Lien vers ce message 09 Aout 2021, 15:23
Voici mon témoignage. Je souhaite de tout cœur que le baclofène t'aide, toi aussi, à mettre fin à ta dépendance.

-------------

En m'inscrivant sur ce forum, j'étais bien armée d'une très forte motivation pour sortir de ma dépendance à l'alcool avec l'aide du baclofène. Impossible pour moi de devenir abstinente malgré ma très forte volonté de mettre fin à près d'une quinzaine d'années de dérive dans les méandres de l'alcoolisme.

L'accompagnement et l'encadrement proposés par ce forum ont été indispensables pour m'approprier le traitement et faire du "sur-mesure", réajuster le tir en cas de besoin, m'encourager dans mon combat … sans compter toute l'information qu'on peut trouver sur ce formidable site.

Le premier effet du baclofène, une fois ma dose bien répartie, a été de faire baisser considérablement ma consommation d'alcool en très peu de temps. Ce constat a été remarquable, voir spectaculaire.

Cela ne s'est pas fait sans effets secondaires malheureusement, notamment la fatigue et la somnolence diurnes. 'Faut dire que j'étais à très haute dose (350 mg). Grâce aux conseils donnés sur ce forum pour modifier ma titration personnelle (dosage et répartition), ces ES se sont rapidement estompés en baissant mon dosage et en modifiant ma répartition.
Rester motivé.e dans son parcours malgré ces ES est hyper important !

Je me suis servie de mes baisses de consommation quotidiennes comme d'un véritable tremplin pour maintenir ma détermination. Parallèlement j'ai aussi beaucoup réfléchi sur mes habitudes au quotidien, lors des moments où je consommais de l'alcool.

Je me suis alors appropriée "des petits astuces", de nouvelles habitudes, qui sont venues renforcer mes défenses immunitaires contre mon virus, l'alcool, en bouleversant avec douceur et bienveillance même des mauvaises habitudes d'autrefois ancrées en moi depuis trop longtemps.

Tout ce cheminement n'a été que profitable au baclofène car plus les jours passaient et moins j'avais envie de consommer de l'alcool !! J'ai même passé plus de quatre semaines sans boire la moindre goutte d'alcool, juste parce que "je n'en avais pas envie", naturellement et sans y penser, ce qui relevait de l'impensable pour moi quelques mois auparavant !

Certains connaissent l'indifférence du jour au lendemain. Moi, ça s'est fait progressivement, au fur et à mesure que ma consommation baissait.

Puis, un soir, j'ai voulu me servir un bon verre de vin et là … je n'ai pu en boire que deux ! Le demi verre que je me suis servi en plus pour finir le fromage n'est pas passé, comme si la coupe était pleine, comme on dit. Le lendemain, aucune envie, donc zéro alcool. Le surlendemain, de nouveau deux verres et pas un de plus.

Le baclofène a complètement dézingué mes envies irrépressibles de boire. Mieux, il permet même de limiter ma consommation à quelques verres dans la même soirée.

Je n'ai désormais plus de problèmes d'alcool. Finies les pulsions de la bête, finie la bouteille-boulet de forçat, finie la dépendance, je suis délivrée !

Les quelques verres de vin que je bois par semaine ne viennent rien combler du tout dans ma vie, ne viennent m'apporter aucune satisfaction si ce n'est le simple plaisir gourmand de goûter le bon tanin d'un bon vin rouge, comme toute personne n'ayant jamais connu l'alcoolisme le ferait.

Le baclofène me permet ce choix-là, cette liberté retrouvée, celle-là même que toute personne perd lorsqu'elle devient dépendante. Mon cerveau est comme rééduqué à une consommation raisonnable et occasionnelle.

Aujourd'hui, je suis simplement devenue celle que j'aurais aimé être durant ces 15 dernières années écoulées. Ma relation à l'alcool a complètement changé. Ma tolérance à l'alcool s'est complètement inversée.

L'expérience, le recul et le baclofène sont autant de garde fous qui m'empêcheront de retomber vers le côté obscure. Je sais d'où je viens (mon vécu) et je sais où je ne veux plus aller.

Le baclofène est une arme formidable qui me protège et me permet de consommer occasionnellement, raisonnablement et durablement ou de ne pas consommer du tout durablement par choix libre et consenti, comme je le fais en semaine.

Cela ne me pose aucune difficulté de me dire que je prendrai du baclofène toute ma vie : je soigne ma maladie, tout simplement !

Je prends 250 mg/jour et j'entamerai ma descente dans quelques mois.


(In)différente en mai/juin 2021. Actuellement 250mg/j