Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Mon aventure, ma nouvelle vie

Du meilleur au pire... au meilleur (au pire?)
Avatar de MatouMiaou
  • Messages : 1
  • Inscrit : 03 F√©vrier 2020
  Lien vers ce message 03 F√©vrier 2020, 0:41
Bonjour à tous.
Puisque l'existence de ce forum m'a sans doute sauvé la vie, il est temps aujourd'hui d'y apporter mon témoignage.

J'étais un enfant curieux, sensible, ayant plein de facilités, j'ai eu la chance d'avoir des parents aimants et un confort matériel suffisant. Tout était là. Et pourtant...

Tout a d√©rap√© quand j'avais 10 ans. Il y a eu un drame familial, je ne comprends qu'aujourd'hui √† quel point il a √©t√© retentissant sur ma vie. Je suis devenu un ado fatigu√©, peureux et renferm√©. Je passais ma vie dans les bouquins, dans mon monde int√©rieur, seul, effray√© par les autres, √† essayer de faire semblant de m'int√©resser √† ce qui int√©ressait les gamins de mon √Ęge. Je suis une sorte d'extraterrestre. Je fuis dans les ordinateurs, dans mes jeux, dans mon imaginaire angoiss√©. Le monde me d√©go√Ľte, la vie est injuste, rien n'a de sens.

A l'adolescence, la drogue est arriv√©e. Cannabis, alcool surtout. Les autres aussi, moins fr√©quemment. Les cours sautaient. √Čchec scolaire, j'ai malgr√© tout d√©croch√© un bac scientifique gr√Ęce √† mes facilit√©s, mais la vie n'√©tait d√©j√† plus qu'une longue lutte pour "tenir".

Jeune adulte, j'ai continu√© dans mon marasme en √©chouant lamentablement les diverses √©tudes que je faisais parce qu'il fallait bien faire quelque chose, mais quoi?! Drogue, solitude, vague √† l'√Ęme... J'ai tout de m√™me presque fini une √©cole d'infirmier (je ne finissais jamais rien, peur de l'√©chec ou peur de r√©ussir?), apr√®s laquelle j'ai travaill√© en tant qu'aide soignant en EHPAD et dans le milieu du handicap. De belles exp√©riences, mais un √©puisement total et toujours cette indignation. Pourquoi traite t-on nos a√ģn√©s ainsi? J'ai une mission, celle de leur apporter un peu de bonheur. Sans doute les plus belles ann√©es de ma vie, car enfin il y avait un sens √† ce que je faisais. Mais aussi une auto-flagellation que je m'inflige, moi, √™tre si sensible et r√©volt√© qui pleurait si souvent en rentrant chez moi apr√®s des journ√©es √©reintantes √† combattre la mort par le sourire et la joie.

Les √©quipes de soin s‚Äôessoufflent, les professionnels motiv√©s s'effilochent les uns apr√®s les autres, on se retrouve avec des gens qui n'en ont rien √† foutre. Les maisons de retraite se font racheter par de grands groupes, et les conditions de travail deviennent encore pire, on n'a m√™me plus le matos pour bosser. √Čpuisement, renoncement √† ce m√©tier que j'aimais tant: ce n'est plus possible.

L'alcool, le canna soignaient mes angoisses. Mais je devenais con et aigri. Je passais à coté de ma vie.
J'avais d√©j√† essay√© d'arr√™ter ces mauvaises habitudes, et je tenais quelques mois √† chaque fois. Mais qu'est ce qu'on se hait quand on replonge n'est ce pas? Ce vague √† l'√Ęme √©tait si puissant, il revenait toujours √† la charge. Je suis tomb√© sur le baclo un peu par hasard quelques ann√©es d'errance plus tard. Je suis tomb√© sur ce forum, certains t√©moignages m'ont parl√©. Je n'√©tais pas si motiv√©, mais je voulais essayer quand m√™me. J'en ai parl√© √† mon psy, qui l'avait dej√† prescrit.

Les premiers mois ont √©t√© terribles. Impossible de me concentrer, de faire quoi que ce soit. Je regardais le plafond pendant des heures. Heureusement j'√©tais au ch√īmage √† ce moment, je ne pense pas que j'aurais pu continuer autrement.

Au bout de quelques semaines, des cauchemars terribles (et en série, genre épisode 1 le lundi, épisode 2 le mardi etc...), une anorexie presque totale pendant 1 mois (j'ai perdu 10 kgs), de gros coups de pompe, des jours sans dormir, quelques paresthésies. Et parfois, une sensation d'être en train de mourir, très, très intense, au point de vouloir renoncer.
Et je crois que c'est ce qui s'est passé. Je suis mort à ce moment là...

Et puis je suis né à nouveau. Je me suis retrouvé petit à petit comme l'enfant que j'étais auparavant. Curieux, enjoué, sociable. L'énergie est revenue. J'ai fait une formation intensive en informatique, en me formant beaucoup par moi-même, sans le dire à pole emploi qui ne semble pas vouloir que je me forme. Je ne m'arrêtais plus. En quelques mois, je suis devenu un nouvel homme. Il n'y a plus de brume, tout est si clair. Et les semaines sont devenues trop courtes, elles qui étaient un supplice auparavant.

Je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé exactement, mais dans mon cas c'est allé bien au delà de l'alcool. Moi qui vivais dans un bordel permanent (et qui en souffrait énormément), j'ai fait un immense ménage. Je me suis remis à lire, à écouter de la musique. Mon esprit s'est retrouvé à nouveau structuré, positif, confiant. Moi qui avait si peu confiance en moi, si peur de l'échec, je me suis retrouvé moteur dans mon groupe de travail pour apprendre l'informatique.J'ai pu décider d'arrêter de fumer le canna car ça ne me faisait pas du bien. Pourtant, je le savais depuis des années ?! Tant de choses à créer, de liens à tisser, de choses à découvrir. Que s'est -il passé? Ce n'est pas moi ça ?! Là ça y est, le boulot est à mes portes, je serai embauché en avril par un ami développeur qui a vu la transformation et qui cherchait un collègue pour sa boite florissante.

Tout n'est pas rose, mais je comprends aujourd'hui que le baclo m'a gu√©ri, pas seulement de l'alcool, mais de ma prison int√©rieure. Pas tant de l'alcool ou du canna mais de mes d√©mons int√©rieurs, de mes fractures affectives. Je ne g√©n√©ralise pas mon cas, chacun est diff√©rent, mais je suis persuad√© qu'il y a autre chose √† l'oeuvre que la r√©duction du craving, qui n'est que la partie √©merg√©e. Bien s√Ľr, c'est ce que l'on constate dans un premier temps, incr√©dule (c'√©tait inimaginable pour moi !). Mais ce que √ßa m'a apport√© va bien au del√†. Une sorte de r√©conciliation avec la vie (et sans doute avec la mort dans mon cas). Je suis libre et je peux maintenant ENFIN construire ma vie. J'ai 34 ans, il est temps !

En fait, je ne regrette rien. Ces années de souffrance, de doute, de perte de confiance en moi ont été très dures. Mais je sais aujourd'hui que d'être passé par là m'a forgé, construit, et que je peux aujourd'hui comprendre tant de choses que peu de gens pourront comprendre un jour. Ce fossé entre ceux qui boivent et ceux qui jugent, cette incompréhension, je la comprends aujourd'hui car j'ai vécu les deux. Cette souffrance et cette délivrance, finalement, quelle existence palpitante !


Je vous souhaite beaucoup de bonheur et vous souhaite de ne jamais abandonner. La lumière est parfois à 2 pas...

edit: Je ne suis pas rentré dans les considérations de posologie, car je crois qu'effectivement, elles sont propres à chacun, et que ce forum regorge de ces informations. Mais dans mon cas, je ne suis jamais monté à plus de ... 50 mg de baclo. Etrange ?!
Message √©dit√© 5 fois, derni√®re √©dition par MatouMiaou, 03 F√©vrier 2020, 1:33  
 
Avatar de Kor...
  • Age : 35 ans
  • Messages : 1487
  • Inscrit : 09 Juillet 2016
  Lien vers ce message 03 F√©vrier 2020, 9:48
Hello...(bienvenue)

Merci d'avoir pris le temps d'apporter ton témoignage

Sacré parcours en tout cas, avec des hauts et des bas, mais à la final ça en valait la peine

Beaucoup de personnes vont pouvoir s'inspirer de ton parcours et leurs donner l'énergie nécessaire pour y arriver (eux aussi...)

:fsb2_aplos.
Message √©dit√© 1 fois, derni√®re √©dition par Kor..., 03 F√©vrier 2020, 9:50  

Sans la dépendance, la fête est plus folle... #inspire-comPaRe...#AB...
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 35142
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 03 F√©vrier 2020, 10:57
Merci en effet pour ton très touchant témoignage

Que tu ne sois monté qu'à 50mg/j ne m'étonne pas vraiment, vu ce que tu décris de tes EI
En général, quand ils sont très fort, la dose efficace n'est pas très haute


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Kesteph
  • Messages : 87
  • Inscrit : 13 Octobre 2019
  Lien vers ce message 04 F√©vrier 2020, 12:25
Hello Matou,

Très beau témoignage, merci.
Beaucoup de similitudes avec mon parcours... si ce n'est la bienveillance de parents. Infirmi√®re de mon √©tat :-) alcool d√®s l'√Ęge de 12 ans, fracas dans ma petite vie √† l'√Ęge de 8 ans.
Pour ma part, je ne suis montée qu'à 75 mg, et les effets sont bien là, les effets désirés et les indésirables (l'insomnie principalement). Je redescends la dose petit à petit.
Et mon existence a basculé du tout au tout, je ne vois plus le monde de la même façon, je remets de l'ordre dans toutes les cases de ma vie. J'ai, comme toi, la nette impression que l'effet du baclo ne concerne absolument pas uniquement l'alcool. Adieu la dysphorie et l'angoisse qui rythmaient autrefois mon existence, bonjour les joies de l'instant présent, l'ancrage dans les petites choses et le désir de vivre.
Un petit d√©tail qui peut para√ģtre insignifiant, mais qui me change pas mal la vie: je n'ai plus les mains moites :fsb2_cool:
Du coup, le travail manuel me pla√ģt beaucoup, moi qui ne m'√©tais jamais ancr√©e dans le manuel...

Renaissance.
 
Avatar de Corinne D.
  • Age : 58 ans
  • Messages : 3415
  • Inscrit : 28 Avril 2013
  Lien vers ce message 04 F√©vrier 2020, 17:10
Encore ! encore des témoignages de cet acabit !

C'est chouette de lire que tout le monde ne galère pas avec l'addiction, le traitement, la vie.

Merci
Bonne continuation à vous deux :fsb2_yes:


La guérison s'installe et se construit dans le temps.
2012: Soin alcoolisme 150mg puis hyperphagie 250mg. Stabilisation puis descente longues. Zéro baclo depuis mai 2018.
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene