Lien vers ce message 06 Aout 2011, 17:39
Bonjour Ă  tous,
Je vis avec un alcoolique depuis 20 ans, toutes les personnes de ce forum savent ce que çela représente comme souffrances, pas besoin de description...
Ce que je souhaite exprimer aujourd'hui, c'est que depuis toutes ces années, (après les déceptions répétitives des rechutes, cures,etc,etc), je suis tombée par hasard sur votre forum (parce qu'une étude va enfin être lancée et que l'on a médiatisé un peu plus ce médicament), une grande bouffée d'espoir m'a envahie, mais quel bonheur !!!!
"Rico" son pseudo sur le forum, a commencé le baclofene depuis hier, je vous prie de l'excuser mais pour l'instant il n'est pas en état de vous commenter ses journées, grand merci à Viva, "la vie",a t-on envie de rajouter, pour l'adresse du prescripteur.
Chaque histoire est différente, sur fond d'alcoolisations répétées et excessives, mais en tant que conjoint j'affirme que personne ne peut aider un malade alcoolique, sa guérison lui appartient, MAIS cependant il existe sur cette terre une personne qui peut le dire, parce qu'il s'est d'abord aidé lui-même, et ensuite a choisi d'aider les autres malades alcooliques, il s'appelle Olivier Ameisein.
Bien entendu, le soutien des proches est indispensable, vous aidez tous, vous aussi par ce forum, et combien je me remercie (pas le ciel je ne suis pas croyante) d'être tombée sur vous.
Moi durant toutes ces années, ce que j'aurais aimé, quand le voisin vous aide à coucher votre ivrogne dans son lit (trouvé raide mort dans le couloir) c'est qu'il ne me regarde pas d'un air désolé pour moi, en pensant ma pauvre dame, mais qu'il regarde mon conjoint, comme une personne, malade, c'est cette solitude dans la compréhension de la maladie qui est la plus dure à supporter...On ne discute pas de la maladie alcoolique de son conjoint avec les autres, et pourtant les choses seraient totalement différentes si cela était, beaucoup de malades alcooliques n'auraient pas perdu leur conjoint dans la bataille, je le pense sincèrement.
Alors aujourd'hui j'espère que Rico vous fera part de son témoignage de guérison un jour, dire merci à Olivier Ameisein, aux médecins prescripteurs,à notre fille de 12 ans que j'ai vu parler à son père de toute sa douceur pour l'aider à se coucher, quand j'étais à bout de patience, au papa et à la maman de Rico.
Je nous souhaite d'ĂŞtre totalement heureux un jour.
J'oubliais...non justement j'ai du mal à oublier, toutes les familles en deuil, alors que ce médicament existe, ma colère est grande aussi, va grandissante, et que des comptes il faudra rendre un jour.
Désolée pour la grandeur du message, mais ça m'a fait un bien fou.
Angèle.