qui s'occupe des admis sur dossier en Master 2. Candidature que j'aurais à faire dans 3 ans, après - je l'espère - mon Master 1, à 24 ans.
Je ne peux plus changer de filière, je n'ai pas assez d'expérience pour travailler, je suis passionné par le droit et je vois mon avenir incertain. Très précaire. Je suis anéanti par de telles perspectives décourageantes. Mes parents continuent de me soutenir en acceptant de me prendre en charge l'année prochaine (quelle énorme chance j'ai!) et au moins pour eux - accessoirement pour moi - je suis déterminé à réussir haut la main ce triplement. Anxieux, toutefois, du regard des profs et des 3 années de promotions d'étudiants devant moi.

A chaque envie de consoler mon état de panique, sans que cette envie ne soit physique ou ne traduise un besoin irrépressible, je sais que je dois ces 3 années de perdues à cette saloperie d'alcoolisme. Je m'abstiens, indifférent, d'y toucher, même un peu. Indifférent, oui, mais aussi abstinent.
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 28 Juillet 2016, 21:06  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Rosy72
  • Age : 46 ans
  • Messages : 4723
  • Inscrit : 06 Janvier 2015
  Lien vers ce message 28 Juillet 2016, 21:14
Bienvenue a toi :fsb2_smile:


Indifférente depuis le 27 novembre 2015 ! je ne prends plus de baclo depuis septembre 2017
L'avenir est sans limite pour ceux qui viennent courageusement à sa rencontre
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 28 Juillet 2016, 23:37
Merci Rosy72.

En revenant sur le forum, je m'aperçois que j'ai une signature, qui résume la situation que j'ai décrite voire un plus que ce que j'ai déjà couché par écrit. Une explication ?^^


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Claude...
  • Age : 58 ans
  • Messages : 5482
  • Inscrit : 05 Novembre 2013
  Lien vers ce message 29 Juillet 2016, 4:13
Gavroche, bonne analyse, bonne introspection
Inutile de cumuler de regrets pour le passé, ce que tu aurais pu faire et que tu n'as pas fais.
Concentre toi sur ce que tu peux faire maintenant.
Au pire, une attestation (laconique) médicale de tes problèmes de sante pour appuyer un dossier d'admission si on te reproche "le temps perdu"
Bonne continuation, à partir de maintenant !


Début TTT 6 nov 2013. Seuil atteint mi janvier 2014 à 120mg.
Janvier 2015 à janvier 2016 : 0 baclo
Reprise TTT suite à un retour d'habitudes : 90mg/jour
 
Avatar de Athelstan
  • Age : 37 ans
  • Messages : 1767
  • Inscrit : 06 Mai 2015
  Lien vers ce message 29 Juillet 2016, 7:08
Gavroche, malgré le fait que tu regrettes cette période là je ne pense pas qu il faut que tu sois pessimiste a ce point. Tes parents te soutiennent, tu es guéri abstinent et alors? Tu n as pas encore tout foiré il te reste une dernière chance. Alors oui ce n est pas ce que tu espérais mais tu n est pas non plus a la rue cela n empêchera pas que tu puisse un jour t epanouir dans un travail. La vie t as mis un gros baton dans les roues qui s appelle alcool imagine sans le baclo comment ça aurait pu se terminer. Au contraire tu as réussi à ten sortir bravo. Maintenant laisse tes regrets derrière toi et concentre toi sur le présent et l avenir!


sous baclo depuis 2015 (première indifférence à 180) perdu puis retrouvé l'indifférence à 210 (07/18) descente entamée... à 170 aujourd'hui
 
Avatar de Karine
  • Age : 47 ans
  • Messages : 18691
  • Inscrit : 14 Mai 2013
  Lien vers ce message 29 Juillet 2016, 16:51
GAVROCHE, ça ne sert pas a grand chose d'avoir des regrets, l'alcoolo dépendance est une maladie au même titre que les autres, tu as le mérite d'être sorti du déni assez rapidement, c'est pas évident quand on est jeune et d'être guéri

En effet pour tes études tu pourrais peut-être te faire faire une attestation médical, tu es déterminé a les réussir, ça va le faire

Bonne continuation


Le nombre d'adhérents fait la force de l'assoc pour que le baclofène soit reconnu ADHEREZ. Ce n'est pas une question financière, chacun donne selon ses moyens. C'est le NOMBRE qui compte.
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 15:37
Bonjour à tous,

Vos messages me réconfortent... Merci Claude, Athestan et Karine... Je compte glisser un certificat dans le dossier en espérant qu'il soit tenu compte, mais d'abord il me faut poursuivre ma scolarité sereinement. J'apprends à accepter que je vais devoir vivre avec sur mon CV une licence obtenue en six ans et l'expliquer mais il y a pire que ça, je le reconnais fort bien.

Je passe un sale été pour tout vous dire... Mon meilleur ami s'installe ailleurs, je me rends compte qu'avec cette dépendance et mon travail je me suis isolé de la fac et j'appréhende avec angoisse la rentrée (railleries, moqueries, questions sur mon niveau etc.). Je me rends compte que je suis seul et que ces années de perdues m'ont totalement exclu de toute vie sociale.
Je ne sais plus vanner en groupe, parler des nouveautés musicales ou de toutes ces choses qui font une conversation.

Et cette chaleur... cette attente, ce temps à ne rien pouvoir faire... J'ai besoin de parler et je me rends compte qu'on m'évite, ou en tout cas que chacun a sa propre occupation. Je me suis isolé et je me retrouve à devoir en assumer les conséquences. Ne pas pouvoir parler est sans doute le plus dur...

Le pire, c'est que je sens un retour de craving. Suis-je réellement guéri ? J'en doute de plus en plus. J'ai atteint le palier de 200 comme un bourrin pour en finir et ça a été efficace mais seulement un temps.

Mes prises : 18h: 50 20h : 50 22h : 50 Minuit : 50

Mon indifférence je l'ai ressentie en n'ayant pas du tout envie de boire et en étant insensible à la vue de l'alcool. Mais là, avec mon triplement, j'ai bu. Hier soir aussi, pas ce matin, de peur d'être trop K.O jusqu'à lundi. Je bois surtout pour me sentir mieux, par ennui. Le reste du temps je fume l'équivalent d'au moins un paquet et demi (cigarettes tubées).
Gros désespoir et angoisses de l'avenir, c'est ce que je ressens.
Alors j'ai vous, j'aurais dû venir ici dès le début, ça m'aurait peut être permis de la réussir cette année. Et de passer un bel été...


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Claude...
  • Age : 58 ans
  • Messages : 5482
  • Inscrit : 05 Novembre 2013
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 16:26
Arrête avec les regrets et les "j'aurais dû...",
T'es là aujourd'hui et c'est ça qui compte !

Tu traverses une salle période : de ta capacité à "tenir" et la traverser sans alcool,
tu vas tirer une satisfaction : avoir tenu !

Pour le reste, tu ne vas pas trainer comme un boulet, des années, le fait d'avoir fait une licence en 6 ans
Comment font ceux qui ont redoublé la 4ème, et loupé leur bac une première fois ? !!!
Ben ils ont deux ans de retard, voilà tout !!!
Tu te sens isolé et triste ?
C'est une émotion come les autres, certes moins agréable que la joie, moins dynamisante que la colère,
mais qui sert à prendre conscience de la réalité des choses, de la perte (perte de ton année), comme d'un deuil.
Alors vis là en te disant qu'à coup sûr, elle va être remplacée par une autre, bientôt?
Et si c'est pour l'automne, et bien tu auras un bel automne, après un été pourri !
Et qui sait ? Peut être un hiver de rêve !!!

Tu étais dans quel lycée français ? En Espagne ? Je viens de celui de Madrid, et moi aussi j'ai fait mes études à Toulouse !


Début TTT 6 nov 2013. Seuil atteint mi janvier 2014 à 120mg.
Janvier 2015 à janvier 2016 : 0 baclo
Reprise TTT suite à un retour d'habitudes : 90mg/jour
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 16:33
Tes prises sont très bizarres, très tardives, je pense que tu aurais intérêt à les changer
Tu parles de craving, à quelle heure le ressens tu ?

Pour tes études, tu n'es pas le seul à lambiner
J'ai moi aussi perdu 2 ans sans que l'alcool en soit la cause et cela ne m'a pas empêché d'avoir une vie professionnelle interressante
A la rentrée, il faut surtout pas que tu te mettes en mode "appréhension"
Trouve des arguments pour justifier ton retard et insères toi dans le nouveau groupe
Tu es jeune, tu te feras d'autres amis


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 16:58
Mon prescripteur m'a dit de les prendre aux moments où j'avais envie de boire, c'est à dire uniquement le soir et en atteignant 200 c'est la seule solution que j'ai trouvé... J'ai des effets secondaires à partir de 150 mais ça va encore, c'est gérable.

Quand j'étais à Paris pour une semaine il y avait un festival et je n'étais pas du tout tenté de prendre une pinte. Ma consommation actuelle, j'ai l'impression que c'est plus par besoin de me consoler que par envie.

Je ne sais pas si ça peut apporter quelque chose à l'étude, mais je suis un cas assez particulier puisque je prends des injections d'hormones car je n'ai pas eu de puberté normale et il me faut en prendre à vie. La période où je buvais le plus et qui s'est terminée par la révélation de mon addiction, c'est aussi la période où j'avais délaissé les rendez vous avec l'infirmier. Et c'était là aussi où j'étais pas bien du tout.

Quand j'étais irrégulier les premiers mois de traitement je devais tout recommencer. Parfois c'était dû à la peur de vomir mes comprimés et ainsi de voir l'effet ne pas s'accomplir (on dit qu'un médicament agit dans l'heure suivant la prise)

Sylvie, tu me conseillerais quelle répartition ?

Mes heures de craving varient en fonction du comportement que j'ai dans la conso, dès fois le matin si je bois le matin pour finir l'alcool de la veille.
Par exemple : samedi soir je bois, dimanche matin je me réveille tôt à cause de l'insomnie et je finis, je me réveille le soir exténué et le lendemain je me sens super mal sur le plan digestif et j'ai un état d'esprit déplorable.

Je dirais que j'ai envie à partir de 21h et le matin (plus rare) à 10h. Je ne ressens le craving du matin les jours suivants que que quand je bois le matin.
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 30 Juillet 2016, 17:03  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Athelstan
  • Age : 37 ans
  • Messages : 1767
  • Inscrit : 06 Mai 2015
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:02
Comme sylvie heures de prises trop tardives. La tes prises sont faites pour combattre un craving qui arriverait à 1h du matin... faut que te prennes le baclo avant d avoir envie de boire pas pendant.
Et puis relax tu es en train de te tirer par le bas avec toutes ces pensées négatives qui n ont pas lieu d être.


sous baclo depuis 2015 (première indifférence à 180) perdu puis retrouvé l'indifférence à 210 (07/18) descente entamée... à 170 aujourd'hui
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:12
J'ai l'impression que l'habitude d'une consommation excessive joue beaucoup aussi...

Sinon vous me conseilleriez quelle prise?

Citation
C'est une émotion come les autres, certes moins agréable que la joie, moins dynamisante que la colère,
mais qui sert à prendre conscience de la réalité des choses, de la perte (perte de ton année), comme d'un deuil.
Alors vis là en te disant qu'à coup sûr, elle va être remplacée par une autre, bientôt?
Et si c'est pour l'automne, et bien tu auras un bel automne, après un été pourri !
Et qui sait ? Peut être un hiver de rêve !!!


C'est mon état d'esprit, je subis cette période en trouvant les réponses et en analysant les raisons.
Je pense que ça ira mieux en reprenant un rythme moins oisif. C'est l'effet de la solitude, de ne pas avoir de plaisir qui ne serait pas onéreux.
Un ami me propose de jouer à un jeu en ligne, ça m'aidera peut-être...

Citation
Et puis relax tu es en train de te tirer par le bas avec toutes ces pensées négatives qui n ont pas lieu d être.

C'est vrai :)

Je ne sais pas pour les guéris ou les autres, mais plus je sors et plus je me rends compte qu'il y a des alcooliques partout... J'essaie de parler du baclo mais il y a très vite le déni...
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 30 Juillet 2016, 17:13  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:13
Perso, je ferais

14h: 40, 16h : 40, 18h : 40, 20h : 40

Diminution de 50mg et recadrage des prises pour qu'elles soient plus efficaces
Ca devrait être aussi efficace à une dose moindre

Essaie de profiter de tes vacances, de sortir, faire un peu de sport
Si le samedi tu as bu, le dimanche matin, vas faire un footing sur le bord de la Garonne plutôt que de finir les restes ...


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:16
Perso, je ferais

14h: 40, 16h : 40, 18h : 40, 20h : 40

Diminution de 50mg et recadrage des prises pour qu'elles soient plus efficaces
Ca devrait être aussi efficace à une dose moindre

Essaie de profiter de tes vacances, de sortir, faire un peu de sport
Si le samedi tu as bu, le dimanche matin, vas faire un footing sur le bord de la Garonne plutôt que de finir les restes ...


A partir de demain je vais essayer ces prises. Je fais comment pour remonter à 200 par la suite ?

J'ai arrêté de finir les restes le matin, je parlais du craving matinal que j'avais quand je consommais le matin. :)


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:25
Si tu as besoin d'augmenter, tu ajoutes 10 mg tous les 3 jours, mais il se peut que tu sois très bien à cette dose


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Claude...
  • Age : 58 ans
  • Messages : 5482
  • Inscrit : 05 Novembre 2013
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:28
Dans un premier temps, tu rééquilibres tes prises selon la suggestion de Sylvie
Une fois que c'est fait, tu sentiras toi même ou tu dois ajouter +10mg


Début TTT 6 nov 2013. Seuil atteint mi janvier 2014 à 120mg.
Janvier 2015 à janvier 2016 : 0 baclo
Reprise TTT suite à un retour d'habitudes : 90mg/jour
 
Avatar de Claude...
  • Age : 58 ans
  • Messages : 5482
  • Inscrit : 05 Novembre 2013
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 17:29
On a répondu presque en même temps, Sylvie et moi
Et ce n'est pas contradictoire
C'est même optimise : en rééquilibrant tes prises, il se peut que tu ne doives même pas augmenter
Il faut un temps pour sentir comment ça se passe...


Début TTT 6 nov 2013. Seuil atteint mi janvier 2014 à 120mg.
Janvier 2015 à janvier 2016 : 0 baclo
Reprise TTT suite à un retour d'habitudes : 90mg/jour
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 18:29
Pendant les nausées il faut arrêter ou on peut prendre au risque de vomir?

Merci pour vos conseils!


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 18:50
Tu as des nausées ?
C'est peut être parce que tu supportes mal les 200mg/j, ça devrait aller mieux avec une dose moindre


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 48 ans
  • Messages : 26148
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 18:54
Contre les nausées, tu peux tenter : de manger avant de prendre le baclo et une infusion de gingembre (tu peux l'acheter dans les épices ducros, tu en mets dans l'eau bouillante et tu laisses infuser)


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite avec 0 consommation pour résultat
 
Avatar de Claude...
  • Age : 58 ans
  • Messages : 5482
  • Inscrit : 05 Novembre 2013
  Lien vers ce message 30 Juillet 2016, 18:58
Ou plus bêtement dans une simple épicerie, surement moins cher que chez Ducros :
c'est une grosse racine, comme une patate malformée, que tu débites en tranche pour les faire infuser
C'est très bon, en plus !


Début TTT 6 nov 2013. Seuil atteint mi janvier 2014 à 120mg.
Janvier 2015 à janvier 2016 : 0 baclo
Reprise TTT suite à un retour d'habitudes : 90mg/jour
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 31 Juillet 2016, 5:56
Bonjour !

Merci pour vos précieux conseils.

Si je me sentais aussi mal hier, c'était sans doute à cause d'une mini gueule de bois que j'avais suite à une bouteille de vin à 11° que je n'avais pas fini jeudi soir mais que j'avais achevée à l'aube vendredi matin.

Hier soir j'ai acheté deux flasks de rhum... j'ai bu un verre et je n'ai pas pu aller plus loin. Je me suis occupé sur internet et je n'ai pas vu le temps passé jusqu'à m'endormir. J'ai encore mon verre rempli à côté de moi, aucune envie d'y toucher ce matin...
Je pense que l'échec, l'ennui et cette saison où je me sens impuissant, oisif et seul me motivent plus qu'une réelle dépendance physique. Va peut être falloir prendre soin de moi, m'occuper, trouver de quoi remplir mes journées.

Ca me conforte quand même dans mon indifférence ressentie en mai et je pense que si j'avais rechuté, c'est parce que j'avais arrêté le traitement brutalement pour noyer mon chagrin d'un risque d'échec que je ressentais.
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 31 Juillet 2016, 5:57  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Claude...
  • Age : 58 ans
  • Messages : 5482
  • Inscrit : 05 Novembre 2013
  Lien vers ce message 31 Juillet 2016, 6:22
"Va peut être falloir prendre soin de moi, m'occuper, trouver de quoi remplir mes journées."

Oui ! Mais ne te fixe pas des objectifs trop élevés
Une petite chose à la fois et tout ira bien
Sans oublier le soir de te féliciter pour cette petite chose et ne pas te flageller pour toutes les autres petits choses que tu n'as pas faites !

"arrêté le traitement brutalement pour noyer mon chagrin d'un risque d'échec que je ressentais"

Et surtout, arrête de ressentir par anticipation !
Tu vois bien que l'idée appelle les faits.
Quand tu pense fort à qq chose qui risque de se produire, tu appelles cette choses là et tu la fait se produire !
Pense plutôt au présent, ici et maintenant
Je te suggère de t'intéresser à la pleine conscience : va voir sur le site petit bambou, ou les livre de Christophe André
Notamment celui qu'il a préfacé : Méditer pour ne plus déprimer
Il est accompagné d'un CD de méditation
Sinon, en tapant pleine conscience, ou MDSR

Tiens j'ai trouvé ça, rapidement : http://pleine-conscience-toulouse.blogspot.fr/

Bonne journée !


Début TTT 6 nov 2013. Seuil atteint mi janvier 2014 à 120mg.
Janvier 2015 à janvier 2016 : 0 baclo
Reprise TTT suite à un retour d'habitudes : 90mg/jour
 
Avatar de micheline (conjointe)
  • Messages : 58
  • Inscrit : 28 Aout 2016
  Lien vers ce message 28 Aout 2016, 20:05
Non Gavroche ton avenir n'est pas gâché. Tu es jeune, tu vas t'en sortir.
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 02 Octobre 2016, 7:57
Bonjour à tous,

Je viens vous donner de mes nouvelles...

Je me suis pris la tête avec mon parcours étudiant et me voilà soumis à un traitement psychiatrique en raison d'un premier épisode psychotique arrivé début septembre à force de rester seul et de m'autoflageller... J'ai moi même demandé de l'aide quand je me suis rendu compte que j'avais fait une nuit blanche et que je n'arrivais pas non plus à dormir après celle-ci avec un mal de tête assez particulier. Résultat : 3 jours en clinique (ma famille m'en a sorti) et suivi en cours.

Je suis donc sous abilify 10mg avec Lepticur comme correcteur (pour contrer les effets de l'akathisie).
Malgré les somnifères j'ai un sommeil très léger et je me rassure en me disant que pour le reconstruire (quand je dormais bien plus de 8h/jour) il faut du temps, mais j'ai aussi lu que c'était un des effets indésirables de l'abilify.

Je prends du temesta matin midi et soir (j'ai tenté de diminuer tout seul à deux prises avant de me rétracter)

Y a t'il quelqu'un qui aurait été confronté à ces traitements? J'ai des troubles de mémoire et du sommeil, je crains que ça n'affecte mes études. Je suis déçu qu'après ce combat contre l'alcool vienne maintenant un combat contre mon psyché (?)...
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 02 Octobre 2016, 7:58  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 02 Octobre 2016, 9:32
Bonjour

Perso, j'aurais tendance à me demander si tu as vraiment besoin de ce traitement
Il faudrait que tu ailles voir un autre psychiatre pour en discuter avec lui
Parce que ce genre de traitement ne me semble pas anodin


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 12:47
Bonjour à tous,

Il y a deux ans j'ai fait mon entrée en psychiatrie, j'allais très mal et l'alcool avec excès n'a fait que conforter cet état de déprime chronique.

Depuis, je suis sorti de psychiatrie et je ne prends plus de traitement. Avec mes proches nous étions inquiets du risque d'un diagnostic au bout de 6 mois (schizophrénie, bipolarité etc.?). Finalement rien, juste une crise d'angoisse qui a causé mon internement sous contrainte en HP.

Cette expérience m'a beaucoup marqué. J'ai décidé d'interrompre mes études et de reprendre cette année. Depuis, j'essaye de toujours voir le bon côté des choses et d'avoir un esprit positif en toute circonstance.
Le fait d'avoir été pessimiste et de tout voir en noir depuis mon adolescence n'y a pas été pour rien dans tout ce que j'ai traversé par la suite. Sans compter mes idées "complotistes" dont je suis sorti sans regret par un grand effort de rationalisation. Oui le monde n'est pas aussi parfait, ou il peut être corrompu sur bien des aspects, mais il faut avoir foi en l'Humain et et comprendre qu'aucune organisation secrète ne peut prendre le contrôle de tous les aspects de la vie humaine...

J'avais arrêté de prendre du baclofene sur les conseils de mon médecin traitant quand je me suis fait hospitalisé. Déconseillé en parallèle du lourd traitement que j'ai eu (Sylvie tu avais raison, même ma psy s'en est rendue compte après coup ^^).

Tout allait bien jusqu'à ce je rencontre une fille il y a deux mois. C'était allé très vite. Elle est atteinte de bipolarité et c'était pas facile tous les jours...

L'alcool m'a fait dire des choses que je ne pensais pas par écrit à deux reprises, résultat : elle a décidé de mettre un terme. Je ne sais pas si c'est définitif ou non mais je me sens très mal et je sais que je dois rapidement être pris en charge pour le baclo avant de dégénérer...
Je lui avais parlé de tout (mes difficultés perso etc.) sauf de mon alcoolisme alors qu'elle a eu le courage de me parler de sa bipolarité dès le début. Son père a été alcoolique, il est apparemment sous baclofene et abstinent depuis plusieurs mois. Cela explique sans doute pourquoi à la fin elle m'a raccroché au nez en me faisant comprendre qu'elle devait déjà gérer ça par rapport à lui et que c'en était trop.

J'ai ma part de responsabilité, mais je crois avoir un bon fond et être bienveillant de manière générale. Je l'ai trouvé dure et brutale dans sa manière de rompre, je ne m'attendais absolument pas à un tel comportement (disproportionné au regard des reproches). D'autant plus que les deux fois où je me suis mal comporté avec elle n'était qu'en soirée et que je ne bois plus autant qu'avant (uniquement le soir, 1 jour sur 3 voire uniquement le week-end).
Le fait qu'elle prenne aussi mal mon alcoolisme alors que j'ai été très ouvert vis à vis de ses propres dépendances (dues à sa bipolarité + trouble borderline) m'a démoralisé. Aujourd'hui elle m'a rembarré sèchement en me disant ne pas être sûr de vouloir encore me parler. Je préfère ne pas lui répondre et peut être lui laisser un peu de temps et d'espace.

Bref, je vais pas bien du tout, je ressens une immense tristesse (je pleure plusieurs fois dans la journée) mais j'essaie de rester fort et de ne pas tanguer.

J'envisage de prendre rdv chez les AA comme je ressens le besoin de parler et de m'ouvrir à des gens qui me comprennent.

Et, dès que j'aurai enfin le renouvellement ma mutuelle santé, je prendrai rdv avec le généraliste que Sylvie m'avait généreusement recommandé en 2015 (si un psychiatre qui prescrit dans ma ville est trouvable, je suis preneur).

C'est un moment difficile mais j'ai en même temps l'instinct et la volonté de rebondir. Je me sens mal mais avec une farouche détermination à ne pas succomber en même temps.

Si l'un d'entre vous est dispo ou accepte d'avoir un échange téléphonique d'ici à ce week-end, ce serait avec grand plaisir.
D'ici là, c'est avec plaisir que je vous lirai.

Bon après midi :)


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de nic 45
  • Age : 57 ans
  • Messages : 250
  • Inscrit : 14 Octobre 2014
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 17:19
gavroche; aucun cachet ne te rendra heureux ,ni les discussions avec des anonymes et encore moins l alcool, si tu rencontres des gens nouveaux ou nouvelles? :fsb2_yes:
ne leur dis pas que tu vas mal, c est repulsif .confie toi a tes proches et essaie d avancer , je sais, c est facile a dire, mais crois moi, c est la seule solution
si tu n as pas de pathologies psy
amicalement
1 vieux :fsb2_cold:
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 21:42
Bonsoir nic 45,
Le problème n'est pas d'être heureux ou de ne rien faire pour, le problème c'est que j'ai une dépendance. Et tu es bien placé pour savoir que l'alcoolo-dépendance doit se traiter sur le plan physique pour atteindre l'indifférence avant d'envisager une thérapie à côté.

Personnellement j'ai le sentiment d'aller mieux qu'auparavant, mais je n'arrive pas à me débarrasser de l'alcool. Je dois me remettre sérieusement au baclo.

Merci pour tes conseils en tout cas :)


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 22:01
Bonjour Gavroche

Le temps passe ...
Dommage de ne pas avoir du interrompre tes études si longtemps
Vas donc voir le médecin dont je t'avais donné l'adresse, il t'aidera


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Lointain
  • Age : 44 ans
  • Messages : 2229
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 22:38
Salut Gavroche,

Je passe en coup de vent et je découvre ton Fil.

Je reviendrai demain pour y écrire, t'écrire, car ce que tu dis de ton parcours, ancien ou récent, me parle beaucoup.

Amitiés.

Yann.


Au nord de nul part .
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. 120 mg depuis Septembre 2018. Adhésion faite.
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 23:59
Bonsoir Sylvie,
Oui le temps passe.

Je vais revoir le médecin en question et vous tiendrai au courant. Cette fois, je n'ai d'autre choix que de prendre très au sérieux les prises de Baclo. Et je me sens prêt d'arrêter l'alcool dès le début du traitement pour faciliter le soin.

Je suis en train de regarder les vidéos de la commission évaluation de cet été. Je n'ai pas suivi l'actualité de la RTU et de ses conséquences, où en est-on de la reconnaissance des bénéfices du Baclo par les organes de santé publique ?
Je profiterai du week-end pour me renseigner dans le détail, mais si je peux avoir un petit résumé je vous serais reconnaissant. :)


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 0:01
Salut Gavroche,

Je passe en coup de vent et je découvre ton Fil.

Je reviendrai demain pour y écrire, t'écrire, car ce que tu dis de ton parcours, ancien ou récent, me parle beaucoup.

Amitiés.

Yann.


Salut Yann,
Merci pour ton message, cela fait toujours plaisir de savoir que quelqu'un s'intéresse au parcours vécu.

Hâte de te lire demain :)

Amitiés,
Gav'


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 10:04
Pour répondre à ta questions, on a subi un gros coup de massue en juillet 2017
Une étude (largement contestée) a jeté le doute sur la sécurité du baclofène et l'ANSM a réduit la dose max pouvant être prescrite à 80mg/j
Ca a vraiment fichu la me..., parce que quand les médecins acceptent de prescrire plus de 80mg/j, les pharmaciens refusent très souvent de délivrer
Du coup, c'est vraiment galère

Tout le monde a protesté, même les addictos et il y a eu la commission de juillet dernier
Là on en est que tout le monde, y compris la commission de l'ANSM, est d'accord pour dire que le baclofène doit avoir sa place dans le traitement de l'alcoolodépance à plus de 80mg/j
On attend donc la décision de l'ANSM ...


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de nic 45
  • Age : 57 ans
  • Messages : 250
  • Inscrit : 14 Octobre 2014
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 12:20
ok gavroche, bon courage,
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3929
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 13:17
Bonjour Gavroche,

Un mot pour te suivre.
Je lirai ton fil attentivement.

Juste l'akathisie. Comment cela se gère-t-il chez toi ?

Théo

Paco de Lucía Concierto Aranjuez - Adagio


Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Hors ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 56 ans
  • Messages : 2020
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 13:30
L'akatisie, je l'ai eu récemment comme EI d'un médoc, le solian .

C'est juste chiant, pas moyen d'être bien quelque soit la position, on ne reste pas en place.

Une horreur


50 8h, 50 11h, 50 13h, 50 15h
Indifférence depuis le 3 aout 2017 à 237,5mg - aucun EI si ce n'est que quelques problèmes de mémoire court terme. EI étant survenu au début de la descente
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 16:46
Bonjour Sylvie,

Merci pour ton message.
C'est bien ce que j'ai compris en visionnant la vidéo de la commission....

Je ne sais pas si M. Samuel Blaise est sur ce forum, bien qu'étant adhérent de l'asso, mais je tenais à le féliciter vivement pour avoir si bien défendu nos intérêts avec son excellent verbe.
A chaque fois que je voyais les assos et les médecins venant en soutien parler, j'avais envie d'applaudir... comme si nous constituions le Tiers-Etat face aux privilégiés durant les Etats-Généraux précédant la Révolution ^^
Je ne sais plus qui avait haussé le ton jusqu'à finir par un "la ferme" (M. Bruno ...), certes ce n'est ni respectueux ni courtois dans le cadre de ces échanges "scientifiques", mais ça compte ! Un peu d'humain bordel. Les défenseurs du Baclo l'ont rappelé, 1 mort toutes les 30 sec dans le monde, cela mérite largement la colère ressentie contre la frilosité des autorités. Et dire que dans 10 ans nous aurons un bon traitement, révolutionnaire qui plus est. Ce serait exagéré que de juger pour crime contre l'Humanité ceux qui, dans la commission, savaient mais ont grossièrement nié les faits pour défendre leur fromage ?... Je m'emporte... mais on est entre nous là et je pense ne pas être seul à penser la même chose.

Je ne suis pas fan des laboratoires pharmaceutiques privés (en tout cas du principe même de leur statut privé) mais je découvre agréablement l'existence d'Etipharm qui était volontaire pour nous accompagner.

Merci au regretté Dr Ameisen (dont j'ai acheté le livre), Merci aux Dr de Beaurepaire & Joly ainsi qu'à tous ceux qui sont sur le front comme toi Sylvie et ce cher Samuel.

Sais-tu quand la décision de l'ANSM doit paraître ?




Bonjour Théo,
Je n'ai vécu l'akathisie que dans le cadre de la prise d'un antipsychotique (aripiprazole ou abilify de mémoire) il y a deux ans après mon hospitalisation en HP. Le baclo ne m'a jamais fait ça en terme d'EI. :)
Je confirme les propos de jmv, c'est très désagréable comme effet secondaire...heureusement je n'ai eu à vivre ça que quelques jours en 2016.
Il me semble que les psychiatres proposent un correcteur dans ce genre de situation.

Bonne fin de journée à tous
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 12 Octobre 2018, 16:51  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3929
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 17:01
Rapide réponse de ma part : merci de ton retour.
Tu étais à 10 mg ? Et akathisie ?

Je comprends tes tourments universitaires.

J'ai fait bien pire... sauf l'HP.

Je suis à ton écoute, mais Sylvie est là pour le baclo.

3ises

Et si je suis dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau... ^^.........

Frank Sinatra-Killing me softly

Mozart Piano Concerto No. 20 Mov.2 - Romance
Message édité 1 fois, dernière édition par Théo (Théorbe), 12 Octobre 2018, 17:18  

Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 18:23
Pour l'abilify ? Je ne me souviens plus du mg, cela remonte à deux ans maintenant.

Pour tes vidéos partagées, dans la seconde, le pianiste a l'air d'être des nôtres sans vouloir préjuger ^^
Message édité 1 fois, dernière édition par Gavroche, 12 Octobre 2018, 18:23  

1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33694
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 19:24
Samuel est sur le forum Sam70 mais ne vient pas très souvent
Il est le trésorier de notre asso et président de l'association Olivier Ameisen http://www.o-ameisen.org/

C'est un garçon en or qui en effet parle plus que bien ...

Concernant la décision de l'ANSM, à priori d'ici la fin de l'année
Message édité 1 fois, dernière édition par Sylvie, 13 Octobre 2018, 9:41  

Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3929
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 20:07
Je ne m'étais pas fait la réflexion, mais oui, il tangue pas mal lol
Remarque j'ai joué complétement bourré, en orchestre, mais jamais en soliste.
Remarque du chef : "très joli son ce soir"....

Ben oui, j'étais cuité ! Heureusement que je connaissais l'oeuvre d'oreille.

Enfin, le soliste se réveille vers 4 minutes lol


Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Avatar de Fakir
  • Age : 38 ans
  • Messages : 188
  • Inscrit : 15 Septembre 2018
  Lien vers ce message 12 Octobre 2018, 23:09
Salut Gavroche,

Bon retour ici! Tu as déjà fait un bon bout de chemin niveau psy, ça se voit que tu es déterminé et que tu as changé d'état d'esprit.

Du coup là tu reprends le baclo de zéro?


+- 2 litres de bière/jour depuis 3 ans
Bacloroute prise le dimanche 9 septembre 2018
Craving qui va et vient
Actuellement 30mg 8h, 30 10h30, 20 à 13h (80mg)
 
Avatar de Baclofun
  • Age : 59 ans
  • Messages : 2280
  • Inscrit : 15 Novembre 2012
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 10:02
Bonjour Gavroche, enchantée.

Pour l' Abilify, mon expérience:

certains psychiatres le prescrivent dans des cas de dépression majeure de type mélancolique, des dépressions "unipolaires", alors qu' il est à la base prévu dans le traitement de la bipolarité comme thymorégulateur.

Ayant pratiquement essayé toutes les familles d' antidépresseurs (tricycliques, recapturateurs de la sérotonine . . .), on a tenté l' Abilify.

Simple: je suis devenue folle en quinze jours. Perchée (comme en hypomanie) et une akathisie intolérable. De point de vue-là, comme dit jmv, une "horreur".
Au début, l' effet stimulant recherché est apparu, puis ça été atroce. Il a fallu 3 semaines à ma psychiatre pour comprendre. Les effets ont cessé assez rapidement après l' arrêt, qui n' a pas été très progressif.

C' est juste mon exemple; il doit bien y avoir des patients à qui cela convient. Tu avais indiqué en 2016 que tu prenais du Leptictur pour inhiber l' akathisie.
C' est peut-être une bonne solution si l' Abilify t' améliore, "majoritairement" . . . mais enfin, ça fait un médoc de plus (psychotrope ?!) pour notre cher petit cerveau qui nous joue tellement de tours.

:fsb2_smile: Bon courage à toi. Bonne route Baclo.
Marie-Pierre.

Edit: j' espère que mon post n' est pas à côté de la plaque, j' ai peut-être lu trop rapidement les tiens. Tout d' un coup, je me demande si c' est bien toi qui recherchais des retours sur l' Abilify . . . puisque tu l' as déjà utilisé . . . je suis bien larguée en ce moment, excuse-moi si j' ai fait erreur.


Baclo depuis 02/12 - 3 séquences de guérison: 4 mois, 8 mois, et depuis le 20/01/15,
à l' issue d' une remontée jusqu'à 310 mg, à partir de 150 mg début 09/14.
Au 30/06/15: 240 mg en 5 prises, de 09h00 à 17h00 - Descente (EI) à 190 mg en 7 prises de 06h00 à 18h00 depuis le 20/07/15.
Echecs 2012 et 2014 dûs à descentes trop rapides et/ou importantes.
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 12:47
Bonjour Fakir,

Oui c'est vrai, je suis déterminé et je vais reprendre le baclo à 0 mais je dois attendre d'avoir la CMUC qui devrait prendre une semaine ou deux. D'ici-là je limite ma consommation ne serait-ce que pour tenir le rythme des cours et des travaux à rendre.

Bonjour Baclofun,

L'abilify ne me correspondait pas, l'akathisie était insupportable. Heureusement je n'ai suivi le traitement que quelques mois avant de diminuer et d'en sortir avec uniquement prise de temesta.
Depuis 2 ans je ne prends aucun cachet et sur le plan psychique, ça va beaucoup mieux (en tout cas pas eu d'hallucinations ou autres symptômes de troubles psy importants). Le seul fait de ne pas avoir été diagnostiqué atteint d'un trouble a été pour moi une réelle source de motivation à aller mieux. Je ne me serais jamais pardonné ma dépendance si elle avait engendré une schizophrénie ou une bipolarité...

Du coup je confirme que c'était Theo qui recherchait des infos sur l'akathisie à la base en rapport avec la prise d'abilify, mais ça remonte à il y a deux ans désormais. Je sais que la prise d'un correcteur m'a aidé à éliminer l'akathisie donc essayez de demander au psy pour ceux qui sont sous abilify et qui en ressentent les effets secondaires.

Bon week end à tous


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Avatar de Baclofun
  • Age : 59 ans
  • Messages : 2280
  • Inscrit : 15 Novembre 2012
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 13:21
Gavroche,

A moi de te dire merci. Depuis que j' ai posté sur ton fil ce matin, j' ai "calculé" que c' était Théo qui "questionnait" au sujet de l' Abilify. Je me suis mise en rapport avec lui.

Je te lis :

" Je ne me serais jamais pardonné ma dépendance si elle avait engendré une schizophrénie ou une bipolarité... "

Petit avis d' une vieille Maman, et d' un être social parmi tous les autres:

- je comprends que tu souhaites être pertinent, digne et combatif ("droit dans tes bottes ?"), c' est une force, c' est une qualité, ce sont des "valeurs",
- ne pas lâcher ça, d' accord, bien d' accord
- et
- ne t' en veux de rien, ne te reproche rien, "pardonne-toi" TOUT
- tu "as droit" à toutes les lacunes, à toutes les faiblesses, à toutes les défaillances, à tous les décalages vis-à-vis des "standards" de "réussite"
- faire seulement attention à la violence, envers toi et envers les autres; ça suffira

- et, même s' il y avait eu une "éventualité, à un moment donné, de schizophrénie et/ou de bipolarité, cela n' aurait pas relevé de ta responsabilité

Bon week-end à toi,
Marie-Pierre.


Baclo depuis 02/12 - 3 séquences de guérison: 4 mois, 8 mois, et depuis le 20/01/15,
à l' issue d' une remontée jusqu'à 310 mg, à partir de 150 mg début 09/14.
Au 30/06/15: 240 mg en 5 prises, de 09h00 à 17h00 - Descente (EI) à 190 mg en 7 prises de 06h00 à 18h00 depuis le 20/07/15.
Echecs 2012 et 2014 dûs à descentes trop rapides et/ou importantes.
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3929
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 13:59
Merci Gavroche et BacloFun,

Oui, merci pour les retours et surtout, Gavroche, comme le dit BacloFun, il faut se pardonner !!

Pour moi, c'est la chose la plus difficile à réaliser......

Schindler's list - John Williams - NL orchestra
Lire les notes explicatives...


Bises à tous


Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Avatar de Lointain
  • Age : 44 ans
  • Messages : 2229
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 15:16
Coucou Gavroche,

Je suis très fatigué aujourd'hui, mais je voulais t'écrire que je viendrais bien te causer; c'est juste reporté.

Yann.


Au nord de nul part .
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. 120 mg depuis Septembre 2018. Adhésion faite.
 
Avatar de Lointain
  • Age : 44 ans
  • Messages : 2229
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 15:18
Coucou Théo,

"Se pardonner" : pareil pour ma pomme - le plus dur, le plus difficile.

LaBise.

Yann.


Au nord de nul part .
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. 120 mg depuis Septembre 2018. Adhésion faite.
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 60 ans
  • Messages : 10026
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 13 Octobre 2018, 20:18
Hello Gavroche

Re-bienvenue ;)

Je te conseille la lecture de Comment prendre le baclofène. Et dedans, tu trouveras cette vidéo :



Bien à toi,
Pascal


17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
https://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Avatar de Gavroche
  • Messages : 18
  • Inscrit : 22 Mai 2015
  Lien vers ce message 25 Octobre 2018, 9:44
Bonjour théo, du coup tu es artiste? :D

Bonjour, chère Marie-Pierre,

merci pour tes sages réponses, je les prends bien en compte. Etant jeune, je reçois et accueille avec beaucoup d'intérêt et de respect les leçons des ''anciens'' comme toi, surtout sachant que tu es mère de famille (ma propre mère ayant beaucoup de mal à gérer ma situation...) merci pour tes mots gentils.

Bonjour Yann / (alias) Lointain, c'est avec plaisir que je causerais volontiers avec toi. :) A bientôt j'espère :)

Bonjour Pascal, je connais cette vidéo. Dans mon cas c'est plus complexe, mais je te remercie quand même d'avoir partagé cette vidéo en espérant qu'elle serve à quiconque passe par là ! :)
---

Bonjour à tous,
Pour vous donner quelques nouvelles et me permettre de garder un lien avec le forum et l'association, je tenais à vous dire que j'aurai ma consultation de reprise du baclo la semaine prochaine. J'ai appris entre temps que l'ASNM avait autorisé la mise sur le marché du Baclocur avec certaines restrictions. (Dommage, mais comme auparavant, on fera avec, avec l'appui des médecins les plus honnêtes).

J'ai une question pour tous : comment expliquer à un proche que l'alcoolisme est une maladie et pas simplement un choix de vie ?
Comment faire face aux préjugés définitifs à l'égard de l'alcoolo-dépendance ? Surtout venant de proches que l'on aime ?

J'en viens à penser que je suis responsable et que ce n'est peut être pas qu'une maladie... Et ça me rend malade...

Je vous embrasse toutes et tous

Gav


1ère consultation Baclo : Octobre 2015.
 
Hors ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 56 ans
  • Messages : 2020
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 25 Octobre 2018, 10:26
Citation
J'ai une question pour tous : comment expliquer à un proche que l'alcoolisme est une maladie et pas simplement un choix de vie ?
Comment faire face aux préjugés définitifs à l'égard de l'alcoolo-dépendance ? Surtout venant de proches que l'on aime ?

Ca, ce n'est pas simple. On n'y arrive pas toujours. Je n'ai pas trouvé de recette si ce n'est que le jour où tu seras indifférent, ils cvont constater que au fait peut-être.

Ma famille, malgré mon indifférence considère toujours que j'ai un problème avec l'alcool car, si j'arrête le traitement, je vais de nouveau boire.

Ce sont des idées bien ancrée dans le cerveau, même les médecins ont eu besoin de 10 ans pour le reconaîtren c'est dire..


50 8h, 50 11h, 50 13h, 50 15h
Indifférence depuis le 3 aout 2017 à 237,5mg - aucun EI si ce n'est que quelques problèmes de mémoire court terme. EI étant survenu au début de la descente
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3929
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 25 Octobre 2018, 11:29
Salut Gavroche,

Oui, j'ai été artiste, mais me suis réorienté pour gagner plus.... Clarinettiste au cachet ou avec mes formations (piano/quatuor/orchestre). Voilà.
Et toi ? ^^


Pour le reste, l'entourage et l'alcool c'est à 95 % des incompréhensions........
Je suis comme JMV.

Je touche une bouteille, et hop, la sale "remarque"...

Tu connais la citation :
"La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur qui se pavane et s'agite durant son heure sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus. C'est une histoire dite par un idiot, pleine de fracas et de furie et qui ne signifie rien."
William Shakespeare
Mac Beth

Ben, on est dans ce monde. Nos histoires de vie d'"alcooliques" pour les "normaux", ce ne sont que des balivernes de veules.

C'est peut-être aussi pour cela qu'il y a aussi ce forum : des personnes qui savent qu'elles sont malades et non des veules....

Autumn Leaves
Message édité 1 fois, dernière édition par Théo (Théorbe), 25 Octobre 2018, 11:43  

Adhésion et don faits.
Si réveil dans la nuit : 10 ou 20 mg.
Réveil 40 mg - 11h 20 mg - 14h 20 mg - 17h 20 mg - Coucher 50 mg ou 60 mg. Façon OA (prises déplaçables selon les consos et le ressenti) : "un petit peu, tout le temps".
Indifférent, sans EI notables, sauf concentration.
Si besoin BZD à la demande, sans limite. Et j'assume ce point. +10/20 mg de baclo également si soucis de pensées.
 
Avatar de Fakir
  • Age : 38 ans
  • Messages : 188
  • Inscrit : 15 Septembre 2018
  Lien vers ce message 31 Octobre 2018, 18:01
Coucou Gav, tu as eu ta CMU? Où en es-tu?

Bises


+- 2 litres de bière/jour depuis 3 ans
Bacloroute prise le dimanche 9 septembre 2018
Craving qui va et vient
Actuellement 30mg 8h, 30 10h30, 20 à 13h (80mg)
 
Avatar de sevtitlun
  • Messages : 214
  • Inscrit : 26 Octobre 2018
  Lien vers ce message 31 Octobre 2018, 18:45
Bonsoir,
comme jmv et Théo : les proches 95% d'incompréhension, toujours à surveiller le moindre écart et à attendre des preuves.

Moi les 2 proches qui se sont éloignés (pas que 2 mais ceux qui m'ont le plus déçus, car en plus m'ont lâchée à un moment où mon alcoolisme était réactivé suite à décès…) je leur ai fait envoyer par Amazon le bouquin d'Olivier Ameisen en leur disant que j'espérais qu'un jour ils comprendraient… Toutefois, même s'ils comprenaient et se re-manifestaient à mon égard, je n'ai pour l'instant plus envie de leur accorder ma confiance, ni trop de les voir.
J'ai pris conscience que je devais me reconstruire et que si ça devait passer par la solitude, l'éloignement des regards suspicieux ou des paroles qui font mal sous couvert de bienveillance envers moi ben je préférais me concentrer sur moi et échanger ici sur le forum où je trouve plein de bienveillance, d'encouragements, pas de jugements et des histoires bien sûre toutes différentes mais qui se ressemblent souvent sur certains points.

Mon avis : si tes proches sont intelligents et empathiques, tu n'as pas besoin de leur expliquer, ils s'interrogeront eux même sur l'addiction, et l'alccolisme en particulier (mon fils l'a fait, mon état ne lui plaît pas mais il comprend, essaye de m'aider, on parle du baclo etc) / si tes proches sont bornés genre "ya ka tu peux" laisse tomber tu perds ton temps, ils ne sont pas capable d'entendre un autre discours que le leur. Moi comme dit plus haut, j'ai envoyé le bouquin mais quelque part une manière de leur dire vous n'avez rien compris mais pas grave moi je sais où je vais.

Bon courage
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene