Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Ciblage

Avatar de Fakir
  • Age : 38 ans
  • Messages : 91
  • Inscrit : 15 Septembre 2018
  Lien vers ce message 22 Septembre 2018, 20:20

Reprise du dernier message

Talis salut, trop heureuse pour toi, tu gères la fougère, lâche rien!

Marie-Pierre, tu ne m'as pas envoyé de MP, donc voici l'astuce pour ne rien payer en cure: rentrer en chambre double, et faire le lendemain (enfin, dès que ça te gave d'avoir un coloc) un caca nerveux comme quoi tu peux pas gérer de partager une chambre psychologiquement. Des potes ont fait ça et au bout de quelques jours, comme par magie on te met en chambre simple tous frais payés ;)

J'ai fait qu'un seul séjour de 7 semaines, et bien que ça ne m'ait pas guérie, c'est une expérience à mon avis essentielle dans le processus:

* Dès l'arrivée, on voit les "cas critiques" shootés, ou qui en sont à leur 10ème séjour... ça fait réfléchir, on se dit "je veux pas finir comme ça"

* On rencontre plein de gens qui ont le même parcours, en frontal, pas derrière un écran. On voit qu'on est vraiment pas seul dans cette galère.

* On se rend compte que l'addiction et la psychologie sont indissociables. L'alcoolo-dépendance est certes prédominante dans ces structures, mais on y voit aussi des personnes en burn-out professionnels ou familiaux / des accros au sport (et qui en souffrent atrocement) / des fatigués de la vie, tout simplement...

* Dans mon cas, le fait d'avoir un "diagnostic" (bien que la cure où j'étais n'aimait pas cataloguer les gens... mais moi je voulais qu'on me dise un truc fixe sur lequel bosser) aide à démarrer sa thérapie sans être dans le flou. Si vous tombez mal et qu'un psy vous dit "rahlala mais attendez en fait vous êtes bipolaire/dépressif/autre, tenez prenez tel médoc": renseignez-vous avant. Vérifiez ce qu'on vous dit, voir si vous vous reconnaissez dans ce diagnostic. Ne jamais se fier à une seule personne, même si elle s'appelle "Professeur Machin"... J'avais des potes qui du jour au lendemain acceptaient de gober des pilules dont ils ne connaissaient même pas le nom!

* Tout simplement, ça permet de comprendre qu'une autre vie est possible, et éloigner le produit toxique pendant le temps de la cure, c'est toujours ça de gagné

* Dans mon cas encore, les ateliers, forcez-vous à y aller. C'est très irritant au début de rester assis à écouter une psy n'ayant pas connu notre addiction nous faire la morale (cf "communication non-violente") mais une fois sorti vous avez plus de cartes pour interagir avec le monde extérieur sans péter un câble

* La salle de sport sur place, c'est juste génial (sauf pour les addicts au sport, bien évidemment). idem pour les médecins/infirmières: la moindre peur sur sa santé est court-circuitée par une consultation, on perd moins de temps en anxiété stérile

* C'est hard mais important d'avoir un rythme: on se lève à telle heure, on mange à telle heure, on a un atelier à telle heure, etc. Ça pose un cadre.

A savoir aussi pour ceux et celles qui seraient tentés:

* Il faut malgré tout un "bon mental" là-bas: on tombe forcément sur des personnes douteuses / pas motivées (si vous saviez le nombre de produits qui "passent" en cure...) voire violentes (la police doit parfois intervenir!). Mais en conséquence, on apprend à dire non et à aller vers des personnes positives.

* Pour ne pas se retrouver livré à soi-même à la sortie, prendre rdv très rapidement avec les structures/psys à l'avance pour être suivi immédiatement à l'extérieur (moi on m'avait dit que j'aurais une place en hopital de jour sauf que 4 semaines après ma sortie, pourtant programmée dès mon entrée, bah que dalle...)

* Tenir bon et ne pas se croire guéri au bout de 2 semaines. Croyez-moi, ceux qui sortent trop vite reviennent aussi très vite. Dans ma cure yavait pas d'activités les 2 premières semaines, je me demande si c'est pas fait exprès pour tester la motivation des patients...

* Dans ma cure, une infirmière rentrait dans ma chambre toutes les 6h. Donc quasi impossible de faire la sieste ou une nuit complète, ce qui est frustrant puisqu'on est là pour se reposer aussi. Mais c'est pour "éviter les suicides" (lol).

* Surtout, ne pas se comparer aux autres. On trouve toujours pire que soi, la tentation en sortant est de se dire "ouais bon ça va, finalement chuis pas si fracassé du bulbe par rapport à Bidule ou TrucMuche!": rechute assurée.

* Ne pas se tester lors des sorties autorisées: perso j'ai bu un demi au resto en milieu de séjour, et je crois que ça a favorisé ma rechute.


Bref, faut fayotter, poser des questions, faire le bon élève (dédicace à Théo!). Savoir d'où on vient, pour quoi on est là, et bosser, être assidu, râler, s'imposer même. Je parle en tant qu'introvertie. En profiter pour voir une assistance sociale, par exemple. Faire des activités qu'on n'aime pas à la base (genre sophrologie ou pétanque. Ouais je sais ça paraît con, mais ça passe par des choses cons la guérison, je crois)

Perso j'ai eu énormément de chance, je suis rentrée en addicto mais comme j'étais logée dans le département psy-gé, j'ai eu droit à un mix d'ateliers très bons (art thérapie, psychomotricité, gestion des émotions etc) + une séance hebdomadaire avec une psychologue (méthode gelstat, elle a débloqué ma relation à ma mère en 6 séances).

Niveau baclo, je n'en prenais pas avant de rentrer, et j'ai galéré pour me procurer de la simple mélatonine, donc avoir un contact à l'extérieur qui peut nous approvisionner est un "must".

Conclusion: la cure, c'est pas une sinécure! C'est un mix de colonie de vacances, de ClubMed, de prison, et d'hopital... Mais ça vaut la peine dans tous les cas.


+- 2 litres de bière/jour depuis 3 ans
Bacloroute prise le dimanche 9 septembre 2018
Craving qui va et vient
Actuellement 20mg 9h30, 20 12h30, 20 15h30
 
Avatar de talis
  • Messages : 464
  • Inscrit : 18 Juillet 2017
  Lien vers ce message 22 Septembre 2018, 22:34
Marie Pierre, Manue aucun problème pour le squat, revenez quand vous voulez.

Fakir, je suis tellement d'accord avec ce que tu racontes sur la cure et notamment ta conclusion car c'est exactement ça.
je complète ton récit très prochainement.
Message édité 1 fois, dernière édition par talis, 23 Septembre 2018, 6:24  

début 26/04/17 - 150 mg (maxi 290) / stabilisé depuis début sept 2018 / 07h : 50 - 12h : 50 - 16h : 50
adhésion et soutien faits
 
Avatar de talis
  • Messages : 464
  • Inscrit : 18 Juillet 2017
  Lien vers ce message 26 Septembre 2018, 17:20
en retour suite au post de Fakir, mon ressenti post-séjour. désolé, un peu long et pas forcément très lisible...

Talis salut, trop heureuse pour toi, tu gères la fougère, lâche rien! merci. je vais tjs bien, sans conso, sans envie réelle. mais tjs trop euphorique

J'ai fait qu'un seul séjour de 7 semaines, et bien que ça ne m'ait pas guérie, c'est une expérience à mon avis essentielle dans le processus:

* Dès l'arrivée, on voit les "cas critiques" shootés, ou qui en sont à leur 10ème séjour... ça fait réfléchir, on se dit "je veux pas finir comme ça"
dans ce centre, je n’avais pas de cas « shootés », ce que j’appréhendais également donc, pas eu cette vision à mon arrivée

* On rencontre plein de gens qui ont le même parcours, en frontal, pas derrière un écran. On voit qu'on est vraiment pas seul dans cette galère. Carrément, et de tout milieu social, professionnel

* On se rend compte que l'addiction et la psychologie sont indissociables.
Dépendance amène la dépression ou dépression amène la dépendance

L'alcoolo-dépendance est certes prédominante dans ces structures, mais on y voit aussi des personnes en burn-out professionnels ou familiaux / des accros au sport (et qui en souffrent atrocement) / des fatigués de la vie, tout simplement...ou des accrocs au sexe aussi !

* Tout simplement, ça permet de comprendre qu'une autre vie est possible, et éloigner le produit toxique pendant le temps de la cure, c'est toujours ça de gagné
Et c’était initialement mon but, sans savoir que je ferais tant de chemin aussi vite, mine de rien (qu’est ce que 4 semaines…le plus dur est d’y rentrer et donc d’accepter cet enfermement)

* Dans mon cas encore, les ateliers, forcez-vous à y aller. C'est très irritant au début de rester assis à écouter une psy n'ayant pas connu notre addiction nous faire la morale (cf "communication non-violente") mais une fois sorti vous avez plus de cartes pour interagir avec le monde extérieur sans péter un câble
voilà, c'est dit. Ce sont les échanges aussi entre patients qui m’ont énormément ouvert les yeux et permis de participer de plus en plus aisément aux discussions. cela donne également plus de billes pour aller mieux, tt simplement, anxiété, angoisse, d'où ça vient, comment la contrecarrer etc etc. même si ce sont des rappels pour certains, dans ce milieu fermé, cela prend un autre sens car on a le temps d'y penser

* La salle de sport sur place, c'est juste génial (sauf pour les addicts au sport, bien évidemment). idem pour les médecins/infirmières: la moindre peur sur sa santé est court-circuitée par une consultation, on perd moins de temps en anxiété stérile
J’ai repris goût au sport grâce aux 5 « pov » machines et à la prof. J’avais arrêté depuis +1.5 ans, alors que j’en faisais 2 à 3 fois par semaine intensivement. un vrai défouloir et cela redonne confiance aussi

* C'est hard mais important d'avoir un rythme: on se lève à telle heure, on mange à telle heure, on a un atelier à telle heure, etc. Ça pose un cadre.
Oui, et il « surveille » aussi cela car cela fait parti intégrale de la thérapie. Car en fait, il surveille tout, au-delà des caméras, les échanges, les personnes, les groupes auxquels vous appartenez, avec qui vous êtres proches, votre intégration sociale, etc etc. ils ne font pas qu'eux donner des pilules, enfin aps tous...

A savoir aussi pour ceux et celles qui seraient tentés:

* Il faut malgré tout un "bon mental" là-bas: on tombe forcément sur des personnes douteuses / pas motivées (si vous saviez le nombre de produits qui "passent" en cure...) voire violentes (la police doit parfois intervenir!). Mais en conséquence, on apprend à dire non et à aller vers des personnes positives.
Oui, il existe clairement des clans, des groupes. Les 4 premiers jours sont dures. Mais permettent aussi, justement, de se faire une idée des personnes auxquelles vous allez confrontés ou celles que vous allez apprécier et j’ai eu cette chance, un super bon groupe

* Pour ne pas se retrouver livré à soi-même à la sortie, prendre rdv très rapidement avec les structures/psys à l'avance pour être suivi immédiatement à l'extérieur
Oui, car en général, ce n’est pas proposé et vous vous retrouvez du jour au lendemain « sur le trottoir » pour rentrer chez vous donc, forte vigilance à avoir. j'ai demandé expressément à avoir un suivi en sortie de cure. et cela a pris tt son sens.

* Tenir bon et ne pas se croire guéri au bout de 2 semaines. Croyez-moi, ceux qui sortent trop vite reviennent aussi très vite.
Dans mon centre il n'y avait pas d'activités les 2 premières semaines, je me demande si c'est pas fait exprès pour tester la motivation des patients... nous, c’était les week ends. Et ça paraissait peut être long, sauf qu’en groupe tout passe. Je me répète mais je n’ai pas passé une seule soirée seule dans ma chambre ou plus d’une heure les jours de week ends.
Ceux qui sont sortis rapidement et trop vite sont revenus ou n’étaient pas là de leur plein gré. Et ce sont parfois, les fortes têtes qui donnent des leçons à tout le monde et ne sont pas malades…(tiens mon c….) ou les personnes qui ne sont pas prêtes


* Dans ma cure, une infirmière rentrait dans ma chambre toutes les 6h. Donc quasi impossible de faire la sieste ou une nuit complète, ce qui est frustrant puisqu'on est là pour se reposer aussi. Mais c'est pour "éviter les suicides" (lol). Nous 4 fois par nuit….


* Ne pas se tester lors des sorties autorisées: perso j'ai bu un demi au resto en milieu de séjour, et je crois que ça a favorisé ma rechute.
Ne pas se tester est primordial, donc, bien « programmer » sa journée et éviter les choses tendancieuses. Et aussi, parce que risque de contrôle en revenant en clinique le soir et aussi, parce que cela n’en vaut pas la peine


Bref, faut fayotter, poser des questions, faire le bon élève (dédicace à Théo!). Savoir d'où on vient, pour quoi on est là, et bosser, être assidu, râler, s'imposer même. Je parle en tant qu'introvertie. En profiter pour voir une assistance sociale, par exemple. Faire des activités qu'on n'aime pas à la base (genre sophrologie ou pétanque. Ouais je sais ça paraît con, mais ça passe par des choses cons la guérison, je crois)
ah effectivement pas con du tout, j’ai fait pareil c’est même vital !réclamer, quémander. Une heure de sport le dimanche, s’incruster en sophro, la psy 3 fois apr semaine et pas 2, redemander de la baignoire sèche, par exemple


Conclusion: la cure, c'est pas une sinécure! C'est un mix de colonie de vacances, de ClubMed, de prison, et d'hopital... Mais ça vaut la peine dans tous les cas.
super conclusion. faut être prêt(e) à franchir la porte, accepter de se livrer (ne plus se juger. nous sommes malades) et « profiter » au maximum de ce qu’il est possible en terme d’accompagnement, de soins ou d’activités.


début 26/04/17 - 150 mg (maxi 290) / stabilisé depuis début sept 2018 / 07h : 50 - 12h : 50 - 16h : 50
adhésion et soutien faits
 
Avatar de kazoo
  • Messages : 71
  • Inscrit : 11 Avril 2018
  Lien vers ce message 27 Septembre 2018, 19:26
Cela me fait réellement plaisir de constater votre spectaculaire évolution.


C’est en lisant votre situation d'il y a quelques mois que j’avais écrit, le premier juillet et de façon générique :

Citation
Quant à la galère de certains, à ce que j’ai pu lire, il en est qui devraient se poser de sérieuses questions sur leur méthode de traitement et leur objectif.



Vous l’avez fait !

Votre parcours récent prouve que c’est possible et, le plus important, très profitable.


Bravo et tous mes vœux pour la suite.


Lanceur d'alerte
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3670
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 27 Septembre 2018, 19:49
Pauvre kazoo... Mais que te motive-t-il pour venir semer la zizanie et le venin sur nos fils ?
Je crois que Sylvie t'a bien cerné; et à titre personnel, je te hais pour, non pas tes stats de merde (on sait bien que des chiffres torturés disent n'importent quoi), mais pour ta fausseté - ta morbidité intellectuelle.

Ce désir de faire pourrir le fruit.

Crois-tu que talis est dupe de tes flatteries ?? Il peut aller lire ton fil.

Tu sens l'hypocrisie à 200 km.

Allez, on finit en musique :

Glenn Gould-J.S. Bach-The Art of Fugue

CLAUDE DEBUSSY: CLAIR DE LUNE

Le reste, tu sais... tes convictions.... ce n'est qu'un faible vent d'été qui dessèche la Nature.

ET l'on sait bien qui tu sers.


Adhésion et don faits.
 
Avatar de Fakir
  • Age : 38 ans
  • Messages : 91
  • Inscrit : 15 Septembre 2018
  Lien vers ce message 27 Septembre 2018, 19:56
Merci Talis pour le complément d'information et ton ressenti :)

Tu as senti qu'il y a eu un avant/après cure alors, toi aussi?


+- 2 litres de bière/jour depuis 3 ans
Bacloroute prise le dimanche 9 septembre 2018
Craving qui va et vient
Actuellement 20mg 9h30, 20 12h30, 20 15h30
 
Hors ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 56 ans
  • Messages : 1954
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 27 Septembre 2018, 19:59
Le clair de lune de Debussy à bercé un nombre incalculable de fois les soirées de mon enfance, en ce temps là, mon père le jouait au piano qui se trouvait juste à côté de ma chambre. Mon père le jouait tous les soirs. Quel souvenir!!!.


50 8h, 50 11h, 50 13h, 50 15h
Indifférence depuis le 3 aout 2017 à 237,5mg - aucun EI si ce n'est que quelques problèmes de mémoire court terme. EI étant survenu au début de la descente
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3670
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 27 Septembre 2018, 19:59
Oui, talis nous apporte plus avec son ressenti de cure que tout le reste.
Perso, je me pose tjs LA question... Cure ou pas...


Adhésion et don faits.
 
Avatar de talis
  • Messages : 464
  • Inscrit : 18 Juillet 2017
  Lien vers ce message 01 Octobre 2018, 8:54
Merci Talis pour le complément d'information et ton ressenti :)
Tu as senti qu'il y a eu un avant/après cure alors, toi aussi?


oui, un réel avant/après, apparemment, plus que visible, car le psychiatre rencontré la semaine dernière (nouvelle recru du centre), m'a trouvé très (trop?) optimiste, suspectant un comportement bipolaire ! comme dirait mon MG, faut toujours qu'il trouve quelque chose.
très honnêtement, je n'en suis pas là, je ne suis "juste" plus sous le diktat de l'alcool, et c'est un réel plaisir.
je ne consomme aps, je ne me sens plus dans l'interdit mais plutôt dans le détachement. quelques pensées, pas d'"envies majeures, un verre d'un excellent rouge en tête parfois.

quant à kazoo, à qui je fais plaisir (!!!!!!!!!!!!!!), j'espère que j'aurai une spéciale dédicace dans un super tableau de statistique, inutile.



[quote] Quant à la galère de certains, à ce que j’ai pu lire, il en est qui devraient se poser de sérieuses questions sur leur méthode de traitement et leur objectif.

oui, il y en a qui galère avec la meilleure volonté du monde et l'envie de s'en sortir, traitement ou pas.
j'ai commencé le baclo en avril 2017, pour mémoire, et en sept 2018, je me sens mieux, "seulement", APRES UN SEVRAGE pendant un séjour sous baclo, validé par psychiatre

donc, je ne sais pas qui doit se poser de sérieuses questions, mais j'ai une idée....
Message édité 4 fois, dernière édition par talis, 01 Octobre 2018, 15:48  

début 26/04/17 - 150 mg (maxi 290) / stabilisé depuis début sept 2018 / 07h : 50 - 12h : 50 - 16h : 50
adhésion et soutien faits
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33440
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 01 Octobre 2018, 15:11
Kazoo n'a pas compris, entre autre, que si les addictos acceptaient de jouer le jeu et de donner du baclofène en complément d'une cure, ce serait plus profitable aux patients

Il ne doit jamais avoir été alcoolique pour ne pas comprendre les réticences et souffrances de ceux qui sont malades ...


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3670
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 01 Octobre 2018, 20:08

Il ne doit jamais avoir été alcoolique pour ne pas comprendre les réticences et souffrances de ceux qui sont malades ...


Adhésion et don faits.
 
Avatar de talis
  • Messages : 464
  • Inscrit : 18 Juillet 2017
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 15:57
ben, Kazoo, t'es où ? nan, je déconne...

nouveau RDV psychiatre hier. donc, je serais toujours un sujet un peu tendance cyclothymique.
pb : je n'ai eu aucune période de baisses d'humeur,aucun passage de tristesse ou de colère. non, rien de cela, je garde juste la pêche et le sourire depuis mon retour à la vie courante

je lui ai dit que j'étais "juste" content de ne plus être esclave de ma bouteille et que je faisais ce que je voulais maintenant, donc, plein de choses. CQFD. mais non, fallait me trouver quelque chose. bref. j'ai chopé une ordo de baclo, et c'est le principal, le reste...

sinon pas de conso, plus de sentiments d'interdit, sensation d'être dans l"éloignement"
une pensée en passant devant un magasin en me disant "tiens avant je m’arrêtais là", et puis c'est tout.
apéro anisé à 0.00 et bière à 0.00 me satisfont.

Hier soir pour les 18 ans de ma nièce après ouverture d'une bouteille de son année de naissance, un pincement réel, frustration rapide et puis s'en va.

je prendrai un verre mais quand ? même moi, je ne le sais pas encore

talis

PS : j'ai fait un +10mg (sur conseils avisés) pour annihiler ma manière compulsive de consommer boisson et/ou aliments



'
Message édité 1 fois, dernière édition par talis, 11 Octobre 2018, 16:03  

début 26/04/17 - 150 mg (maxi 290) / stabilisé depuis début sept 2018 / 07h : 50 - 12h : 50 - 16h : 50
adhésion et soutien faits
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 48 ans
  • Messages : 26049
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 16:09
Tu verras bien le jour où tu prendras le verre ce qui se passera, excès ? envie le lendemain ?
En général c'est la 2ème question qui répond si on est indifférent ou pas

En attendant, tu te sens éloigné du produit et n'a pas d'envie, c'est comme l'indifférence et c'est très bien que tu aies un suivi psy, sauf que je me demande si c'est le bon, il a envie de te mettre dans une case
Ce qu'il faut surveiller, c'est le sommeil, si tu arrives à dormir normalement, alors pas de bipolarité ! (je fais un raccourci là), pas de dépenses financières excessives, des plages de calme dans la journée, etc

Si tu te sens "euphorique", c'est complètement normal après ta cure et les bénéfices sur ta non consommation, histoire de revivre, c'est vraiment de bonnes nouvelles


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite - 200 mg en octobre 2018 - descente uniquement si EI forts - pas de consommation jusque là, pas d'occasion spéciale ;-)
 
Avatar de Fakir
  • Age : 38 ans
  • Messages : 91
  • Inscrit : 15 Septembre 2018
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 16:18
Pff, ces médecins, sont bien sympa mais à toujours chercher un problème... Super pour toi Talis en tout cas, tu y es, et en plus tu te sens bien!!

J'avais pas vu le post de Théo, Clair de Lune c'est une de mes musiques favorites de tous les temps, ma version préférée ici :)


+- 2 litres de bière/jour depuis 3 ans
Bacloroute prise le dimanche 9 septembre 2018
Craving qui va et vient
Actuellement 20mg 9h30, 20 12h30, 20 15h30
 
Avatar de talis
  • Messages : 464
  • Inscrit : 18 Juillet 2017
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 16:29
c'est exactement ça, Manue. pour l’instant, je ne suis pas crispé de ne pas consommer ou en voyant d'autres le faire. je me poserais tranquillement une soir et déciderais de prendre un verra. et on verra...je ne mets pas la pression
effectivement, je me sens bien, pas de sautes d'humeur, rien de tout cela.

mes nuits sont correctes même si je me sens qq fois fatigué au réveil (mais la motiv d'aller au taf étant quasi nulle, cela peut s’expliquer)
pas de dépenses excessives, non plus
le seul truc, mais ça, je l'ai déjà écrit, c’est que je ne prends pas le temps de me poser 1/2h, 1h par jour mais parce que je suis vraiment occupé (et pas devant la TV)


début 26/04/17 - 150 mg (maxi 290) / stabilisé depuis début sept 2018 / 07h : 50 - 12h : 50 - 16h : 50
adhésion et soutien faits
 
Avatar de Théo (Théorbe)
  • Messages : 3670
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 21:01
Pff, ces médecins, sont bien sympa mais à toujours chercher un problème... Super pour toi Talis en tout cas, tu y es, et en plus tu te sens bien!!

J'avais pas vu le post de Théo, Clair de Lune c'est une de mes musiques favorites de tous les temps, ma version préférée ici :)


Excellente version; perso, je ne suis pas "you tube", j'ai mes CDs.... alors je trouve ce que je peux sur you tube...

Des pièces que j'ai adorées jouées, rares...

Gabriel Fauré Masques et Bergamasques, Suite op. 112

Debussy Petite Suite (Orch. Henri Büsser) Martinon(version pour piano originale)



Le 1 est aussi absolu....

Bises !


Adhésion et don faits.
 
Avatar de talis
  • Messages : 464
  • Inscrit : 18 Juillet 2017
  Lien vers ce message 11 Octobre 2018, 22:21
merci Théo
j'aime beaucoup Rachmaninov :fsb2_yeah: je ne connaissais pas ton lien Fakir
j’écoute la suite demain

.
Message édité 1 fois, dernière édition par talis, 11 Octobre 2018, 22:21  

début 26/04/17 - 150 mg (maxi 290) / stabilisé depuis début sept 2018 / 07h : 50 - 12h : 50 - 16h : 50
adhésion et soutien faits
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene