Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Note de lecture : le dernier verre (O. Ameisen)

Reconsommer ou pas ?
Avatar de Sablon
  • Messages : 21
  • Inscrit : 14 Septembre 2018
  Lien vers ce message 05 Mars 2020, 12:22
Bonjour.

Il vaut toujours mieux revenir directement aux sources des choses, parce qu'avec le temps tout se déforme et finit par ne plus correspondre à la réalité...

En l'occurence, pour le baclofène et l'alcool, au docteur O. Ameisen.


Je viens de terminer la lecture de son livre "le dernier verre", dans l'édition de poche (pour la pagination infra).


Je dois reconnaitre que je suis étonné par le nombre de forumeurs qui semblent continuer à consommer régulièrement. Beaucoup reviennent épisodiquement témoigner de leur rechute.

En vrai dans mon cas - que je ne veux pas détailler sur un forum- la question ne se pose pas: vu certaines conséquences de mon alcoolisme, à un moment donné de ma vie, le choix m'a été imposé par la justice: l'arrêt complet ou la prison.


Ameisen semble être la source de cette idée qu'avec le baclofène on peut continuer à consommer régulièrement de l'alcool, malgré son passé alcoolique.



Qu'en est-il précisément dans son livre ?

La question est abordée à la page 293.

En mai 2005, après 16 mois totalement sobre, il se pose la question de savoir s'il est toujours vulnérable à l'alcool ou pas.

En scientifique, il se propose alors de tester 3 scénarios sur lui même:

    - boire 3 gin-tonic en quelques heures, toujours sous ses 120 mg habituels de baclo. Pas de problème le lendemain ni les jours suivants.

    - boire 5 vodka-tonic en 6 heures. Problème: le lendemain, survenue d'un craving, maitrisé par 40 mg de baclo supplémentaire. 7 heures plus tard, de nouveau un craving. Conclusion: réactivation l'addiction et passage à 180 mg pour reprendre le contrôle.

    - anticiper une consommation importante (60 cl de scotch) en augmentant préventivement la dose de baclo et en maintenant cette dose accrue plusieurs jours. Pas de souci particulier.


La conclusion semble évidente: le retour de l'addiction n'est jamais loin, même s'il paraît possible de gérer la situation par des augmentations sensibles anticipées de baclofène.


La conclusion qu'en a tiré Ameisen pour lui-même: une consommation très exceptionnelle:

    "Depuis, je ne bois que rarement, essentiellement lors de fêtes. Etant donné les quantités d'alcool que j'ai infligée à mon corps durant ma maladie, je préfère ne pas boire du tout, puisque cela ne me demande aucun effort. (p. 294)"


Bien à vous.

Jean
Message édité 1 fois, dernière édition par Sablon, 05 Mars 2020, 12:23  
 
Avatar de Kor...
  • Age : 35 ans
  • Messages : 1481
  • Inscrit : 09 Juillet 2016
  Lien vers ce message 05 Mars 2020, 12:34
PAGE 295...

Aujourd'hui,je ne me suis jamais senti aussi bien.

le baclofene m'avais permis de dépasser la dépendance et la vulnérabilité.


Sans la dépendance, la fête est plus folle... #inspire-comPaRe...#AB...
 
Avatar de tai chi
  • Messages : 208
  • Inscrit : 12 Janvier 2020
  Lien vers ce message 05 Mars 2020, 13:57
Ça fait déjà un bout de temps que j'ai lu son livre. C'est super de nous rappeler certains passages importants.
Merci d’être assidu sur le forum, tu fais du bien.
:fsb2_bis2


Une petite bataille à la fois
Début du traitement: 26 janvier 2020
 
Avatar de Kor...
  • Age : 35 ans
  • Messages : 1481
  • Inscrit : 09 Juillet 2016
  Lien vers ce message 05 Mars 2020, 14:21
:fsb2_bnne...


Sans la dépendance, la fête est plus folle... #inspire-comPaRe...#AB...
 
Avatar de Sablon
  • Messages : 21
  • Inscrit : 14 Septembre 2018
  Lien vers ce message 06 Mars 2020, 14:10
PAGE 295...

Aujourd'hui,je ne me suis jamais senti aussi bien.

le baclofene m'avais permis de dépasser la dépendance et la vulnérabilité.


Tout à fait.

Ceci aussi qu'il écrit, p.265

    "Un ex-alcoolique, ou un ex-dépendant en général, c'est quelqu'un qui pratique l'abstinence. Or je n'étais ni "abstinent" ni "sobre" au sens habituel; il ne s'agit pas pour moi d'éviter de boire: j'étais devenu complètement et naturellement indifférent à l'alcool."


C'est exactement comme cela que je décrirais aussi mon expérience.
 
Avatar de Kor...
  • Age : 35 ans
  • Messages : 1481
  • Inscrit : 09 Juillet 2016
  Lien vers ce message 06 Mars 2020, 14:18
:fsb2_cool:...


Sans la dépendance, la fête est plus folle... #inspire-comPaRe...#AB...
 
Avatar de mirabelle
  • Messages : 13
  • Inscrit : 28 Aout 2016
  Lien vers ce message 09 Mars 2020, 13:12

La conclusion qu'en a tiré Ameisen pour lui-même: une consommation très exceptionnelle:

    "Depuis, je ne bois que rarement, essentiellement lors de fêtes. Etant donné les quantités d'alcool que j'ai infligée à mon corps durant ma maladie, je préfère ne pas boire du tout, puisque cela ne me demande aucun effort. (p. 294)"



L'ayant connu à cette époque, je confirme: on ne le voyait pas consommer d'alcool.

Merci de ranimer son souvenir par cette "note de lecture".
Bonne idée.
 
Avatar de Sablon
  • Messages : 21
  • Inscrit : 14 Septembre 2018
  Lien vers ce message 14 Mars 2020, 19:04

L'ayant connu à cette époque,...


Le livre parle en réalité assez peu du baclofène. C'est surtout l'autobiographie d'un parcours d'alcoolique, parcours somme toute relativement banal: on peut donc s'y retrouver aisément.


Le bonhomme était un drôle de spécimen, je trouve.


Je ne sais si je l'aurais apprécié, humainement parlant.
 
Avatar de jm84
  • Age : 65 ans
  • Messages : 838
  • Inscrit : 28 Juillet 2017
  Lien vers ce message 17 Mars 2020, 8:44
Hum, voilà une façon subtile de venir casser du sucre sur l'utilisation du baclofen et sur les bienfaits de l'abstinence...

Dire que son parcours est somme toute banal, qualifier un médecin de bonhomme et en avoir un piètre opinion te garantira, au mieux un soupçon de défiance, au mieux une absence d'intérêt de tes propos dirigés, bien caché derrière ton anonymat...

Un moine-soldat des AA?


Indifférent depuis janvier 2014 à 240 mg/j. Aujourd'hui, à 80mg/j. Zéro alcool. Adhérez, ce n'est vraiment pas cher, c'est facile à faire...et c'est un acte nécessaire, responsable!
 
Avatar de mirabelle
  • Messages : 13
  • Inscrit : 28 Aout 2016
  Lien vers ce message 19 Mars 2020, 18:37

L'ayant connu à cette époque,...


Le livre parle en réalité assez peu du baclofène. C'est surtout l'autobiographie d'un parcours d'alcoolique, parcours somme toute relativement banal: on peut donc s'y retrouver aisément.


Le bonhomme était un drôle de spécimen, je trouve.


Je ne sais si je l'aurais apprécié, humainement parlant.


Qu'est ce que tu veux dire par là ?

C'est vrai qu'il avait son caractère, mais chacun a le sien.
 
Avatar de Therena
  • Age : 53 ans
  • Messages : 1163
  • Inscrit : 13 Mai 2018
  Lien vers ce message 19 Mars 2020, 19:31
Heureusement qu'il avait du caractère et était non conformiste, sinon ce forum n'existerait pas et nous ne serions plus là pour parler du baclofène.

Sablon : un nouveau Kazoo :fsb2_godgrace:


Indifférence depuis le 7 février 2019 à 80 mg/jour
BV depuis 30 ans
Dosage actuel : 30 mg à 12h30, 30 à 16h30 et 20 à 18h30
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 35142
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 20 Mars 2020, 0:05
Mirabelle aussi adore les proxys ...
Kazoo Sablon, Mirabelle, qui sont ils vraiment ?
C'est ça qui est chouette avec internet, on peut s'inventer des histoires et des identités à l'infini

Je me souviens d'une fille qui avait des pbs avec son mari violent et/ou jaloux
Pour l'espionner, vu que son fil était en accès privé, il avait créé un pseudo féminin et cherchait des renseignements pour prendre du baclofène
Manque de chance pour lui, il ne connaissait pas les proxys
Il s'est donc fait flaguer très vite ...


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Lointain
  • Age : 10 ans
  • Messages : 2872
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 20 Mars 2020, 1:23
Coucou,

Je ne comprends pas bien l'avis négatif de Sablon envers la personne qu'aurait été le Docteur Olivier Ameisen, avis que Sablon tire de la lecture de son livre.

Comme beaucoup ici, j'ai lu le "Dernier verre".
Je l'ai même lu 2 fois, en 2017.

Ma lecture date un peu.

Je ne me souviens donc pas de l'intégralité du récit du Docteur Ameisen.

Mais j'ai retenu que le Docteur Ameisen était un homme d'une très grande sensibilité, laquelle a engendré une forte anxiété, notamment en société, anxiété qui l'a conduit à boire et à devenir alcoolo-dépendant.

Et ceci a trouvé un grand écho en moi.

Je me souviens avoir pleuré à la lecture de certains passages de son livre.

Car cette anxiété dévorante, et cette incapacité à voir ce dont on est capable en art, ou au travail, ou dans d'autre domaines de la vie, me parlaient.

Je ne possède évidemment pas le niveau d'excellence en médecine du Docteur Ameisein, ni ne suis un virtuose en musique, et je ne pense pas avoir 1/10 ème de son charisme (ou 1/20 ème :fsb2_godgrace: ).

Mais je me retrouvais dans son récit, à mon niveau.

Je n'étais pas qu'un alcoolique.

J'étais touchée par une maladie grave, une maladie qui m'avait fait presque tout perdre.

J'étais une personne trop sensible (on me l'a assez répété...) et dont l'anxiété avait été soulagée par l'alcool.

L'alcool était venu palier à un manque de confiance en soi et d'amour de soi.

Je comprenais - ou j'acceptais enfin de comprendre - pour quelle(s) raison(s) l'alcool m'avait attiré, avant de me détruire, avant que je ne m'oublie complètement à cause de lui.

Du docteur Ameisen, j'ai aussi retenu qu'il avait été un homme courageux et prêt à tout pour se sortir de l'alcool, jusqu'à se prendre lui-même comme cobaye, avant de vouloir aider les autres malades à se sortir avec lui de l'alcool.

Il aurait pu refaire sa vie autrement.
Il aurait pu ne pas se battre pour que le Baclofène soit connu et reconnu.
Il aurait pu laisser tomber et panser ses plaies dans son coin.

Mais il a adopté le comportement inverse.

Et cela porte un nom : la générosité.

Yann.


Pou den einai tipota.
 
Avatar de Sablon
  • Messages : 21
  • Inscrit : 14 Septembre 2018
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 13:44


C'est vrai qu'il avait son caractère, mais chacun a le sien.


Je ne fais pas de jugement de valeur sur sa personne. Je n'aime pas les jugements de valeur sur les personnes.

Je fais part du malaise que, personnellement, j'ai ressenti à la lecture de certains passages de son autobiographie. Je trouve que s'y dessine en creux l'image d'une personnalité très égocentrée, et peu soucieuse du ressenti d'autrui. Si tel était son cas, alors sans doute je n'aurais guère apprécié le personnage irl.

Je pense par exemple à l'épisode de la maladie de son père. La situation est desespérée, malgré le médecin qui le soigne, malgré la présence de son frère, de sa soeur, tous deux brillants médecins également. O.A. débarque de NY et d'un coup trouve la solution. Malgré la réticence des trois, il parvient à imposer sa solution. Et son père vivra encore plus d'un an !

Je pense également à l'épisode Philippe Coumel, assez révélateur à mes yeux.

Ceci dit, je lui suis reconnaissant: sans lui où serais-je aujourd'hui ?



Je me pose cependant une question lourde de sens: son caractère n'a-t-il pas eu une influence sur la (non)-reconnaissance du traitement ?
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 35142
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 15:46
Son caractère, vraiment ?
En tant que médecin, ne doit t'on pas faire taire son irritation face à un personnage qui nous déplait et ne regarder que l'intérêt des patients ?


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene