Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Fil pour les guéris : partageons la descente !!

certains sont perdus de leurs descentes...
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 11:32

Reprise du dernier message

Je partage parfaitement ta pensée Benbb. Tu synthétise tout cela très bien :)

Je me suis fais la même réflexion. Je pense que le baclo remet les compteurs à 0 mais nous sommes déjà tombé dans l'alcoolisme une fois. Si nous n'y prenons pas attention pourquoi ne pas tomber une deuxième fois ? Et c'est là le risque donc pour moi indifférence rime obligatoirement avec abstinence.

Comme je vais entamer ma descente j'ai voulu faire comme Ameisen et me prendre une dernière cuite il y a 3 jours. Et j'ai beaucoup aimé cela. Pas la cuite en soi même, pas l'alcool non plus mais le fait que j'étais à une fête, de sentir l'excitation, de me sentir libre de parler avec tout le monde, décontracté. Comme lorsque je buvais avant d'être alcoolique. Et j'ai bu comme je buvais avant, assez vite. Non pas pour me cuiter complètement mais pour arriver aux effets dans l'état dans lequel je me sens bien.

Mais je sais que si je refais cela trop souvent je vais retomber dans l'alcool. Soit car j'ai une prédisposition (mais cela n'est pas prouvé scientifiquement) soit que l'alcool comble ou m'apporte quelque chose. Ou que j'aime tout simplement trop ça. Donc je n'ai d'autre choix que l'abstinence. Mais grâce au Balco c'est tellement facile !

La seul chose avec laquelle je ne suis pas d'accord avec toi est ça :

Citation
Après je me dis que si j'arrête et que je replonge, rien ne m'empêchera de reprendre le baclo, je pense qu'il n'y a pas de raison que ça fonctionne à nouveau, une seconde fois. A la même dose probablement...


D'après les témoignages sur ce fil, il faut monter plus haut voir parfois beaucoup plus haut pour arriver à nouveau à l'indifférence. Donc de nouveau ES. Je pense que c'est une bonne mise en garde.
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7413
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 11:46
N'oublions pas que quelqu'un qui n'a jamais été alcoolique peut sombrer dans l'alcoolisme à n'importe quel moment de sa vie.
Alors où est la différence entre un non-alcoolique et un ex-alccolique soigné au Baclo ???
Nul n'est à l'abri de rien !
Ça, on le sait bien.
Alors hormis l'aspect génétique, qui n'est pas encore complètement établi, pour moi, un ex-alcoolique soigné au Baclo = un non-alcoolique.
Message édité 1 fois, dernière édition par Florence..., 10 Novembre 2014, 11:51  

Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 11:50
Il y a un mystère autour ce ça, c'est vrai que les premières expériences laissent penser cela, mais là encore il y a des questions à se poser. Pourquoi monter plus, peut-être par peur et du coup on veut donner un coup de pied au cul de l'alcool ce serait une sur monté plus psychologique que vraiment nécessaire, par ailleurs ce sont des montés qui ont souvent lieu juste après l'indifférence retrouvée.

Je pense que si l'on arrête longuement le baclo si l'on doit remonter on se "désacoutume" aussi au baclo et que du coup si l'on reprend après un long arrêt je ne serais pas surpris qu'il ne faille même pas remonter à une dose moindre, là aussi on a peu de recul.

L'abstinence totale c'est une garantie de succès mais c'est aussi se privé (risqué biensur mais quand même) de se payer cette possible reprogrammation du cerveau, c'est à dire un peu comme une rééducation du cerveau en l'habituant longuement à une consommations modérée on peut peut-être avec le long terme le reformater à une consommation normale, ce qui n'était pas le cas avant la baclo car même après des années d'abstinence le cerveau ne connaissait que deux modes de fonctionnement, beaucoup ou rien, du coup on replongeait facilement même après une longue abstinence. Peut-être, je dis bien peut-être qu'avec le baclo on arrive reprogrammer le cerveau avec le temps à une consommation modérée, c'est là aussi un pari.

Je pense que l'abstinence totale est à la fois la bonne solution et la mauvaise, bonne car elle garantie le succès, mauvaise car elle garantie la rechute en cas de prise ponctuellement d'alcool. La solution de la consommation ponctuelle et modérée est aussi dangereuse car soit la reprogrammation est réussie (pari) soit on prolonge l'acoutumance d'autant et en cas d'arrêt on replonge rapidement dans l'alcool.

Bref, rien est simple. Il y a des exemples de personnes qui ont arrêté totalement le baclo et qui ne sont retombé dans l'alcool excessif que 1 ans après. C'est très complexe et tous les cas sont différents, car notre rapport à l'alcool est différent pour chacun d'entre nous. Moi je ne buvais que le weekend, beaucoup mais que le weekend et quand je buvais en semaine, j'arrivais parfaitement à me limiter à 2 verres, qu'en restera-t-il dans 3 ans si j'arrête le baclo ?

On verra bien, seul l'avenir me le dira, je trouve qu'à mon niveau un arrêt total et définitif de l'alcool me semble quand même une sanction trop forte, trop définitive alors que je ne sais pas tout à fait encore si j'étais un excessif ou un alcoolique en tant que tel, ce qui est sûr c'est que si je ne faisais rien, je serais certainement ombé à court terme dans l'alcoolisme certain à court ou moyen terme.

D'ailleurs les buveaurs modérés ne sont-ils pas eux aussi alcoolique ? Simplement leur consommation leur permet de descendre que très lentement dans leur addication. Mes parents sont des consommateurs modérés depuis des années, ils ne bouvent qu'un ou deux verres chaque soir mais si vous les en privé pendant plus de 5 ou 6 jours ils vont commencé à tirer la gueule. Ne sont-ils pas des alcoolique socialement acceptable ?

N'oublions pas que l'alcool n'est rien d'autre qu'une drogue légale, que l'on en consomme peu ou beaucoup on est au final drogué.


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7413
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 11:58
"D'ailleurs les buveurs modérés ne sont-ils pas eux aussi alcoolique ?"
L'alcoolisme est une pathologie, une addiction. La plupart des pathologies ou des addictions résulte d'un excès.
Un buveur qui ne boit pas à l'excès ne me semble donc pas faire partie des alcooliques.
De même qu'un joueur qui joue pour se détendre n'est pas un addict aux jeux.
Et il en va de même dans de très nombreux autres domaines.
Message édité 2 fois, dernière édition par Florence..., 10 Novembre 2014, 12:12  

Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 12:21
"D'ailleurs les buveurs modérés ne sont-ils pas eux aussi alcoolique ?"
L'alcoolisme est une pathologie, une addiction. La plupart des pathologies ou des addiction résulte d'un excès.
Un buveur qui ne boit pas à l'excès ne me semble donc pas faire partie des alcooliques.
De même qu'un joueur qui joue pour se détendre n'est pas un addict aux jeux.
Et il en va de même dans de très nombreux autres domaines.


Un type qui consomme de la cocaine même modérément sera considéré comme cocaïnoman même modérément.

Tout est une question de point de vu, l'addiction est considérée comme une perte de contrôle. Mes parents ont-ils le contrôle de leur consommation d'alcool ? Comme je le dis si ils devaient arrêter pendant longtemps ils auraient peut-être de la difficulté ?

Etais-je alcoolique ? J'ai testé avec succès sans baclo un arrêt total d'alcool pendant deux semaines, j'ai repris assez modérément, puis ai réarrêté pendant 5 semaines, avec succès, je ne buvais que le weekend, s'interdisant de consommer à part exception en semaine où je pouvais contrôler le cas échéant ma consommation, est-ce que je perdais le contrôle ? Pas sûr, d'une certaine manière j'avais le contrôle sur ma consommation même si excessive, et pourtant j'ai décidé de prendre du baclo.

Il y a une zone floue et je pense que quelque part j'étais plus ou moins dedans. C'est sûr que la zone n'est plus floue quand on bois dés le matin, tous les jours jusqu'au soir mais quand dans mon cas on arrive à se priver dans un effort certe mais deux semaines ou 5 semaines volontairement, quand on arrive a ne consommer que le weekend et si nécessaire peu, est-ce qu'on est dans le contrôle ?

Difficile de juger de la perte de contrôle Pour certains le besoin ne réapparaitre qu'au bout de 5 semaines et dans ce cas il vivra très bien son abstinence jusque là. C'est difficile, l'alcool est u psychotrope, c'est une drogue, et même si ça n'est qu'un verre par jour au 4 par weekend, on est dans les normes OMS (qui ne sont que théoriques) et pourtant si ces doses sont importantes, on vit très bien avec et pourtant on est dans l'addiction aussi, elle est juste accepté.

C'est pourquoi les alcoologues considèrent que si on vient pour les consulter, quelque soit la dose ils concidérent qu'on a un problème, le simple fait de se poser des questions sur sa consommation d'une drogue est un problème. Il y a une vraie question de fond sur la consommation d'alcool, on peut vivre socialement très bien avec ou pas mais si on en a besoin, ne serait-ce qu'un verre par weekend, aux yeux des alcoologues on a un problème. Après c'est à chacun de voir midi à sa porte. Boire 2 verres le vendredi soir, est-ce vraiment un problème ? ça fait du bien, ça ne dérange personne, c'est à peu près stable, pourquoi lutter pendant des années en thérapies longues et douleureuses pour une addiction manifestement modeste et parfaitement gérable. Tout est une question de point de vu, de rapport entre bénéfice, risques et importance du problème dans sa vie et vis à vis de l'entourage.

Moi mon addiction ne posait problème à personne si ce n'est moi, ma copine ne voyait aucun soucis, mes amis non plus, c'est moi et moi seul que ça dérangeait, et dés le premier comprimé l'effet psy m'a soulagé je n'avais déjà presque plus de problème.

C'est très complexe, il n'y a pas de règle définie, elle est personnelle pour chacun.

Si un jour je retombe dans 2 Ti-punchs par weekend, essentiels mais qui ne dérangent personne, devrais-je me relancer dans des thérapies lourdes et chiantes alors que finalement cette légère addiction ne dérange personne ?

toutes ces question me prennent la tête mais au final chacun doit voir ce qui est bon pour lui. Ce qu'il accepte lui, si son rapport à l'alcool est mauvais pour lui. Même un type qui se bourre la gueule le weekend tout seul, si il vit bien avec, où est le problème ? ça lui fait du bien ,ça ne l'empéche pas de travailler, ça ne progresse pas plus que ça...


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7413
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 12:31
"alors que finalement cette légère addiction ne dérange personne ?"
Là, tu as tout à fait raison et c'est aussi un autre paramètre à mettre dans la balance : est-ce que c'est nuisible pour moi ou pour mon entourage ?
Perso, si tel n'est pas le cas, ma réponse est toute trouvée : pourquoi s'emmerder si ça n'emmerde personne ? Aucune raison de le faire.
Tout excès me semble néfaste. Ne pas chercher à "être plus royaliste que le roi". Les puristes s’insupportent.
Message édité 1 fois, dernière édition par Florence..., 10 Novembre 2014, 12:34  

Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 13:55
L'excès en soit n'est pas néfaste, en revanche il risque de le devenir, comme je le dis, si je bois en excès mais que je suis capable de me modérer dans certaines situations il n'est pas néfaste. Si je n'arrive pas à me modéré il devient néfaste.

L'excès n'est pas néfaste mais peu le devenir, si j'habitue mon corps à l'excès, l'excès peut devenir une norme dont je n'arrive plus ou n'arriverais plus à me défaire. En soit il n'est pas néfaste mais avec le temps je prends le risque qu'il devienne néfaste.


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 14:48
"alors que finalement cette légère addiction ne dérange personne ?"
Là, tu as tout à fait raison et c'est aussi un autre paramètre à mettre dans la balance : est-ce que c'est nuisible pour moi ou pour mon entourage ?
Perso, si tel n'est pas le cas, ma réponse est toute trouvée : pourquoi s'emmerder si ça n'emmerde personne ? Aucune raison de le faire.
Tout excès me semble néfaste. Ne pas chercher à "être plus royaliste que le roi". Les puristes s’insupportent.


Il y a quand même la question du baclo lui même à mettre dans la balance. Quel effet à long terme le baclofène à très haute dose ou plus faible a sur l'organise ?

On s'appercevra peut-être que dans 10 ans tous les baclonautes ont des problèmes de reins, un cerveau en marmelade ? Alzheimer ou je ne sais quoi, on est dans l'inconnu, l'idéal pour le bonhomme s'est d'arrêter le baclo et l'alcool, et pour cela seul l'abstinence totale est la vraie réponse aucun doute là dessus.

Je pense que les résultats du baclo dépendent de l'addiction au départ aussi, plus l'addiction est prononcée plus les résultats sont spectaculaires sur le long terme mais peut-être aussi la dose de baclo résiduelle est plus importante, je ne sais pas.

Je pense aussi que si la baclofène est inoppérant chez certaines personnes c'est peut-être simplement parce qu'ils ne font pas le deuil de l'alcool, le baclo ne les empêche pas de boire, il leur empêche simplement d'être obligé physiquement de le faire, mais si la motivation est toujours là, la baclofène ne les empéchera pas de continuer à boire comme un non alcoolique devient alcoolique un alcoolique sous balclo peut rester alcoolique si il n'a pas la volonté à un moment de poser cette bouteille, de se dire "et si j'essayais de ne pas l'ouvrir ce soir ?" Juste pour voir et de s'apercevoir que peut-être elle ne lui manquera peut-être simplement pas.

Et il y a aussi les autres addictions, le gars qui va arrêter l'alcool et va se jeter dans le jeu, la marijuana, la bouffe, le sport ou autre.


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7413
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 15:08
"Quel effet à long terme le baclofène à très haute dose ou plus faible a sur l'organise ?"
Objection Votre Honneur ;)!
Dans certains pays, le Baclo est prescrit à de très fortes doses dans l'indication de la SEP (bien au-delà de ce qu'autorise la France), et ce depuis de longues années. Et nul n'a constaté d'effets à long terme.
C'est en tout cas ce que j'ai lu...
Message édité 1 fois, dernière édition par Florence..., 10 Novembre 2014, 15:09  

Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 15:45
1 point pour toi alors :fsb2_beer: :fsb2_wink:

Le fait est qu'avec le baclo on doit quand même rester vigilent. Chez moi, ça marche, aucun doute là dessus depuis ce weekend, aucun doute non plus que cela ne m'empêche pas non plus de me suralcooliser si je le souhaite, c'est un peu la déception, maintenant je vais devoir gérer un peu ça mon objectif à quelque peu changé, alcool festif uniquement, en dehors de ça, je ne bois pas, donc pas seul (si possible) et si c'est avec du monde on reste raisonable si on dépasse un peu les normes de temps en temps, on ne se prend pas la tête et dans 2 ou 3 mois si tout va bien, j'envisagerais une légère descente horizontale comme on dit. Prudent prudent.

là j'en suis quand même à 200mg/jour, c'est quand même beaucoup, je n'ai aucun EI ce qui est franchement bizarre aucun de aucun, nada, mes érections sont parfaite, mes nuits de sommeil sont courte mais je m'endors très vite (bien plus vite qu'avant) et mes nuits sont réparatrices, je me pose même la question de diminuer à tel point la dose actuelle m'apporte tant de bénéfices au delà l'alcool, pas d'anxiété, des nuits agréables, pas de cauchemars, je suis intellectuellement plus vif (sans être dans l'excès) je supporte très très bien le traitement, les augmentations se passent parfaitement (pour le moment restons vigilent).

Du coup ? Pourquoi baisser ? Pourquoi prendre ce risque ? Me rassurer ? Me dire que je ne suis plus malade ? Tant que je prendrais encore un seul comprimé je serais encore malade alors...


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 15:53
A mon avis c'est jouer avec le feu :)

Forcément si on me dit que je peux garder que les bons cotés (pour moi le festif). Picoler comme je veux pour des soirées, sans redevenir alcoolique, juste en prenant au besoin quelques comprimés supplémentaire je signe direct.

Mais quand je vois les gens qui viennent sur ce fil pour dire qu'ils ont des retours de craving et qu'ils doivent monter plus haut avec plus d'ES... ce fait très peur !

Comme toi j'ai eu assez peu d'ES. A 340 où je suis ça va. Mais 1 comprimé de plus et je suis Ko pour 2 heures. c'est un truc un peu fou. Donc je ne peux vraiment pas me permettre d'avoir à ré-augmenter !
 
Avatar de Karine
  • Age : 48 ans
  • Messages : 18699
  • Inscrit : 14 Mai 2013
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 16:04
Vous êtes sûrs que vous êtes sur le bon fil :lol:


Le nombre d'adhérents fait la force de l'assoc pour que le baclofène soit reconnu ADHEREZ. Ce n'est pas une question financière, chacun donne selon ses moyens. C'est le NOMBRE qui compte.
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 16:14
Vous êtes sûrs que vous êtes sur le bon fil :lol:


Moi oui car ma dernière question est celle-ci :





Du coup ? Pourquoi baisser ? Pourquoi prendre ce risque ? Me rassurer ? Me dire que je ne suis plus malade ? Tant que je prendrais encore un seul comprimé je serais encore malade alors...

Message édité 1 fois, dernière édition par benbb, 10 Novembre 2014, 16:27  

Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 16:23
Vous êtes sûrs que vous êtes sur le bon fil :lol:


Ben disons qu'à part nos fils persos où est-ce qu'on parler de sujet comme cela ? :)
 
Avatar de Karine
  • Age : 48 ans
  • Messages : 18699
  • Inscrit : 14 Mai 2013
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 16:50
Simplement, ça n'apporte rien à ceux qui veulent descendre, car ils sont sûrs d'eux ou parce qu'ils ont trop d'EI...

Il n'est pas pour ceux qui n'ont pas envie de descendre à mon avis...

Ok, je sors :fsb2_arrow:


.
Message édité 1 fois, dernière édition par Karine, 10 Novembre 2014, 17:23  

Le nombre d'adhérents fait la force de l'assoc pour que le baclofène soit reconnu ADHEREZ. Ce n'est pas une question financière, chacun donne selon ses moyens. C'est le NOMBRE qui compte.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 34076
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 17:53
Je ne sais pas si c'est l'endroit ou pas mais je trouve cela très intéressant.

Concernant le fait de ne pas retomber une deuxième fois en arrêtant le baclo.
La théorie de Renaud de Beaurepaire est que toute mémoire disparait au fil du temps pour peu qu'on ne la réactive pas.
En étant indifférent, c'est à dire en ne pensant plus à l'alcool de la m^me façon, cette mémoire disparait.

Vous remarquerez quand m^me qu'il y a une énorme différence entre des personnes guéries sous baclo et des abstinents classiques.
Dans le dernier cas, la plupart replonge direct avec un simple verre.
Ce n'est pas donc juste une histoire de se déshabituer de boire, le baclo a permis autre chose : la suppression de l'addiction
Après si tu te bitures régulièrement à zéro baclo, il se peut fort qu'elle finisse par réapparaitre.
Mais on peut aussi supposer que vu l'expérience précédente, tu vas éviter ..

En tout cas, perso à 20mg/j, je ne me surveille pas.
Je bois comme cela vient et je perçois bien l'absence d'addiction.

Ensuite, cette histoire de devoir remonter plus.
J'ai une autre hypothèse : et si tout simplement ces personnes n'étaient pas à leur vraie dose d'indifférence la première fois ?

Enfin alcoolodépendant ou pas.
Pour moi c'est quand tu cherches à boire de façon régulière pour autre chose que le bon gout du vin ou le plaisir d'une bière fraiche.
Quand tu en as besoin et non que tu y prends du plaisir.


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 18:26


Vous remarquerez quand m^me qu'il y a une énorme différence entre des personnes guéries sous baclo et des abstinents classiques.
Dans le dernier cas, la plupart replonge direct avec un simple verre.
Ce n'est pas donc juste une histoire de se déshabituer de boire, le baclo a permis autre chose : la suppression de l'addiction
Après si tu te bitures régulièrement à zéro baclo, il se peut fort qu'elle finisse par réapparaitre.
Mais on peut aussi supposer que vu l'expérience précédente, tu vas éviter ..



Je trouve ce point particulièrement intéressant et je me permets de rebondir dessus :

Mon point c'est que les alcooliques abstinents depuis de nombreuses années deviennent vraiment indifférents, je veux dire arriver à un moment ils peuvent voir boire des gens sans problème c'est pour celà que certains replongent, car ils se disent, je ne bois plus, ça ne me fait rien et si je reprenais une bière comme ça pour voir ?

Et ils replongent... alors que leur mémoire était desactivée ?!!

Et mon point est le suivant :

1/ Le baclonaute abstinant et qui arrête le baclo et qui arrête totalement de boire va être exactement comme l'abstinent, la seule différence c'est qu'il va arrêter de boire grace au baclo petit à petit tranquillement sans douleur, mais comme l'abstinent son cerveau au final ne connait plus que la boisson excessive ou pas de boisson du tout donc je pense qu'apr_s arrêt du baclo si il reprend la boisson il replonge.

2/ Le baclonaute qui continue à boire un peu n'est pas comme l'abstinent ou le baclonaute abstinent, il rééduque son cerveau à une dose modérée d'alcool, c'est pour cela que de mon point de vu si l'on veut arrêter le baclo tout en buvant un peu il faut boire un peu modérément régulièrement pour que le cerveau enregistre autre chose que "RIEN" ou "ENORME", qu'il oublie la mémoire du grosse murge et apprenne le un peu modérément.

Moi je pense que quand on est rendu à 20mg/j, c'est comme si on ne prenait rien en fin de compte.


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7413
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 19:10
La différence aussi, c'est que certains abstinents sous Baclo en sont rendus à ne plus manger de salade avec de la vinaigrette, à ne plus utiliser de parfum ni d'après-rasage etc, sous peine de risquer de replonger.
C'est donc un état de vigilance permanent, ce qui ne doit pas être de tout repos.
Message édité 1 fois, dernière édition par Florence..., 10 Novembre 2014, 23:35  

Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 34076
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 23:24
Non ce n'est pas du tout la m^me chose

Les abstinents classiques ne deviennent jamais indifférents, la preuve, un verre ils replongent.
leur mémoire "dépendance" ne se désactive pas, elle est juste endormie
Quand tu prends du baclo à dose efficace, ton rapport avec l'alcool change du tout au tout et la mémoire "dépendance" s'efface au fil du temps

Oui 20mg ou rien, ça semble pareil et d'ailleurs Renaud de Beaurepaire dit que c'est un effet placebo à cette dose
Possible mais j'aime bien mes 20mg/j


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Franck
  • Age : 52 ans
  • Messages : 4468
  • Inscrit : 09 Aout 2012
  Lien vers ce message 10 Novembre 2014, 23:43
Attention...

Ce fil a vocation à partager la descente...

Je pense qu'il faut rester dans le sujet.

Cette période est difficile, on a besoin de soutien, les fils comme celui-ci sont rares.

Bien sûr vos considérations sont pleines d’intérêt, mais on s'écarte du sujet.

Pour ma part, je pense que le baclo nous préserve de l'abstinence, ce n'est pas une nécessité. En revanche, l'abstinence, facilitée par le baclo, nous préserve des aléas de la vie. A chacun son choix.


En premier lieu : redonnons à ce fil son sens.

Amicalement.


Indifférent à l'alcool, depuis le 01/10/2012 à 330mg/j.
A la vapote depuis le 25/10/14
 
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 11 Novembre 2014, 10:08
Dans se cas là se serait bien de créer un sous forum plus généraliste où tout le monde puisse échanger sur les sujets qui leur plaisent, non ?
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 11 Novembre 2014, 10:23
J'ai pas suivit tous les débats.
Mais il existe plein de fil différent sur le forum, pas besoin d'un autre forum.
Après si le contenu du fil s'éloigne trop de son sujet, c'est vrai que c'est problématique, pour ceux qui ne sont pas dans l'échange du moment et qui veulent trouver juste des témoignages en relation avec le titre.
Donc je suis d'accord avec Franck.
Des petites digressions ok, si elles s'éternisent ou valent un sujet pour elles-mêmes => ouverture d'un autre fil. Enfin c'est ce qui me parait le plus simple.
Message édité 1 fois, dernière édition par Jack-Lofène, 11 Novembre 2014, 10:24  

Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de patm1964
  • Age : 54 ans
  • Messages : 244
  • Inscrit : 04 Juin 2013
  Lien vers ce message 23 Novembre 2014, 8:44
bonjour comme je l'ai écrit sur mon fil et pour revenir dans le sujet de ce fil, je continue ma remontée.
je pense comme le dit Sylvie que je n'étais pas arrivé à mon seuil d'indifférence à 170 le 16/08/2013.
J'ai commencé à descendre en novembre 2013 (pas de palier de 6 mois)et petit à petit j'ai commencé à gouter aux joies d'1 verre lors du repas (je n'avais pas bu d'alcool entre aout et décembre 2013).
Et puis je suis passé à 2/3 verres lors de repas conviviaux mais jamais d'alcool seul, et puis et puis et puis maintenant c'est 2/3/4 verres pratiquement tout les soirs mais plus de conso dans la journée ni les WE (ce que je faisais avant)j'ai l'impression que mon cerveau me dit tu peux boires du moment que tu consommes pas trop!!!
du coup sur les conseils de certains je suis remonté depuis 1 mois et la j'en suis à 180mg (au dessus de mon premier seuil).
Quand je suis arrivé à 170 en aout 2013 et que je ne buvais plus du tout et pas d'envie je pensai avoir atteint l'indifférence, donc une question me trotte dans la tête,
Comment être sur d'être au seuil d'indifférence?
bien à vous
Patrice


merci pour votre soutien,
Patrice
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 34076
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 23 Novembre 2014, 10:35
Salut Patrice

C'est très dur de te répondre.
L'indifférence, c'est pas d'envie ..
Si c'était vraiment le cas, c'est étrange.

Je dirais juste que ne pas boire n'est pas une façon efficace pour s'apercevoir de ce que l'on ressent vraiment.
L'abstinence peut masquer l'envie de boire.


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 24 Novembre 2014, 7:24
Bonjour,

Je me retrouve moi aussi avec des doutes. J'ai commencé ma descente il y a 1 mois réduisant d'un comprimé tous les 15 jours. Je suis donc à 320. Depuis que je suis indifférent je bois beaucoup de bières sans alcool à leur du craving 3 ou 4). Ce n'est pas une envie irrépressible mais une envie assez forte tout de même. Ce week-end a été assez stressant (je suis responsable de l'organisation d'un petit événement et comme d'habitude il y a eu des imprévus). Je gère assez mal le stress certes mais vendredi soir j'ai eu durant 5 minutes une très grosse envie de whisky durant 10 minutes. J'avais plus besoin d'un "remontant" d'un craving donc cela ne m'a pas trop inquiété. Par contre les samedi et dimanche soir nous sommes tous allé au resto et là j'avais envie de boire de la bière comme tous les participants... Je n'ai pas bu et l'envie a du durer 15 minutes. C'était vraiment l'envie de la bière pour décompresser. Je n'ai pas eu envie de commander de la bière sans alcool car cela fait alcoolique... Il est difficile de tirer des conclusion car c'est la première fois que je me retrouve dans une situation stressant depuis que je suis indifférent mais cela m’inquiète un peu si je me retrouve dans une situation difficile pour une plus longue période.

Sinon depuis mon indifférence j'ai bu 2 fois en soirée et là j'ai bu comme avant, c'est à dire beaucoup. Une fois j'avais envie de tester le balco, un peu comme Ameisen, et l'autre fois sans vraiment m'en rendre compte, les shooters arrivant à la file su la table. Dans les deux cas j'ai bu comme avant, c'est à dire beaucoup. certes j'ai saoul très vite car je n'ai plus l'habitude de boire. Par contre il m'est arrivé de boire un verre (champagne) sans aucun problème. Mais par contre que dès que j'en bois 2 je dois prendre un Baclo pour me "calmer".

Quand je suis arrivé à l'indifférence j'avais quelques doute quant-à ma consommation de bières sans alcool. J'avais voulu augmenter encore un peu, le soucis est que à 350 les ES sont bien plus forts..

Bref je me pose des questions entre ma consommation de bière sans alcool, mon comportement dès que je bois un peu trop et mon envie d'utiliser l'alcool comme remontant dès que je dois faire face à des difficultés.
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 24 Novembre 2014, 8:48
C'est vrai que les situations stressantes, peuvent donner envie de décompresser avec un peu d'alcool. Personnellement je préfère boire une bière ou 2 que prendre un anxiolytique.
Je n'ai pas peur car je me force un peu à la finir. Le jour ou j'en enquillerai plusieurs sans me forcer là je me poserai des questions.
Bon j'ai la chance de ne pas beaucoup aimer l'alcool, donc je peux vite faire le distingo entre une consommation plaisir, une consommation "remède", et une consommation alcoolique.


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 49 ans
  • Messages : 26316
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 24 Novembre 2014, 19:14
Pat, Deydier,
C'est un peu le même parcours avec les mêmes questions j'ai l'impression

La bière sans alcool, oui, mais le fait de boire cela tous les jours, avec l'infime dose d'alcool qu'il y a dedans, n'a pas permis de changer les habitudes

Maintenant, pourquoi résister à l'envie de boire un whisky quand ça se présente? résister, ça fait abstinence, ça fait se refuser un plaisir, comme une assiette de frites mayo quand on est au régime

J'ai envie de répondre lâcher prise, boire ce verre, pour ne pas entrer dans un système d'abstinence ou de frustration

Le baclo est censé guérir de l'addiction

Oui on reste alcoolique dans l'esprit, mais à force d'essayer, si un verre n'entraîne pas la bouteille, si on passe une soirée à boire shot sur shot, comme tout le monde j'ai envie de dire

Si on fait un peu confiance dans la molécule, loin de ces soirées seul avec la bouteille, les bouteilles, à broyer du noir

Manue


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite avec 0 consommation pour résultat
 
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 27 Novembre 2014, 13:39
Depuis que le week-end stressant est fini tout est redevenu à la normal.

Je peux arrêter la descente mais je ne pense pas que cela change grand chose. Soit je ne suis pas monté assez haut, soit j'ai un problème psy qui me pousse toujours à cherche une béquille. Je suis par exemple complètement accro à ma clope électronique. A mon avis le problème vient plutôt de là. Je suis en thérapie pour y travail. Et puis ce n'est pas très difficile de résister à l'alcool.
Je pars en Inde pour deux mois, impossible de trouver de la bière sans alcool et il y difficile de trouver de la bière. Donc je vais doucement continuer à descendre et je verrai comment cela se passe. Si je sens toujours cette envie de bière sans alcool je remonterai sans doute. Mais cela va être compliqué arrivé à 250...

Merci :)
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 27 Novembre 2014, 23:11
Depuis ces 20 derniers jours, je suis passé de 130 à 110. Principalement pour essayer de contrer les insomnies. Aussi parce que pas mal de chose dans ma vie bouge, dans le bon sens, donc je me sens plus sur.

Mon principale ES était la bipolarité, et dans les phases euphoriques je faisait des plans pour l'avenir non réalistes.
Petit à petit, j'ai "épuré" ces plans qui d'ailleurs étaient suivit par de grand doute (bipo oblige). Aujourd'hui je vis assez tranquillement, en me tenant à des habitudes régulières et saines.
L'euphorie se limite à de l'énergie positive que je m'efforce de canaliser.
Mes prises de baclo sont 60 au reveil et 50 en début d'aprem.
J'ai des difficultés a avoir un sommeil profond, mais bon tant que c'est avec un esprit tranquille j'y voit un moindre mal. Je pense que c'est du au baclo, mais j'hésite a continuer à descendre pour contrer ce seul ES. Je pense prendre le temps (seuil début septembre).
Ce qui me donne le rythme de descente ou plutôt le feu vert, comme tout le monde je pense, ce sont mes ressenties.
Il n'est pas évident de faire une analyse de ces choses là, il y a tellement de paramètres.


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de deydierphoto
  • Age : 39 ans
  • Messages : 67
  • Inscrit : 04 Avril 2014
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 9:04
C'est super que tu arrives à descendre aussi vite Jack, si cela marche pour toi :)

J'ai réfléchis à ta phrase Velvet :

Citation
Maintenant, pourquoi résister à l'envie de boire un whisky quand ça se présente? résister, ça fait abstinence, ça fait se refuser un plaisir, comme une assiette de frites mayo quand on est au régime


Je pense que tu as raison, j'ai un peu tendance à me créer des problèmes là où il n'y en a pas :)
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 10:28
Pour catégoriser un petit peu, je pense qu'il y a deux grandes sortes de guéris:
Ceux qui étaient déjà bien installés dans leur vie, pour lesquelles le changement est surtout une nette amélioration de leur qualité de vie. Ils poursuivent leur chemin se réoriente un peu, en fonction de ce que l'alcool les avait empêché de faire.
Et ceux qui ne se sont jamais vraiment installé, ou bien qui ont perdu beaucoup de chose. Pour cela, la liberté retrouvée est d'autant plus surprenante qu'elle est déroutante.
L'après seuil ne se gère pas vraiment de la même manière selon ces deux cas caricaturaux.
Si les premiers gèrent avant tout en fonction d'une rechute toujours possible, les seconds doivent jongler avec des ressenties plus perturbants.
Ceux qui doivent reconstruire et créer un nouveau projet de vie, ne peuvent souvent pas baisser aussi vite que les premiers. Le baclo, dans ce cas, fait office "d'anti dépresseur" et permet de garder un équilibre nécessaire à l'élaboration d'un nouveau mode de vie.
Si l'on considère que l'alcoolisation est un symptôme de mal être, plus la personne est instable, plus elle peut être sujet à une rechute. Il ne faudrait alors pas se concentrer sur la consommation, toute en la gardant à l’œil, comme on surveille la température d'un malade, mais sur la cause qui est l'équilibre de son mode de vie.
Quelqu'un qui travaille en profondeur sur sa vie met toute les chances de son coté pour préserver son indifférence au fur et à mesure de la descente.
Si l'on considère le point de vue de RdB sur la mémoire "alcoolique", celle-ci devrait s'effacer d'autant plus vite que l'on travaille à modifier ce qui la rattache à nous: le mal être.

Je ne fait que essayer de préciser des réflexions dont la plupart d'entre nous se sont faites.
Est-ce que ce que je dis est d'une quelconque utilité? Qu'en pensez-vous?


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de Florence...
  • Age : 56 ans
  • Messages : 7413
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 11:05
Je trouve cela très pertinent.
Flo


Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans conditions et la retire sans sommations.
Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry :
Que fais-tu là ? Je bois.
Pourquoi bois-tu ? Pour oublier.
Pour oublier quoi ? Pour oublier que j'ai honte.
Honte de quoi ? Honte de boire !
 
Avatar de petitange
  • Age : 48 ans
  • Messages : 346
  • Inscrit : 28 Novembre 2014
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 11:33
Bonjour à tous,
Je suis nouvelle même si je lis régulièrement les fils de ce forum fort intéressant. Je suis au bacofène depuis le mois d'avril et cela se passe très bien pour moi. J'ai commencé à 100mg pendant 1mois puis 140mg pendant 3 mois. Cela a tellement bien marché que j'ai commencé à diminuer à raison de 10mg par semaine. Je suis à 40mg depuis 1mois càd au bout de 6 mois de traitement. 20mg le matin et 20mg au coucher.
le bilan: pas de rechute; des consommations non pas régulières et pas excessives tous les 15 jours à peu près pas, par envie mais parce que j'ai décidé de participer à des soirées. Contrairement à avant, je ne replonge pas le lendemain. Très rassurant. Mais je reste très vigilante.Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut, le baclofène aide à la rééducation du cerveau. Mais même si l'addiction s'estompe, elle reste gravée au plus profond de nous quand même. En tout cas, en ce qui me concerne, j'ai des flash qui reviennent, qui me rappellent mes envies. Cela reste très furtif , n'entraîne de rien du tout mais ils sont là. Je voudrais tout effacer et re-initialiser le système. Impossible. Mon souhait c'est d'apprendre à vivre avec parce qu'on ne peut pas faire table rase du passé. Boris Cyrulnik dit que la honte est une poison pour l'âme or j'ai toujours et encore honte de moi, de ce que j'ai fait etc...j'ai encore l'impression qu'on me regarde avec mépris.
Je ne me considère pas encore comme guérie. La peur de rechuter reste très forte.


"Every new day is another chance to change your life"
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 11:48
La honte comme le doute renforce l'instabilité.
Je les traite avec le raisonnement et je n'ai pas de mal à me convaincre je suis bon public :lol:
La honte est un sujet précis, et comme tel je crois que la parole peut avoir de bonnes vertus pour s'en guérir. Quid d'une aide psycho pour ce genre de problème? As-tu essayé?


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de petitange
  • Age : 48 ans
  • Messages : 346
  • Inscrit : 28 Novembre 2014
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 14:02
oui, j'ai eu un suivi psycho-social pendant 2 ans. J'ai arrêté depuis. Je pense que je vais reprendre mes entretiens avec mon psy pour ce nouveau départ. Car en effet, je sens encore une certaine instabilité.


"Every new day is another chance to change your life"
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 49 ans
  • Messages : 26316
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 28 Novembre 2014, 21:06
Tiens justement Lee soulève cette question de l'après sur mon fil

Que fait-on de cette vie vide d'addiction? de ce que l'addiction m'apportait, quelques moments d'euphorie, une facilité à avoir envie et y répondre

Parfois l'envie est là, mais la réponse est impossible!

Que ce soit pour la bouffe, la clope, la boisson

Pourtant ma vie est plus remplie qu'avant, je suis heureuse du tournant qu'elle prend, mais il y a ce moment de flottement, le soir, quand j'ai envie de me boire un bon coup

Après quelques gorgées, c'est bof

Puis vient le passage à la nourriture, je me régale d'avance, je mange et là encore, bof

Manue


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite avec 0 consommation pour résultat
 
Hors ligne BB Féminin
Avatar de BB
  • Messages : 6465
  • Inscrit : 31 Janvier 2013
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 14:31

Coucou à tous!
D'ac avec toi Jack-Lofène! Je pense à ton post d'hier à 10h28.
Tout dépend sans doute de la situation de chacun lors de la guérison. Familiale, financière, sanitaire,etc...

J'ai divorcé en raison de mon alcoolisme, me suis faite vaguement avoir lors du partage des biens,
N'ai pas accompagné mes petits comme je le souhaitais,
Mais mes bobos conséquentielles s'arrêtent là.

Quoique sans traitement - et guérie -, j'aimerais témoigner aujourd'hui.
Et que cela soit positivement perçu par chacun de ceux qui pourraient me lire.

Je vis un tournant spectaculaire dans mon existence,
Quelque chose qui n'a été possible que par la guérison.

Spectaculaire en raison des décisions que je peux y prendre,
Des relations que je peux avoir avec chacun très positives qui ont hyper évolué du fait que,
alors que je me défaisais de l'addiction, ma timidité pathologique s’estompait.
Avec mon parcours pro qui évolue rapidement ( j'ai demandé à être inspectée, je l'ai demandé! ).
mon humeur réglo et mes enfants qui me suivent.
Tout, tout baigne.
Je vis une énergie en permanence positive.
Spectaculaire, oui.

Après une guérison où l'alcool était réapparu ( je consommais comme tout à chacun on va dire, un peu moins allez ),
Je ne bois plus du tout. Quelques tentatives de temps en temps mais franchement, aucun intérêt.

Je crois que ce qui m'attire maintenant c'est... la bouffe de me lancer dans l'action.
Tout ce que j'ai à faire, à pense... ce que je n'ai pu faire ni penser... ( c'est Laurent je crois qui assimilais action à réflexion... )
Et puis profiter, profiter le matin au lever parce je suis cleen,
Profiter de tout. Avec le sourire.
C'est peut-être le petit "plus" que nous possédons ensuite:
Le pouvoir de relativiser beaucoup face aux évènements,
comme tous ceux qui se sont trouvés en très trop grand danger.

Le manque, le vide est là parfois comme le décrit Mamanue,
mais infime, insignifiant.
Alors je l'efface et embrasse le reste.

Côté émotionnel je me retrouve aussi sensible et révoltée, bouleversée parfois,
Et pourtant cet état ne m'empêche plus d'avancer.
Il se régule.

Maintenant, ma situation ne se présentait pas mal comme c'est le cas pour certains.
Je leur souhaite sincèrement de tenir bon.
Qu'il puissent puiser dans leur nouvelle énergie pour changer la donne!

Tout est possible n'est-ce pas?

Je vous embrasse!



- TOUT EST POSSIBLE -
Guérie à 340mg le 12/09/2013---19/07/14: 0 baclo...13/10/14 arrêt du tabac par hypnose.
Surpoids après guérison. Rechute début octobre / guérison à 120mg le 28 octobre 2017. Arrêt du tabac de nouveau le 12/02/ 2018.
 
Hors ligne BB Féminin
Avatar de BB
  • Messages : 6465
  • Inscrit : 31 Janvier 2013
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 14:32

Heu,
je reconstruis mon égo aussi...
Vous avez dû vous en rendre compte, là...
Je, je , je....

Bisou!


- TOUT EST POSSIBLE -
Guérie à 340mg le 12/09/2013---19/07/14: 0 baclo...13/10/14 arrêt du tabac par hypnose.
Surpoids après guérison. Rechute début octobre / guérison à 120mg le 28 octobre 2017. Arrêt du tabac de nouveau le 12/02/ 2018.
 
Avatar de phil
  • Age : 58 ans
  • Messages : 2441
  • Inscrit : 06 Février 2013
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 15:23
Bonjour,

et bravo BB pour ce message plein d'espoir et de renaissance.

en effet, la fin de l'alcoolisme permet d'appréhender la vie avec de nouveaux horizons, débarrassée des faut-semblants avec une énergie que nous avions perdue.

Sans te paraphraser, je vis un peu la même chose et comprends parfaitement ton message.

Bonne continuation !
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 15:32
Super BB. Très positif.
Pour le je,je,je... aucun soucis, j'aurais tiqué si tu avais mis nous,nous,nous...


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 49 ans
  • Messages : 26316
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 16:19
Magnifique post BB, déjà parce qu'il me donne de bonnes nouvelles de toi, et aussi parce qu'il est en effet plein d'espoir
En effet, le vide que l'on peut ressentir est insignifiant tant cela est ponctuel et passager
Bisous
Manue


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite avec 0 consommation pour résultat
 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 60 ans
  • Messages : 10131
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 16:30
Touchant


17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
https://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 34076
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 16:49
Cela a tellement bien marché que j'ai commencé à diminuer à raison de 10mg par semaine. Je suis à 40mg depuis 1mois càd au bout de 6 mois de traitement. 20mg le matin et 20mg au coucher.
Mais même si l'addiction s'estompe, elle reste gravée au plus profond de nous quand même. En tout cas, en ce qui me concerne, j'ai des flash qui reviennent, qui me rappellent mes envies.

Bonjour

Renaud de Beaurepaire pense lui que la mémoire de l'addiction disparait complétement au fil du temps.
Que tu ais des flash qui te reviennent me font penser que tu as peut être diminué un peu vite ..


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de benbb
  • Age : 42 ans
  • Messages : 503
  • Inscrit : 24 Juin 2014
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 19:11
Je pense que c'est pour cette raison qu'il est important de continuer à boire un peu, car celà maintient d'une part la mémoire du boire un peu dans la mémoire alors que dans l'abstinence totale on passe par une phase ou on oubli même la notion d'ivresse petite et le risque de rechuter à la moindre bière.


Début de traitement le 08/08/2014. Aujourd'hui en descente, après un seuil à 250mg je suis à 120mg/j en 2 prises 16h 40mg / 18h00 80mg.
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 29 Novembre 2014, 19:22
Ho Ben Ben Ben Ben Ben Ben


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de petitange
  • Age : 48 ans
  • Messages : 346
  • Inscrit : 28 Novembre 2014
  Lien vers ce message 30 Novembre 2014, 1:22
Renaud de Beaurepaire pense lui que la mémoire de l'addiction disparait complétement au fil du temps.
Que tu ais des flash qui te reviennent me font penser que tu as peut être diminué un peu vite ..

Peut-être que j'a i diminué un peu trop vite. Certes mais je ne suis pas pressée d'arrêter complètement. j'espère tout simplement que les flash vont disparaître au fil du temps.


"Every new day is another chance to change your life"
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 34076
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 30 Novembre 2014, 9:21
Perso, je remonterais de 20mg


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Karine
  • Age : 48 ans
  • Messages : 18699
  • Inscrit : 14 Mai 2013
  Lien vers ce message 08 Décembre 2014, 11:45
O Ameisen a été indifférent à 270mg, il est redescendu très vite à cause de ces EI, il n'a pas perdu son indifférence, même en descendant de beaucoup.




.
Message édité 2 fois, dernière édition par Karine, 08 Décembre 2014, 15:01  

Le nombre d'adhérents fait la force de l'assoc pour que le baclofène soit reconnu ADHEREZ. Ce n'est pas une question financière, chacun donne selon ses moyens. C'est le NOMBRE qui compte.
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 34076
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 08 Décembre 2014, 12:05
Karine, oui mais Olivier Ameisen m'a aussi souvent dit qu'en l'absence d'EI, il était inutile de redescendre rapidement.


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 49 ans
  • Messages : 26316
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 08 Décembre 2014, 19:13
Pour mon cas, ce sont les ES qui ont disparu pendant un temps, quand ils se manifestent violemment, me disent qu'il est temps de réduire


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite avec 0 consommation pour résultat
 
Avatar de sabine
  • Age : 56 ans
  • Messages : 10
  • Inscrit : 15 Octobre 2012
  Lien vers ce message 18 Décembre 2014, 14:13
Bonjour à tous !
Enfin guérie et indifférente à l'alcool depuis 9 mois !! en plus moins 15 kgs que du bonheur, une renaissance en quelque sorte.
J'étais à 180 mg, mais mon problème de langage et mes pertes de mémoire devenant de plus en plus gênant, j'ai commencé la descente depuis le 9 décembre.
Mon Dc me fait descendre de 10 mg tout les 3 jours. Pour le moment je me sens tjs bien. mes problèmes de mémoire et de language sont tjs la.
En lisant tout ces messages je m’inquiète et je ne sais plus quoi penser. Ma descente semble très rapide. Pourtant Je ne pense pas du tout à l'alcool, cela ne manque pas du tout. Je voudrais tant pouvoir converser normalement, sans chercher mes mots et me tromper sans cesse. Ne plus rien oublier, c'est très embêtant.
Le plus embêtant des E.i c'est le manque d'émotion. Je n'est rien trouvé ou mal cherché sur les forums.
Pouvoir avoir des larmes de joie ou de peine CELA ME MANQUE. A moins que cela soit le fait du mur que je me suis construit autour de moi, pour guérir et ne plus être atteint par les ennuis des autres.
Même mes doigts ont du mal a m'obéir pour taper sur le clavier. Je continue donc ma descente vers les 50 mg et je fais bien attention au signaux en attendant de retrouver mes émotions et ma mémoire.
Merci d'avance pour vos conseils ou témoignages.
En relisant mon message je me demande si je ne suis pas trompée de forum.
Bisous
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 18 Décembre 2014, 14:27
10mg tous les 3 jours je trouve ça pas raisonnable du tout, même si tu ne sent pas le craving revenir.
Pour les émotions, je sais qu'elles peuvent se déplacer. Ce qui nous faisait nous émouvoir alors qu'on était alcoolique peut paraître plus neutre après, ou nos émotions s'emballent moins. Mais personnellement je découvre d'autre sources de joie dans des choses qui ne m'atteignaient pas.


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de Cécé
  • Age : 47 ans
  • Messages : 634
  • Inscrit : 06 Juillet 2013
  Lien vers ce message 18 Décembre 2014, 14:36
Bonjour Sabine,

Même s'il n'y a pas de règles absolues, ta descente me semble trop rapide, il est conseillé de descendre de 10mg tous les 15 jours voire tous les mois....

Fais attention non seulement aux risques de retour de cravings mais surtout au risque de dépression ou autres...

Pas pour t'effrayer mais pour que tu restes vigilante, et que tu prennes conseil aussi aupres d'autres personnes compétentes sur le forum.


Cécé


poso baclo, en descente depuis début avril 2014 : Aujourd'hui 40 mg : 20 mg à midi et 20 mg à 18h
 
Avatar de sabine
  • Age : 56 ans
  • Messages : 10
  • Inscrit : 15 Octobre 2012
  Lien vers ce message 18 Décembre 2014, 14:42
C'est pourtant un médecin alcoologue d'un centre CSAPA qui me dit de descendre comme cela.
Alors qui dois-je croire ?
Pour l'instant je me sens bien pas d'effets craving, pas de signe de dépression (la je connais)
je continue et je reste vigilante.
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 18 Décembre 2014, 14:56
Bon je vais pas faire du rentre dedans, donc je ne ferais pas de généralité sur les alcoologues. Une descente aussi rapide ne se justifie qu'en cas d'ES perturbant et très gênant.
Ou en est ton problème de langage et de pertes de mémoire?
Peux-tu rappeler la progression de ta descente?


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Hors ligne SO Féminin
Avatar de SO
  • Age : 49 ans
  • Messages : 2328
  • Inscrit : 18 Avril 2013
  Lien vers ce message 19 Décembre 2014, 13:49
Bonjour sabine,

Non non tu ne t'es pas trompée de forum et encore moins de fil !

Il t'as fait descendre rapidement de 10/ 3 jours pour que puisse cesser ces ES invalidants, c'est en l'absence d'ES que les descentes se font plus douces comme 10 mg/15 jours ce qui fut mon cas de 230 à 70 mg.
Oui c'est rapide, d'autres ont fait encore plus rapide pour se retrouver bien. Olivier Ameisen descendait de 20 mg.

Ta compulsion est éradiquée pour de bon, ton indifférence bien campée, c'est super mais comme tu dit, reste vigilante !


Le seuil à 230 mg le 9 octobre 2013 après 6 mois de montée.
Juin 2018-> 50 mg
 
Avatar de Corinne D.
  • Age : 57 ans
  • Messages : 2742
  • Inscrit : 28 Avril 2013
  Lien vers ce message 19 Décembre 2014, 14:09
Langage, mémoire, concentration, autant d'éléments indispensables que je travaille sans en baver avec un Neuropsychologue.

Et avec ça Sabine, la confiance revient vite aussi !

Je préfèrerais que tu descendes juste un peu plus lentement, sans t’inquiéter.


La guérison s'installe et se construit dans le temps.
 
Hors ligne SO Féminin
Avatar de SO
  • Age : 49 ans
  • Messages : 2328
  • Inscrit : 18 Avril 2013
  Lien vers ce message 19 Décembre 2014, 14:41
L'expérience de Corinne a parlé, tu vois le forum est d'une grande aide, n'hésites pas à venir plus souvent.

Re-
Là depuis le 9, tu as du baisser de 40 et te retrouver à 140 mg et si j'ai bien lu le baclodoc veut t'amener à 50 mg/jour, c'est bien ça? Eh ben...!
Mais peut être que dans ta descente tes problèmes vont disparaitre à une dose autre et peut être bien plus vite, qui sait ! Et là tu pourras mettre un frein.
Courage Sabine

.
Message édité 1 fois, dernière édition par SO, 19 Décembre 2014, 14:46  

Le seuil à 230 mg le 9 octobre 2013 après 6 mois de montée.
Juin 2018-> 50 mg
 
Avatar de Manue Velvet
  • Age : 49 ans
  • Messages : 26316
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 19 Décembre 2014, 19:44
Ce que j'ai appris durant certaines descentes faites trop tôt, c'est qu'il ne faut pas tenter d'éradiquer tous les ES

Ceux qui sont handicapants pour la vie quotidienne oui d'accord, mais une baisse de 10 mg et on attend, on observe

Baisser aussi rapidement, sans faire de pause, c'est un appel à l'échec, le baclo a une inertie, donc on ne sent rien tout de suite, puis la consommation revient

Ce que j'ai appris, c'est que les problèmes de sommeil, tant pis, pour la mémoire et autres soucis du cerveau, ça revient tout doucement, mais pas en baissant le baclo, surtout en baissant l'alcool, en reconstruisant sa vie, en étant patient

Manue


Depuis le 05/05/18, à 260 mg, perdu le goût de l'ivresse et de l'alcool, l'indifférence est venue ensuite avec 0 consommation pour résultat
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 50 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 19 Décembre 2014, 20:52
D'accord pour l'inertie du baclo, et d'accord pour tout d'ailleurs.


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de petitange
  • Age : 48 ans
  • Messages : 346
  • Inscrit : 28 Novembre 2014
  Lien vers ce message 20 Décembre 2014, 11:20
Citation (Sabine le 18 Décembre 2014)

Le plus embêtant des E.i c'est le manque d'émotion. Je n'est rien trouvé ou mal cherché sur les forums.
Pouvoir avoir des larmes de joie ou de peine CELA ME MANQUE. A moins que cela soit le fait du mur que je me suis construit autour de moi, pour guérir et ne plus être atteint par les ennuis des autres.


J'avoue avoir ressenti la même chose. Est - ce effectivement parce qu'on s'est fait une carapace qu'on semble n'être plus atteint par les attaques extérieures? Peut-être.

Mon conjoint ne cesse de me répéter tous les jours: "tu es devenue indifférente non seulement à l'alcool mais à tout!" A croire parfois qu'il regrette l'ancien temps...

Apparemment,l'entourage est un peu désarçonné. Faudra bien pourtant qu'ils adoptent ce nouveau personnage.

Avant, j'étais transparente. Maintenant, j'apprends à maîtriser mes émotions. Mais au fond, je n'ai pas vraiment changé. C'est mon mode de fonctionnement qui évolue.

Une nouvelle vie commence.


"Every new day is another chance to change your life"
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene