Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Rechute?

Avatar de napoli
  • Messages : 5
  • Inscrit : 24 Septembre 2015
  Lien vers ce message 24 Septembre 2015, 11:31
Bonjour à tous,

J'ai lu bien des histoires de vie et d'alcool sur ce forum depuis 2012, période à laquelle j'ai entendu parler du baclo pour la première fois.

Je n'ai jamais posté mon histoire mais j'ai aimé lire celles des autres.

Aujourd'hui c'est différent, j'ai besoin d'aide et j'ose enfin en demander (j'aurais certainement eu besoin d'aide dans le passé mais je pensais pourvoir m'en sortir comme une grande, quelle fière je fais!!!).

J'ai 42 ans et je suis alcoolique depuis l'âge de 20 ans environ. Les premières cuites au lycée pour faire comme les copains, puis j'ai commencé à travailler dans le tourisme, c'est un milieu dans lequel les fêtes et les sorties sont fréquentes, toujours très arrosées....

Au début j'avais une consommation festive en sortie. Vers l'âge de 25 ans, j'ai eu mon premier appartement, j'ai commencé à boire seule chez moi, ça n'était à l'époque pas quotidien et seulement quelques verres, petit à petit c'est devenu quotidien et il ne s'agissait plus de verres mais de bouteilles. Du vin essentiellement mais n'importe quoi faisait l'affaire du moment que je m'endormais ivre.

Je n'ai jamais consommé d'alcool en journée, ce qui fait que personne, ni même mes parents ne se sont jamais douté de mon alcoolisme. Il y a bien eu quelques fêtes dont je ne me souviens plus tant j'étais ivre et à fortiori des personnes qui m'ont vu dans des états impossibles mais je faisais bonne figure le reste du temps, j'imagine que mon entourage pensait que je me laissais juste un peu trop aller en sortie. De plus j'ai toujours refusé ne serait ce qu'un verre de temps au déjeuner car en fait l'alcool m'écœure en journée, me dégoute même: c'est le soir après 17 heures que le démon vient m'assaillir.

Les années ont passé, je ne vais pas établir la liste des moments où je me suis mise en danger avec l'alcool, que ça soit au volant ou juste en ayant fait n'importe quoi oui suivi n'importe qui totalement ivre.

A cette époque, ma consommation était d'environ deux bouteilles de rosé par soir.

Je me suis couchée ivre chaque soir de cette façon pendant les 10 années qui ont suivi. J'avais des aventures mais pas de relation stable, des hommes d'une nuit.

J'ai rencontré mon compagnon lorsque j'avais trente ans. Lui même aimant le bon vin, je ne crois pas qu'il ait mesuré l'ampleur des dégâts me concernant car j'ai rapidement commencé à boire en cachette pour ensuite m'installer à table avec lui et partager une bouteille de vin pendant le repas. Lui buvait un ou deux verres à tables, moi je finissais la bouteille mais il ignorait que j'en avais déjà ingurgité au moins une en cachette. Il voyait bien que mon état était celui d'une personne complètement ivre mais du coup il pensait que je ne supportais pas l'alcool puisque avec deux verres j'étais ivre. Nous ne vivions pas ensemble mais nous avions l'habitude de nous retrouver deux ou trois soirs par semaine.

Je suis rapidement tombée enceinte et là miracle: pendant ma grossesse je n'ai plus eu aucune envie de boire une seule goutte d'alcool, ça m'écœurait profondément et j'ai donc sans aucun effort mené ma grossesse à terme sans aucune goutte. Après dix années d'alcoolisation massive, j'ai même eu la faiblesse de croire que j'étais guérie de cette fichue dépendance qui me gâchait la vie : la gueule de bois tous les matins c'était le plus dur à supporter, sans oublier la honte de ne plus se souvenir ce que l'on a fait ou pu dire.

A peine rentrée de la maternité, l'envie de boire est revenue au galop et la rechute n'en a été que plus grande. Même avec un bébé à la maison, je m'alcoolisais tous les soirs en cachette avant que mon compagnon ne rentre du travail. Nous avions décidé que j'arrêterai de travailler les 3 premières années de notre fils. Certains d'entres vous connaissent certainement toutes les planques possibles et inimaginables que l'on peut trouver: une des planques qui a duré assez longtemps était dans mes bottes de pluie avec des chaussettes tassées dessus!!!! Tous les matins il me fallait jeter les cadavres de mes planques car j'étais terrorisée à l'idée que mon compagnon les trouve. Aujourd'hui, avec le recul je suis quasiment sûre qu'il en a déjà trouvé mais je crois qu'en fait il préférait se voiler la face pour ne pas avoir à en discuter. Donc il rentrait du travail vers 19h, j'étais déjà bien éméchée et je continuais à boire à table jusqu'à être ivre avant d'aller me coucher.

8 années ont passé, nous n'étions plus vraiment un couple, il me reprochait d'être ivre et de boire trop mais passait beaucoup de temps en dehors de la maison afin de ne pas être confronté à ça. Il savait que je ne buvais pas la journée et que notre fils était en sécurité. C'était dur, la journée j'avais tellement la gueule de bois que s'occuper d'un bébé quand on est complètement crevée avec en plus des nausées et maux de têtes c'était pas de la rigolade.

J'ai repris le travail lorsque mon fils est entré à l'école et c'était pas mieux de travailler avec la gueule de bois mais je continuais à boire sans pouvoir m'arrêter. Au chien loup (17/18h, la tombée de la nuit), il me fallait avaler de l'alcool, bien souvent sans l'apprécier du tout, juste en quantité pour pouvoir m'endormir ivre.

En 2012 donc, aux informations, j'entends parler du baclo: je me dis que mon cauchemar est peut être fini. J'ai eu le courage de parler de ma démarche à mon compagnon car même si nous n'en parlions pas, je savais qu'il savait que mon état était grave et je voulais arrêter de faire semblant et lui montrer que j'avais envie que ça s'arrête. Il a été un peu sceptique mais m'a encouragé.

Grâce au forum, j'ai trouvé un médecin qui prescrivait du baclofène, j'habite Paris ça n'a pas été compliqué. C'est un médecin plein d'empathie, d'une profonde gentillesse qui m'a tout de suite prescrit le baclo. J'ai commencé le traitement en juin 2012 et je suis montée progressivement jusqu'à 160 (quelle chance sans autres effets secondaires qu'un peu de somnolence et un goût métallique dans la bouche. A 160 je buvais un verre (voire rien du tout) le soir, sachant que je ne visais pas l'abstinence totale car dans notre famille et nos amis sont tous des bons vivants. C'était le top, plus de craving, plus de planque, plus d'angoisse d'avoir du stock, oui j'ai atteint l'indifférence car même si je buvais un verre le soir, je me foutais de savoir s'il y en avait à la maison ou si j'allais pouvoir trouver une occasion de boire: juste un verre de plaisir.

Je suis descendue à 120 puis à 90, dose à laquelle je suis restée pendant 2 bonnes années. J'étais aux anges, mon couple s'est ressoudé. De plus, le baclofène a un effet relaxant sur moi qui suis à la base très angoissée et très stressée. J'ai ensuite baissé la dose à 30 et en juin de cette année, d'un commun accord avec mon médecin j'ai décidé d'arrêter totalement.

L'été s'est très bien passé, avec son lot de sorties et d'apéro. Une verre ou deux, rarement plus.

Mais voilà.......Depuis la rentrée, début du mois de septembre, l'envie de plus d'un verre repointe son nez.

Je dois ajouter que je ne travaille plus depuis le mois d'avril, j'ai négocié un départ avec mon entreprise car mon supérieur me harcelait. La négociation a été longue après 8 ans dans cette entreprise et j'ai été énormément stressée, en plus du stress que provoquait le harcèlement moral. J'ai finalement eu gain de cause après une bataille acharnée aidée de ma super avocate. Je pense que cette période de stress a encore de l'effet aujourd'hui.

Donc le soir, depuis le début du mois, je suis tentée. Pas de craving (pour le moment), mais j'ai tendance à regarder l'heure pour savoir si c'est l'heure décente de l'apéro (18/18.30), a vérifier si on a bien une bouteille de vin au frais......bref, tous les signes de la rechute. Je ne suis pas ivre le soir mais j'ai tendance à me resservir plutôt trois ou quatre verres qu'un seul.

Je suis retournée voir mon médecin mardi et il me conseille de reprendre du baclo: 3x0,5 (9h - 12 - 15h). Je sais ça paraît bizarre pour quelqu'un qui ne boit que le soir mais c'est bien avec ce genre de répartition que je suis arrivée à l'indifférence - je crois que la baclo fait son effet toute la journée pour squeezer le craving du soir.

Aujourd'hui j'aimerai avoir votre sentiment sur ce début de rechute et la reprise du baclo.

Quelqu'un a t-il déjà connu cette situation? Est ce que le baclo peut donner une deuxième chance à l'indifférence? Vais je devoir en prendre toute ma vie?

Je vous remercie d'avance de vos réponses et vous remercie également, car toutes les histoires que j'ai lues sur le forum m'ont aidé énormément dans mon parcours avec le baclo.

Quelle grande famille vous formez, bravo pour cette solidarité.
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 49 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 24 Septembre 2015, 11:46
Bonjour Napoli,
Très bon témoignage, il m'arrive de lire en diagonale, mais là je n'ai rien raté.
Je n'ais pas énormément de recul sur les rechutes.
Sylvie viendra surement donner son avis.
Pour moi et à priori, comme tu n'a pas basculé à nouveau dans une bonne grosse consommation avec craving, remonter à une dose de confort risque fort d'être suffisant.
Tu semble très bien analyser tes ressenties et te surveiller, donc reprend vite un peu de baclo et regarde ce que cela donne, et en attendant utilise la volonté autant que tu peux.
Et pour la répartition pourquoi pas un 11h - 14 - 17h ?
Message édité 1 fois, dernière édition par Jack-Lofène, 24 Septembre 2015, 11:48  

Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33078
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 24 Septembre 2015, 12:52
Bonjour

En effet, il te faut reprendre le baclo et bien sur que tu peux retrouver l'indifférence ...
Renaud de Beaurepaire, l'un des médecins qui a le plus de recul sur se traitement, pense désormais que soit on choisit l'abstinence (ou une conso très ponctuelle) et on peut arrêter le baclo, soit on préfère garder une conso conviviale et dans ce cas on garde le baclo à vie.

Donc remonte un peu, tu devrais retrouver ton indifférence entre 30 et 90mg/j


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de colibris
  • Age : 57 ans
  • Messages : 1613
  • Inscrit : 28 Novembre 2014
  Lien vers ce message 25 Septembre 2015, 19:41
Bonsoir Napoli,

Un témoignage très émouvant, très bien écrit donc facile à lire, bravo !!!

Je n'ai pas suffisamment de recul, moi non plus, pour pouvoir avoir une réponse.

Mais une reprise du baclo me semble une sage décision.


Date de l'indifférence le 29/03/2015
Seuil : 180 mg
Prise actuel : 80 mg en une seule prise à midi
 
Avatar de napoli
  • Messages : 5
  • Inscrit : 24 Septembre 2015
  Lien vers ce message 03 Novembre 2015, 12:34
Merci Jack, Sylvie et Colibri pour vos messages.
Je m'excuse, j'avais posté mon témoignage il y a quelques temps déjà et je me suis laissée happer par le tourbillon de la vie, puis j'ai "oublié" de revenir sur le forum. J'ai bien écrit "oublié" entre guillemets, en fait je crois que je n'ai pas voulu revenir sur le forum pour ne pas me souvenir que j'étais alcoolique......
Aujourd'hui ça ne va pas fort.
J'ai donc repris le traitement en septembre mais un peu n'importe comment, un jour avec baclo, un jour sans, de plus de plus de jours avec alcool (en ce moment c'est à peu près 6/8 verres de vin rouge par soir).Je regrette tellement d'avoir arrêté le baclo en pensant que j'étais guérie. Je ne l'ai sans doute jamais été réellement, ma conso avait sérieusement baissé (1/2 verres par soir), il m'est arrivé de ne pas boire du tout, j'ai cru qu'en arrêtant le baclo ça continuerait.
Aujourd'hui je prends 80mg en 4 prises (8h/11h/14h/17h) en sachant que les cravings réapparaissent toujours entre 18 et 19h. J'ai eu un mauvaise épisode la semaine dernière, je me suis trompée dans les prises et j'ai fait 4 prises de 30mg, j'ai été drôlement secouée, j'ai fait une espèce de crise de panique dans le métro, j'ai failli m'écrouler.
Je ne sais plus ni quand ni comment augmenter. Mon médecin me laisse faire, il compte sur le forum pour les répartitions, je pense qu'il ne sait pas exactement.
Je recommence à faire du stock d'alcool, disons que je m'assure d'en avoir suffisamment pour la soirée. C'est étrange cette sensation, je n'éprouve pas de plaisir à boire mais je bois, je ne me couche pas totalement ivre non plus, c'est ce que je recherchais à l'époque ou je consommais massivement. Je ne sais donc pas pourquoi je bois.
J'ai entamé une thérapie avec une psychiatre. Nous nous sommes vues 4 fois et elle me parle d'hospitalisation. J'ai envie de laisser tomber, je n'ai pas l'impression que pour moi ça soit une solution, j'ai mon fils qui a besoin de moi.
Bref, je suis complètement déboussolée. Heureusement je ne travaille pas en ce moment car c'est vraiment pas la forme et surtout je voudrai guérir avant de reprendre une activité.
j'ai besoin de vos conseils, je ne pense pas avoir la bonne répartition sachant que je ne bois que le soir. En fait je crois que la répartition que j'ai choisi m'arrange, je ne prends plus de baclo après 17h comme ça je peux boire, c'est n'importe quoi.
J'ai quelques effets secondaires, un goût métallique très fort dans la bouche, des insomnies (au petit matin, réveil entre 4 et 5h), et bizarrement comme une espèce de boule dans la gorge après chaque prise. Je ne vais pas me plaindre, c'est tout.
Je suis désolée de ne pas avoir répondu plus tôt à vos messages
Merci de votre aide
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 49 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 03 Novembre 2015, 12:58
Salut Napoli,
Les nouvelles ne sont pas très bonnes, mais rien de catastrophique.
Tu as la chance de ne pas travailler pour l'instant donc tu va pouvoir te concentrer sur ton traitement, ce qui veut dire, régularité etc etc
Arrêter le baclo à 17h quand tu commence à boire à 18h c'est très bien. Prendre du baclo après avoir commencer à boire ne sert pas à grand chose.

Tout d'abord tu pourrais passer à 3 prises: 11h/20mg 14h/30mg 17h/30mg
Puis dans 3 jours ou plus, tu pourra essayer de resserrer 13h/ 15h/ 17h


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 49 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 03 Novembre 2015, 13:01
Pour les ES, du classique...
Ton réveil matinale n'est pas avec des angoisses?
Tu dors combien de temps?


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de napoli
  • Messages : 5
  • Inscrit : 24 Septembre 2015
  Lien vers ce message 03 Novembre 2015, 13:06
Bonjour Jack
J'étais justement en train de lire ton fil
Oui c'est ce que je pensais, commencer à prendre du baclo à 8h du mat ça n'est peut être pas ce qu'il y a de plus efficace.....
Tu as raison, je commencerai plus tard demain et augmenterai les prises comme tu le conseille
Merci d'être là en tout cas
 
Avatar de napoli
  • Messages : 5
  • Inscrit : 24 Septembre 2015
  Lien vers ce message 03 Novembre 2015, 13:08
et non pas d'angoisse le matin mais je me lève car je ne supporte pas de rester au lit
En revanche une crise de panique sur l'autoroute il y a environ 3 semaines, des conditions météo terribles et j'ai perdu le contrôle
Heureusement ma bonne étoile m'a aidé à m'en sortir mais j'ai bien cru que mon dernier jour était arrivé....
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 49 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 03 Novembre 2015, 13:23
Et combien d'heure de sommeil?

PS: mon fil, je ne sais pas si en le relisant aujourd'hui, je cautionnerai tout!


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de napoli
  • Messages : 5
  • Inscrit : 24 Septembre 2015
  Lien vers ce message 04 Novembre 2015, 10:08
Bonjour Jack,
Alors on revient sur ses propos....( :fsb2_yes: )
La qualité du sommeil est pas mal, je me couche tôt, vers 22h mais en revanche sous baclo le réveil survient vers 5h du mat et je n'arrive plus à m'endormir.
Je commence aujourd'hui la répartition que tu m'as conseillée. Hier soir j'ai bu une bouteille de vin rouge (pas très glorieux....). Je l'ai bu lentement, mon conjoint était en déplacement à l'étranger et j'ai passé la soirée avec ma bouteille. Donc, en me couchant je n'étais pas ivre, juste un peu assommée par le mélange alcool baclo.
C'est là où je ne comprends pas mon mode de fonctionnement.
Avant, je buvais massivement (jusqu'à deux bouteilles par soir), le but étant de m'enivrer pour dormir. Sous baclo, la conso ayant fortement baissé, je ne suis plus assez ivre pour dormir donc le but recherché n'est plus atteint. Par ailleurs, je n'apprécie pas le vin plus que ça, on est loin de la conso plaisir.
Je me souviens d'une fois où, en manque de stock, j'avais mélangé du parfum avec du jus d'orange tellement j'avais envie d'ivresse, là aussi on est très loin du plaisir.
C'est comme si l'alcool me dégoûtait quelque part mais que je me forçais à boire. D'ailleurs, en journée, on ne me fera pas avaler un verre, ça m'écœure littéralement. C'est tout le paradoxe.
Je m'en veux beaucoup d'avoir arrêté le baclo en pensant que j'étais sortie d'affaire.
Je ne visais pas l'abstention, mais ce que j'ai obtenu sous baclo c'était la sérénité: ne plus avoir à angoisser sur le stock: un verre ou deux le soir suffisait, ne plus avoir à vider les cadavres en cachette de mes planques, ne plus me réveiller avec la gueule de bois....
Finalement, avec le recul, je ne suis pas certaine d'avoir vraiment atteint l'indifférence puisqu'il me fallait toujours une petite dose d'alcool tous les soirs (il y a bien eu quelques soirs sans, et sans effort mais je dirai qu'il y a eu plus de jours avec que sans).
Aujourd'hui j'aimerai avoir une conso juste ponctuelle, en sortie mais pouvoir m'abstenir les jours normaux.
J'ai peur que le baclo ne refonctionne pas, ça m'angoisse. D'ailleurs, depuis que j'ai repris le traitement, ma conso augmente mais je crois avoir lu que c'était plus ou moins normal. Il va sans doute falloir que je monte plus haut en dose, j'avais commencé la descente aux alentours de 140 ou 160 jusqu'à 30 pour arrêter complètement en juin dernier. Il aura fallu quelques mois pour que les signes de la rechute apparaissent.
Je suis preneuse de toutes les infos et tous les témoignages de personnes qui ont rechuté et qui ont repris le traitement.
Merci Jack de m'écouter, ça fait du bien.
Et toi? où en es tu?
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33078
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 04 Novembre 2015, 10:22
Bonjour

Bien sur que ça va fonctionner à nouveau, il n'y a aucune raison pour que cela ne marche pas ..
Il ce peut fort qu'en effet il te manquait un ^petit quelque chose pour être au seuil
Et de toute façon, ce que dit Renaud de Beaurepaire désormais est que seuls ceux qui ne boivent plus ou très ponctuellement peuvent arrêter le baclo
Pour les autres, un arrêt du baclo exposent à une rechute à plus ou moins long terme

Essaie de limiter au max ta conso
On s'est aperçu que ceux qui y arrivaient avaient statistiquement une dose seuil plus basse que ceux qui ne modéraient pas leur conso

Et surtout, ne te décourage pas ...


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Jack-Lofène
  • Age : 49 ans
  • Messages : 5210
  • Inscrit : 17 Aout 2014
  Lien vers ce message 04 Novembre 2015, 11:33
Citation
Alors on revient sur ses propos....( :fsb2_yes: )

Non, non, mais avec le recul il y a des conclusions un peu hâtives que je ne referai pas. Et avec les ES du baclo on écrit aussi parfois avec passion...
Beaucoup d'alcoolique sont/étaient dans ton cas (dont moi) pas vraiment de plaisir à boire (pas une goute en journée) juste l'effet de l'alcool.
Tu n'a plus l'ivresse "cérébrale" mais tu as ta dose suffisante pour aller te coucher.
De ce que tu dit, en effet il semblerait que tu n'avais pas vraiment atteint ton seuil, puisque tu conservais une conso régulière. Ceci dit il s'agissait peut-être que de l'habitude qui aurait pu être corrigée en conservant une dose de confort.
Pas de doute, ça va fonctionner à nouveau.

Pour le sommeil: 22h->5h ça fait 7h, c'est bien
Beaucoup de gens voient leur sommeil se réduire avec le baclo ou avec la guérison.
Je ne parle pas d'insomnie, mais d'une nécessité moindre de dormir.
Si un réveil à 5h c'est trop tôt pour toi, essaie de décaler ton coucher.

Ou j'en suis? j'ai cru que tu étais allé sur mon fil... :fsb2_yes:


Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons aider : Adhérez
FAQ-Toutes vos questions sur le traitement - Comment créer et suivre une discussion- Documentations de l'association - ⚓️
 
Avatar de colibris
  • Age : 57 ans
  • Messages : 1613
  • Inscrit : 28 Novembre 2014
  Lien vers ce message 04 Novembre 2015, 22:22
Bonsoir Napoli,

J'ai également eu deux échecs sous baclofène, d'une part par manque de régularité et d'autre part par manque de conviction.

La première fois à 200 mg, la seconde à 230 mg et bizarrement la troisième à 180 mg.

Rassure toi le baclofène fonctionnera sur toi encore cette fois-ci.

Peut-être une indifférence qui ne l'était pas vraiment, une consommation résiduelle, une descente trop rapide et sans garder une dose de confort.

Enfin bref, maintenant il faut se prendre en main et mettre toutes les chances de son coté, régularité, patience ..., tu connais.

Courage !!!


Date de l'indifférence le 29/03/2015
Seuil : 180 mg
Prise actuel : 80 mg en une seule prise à midi
 
Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 33078
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 23 Avril 2018, 11:08
Bonjour

Je t'ai vu passer, que deviens tu ?


Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene